Fremeaux.com
 
VOODOO IN AMERICA
Réf. : FA5375

VOODOO IN AMERICA

BLUES, JAZZ, RHYTHM & BLUES, CALYPSO (1926-1961)

Direction artistique : BRUNO BLUM
Label : FREMEAUX & ASSOCIES
Nombre de CD : 2
Vous pouvez acheter ce produit :

- Chez votre libraire ou maison de la presse (Frémeaux & Associés distribution)
- Chez votre disquaire, Fnac ou Virgin (distribution : Socadisc)
- Sur lalibrairiesonore.com
- Sur librairie-audio.com Pré écoute de certains produits!
- Par téléphone au 01.43.74.90.24
Distinctions :
RECOMMANDÉ PAR RFI / RECOMMANDÉ PAR FRANCE CULTURE / RECOMMANDÉ PAR FRANCE INTER / RECOMMANDÉ PAR TSF / SÉLECTION JAZZ HOT / "LE PIED" SOUL BAG / RADIO NOVA / RECOMMANDÉ PAR LE JAZZ SUR FRANCE BLEU / MONDOMIX * * * * *
Puisant ses racines en Afrique de l’Ouest, le Vaudou nord-américain se développe au XIXe siècle parmi les esclaves et Noirs libres des faubourgs et plantations créoles de la Nouvelle Orléans. Marie Laveau, grande prêtresse qui confectionne gris-gris et philtres d’amour devient l’emblème d’une religion devenue « contre-culture ».
En réaction au cadre rigoriste du protestantisme américain, au racisme et à la ségrégation, le voodoo, porte fantasmée vers l’Afrique, ou douce hérésie érotique, devient un exutoire pour les musiciens afro-américains en quête de racines et d’identité.
Commentés par Bruno Blum, ces titres magnifiques de blues, jazz, rock n’ roll et même calypso, expriment les sentiments inspirés par le hoodoo : spiritualité, puissance, virilité, fierté, parfois peur, dérision et humour.
Patrick FRÉMEAUX

With roots deep in western Africa, voodoo spread to North America in the 19th century amongst the slaves and free black men living in the Creole plantations on the outskirts of New Orleans. Their great priestess was Marie Laveau, whose mojo skills and love-potions made her the emblem of a religion which became a “counter-culture”.
As a reaction to the strict disciplines of American Protestantism, racism and segregation, voodoo – whether seen as a fantasy doorway to Africa or some sweet, erotic heresy – became an outlet for Afro-American musicians in search of their roots and identity.
With detailed notes from Bruno Blum, these magnificent titles – blues, jazz, rock ‘n’ roll, even calypso – express all of hoodoo’s sentiments: spirituality, power, virility, pride, sometimes fear, derision and humour. 

DROITS : DP / FREMEAUX & ASSOCIES
DIRECTION ARTISTIQUE : BRUNO BLUM
Liste des articles de presse consacrés à ce CD :
- « Un fascinant panorama musical » par Jazz Magazine-Jazz Man
« La permanence des références au vaudou (voodoo) dans toutes les formes musicales afro-américaines témoigne de l’enracinement d’une pratique religieuse directement issue d’Afrique de l’Ouest et qui s’est propagée partout où l’esclavage a sévi, du Brésil au Canada, en trouvant un terreau particulièrement fertile en Haïti et en Louisiane. En réaction au puritanisme chrétien et au racisme, il constitue une échappée fantasmée vers l’Afrique. Savamment documenté par le livret de Bruno Blum, le phénomène est illustré par un fascinant panorama musical qui mêle époques et genres (jazz, blues, r&b, rock’n’roll et calypso). De Jelly Roll Morton  John Coltrane, en passant par les évocations convaincues (Joséphine Premice, Lil’ Johnson…), menaçantes (Terry Timmons, Howlin’ Wolf…) ou railleuses (Louis Jordan, The Clovers…) les pratiques du hoodoo sont évoquées à travers les mojo, black cat bone et autre gris-gris. Sans surprise, Muddy Waters et Screamin’ Jay Hawkins sont les mieux représentés, mais aussi Bo Diddley (dont le Who Do You Love doit s’entendre Hoodoo You Love !) et quelques néo-orléanais distingués, comme Oscar « Papa » Célestin et son « envoûtant » Marie Laveau. Domaine public oblige, la compilation ne va pas au-delà de 1961, ce qui exclut malheureusement Dr John dont l’œuvre témoigne de l’imprégnation toujours vivace du vaudou dans la culture louisianaise. »
Par Jacques PERIN – JAZZ MAGAZINE-JAZZ MAN
- « Cet album est vraiment une réussite » Par On Mag
« Le travail accompli pour réaliser cette anthologie sur les aspects du vaudou en Amérique témoigne d’une excellente connaissance du sujet, trop souvent négligé par les illustrateurs du blues, du rhythm n’ blues, du rock ou du jazz, voire du calypso (« Zombie Jamboree », « Spirit Rum »). Or s’il y a bien quelque chose qui fait partie intégrante de la culture afro-américaine, notamment de New Orleans, puis, après les années trente, de Chicago, puis de Harlem, c’est bien le vaudou, le voodoo, et sa pratique, le hoodoo, avec ses gris-gris, ses sacrifices de coqs égorgés, ses zombies, ses malédictions, ses danses, ses transes, ses os de chat noir, ses poudres aphrodisiaques, et ses grandes prêtresses comme Marie Laveau (1794-1881) évoquée par Papa Celestin. Qu’il soit pris au sérieux comme par Josephine Premice ou prétexte à rigolade genre « chérie fais-moi peur », quand ce n’est pas pour une « douce hérésie érotique », comme le suggère avec justesse Patrick Frémeaux,  par des bluesmen ou des jazzmen, Jelly Roll Morton, Memphis Minnie, Robert Johnson, Jay McShann, Louis Jordan, Muddy Waters, Howlin’ Wolf, Steramin’ Jay Hawkins, etc, le vaudou est un élément de culture qui a fédéré les Afro-Américains, car cela se passait dans leur monde à eux, pas dans celui des Blancs. Contre-culture créant un fantasme d’Afrique sublimée, rempart contre le rigorisme protestant qui sévissait ailleurs, le vaudou a permis aux musiciens en quête de racines d’en trouver. Et c’est ainsi qu’une ville comme New Orleans est si différente des autres villes des Etats-Unis (du moins avant Katrina). En réunissant sur un double album des artistes aussi variés que les pré-cités, ainsi que Sonny Boy Williamson, J.B. Lenoir, Billy Holiday, John Coltrane, Art Blakey, Ligtnin’ Hopkins ou Chuck Berry, tous sur le même sujet, c’est-à-dire ce vaudou symbole de l’afro-américanisme, le label Frémeaux fait œuvre extrêmement utile, car il montre combien une nation à qui l’on supprime ses racines en retrouve d’autres, combien la créolisation est un phénomène enrichissant et combien les sources de la musique d’aujourd’hui sont diverses. Le livret, bilingue, de Bruno Blum est une véritable mine de renseignements qui incitent à rechercher plus loin encore. Cet album est vraiment une réussite. »
Par Michel BEDIN – ON MAG
- « This is a fascintating and entertaining set » by Blues & Rhythm
Voodoo (frequently referred to as ‘hoodoo’ on mainland America) has had a bad press in America and Europe, with sensationalist media having a (racist) field day with zombies, white slavery, naked midnight rituals and sympathetic magic – take a look at some of the images in the booklet accompanying this double CD, although the sleeve illustration also falls into the same trap. Many African-Americans have also bought into this impression, drawing in southern folk beliefs, though it is with a little surprise that I note that Muddy Waters is the most represented artist on these two CDs, with his five titles – two more than a totally unsubtle Screamin’ Jay gets – comprising ‘Gypsy Woman’, ‘Louisian Blues’, ‘Hoochie Coochie Man’, ‘Got My Mojo Working’, and ‘Evil’, though the second of those titles points to the state most usually associated with ‘hoodoo’, thanks both to New Orleans and the state’s bayous. The Crescent city artists present range from Jelly Roll Morton to Eddie Bo, with Oscar ‘Papa’ Celestin’s ‘Marie Laveau’ almost a template for Mac Rebennack’s late ‘60s and early ’70s incarnation as ‘Doctor John The Night Tripper’. Zora Neale Hurston was initiated into a woodoo cult in New Orleans and gave a vivid description in her book, ‘Mules and Men’; she also travelled to Haiti – the home of voodoo, in the west at least – and wrote about her experiences there in ‘Tell My Horse’. A common saying is that ‘Haiti is 90% Catholic and 100% voodoo’ (figures vary but you get the idea), and that is acknowledged here by the inclusion of three titles by the rather cultured singer Josephine Premice, recorded in Los Angeles in 1957 and which feature Barney Kessel on guitar. ‘Chicken Gumbo’ owes more to Harry Belafonte than to her native island though – and it would be good to hear more by her. Blind Blake represents The Bahamas with the lively ‘Spirit Rum’, nice enough and well worth having, but not his best. Back on the mainland, the blues contribution ranges from – inevitably – Robert Johnson’s ‘Cross Road Blus’ (the notes link the big black man who purpotedly turned up at midnight and tuned Robert’s guitar at the crossroads with powerful Haitian deity Papa Legba) to the nicely sophisticated Terry Timmons, the r&b contingent includes Louis Jordan and JayMcShann, and rock’n’roll gets a look-in with sides from Bo Diddley, Chuck Berry (‘Thirty Days’) and The Clovers (‘Love Potion Number 9’). Besides those already mentioned, Billie Holiday, John Coltrane and Art Blakey are on the jazz side, though the inclusion of the latter two is only justifiable as the titles of their numbers display an awareness of African roots, though once again possibly quite stereotypically, and otherwise tel us nothing about woodoo as such. The only white headline act here is indeed a curious choice : The Kingston Trio performs the calypso ‘Zombi Jamboree’ after a careful introduction. This is a fascintating and entertaining set, but the booklet notes seem to have been cut before publication. The legend of the crossroads encounter quoted here was actually about Tommy Johnson, not Robert, and there is obviously something missing as this quotation is immediately followed by a source attribution ‘Clarence Gatemouth Brown, Dirty Work At The Crossroads, 1953’, which might suggest that Gate’s opus was at one time also scheduled for inclusion. It is not a massive oversight as the set stands up well enough without it. Norman DARWEN – BLUES & RHYTHM
- « Des œuvres éclairées d’un jour nouveau » par Vibrations.
Arrivé sur le sol américain avec les esclaves d’Afrique de l’Ouest, le culte vaudou a profondément innervé les cultures locales, mais à des degrés divers. Si sa présence est évidente aux Antilles (Haïti) ou au Brésil (le candomblé), les traces de ce syncrétisme se retrouvent parfois subtilement – l’esprit plutôt que la lettre – dans le cadre états-unien. Il fallait la curiosité de Bruno Blum pour en retranscrire la vitalité à travers les œuvres de Jelly Roll Morton jusqu’à John Coltrane, en passant par Muddy Waters ou Bo Diddley, éclairées d’un jour nouveau.
Par Bruno GUERMONPREZ - VIBRATIONS
- « Spiritualité et créativité » par Lylo
Coup de projo sur le Vaudou nord-américain. Fusion afro-créole pêchue voire allumée où spiritualité et créativité imprègnent blues, rock’n roll, jazz et calypso sous l’impulsion des maîtres que sont Scremin’Jay Hawkins, Muddy Waters and Co…
Lylo

- « Très conseillé. » par Soul Bag
Relevons d’abord le travail très documenté de Bruno Blum, dont le livret favorise la compréhension des différents aspects d’un « phénomène vaudou » souvent mis à toutes les sauces. Si le vaudou dans les musiques qui nous passionnent est étroitement lié à la Louisiane, sorte de centre de l’occulte, ce double CD sort des frontières et remonte d’abord aux origines du blues avec des artistes connus comme Jelly Roll Morton, Memphis Minnie, Robert Johnson et Casey Bill Weldon … Dans les années 1940, on le trouve dans les orchestres de swing (Louis Jordan, Jay McShann), puis il s’invite largement à Chicago. Ainsi , Muddy Waters (5 titres), Bo Diddley (3), Howlin’Wolf, Chuck Berry et J.B.Lenoir (1 chacun) occupent une place significative au sein des 40 morceaux. Incarnation du vaudou, Screamin’ Jay Hawkins n’est pas oublié avec son imparable « trilogie » comprenant « She put the whamee on me », « Alligator wine » et « I put a spell on you » (comme l’écrit Blum, le second cité n’est pas le plus connu mais les paroles sont renversantes !). C’est passionnant mais une telle sélection a aussi ses limites car elle contient forcément beaucoup de classiques disponibles par ailleurs (y compris pour les deux jazzmen Art Blakey et John Coltrane). Il faut donc s’en délecter en s’arrêtant longuement sur les textes savoureux et en considérant le contexte historique et culturel. Enfin, elle contient quelques perles méconnues qui alimentent l’intérêt : l’hommage brass band d’Oscar « Papa » Célestin à Marie Laveau (la reine du vaudou notamment inspiratrice de Dr. John), les douceurs calypso et la gouaille de Josephine Premice ou encore « l’Evil eyed woman » de la sublime chanteuse Terry Timmons, justement comparée à Dinah Washington mais hélas aujourd’hui totalement oubliée… Très conseillé.
Par Daniel LEON – SOUL BAG
- « Le livret s’étend longuement sur le vaudou » par Rock and Roll Revue
« Qui aurait songé à compiler un double CD avec des chansons au rapport plus ou moins certain avec le vaudou ? Bruno Blum, bien sûr. Le livret concocté par ses soins s’étend longuement sur le vaudou. Un certain nombre de titres, choix évident, y fait directement référence. En revanche, pour d’autres, le rapport est très ténu, voire tiré par l’amulette et, en dépit des explications, je ne vois toujours pas le rapport avec certains titres, dont les instrumentaux, ou d’autres. Musicalement, la première galette offre du jazz trad, de la variété, du calypso, du jazz par Louis Jordan, une sorte de procession funèbre d’Oscar Papa Celestin mais, surtout, du blues lent, rural ou citadin, dépouillé, avec quelques titres un peu plus musclés ou guillerets. On en retiendra ceux peu connus, “Seven sisters blues“ (J T. Smith), “Hoodoo lady“ (Memphis Minnie), “I've been tricked“ (Casey Bill Weldon), “Root doctor blues“ (Doctor Clayton), “Memphis Al the hoodoo man“ (Albert Williams), plus le sautillant “Goofer dust swing“ (Lil’ Johnson) et le rockin’ rhythm’n’blues “Voodoo woman“ (Jay McShann). Le deuxième comporte une majorité de titres connus ou très bien connus. Les autres ? Seul le blues lent dépouillé “Evil eyed woman“ de Terry Timmons est intéressant, les instrumentaux d’Art Blakey et John Coltrane sont du jazz, ceux de Blind Blake, Billie Holiday, Josephine Premice sont du calypso ou de la variété. »
Par Bernard BOYAT – ROCK AND ROLL REVUE
- « La singularité de la Nouvelle Orléans » par Tean
Au moment ou de nouveau une catastrophe naturelle révèle à l’Amérique « post raciale » en pleine campagne présidentielle à quel point personne n’est encore égal devant un ouragan, ce double CD nous rappelle la singularité de la Nouvelle Orléans, cité unique et emblématique des traumatismes de l’histoire des USA. C’est ainsi dans la ville créole, parmi les communautés d’esclaves et noirs libres, qu’est apparue la « contre-culture » vaudou, réminiscences africaines aux multiples facettes qui trouvera naturellement son chemin dans le rythm’n blues, le jazz et évidemment le rock n’roll. Libérée et sexuelle, débarrassée dans l’expression artistique de ses oripeaux religieux, Screamin’ Jay Hawkins (idolâtré par Gainsbourg), Muddy Waters, Bo Diddley ou Billy Holiday lui rendirent l’hommage érotique et émancipateur qu’elle méritait.
Par King MARTOV - TEAN
- « Une étude documentaire indispensable » par Blues & Co
Sorcellerie pour certains, religion pour d’autres. Les racines du vaudou viendraient de l’ouest africain (Ghana, Togo, Bénin…). Culte de confession animiste, il attribue une âme à tous les phénomènes naturels en les rendant favorables par des pratiques magiques. Implanté surtout en Louisiane et aux Caraïbes, leurs sorciers revendiquent une puissance divine à des talismans, poudres, fétiches appelés « gris gris » ou mojo en terre louisianaise. Parmi eux , Marie Laveau : reine du Vaudou qui sera célèbre au XIXe siècle pour ses prédications. Elle fera sa fortune organisant pour la haute société des réunions qui se terminaient parfois en orgies. Le trompettiste de jazz Oscar Celestin lui rend hommage dans le titre éponyme « Marie Laveau ». Beaucoup plus tard, le groupe Canned Heat des années seventies fera de même sur une composition de son guitariste Henry Vestine. Le terme hoodoo qui est un ensemble de croyances dont ses adeptes pratiquent aussi la magie au moyen de plantes et du savoir faire des indiens sera utilisé par les bluesmen : « Hoodoo lady » de Memphis Minnie, « Somebody done hoodooed the hoodoo man » de Louis Jordan et son  Tympani five, « Hoodoo hoodoo «  de John Lee Sonny boy Williamson ou encore « Hoo-doo blues » de Lighnin’ Slim sont en bonne place dans ce coffret. Il en est de même avec voodoo ou vaudou en français « Voodoo woman » de Jay McShann et de « Voodoo boogie » par J.B. Lenoir. Les fans de blues doivent connaître ou posséder pratiquement tous les titres proposés dans ce double CD : que cela soit Robert Johnson, Muddy Waters, Lightnin’ Hopkins, Howling Wolf…, ainsi que les inconditionnels de Chuck Berry, Bo Diddley, Screaming Jay Hawkins… alors pourquoi faire cet achat ! Je pourrais argumenter en vous disant que l’intérêt est de regrouper ces pièces de collections sur un même ouvrage sonore en y ajoutant l’étude documentaire indispensable réalisée par Bruno Blum sous présentation d’un livret. Enfin, je pourrais ajouter que d’autres horizons  dont le jazz y figurent. Je vous conseille d’écouter «  The witch doctor » d’Art Blakey, « Dahomey dance » de John Coltrane, « Grandpa’s spells » de Jelly Roll Morton. Ce sont de véritables petits joyaux… toujours sur le même thème.
Par Bruno MARIE – BLUES & CO
- « Musiques syncrétiques et spitituelles » par Mondomix
« Hérité du vodun ouest-africain, le vaudou a cru et embelli aux Amériques, revêtant une extrême diversité de formes musicales, toutes liées aux religions  développées outre-atlantique : santeria cubaine, candomble brésilien, obeah jamaïcain, vaudou haïtien… Ces cultes du secret mariaient chez les communautés « noires » croyances ancestrales et accoutumance chrétiennes. Ces hybrides rappellent que le nouveau monde  et reste une terre fertile de créolisation, le terreau propice à une bande-son qui allait  accompagner  ces pratiques avec ferveur. Ce fut le cas des Etats-Unis, où les anciens esclaves vont bâtir à partir du Congo Square, l’unique espace à la Nouvelle-Orléans où les tambours résonnaient le jour du Seigneur, une cosmogonie sonique qui convertira bientôt de nombreux adeptes sur toute la planète. Ce sera le blues, le jazz, le rhythm’n blues, répertoire convoqué  sur cette compilation, auquel on pourrait ajouter le funk, la soul, le hip-hop, la house… Ces musiques syncrétiques et spirituelles transgressent les codes de bonne foi par la grâce du mojo : plus qu’un simple fétiche à fortes connotations sexuelles, ce supplément d’âme, au-delà de porter bonheur à celui qui l’a en lui, lui assure de dépasser ses limites, de sortir de soi pour toucher à l’universel. Et à ce sujet,  de Jelly Roll Morton à John Coltrane, de Bo Diddley à Muddy Waters, tous présents ici, les affranchis de la communauté afro-américaine peuvent vous conter de bien bonnes histoires. »
Par J. D. – Mondomix
- « Un monde sonore homogène » par Jazz Hot
Curieux projet qui a pour thème la religion vaudou ouest-africaine. Le livret délivre des informations extramusicales sur le sujet Voodoo, alias Hoodoo, dont certes on trouve trace dans les titres et paroles de musiques diverses. Ce qui ne donne pas, sauf si l’imaginaire remplace les réalités acoustiques, un monde sonore homogène. D’ailleurs on trouve ici la démonstration objective que les univers de Bo Diddley et de John Coltrane ne sont pas intimes. Ce qui ne veut pas dire que nous n’aimons pas ce « Bo Diddley » par l’auteur du même nom ou ce délicieux « Thirty Days » de/par Chuck Berry qui ont bercé un instant de notre déjà lointaine jeunesse. Ni ce « Dahomay Dance » de Trane avec Freddie Hubbard et Eric Dolphy, également un souvenir d’adolescent. Par contre nous ne connaissions pas l’excellente Terry Timmons, bluesy à souhait dans « Evil Eyed Woman » (1952) soutenue par Rene Hall (g) de La Nouvelle-Orléans et un Jimmy Crawford (dm) sobre. Ni Josephine Premice dont « Song of the Jumbies » (1957) relève des variétés. C’est peut-être l’intérêt des compilations. En dehors de Jelly Roll Morton (« Grandpa’s Spells »), Art Blakey (« The Witch Doctor » avec Lee Morgan, 1961) et du titre de Coltrane, on trouve l’amusant « Marie Laveau » par Papa Celestin (version 1954) au cœur du sujet pour les paroles et la leçon d’expressivité de Billie Holiday dans « Day i, day out » (1957) pris sur un tempo balancé idéal (solo sobre et pertinent d’Harry Edison, sensuel et massif de Ben Webster). Ailleurs, en plus de « I Put a Spell on You » par l’excentrique Screamin’ Jay Hawkins (bon solo de Sam Taylor, ts, 1956), les moments blues et R’n B de qualité ne manquent pas : « Hoodoo Lady » par Memphis Minnie (1963), « Goofer Dust Swing » par Li’l Johnson (avec Mr Sheik, tp, 1937), « Somebody done Hoodooed  the Hoodoo Man » par Louis Jordan (1940), « Voodoo Man » par Jimmy Witherspoon avec Jay McShann (1946, bon solo de trompette), « Black Cat Bone » par Lightnin’ Hopkins (1950/1), « Who do you love » par Bo Didley (1956), « Got My Mojo Working » de Muddy Waters (avec James Cotton, hca, 1956), »You Got Your Mojo Working » du méconnu Eddie Bo (1959, avec Edgar Blanchard, g)… Nous proposons que la prochaine compilation soit consacrée à « l’amour » ce qui devrait permettre de très nombreux volumes dans un paroxysme d’hétérogénéité expressive de premier ordre. Michel LAPLACE-JAZZ HOT
- « Félicitations à Bruno Blum pour le livret et les références. » Par Blues Again
« Comme toujours chez Fremeaux, le livret documenté nous éclaire sur le vaudou, ses origines, ses ramifications. En réaction au cadre rigoriste du protestantisme Américain, au racisme et à la ségrégation, le voodoo, porte fantasmée vers l’Afrique, ou douce hérésie érotique, devient un exutoire pour les musiciens afro-américains, en quête de racines et d’identités. Patrick Fremeaux pose le cadre de cette compilation qui nous offre toute l’Afro-Créolité des musiques américaines. Du blues de Robert Johnson, Muddy Waters, Lightnin Hopkins, au jazz d’Art Blakey, au calypso de Blind Blake & The Royal Victorian Hotel Calypso Orchestra (‘Spirit Rum’), jusqu’au morceau de bravoure, mixture swamp du sorcier hurlant Screamin’ Jay Hawkins, ‘Alligator Wine’ point d’orgue de cette compilation qui devrait trouver une place de choix chez tous les amoureux de musique, sorciers ou non. Félicitations à Bruno Blum pour le livret et les références. »
Par Nicolas MILANI – BLUES AGAIN
- « Une judicieuse sélection » par L’Humanité
Poursuivant son précis et précieux travail sur le patrimoine mondial, Patrick Frémeaux sort une judicieuse sélection , allant de 1926 (Jelly Roll Morton) à 1961 (Coltrane). Comme toujours, un riche livret français-anglais (texte instructif de Bruno Blum). Des voix du blues (Muddy Waters, Bo Diddley), du jazz (Art Blakey, Coltrane), du rock’n’roll (l’éclaireur Bo Diddley), du rhythm’n’blues (The Clovers), de la Louisiane (le saisissant Oscar « Papa » Célestin) ou de la Jamaïque (The Kingston Trio). Pratiqué par les esclaves noirs comme culture de résistance, le vaudou nord-américain s’est développé et imposé en vraie contre-culture. L’HUMANITE
Liste des crédits sur ce CD :
Jelly Roll Morton's Red Hot Club , Jelly Roll Morton , J-t. Smith , Minnie Mccoy , Minnie Memphis , Robert Johnson , Johnson R. , L. Johnson , Lil Johnson , W. Weldon , Casey Bill Weldon & His Orchestra , Louis Jordan , Louis Jordan & The Tympany Five , Demetrius , Jay Mcshann & His Orchestra , Moore , Peter-joe Clayton , Doctor Clayton , J-l. Williamson , Sonny Boy Williamson , Morganfield Mc Kinley , Muddy Waters , Sam Hopkins , Lightin' Hopkins , Albert Williams , Robert L. Gurley , Oscar Celestin , Willie Dixon , Howlin' Wolf , Ellas Mcdaniel , Bo Diddley , Screamin' Jay Hawkins , Josephine Premice , Winston O'conner , The Kingston Trio , J. Hawkins , Chase , Terry Timmons , Chuck Berry , Morganfield Mckinley , Colin Kelly , Blind Blake & The Royal Victorian Hotel Calypso Orchestra , Alonso Higgs Blake , Mercer , Billie Holiday , Bloom , Merrick , Willoughby , Dolorès Johnson , Eddie Bo , B. Allen , Charles Sheffield , J-b. Lenoir , J. Leiber , The Clovers , M. Stoller , A. Irving , C. Irving , Hicks , Lightin' Slim , Lee Morgan , Art Blakey , John Coltrane
CDPisteTitreArtiste principalAuteurDuréeEnregistré en
11Grandpa's spellsJelly Roll Morton's Red Hot Club 00:02:571926
12Seven sisters bluesJ-t. Smith J-t. Smith 00:02:551931
13Hoodoo ladyMinnie Memphis Minnie Mccoy 00:03:041936
14Cross road bluesRobert Johnson Robert Johnson 00:02:311936
15Goofer dust swingLil Johnson L. Johnson 00:03:141937
16I've been trickedCasey Bill Weldon & His Orchestra W. Weldon 00:02:521937
17Somebody done hoodooed the hoodoo manLouis Jordan & The Tympany Five Louis Jordan 00:02:391940
18Voodoo womanJay Mcshann & His Orchestra Demetrius 00:02:381946
19Root doctor bluesDoctor Clayton Peter-joe Clayton 00:03:111946
110Hoodoo hoodooSonny Boy Williamson J-l. Williamson 00:02:571946
111Gypsy womanMuddy Waters Morganfield Mc Kinley 00:02:341946
112Louisiana bluesMuddy Waters Morganfield Mc Kinley 00:02:531950
113Black cat boneLightin' Hopkins Sam Hopkins 00:02:561950
114Memphis al the hoodoo manAlbert Williams Albert Williams 00:02:451950
115Marie laveauOscar Celestin Robert L. Gurley 00:06:361954
116EvilHowlin' Wolf Willie Dixon 00:02:541954
117I'm a manBo Diddley Ellas Mcdaniel 00:06:471955
118She put the whamme on meScreamin' Jay Hawkins Screamin' Jay Hawkins 00:03:311955
119Song of the jumbiesJosephine Premice Josephine Premice 00:03:341957
120Zombie jamboreeThe Kingston Trio Winston O'conner 00:03:181958
21Bo diddleyBo Diddley Ellas Mcdaniel 00:02:291955
22Alligator wineScreamin' Jay Hawkins J. Hawkins 00:03:051957
23Evil eyed womanTerry Timmons Chase 00:02:381957
24Hoochie coochie manMuddy Waters Willie Dixon 00:02:501954
25Thirty daysChuck Berry Chuck Berry 00:02:281955
26I put a spell on youScreamin' Jay Hawkins Screamin' Jay Hawkins 00:02:261956
27Who do you loveBo Diddley Ellas Mcdaniel 00:02:311956
28Got my mojo workingMuddy Waters Morganfield Mckinley 00:02:501956
29EvilMuddy Waters Morganfield Mckinley 00:02:201957
210Spirit rumBlind Blake & The Royal Victorian Hotel Calypso Orchestra Colin Kelly 00:02:251957
211Day in day outBillie Holiday Mercer 00:06:401957
212Chicken gumboJosephine Premice Merrick 00:01:351957
213You got your mojo workingEddie Bo Dolorès Johnson 00:02:501959
214It's your voodoo workingCharles Sheffield Charles Sheffield 00:01:471959
215Voodoo boogieJ-b. Lenoir J-b. Lenoir 00:01:531958
216Love potion number 9The Clovers J. Leiber 00:01:531959
217RookoombeyJosephine Premice A. Irving 00:01:511957
218Hoo doo bluesLightin' Slim Hicks 00:02:191960
219The witch doctorArt Blakey Lee Morgan 00:05:311960
220Dahomey danceJohn Coltrane 00:10:501961





Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc), chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 0143749024
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit Pré écoute possible de certains produits!

Egalement disponible aux éditions Frémeaux & Associés :

SCREAMIN' JAY HAWKINS
   
SCREAMIN' JAY HAWKINS
LIVE !
included 'I put a spell on you' et 'Constipation blues'
suivi de 2 bonus tracks "What a price I must...
SCREAMIN' JAY HAWKINS
SOUND OF NEW ORLEANS 1992-2005
   
SOUND OF NEW ORLEANS 1992-2005
Concocté par Jean Buzelin à partir du beau catalogue SONO créé par Gary Edwards,...
SOUND OF NEW ORLEANS 1992-2005
AFRICA IN AMERICA
   
AFRICA IN AMERICA
SELECTION JAZZ DE FIP
"An imaginative and quirky compilation illustrates how...
AFRICA IN AMERICA



Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

WOMEN IN BLUES
WOMEN IN BLUES
L'anthologie des chanteuses de blues présentée par Jean Buzelin. De Mamie Smith à Dinah Washington, la...

T-BONE WALKER
T-BONE WALKER
T-Bone Walker a connu un énorme succès après la guerre, marquant de façon déterminante...

ROOTS OF SOUL 1928-1962
ROOTS OF SOUL 1928-1962
En fusionnant l’émotion et les mélodies du gospel avec les arran gements et la...

ROBERT JOHNSON
ROBERT JOHNSON
Le créateur de “Sweet home Chicago”.
Gérard Herzhaft

Les coffrets « The...

MUDDY WATERS - VOL.1
MUDDY WATERS - VOL.1
Ce coffret retrace la première partie de la carrière de Muddy Waters, un des noms les plus importants de...

JOHNNIE TEMPLE
JOHNNIE TEMPLE
Les meilleurs titres de Johnnie Temple, qui a influencé Robert Johnson, et a été l’un des premiers...

JIMMIE RODGERS
JIMMIE RODGERS
L’anthologie des blues de Jimmie Rodgers qui a été par ailleurs le véritable créateur de ce...

HILLBILLY BLUES
HILLBILLY BLUES
Le blues a été, dès ses débuts, pratiqué par des musiciens blancs sudistes, les...

DAVID HERZHAFT
DAVID HERZHAFT
Featuring : David Herzhaft - Thierry Reocreux - Philippe Jeoffroy - Vincent Cordel - Philippe Gaillot - Renaud Van Welden

BLACK & BLUE VOL. 2
BLACK & BLUE VOL. 2
Le volume 2.

L’histoire d’un des plus beaux labels de blues au monde. Créé par Jean...

BLACK & BLUE VOL. 1
BLACK & BLUE VOL. 1
L’histoire d’un des plus beaux labels de blues au monde. Créé par Jean Marie Monestier et Jean Pierre...

BENOIT BLUE BOY EN AMERIQUE
BENOIT BLUE BOY EN AMERIQUE
Trophée artiste Français du blues en 1998.
Harmoniciste de blues - Trophée 1999

Radio france  ina  rfi



Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Visitez la Galerie
Fonds permanent
Cité de la Musique
Great Black Music
Musée du Quai Branly
Indiens Ameriques
Historial
Grande Guerre
Titre_cours_particulier.gif
Histoire de France Vol 1 à Vol7
Permanence d'un Expert
Expertise Millon
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Nouveau Catalogue 2013-2014
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études


Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Exposition de Septembre
Exposition La Vie Moderne
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif