Fremeaux.com
 
DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 10
Réf. : FA310

DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 10

NUAGES 1940

DJANGO REINHARDT
Direction artistique : DANIEL NEVERS
Label : FREMEAUX & ASSOCIES
Nombre de CD : 2
Vous pouvez acheter ce produit :

- Chez votre libraire ou maison de la presse (Frémeaux & Associés distribution)
- Chez votre disquaire, Fnac ou Virgin (distribution : Socadisc)
- Sur lalibrairiesonore.com
- Sur librairie-audio.com Pré écoute de certains produits!
- Par téléphone au 01.43.74.90.24
Distinctions :
* * * * JAZZMAN / * * * * DIAPASON / BRAVOS TRAD MAG / RECOMMANDÉ PAR ÉTUDES TSIGANES / RECOMMANDÉ PAR FRANK TÉNOT (FRANKLY SPEAKING - JAZZ MAGAZINE) / “INDISPENSABLE” JAZZ HOT / PRIX RÉÉDITION DU HOT-CLUB DE FRANCE, 2005 / RECOMMANDÉ PAR FRANCE INTER (JULIEN DELLI FIORI)
“On aurait cru entendre tout un orchestre, rien qu’à l’écouter accorder sa guitare.”
Hubert Rostaing

Coffret 2 CD accompagné d'un livret 40 pages.

Les intégrales Frémeaux & Associés sous la direction de Daniel Nevers réunissent la totalité des enregistrements phonographiques originaux disponibles auprés des collectionneurs participant à ces "catalogues raisonnés de l'oeuvre enregistrée" d'un artiste. Aux enregistrements les plus connus, le directeur artistique joint les "alternates" qui proposent d'autres versions du même titre.  A cette vocation d'exhaustivité historiographique dédiée au patrimoine sonore phonographique, les éditions Frémeaux & Associés ajoutent des documents radiophoniques afin d'éclairer la diversité de la production de l'artiste et de révéler rétrospectivement les raisons de son appartenance à notre mémoire collective.
Patrick Frémeaux & Claude Colombini

Droits audio et éditorialisation : Frémeaux & Associés (Production : Groupe Frémeaux Colombini SAS for Complete Django Reinhardt).
Liste des articles de presse consacrés à ce CD :
- "Intégrale Django Reinhardt" par Jazz Hot
“Sous la direction de Daniel Nevers, voici la suite d’un des travaux d’Hercule discographiques qu’a entrepris, avec une remarquable constance et qualité, Patrick Frémeaux, responsable de la célèbre maison qui fait tant pour la préservation de la mémoire des hommes. Avant de vous parler de Django, mais parce que cela a un lien direct avec cette édition, il faut remettre en perspective le monumental travail de cette maison d’édition. Tout le monde ne le sait pas, mais en dehors de Django, en dehors du jazz, en dehors des musiques populaires (on peut y inclure la musique religieuse américaine, Charles Trenet, Yves Montand, la musique tsigane et d’autres musiques encore…), en dehors de tout çala maison Frémeaux édite tout un tas d’autres archives sonores, les bruits de la nature, mais aussi des grands textes (Machiavel, Hugo, Platon, Tchekov, Van Gogh, Poe, Tolstoï…) lus par des acteurs (Michael Lonsdale, Ariane Ascaride, Michel Duchaussoy, Brigitte Fossey…), restituant dans le monde sonore une vie culturelle utile non seulement aux aveugles, mais à tout ceux qui ont perdu l’habitude de poser les yeux dans un livre. Il y a encore un certain nombre de travaux historiques et sociologiques (Paroles de Poilus, Jean Moulin…) restituant les grands discours, la mémoire des camps de concentration, des pans entiers de notre histoire récente... Une telle oeuvre éditoriale ne doit bien évidemment rien au hasard, et pour qui sait lire un catalogue ou ces quelques lignes, on comprendra qu’une idée de la vie, une philosophie et une énergie particulière président à ce travail de mémoire. C’est une force impérieuse qui vient d’une urgence très humaine, et c’est ce qui la rend éminemment estimable. Que l’humanité génère de tels hommes et de telles énergies, console de tout le reste. La réédition de l’oeuvre complète de Django Reinhardt se place dans ce cadre. Ce n’est pas un simple cadeau fait aux collectionneurs du jazz, aux amateurs de guitare. C’est une façon de dire pour cet éditeur combien ce musicien a été important, sous son apparence détachée, pour l’histoire de la musique du monde, pour l’histoire des hommes simplement. Rendre un tel hommage à cet homme de la marge, celle des gens du voyage et même à y regarder de plus près en marge de sa propre communauté - car pour appartenir à tous l’artiste doit n’appartenir à personne - est aussi une façon de mettre en lumière une conception de la liberté dans la création.
Daniel Nevers est l’auteur des copieux livrets qui donnent un contexte à cette histoire qui devrait comporter une vingtaine de volumes. Sans être toujours d’accord avec les jugements artistiques ou historiques, ces livrets constituent une trame passionnante de cette période, car suivre Django dans une aventure, c’est lire celle du jazz depuis ses origines en France, côtoyer tous les musiciens qui de près (français et étrangers) ou de plus loin (Sablon, Trenet…) ont a voir avec cette musique. Les livrets fourmillent de détails et d’importantes informations qui font le ravissement du lecteur-auditeur. Ils sont sérieusement établis, en particulier sur le plan discographique. La longue liste des remerciements montre que l’auteur a frappé aux bonnes portes et en a tiré une substance intéressante. Tout au plus, l’actuel responsable de Jazz Hot peut s’interroger sur la faiblesse des références à cette revue qui constitue en général, et pour Django en particulier, une source d’information que le sérieux Daniel Nevers possède certainement dans son subconscient. Le volume 10 commence en 1940 pendant la drôle de guerre, et comme il s’étend jusqu’à la fin de l’année, au-delà de la déroute, on y trouve la version historique de « Nuages ». On ne va pas détailler les 290 titres de cette période qui va jusqu’au début de 1949, mais on retiendra que les titres des albums ont été judicieux (« Swing 42 », « Manoir de mes rêves », « Echoes of France » « La Marseillaise » de Django et Stéphane Grappelli), que dans cette période figure les traces rares de la période ellingtonnienne de Django aux Etats-Unis, les périodes londonnienne, bruxelloise, romaine et niçoise, en rapport avec le Festival de Nice qui est le titre du dernier volume de cette série en cours, et bien sùr parisienne car Django, malgré son âme voyageuse, y a ses habitudes. On peut apprécier que Charles Delaunay suit toujours attentivement la carrière de Django, que Django retrouve périodiquement Stéphane Grappelli (ou la réciproque), car ils sont tous deux liés par un fil invisible d’une telle solidité que même la mort du premier puis du second ne l’a pas rompu. Django, c’est aussi une telle histoire humaine, avec ses fidélités, ses disparitions, ses envols devrait-on dire comme pour tous les grands créateurs. Nous n’avons pas parlé de sa musique. Nous en parlons souvent, elle est si belle que devant une belle collection comme celle-là, il convient simplement de s’arrêter, et de prendre le temps d’écouter, avec attention, car même en sideman, dans des contextes difficiles, Django reste un prince de l’invention. Contrairement à ce qu’on peut lire ici ou là. Django est le père d’une école. Pas seulement d’un style défini, mais il a fécondé comme aucun l’ensemble de la musique en France bien sùr où aucune de celles qui expriment quelque chose n’est exempte de son empreinte, mais aussi à l’étranger, dans le jazz en particulier.” Yves SPORTIS, JAZZ HOT
- "Intégrale Django Reinhardt" par Répertoire
Une réédition d’exception ! « Depuis quelques années maintenant, les éditions Frémeaux ont entrepris la publication d’une intégrale des enregistrement de Django Reinhardt. Nous voici parvenus au seizième double album compact. La présentation soignée (les  livrets sont une mine d’informations), la restitution sonore établie à partir des meilleures sources disponibles, tout concourt à faire de cette entreprise en cours de réalisation une vraie réussite, un monument discographique impressionnant. »
"Ce volume16, exceptionnel à plusieurs titres, peut parfaitement être acquis même si l’on ne possède pas les volumes précédents. En effet, son contenu relativement homogène offre un panorama enthousiasmant et exhaustif de la musique du divin Manouche de la fin 1947 au début de 1949 : une séance radio composée de cinq titres avec le quartet à cordes, les deux morceaux en quintet avec le trompettiste américain Rex Stewart alors présent à Paris, deux faces enregistrées à l’occasion du festival de Nice de 1948, sept morceaux en studio édités à l’époque sur 78 tours Swing. Puis une découverte inédite à ce jour : deux morceaux avec le sextet d’Hubert Rostaing enregistré par la Radiodiffusion Française au cours de l’émission Jazz Parade d’octobre 1948 au Théâtre Edouard VII ; dans la salle, mentionnés par le présentateur, se trouvent le cinéaste Jacques Becker et Boris Vain… Ca gratte, ça n’est pas la haute fidélité, mais quel bonheur d’entendre ainsi revivre une époque bénie du jazz à Paris ! Le deuxième CD se partage en deux formations : celle réunie pour le concert de Bruxelles de novembre 1948 et le début des enregistrements de la radio italienne pour laquelle Django et Stéphane Grappelli entreprirent un véritable marathon musical. Les éditions précédentes du concert de Bruxelles (celle de Vogue en particulier) faisaient figurer deux titres (Artillerie lourde et Place de Broukère) qui provenaient en fait d’émissions de la radio française du début de l’année 1947 ; ces deux titres ne sont donc pas inclus dans cette nouvelle édition à caractère presque scientifique, ayant été publiés précédemment. Quant à la séance romaine, les treize premiers titres sont un régal, mêlant compositions originales de Django et Grappelli (Minor Blues, Swing 39), standars (Over the Rainbow,Night and Day, Honeysuckle Rose) et deux chansons du crooner jazzy Jean Sablon (Clopin–clopant, Vous qui passez sans me voir), avec qui Django grava plusieurs faces avant guerre. Tel quel, ce double CD est une pierre blanche discographique, évoquant à merveille les heures musicales magiques que connut Paris dans les années qui suivirent la Libération. Mais pour autant, comme toute œuvre véritable, cette musique survit admirablement aux conditions conjoncturelles qui l’on vu naître, pour mystérieusement emprisonner une part d’éternité. Je dis mystérieusement parce que personne n’a jamais donné l’explication de ce phénomène miraculeux par lequel s’émerveillent aujourd’hui encore, et pour longtemps, ceux qui sont étrangers, par l’âge, la géographie ou la culture, aux circonstances qui ont vu apparaître semblable trésor. Comme pour Bach, Beethoven, Mozart, Schubert et tant d’autres, à leur plus haut point de création les musiciens de cette trempe ont touché à l’ordre secret du monde. Django possédait cette grâce là aussi." J.P. JACKSON - RÉPERTOIRE
- "Intégrale Django Reinhardt" par Vintage Guitar Magazine
 “The ongoing series attempting to document the complete works of Django Reinhardt is a herculean endeavor, to say the least. Each two-disc set is chock full of 40 plus recordings and packaged with an excellent liner booklet detailing recording dates and personnel as well as detailed recording history.The liner notes are in both English and French.” VINTAGE GUITAR MAGAZINE (USA)
- "Django Reinhartd" par Charles Delaunay
“Improviser ne consistait pas pour Django à juxtaposer des phrases sans rapport entre elles.
C’était au contraire construire et développer un discours cohérent, obéissant à un scénario rigoureux, dont les mouvements, pour être imprévisibles, n’en amenaient pas moins, inexorablement, à la conclusion.” Charles DELAUNAY

“As far as Django was concerned, improvisation was not simply a matter of putting phrases toghether haphazardly.
On the contrary, it had to be built and developed coherently, strictly respecting the outlines, and which, despite its unpredictability, led inexorably to the conclusion.” Charles DELAUNAY
- "Intégrale Django Reinhardt" par Patrick Frémeaux
À DANIEL NEVERS : "DE L’INSIDIEUSE CORRELATION ENTRE LE DEVENIR DES PRODUITS CULTURELS ET LA VITESSE DE LIVRAISON DES PIZZAS À DOMICILE” OU, DE L’IMPROBABILITÉ D’UNE INTÉGRALE DJANGO REINHARDT DANS NOTRE NOUVEL ESPACE-TEMPS ÉCONOMIQUE
"Où notre éditeur, harassé mais heureux du dénouement d’une aventure de dix ans, prend sa plus belle plume pour adresser à son fidèle lecteur le chant d’un phénix – et non du cygne. Le temps s’est densifié ces dernières années. Notre perception de celui-ci opère dans une accélération constante et subit la contagion d’une “éthique” de la performance. Le mythe du progrès qui soutint nos sociétés positivistes est, depuis plusieurs décennies déjà, happé par la pratique d’une recherche permanente de gain de productivité. Celle-ci possède ses hérauts, ses gardiens d’un temple de l’immédiateté renforcé par chaque nouvelle trouvaille technologique. D’une vie planifiée où nous recevions le courrier le matin pour organiser la journée de travail, nous avons eu le fax, puis Internet, intronisant la disponibilité à tout moment, le changement des programmes de travail à toute heure, et une flexibilité de tous les instants – appelée plus communément : stress. Ces contraintes de vie nous ont convaincus, d’ailleurs, qu’il était normal de recevoir en moins de 30 minutes une pizza de son choix à domicile. De même, toute entreprise commerciale digne de ce nom s’est imposé le stock zéro et la production en flux tendu. Le téléphone mobile a porté cette accélération – et, n’en doutons pas, un émiettement des repères spatio-temporels – à son point (pour l’instant…) culminant : avec lui s’est créé un lien ultime et permanent entre fournisseurs et clients, prestataires et industriels.
On opposera à ce tableau, tout empli d’une nostalgie passéiste, qu’une technologie ne vaut que par l’utilisation que l’on en fait. Les éditions Frémeaux & Associés peuvent fièrement revendiquer qu’il en va de même de l’économie et des valeurs défendues par une société. Aujourd’hui, les entreprises subissent un véritable ballet de leurs cadres et dirigeants. Leurs résultats en bourse sont jugés sur six mois. Les conclusions sont tirées de plus en plus tôt et sur des arguments toujours plus réduits. L’édition phonographique, qui participe à cette surenchère de compression du temps, accorde sa confiance à ses directeurs de collections ou “label manager” pendant une durée souvent inférieure à vingt-quatre mois. Laisser le temps au temps semble ne plus être de mise. Les maisons de disques doivent répondre de leurs investissements sur douze mois et toute nouveauté remontant à trois semaines est considérée par la presse comme du fonds de catalogue sans intérêt. Laisser sa place au divergeant, à l’émergeant, à l’incertain et même à notre mémoire collective, semble ne plus être justifié dès lors que les raisons de la rentabilité immédiate sont mises au coeur du système de production.
C’est dans ce monde merveilleux du culte de l’instantané que Frémeaux & Associés essaye d’exister. C’est dans cette industrie de la rentabilité que nos éditions ont fait le choix de durées d’amortissement de plus de six ans sur ses publications et des plans de production de deux à huit ans.
Le chantier d’une Intégrale Django Reinhardt a été lancé au sein de nos éditions par Daniel Nevers, en 1995. Seul un spécialiste et un collectionneur de son envergure pouvait honorer cette gageure ; seule une vie au service de la musique pouvait générer suffisamment de passion et de connaissances pour s’acquitter d’une pareille folie. Dix années auront été nécessaires à la collecte et à l’ordonnancement raisonné de la production de celui après qui la guitare n’a plus jamais parlé de la même façon. Tout un réseau de collectionneurs et d’amis a également contribué à la réalisation de cette oeuvre pharaonique. Nous souhaitons ici les remercier pour leur soutien indéfectible dans toutes les entreprises de bel ouvrage que nous défendons au quotidien.
L’Intégrale prend donc fin avec ce vingtième opus qui paraît quelques dix années après le premier volume. En 1996, lorsque celui-ci a vu le jour, nous savions qu’il faudrait attendre (et atteindre !) le début des années 2010 pour amortir le budget total de cette entreprise (environ 500.000 euros). Notre défi d’éditeur était, en quelque sorte, d’allonger le temps, de résister à son érosion et à l’accélération dont nous parlions précédemment. Mais aussi de ne pas céder au rythme et aux modes de production des grands groupes industriels, qui réalisent – rappelons-le – plus de 90% du chiffre d’affaire annuel du disque.
Imaginons un instant que l’idée d’une Intégrale Django Reinhardt ait pu faire l’objet d’un intérêt, soit par une major company, soit par l’un des nombreux indépendants à la politique similaire mais aux moyens moindres.
Projetons le développement et l’amortissement sur 15 ans de cette entreprise sur les maisons de disques actuelles… Il aurait fallu un agrément discontinu de l’ensemble des intervenants pendant la période considérée, soit : quatre à cinq directeurs de collections, trois à quatre dirigeants, deux à quatre maquettistes, deux directeurs financiers, trois directeurs commerciaux, quatre chefs des ventes… Soit vingt personnes, toutes consensuelles, qui se refuseraient à changer ce que chaque prédécesseur avait commencé ou continué ! Dans le même temps, il faut admettre que le catalogue aurait été vendu au moins deux fois. Il n’est pas impensable que l’entreprise aurait vécu par ailleurs deux fusions, l’une par OPA hostile et achat comptant et l’autre par échange d’actions avec une société de distribution d’eau, par exemple (ce ne sont que des exemples). Enfin pour les moins chanceux de nos confrères, il faut rajouter deux à trois cessations de paiement, une liquidation et deux changements de la marque commerciale (très ennuyeux que tous les coffrets de l’intégrale Django ne portent pas le même nom de maison de disques du début à la fin.)
Comment donc, dans ce monde où l’économie performante et productive régit tous nos systèmes de pensées, est-il possible de publier des ouvrages sonores dont les cycles d’amortissement sont extrêmement longs rapportés à l’instantanéité des résultats attendus ? Uniquement en refusant cette règle du jeu inique basée sur l’impatience et impropre au développement de produits de référence. Le vingtième double volume de l’Intégrale Django Reinhardt, qui paraît aujourd’hui, est la preuve que ce défi peut être relevé ; qu’il est encore possible, à l’heure actuelle, d’élaborer une modélisation économique performante au service d’un idéal apparemment contraire aux “dogmes” de l’économie. Patrick FREMEAUX, l’Editeur
- "Intégrale Django Reinhardt" par Jazzman
"DJANGOLOGIE - Daniel Nevers le savoir-flair"
- Comment l’auteur de cette somme, entamée comme un feuilleton sonore, s’y est-il pris ?
- "Toute la difficulté consiste à trouver des sources sonores de première main. Il y a d’abord les disques qui ont été normalement édités, certains très rares, comme les Ultraphone, d’autres de qualité médiocre sur le plan du son et dont il faut chercher de meilleures copies, notamment parce qu’ils n’ont jamais été réédités en 33 tours… Ensuite, il y a les réseaux de collectionneurs et le bouche à oreille. Des tas de gens font par exemple savoir à Jean-Christophe Averty qu’ils ont retrouvé ceci ou cela, sans avoir la moindre idée du degré de rareté de leurs disques. Et, moins connu, il y a la source Django : il s’était acheté un magnétophone à l’automne 1948, un Webster a fil (d’où le titre de sa composition Webster : aucun rapport avec le saxophoniste…). Sur ce type d’engin, on pouvait effacer, réenregistrer… Ou perdre l’enregistrement, lorsque comme Django, on ne menait pas une vie sédentaire. Mais sa famille en avait conservés quelques-uns qui avaient été recopiés sur disque. Un collectionneur américain m’a ainsi confié un enregistrement sur acétate qu’il avait lui-même effectué à partir d’un concert de 1937, avec Grappelli, diffusé sur les ondes courtes, mais uniquement outre-mer. Ce qui explique que personne n’en avait trace en France ! Jacques Bureau, qui s’était acheté un graveur d’acétates dans les années 30, a ainsi enregistré la Nuit du jazz de 1938, avec un seul micro. Comme les musiciens étaient éparpillés sur la scène, le son est approximatif, mais c’est un document indispensable dans une intégrale."
- Daniel Nevers est-il un inconditionnel du son d’époque ou accepte-t-il de le restaurer ? 
- "Aujourd’hui, le nettoyage est possible, plus fin et plus subtil qu’il y a quelques années. On arrive à enlever les crachouillis, la friture, sans dénaturer la musique. Depuis le premier volume, c’est François Terrazzoni qui travaille sur ces transferts, avec un matériel qui a constamment évolué, d’ailleurs. Et s’il est passé au numérique, il fignole toujours avec des correcteurs analogiques." par Alex DUTILH – JAZZMAN
- Le Top 5 de Thomas Dutronc dans JAZZ MAGAZINE
- Le la 440, indispensable pour m’accorder !
- Django Reinhardt : I’ll See You In My Dreams (Intégrale Django Reinhardt – Frémeaux & Associés)
- Django Reinhardt : Coquette (Intégrale Django Reinhardt – Frémeaux & Associés)
- Django Reinhardt : China Boy (Intégrale Django Reinhardt – Frémeaux & Associés)
- Django Reinhardt : Blues en mineur (Intégrale Django Reinhardt – Frémeaux & Associés)
« ‘Il m’a rendu dingue’ Thomas Dutronc avait vingt ans, jouait de la guitare depuis trois ans, écoutait Steve Ray Vaughn et Georges Brassens, ‘pour sa poésie, sa voix, son aura’. Et puis un jour, il entend un certain Django Reinhardt qui ‘dégringolait du plus grave au plus aigu en une demi-seconde !’ Alors, il s’engage en musique, mais sur un chemin plus biscornu que celui de la chanson. Une voie exigeante. Une route pas éclairée. Et néanmoins un boulevard pour les amateurs : ‘Django est l’un des plus grand musiciens de son temps. Tous les autres sont Américains. Sauf lui, le Manouche français.’  dans CHORUS n° 62
Liste des crédits sur ce CD :
Hines Earl, Reinhardt Django, Ekyan Andre, Woode H, Pinkard M, Mitchell S, Berlin Irving, Conrad C, Robinson J R, Grappelli Stephane, Braham P, Furber D, Brun Philippe, Young V, Orchestre De Chez Jimmy , Harris W J, Quintette Du Hcf , Porter Cole, Mathas A, Feline Jean, Shavers Charlie, Combelle Alix, Combelle And His Swing Band Alix, Gordon R, Marsh R, Larocca D J, Chiboust Noel, Chiboust Et Son Orchestre Noel, Snyder Ted, Robinson Jr , Rostaing Hubert, Barelli Et Son Orchestre Aime, Barelli Aime, Quintette Du Hcf Et Alix Combel , Mc Hugh J, Fields Dorothy, Grieg E H, Kreisler E, Donaldson W, Traditionnel , Marks G, Simmons S, Wagner Et Son Orchestre Christian, Wagner C
CDPisteTitreArtiste principalAuteurDuréeEnregistré en
11RosettaReinhardt DjangoHines Earl00:02:251940
12SugarReinhardt DjangoPinkard M00:02:371940
13A pretty girl is like a melodyReinhardt DjangoBerlin Irving00:02:361940
14MargieReinhardt DjangoConrad C00:02:121940
15TearsReinhardt DjangoReinhardt Django00:02:451940
16Limehouse bluesReinhardt DjangoBraham P00:02:251940
17DaphneReinhardt DjangoReinhardt Django00:02:481940
18At the jimmy s barReinhardt DjangoBrun Philippe00:02:481940
19Sweet sue (just you)Reinhardt DjangoYoung V00:05:151940
110Appel indirectReinhardt DjangoReinhardt Django00:05:031940
111Nuages (version 1)Reinhardt DjangoReinhardt Django00:03:161940
112Rythme futurReinhardt DjangoReinhardt Django00:02:371940
113Begin the beguineReinhardt DjangoPorter Cole00:02:501940
114BluesReinhardt DjangoReinhardt Django00:03:081940
115Cou couReinhardt DjangoMathas A00:02:401940
116IndecisionReinhardt DjangoShavers Charlie00:03:021940
117Tel quel (en plein sur le nez)Reinhardt DjangoCombelle Alix00:03:111940
118Deux pieds gauches (two left feet)Reinhardt DjangoGordon R00:02:501940
119Joyeuse fumee (holy smoke)Reinhardt DjangoMarsh R00:02:401940
120Tiger ragReinhardt DjangoLarocca D J00:02:451940
121Quatre ticketsReinhardt DjangoCombelle Alix00:02:321940
21Serenade d hiver (winter serenade)Reinhardt DjangoChiboust Noel00:02:391940
22Le sheikReinhardt DjangoSnyder Ted00:02:151940
23Noel bluesReinhardt DjangoChiboust Noel00:02:551940
24MargieReinhardt DjangoRobinson Jr 00:02:181940
25BijouReinhardt DjangoChiboust Noel00:02:211940
26Indecision (undecided)Reinhardt DjangoShavers Charlie00:03:161940
27Oui c est caReinhardt DjangoBarelli Aime00:02:371940
28Swing 41Reinhardt DjangoReinhardt Django00:00:301940
29Nuages (version 2)Reinhardt DjangoReinhardt Django00:03:171940
210Pour vous (exactly like you)Reinhardt DjangoMc Hugh J00:03:051940
211Fantaisie sur une danse norvegienne de griegReinhardt DjangoGrieg E H00:02:301940
212Vendredi 13Reinhardt DjangoReinhardt Django00:03:011940
213LiebesfreudReinhardt DjangoKreisler E00:02:371940
214MabelReinhardt DjangoReinhardt Django00:03:161940
215Petits mensonges (little white lies)Reinhardt DjangoDonaldson W00:03:141940
216Les yeux noirs (dark eyes)Reinhardt DjangoTraditionnel 00:02:111940
217Sweet sue (just you)Reinhardt DjangoYoung V00:02:471940
218Swing de parisReinhardt DjangoReinhardt Django00:03:001940
219Oiseaux des ilesReinhardt DjangoReinhardt Django00:02:471940
220All of meReinhardt DjangoMarks G00:02:451940
221Pour terminerReinhardt DjangoCombelle Alix00:03:031940
222Pour commencerReinhardt DjangoCombelle Alix00:02:561940
Availability

Usually ships in:

3-5d.gif




Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc), chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 0143749024
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit Pré écoute possible de certains produits!



Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

DJANGO REINHARDT - QUINTESSENCE VOL 1
DJANGO REINHARDT - QUINTESSENCE VOL 1
Elu un des 100 meileurs disques du siècle par le référendum Fnac - Le Monde.

Une envie de...

DJANGO REINHARDT - L'EDITION DU CENTENAIRE - SAISON 3
DJANGO REINHARDT - L'EDITION DU CENTENAIRE - SAISON 3
Entre 1996 et 2007, le label Frémeaux & Associés a patiemment publié...

DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 9
DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 9
“Django Reinhardt est de ces musiciens comme il n’en existe qu’un par siècle”.
Rex Stewart

DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 7
DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 7
“Mes plus fortes émotions musicales ? Il y a les Valses Nobles et Sentimentales de Ravel (...) Mais je n’oublie...

DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 6
DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 6
“Grappelli me raconta que Django et Joseph étaient manouches. Django avait eu un accident à la main gauche...

DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 5
DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 5
“Improviser ne consistait pas pour Django à juxtaposer des phrases sans rapport entre elles. C’était au...

DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 4
DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 4
“Django apparut pour nous musiciens, comme la perle rare, comme le phénix exceptionnel, surgi du fond des âges,...

DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 3
DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 3
“Jouer du jazz avec trois guitares, un violon et une basse, comme de la musique de chambre, c’était...

DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 19
DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 19
“Je ne travaille pas chez Renault pour mon litre de rouge ! Quand tu verras Charles (Delaunay), dis-lui qu’il...

DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 16
DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 16
“Django coupa les ponts avec moi en 1947, à son retour des Etats-Unis (...). Il y avait subi un immense échec,...

DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 12
DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 12
“Eddie Lang, l’Américain, était bon, mais Django, le Français était au-dessus de tout...

DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 11
DJANGO REINHARDT - INTEGRALE VOL 11
“Et puis il rentrait, il souriait déjà, parce qu’il était très sympathique, hein! Il avait...

Radio france  ina  rfi



Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Visitez la Galerie
Fonds permanent
Cité de la Musique
Great Black Music
Musée du Quai Branly
Indiens Ameriques
Historial
Grande Guerre
Titre_cours_particulier.gif
Histoire de France Vol 1 à Vol7
Permanence d'un Expert
Expertise Millon
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Nouveau Catalogue 2013-2014
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études


Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Exposition de Septembre
Exposition La Vie Moderne
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif