Fremeaux.com
RÉTROSPECTIVE HENRI GUÉDON










C’est un grand honneur pour la Galerie et les Editions Frémeaux & Associés d’avoir été choisis pour présenter l’oeuvre d’un artiste aussi éclectique et original qu’Henri Guédon.Le génie français, qui n’a jamais aimé le mélange des genres, regarde aujourd’hui encore la polyvalence artistique d’un oeil dubitatif, sinon réprobateur.Le mérite de quelques artistes, comme Charlélie Couture, Daniel Humair, Yochk 0’Seffer et quelques autres, est d’autant plus remarquable, d’avoir su résister à cette forme de pensée unique, et d’avoir travaillé, avec la même virtuosité et la même créativité, dans la musique et les arts plastiques.Créateur pictural et musical de premier plan, Henri Guédon est l’exemple accompli de cette démarche artistique plurielle. 150 expositions et 24 disques ont fait de lui un artiste mondialement reconnu, dont l’humilité est à la mesure de la richesse humaine, comme le montre une fois encore l’ouvrage de lithographies originales qu’il publie aujourd’hui.Frémeaux & Associés, qui développent leurs activités autour de l’estampe moderne et contemporaine, aussi bien que de l’édition phonographique, ne pouvaient que se sentir en résonance avec les préoccupations et l’oeuvre d’Henri Guédon, que nous remercions d’avoir bien voulu, dans le cadre de cette rétrospective, faire avec nous le bilan de 25 ans de peinture et de musique.
Claude Colombini et Patrick Frémeaux
Les Editeurs

Henri Guédon est exposé en permanence à la Galerie Intemporel, 22 rue St Martin 75004 Paris.Contact/Management : Marie-Christine Flayol-Pennequin 17 av. P. Brossolette, 94170 Le Perreux s/ Marne - France - Tel/Fax : (33 1) 48 72 59 18

L’estampe qui accompagne ce coffret est une lithographie originale d’un format de 118 mm x 118 mm réalisée par Henri Guédon et qui a été tirée à 6 000 exemplaires.La numérotation de l’estampe correspond à son numéro de tirage et chaque lithographie a été signée de son monogramme par l’artiste.A épuisement des stocks, Henri Guédon effectuera une autre lithographie tirée à 6 000 exemplaires et sur le coffret sera clairement indiqué “deuxième édition”.Par ailleurs, la Galerie d’Art Frémeaux & Associés, 20 rue Robert Giraudineau, 94300 VINCENNES,présente un album de 4 grandes lithographies originales (format 65 x 50 cm) signées et justifiées sur 250 exemplaires.

Parcours musical
Avec Henri Guédon, on a toujours l’impression de feuilleter un passeport émis aux Caraïbes, mais dont chaque page serait tamponnée d’un visa pour l’Univers. En effet Guédon, avec son latin Band, a toujours cherché à abolir le compartimentage entre les grandes musiques du monde.
Henri Guédon est né le 22 mai 1944 à Fort de France (Martinique). Il réside depuis 1964 à Paris où il mène parallèlement des activités de peintre, sculpteur et musicien.En Martinique, il crée un groupe de six musiciens “La Contesta” avec Paul Rosine (vibraphone), Michel Pacquit (piano), Denis Dantin (batterie), Romul Pinel (conga) et enregistre chez DEB’S un album avec Alain Jean Marie et A. Condouant.En 1965, Henri Guédon participe au premier concert “Jazz Fusion” au Chat qui Pêche avec Joe Maka, Adolphe Winkler et TonyScott, Maxcilla.Dans les années 70, il crée avec Daniel Barda le premier Big Band Jazz Caraïbes. Il lance ensuite le mot “Zouk” en 1972 en enregistrant pour CBS, produit par Jean Quennec, une réunion des meilleurs musiciens latino-antillais, pour l’album “Cosmo-zouk” : Don Gonzalo, Fernandez, Nicole et Jacky Bernard, Claude Vamur, Michel Pacquit, etc...Après un long séjour à New York, il revient à Paris et monte un Big Band Latin-Jazz Salsa avec des musiciens d’origines différentes : Glen Ferris, Tony Russo, Michel Pacquit, Michel Alibo, etc...En 1980, il invite sur la scène de l’Olympia les stars de la musique Latine : Barry Rodgers, Alfredo de la Fé, Eddie Martinez, Johnny Rodriguez Jr., Nicky Marrero, Andy Gonzalez, Ray Romero, Marion Riviera.En 1982, il tenta d’autres expériences en formant un groupe expérimental de percussions avec de prestigieux musiciens : Bill Summer, Scott Roberts, John Otis Jr. Lucas Van de Merjick. L’instrumentorium était composé de 200 instruments afro-caraïbes et afro-asiatiques, mêlés aux divers instruments classiques occidentaux.En 1983, il écrit l’Opéra Triangulaire, un oratorio-jazz avec un Orchestre symphonique, son Big Band et des choeurs, avec la collaboration de Philippe Langlais, Directeur de l’Orchestre du Havre.En 1983 également, il reçoit le prix de l’Académie Charles Cros pour des contes musicaux écrits d’après la tradition profonde des Antilles.En 1984, il renoue avec le Latin-Jazz avec un pupitre de trombonistes renommés : Georges Lewis, Sam Burtis, Yel Jorgën, et les percussionnistes Enrique Firpe, Martin Verdonk , le trompettiste Joe Riviera et un nouvel arrangeur Eric Calmés. Il enregistre AFRO-TEMPLE avec Arturo Sandoval et un live au Zurich Jazz Festival.Entre 1984 et 1988, Henri Guédon effectue deux grandes tournées internationales : Hongrie, Italie, Belgique, Suisse, Allemagne, Suède, Espagne, Malte, Algérie, Tunisie, Maroc, Israël, Autriche, Burkina-Faso, Etats-Unis (New-York), Canada (Montréal), Puerto Rico, Aruba, Martinique, Guadeloupe, etc...En 1988, pour le Festival d’Avignon, il crée avec des musiciens de l’orchestre Provence Côte d’Azur et la chanteuse Carol Linpkin un poème symphonique : Hommage à Aimé Césaire.En 1992, il crée la Marseillaise en trois Continents, pour et en collaboration avec la ville de Bagneux.En 1993, avec la collaboration de la Ville de Courbevoie, il crée Nomadisme Musical aux Caraïbes, suite de Mazurkas et diverses danses Caraïbes avec la participation de l’ensemble instrumental “Parenthèses” avec la chanteuse Yolanda Hernandez et le pianiste Georges Rabol.Après un an d’interruption, il remonte son Latin Jazz Band avec les musiciens qui ont suivi l’évolution de sa carrière et prépare un nouvel album en hommage à Dizzy Gillespie, intitulé Latin BE BOP.

Les musiques d’Henri Guédon sont comme des masques sonores, créés dans l’émotion vibrante, en toute fantaisie imagina­­-tive ; des déguisements plastiques concertés, sous lesquels il entend assumer la vérité d’engagement de sa liberté et assurer toutes les figures de pas de son invention, à la fois débridée et conscientisée.Aimé Césaire disait que le poète “est poreux à tous les souffles du monde” - et lui, en tant que musicien, est poreux à tous les sons du monde et à tous les rythmes du monde. De parti pris de métis, martiniquais créole, il n’est à l’aise que dans le métissage culturel et musical le plusaffirmé ; il excelle dans le syncrétisme des combinaisons insolites, mêle jazz etbiguine, la Caraïbe à l’Afrique, l’Europe aux Antilles, l’expérience Zouk à la sauce Salsa, sans compter le bel-air, et les arrangements classiques aussi où se trouvent valorisées les influences multiples de la diversité des îles de la Caraïbe.Gardons-nous de penser qu’il est hétéroclite, car ce qui préside chez Henri Guédon, c’est la refondation à partir des essences, le souci d’une synthèse qui pourrait être marquée au coin de l’universalité.Et c’est ce qui explique pourquoi il y a un Son Guédon, authentique, à nul autre pareil ; car, à son talent de percussionniste, il a ajouté celui de peintre et de céramiste pour donner la couleur et la densité aux sons, ce qui propulse, dans la dynamique de sa musique, la modulation poétique des rythmes savamment recherchés dans leur singularité particulière. En peignant, de haute main, ses partitions, il n’oublie pas d’orchestrer la fête de son coeur, en battant le son sauf la musique de ses rêves. C’est ainsi qu’avec lui, nous sommes branchés sur sa part d’infini, née de l’éblouissement équilibré d’un arrangement savant qui nous ouvre aussi bien à la danse qu’à l’écoute pensive des rythmes improvisés, souvent insoupçonnés...Nous-mêmes, saisis à la joie d’une grande Découverte.
Georges Desportes

Mé Tambou ! Tambou ! Man-Maille !
Ka palé nègg,
Ka travail nègg,
Ka souté nègg,
Ka rhélé nègg,
Ka chanté nègg,
Ka pléré nègg,
Ka mö-ri nègg,
Ri-a.

Cé an cascade Tchia ! Tchia ! Tchia !
Quii ka tombé dépi an falaise
Con an ton-ai contentment.


Mais le tambour, le tambour, le tambour, mes enfants,
Est langage de Nègre,
Travail de Nègre,
Bondissement de Nègre,
Mélopée de Nègre,
Long appel des nègres entre eux,
Cascade éblouissante de joie
A grand renfort de syllabes ouvertes,
Grand tonnerre de rire nègre !
Gilbert Gratiant



Magicien des sens, Henri Guédon nous mène dans un monde où les sculptures sontsonores, où la peinture est rythme, où la musique est couleur.Séducteur avant tout, son identité est une infinité de jeux. Il apprivoise le son, la lumière, l’espace et la matière. Il a puisé les sources de sa musique dans le Bronx aussi bien qu’au Tibet, dans les bruits de la ville et ceux de la nature. Mais il n’oublie jamais qu’il est aussi porteur du défi afro-caraïbes, porte-voix d’une culture qui a décidé de survivre, malgré la douleur, malgré la rancoeur.Entre spontanéité et angoisse, entre dérision et humour, Henri Guédon nous donne surtout une magistrale leçon d’indépendance !
D. Blasco-Morice

Avec Henri Gué­don, on a toujours l’impression de feuil­-leter un passeport émis aux Caraï­bes, mais dont chaque page serait tamponnée d’un visa pour l’Uni­vers. En effet, Guédon a toujours cherché à abolir le compartimentage entre les grandes musiques du monde entier. Avec “Incan­tation aux Libertés”, il nous propose une superbe réflexion musicale multi-culturelle. Cette pièce à la fois provocante, tendre et lyrique, brasse l’Afrique, les Caraïbes, l’Europe et le Jazz. Sur scène, le big band d’Henri Guédon présente des combinaisons à géométrie variable selon les différents moments de cette suite caraïbe ouverte comme une main tendue vers tous les hommes épris de liberté.Après Yorub’Haïtian Suite (qui fait appel à des rythmes du Nigeria, de Haïti et de Cuba,) on entendra Martinique via Le Havre Paris St Lazare qui rappelle les traversées des transatlantiques et fait intervenir des instruments afro-asiatiques, notamment tibétains.Depuis longtemps intéressé par la fusion des genres et des cultures, Henri Guédon a mené des recherches sur l’oeuvre du musicologue Fernando Ortiz dont le travail considérable a montré de quelle manière la musique du littoral africain et précisément Yoruba, Nanigo, Lucumi etc..., a été transmise au continent américain et aux Caraïbes, par des compositeurs tels que Dizzy Gillespie, Charly Parker, Mario Bauza, Machito y su Afro Cubans, Chano Pozo, Cachao, Coltrane, Miles Davis, Duke Ellington, etc.La rencontre de Philippe Langlet, Directeur de l’Orchestre d’Harmonie du Havre, qui se joint au Big Band d’Henri Guédon, est née d’une même volonté de créer une expression musicale ouverte liée aux traditions populaires.
Jacques Hesse,
Chargé de cours d’Histoire du Jazz
Paris-Sorbonne, Paris IV
(extraits d’une critique del’Opéra Triangulaire)

“Afro Temple” d’Henri Guédon
Le jazz qui est joué dans l’Hexagone par des Français, auxquels s’associent dans l’amitié des artistes de toutes origines, mérite notre attention parce que la musique faite ici apporte souvent un plaisir équivalent à celui qu’on va chercher aux quatre coins du monde.“Afro Temple” de Guédon,c’est le jazz solaire, aux couleurs d’un éternel été, bleu profond avec constance, mais non sans orages, bourrasques, éclairs intermittents. Le titre général renvoie, comme de coutume, à une plage où se célèbre une messe africaine selon le rite yoruba, où Guédon s’applique aux percussions variées (sur gopishang, tubular bell, tympany, guijada ou gong) et où resplendit le ténor de Enrique Fernandez, un des grands participants du disque, qui a signé, d’autre part, Fanfaria, le nouvel indicatif de l’orchestre.Dans cet album, c’est l’esprit du continent noir etl’esprit de l’Europe, mêlés, qui passent, portant les parfums des Antilles. Zoulou est du beau latin-jazz, Nêg Macouba une biguine où la conga remplace le tambour bata, lequel revient dans Ese Huevo Quiere Sal, hommage à la salsa, d’un Machito. Saluons dans ces trois plages la présence de solistes remarquables : dans la première, Bobby Rangel (flûte et saxophone soprano) et Pedro Perea (piano), dans la deuxième, Arturo Sandoval (trompette), dans la dernière, Glenn Ferris (trombone).Quant à Sêpen Maig, orchestré par Fernandez et convoquant biguine,bomba, mozambique, cubain, il fait revivre le vieux “tube” d’Alexandre Stellio : toute la tradition martiniquaise éclate là, comme un rire, d’immense douleur et d’immense joie.
Lucien Malson - Le Monde

Henri Guédon : L’art de la juxtapositionTout art est le résultat d’assemblages.    A l’image du corps humain qui reste le symbole de la réussite et de la perfection. Créateur, Henri Guédon est inspiré par ce principe de base, dont l’un des éléments moteurs reste le coeur.C’est avec le coeur qu’Henri Guédon réalise sa peinture, fruit de la juxtaposition de personnages, du collage et du regroupement de couleurs du monde.Il en va de même pour l’instrument qu’il pratique : les percussions, amalgame de tambours, réunion de congas, de cloches, association de timpani, d’okonkolo et autres, tous choisis au gré des climats et des atmosphères musicales.Enfin, c’est au rythme de sa sensibilité et de sa générosité qu’Henri Guédon façonne sa musique, résultat d’un mélange entre ses racines martiniquaises personnifiées par le bel-air, le quadrille, la haute taille (hot tie !) ou la biguine, son attachement aux versions latines nées à Cuba, mère de la salsa, et, son amour immodéré pour le jazz, pulsation majeure du XXème siècle.A sa façon de juxtaposer images, rythmes et musique, Henri Guédon traduit toute sa perception du monde. Ses œuvres montrent comment tout se transforme et renaît. Son talent tridimensionnel, authentique et sincère, en est la preuve infaillible.   
Didier PENNEQUIN,
Le Quotidien du Médecin

Henri Guédon : La musique en couleursHenri Guédon a sacralisé la percussion dans les espaces rythmiques et son savoir puise aux sources les plus profondes des sonorités nègres.Guédon a délibérément choisi de faire parler le tambour.A l’image de Dizzy Gillespie qui avait marié jazz et rythmes afro, avec le génie de Chano Pozo le cubain, Henri Guédon est un des rares musiciens antillais ayant largement contribué à recoller musicalement les morceaux d’une histoire éclatée depuis le grand génocide en terre de sang, en terre d’esclaves.Percussionniste de la plénitude, la musique a pénétré tous ses sens comme un don héréditaire qui, au fil du temps, a façonné son métissage sonore, permettant ainsi l’éclosion d’une esthétique nouvelle.Perfectionniste de l’authentique, ses compositions jouent son histoire en cultivant un large éventail instrumental où le son peut s’exprimer en Yoruba, Bel-Air de Gro-Ka ou lagghia de mots et recrée spontanément des sonorités issues de la nuit des temps.Le son Guédon, à l’écart des courants et des modes, revendique l’héritage de la diversité de la musique noire, recherche perpétuelle, retour aux sources, pulsations modernes, créoles, jazzy ou salsa dans un langage sur partition universelle.Egalement peintre et sculpteur, la peinture n’est pas la face cachée d’Henri Guédon, même s’il est mieux connu par les percussions, plus facilement communiquées au public. Encore une fois, il passe maître. Les dieux de la Musique l’accompagnent sur la toile et sur le papier.Certains dessins s’organisent en rythme et  l’on ne peut discerner si les lignes apparaissent ou s’effacent, comme en musique où tout est mouvement, danse et dynamisme.
Gérard César,
Directeur Artistique RFO

Sous son apparente bonhomie, l’homme cache des aspects plaisamment inquiétants, éléments doubles qui forment en lui une salsa épicée de sons et de couleurs. Cet Henri Guédon là, je l’ai rencontré, il y a déjà longtemps. Avec autant de mauvaise conscience que de grands rires, il animait à cette époque de délicieux Bals Antillais et chantait en créole des airs charmants, qui évoquaient trop les mazurkas coloniales pour son goût de militant refusant l’exotisme. Ses refrains langoureux faisaient cependant danser jusqu’à l’aube une jeunesse clean, intouchée par la drogue, faite de demoiselles endimanchées à ravir, serrées-collées à d’autres exilés des îles. Arrosée de rhum, l’ambiance était torride. Cette musique a d’ailleurs fait le succès de nombreux groupes à l’aide de rythmes façon “Célimène” ou “première surprise-partie”.Tout en ayant le goût de la fête, de la rumba, Henri a choisi la difficulté. Il est devenu un musicien contemporain, un intellectuel des sons passionné par les instruments traditionnels venus d’Afrique ou d’ailleurs. Il s’agissait pour lui de retrouver, de faire connaître leurs sonorités oubliées, leurs voix, abandonnant les médias à des zouk-bands aisés à suivre. Les rythmes de Guédon se veulent plus intérieurs. Ils recherchent les rites, les sueurs anciennes - poussières vocalisées, fétiches frappés, étincelles psalmodiées, mystères chantés transmis à lui par des ancêtres inconnus venus de nulle part et de partout.Parallèlement à son oeuvre de musicien, Henri Guédon a également réussi à devenir un peintre de talent. Les sentiments de la diaspora néo-africaine, avec ses désirs ardents et ses désespoirs intenses se lisent à travers ses toiles, ses collages colorés, ses animaux fantastiques ou certaines de ses statues... sonores faites d’objets de récupération.

Sa grotte atelier d’Aubervilliers renferme ainsi des machines à écrire transformées en colibris bariolés. Des râteaux en bambou statufiés y côtoient des portraits d’êtres aux corps cernés d’épais traits noirs et aux regards dramatiques. Des caméléons à longue langue y croisent des lézards frémissants, des chiens transformistes. Ces créatures de rêve voisinent paisiblement avec des étagères remplies de livres sur l’esclavage, de livres sur les musiques de la planète ou encore de romans de Stendhal ou de Maryse Condé.Entre images et notes, Henri Guédon ne privilégie rien, il produit avec bonheur, sans choisir - puisque tout est signe et tout lui est toujours possible. Ne pouvoir être rangé dans un casier dérange d’ailleurs beaucoup. Tant mieux. L’artiste nous propose alors de partager sa profusion d’expression, ses dons, sa générosité et parfois, sa cuisine.Et la musique alors ? Ecoutons-en les rythmes latino-caraïbes, tandis qu’au dehors, la rumeur de la rue s’étouffe dans un buisson de jasmin.
Nicole-Lise Bernheim

Bagay ta la ?
Guédon défolmanté
I pa pou konnet
Sa i jwenn, i trapéÿ
Tibwa, pot lapinti, papÿé déchiré
Sé an sèl voumlélé.

I con an tactac
Mizik ka dessann
Lapinti toupatou ka fè siwawa enlè toutt mi

Mwen pas sav pouw
Kanta pou mwen
Sa Guédon ka fè
Sé passé an ziguinot
- Yo sé pluto di an bon palaviré-
Pou fè mwen sonjé, fè nou sonjé
Sé pa la peinn séré, considéré sé zwel
Pa la peinn pijé con möso citron dan an feu
Anni di sa ki ka vini, dépi an fon cöw minm
Sé la liberté, sé la vérité
Sa ou yé, sa NOU yé, manniè nou yé
- Si ou pa léÿ, dömi coteÿ -
Sé nou min-m nou min-m


Qu’est-ce donc ?
Guédon est un peu braque
Et se laisse emporter par ses élans
Il s’empare de ce qui lui tombe sous la main :
“Ti bois”, pots de couleurs, papiers déchirés :
Une vraie folie.


Il s’active. Un trait ici, une note là
Musique en descarga
Les couleurs se fondent et se mêlent
sur tous les murs.

J’ignore ce que tu en penses
Quant à moi,
L’oeuvre de Guédon me fait l’effet,
non d’une pichenette,
mais plutôt d’une forte claque.

Et je pense, il nous fait penser
Inutile de se dissimuler, de jouer à cache-cache
Inutile de se contraindre
Plutôt se laisser aller à être ce que l’on est,
à montrer ce qui vient du plus profond de soi
Liberté d’être, vérité
Ce que tu es, ce que nous sommes,
tels que nous sommes
Et tant pis si cela ne plaît pas
Car c’est vraiment nous.
Isabelle Gratiant


Il me plaît ici de vous citer, James Joyce, pour qui l’art ne doit révéler que des idées, des essences spirituelles, dégagées de toute forme. Selon lui, ce qui importe par dessus tout dans une oeuvre d’art, c’est la profondeur vitale de laquelle elle a pu jaillir.Cette définition de l’art - image de cette beauté que nous sommes parvenus à comprendre - se résume à parler de ces choses, chercher à comprendre leur nature, puis, l’ayant comprise, essayer lentement, humblement, fidèlement, d’exprimer, d’extraire à nouveau de la terre brute ou de celle qu’elle nous fournit : sons, formes, couleurs, qui sont les portes de la prison de l’âme.Une telle démarche me semble parfaitement correspondre à celle qu’Henri Guédon a voulu suivre. S’essayant avec bonheur aux expressions musicale, sculpturale et picturale. Et je crois que ce foisonnement de talents en un seul homme, méritait d’être encouragé par les siens, après trois décennies de création artistique.L’évolution pluridimensionnelle et multidirectionnelle de l’oeuvre d’Henri Guédon est signe d’une infatigable énergie à communiquer sa foi dans l’avenir en s’enracinant dans ses origines samaritaines ; Ti-Emile, Ti-Raoul...Sa fougueuse créativité est rythmée par sa vigueur à tout embrasser. Et, par méconnaissance de l’homme et son oeuvre, on pourrait imaginer qu’il s’agit d’un touche à tout.Ses compositions dans le domaine de la musique, de la peinture, de la sculpture, laissent entrevoir une individualité artistique profonde désireuse de transmettre son univers physique et psychique.

La force de séduction de son art résulte d’un va et vient continuel, à mi-chemin entre la tradition et l’innovation. Elle est alimentée par sa puissante imagination, l’univers individuel de ses sentiments profonds, le mystérieux de son être, de son subconscient.Son art, affranchi des frontières géographique, historique et linguistique est devenu universel.Sans colère destructive, sans sentiment anarchique, sans agressivité aucune, sans conventionnisme socio-artistique, les disciplines les plus diverses qu’il touches’entremêlent.Il parvient à nous faire partager sa joie de manipuler la couleur sans retenue, de créer des formes, de composer de façon surprenante, dans une association inattendue des éléments provenant du “grand art” et de “l’art mineur”.On peut dire sans risque d’être démenti, qu’il opére dans un champ où s’allient la tradition et le modernisme avec une harmonie maitrisée.
Jeanne Montjoly,
Conservateur du Musée de la Pugerie


Il est assez inhabituel de célébrer la production d’un artiste de son vivant. Mais, une palette aussi riche et variée que celle que nous a offerte Henri Guédon, en 30 ans de carrière artistique, se l’imposait à nous.Henri Guédon est animé d’un désir de se surpasser qu’il magnifie dans l’art.La générosité de son âme s’exprime dans toutes ses oeuvres.Par la dimension de sa création il participe au rayonnement des Antilles sur tous les continents.La richesse et la diversité de son oeuvre résiste à toute systématisation sommaire et hâtive.Une certaine maturité se dégage de sa création, caractérisée par une unité et une cohérence.Chez Henri Guédon, la peinture, la sculpture, la musique fraternisent et composent harmonieusement dans un souffle dynamique propre à la vitalité de sa création.Il me semble déceler chez l’artiste une soif permanente d’embrasser l’art dans sa globalité, dans une sorte d’investissement de soi.En somme, sa force est de chanter avec sa peinture, et de donner de la couleur à sa musique.Une lecture plurielle de ses oeuvres permet à chacun de projeter librement dans chacune de ses créations, ce qui lui plait, en fonction de ses propres référents culturels.Sans pour autant être un inconditionnel d’ Henri Guédon, on peut dire que son oeuvre est une symphonie picturale écrite par un compositeur éclectique.C’est par un heureux concours de circonstances qu’il s’est essayé à la peinture avant d’aboutir à la sculpture, sans jamais abandonner la musique. Sa quête de progression l’a amené à approcher plusieurs disciplines où, il a su s’investir pleinement. Qu’il en soit remercié comme il se doit, pour sa contribution à l’oeuvre commune.D’autant plus que le cri d’enthousiasme qu’il pousse dans sa musique a raisonné sur tous les continents, j’en veux pour preuve cette pléiade d’artistes talentueux qui ont répondu à notre invitation pour ce vibrant hommage : Luis Cruz, Ephraim Vasquez, Enrique Firpe, Klauss Tofft, Christof Erstoesser, Winston Berkeley, Dave Roschilde, Philip Kolb, Wim Both...
Jean-Claude Duverger,
Conseiller Général à la Culture (Martinique)


Henri Guédon entreprend un voyage jamais interrompu par une frontière. Ni lieu, ni repère ne lui sont inaccessibles.Son nomadisme le conduit partout à vérifier l’exactitude d’une sagesse déjà acquise. Il sait intuitivement l’homme, le monde et partage son inépuisable bagage.Musicien nomade, peut-il être autrement ?Les musiques des cours européennes ont voyagé en lui, chez lui, polka, mazurka, haute-taille, menuet, quadrille, valse, contre-danse, métamorphosées en des rythmes africains.Les vibrations des percussions caraïbes, lui ont communiqué un son de liberté. Sédentaire dans son vocabulaire afro-amérindien, il stylise à son tour la musique européenne.
Laurence Choko,
Galerie Intemporel


Toutes les fois que je me suis mis à l’écoute de ton disque, la musique en a eu vite fait de me rappeler qu’elle et moi, nous nous sommes connus du temps où, sous un autre nom peut-être, tu chantais et jouais du tambour, en des assises rituelles, des offices magiques, ou sur d’opulentes embarcations remontant le Nil derrière l’enchevêtrement des papyrus.En témoigne, le morceau intitulé “Le Temple”. Et la diverse rythmique de “Sepent mai g” vient clamer notre contemporaineté mythique avec Alexandre Stellio que je vis s’embarquer sur un paquebot -dont on disait “le courrier” - pour aller introduire la biguine à Paris sous le couvert d’une exposition coloniale, et notre parenté avec ce fleuve impérial que le poète proclame “plus vieux que le sang qui coule dans les veines des hommes”.Pour les exultations naguère condamnées sous la trompette bouchée, chaque morceau est un retour aux sources et une rencontre avec l’histoire de notre peuple pérégrinant de captures en tragédies, des pyramides pharaoniques aux Antilles asservies, gavées de chrétienté.Te dirai-je ma confusion de constater que ta carrière semble s’étendre sur plus d’années que ne compte ton âge, tellement la multiplicité de tes talents a exploré des disciplines qui depuis s’enorgueillissent de t’avoir rencontré ?Rappelle-toi l’accent de la lumière rythmant ton nom un soir de carnaval où la musique avait pris en otage les békés, les îles et leurs catastrophes en instance.Et ce n’est pas un piano, ni un violon, ni même un gros tam-tam qui te dira de ne pas jouer comme ça...
Joseph Zobel
Auteur de “Rue case nègre”


Les musiciens et vocalistes qui ont travaillé avec Henri Guédon de 1972 à 1995   
BONGO : John Rodriguez Junior, Manito Lopez, Gabriel Moustache, Nicole Bernard, J. Otis.
TIMBALES ET BATTERIE : Nicky Marrero, Enrique Firpe, Luka Van de Merjeck, Jean Mij Truong, Claude Vamur, Alfred Varasse, Joby Dandelé, Miguel Lara, Denis Dantin, Jean-Claude Montredon, Sanguma Evrett, André Groen, Ray Ro­mero, Ricardo Noshberger.
VIOLON : Roger Colas, Mano Césaire, Maurice Lagier, Didier Lockwood.
VIOLONCELLES : Alan Hoïst, Consuelo Uribe, Covvi Duval, Patricia Lefevre.
GUITARES : André Conduant, Yvon Rosillette, Roger Banguillo, Patrick Sedock, Mano Lopez (tres), Jerry Malekani.
BASS : Michel Alibo, Alex Théodose, Alex Bernard, Serge Salibur, Vico Charlemagne, Andy Gonzales, Budy, Dave Perez, Henri Laclef, Carlos, Jean-Pierre Misaine, Eric Calmes, Leslie Lopez, Philippe Paolo, Wilson Berkley, Jeannot Gioul, Jose Lopretti, Henri Texier.
CLAVIERS : Jean-Claude Naimero, Mo’Ayong, Michel Pacquit, Jacky Bernard, Alain Jean Marie, Georges Edouard Nouel, Roland Malmain, Eddy Martinez, Sony Bravo, Christophe Herbstoesser, Roland Louis, Mario Canonge, Del Rabenja, Jean Claude Nuissier, Pedro Perea, Paulo Rosine, Georges Rabol, Mathias Pizarro, Luis Cruz.
CONGAS : José Grajales, Jo Kavela, Romul Pinel, Martin Verdonck, Marie-Jo Prajet, Bill Summer, Johnny Otis, Bago, Tuly Juan de Dios Marquez, Rodolfo Pacheco, Jean-Luc Edimburg, Candela, Anga, Raymond Betzi, Wilson Chambo, Charly Chomereau-Lamotte, Serge Christophe, Edgardo Cambon, Mikael Raymon.
SHEKERE ET BATA DRUMS : Cachete Maldonado, Scott Robert, Bill Summer, John Otis, Puntilla Junior, Christian Nicolas, Ray Romero.
FLUTES : Daniel Barda, Gonzalo Fernandez, Enrique Fernandez, Max Cilla, Bobby Rangell, Frederic Brard.
SAXO : Mario Riviera, Alain Hatot, Ti Marcel Louis Joseph, Emilien Antil, Philip Kolb, François Debricon, Paul Julvecourt, Barney Wilhelm, Dick Taco Mesa, Pierre Therifex, Martin Soher.
TROMBONES : Georges Lewis, Glen Ferris, Arturo Velasco, Sam Burtis, Barry Rodgers, Marc Steckar Bolognesi, Denis Leloup, Christophe Vilain, Yel Jorgen, Dave Rotschild.
TROMPETTES : Joe Riviera, Tony Russo, Freddy Houssepain, Arturo Sandoval, Lionel Sanchez, Angelo, Wim Both, Tony Barero, René Guérin Toesca, Ronnie Buttercavoli, Bernett Dea Amil, Solon Gonzalves, René Lopez, Kako Besso, Philippe Langlet.
VOCAL : Fabien Bannet, Felo Bario, Yolanda Hernandez (Afro­temple/Opéra triangulaire), Jocelyne Beroar, Freddy N’Koukou, Tataz, Carol Lipkin, José Alberto canario Tiraoul, R. Rimbaud, Alex Billon, Denise Janam,  Julien Tarquin, Koko Fernandez, Alex Bilon, Dely M’Putu.
ARRANGEURS : Eddy Martinez (oeuvre complète), Luis Cruz, Sonny Bravo (Douce, Faut pas pousser), Del Rabenja (Zinglindou), Franck Malmain (Mambo Rapp), G.E. Nouel (Mazouk Totem), Mattias Pizarro (oeuvre complète), Hommage à L.G Damas, Marty Sheler (Ekué Sangare), Eric Calmes (oeuvre complète) La Marseillaise en 3 continents, André Groen (Danzon), Pedro Perea (Zoulou), Georges Rabol (oeuvre complète) Nomadisme musical aux CaraÏbes, Lucas Van de Merjick (Cierre), Paul Rosine (Son Tamboo la).
SHELL HORN : Leonardo Velasquez.
NARRATEURS : Robert Lionsol (Enre­gistrement pour le Palais des Glaces), Harlem Désir (Festival d’Avignon), Tewfik Fares (Festival d’Avignon), Mouloud (Opéra Trian­gulaire), Jenny Alpha (Nuit Blanche pour L.G Damas), Greg Germain (Nuit Blanche pour L.G Damas).


CD1
1. MAMBORAP - 1992 - Henri Guédon - H.Guédon (voc + bongo). R. Malmin (prog, Korg M1, Sax Korg M1), Tres Golpes (Bombo).
2. FAUT PAS POUSSER - 1981 - Henri Guédon - H Guédon (voc, guiro, bongo), Leonel Sanchez, René Lopez tromp. Sonny Bravo (pia), Dave Perez (bass), Nicky Marrero (timbales), Sam Burtis (tromb), Dick Taco Mesa (sax), Mario Riviera (sax), Johnny Rodriguez Junior Conga, José El Canario (vocal), Felo Barrio (voc).     
3. BOMBA MIZICIEN - 1977 - Henri Guédon - Christian Nicolas, M.J Prajet (percu), J.P Misaine (bass), Michel Pacquit (pia), Arturo Velasco (tromb), Glen Ferris (tromb), Tony Russo (tromp), Ph. Slominsk (tromp), Alain Athot (sax), Diane Dupuis, Julien Tarquin (voc)  
4. DOUCE - 1979 - Henri Guédon - H Guédon (bongo solo & voc), Alfredo de la Fé (violon), Sonny Bravo (pia), Dave Perez (bass), José Grajales (conga), Johnny Rodriguez (guiro), Nicky Marrero (timbales), José Alberto el Canario (voc), Felo Barrio (voc), Sam Burtis (tromb), Rene Lopez (tromp), Leonel Sanchez (tromp), Mario Riviera (sax), Dick Tacomesa (sax).    
5. IDA - 1978 - Henri Guédon, J. Corta - Arturo Velasco, Glenn Ferris (tromb), T. Russo, Ph. Slominsky (tromp), Michel Pacquit (pia), J.P Misaine (bass), Ch Nicolas et M.J Prajet (percu), J. Tarquin (voc), A. Athot (sax).       
6. MERENGUEDON - 1974 -Henri Guédon - H Guédon (voc et guiro), Del Rabenja (bass), R. Malmin (pia), R. Hochberger (drums), Tuly Marquez (congo), M. Steckar, H. Belosine, Bolognesi (tromp), Jocelyne Beroar, Alain Benjamin (voc).
7. OUVE L’ESPRIT OU - 1975 - Henri Guédon - H.Guédon (lead voc et cuica), Ernesto Puente, Freddy Houssepian (tromp), Bolognesi et Marck Steckan (tromb), R. Malmin (pia), Del Mabenja (bass), J. Beroar (voc), Curtis Luisar (voc), Tuly Marquez (conga), Serge Marne (drums). 
8. PANI FAVE 1972 - Henri Guédon - H Guédon (voc, guiro, clave), Michel Pacquit (pia), Vico (bass), R. Betzi (conga), A. Candela (timbales), P. Catayé (bell), Daniel Barda (tromb), Louis Toesca et Ronnie Buttercavoli (tromp), Gonzalo Fernandez (voc, flûte), Freddi N’Koukou (voc).        
9. MAZURKA TROPICAL - 1982 - Henri Guédon - H Guédon (shekere et shasha), Bolognesi, Glen Ferris (tromb), Tony Russo (tromp), Ph. Slominski (tromp), Jean-Claude Nemro (cla), Claude Vamur (drums), John Otis Junior (shekere), M.J Prajet (conga), Michel Alibo (bass).
10. MOFORIBO RERE - 1982 - Henri Guédon - H Guédon (voc et okonkolo), Tony Russo et Ph. Slominsky (tromp), Glen Ferris et Bolognesi (tromb), J.C Nemro (pia), Michel Alibo (bass), Jeanne Dupuis (voc), John Otis (iya), M.J. Prajet (itotèle).
11. CAN’NAVAL NOU - 1972 - Henri Guédon - H Guédon (lead vocal), Michel Pacquit (pia), Daniel Barda (tromb), Freddy N’Koukou (triangle), Louis Toeca et Ronnie Buttercavoli (tromp), Vico Charlemagne (bass), Don Gonzalo (flûte), A. Delos (timbales).
12. ZOULOU - 1982 - Henri Guédon - H Guédon (bongo), Hilario Duran (pia), E. Calmes (bass), Arturo Sandoval (tromp), E. Fernandez et Bobby Rangel (sax), Glen Ferris (tromb), Claude Vamur (drums), J. Otis (conga).
13. ISLE DE GOREE - 1980 - Henri Guédon - H.Guédon (Gascara, guiro), John Rodriguez Junior (segunda), Cachete Maldonado (quinto), Nicky Marrero (claves).
14. MARIA CERVANTES - ALMENDRA - 1980 - Traditionnel Cuba - H. Guédon (guiro), Alfredo de la Fe (violon), Andy Gonzales (bass), Ray Romero (timbales), J. Rodriguez (conga), A. De Lafe (violon).
15. SEPEN MAIG - Alexandre Stellio - 1983 - H. Guédon (guiro, bongo), Pedro Perea (pia), Skee Farnswoth (bass), Chombo Cornuel (conga), Ch. Nicola (timbales), E. Fernandez (sax), Tony Barrero (tromp).
16. YOFI MAJOUMBE - 1992 - Henri Guédon - H. Guédon (cowbell, voc), G. Nouel (bass), M.J Prajet (conga), Tataz, Sonim CaraÏbes.
17. OCHUN Y BOTALA - 1980 - Henri Guédon - Henri Guédon (bongo, vocal et guiro), Michel Pacquit (pia), Andy Gonzales (bass), A. De la Fé (violon), A. Athot (sax), Kako Besso (Longine Pearson), René Lopez (tromp), Barry Rodgers (tromb), J. Beroar, D. Tarquin (voc), Ray Roméro (timbales), Johnny Rodriguez (conga).
18. PA’ LOS RUMBEROS - 1980 - Tito Puente - Henri Guédon (bongo, voc et guiro), Michel Pacquit (pia), Andy Gonzales (bass), A. De la Fé (violon), A. Athot (sax), Kako Besso (Longine Pearson), René Lopez (tromp), Barry Rodgers (trombone), J. Beroar, D. Tarquin (voc), Ray Roméro (timbales), Johnny Rodriguez (conga).

CD 2  
1. LAISSE YO PALE - 1976 - Henri Guédon - H.Guédon (lead vocal et guacharaca), Bolognesi, Mark Steckar, H. Belosine (tromb), R. Malmin (pia), Del Rabenja (bass), Tuly Marquez (conga), Serge Marne (drums), J. Beroar, Curtis Louisar (voc).  
2. BATACLAN PAX - 1992 - Henri Guédon - H.Guédon (voc), G. Nouel (bass et claviers), F. Malmin (drums, AKAI SC55 et S950, AKAI SA100), M.J Prajet (conga), Tataz Sonia Caraïbes (voc).   
3. VULCANO - 1974 - Marcel Louis Joseph - H.Guédon (bongo), Daniel Barda (tromb), Artur Young (tromp), Ronnie Buttercavoli (tromp), Marcel Louis Joseph (sax), Jo’Maka (sax), Michel Pacquit (pia), Claude Vamur (drums), Nicolas Bernard (conga), A. Delos (timbales).     
4. ALMENDRA LEITMOTIV - 1980 - Henri Guédon - H.Guédon (guiro), Chileo (kena et Si Kou), José Grajales (conga), Nicky Marrero (timbales), Yvon Rossillette (acoustic mexican bass).
5. NEG MARRON - 1976 - Henri Guédon - H.Guédon (voc et cuica), Ernesto Puente, Freddy Houssepian (tromp), Bolognesi et Marck Steckar (tromb), R. Malmin (pia), Del Rabenja (bass), J. Beroar (vocal), Curtis Luisar (voc), Tuly Marquez (conga), Serge Marne (drums).          
6. ESE HUEVO QUIERE SAL - 1982 - Henri Guédon - H. Guédon (voc, bongo), Pedro Perea (pia), Skee Farnswoth (bass), Chombo Cornuel (conga), Ch. Nicola (timbales), E. Fernandez (sax), Tony Barrero (tromp), Pedro Urbina (voc).    
7. POUSSE KABOUE - 1992 - Henri Guédon - H. Guédon (voc et bell), M.J Prajet (conga), G. Nouel (computer), R. Malmain (computer), Sonia Caraïbes et Tataz (choeur).       
8. MAZOUKTOTEM - 1992 - Henri Guédon - H. Guédon (Shekere),  Franck Malmain, Georges Nouel (Piano SC55 Roland, Vibra SC55 Bass SC55, Pizz SC55 Roland), Eric Slabiak (violon).      
9. ABAKUA - 1982 - Henri Guédon - H Guédon (voc, okonkolo), Tony Russo et Ph. Slominsky (tromp), Glen Ferris et Bolognesi (tromb), J.C Nemro (pia), Michel Alibo (bass), Jeanne Dupuis (vocal), John Motis (iya), Michel Prajet (itotèle).
10. MARCEL SON - 1976 - Marcel Louis Joseph - Idem N° 3
11. INTRO ORCH. HENRI GUEDON - 1982 - Henri Guédon - Idem N°9
12. SAHARA TALKING DRUMS -1992 - Henri Guédon - Idem N°2
13. NEG MACOUBA - 1982 - Henri Guédon - Idem N°6
14. OCHUN - 1982 - Henri Guédon - Idem N°9
15. YORUB’ HAITIAN SUITE - 1983 - Henri Guédon - José Lopretti (bass), Mathias Pizzaro (pia),Edgardo Cambon (conga), Luka van de Merjick (drums), Freddie Houssepian (tromp), Wim Both (tromp), Bolognesi (tromb), Choeur : Mario del Prato, R. Galli, Daniella Barda, Consuelo Uribe, Dominique Longuet Carolina del Solar et l’orchestre de la ville du Havre, D° Philippe Langlet.
16. FANFARIA SEIS POR OCHO - 1982 - Henri Guédon - H. Guédon (guiro, bongo), Pedro Perea (pia), Skee Farnswoth (bass), Chombo Cornuel (conga), Ch. Nicola (timbales), E. Fernandez (sax), Tony Barrero (tromp).
17. MARTINIQUE VIA LE HAVRE - 1983 - Henri Guédon - H. Guédon ( tubular, balafon, talkins drums), Luka Van de Merjek (marimba), E. Cambon (smekerc), Joel Famery (xylophone), Michel Hardis (timpani), Jean-Marie Olivier (caisse claire), Ch. Prigent (vibraphone).
18. NEGRO CONGO - 1982 - Henri Guédon - H.Guédon (appeaux, gopishang, bol tibétain, bouteille effet,  gourd, balafon), Cachete Maldonado (iya, itotele, okonkolo).

Ecouter Rétrospective Henri Guédon (livre audio) © Frémeaux & Associés / Frémeaux & Associés est l'éditeur mondial de référence du patrimoine sonore musical, parlé, et biologique. Récompensés par plus de 800 distinctions dont le trés prestigieux "Grand Prix in honorem de l'Académie Charles Cros", les catalogues de Frémeaux & Associés ont pour objet de conserver et de mettre à la disposition du public une base muséographique universelle des enregistrements provenant de l'histoire phonographique et radiophonique. Ce fonds qui se refuse à tout déréférencement constitue notre mémoire collective. Le texte lu, l'archive ou le document sonore radiophonique, le disque littéraire ou livre audio, l'histoire racontée, le discours de l'homme politique ou le cours du philosophe, la lecture d'un texte par un comédien (livres audio) sont des disques parlés appartenant au concept de la librairie sonore. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, cours sur CD, entretiens à écouter, discours d'hommes politiques, livres audio, textes lus, disques parlés, théâtre sonore, création radiophonique, lectures historiques, audilivre, audiobook, audio book, livre parlant, livre-parlant, livre parlé, livre sonore, livre lu, livre-à-écouter, audio livre, audio-livre, lecture à voix haute, entretiens à haute voix, parole enregistrée, etc...). Les livres audio sont disponibles sous forme de CD chez les libraires  et les disquaires, ainsi qu’en VPC. Enfin certains enregistrements de diction peuvent être écoutés par téléchargement auprès de sites de téléchargement légal.


Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc) ou chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 01 43 74 90 24.
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit

Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

YIDDISH
YIDDISH
De Benny Goodman à Maurice Ravel, une anthologie de l'esprit et la de culture Yiddish dans la naissance de toutes les...

VIRGIN ISLANDS
VIRGIN ISLANDS
Situées au large de la Floride, les Îles Vierges font partie du territoire américain. Mais qui...

TIMGAD - BANDE ORIGINALE
TIMGAD - BANDE ORIGINALE
La bande originale de Timgad rayonne de toute l’espièglerie et la bonne humeur de...

TCHA LIMBERGER’S BUDAPEST GYPSY ORCHESTRA
TCHA LIMBERGER’S BUDAPEST GYPSY ORCHESTRA
Né en Belgique, issu d’une célèbre famille de musiciens manouches, Tcha Limberger...

RAÚL BARBOZA & JUANJO DOMINGUEZ - QUE NADIE SEDA MI SUFRIR
RAÚL BARBOZA & JUANJO DOMINGUEZ - QUE NADIE SEDA MI SUFRIR

Raúl décide de gagner la France, où il débarque en 1987, “sans...

RAGHUNATH MANET
RAGHUNATH MANET
"Raghunath Manet renoue avec l’ancestrale tradition du musicien-danseur conteur qui dominait la...

PELERINAGE ANDALOU : ROCIO GRANDE
PELERINAGE ANDALOU : ROCIO GRANDE
Flamenco et sons naturels dans les marismas.
Peut-être l’Andalousie a-t-elle connu cette tolérance en...

MONGOLIE CHANTS DIPHONIQUES ET INSTRUMENTS TRADITIONNELS - KHÖÖMEI - YATGA - MORIN KHUUR - TOVSHUUR
MONGOLIE CHANTS DIPHONIQUES ET INSTRUMENTS TRADITIONNELS - KHÖÖMEI - YATGA - MORIN KHUUR - TOVSHUUR
La géographie et l’histoire définissent une partie des cultures des hommes. Les vastes...

MIRIAM MAKEBA - THE INDISPENSABLE 1955-1962
MIRIAM MAKEBA - THE INDISPENSABLE 1955-1962
Issue d’une famille très pauvre, Miriam Makeba est la première chanteuse africaine...

MAMBO 1951-1958
MAMBO 1951-1958
Le Mambo tient de la rencontre musicale des Caraïbes et de l’Amérique du Nord. Dès...

LES MAÎTRES DE SRI LANKA
LES MAÎTRES DE SRI LANKA
"Réalisés à la demande du gouvernement Sri Lankais pour enrichir les archives...

LES CHOEURS DE L’ARMÉE ROUGE DE BORIS ALEXANDROV - ENREGISTREMENTS HISTORIQUES - VOL.7
LES CHOEURS DE L’ARMÉE ROUGE DE BORIS ALEXANDROV - ENREGISTREMENTS HISTORIQUES - VOL.7
Enregistré en 1998 au Tchaïkovsky Hall de Moscou, à l’occasion...

LES AMÉRINDIENS : PEUPLES MAYA, TOTONAQUE, CORA - MEXIQUE
LES AMÉRINDIENS : PEUPLES MAYA, TOTONAQUE, CORA - MEXIQUE
Disque officiel de l’exposition « Mayas : Révélation d’un temps sans fin...

LA VARIETE QUEBECOISE 1900 - 1960
LA VARIETE QUEBECOISE 1900 - 1960
Le Québec a toujours affirmé sa culture avec une foi identitaire tant pour le folklore et la...

JOÃO GILBERTO (Intégrale 1959 1961)
JOÃO GILBERTO (Intégrale 1959 1961)
Dans la lignée du coffret « Bossa nova 1958-1961, la Sainte Trinité »...

JAMAICA FOLK TRANCE POSSESSION
JAMAICA FOLK TRANCE POSSESSION
Roots of  Rastafari : La musique mystique qu'écoutait Bob Marley.

ILDO PATRIARCA
ILDO PATRIARCA
“C’est une erreur, mais les joueurs d’accordéon, au grand jamais, on ne les met au...

HAITI VODOU, FOLK TRANCE POSSESSION
HAITI VODOU, FOLK TRANCE POSSESSION
Un fascinant témoignage des rituels mystiques afro-haïtiens hérités du temps de l’esclavage. Avec...

FRANCE D’OUTRE-MER (1962 - 2007)
FRANCE D’OUTRE-MER (1962 - 2007)
France d'Outre-Mer : Guadeloupe, Guyanne, Martinique, Mascareignes, Mayotte,Nouvelle-Calédonie, Polynésie...

FRANCE : UNE ANTHOLOGIE DES MUSIQUES TRADITIONNELLES
FRANCE : UNE ANTHOLOGIE DES MUSIQUES TRADITIONNELLES
Grand Prix de l'Académie Charles Cros

Coffret de 10 Cds
Pour la...

FAROE ISLAND MUSIC
FAROE ISLAND MUSIC
Les Iles Féroe, perdues dans l’Atlantique Nord, présentent les conditions caractéristiques d’une...

DOMINICAN REPUBLIC MERENGUE
DOMINICAN REPUBLIC MERENGUE
Depuis son éclosion à Saint-Domingue, le merengue s’est imposé comme le summum de...

DARIO MORENO - LIVE IN PARIS
DARIO MORENO - LIVE IN PARIS
Qui d’autre que Dario Moreno aura su aussi bien incarner en France l’âge d’or de...

CENTRE FRANCE (1909 - 1997)
CENTRE FRANCE (1909 - 1997)
Centre France: Berry, Bourbonnais, Nivernais, Bourgogne, Orléanais

Ce disque regroupe des...

CARNAVAL BRESILIEN - 1930-1956
CARNAVAL BRESILIEN - 1930-1956
Tout au long des cinquante premières années du vingtième siècle, la musique dédiée au...

BIGUINE VOL. 2
BIGUINE VOL. 2
L’anthologie de la musique antillaise par les artistes qui firent son succès à Paris tout au long des...

BIGUINE À LA CANNE À SUCRE 1946 - 1949
BIGUINE À LA CANNE À SUCRE 1946 - 1949
Toute la folle ambiance du plus célèbre cabaret antillais de l’après-guerre à Paris,...

BIGUINE - BIGUINE VALSES ET MAZURKA CREOLES (1930-1944)
BIGUINE - BIGUINE VALSES ET MAZURKA CREOLES (1930-1944)
“ Pour biguiner, il faut être musicien, avoir du soleil en tête, de l’amour au cœur et du rhum un...

AU PAYS DU TEMPLE DU SOLEIL - PEROU: LIMA, PUNO, CUZCO, AYACUCHO ET AMAZONIE
AU PAYS DU TEMPLE DU SOLEIL - PEROU: LIMA, PUNO, CUZCO, AYACUCHO ET AMAZONIE
Ce disque est un hommage post-mortem à Serge de Bru, disparu à 29 ans, en septembre 1970, dans...

ALPES,NORD ET EST (1930 - 2006)
ALPES,NORD ET EST (1930 - 2006)
L’aire Franco-Provençale (Val d’Aoste, Suisse Romande, Savoie, Lyonnais…) Franche-Comté, Alsace,...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_integrale_onfray.gif
Net Cosmos + Decadence.jpg
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
net_cat_202021.jpg
Titre_Legrand.gif
Net Legrand.jpg
Titre_Galerie.gif
Net EXPO Noel 2020 - Galerie F&A.jpg
Titre Noel 2018.jpg
NET Proust.jpg
Titre Figure de l'histoire.gif
Pub Net Figures Histoire.jpg
Inédits
net_live_in_paris_6v_coltrane.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études


Titre_Histoire.gif
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif