Fremeaux.com
RAY VENTURA & ses Collégiens
Buenos-Aires - Rio de Janeiro
L’aventure sud-américaine 1942-1944








RAY VENTURA & SES COLLÉGIENS - Enregistrements sud-américains 1942-1944 - Buenos-Aires - Rio de Janeiro
FANTASTIQUE! La composition de Paul Misraki par laquelle débutaient invariablement les concerts donnés par l’orchestre de Ray Ventura lors de ses prestations sud-américaines est le symbole même de l’épopée vécue par la formation durant les quelque trois années passées loin de la France. C’est donc par elle bien évidemment que commence cette réédition dédiée à l’aventure sud-américaine de Ray Ventura et ses musiciens. 1940, la France vaincue et envahie demande l’armistice. La voici pour plusieurs années sous la botte allemande, divisée en zone occupée et zone libre. Des millions de personnes ont été jetées sur les routes au cours de l’exode, Ray Ventura est l’une d’entre elles. Il se retrouve presque par hasard à Lyon, zone non occupée, et là, courageusement, entreprend de réorganiser son orchestre : “Ray Ventura et ses Collégiens”, la prestigieuse formation qui depuis une dizaine d’années tient le haut du pavé musical en France. D’autres “Collégiens” ont pu, eux aussi, se réfugier en zone libre : Guy Paquinet, Loulou Gasté, Coco Aslan, Louis Vola, Paul Misraki... Ray Ventura les réunit, recrute d’autres éléments : André Ekyan, Pierre Allier, Adrien Terme... et une fois l’orchestre remis sur pied entreprend des tournées dans le Midi de la France et jusqu’en Suisse. Comme autrefois le succès est au rendez-vous. Cependant la situation en zone libre ne cesse de se dégrader, la propagande anti-sémite s’amplifie, Ray Ventura, ainsi que plusieurs musiciens de l’orchestre sont d’origine juive, des incidents au cours de certaines représentations, à Marseille notamment, leur font prendre conscience de la précarité de leur situation. C’est alors que Ray Ventura par un prodige d’ingéniosité et l’aide financière d’un certain Monsieur Mathalon, dont le fils fera d’ailleurs partie du voyage, arrive miraculeusement à obtenir les visas de sortie de France nécessaires, pour lui, certains de ses musiciens et les épouses de quelques-uns d’entre eux. Il sait pouvoir se produire à Rio de Janeiro où une proposition de tournée lui a été offerte avant la guerre. Micheline Day, qui vient de provoquer, par son refus de cesser de chanter en anglais, une mémorable bagarre entre miliciens et spectateurs à La Plantation de Nice où elle se produit, a été inquiétée par les autorités de Vichy. Une interdiction de paraître en scène dans tout le département des Alpes-Maritimes vient même de lui être signifiée par le préfet de l’époque et une intempestive visite de deux messieurs en manteau de cuir, au petit matin, à son hôtel de Cannes, suivie d’un séjour au siège de la milice locale, lui ont donné des sueurs froides. Aussi est-elle tout de suite d’accord pour quitter la France, avec l’orchestre Ventura, lorsque son ami Paul Misraki lui en fait la proposition. En novembre 1941, après avoir donné une dernière représentation en France, à Cahors, l’orchestre presque au complet, quelques musiciens ayant préféré rester au pays, se retrouve à Toulouse, en route pour la liberté, l’Espagne et Madrid.

Voici la liste, à peu près complète, des musiciens embarqués dans cette “fantastique” aventure : Ray Ventura, chef d’orchestre - Pierre Allier, trompette - Jean d’Arco, trompette - Adrien Terme, trompette - Marcel Baudran, saxo - Amédée Charles, saxo - Gustave Moulin, saxo-clarinette-accordéon - Jacques Boullut, violon - René Santerini, violon - Jean Verrière, violon - Eugène d’Hellème, trombone - Jean Mellet, trombone - Louis Vola, contrebasse - Alain Romans, piano - Max Mirlirot, batterie - Hubert Giraud, guitare-harmonica - Henri Salvador, guitare-chant - Micheline Day, chant - Coco Aslan, chant - Paul Misraki, arrangeur-compositeur-chant. L’imprésario Fernand Lumbroso, dont la présence se révèlera si précieuse pour “assurer l’intendance” en Amérique du Sud, quelques épouses de musiciens, dont la belle Lili, celle d’Henri Salvador, font partie de la petite troupe. A la frontière franco-espagnole, nouvelle émotion; certains membres de l’orchestre sont retenus par les autorités, ils sont encore en âge d’être mobilisés – il existe encore un embryon d’armée française dite “armée d’armistice” –. Une fois de plus, grâce à l’entregent, les relations et la générosité de Ray Ventura, tout va s’arranger. L’orchestre, tout au moins tous ceux de ses membres qui ont fait le choix, douloureux, de quitter leur patrie, se retrouve à Madrid, puis à Cadix, d’où il embarque le 20 novembre 1941 sur un navire espagnol : “El Cabo de Buena Esperanza”, au nom prometteur, certes, mais à l’aspect bien misérable et au confort plus que rudimentaire, en route pour le Brésil. Pas moins de 35 jours de traversée seront nécessaires, avec escales à Lisbonne, Trinidad, où les autorités anglaises se montrent des plus tatillonnes, Curaçao, La Guayra, la crainte angoissante de rencontres avec les sous-marins allemands, avant d’atteindre, enfin, à la veille de Noël, le but tant désiré : Rio de Janeiro. C’est avec un soulagement sans borne que l’orchestre au grand complet, accoudé au bastingage, voit s’approcher au fond de la féérique baie de Guanabara, la ville de Rio illuminée, le Paô de Açucar dressé comme une sentinelle à son entrée et dans le lointain, la forêt de Tijuca dominée par le Christ du Corcovado. A peine remis des fatigues et émotions de la traversée, l’orchestre débute, quelques jours seulement après son arrivée, au Casino da Urca, l’établissement le plus luxueux de Rio de Janeiro. Le concert inaugural commence assez laborieusement, l’accueil du public est réservé. Les Brésiliens ne manquent pas d’orchestres talentueux, ceux de Fon-Fon, de Pixinguinha et Lacerda : O Grupo da Velha Guardia, Os Diabos do Ceu, la Orquesta do Casino Copacabana... sont d’un niveau musical des plus relevés. On attend encore plus et mieux de celui de Ray Ventura, qui arrive tout auréolé de sa gloire européenne. Le déclic se fera, curieusement, lorsqu’Henri Salvador entre en scène et fait une imitation de “Popeye”. La salle se dégèle, applaudit, le concert se poursuit, les musiciens plus détendus, jouent de mieux en mieux... c’est gagné... la prestation de l’orchestre se termine sous un tonnerre d’applaudissements. La magie du style Ray Ventura une fois encore a joué, le public “carioca” est conquis. La formation joue sans discontinuer pendant quatre mois à Rio de Janeiro, puis effectue des tournées dans les villes de l’intérieur : Petrópolis, Belo Horizonte, Saõ Paulo, de là elle se dirige vers le sud du Brésil : Porto Alegre, Rio Grande do Sul, puis gagne l’Uruguay.

Elle débute à Montevideo en juin 1942 au grand théâtre “18 de Julio”, sur l’avenue du même nom, les Champs-Elysées de la capitale uruguayenne. La República de la Banda Oriental, comme on appelle également l’Uruguay, est très francophile, l’orchestre reçoit un accueil chaleureux et obtient un succès considérable. Il ne reste plus à Ray Ventura et ses musiciens qu’à traverser le Rio de la Plata, pour se retrouver le 12 juillet 1942 à Buenos Aires, l’immense cité “porteña”, la “ciudiad que nunca duerme” (la ville qui ne dort jamais), alors en pleine prospérité et expansion. L’Argentine, pays neutre, fournissait en viande et blé les belligérants européens, l’argent y coulait à flot! Les Collégiens se produisirent au luxueux cabaret Tabaris, ainsi qu’au Teatro Politeama, ils passent également en attraction au cinéma Opéra, tous ces établissements situés sur l’avenue Corrientes, en plein cœur du centre de la vie nocturne “bonareense”. L’accueil du public argentin, public difficile s’il en est, est enthousiaste. Pourtant l’Argentine vit l’époque que l’on a appelée “El furor del Tango”. Jamais depuis sa création le Tango n’a connu autant de succès, les orchestres de Francisco Canaro, Miguel Caló, Anibal Troilo, Alfredo de Angelis, Pedro Maffia, Francini-Pontier... drainent des centaines de milliers d’admirateurs fanatiques et passionnés. La concurrence est plus que rude pour l’orchestre de Ray Ventura qui de plus doit affronter celle de formations argentines plus orientées vers le Jazz : Hamilton-Varela, Armani-Cospito, los Dixie-Pals... Malgré toutes ces difficultés les Collégiens rencontrent dans la capitale argentine un très estimable succès. Ray Ventura décroche un contrat auprès de la firme Odéon. Plusieurs séances d’enregistrements auront lieu, en juillet, septembre, octobre et décembre 1942, par l’orchestre au grand complet. Nous écoutons ici quelques-uns des morceaux gravés lors de ces séances. On peut y entendre sans doute pour la première fois sur disque, Henri Salvador, et l’étonnante voix de chanteur de charme aux “r” roucoulants que prend notre fantaisiste national, pour interpréter “C’est la première fois” et “Premier Rendez-vous” n’est pas sans surprendre un peu. Puis à la suite d’une assez désastreuse tournée qui emmène la formation dans plusieurs villes de l’intérieur du pays et jusqu’à Santiago du Chili et Valparaiso, à son retour à Buenos Aires, elle se disperse. Chacun cherche à se tirer d’affaire comme il peut. Adrien Terme, Alain Romans et Jean Mellet rejoindront bientôt les forces de la France Libre. Louis Vola monte un Quintette à l’imitation du Quintette du Hot Club de France. Il enregistre avec succès une trentaine de faces pour Victor-Argentine et la petite marque Syncopa y Ritmo de 1943 à 1946. Pierre Allier, Eugène d’Hellème, Max Mirlirot et Henri Salvador enregistrent, eux, avec des formations de Jazz argentines. Micheline Day trouve une solution encore plus heureuse, elle convole en justes noces avec un sympathique “estanciero” argentin. Paul Misraki, lui, n’a pas ces problèmes, il a au cours des quelque deux années passées à Buenos Aires une activité débordante. Il compose la musique de huit films : Stella, Pasaporte a Rio, Siete mujeres... dans certains desquels apparaît la grande chanteuse argentine Libertad Lamarque, et une opérette : “Si Eva se hubiese vestido”. Aujourd’hui encore, quelques-uns des airs composés par Misraki sont toujours des succès en Amérique du Sud et sont régulièrement enregistrés par des vedettes contemporaines de la chanson.

Le tenace Ray Ventura ne baisse malgré tout pas les bras. Il remonte une grande formation, battant le rappel de ses troupes et engageant des musiciens locaux. Il effectue de nouveaux enregistrements pour Odéon au cours de l’année 1943, plusieurs séances auront lieu avec cette nouvelle formation. Voici quelques-uns des morceaux enregistrés lors de ces séances, agréable mélange du répertoire traditionnel de l’orchestre et de compositions nord et sud-américaines. L’année suivante – 1944 – fournit à l’orchestre l’occasion de retourner au Brésil, un contrat l’y attend, toujours au Casino da Urca, théâtre de ses glorieux débuts. Plusieurs enregistrements seront effectués dans les studios brésiliens au cours de ce séjour, qui sera toutefois assez bref, nous en rééditons quelques-uns sur ce CD. Ray Ventura et ses musiciens regagnent ensuite Buenos Aires et y reprennent des activités sporadiques, qui n’auront d’ailleurs qu’une durée assez brève. L’orchestre est définitivement dissous en novembre 1944. Certains des musiciens s’établiront en Argentine, tels d’Hellème, dont le fils y vit toujours, ou Gustave Moulin qui y anime encore à ce jour son restaurant “Chez Tatave” au n° 1688 de la “calle Paraguay”. D’autres regagneront plus ou moins rapidement la France libérée. Ray Ventura, en compagnie de Paul Misraki, gagne les Etats-Unis, où ce dernier, engagé à Hollywood, restera quelque temps. Pour Ventura ce n’est qu’une étape sur le chemin de la patrie. Dès son arrivée en France, il reforme un orchestre composé presque entièrement d’éléments nouveaux, dont le répertoire se compose aussi bien des anciens succès des Collégiens que des airs américains à la mode et de quelques rythmes exotiques rapportés d’Amérique du Sud. Mais tout ceci est “une autre histoire” et n’entre plus dans le cadre de l’odyssée sud-américaine de Ray Ventura et ses Collégiens, que nous avons tenté de retracer ici.
Alain BOULANGER
Toute ma gratitude à Micheline Day et Paul Misraki (disparu en octobre 1998) pour leur grande patience et leur immense gentillesse, ainsi que pour les photos prêtées. Ces lignes ont été écrites en 1995. Remerciements à Joaquim Pereira de Souza, Ary Vasconcelos et Ruben A. Orqueda. Transfert à partir de 78 tours originaux. Collection Alain Boulanger.
© FRÉMEAUX & ASSOCIÉS/GROUPE FRÉMEAUX COLOMBINI SA, 2001.

english notes
RAY VENTURA & SES COLLEGIENS 1942-1944 / Buenos Aires - Rio de Janeiro
The first title of this album, Fantastique, invariably opened concerts given by the Ray Ventura orchestra and symbolises their three-year adventure in South America. In 1940 France fell to Germany and for several years the country was divided into occupied and unoccupied zones.  The resulting exodus was tremendous and Ray Ventura followed the masses, finally arriving in unoccupied territory in Lyon.  There, he courageously undertook the task of reassembling ‘Ray Ventura et ses Collégiens’, the prestigious band that had topped the French musical scene for about ten years.  Ventura reunited the other ‘Collegians’ who had also fled from occupied territory - Guy Paquinet, Loulou Gasté, Coco Aslan, Louis Vola, Paul Misraki - and hired new members - André Ekyan, Pierre Allier, Adrien Terme - then set about organising tours in southern France right up to Switzerland.  They were to triumph once again. However, Ray Ventura and several other fellow musicians were of Jewish descent and were still vulnerable even in unoccupied France where the situation was increasingly precarious.  The ingenious Ray Ventura, financially aided by a certain Mr. Mathalon managed to obtain the necessary visas for himself, some of his musicians and some of their wives and could thus head for Rio de Janeiro where he had been offered a contract before war was declared. Micheline Day, having also been severely reprimanded for singing in English during her performance in Nice, had also had her fill of France and immediately accepted Paul Misraki’s proposition to join Ventura’s orchestra. In November 1941, the orchestra gave a final show in Cahors, then almost all members set off on the road to freedom, via Spain.  The almost complete list of musicians leaving for this fantastic adventure is as follows : Ray Ventura, Band leader - Pierre Allier, Trumpet - Jean d’Arco, Trumpet - Adrien Terme, Trumpet - Michel Baudran, Saxo - Amedée Charles, Saxo - Gustave Moulin, Saxo/clarinet/accordion - Jacques Boullut, Violin - René Santerini, Violin - Jean Verrière, Violin - Eugène d’Hèllèmes, Trombone - Jean Mellet, Trombone - Louis Vola, Bass - Alain Romans, Piano - Max Mirlirot, Drums - Hubert Giraud, Guitar/harmonica - Henri Salvador, Guitar/vocals - Micheline Day, Vocals - Coco Aslan, Vocals - Paul Misraki, Arranger/composer/vocals Other members of the expedition were the invaluable impresario Fernand Lumbroso and several accompanying wives, including beautiful Lili, Henri Salvador’s partner.

At the Spanish border, the team was on tenterhooks when some younger members were stopped by the officials as they were of age to join a contingent of the French army, known as the ‘Armistice Army’.  Once again, diplomacy, Ray Ventura’s contacts and generosity helped them to resolve the problem.  Their route continued, leading them to Madrid, then Cadix where they boarded ‘El Cabo de Buena Esperanza’ on 20 November 1941, a propitiously christened ship despite the rudimentary comfort it offered. After thirty-five days of seafaring they finally landed in Rio de Janeiro on Christmas Eve 1941.  Their relief was tremendous as they approached Guanabara Bay, the illuminated city of Rio, the towering Pao de Acucar and the distant Tijuca Forest, dominated by Christ the Redeemer on Mount Corcovado. The orchestra had little time to recover from the journey and emotion before work began in Rio’s prestigious Casino da Urca.  Yet their debuting concert lacked a certain public appreciation to begin with.  Indeed, Brazil already boasted a number of talented orchestras - Fon-Fon, Pixinguinha and Lacerda, O Grupo da Velha Guardia, Os Diabos do Ceu, la Orquesta do Casino Copacabana.  The audience expected more from Ray Ventura with his glorious European reputation.  Then suddenly the ice melted when Henri Salvador came on stage, imitating Popeye.  The punters applauded, the musicians relaxed and their playing improved more and more.  The magic of their style again won the day - they had enchanted the ‘carioca’ crowds. The band played continuously for four months in Rio de Janeiro before touring inland towns - Petropolis, Belo Horizonte and Sao Paulo, and then southern Brazil - Porto Alegre, Rio Grande do Sul.  The team then headed for Uruguay.  Their first appeared in Montevideo’s ’18 de Julio’ theatre in June 1942, located in one of Uruguay’s finest avenues.  They were warmly welcomed by the French-loving ‘Republica de la Banda Oriental’ and they were highly acclaimed. Ray Ventura and his musicians then had to cross the Rio de la Plata to arrive in Buenos Aires on 12 July 1942, the cuidad que nunca duerme or ‘the town which never sleeps’.  Argentina remained neutral during the war and supplied meat and wheat to Europe; the country’s economy was therefore thriving.  The Collegians performed in the luxurious Tabaris cabaret, the Teatro Politeama and the Opera cinema, all three venues being on Avenue Corrientes in the city centre.  The Argentine public proved to be enthusiastic despite the tango fever then holding sway.  Indeed tango had never known such popularity and was attracting throngs of crazed fans, with representatives including the orchestras of Francisco Canaro, Miguel Calo, Anibal Troilo, Alfredo de Angelis, Pedro Maffia and Francini-Pontier.  Moreover, Ray Ventura had to contend with jazz-orientated Argentine bands, such as Hamilton-Varela, Armani-Cospito, Los Dixie-Pals.  Nonetheless, the Collegians were well-received in the capital and Ventura managed to obtain a contract with Odeon.  Several recording sessions took place in July, September, October and December 1942, from which some titles have been selected here.  We may even appreciate the crooning Henri Salvador in what was most probably his debuting recorded renditions with Premier Rendez-vous and/or C’est la première Fois.  Subsequently the orchestra toured the inland areas with little success and then split up in Buenos Aires.

Each member attempted to get by as they could.  Adrien Terme, Alain Romans and Jean Mellet jointed the Free French forces.  Louis Vola set up a quintet, imitating the Quintette du Hot Club de France.  He cut around thirty sides for Victor-Argentina and the small label Syncopa y Ritmo.  Pierre Allier, Eugène d’Héllème, Max Mirlirot and Henri Salvador recorded with Argentine jazz bands.  Micheline Day opted for a more romantic solution, wedding an Argentine estanciero.  Paul Misraki had no trouble in finding work and spent roughly two hectic years in Buenos Aires writing scores for eight films (Stella, Pasaporte a Rio, Siete mujeres, etc.) and an operetta, Si Eva se hubiese vestido.  To this day, some of Misraki’s tunes are still popular in South America and are interpreted by contemporary singers. Ray Ventura resolutely pursued his ambitions, setting up another big band by summoning his old followers and hiring local musicians.  In 1943 he made new recordings for Odeon, many of which were with this new ensemble.  Some of the pieces are included in this selection, a pleasant mixture of the orchestra’s traditional repertory and North and South American compositions. The following year, the band returned to the Casino da Urca, Brazil, and more recording sessions were held during their sojourn.  They consequently went back to Buenos Aires for a short-lived and sporadic existence, as the orchestra split for good in November 1944. Some members settled in Argentina such as Hellème and Gustave Moulin who still runs his restaurant ‘Chez Tatave’ in ‘Calle Paraguay’, while others set sail for their liberated homeland. On the other hand, Ray Ventura, along with Paul Misraki headed for the States.  This was merely a stepping stone for Ventura, who left for France to create a new orchestra.  Its members were almost all newcomers and their repertoire consisted of old Collegian hits, fashionable American tunes and a handful of exotic rhythms brought back from South America. But there again, that is another story which steps beyond the South American odyssey of Ray Ventura and his Collegians.
English adaptation by Laure WRIGHT from the French text of Alain BOULANGER
© FRÉMEAUX & ASSOCIÉS/GROUPE FRÉMEAUX COLOMBINI SA, 2001.

Les exemplaires argentins et chiliens sont intitulés Ray Ventura y su Orquesta de Jazz. Les exemplaires brésiliens, Ray Ventura et ses Collégiens (en français). Nous indiquons les titres dans la langue dans laquelle ils figurent sur les exemplaires originaux.  Lorsqu’il y a une traduction, nous la mentionnons.
01. Fantástico (Fantastique) - Déc. 1942 3’06 (Paul Misraki) - Refrain Paul Misraki en français. Fox Trot Buenos Aires  C 12427 Odeon Arg. 45831
02. Insensiblement (Insensiblemente) - Juil. 1942 3’27 (Paul Misraki) - Refrain Paul Misraki en français. Slow Fox Buenos Aires  C 12140 Odeon Arg. 45806
03. Dernière rêverie (Ultimo sueño) - Juil. 1942 3’22 (Agustin Lara) - Refrain Coco Aslan et le Quatuor vocal en français. Fox Trot Buenos Aires  C 12138 Odeon Arg. 45807
04. Tiens, tiens, tiens - Sept. 1942 2’57 (André Hornez, Paul Misraki) - Refrain Coco Aslan en français. Fox Trot du film Tourbillons de Paris / Buenos Aires  C 12261 Odeon Arg. 45812
05. Tico Tico no fubà- Oct. 1942 3’02 (Zequinho de Abreu) / Choro sapeca du film Saludos  /  Buenos Aires  C 12308 Odeon Arg. 46106
06. Rio de Janeiro - Oct. 1942 2’49 (Paul Misraki) - Version brésilienne Ismaël Guimaraes / Refrain Ismaël Guimaraes en portugais / Samba Brasileira Buenos Aires  C 12307 Odeon Arg. 45842
07. Maruska - Déc. 1942 3’31 (Dixie et Sammy Shayer) - Refrain Coco Aslan en espagnol / Fox Trot Buenos Aires  C 12426 Odeon Arg. 45830
08. Primera cita (Premier rendez-vous) - Déc. 1942 2’59 (Louis Poterat - René Sylviano) - Refrain Henri Salvador en français / Fox Trot Buenos Aires  C 12428 Odeon Arg. 45830
09. Te quiero mucho mas (I love you much too much) - Mars 1943 3’18 (Don Raye - A. Olahey - C. Towber) - Refrain Coco Aslan en anglais / Fox Trot Buenos Aires  C 12617 Odeon Arg. 45842
10. C’est la première fois (Es la primera vez) - Avril 1943 3’06 (Paul Misraki) - Refrain Henri Salvador en français / Fox Trot Buenos Aires  C 12806 Odeon Arg. 45866
11. As time goes by (Segùn pasan los años) - Juin 1943 3’14 (H. Hupfeld - Arr. Paul Misraki) - Refrain Coco Aslan en anglais / De la película Casablanca / Fox Trot Buenos Aires  C 12858 Odeon Arg. 45865
12. You’d be so nice to come home to (Como un angel) - Juin 1943 2’38 (Cole Porter) - Refrain Coco Aslan en anglais / Fox Trot Buenos Aires  C 12859 Odeon Arg. 45865
13. Romance Carioca - Juil. 1943 3’10 (Paul Misraki - Russo do Pandeiro) - Refrain Milton Paz en portugais / Samba Maracatù du film Siete Mujeres /  Buenos Aires  C 12877 Odeon Arg. 45957
14. Chez moi - Nov. 1943 3’02 (Paul Misraki - Jean Féline) - Refrain Paul Misraki en français / Fox chanté Buenos Aires  C 13273 Odeon Arg. 45919
15. Apanhei-te cavaquinho - Nov. 1943 2’42 (Ernesto Nazaré - Arr. Paul Misraki) / Chorinho popular Buenos Aires  C 13274 Odeon Arg. 45957
16. Sunday, monday or always (Domingo, lunes or siempre) - Nov. 1943 2’36 (J. Burke - Van Heusen) - Refrain Coco Aslan en anglais / Fox Trot Buenos Aires  C 13291 Odeon Arg. 45909
17. Os Quindins de Yaya (Los pasteles de Yaya) - Nov. 1943 2’59 (Arry Barroso) / Du film Caja de Sorpresas  Samba brasileira Buenos Aires  C 13290 Odeon Arg. 45909
18. I’m gonna get lit up - Juil. 1944 3’00 (Gregg) - Refrain Coco Aslan en anglais  / Fox Trot Rio de Janeiro 7531 Odeon Br. 2800
19. People will say we’re in love - Juil. 1944 2’50 (L. Hart - R. Rodgers - O. Hammerstein) - Refrain Coco Aslan en anglais / Fox Trot Rio de Janeiro 7529 Odeon Br. 2800
20. Cuando voltamos a França - Juil. 1944 3’04 (Paul Misraki - Jaime Redondo) - Refrain et chœur en portugais /  Rio de Janeiro 7653 Odeon Br. 2829

CD RAY VENTURA & ses Collégiens / Buenos-Aires - Rio de Janeiro / L’aventure sud-américaine 1942-1944 © Frémeaux & Associés. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, albums, rééditions, anthologies ou intégrales sont disponibles sous forme de CD et par téléchargement.)

Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc) ou chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 01 43 74 90 24.
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit

Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

YVES MONTAND - INTEGRALE - VOL 1
YVES MONTAND - INTEGRALE - VOL 1
La romance se réveille avec au pied du lit ce grand garçon vivant ingénu et lucide viril tendre et marrant...

TONY MURÉNA - SWING ACCORDÉON - ANTHOLOGIE 1939-1949
TONY MURÉNA - SWING ACCORDÉON - ANTHOLOGIE 1939-1949
Tony Muréna occupe une place de choix dans le Panthéon des accordéonistes. Avec Gus...

TINO ROSSI - ANTHOLOGIE 1932-1950 - VOL.1
TINO ROSSI - ANTHOLOGIE 1932-1950 - VOL.1
« Si tu veux durer, Tino, chante l’amour. N’oublie pas que plus la vie sera dure, plus les hommes et les...

SERGE GAINSBOURG ET SES INTERPRÈTES - VOL.1
SERGE GAINSBOURG ET SES INTERPRÈTES - VOL.1
Serge Gainsbourg reste l’un des artistes les plus influents du XXè siècle.
Olivier...

RUTABAGA - CHANSONS DE 1939 à 1945
RUTABAGA - CHANSONS DE 1939 à 1945
L’importance culturelle de la seconde guerre mondiale est remise en cause à chaque nouvelle...

RODOLPHE RAFFALLI & RENÉE GARLÈNE
RODOLPHE RAFFALLI & RENÉE GARLÈNE
Rodolphe Raffalli, qui s’est fait connaitre à l’international pour la...

PIERRE LOUKI - CONCERT A L'EUROPEEN - 30 SEPTEMBRE 2004
PIERRE LOUKI - CONCERT A L'EUROPEEN - 30 SEPTEMBRE 2004
"J’ai connu Pierre Louki au temps où il jouait la sardine en boîte et je ne suis pas...

NATHALIE JOLY - CAFÉ POLISSON
NATHALIE JOLY - CAFÉ POLISSON
Enregistré à l’auditorium du Musée d’Orsay à l’occasion de...

MON COEUR EST UN ACCORDÉON
MON COEUR EST UN ACCORDÉON
Virtuose, Daniel Colin incarne le grand répertoire.
Musicien sensible et généreux,...

LUCIENNE BOYER
LUCIENNE BOYER
“C’est Eve qui s’exprime par la bouche de Lucienne Boyer. Eve, une dame toujours belle, toujours tentante....

LES PLUS BELLES VALSES MUSETTE
LES PLUS BELLES VALSES MUSETTE
Les plus belles valses musette par leurs plus grands interprètes, Paris 1930-1943 avec Viseur, Peguri, Vacher,...

LÉO FERRÉ ET SES INTERPRÈTES 1947-1956
LÉO FERRÉ ET SES INTERPRÈTES 1947-1956
Figure atypique et engagée, Léo Ferré fait partie des plus grands artistes du patrimoine...

LE FRONT POPULAIRE
LE FRONT POPULAIRE
"Il fut un moment où les français crurent vraiment qu’ils allaient s’aimer les uns les...

LA GLOIRE DE L'OPERETTE 1922 - 1937
LA GLOIRE DE L'OPERETTE 1922 - 1937
Les noms d’Yvonne Printemps, André Baugé, Marcelle Denya, Roger Bourdin, Ninon Vallin, Urban, Edmée...

JEAN SABLON
JEAN SABLON
Enregistrements français, américains, argentins, brésiliens, anglais... 

De New York à...

INTEGRALE IRENE DE TREBERT 1938-1946
INTEGRALE IRENE DE TREBERT 1938-1946
Jazz et Swing ne furent jamais sous l’Occupation aussi interdits qu’on le soutient parfois. Même si,...

HENRI SALVADOR - LIVE IN PARIS 1956-1960
HENRI SALVADOR - LIVE IN PARIS 1956-1960
Henri Salvador est sans aucun doute le plus formidable crooner-entertainer que la France ait jamais connu....

GILLES & JULIEN
GILLES & JULIEN
“On peut dire que Gilles est un des ancêtres des auteurs-compositeurs d’aujourd’hui parce que c’est...

GILBERT BECAUD - LIVE IN PARIS 1956-1962
GILBERT BECAUD - LIVE IN PARIS 1956-1962
Gilbert Bécaud, est l’auteur-compositeur français le plus repris dans le...

GERMAINE MONTERO
GERMAINE MONTERO
Comédienne autant que chanteuse, Germaine Montero a incarné à la perfection les...

GÉRARD PIERRON - CHANTE VIGNE, CHANTE VIN
GÉRARD PIERRON - CHANTE VIGNE, CHANTE VIN
Gérard Pierron qui s’est fait connaitre en mettant en musique la poésie populaire des...

GEORGES BRASSENS
GEORGES BRASSENS
Figure éternelle et débonnaire de la Chanson française, Georges Brassens fait partie du...

FRANCIS LALANNE & CARRÉ BLANC
FRANCIS LALANNE & CARRÉ BLANC
Lettre de Léo à Francis… 
Avant...

FRANCE DE L’OUEST (1956 - 2006)
FRANCE DE L’OUEST (1956 - 2006)
France de l'Ouest : Normandie, Perche, Maine, Anjou, Poitou, Saintonge, Angoumois.

Ce disque...

DAMIA
DAMIA
«Il y a dame dans Damia».
Pierre-Jean Vaillard

Eric Rémy présente au travers de ces...

CLAUDE NOUGARO ET SES INTERPRÈTES 1955-1961
CLAUDE NOUGARO ET SES INTERPRÈTES 1955-1961
Cette anthologie présente les premières chansons de Claude Nougaro, incarnées par...

CHARLES TRENET - INTEGRALE VOL 8 - 1951-1952
CHARLES TRENET - INTEGRALE VOL 8 - 1951-1952
Le chef-d’œuvre, c’est ce qui reste cent ans après. On me dit souvent que plusieurs...

CHANSONS EXOTIQUES POUR CABARETS ET MUSIC-HALLS - PARIS • JUAN-LES-PINS • ST-TROPEZ • NAPLES • ORAN (1954 - 1962)
CHANSONS EXOTIQUES POUR CABARETS ET MUSIC-HALLS - PARIS • JUAN-LES-PINS • ST-TROPEZ • NAPLES • ORAN (1954 - 1962)
Un voyage dans le temps de 1954 à 1962, qui vous mène des music-halls parisiens...

CHANSONS D'AMOUR DE PARIS
CHANSONS D'AMOUR DE PARIS
Au Japon, la chanson française et le musette sont considérés à la fois comme...

BOURVIL
BOURVIL
Si Bourvil a su devenir l’une des dix personnalités favorites des Français, c’est bien par la...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
net_cat_20192020.jpg
Titre_Galerie.gif
net_la_fabrique_du_sacre__galerie_fa.jpg
Titre Noel 2018.jpg
NET Proust.jpg
Titre Soul.gif
NET Soul.jpg
Titre Figure de l'histoire.gif
Pub Net Figures Histoire.jpg
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V Stan Getz.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études

Titre_DVD.gif

Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif