Fremeaux.com
 
SWING CARAIBE
Réf. : FA069

SWING CARAIBE

CARIBBEAN JAZZ PIONEERS IN PARIS 1929 - 1946

Direction artistique : JEAN PIERRE MEUNIER
Label : FREMEAUX & ASSOCIES
Nombre de CD : 2
Vous pouvez acheter ce produit :

- Chez votre libraire ou maison de la presse (Frémeaux & Associés distribution)
- Chez votre disquaire, Fnac ou Virgin (distribution : Socadisc)
- Sur lalibrairiesonore.com
- Sur librairie-audio.com Pré écoute de certains produits!
- Par téléphone au 01.43.74.90.24
Distinctions :
* * * JAZZMAN / INDISPENSABLE JAZZ HOT / RECOMMANDÉ PAR VIBRATION / RECOMMANDÉ PAR JAZZMAN
Un nouvel éclairage sur l'un des aspects les plus occultés de l'histoire du jazz : la contribution des musiciens antillais à l'émergence d'un jazz français. Jean Pierre Meunier présente en un coffret de 2 CD accompagné d'un livret de 40 pages l'héritage et la construction du Jazz Créole.
Patrick Frémeaux

Droits éditorialisation : Frémeaux & Associés Jazz - L'histoire sonore de notre mémoire collective à écouter - Antilles - Créole - Biguine.
Liste des articles de presse consacrés à ce CD :
- "Al Lirvat ou la générosité musicale" par Jazz Magazine
Al Lirvat, tromboniste, guitariste, compositeur et chef d'orchestre est mort le 30 juin 2007 à Paris. C'est toute une époque de sa vie du Jazz en France qui disparait avec lui. Dans le Paris des années 70 débutantes, à La Cigale du Boulevard Rochechouart où la soirée coûtait le prix d'un demi tarif brasserie, officiait Al Lirvat, la générosité faite musicien. Générosité de son trombone, puissant, cuivré; générosité musicale, ouverte à tous les grands courants transatlantiques, du ka guadeloupéen au bebop et à ses prolongements; générosité humaine qui rendait son orchestre accueillant à tous les nouveaux talents (André Coudouant, Michel Sardaby, Alain Jean-Marie, entre autres, peuvent en témoigner). Avec Robert Mavounzy, un des premiers émules de Charlie Parker sur le sol français, il proposait une musique plaisante, à son goût, comme à celui du public. Cela pouvait aller de Petite Fleur à des chansons antillaises en passant, toujours, par des standards du Jazz dans l'interprétation desquels la modernité insérait des vagabondages imprévus. Cette Cigale-là était un petit lieu de bonheur et ceux qui ont eu la chance de la connaître n'effaceront pas de leur mémoire une tendresse certaine pour Al Lirvat. La Cigale ne représenta pourtant qu'un moment, en fait deux, dans sa vie. Né à Pointe-à-Pitre en 1916, il pratique de bonne heure la musique en touchant de divers instruments à corde; il est, dès la lycée, chef d'orchestre et compositeur. Il arrive à Paris en 1935 pour y suivre des études de radio mais y rencontre Pierre Louiss (le père d'Eddy) avec qui il forme un duo mêlant musique antillaise et jazz. Pendant l'occupation, il demeure à Paris et entre dans l'orchestre du trompétiste Felix Valvert qui l'incite à se mettre au trombone. Il rejoint ensuite le groupe du batteur d'origne camerounaise Freddy Jumbo qui se produit à la Cigale. En 1943, il participe à la création du Hot Club Colonial. Après la Libération, tout en continuant à jouer du Jazz, adoptant les nouveautés qu'il a decouvertes à l'écoute du grans orchestre de Dizzy Gillespie, il entreprend de moderniser la Buiguine : il intensifie ses polyrythmies et enrichit ses harmonies de manière à rendre possible des phrasés plus originaux sans atténuer les couleurs et les souplesse de la musicalité créole. En 1969, il revient à La Cigale, dont il dirigera l'orchestre jusqu'en 1975. Par la suite , son activité se fera plus discrète, plus axée sur la composition mais, extrêmement respecté par les jazzmen et les musiciens antillais, plusieurs hommages lui seront rendus, notamment par Alain Jean-Marie, Eric Vinceno, et le producteur Henry Debs. Les microsillons 33 et 45 tours gravés par Al Lirvat sont aujourd'hui introuvables, mais on peut l'entendre à la guitare et au trombone dans quelques faces du coffret "Swing Caraïbe" (Frémeaux FA069). En espérant qu'un jour une rétrospective lui soit consacrée et démontre tout ce que le jazz français et les musiques antillaises doivent à ce grand musicien. Denis-Constant MARTIN-JAZZ MAGAZINE
- "A fascinating document" by Blues and Rythm
As was also the case in Britain, in France Carribean musicians played a significant though discreet role in popularising jazz. This 36-track double CD set is accurately subtitled "Caribbean Jazz Pioneers in Paris (1929-1946) and a fascinating document it is too. The earliest titles are New Orleans styled, and Felix Valvert's solo sax piece was recorded just a few weeks after he had first picked up the instrument, even though he was billed on the 78 label as "le virtuose guadeloupéen" - to be fair, at the time he was known as a good banjo player. However, even as early as 1931 the sound was moving on and becomes closer to contemporary American jazz. There are oddities such as Jean Vaissade's jazz accordion rendition of Al Jolson's "Sonny Boy" or Louis-Thomas Achille's rather formal rendering of "Swing LowSweet Chariot", wich is in the classically influenced style of Paul Robenson (but not a baritone), though with a wayward Hawaian guitar in the accompanying band. Balancing these are such items as the excellent swinging "Sweete Georgia Brown" by Sam Castendet from 1936 (his oth track leans a little more towards dance band sounds) and the sublime guitar duets of Pierre Louise and the late Al(bert) Lirvat. Paris was a cosmopolitan city and many antillean musicians had had contact with American jazzmen. Trumpeter Harry Cooper had the advantage of actually being an American Jazzman, born in lake Charles, Louisiana in 1903 and having worked in the bands of George Lee, Bennie Moten and Duke Ellinton. His eight titles here date from two sessions in 1943-somewhat incredibly, from the years of the Nazi occupation (he had been interned for a short time) and feature international line-ups, though both include Antillean Robert Mavounzy. Also reccorded under the Nazi occupation were the eight titles buy African drummer (from the former German Colony in Camerron, wich enabled him to get a work permit) Fredy Jumbo, leading a mostly carribean personnel, and featuring such excellent band numbers as "Boogie Woogie" (which draws on Count Basie's One O'Clock Jump") and the very bluesy "Oh! cette musique". These recordings seem to indicate that someone was keeping up - clandestinely?- with the latest American trends! The ensemble Swing du Hot-Club Colonial was the first big bang made up of French Carribean musicians, and their sides betray the influence of Count Basie and Lionel Hampton - as do the sides by Léo Chauliac and Jean Ferret. Closing out the set is a jam session thet reveals an awareness of be-bop on the part of saxman Robert Mavounzy - who also opened this collection with a previously unissued side, also from 1946. Thi is a truly fascinating document, well annotated ( though with a truncated English translation) and with some fine vintage photographs. If you want to understand how European appreciation of black American music developped, this is essential, or one to consider if you just have a taste for good jazz. Norman DARWEN-BLUES AND RYTHM
- « Jazz Caraïbe» par Libération
L’apport des musiciens antillais au jazz a souvent été occulté. Voici donc la première anthologie en deux CDs  qui rend enfin justice à quelques-uns des plus décisifs parmi les pionniers du jazz caraïbe, installés à Paris pendant les années 1929 à 1946. Contient également un livret de quarante pages abondamment illustré.
LIBÉRATION
- « L’exotisme des années folles » par Centre Presse
Les « étonnants collectionneurs » réunis par Patrick Frémeaux n’en finissent pas de nous épater : après avoir exploité les « sons patrimoniaux de nos émotions » du côté des cow-boys, des chanteurs de tango, des accordéonistes ritals et autres instrumentistes tziganes, ces discographes-fous s’attaquent à l’exotisme des années folles ! Entre les deux guerres, la société cosmopolite qui faisait la fête de New York à Berlin via Paris découvrait le jazz en même temps que les musiques tropicales…Et de nos jours, si la musique hawaïenne concerne surtout la variété Américaine, la musique des Caraïbes est installée dans la musique des fêtes Parisiennes depuis deux ou trois générations. Par exemple, un grand musicien français de jazz comme le créole Eddy Louiss démontre qu’à Paris, les musiques populaires savent « faire la fête », ensemble pour créer de nouveaux plaisirs. Et ce n’est pas le moindre mérite de ces documents que de nous le rappeler.
CENTRE PRESSE
- "De magnifiques archives et un livret richement documenté" par le Musée du Quai Branly
"Souvent éludé de l’histoire du jazz, le remarquable apport des musiciens originaires des Antilles françaises au swing des années 30-40 est démontré dans cette anthologie par de magnifiques archives et un livret richement documenté. De la même manière qu’en Amérique du Nord la Nouvelle-Orléans, riche de son brassage ethnique et culturel, a servi de creuset au jazz naissant du début du 20ème siècle, les rues de Saint-Pierre ont vu naître la biguine, fruit du métissage des mondes européen et africain. Mais si le jazz importé d’outre-Atlantique fait son apparition aux Antilles dès les années 20, la référence à la musique occidentale reste pourtant de mise en Guadeloupe comme en Martinique. C’est donc en s’expatriant à Paris que les premiers musiciens antillais vont explorer toutes les ressources du jazz, en intégrant les orchestres métropolitains nouvellement constitués, pour y apporter cette gaieté et cette fraîcheur incomparable, héritée de la biguine. Ces pionniers s’appellent Abel Beauregard (trompette, 1902-1957), Jean Degrace (trombone), Felix Valvert (saxophone, 1905-1995) ; puis viendront Silvio Siobud (saxophone), Albert Lirvat (trombone), Robert Mavounsy (clarinette)… Ainsi au début des années 30, fleurissent différents orchestres antillais dans la capitale : le « Notte and his Creole Band » du célèbre batteur Florius Notte à « La Coupole » de Montparnasse, ou le « Mayamba » du chanteur et danseur Marcel Yamba. Les premiers enregistrements sont effectués par la Columbia, Polydor ou Odéon ainsi que par de petits éditeurs innovants tels que Ive ou Ultraphone. Puis vient la période de l’occupation et, après la démobilisation, le fleuron du jazz antillais trouve refuge à la brasserie de « La Cigale » (Al Lirvat, Robert Mavounzy, Sylvio Siobud, Claude Martial) auprès du Camerounais Freddy Jumbo et du Noir américain Harry Cooper. Le jazz devient ainsi de 1942 à 1945 une forme tacite de résistance culturelle aux allemands. Et alors que la plupart des jazzmen américains ont du quitter la France, il est d’autant plus important de témoigner de l’investissement des jazzmen d’Outremer dans leur art, qui apporta une note de réconfort au cœur de cette période la plus sombre. Ce double CD est un des rares témoignages discographiques rendant hommage à l’importante contribution des musiciens antillais à l’émergence du Jazz français. Les enregistrements présentés sont d’une exceptionnelle qualité et souvent saisis sur le vif : le premier titre inédit « The good Earth » (1946), du clarinettiste guadeloupéen Robert Mavounzy, fut directement gravé en public au « Malesherbes Club » sur disque Pyrolac. Les séances d’enregistrements laissent une large part à l’improvisation : ainsi au détour d’une rencontre fugitive, le chef d’orchestre Sam Castendet organise avec la Columbia une séance impromptue produisant deux chefs d’oeuvres : « Sweet Geogia Brown » et « Enny Miney Mo » (1936). On y trouve de véritables perles, comme les duos de Albert Lirvat et Pierre Louise à la guitare « Swing but sweet » et « Cet Air convient à ma mélancolie » (1939), dans un style « ballade ». Les concerts du Hot-Club Colonial organisés par le Hot-Club de France donnent également lieu à des chorus jubilatoires comme celui de Robert Mavounzy dans « Georgina », ou à de mémorables joutes instrumentales comme celle d’Albert Lirvat et Abel Beauregard (trombone - trompette) dans « J’adore la musique » (1944). Toujours soucieux de documenter les archives présentées, l’éditeur Frémeaux et Associés accompagne ce double album d’un livret détaillé (français, anglais), agrémenté de photographies. Le texte passionnant de Jean-Pierre Meunier, spécialiste et discographe incontournable de la musique antillaise, retrace l’histoire méconnue de ce courant musical du jazz antillais, ainsi que le parcours de chaque musicien et le contexte des enregistrements phonographiques."
par le MUSEE DU QUAI BRANLY
- « La redécouverte du patrimoine antillais » par Le Monde
Le label Frémeaux & Associés a œuvré pour la redécouverte du patrimoine antillais, souvent méconnu, voire « mal entendu » sous nos tropismes. Parmi les nombreuses compilations, thématiques ou monographiques, celle-ci souligne la contribution essentielle des Guadeloupéens et Martiniquais au jazz des premières heures. Les zélés souffleurs Félix Valvert et Robert Mavouzy, le batteur Sam Castendet, Freddy Jumbo et son Orchestre, et surtout Al Lirvat, l’inventeur du wabap, une forme de bebop créolisé. LE MONDE
Liste des crédits sur ce CD :
Hefti Neal, Mavounzy Robert, Persiany Andre, Bellamy Georges, Youmans Vincent, Valvert Felix, Orchestre Creol S Band , Jolson A, Vaissade Jean, Latorre , De Silva , Young Arthur, Notte And His Creole Band , Valentine Val, Max Knight , Paoli E, Dubin A L, Mayamba Et Son Jazz , Warren Harry, Orch Roger Guttinger , Thomas Achille Louis, Malneck M M, Castendet Sam, Mercer Johnny, Pinkard M, Delouche E, Del S Jazz Biguine , Delouche Eugene, Louise Pierre , Lirvat Albert, Henry Charles, Fredy Jumbo Et Son Ensemble , Bertonneau Henri, Durand Paul, Rose Noel, Reinhardt Django, Siniavine A, Spada , Gauthier , Cooper Harry, Chadel Hp, Viseur Gus, Chauliac Leo, Chauliac Et Son Orchestre Leo, Ferret Jean, Ensemble Swing Du Hot Club Col , Igelhoff P, Steimel A, Lewis Charlie, Goudie Frank Big Boy, Bennet Benny, Goodie Franck
CDPisteTitreArtiste principalAuteurDuréeEnregistré en
11The good earthMavounzy RobertHefti Neal00:02:291946
12HallelujahValvert FelixYoumans Vincent00:02:291929
13Armide (folklore)Valvert Felix 00:02:441930
14Sonny boyValvert FelixJolson A00:02:581930
15He s my secret passionNotte And His Creole Band Young Arthur00:02:491931
16I ve found a wonderful girlNotte And His Creole Band Max Knight 00:02:491931
17Shuffle off to buffaloMayamba Et Son Jazz Dubin A L00:02:521934
18Swing low sweet chariot (negro spiritual)Orch Roger Guttinger 00:02:301934
19Eeny meeny miney moCastendet SamMalneck M M00:02:301936
110Sweet georgia brownCastendet SamPinkard M00:02:491936
111My heartDel S Jazz Biguine Delouche E00:03:151937
112Swing but sweetLouise Louise Pierre 00:02:511939
113Cet air convient a ma melancolieLouise Lirvat Albert00:02:431939
114Oh cette musiqueFredy Jumbo Et Son Ensemble Henry Charles00:02:311942
115Seul ce soirFredy Jumbo Et Son Ensemble Durand Paul00:02:461942
116Begonia swingFredy Jumbo Et Son Ensemble Mavounzy 00:02:451942
117Swing 42Fredy Jumbo Et Son Ensemble Reinhardt Django00:02:571942
118Boogie woogieFredy Jumbo Et Son Ensemble Henry Charles00:02:321942
21Ce soirFredy Jumbo Et Son Ensemble Siniavine A00:03:011943
22Le wa di wa wa ouFredy Jumbo Et Son Ensemble Durand Paul00:02:401943
23Voyage au long coursFredy Jumbo Et Son Ensemble Gauthier 00:03:361943
24InspirationCooper HarryCooper Harry00:03:051943
25Blues 43Cooper HarryCooper Harry00:03:161943
26NuagesCooper HarryReinhardt Django00:02:511943
27La cigaleCooper HarryMavounzy 00:03:171943
28AllegroCooper HarryCooper Harry00:02:081943
29Nos impressionsCooper HarryCooper Harry00:02:491943
210Caprice en utCooper HarryChadel Hp00:03:151943
211Lune rousseCooper HarryChadel Hp00:02:151943
212Partie de plaisirViseur GusViseur Gus00:02:471943
213Hot club paradeChauliac Et Son Orchestre LeoChauliac Leo00:02:581943
214Saint louis pelouzeChauliac Et Son Orchestre LeoChauliac Leo00:02:591943
215Swing guitarsFerret JeanReinhardt Django00:02:431943
216GeorginaEnsemble Swing Du Hot Club Col Mavounzy 00:02:111944
217J adore la musiqueEnsemble Swing Du Hot Club Col Igelhoff P00:02:551944
218Misty sunriseCooper HarryLewis Charlie00:03:141946
Availability

Usually ships in:

3-5d.gif




Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc), chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 0143749024
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit Pré écoute possible de certains produits!


Last Updated: Saturday, 20 December 2014 21:26
Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

PIERRE LOUISS
PIERRE LOUISS
La passion du jazz, une créativité bouillonnante, le piment de ses origines antillaises... Il a tout transmis...

MALAVOI
MALAVOI
En 1969, sous la direction de Mano Césaire et avec Alain Jean-Marie au piano, le groupe Malavoi gravait ses premiers...

JAMAICA RHYTHM & BLUES 1956-1961
JAMAICA RHYTHM & BLUES 1956-1961
Les légendaires Chris Blackwell, Clement “Coxsone” Dodd, Duke- Reid, Prince Buster, Edward...

GROUPE FOLKLORIQUE MARTINIQUAIS
GROUPE FOLKLORIQUE MARTINIQUAIS
Loulou Boislaville (1919-2001) fut de 1966 à 1981 l’animateur du célèbre Groupe Folklorique...

GERARD TARQUIN - COEUR DE CHAUFFE
GERARD TARQUIN - COEUR DE CHAUFFE
Voici une formation qui joue la biguine de la manière la plus pure, la plus brillante, la plus authentique qui soit. Ce...

ERNEST LEARDEE - RYTHMES DES ANTILLES 1951-1954
ERNEST LEARDEE - RYTHMES DES ANTILLES 1951-1954
« Ernest Léardée, avec son orchestre antillais, fut au début des années...

DEL’S JAZZ BIGUINE 1951-1953 - EUGENE DELOUCHE
DEL’S JAZZ BIGUINE 1951-1953 - EUGENE DELOUCHE
Eugène Delouche, clarinettiste né à la Martinique en 1909, fut à Paris à...

BIGUINE, VALSE ET MAZURKA DES ANTILLES FRANÇAISES 1940-1966
BIGUINE, VALSE ET MAZURKA DES ANTILLES FRANÇAISES 1940-1966
La Biguine est le cadeau des Antilles à la danse ! La présente sélection recueille les titres les plus...

BIGUINE VOL. 2
BIGUINE VOL. 2
L’anthologie de la musique antillaise par les artistes qui firent son succès à Paris tout au long des...

BIGUINE À LA CANNE À SUCRE 1946 - 1949
BIGUINE À LA CANNE À SUCRE 1946 - 1949
Toute la folle ambiance du plus célèbre cabaret antillais de l’après-guerre à Paris,...

BIGUINE - BIGUINE VALSES ET MAZURKA CREOLES (1930-1944)
BIGUINE - BIGUINE VALSES ET MAZURKA CREOLES (1930-1944)
“ Pour biguiner, il faut être musicien, avoir du soleil en tête, de l’amour au cœur et du rhum un...

BAREL ET HONORÉ COPPET
BAREL ET HONORÉ COPPET
En 1956 la France découvre le merengue, la nouvelle danse qui fait fureur aux États-unis,...

Radio france  ina  rfi



Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Nouveau Catalogue 2014-2015
Visitez la Galerie
Pub Net Paysages reels.jpg
Inédits
Quincy Jones Live à Paris
Titre_cours_particulier.gif
Collection Complète
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études


Historial
Grande Guerre
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif