Fremeaux.com
 
BO DIDDLEY THE INDISPENSABLE 1955-1960
Réf. : FA5376

BO DIDDLEY THE INDISPENSABLE 1955-1960

BO DIDDLEY
Direction artistique : BRUNO BLUM
Label : FREMEAUX & ASSOCIES
Nombre de CD : 3
Vous pouvez acheter ce produit :

- Chez votre libraire ou maison de la presse (Frémeaux & Associés distribution)
- Chez votre disquaire, Fnac ou Virgin (distribution : Socadisc)
- Sur lalibrairiesonore.com
- Sur librairie-audio.com Pré écoute de certains produits!
- Par téléphone au 01.43.74.90.24
Distinctions :
RECOMMANDÉ PAR RADIO NOVA / RECOMMANDÉ PAR FRANCE INTER / * * * * * MONDOMIX / "LE PIED" SOUL BAG / ***** BLUES & CO / RECOMMANDÉ PAR RADIO FRANCE
Bo Diddley fut sans doute le musicien de rhythm and blues le plus original des années 1950-60.
Chanteur remarquable, compositeur prolifique extrêmement influent, homme de scène, souvent comique, Bo Diddley était un guitariste rythmique révolutionnaire aux innovations stylistiques autant que techniques. Inclassable visionnaire, il est le père spirituel de nombreux artistes, qui de la soul au rap, en passant par le blues, le rock and roll et jusqu au punk rock, se reconnaissent dans ce génie débridé.
Bruno Blum nous présente un authentique monument de la musique populaire du XXème siècle.
Patrick Frémeaux

Bo Diddley was probably the most original rhythm & blues musician of the Fifties and Sixties.
He was a remarkable singer, a prolific composer who left his mark in everyone’s songbook, an (often very funny) stage-personality... not to mention a revolutionary rhythm-guitarist whose innovations were both stylistic and technical.
A visionary who defied all attempts to classify him, he became a spiritual father to many artists, from soul-singers to rappers, blues, rock and roll and even punk-rock figures, who all seemed to recognise themselves in Bo’s unbridled genius.
This selection of his recordings compiled by Bruno Blum proves his status as a genuine monument in 20th century popular music.

DIRECTION : BRUNO BLUM
DROITS : FREMEAUX & ASSOCIES

CD 1 :
 I’M A MAN • LITTLE GIRL • BO DIDDLEY • YOU DON’T LOVE ME (YOU DON’T CARE) • DIDDLEY DADDY • SHE’S FINE, SHE’S MINE AKA (NO NO NO) YOU DON’T LOVE ME • PRETTY THING • HEART-O-MATIC LOVE • BRING IT TO JEROME • SPANISH GUITAR • DANCING GIRL • DIDDY WAH DIDDY • I’M LOOKING FOR A WOMAN • I’M BAD • WHO DO YOU LOVE • COPS AND ROBBERS • DOWNHOME SPECIAL • HEY BO DIDDLEY • I NEED YOU BABY (MONA) • ED SULLIVAN & DR. JIVE INTRODUCTION • BO DIDDLEY (LIVE).
CD 2 :
SAY BOSS MAN • BEFORE YOU ACCUSE ME • SAY MAN • HUSH YOUR MOUTH • BO’S GUITAR • DEAREST DARLING • WILLIE AND LILLIE • 8BO MEETS THE MONSTER • CRACKIN’ UP • DON’T LET IT GO • I M SORRY • OH YEA • BLUES, BLUES • THE GREAT GRANDFATHER • MAMA MIA • BUCKET • LAZY WOMAN • COME ON BABY • NURSERY RHYME (PUTTENTANG) • MUMBLIN’ GUITAR • I LOVE YOU SO.
CD 3 :
STORY OF BO DIDDLEY • SHE’S ALRIGHT • LIMBER • SAY MAN, BACK AGAIN • RUN DIDDLEY DADDY • ROAD RUNNER • SPEND MY LIFE WITH YOU • LOVE YOU BABY • DIDDLING • CADILLAC • LIMBO • LOOK AT ME BABY • YOU KNOW I LOVE YOU • LET ME IN • SIGNIFYING BLUES • LIVE MY LIFE • SCUTTLE BUG • LOVE ME • DEED AND DEED I DO • WALKIN’ AND TALKING • TRAVELIN’ WEST • CRAW-DAD

Liste des articles de presse consacrés à ce CD :
- « Le label Frémeaux nous ressuscite un compositeur d’une importance considérable » par On Mag
« Etonnant Bo Diddley ! Ni bluesman, ni rocker, ni funky, ni chanteur de calypso ou de rhythm'n blues, ni rappeur, ni comique, mais toujours à l’origine de tous ces genres de la musique populaire des années cinquante-soixante et plus. Les Rolling Stones ont chanté six titres de lui, les Beatles débarquant en Amérique et, première chose que demande John Lennon, c’est voir Bo Diddley. Compositeur de toutes ses chansons ou presque, ce phénomène qu’est Bo Diddley (enfance à la Cosette dans le Sud profond, adolescence à Chicago dans les bas-quartiers), il invente, avec des instruments pourris ou bricolés le fameux Bo Diddley beat qui passe à sa propre moulinette tout ce qui traîne comme influences musicales dans l’air (ainsi « Limber » et le « Banana Boat Song » de Harry Belafonte sont-ils très voisins). Métis franco-africano-indien blackfoot, il sort chez Chess des airs à lui, qui naviguent entre blues et rock n’ roll et que des milliers d’autres vont piller allégrement. Le funk, le rap, le rock plongent leurs racines dans ce Bo Diddley beat, dans sa musique, certes rudimentaire, mais extrêmement variée et qui marche à l’énergie pure, et dans ses inventions verbales à double sens venant des combats de mots usuels entre jeunes des ghettos. En nous offrant ce triple album de Bo Diddley (deux heures cinquante), le label Frémeaux nous ressuscite un compositeur d’une importance considérable pour la musique populaire du XXème siècle. Il ne ressemble à aucun autre chanteur, et pourtant, chez tous, on retrouve tel ou tel aspect de Bo Diddley. Le livret, comme à l’habitude bilingue et remarquablement bien fait, est dû à la plume pertinente de Bruno Blum. Cet album, si vous n’êtes pas parfait bilingue, vous promet des heures de recherche sur le web pour avoir les textes des chansons (et dans leur traduction de franches rigolades). »
Par Michel BEDIN – ON MAG
- « L’œuvre que les Beatles et le Rolling Stones idolâtraient » par NPA
Bo Diddley, descendant d’esclaves et d’amérindiens, demeure un inclassable dans l’histoire de la musique populaire américaine. L’œuvre que les Beatles et le Rolling Stones idolâtraient, se situe ainsi aux confluents de la naissance du rythm’n’blues et du rock’n’roll, qu’il marquera conjointement avec l’amorce de son Diddley beat, un style rythmique unique, porté à la connaissance du grand public avec le succès du single I’m a Man. Cet enfant du Sud ayant grandit dans le ghetto de Chicago, signera tout naturellement chez les Chess Records, la grande boutique qui électrifie et « urbanise » alors le blues. Toutefois il y restera un atypique entre le classicisme d’un Muddy Waters ou l’extravagance d’un Chuck Berry. Ce triple CD compile avec soin cette période originelle, sûrement le plus inspirée, de l’homme à la guitare rectangulaire. King MARTOV - NPA
- « Il révolutionna le rhythm and blues » par Lylo
« Trois CD pour re-découvrir l’énorme talent de ce chanteur, guitariste et compositeur. Déconneur, il révolutionna le rhythm and blues avec un art du rythme singulier et mortel à qui le rock ‘n’ roll, le funk et le punk doivent une fière chandelle. »
Par LYLO
- « Aux racines de Bo Diddley » par Sud-Ouest
" L’intégrale des premiers disques du pionnier du rock Bo Diddley est compilée par l’historien de la musique Bruno Blum. De sa légendaire guitare rectangulaire, Ellas Otha Bates Mc Daniel, alias Bo Diddley (1928-2008), tirait un rythme qui allait changer la musique moderne. Influence majeure des Rolling Stones, ce géant de la musique américaine fait l’objet d’une intégrale passionnante consacrée à ses cinq premières années. Elle est compilée par l’exégète Bruno Blum, qui a aussi écrit l’épais livret qui l’accompagne.
- « Sud Ouest Dimanche ». Blues, rock’n’roll, rhythm and blues, rap… Bo Diddley est-il la racine de toutes les musiques afro-américaines ?
Bruno Blum. Bo Diddley est un original. Il est à part. Il mélangeait tout. Il a beaucoup influencé les groupes de rock anglais des années 1960, mais on en parle surtout parce qu’en Europe les gens ont tendance à résumer le rock aux Rolling Stones et aux Beatles. Mais c’est une musique américaine, et Bo Diddley avait différentes influences : calypso, blues, rock, soul, spirituals, tout ce qu’on veut. Peu de gens connaissent ces musiques-là. Pourtant, beaucoup d’artistes afro-américains partageaient ces influences. Mais Bo Diddley en a fait un truc vraiment à part.
- Humainement, quels étaient selon vous ses principales qualités et ses défauts les plus notoires ?
Il avait de nombreuses qualités. La première, c’était de n’en faire qu’à sa tête et de créer librement. Il n’aimait pas qu’on lui dise ce qu’il devait faire. Il ne buvait pas, ne prenait pas de came et se concentrait sur sa famille et sur sa musique. Ce n’était pas un poseur, c’était un grand artiste. Il m’a invité à jouer avec lui sur scène au Casino de Paris en 1991, j’ai fait presque tout le concert avec lui. C’était le plus beau jour de ma vie. Il a aussi été flic pour pouvoir nourrir sa famille au début des années 1970. Ce n’est pas ce que je préfère chez lui. Mais ça partait d’un bon sentiment : il voulait aider les jeunes délinquants. Il savait parler aux jeunes et était sincère.
- Après Elvis Presley et Bo Diddley, quels prochains artistes allez-vous explorer ?
Je bosse sur Gene Vincent en ce moment. Un coffret consacré aux débuts de James Brown est sur le point de paraître, de même qu’un double CD des Bermudes des années 1950. Enfin, l’anthologie coffret « Voodoo in America »vient de sortir. »
Par Stéphane C. JONATHAN -  Sud-Ouest
- « Indispensable » par Mondomix
« Incontournable, l’immense Bo Diddley l’est à plus d’un titre. Ce que confirme cette copieuse sélection de titres où l’on retrouve tout ce qui fait son grain incomparable : une forte dose de rythmes et de blues hérités du Mississipi où il vit le jour, mélangés à l’ambiance électrique du Chicago où l’adolescent vibra. C’est cela la marque de fabrique – plus qu’un beat, un son unique – de ce pionnier du rock ‘n’ roll que John Lennon vénérait, que les Rolling Stones, comme tant d’autres, pompèrent. On pourrait tout autant poser ce blues shouter comme l’un des « pairs fondateurs » du funk façon Sly Stone. C’est tout cela Bo Diddley, compositeur majuscule et auteur majeur qui posa en une poignée d’années et une brassée de 45-tours les bases d’une révolution sonore. Indispensable. » par Jacques DENIS – MONDOMIX
- « Une longue promenade entre les titres » par Le Cri du Coyotte
La célèbre photo de couverture, sur le scooter rouge et blanc, suffit à raviver le sourire à l’évocation de ce musicien qui fut un des plus influents dans le passage du rhythm & blues au rock’n roll. Une tête de bon gars propre et carré, comme sa guitare, comme sa voix, comme sa rythmique, laquelle reste une de ses marques de fabrique les plus reprises part tout le monde du rock et ses dérivées depuis, jusqu’au samplers d’aujourd’hui. S’il est passé par le violon, le trombone et quelques autres instruments, avant de se fixer à la guitare, il a en tout cas donné un ton de confluence à de nombreux éléments constitutifs : rhythm & blues évidemment, par ses origines et sa culture, mais aussi hillbilly, latino, calypso, et même des élans puisés dans les spirituals, peu de musiciens échappant au « sort » que leur dieu leur a mis sur les épaules. Le beau livret rédigé par Bruno Blum évalue les origines pour Bo de ces mouvements musicaux (sans doute la Jamaïque) et nous apprend aussi une multitude de petits faits sur la personne et la carrière. Il nous montre également l’héritage (vers le funk et le rap). Le coffret de trois CD permet cette longue promenade entre les titres qu’on connaît depuis longtemps et les découvertes surprises, le tout accompagné d’une discographie détaillée.
Par J.B. - LE CRI DU COYOTTE
- “This triple CD set is indeed indispensable” par Blues & Rhythm
Bo diddley – one rhythm ? No way, as this set proves – but a one-off, certainly ! Bluesman? Well, it took a while but the modern blues finally caught up with him. But he did play and sing the blues, and he used people like Billy Boy Arnold, Willie Dixon, Otis Spann and many others of that ilk.’Look At Me Baby’ owes a debt to Elmore James too. Pioneer and innovator? He’d build and modify his own equipment to get the effects he wanted. Proto-rap? Well, urban themes and slang abound, and although there is nothing here to offend, no doubt some of his original audience would at least have been conscious of the less than salubrious origins of some of his dozens inspired lyrics. I’m less than convinced by arguments that posit Bo as some kind of African musical survival – though maybe some generalised calypso inspiration is more promising, but ‘Limbo’ and ‘Limber’ are more likely attemps to vary Bo’s sound a little and a response to Harry Belafonte. I am more amenable to Bo as comedian; what about ‘Say Man’ and ‘Say Man Back Again’? And if The Coasters had done ‘Cops And Robbers’, they would probably have developed it a bit more, but it wouldn’t have sounded too much different. A ‘folk-blues’singer, as Dr. Jive introduces him? The terminology may have changed, but I guess if we look at the Chess ‘Real Folk Blues’ series of albums, Bo does fit in – and he does do ‘Craw-Dad’! So how about rock’n roller? Well, he sold records back then, appeared on rock’n roll packages, and his driving music often does rock – and he did sometimes use groups of the rock’n roll era, such as The Moonglows. Then again, ‘She’s alright’ is close to contemporary Ray Charles, so maybe we should be talking about a rhythm & bluesman, which does fit him better than some. An inspiration for others? Undoubtedly, just ask The Rolling Stones, Buddy Holly, The Beatles, The Yardbirds, Creedence Clearwater Revival, Jimi Hendrix, The Clash, and many, many others, including Johnny Otis maybe?
Bo really did not like being categorised, So how about indispensable then? Well, maybe I would have also included ‘The Clock Strikes Twelve’ just as an example of something different, but for this collection, it depends on how much of the man’s music you already have. If you’re sadly lacking in the Bo Diddley department, then yes, this intelligent and thoroughly entertaining triple CD set is indeed indispensable – or at least a collection containing much of this material, as any blues collection worthy of the name should have at least a significant proportion of the music on offer here.
Par Norman DARWEN – BLUES & RHYTHM
- « Un beau travail portant la griffe Frémeaux habituelle » par Rock and Roll Revue
« Ma seule crainte concernant ce qui me semble un début d’intégrale (3 CD’s) est que, les titres figurant déjà, dans le même ordre chronologique, sur le coffret 12 CD’s Red Box 8 “The Chess Years” de l’intégrale Charly, les possesseurs de cette dernière boudent cette édition. Y aura-t-il de nouveaux adeptes du rythme Bo Diddley, dont RNRR N°27 vous a déjà entretenus ? Il faut l’espérer, car ce beau travail, portant la griffe Frémeaux habituelle, en particulier le livret de Bruno Blum, comportant des entretiens avec Bo, des détails peu connus et des explications claires et détaillées sur les origines et l’élaboration du rythme caractéristique de Bo, mérite autre chose que l’indifférence. Il y a, quand même, de petites différences avec le coffret Charly : l’ajout du “Bo Diddley” de l’émission télé d’Ed Sullivan, l’absence de “The Clock Strikes Twelve”, “What Do You Know About Love? “ et d’un titre inconnu, alias “Diddley Daddy”. En revanche, pas d’inédits ou de prises alternatives. »
Par Bernard BOYAT - ROCK AND ROLL REVUE
- « Une très bonne façon de rentrer dans le monde du Big Bad Bo » par Soul Bag
Le rythme régulier de rééditions de son œuvre confirme que Bo Diddley a marqué la musique contemporaine. C’est au tour de Frémeaux d’y aller de son triple CD, sous la houlette de Bruno Blum, pour une approche qui forcément remonte le temps, depuis le rock des années 60 et 70 vers les origines Diddley-ennes des nombreux morceaux enregistrés par les Rolling Stones, les Who, les Remains, les Allman Brothers, les Creedence Clearwater Revival et tant d’autres. La compilation est judicieuse avec les succès des débuts et un bon échantillonnage : des titres avec le Diddley beat, des blues, des bluettes doo-wopisantes, qui peuvent irriter certains mais qui font définitivement partie de l’univers du maître, des proto raps, des instrumentaux et des rock an roll, autant de styles que Bo déroulait avec une facilité déconcertante, à l’aise partout, empêchant ainsi qu’on lui colle une étiquette particulière. Il mélangeait blues, caraïbes, pop, gospel, voodoo, en touillant l’ensemble à coups de riffs furieux sur ses guitares Gretsch dont le design lui reste à jamais lié. Notons au passage que Bruno Blum ne parle justement pas de ces guitares particulières dans son texte de pochette ni des accompagnatrices successives. Lady Bo, The Duchess, alors que c’étaient pourtant des éléments à part entière du spectacle total de Bo Diddley. Ce coffret en appelle un autre car il s’arrête en 1960, ce que Bo n’a bien sûr pas fait, produisant encore moult pépites dans les années 60, comme « I can tell » qui sera aussi repris par de nombreux groupes tel Dr. Feelgood sur son premier LP. Pour l’intégrale, il faudra se tourner vers la série publiée par Hip-O dont les nombreuses versions alternatives peuvent rebuter. Le présent coffret est une très bonne façon de rentrer dans le mondedu Big Bad Bo.
Par Christophe MOUROT – SOUL BAG
- « Des explications claires et détaillées sur les origines du son Bo Diddley » Par Blues Magazine
« La carrière de Bo ayant été traitée dans Blues Magazine N°27 et N°50, nos lecteurs doivent savoir à quoi s’attendre avec ce qui semble être le premier volume, en 3 CD, de la production du géant du Rock’n Roll aux guitares sortant de l’ordinaire. Cette réalisation porte le sceau Frémeaux habituel, en particulier le livret de Bruno Blum renfermant des entretiens avec le maître, des détails que j’ai appris, et des explications claires et détaillées sur les origines et l’élaboration du son Bo Diddley. Le seul hic est que le contenu se trouve déjà sur le coffret 12 CD Red Box 8 The Chess Years de l’intégrale Charly, à quelques petites variantes près : l’ajout du Bo Diddley de l’émission télé d’Ed Sullivan, l’absence de The Clock Strikes Twelve, What Do You Know About Love et d’un titre inconnu, alias Diddley Daddy. Les amateurs inconditionnels de Bo possédant déjà cette intégrale, il est à espérer que de nouveaux adeptes verront le jour. Une telle réalisation le mérite. »
Par Bernard BOYAT – BLUES MAGAZINE
- « Une musique du coeur, populaire et authentique » par La Revue des médiathèques
« Bo Diddley était un guitariste révolutionnaire ! Il confirma l'imprégnation du rhythm'n'blues dans la culture noire américaine tout en faisant évoluer son style par des inventions d'écritures rythmiques nouvelles et des techniques de jeu inédites. Il est ainsi précurseur et grand ancêtre d'un genre bien vivant aujourd'hui, même si tellement galvaudé et gadgétisé, formaté aux standards de la radio. Voici un beau coffret d'une musique du coeur, populaire et authentique. Par Pierre DENUIS – REVUE DES BIBLIOTHEQUES ET MEDIATHEQUES MUSICALES
- « Un achat incontournable »par Blues & Co
Il a inventé le Bo Diddley Beat dit aussi le Jungle beat qui inspirera de nombreux groupes pop des années sixties : Rolling Stones, Pretty Things… voire même l’illustre Buddy holly. Ses sources viennent de divers horizons : blues, rhythm and blues, bien entendu, mais aussi du hillbilly, gospel, calypso des caraïbes et d’un courant musical des côtes de l’ouest africain. D’après les écrits de Bruno Blum dans le livret accompagnant le coffret de trois disques ce serait son bassiste Roosevelt Jackson qui lui suggérera de changer son nom Ellas McDaniel en Bo Diddley : surnom qui évoque un homme de petite taille aux jambes arquées (Bow legs) et le Diddley Bow qui est un instrument de musique à une corde montée sur un arc ou accroché à un mur  sur lequel on fait glisser un goulot de bouteille. Cette idée sera adoptée par le boss Leonard Chess. Sur les soixante quatre titres judicieusement sélectionnés, vous retrouvez les principaux classiques des années 1955 à 1960 « I’m a man » qui sera son premier hit, puis « Bo Diddley » « I’m looking for a woman » « Before you accuse me » «  Roadrunner »…. pratiquement tous composés de la main de ce formidable et prodigieux chanteur de rock and roll atypique. A noter aussi des spécificités comme cet instrumental «  Spanish guitar » logiquement à connotation hispanique. Lorsqu’on écoute certains titres tel « Say man back again » enregistré en 1959, on pourrait penser que Bo est l’un des précurseurs du rap à sa façon de mettre des rimes enchaînées sur un ton parlé. Autour de lui et suivant les enregistrements faits principalement à Chicago chez Chess records, ses musiciens et génies de studios se distinguent : Billy Boy Arnold, Little Walter (harmonica), le célèbre Willie Dixon à la contrebasse, Jerome Green (auteur de Bring it to Jerome) aux maracas, ou encore, Otis Spann, Lafayette Leake (piano). J’y ajouterai la guitariste rythmique et backing vocal Peggy Jones alias Lady Bo. Pour ceux qui n’auraient pas encore de documents sonores de ce pionnier du rock and roll, je leur conseille vivement l’achat incontournable des œuvres de ce génie de la musique populaire américaine.
Par Bruno MARIE – BLUES & CO
- « Une anthologie Made in France » par Presto
« Oh yeah » par les Shadows Of Knight, « Diddy Wah Diddy » par les Remains (et Captain Beefheart), « I’m A Man »  par les Yardbirds (ainsi que les Who et Dr. Feelgood, qui reprenait également « I Can Tell », « Roadrunner » (ainsi que « She’s Fine, She’s Mine » et… « Pretty Thing ») par les Pretty Things, « Cadillac » par les Kinks, « Who Do You Love » par les Doors (mais aussi Quicksilver Messenger Service et Los Lobos), « Story Of Bo Diddley » par les Animals, « Pills » par les New York Dolls, “Diddley Daddy” par les Rolling Stones (ainsi que “Mona”, “Crackin’Up” et “Cops And Robbers”), “Before You Accuse Me” par Creedence (et Clapton aussi), sans parler du “Not Fade Away” de Buddy Holy ( également  adapté par les Stones), du “Magic Bus” des Who, du “Mannish Boy” de Muddy Waters, du « I Want Candy » des Strangeloves (adapté plus tard les Count Bishops), ou encore de « Hey There, Little Insect » de Jonathan Richman et « You’ll Be On My Mind » chez Ponareff… La liste est loin d’être exhaustive, et vouloir éradiquer toute trace de Bo DIDDLEY  dans le Grand Livre du rock’n’roll contraindrait à en arracher un bon tiers des pages. Hèlas, depuis l’immémorial Golden Decade de Chess, ses premières faces ne se trouvaient plus que chichement disséminées sur de douteuses compiles fourre-tout. En 64 plages réparties sur trois CD, cette anthologie Made In France ‘assortie d’un livret rédigé par Bruno Blum) répare donc cette injustice.
Par Patrick DALLONGEVILLE - PRESTO
- « In-dis-pen-sable ! » Par Sur la route de Memphis
« Que voici une compilation (3 CD’s) qui porte bien son nom ! Indispensable, en effet, sauf pour ceux possédant l’intégrale Charly en coffret 12 CD’s, que cette rétrospective de l’oeuvre des premières années, les meilleures, d’un des géants du rock’n’roll, au style si caractéristique. Le tout nanti de la griffe Frémeaux habituelle, en particulier le livret de Bruno Blum qui contient des entretiens avec Bo, des détails que j’ignorais sur lui et des explications claires et à portée de tout le monde sur les origines et la constitution de son rythme. In-dis-pen-sable ! »
Par Bernard BOYAT – SUR LA ROUTE DE MEMPHIS
- « Moment d’histoire » par Jazz news
« Ellas McDaniel est le plus grand oublié des fondateurs blacks du rock’n roll. Autant Chuck Berry séduisait les midinettes et Fats Domino rassurait les parents par sa bonhomie, autant la pulsion afro-sudiste de Bo Diddley intriguait et déroutait en dehors des ghettos. Cette incompréhension  explique l’apparition tardive, mais salutaire, de ce coffret qui résume en 3 CD une carrière parfaitement hors norme. Au-delà de la sonorité immédiatement identifiable de ses enregistrements, l’humour au second degré de ce créateur unique aura assuré le continuum du blues en échappant  à la censure puritaine par ses évocations en filigrane de l’expérience afro-américaine urbaine de l’Après-guerre. Ce coffret est non seulement une partie de plaisir, mais un moment d’histoire. »
Par Jazz news

- « Fabuleux , hallucinant, c’est une féerie. » par Rock & Folk
On pensait avoir fait le tour du Bo au gré des centaines de compilations sorties ces vingt dernières années. Mais là, boum ! C’est comme voir enfin dans ses couleurs originales un film tourné en technicolor uniquement disponible en noir et blanc durant des siècles. Parce que, chez Frémeaux, si on n’est pas connu pour des pochettes particulièrement sexy, au niveau du mastering, c’est du travail hallucinant, rivalisant carrément avec les efforts du label américain Hip-O Select. Sans jouer les audiophiles crétins, il faut bien admettre qu’au fil des anthologies, on n’a jamais, au grand jamais, entendu l’œuvre de Bo Diddley sonner comme ça. C’est le grand chambardement pour les oreilles, mal préparées, puisque habituées depuis si longtemps à des rééditions infiniment médiocres. Guitares, maracas, le vibrato du Magnatone, c’est une féerie. En trois CD donc, tout y est, des tubes tellement historiques à redécouvrir (“ I’m A Man “, “ Bo Diddley “, “ Bring It To Jerome “, “ Pretty Thing “, “Diddy Wah Diddy “, “Cops And Robbers “, “ Hey Bo Diddley”, “Crackin’ Up”, “Road Runner”, “You Don’t Love Me”, “Who Do You Love”, etc) aux bricoles moins connues tout aussi grandioses. D’autant qu’un gros tiers du rock sixties s’est construit en s’appuyant sur ces Tables-là. Fabuleux.
Par ROCK & FOLK
- « Oeuvre de base » par ABS Magazine
J’ai découvert Bo Diddley il y a une cinquantaine d’années et la fascination exercée par sa musique est toujours aussi vive sur moi qu’au tout début. Je suis d’ailleurs tout à fait d’accord avec Patrick Fremeaux qui, dans son paragraphe d’introduction qualifie ainsi Bo Diddley : « Inclassable visionnaire, il est le père spirituel de nombreux artistes, qui de la soul au rap, en passant par le blues, le rock’n roll et jusqu’au punk-rock, se reconnaissent dans ce génie débridé ». Le passage des décades ne fait qu’accentuer l’emprise de ce géant sur toute la musique afro-américaine. Ces 64 titres répartis sur 3 CD ne font qu’écrémer le meilleur de la production « Diddley Daddy » de 1955 jusqu’à 1960. Beaucoup de ces titres sont devenus des classiques cent fois adaptés  par les groupes anglais et américains : Stones Animals, Yardbirds, Pretty Things, etc. Il y a déjà beaucoup de rééditions de Bo, mais celle-ci est absolument parfaite pour illustrer cette période et constitue une porte d’entrée idéale pour ceux qui ont négligé cet artiste majeur. Mais il ne faut pas oublier que Bo Diddley a continué d’enregistrer des petites merveilles tout au long des années 60 et 70, et là il y a un vide a combler si on veut avoir une image complète de notre héros. Ce coffret ferait un excellent cadeau de Noël notamment pour les jeunes non encore initiés, mais reste une œuvre de base dans toute collection équilibrée de musique du XXe siècle.
Par  Marin Poumérol – ABS Magazine
  
Liste des crédits sur ce CD :
Bo Diddley , Ellas Mcdaniel , Harvey Fuqua, Jérôme Green , Willie Dixon , Harris Levaughn Kent , Ed Sullivan , Bobby Baskerville
CDPisteTitreArtiste principalAuteurDuréeEnregistré en
11I'm a manBo Diddley 00:02:471955
12Little girlBo Diddley 00:02:341955
13Bo diddleyBo Diddley 00:02:291955
14You don't love meBo Diddley 00:02:481955
15Diddley daddyBo Diddley 00:02:271955
16She's fine, she's mineBo Diddley 00:02:421955
17Pretty thingBo Diddley 00:02:521955
18Heart-o-matic loveBo Diddley 00:02:471955
19Bring it to jeromeBo Diddley 00:02:301955
110Spanish guitarBo Diddley 00:04:061955
111Dancing girlBo Diddley 00:02:231955
112Diddy wah diddyBo Diddley 00:02:311955
113I'm looking for a womanBo Diddley 00:02:331955
114I'm badBo Diddley 00:02:151956
115Who do you loveBo Diddley 00:02:311956
116Cops and robbersBo Diddley 00:02:311956
117Downhome specialBo Diddley 00:03:131956
118Hey bo biddleyBo Diddley 00:02:121956
119I need you babyBo Diddley 00:02:221957
120Ed sullivan, dr jive introductionEd Sullivan Ed Sullivan 00:00:561957
121Bo diddley 2Bo Diddley 00:01:551956
21Say boss manBo Diddley 00:02:321957
22Before you accuse meBo Diddley 00:03:061957
23Say manBo Diddley 00:03:111957
24Hush your mouthBo Diddley 00:02:501957
25Bo's guitarBo Diddley 00:02:341957
26Dearest darlingBo Diddley 00:02:531957
27Willie and lillieBo Diddley 00:02:181958
28Bo meets the monsterBo Diddley 00:03:061958
29Crackin' upBo Diddley 00:02:051958
210Dont let it goBo Diddley 00:02:431958
211I'm sorryBo Diddley 00:02:251958
212Oh yeaBo Diddley 00:03:071958
213Blues bluesBo Diddley 00:02:551958
214The great grandfatherBo Diddley 00:02:271958
215Mama miaBo Diddley 00:02:561959
216BucketBo Diddley 00:02:311959
217Lazy womanBo Diddley 00:02:321959
218Come on babyBo Diddley 00:01:571959
219Nursery rhymeBo Diddley 00:02:491959
220Mumblin guitarBo Diddley 00:02:491959
221I love you soBo Diddley 00:02:251959
31Story of bo diddleyBo Diddley 00:02:481959
32She's alrightBo Diddley 00:04:041959
33Live my lifeBo Diddley 00:02:381960
34LimberBo Diddley 00:02:281959
35Say man back againBo Diddley 00:03:001959
36Run diddley daddyBo Diddley 00:02:411959
37Road runnerBo Diddley 00:02:461959
38Spend my life with youBo Diddley 00:02:371959
39Love you babyBo Diddley 00:02:301959
310DiddlingBo Diddley 00:02:131959
311CadillacBo Diddley 00:02:441959
312LimboBo Diddley 00:02:371959
313Look at me babyBo Diddley 00:02:301960
314You know i love youBobby Baskerville 00:02:541960
315Let me inBo Diddley 00:01:541960
316Signifying bluesBo Diddley 00:02:361960
317Scuttle bugBobby Baskerville 00:02:231960
318Love meBo Diddley 00:02:221960
319Deed and deed i doBo Diddley 00:02:181960
320Walkin' and talkingBo Diddley 00:02:411960
321Travelin westBo Diddley 00:01:461960
322Craw-dadBo Diddley 00:02:291960
Availability

Usually ships in:

3-5d.gif




Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc), chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 0143749024
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit Pré écoute possible de certains produits!

Egalement disponible aux éditions Frémeaux & Associés :

JOHN LEE HOOKER
   
JOHN LEE HOOKER
Nouvelle édition

Le John Lee Hooker, ­ vieux sage d'aujourd'hui ne doit pas faire oublier les débuts...
JOHN LEE HOOKER
SCREAMIN' JAY HAWKINS
   
SCREAMIN' JAY HAWKINS
LIVE !
included 'I put a spell on you' et 'Constipation blues'
suivi de 2 bonus tracks "What a price I must...
SCREAMIN' JAY HAWKINS
ELVIS PRESLEY FACE À L’HISTOIRE DE LA MUSIQUE AMÉRICAINE VOL.1 (1954-1956)
   
ELVIS PRESLEY FACE À L’HISTOIRE DE LA MUSIQUE AMÉRICAINE VOL.1 (1954-1956)
Avec ses interprétations inspirées, sa voix de séducteur, son répertoire choisi...
ELVIS PRESLEY FACE À L’HISTOIRE DE LA MUSIQUE AMÉRICAINE VOL.1 (1954-1956)
BO DIDDLEY
   
BO DIDDLEY
Bo Diddley fut sans doute le musicien de rhythm and blues le plus original des années 1950-1960. Chanteur remarquable,...
BO DIDDLEY


Last Updated: Monday, 22 December 2014 15:09
Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

ROY ORBISON
ROY ORBISON
Après une phase rockabilly aux paroles et mélodies déjà ambitieuses, Roy Orbison...

ROCK N'ROLL VOL 6
ROCK N'ROLL VOL 6
Le volume consacré à 1950 de cette série “Roots of Rock’n’Roll” –...

ROCK INSTRUMENTALS STORY 1934-1962
ROCK INSTRUMENTALS STORY 1934-1962
Passage obligé emprunté par les plus grands noms, avec leurs ambiances évocatrices,...

ROAD SONGS
ROAD SONGS
Conçu pour être écouté au volant comme chez soi, ce triple album se fait...

JAMES BROWN - THE INDISPENSABLE 1956-1961
JAMES BROWN - THE INDISPENSABLE 1956-1961
Monstre sacré de la musique afro-américaine, James Brown a bouleversé le rhythm and blues en y...

IRISH IN AMERICA
IRISH IN AMERICA
Ce sont les immigrants Irlandais en Amérique qui ont enregistré les premiers disques de musique folk...

FIDDLIN' IAN McCAMY and his CELTIC REELERS
FIDDLIN' IAN McCAMY and his CELTIC REELERS
Irish Music of North America.

All of Mahattan will hear this today, live...

ELVIS PRESLEY FACE À L’HISTOIRE DE LA MUSIQUE AMÉRICAINE VOL.1 (1954-1956)
ELVIS PRESLEY FACE À L’HISTOIRE DE LA MUSIQUE AMÉRICAINE VOL.1 (1954-1956)
Avec ses interprétations inspirées, sa voix de séducteur, son répertoire choisi...

ELECTRIC GUITAR STORY
ELECTRIC GUITAR STORY
Cette anthologie réalisée (et commentée dans un livret de 32 pages) par Bruno Blum est...

EDDIE COCHRAN - THE INDISPENSABLE 1955-1960
EDDIE COCHRAN - THE INDISPENSABLE 1955-1960
Décédé dans un accident à 21 ans après quelques disques fulgurants, le créateur de Three...

COUNTRY
COUNTRY
Gérard Herzhaft nous offre ici la première anthologie couvrant de façon panoramique la country music...

B.B. KING
B.B. KING
Avec une voix « soul » et un jeu de guitare raffiné, B.B. King a été le principal musicien...

Radio france  ina  rfi



Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Nouveau Catalogue 2014-2015
Visitez la Galerie
Pub Net Paysages reels.jpg
Inédits
Quincy Jones Live à Paris
Titre_cours_particulier.gif
Collection Complète
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études


Historial
Grande Guerre
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif