Fremeaux.com


LE CHAT
dans tous ses états

ANTHOLOGIE DE LA CHANSON FÉLINE 1911-1962






Illustration de couverture :
Portée de chats par Siné © Siné


Par Jean-Baptiste Mersiol

Le chat est aujourd’hui avec le chien, le principal animal domestique à travers le monde et compte une cinquantaine de races différentes. Non, vous ne rêvez pas, une cinquantaine de races différentes ont été reconnues dans les différentes parties du monde ainsi la race dite « siamois » n’est pas la seule espèce exotique que l’on connaisse de l’animal. De manière générale, il est reconnu comme étant un carnivore domestique ce qui n’est pas le cas du chien. Il ne faut pas perdre de vue qu’il reste un prédateur de petites proies telles que les oiseaux et les rongeurs. Bien que la psychologie du chat soit un sujet extrêmement complexe qui semble n’avoir jamais délivré ses secrets, ses phéromones (hormones félines) se manifestent par leurs ronronnements, leurs miaulements, les feulements et les grognements. En effet, ces différents actes sont très révélateurs de leurs sentiments et nous permettent de les comprendre assez rapidement. Si chaque action semble spécifique à un état d’esprit, seul le ronronnement peut exprimer deux choses à la fois, à savoir : le bien-être ou bien la peur. Le chat a une importance majeure dans la culture mondiale depuis la nuit des temps : vénéré en Égypte, il y était autrefois considéré comme un Dieu mais il fut diabolisé en Europe à partir du Moyen-âge. Souvent associés à la sorcellerie, les chats sont réhabilités dès le dix-huitième siècle, figurant régulièrement dans la poésie, la musique et la peinture. Le chat sauvage est l’ancêtre du chat domestique qui apparaît depuis seulement 8 000 à 10 000 ans au Néolithique dans le croissant fertile, époque correspondant au début de la culture de céréales et à l’engrangement de réserves susceptibles d’être attaquées par les rongeurs. C’est ainsi que le chat devient domesticable. Il est donc un animal vénéré, dans la vie quotidienne mais également dans l’art. Les chats ont toujours fasciné les artistes, et cela certainement grâce aux multiples facettes et mystères qui résident en lui. Les peintres de la Renaissance tels que Léonard de Vinci ont souvent représenté des chats qui étaient à la base un simple sujet d’étude avant d’acquérir un autre statut au fil des siècles. Au dix-huitième siècle, Gottfried Mind est surnommé « Le Raphaël des chats » tandis que le dix-neuvième siècle voit leur apogée au sein des tableaux de Eugène Delacroix, Théodore Géricault, Jean-Baptiste Camille Corot et Gustave Courbet. Plus récemment, ce sont Jean Renoir et Henri de Toulouse Lautrec qui le représentent. Ce dernier a dessiné sa plus célèbre affiche du chat noir qui aujourd’hui invoque le tout Montmartre et que l’on voit désormais dans le monde entier. Vient ensuite le tour de Henri Matisse, puis André Derain, Pierre Bonnard, Pablo Picasso, Fernand Léger, Joan Mirò et Paul Klee. En 1995, Burton Silver et Heather Buch ont consacré un magnifique ouvrage « Le Mystère des chats peintres ». Ce livre est devenu la plus grande référence de la critique de l’art contemporain, en exhibant des canapés éventrés et des souris mortes. Au niveau de la littérature nous verrons dans un instant que le félin tient une place importante dans les fables de la Fontaine, et si Joachim du Bellay a écrit une épitaphe pour son chat, le poète ne demeure pas une exception en la matière. Au fil des siècles le chat sera omniprésent dans la littérature. Les chats sont également les protagonistes des certains films ou dessins animés. La Warner Bros ou Walt Disney regorgent de héros félins tels que Gros Minet et Les Aristochats. On en trouve dans Cendrillon et Alice au pays des merveilles. Mais de manière générale le chat est omniprésent dans de multiples circonstances : Catwoman, Simetierre, Shreck ne sont que des exemples qui nous viendraient directement à l’esprit mais on peut également se rappeler de Reglisse-Menthe, ce chat qui dans Le mur de l’Atlantique, apparaît discrètement entre quelques éclats de bombes durant la seconde guerre mondiale ou a une portée en même temps que sa maitresse qui est tombée enceinte.

La présente anthologie a pour but de présenter le chat à travers la littérature, la musique, l’univers des enfants, la musique classique, puis d’ambiance, sans oublier de faire quelques crochets auprès d’autres domaines et met la lumière sur l’adoration toujours aussi constante dont fait preuve l’animal en question. Le premier CD de cette anthologie se concentre sur la présence du félin dans la chanson, la littérature et le cinéma ; aussi nous tenterons de suivre un certain ordre chronologique du temps, commençant par une fable de La Fontaine et le très ancien enregistrement Le chat noir d’Aristide Bruant de 1911, passant par un poème de Baudelaire effectué pour les cent ans du recueil Les fleurs du mal. Ainsi nous ferons voyager notre animal de compagnie dans le temps. Le chat est très présent dans la littérature française : de nombreux écrivains ont fait couler de l’encre à son sujet, que ce soit Charles Cros dans À une chatte, Paul Eluard dans Chat, Jacques Prévert dans Le chat et l’oiseau, Edmond Rostand dans Le petit chat, mais seul Jean De La Fontaine écrit à son sujet de manière aussi fréquente. La plus célèbre des fables évoquant le chat, ici récitée par Pierre Bertin est Le chat, la belette et le petit lapin. Toutefois la présence du félin est chez lui très courante : d’autres fables telles que Le chat et la souris, Le chat et le rat, Le chat et le Renard, Le vieux chat et la jeune souris en font le portrait. En la matière Jean De La Fontaine, était loin de s’imaginer qu’il était dans l’art poétique un précurseur, une voie dans laquelle Charles Baudelaire allait le suivre dans Le chat, poème ici lu par Henri Doublier mais qui devenu célèbre sera également interprété et mis en musique par Léo Ferré en 1967, soit 110 ans après sa publication. Aristide Bruant, à sa manière, rendit hommage au félin dans Le chat noir, le plus célèbre des cabarets, dont il n’est pourtant pas le propriétaire. Le célèbre lieu est né d’une rencontre entre Émile Goudeau et Rodolphe Salis. On pensa à plusieurs noms comme Le Lion d’Argent, Le Grand Pélican, L’Aigle d’or, Le pot d’étain ou encore La Corne d’abondance, mais voilà, que le destin en a décidé autrement. En effet la veille de l’inauguration, un chat perché sur un réverbère, sauta dans les bras de Rodolphe Salis. Ce dernier ayant l’air abandonné, le poète décida non seulement de l’adopter, d’en faire le résident permanent du cabaret mais aussi de lui attribuer le nom du lieu s’inspirant du conte d’Edgar Poe The Black Cat. Le chat noir devint alors le lieu illustre des grands esprits littéraires, ainsi Victor Hugo, Émile Zola, Guiseppe Garibaldi, Jules Vallès et même le roi de Patagonie vinrent applaudir les spectacles d’ombre et des auteurs tels que Jules Jouy. Ce dernier amène Aristide Bruant qui assiste à ces veillées artistiques, s’inspire du lieu et compose ainsi la chanson célèbre que même les enfants chantent aujourd’hui dans les colonies de vacances.

« Je cherche fortune
Autour du chat noir
Au clair de la lune
A Montmartre le soir »


Yvette Guilbert livrera bien des années plus tard, son histoire du célèbre lieu mais surtout d’une époque car Le chat noir est devenu une institution et une appellation qui fait écho à la grande époque du tout Montmartre. La chanson française va désormais s’inspirer de la thématique du chat, comme le fait Berthe Sylva à la fin des années 1920 dans Le tango du chat, devenu le grand classique de Vincent Scotto. Fréhel rivalise avec La peur sous-titrée « Un chat qui miaule » dans une chanson effroyable, faisant comparaitre un cambrioleur meurtrier qui a rejeté les torts de sa mésaventure sur un félin au cri strident. À la fin des années 1930, Raimu interprète sous la direction de Marcel Pagnol, l’une des scènes les plus mythique du cinéma français : « La Pomponette » dans La femme du boulanger. Prenant à parti le chat, comme témoin et victime, il dénonce l’acte d’infidélité de sa femme. Une scène forte en émotion qui mêle métaphore et personnification. Le chat est alors dépeint souvent comme un être fautif, mais pour finir victime et il ne fait nul doute qu’il sert jusqu’ici de support à des arguments plus ou moins défendables. Henri Salvador, interprète en 1949, une chanson fantaisiste, Les maris, les papas et les chats qui n’a pas vraiment connu l’écho qu’elle méritait laissant plutôt place à d’autres succès tels que Le loup, la biche et le Chevalier, chanson qui semble revêtir davantage de caractère littéraire et musical, comme son interprétation de À Saint Germain-des-Prés de Léo Ferré. Il faut dire qu’Henri Salvador officie encore dans un répertoire majoritairement sérieux et que ses fantaisies musicales arriveront plus tard, notamment dans Minnie petite souris en 1963, où le chat tient le rôle à la fois de tortionnaire et d’imbécile notoire rappelant à la fois les célèbres Tom et Jerry ou encore le légendaire Gros Minet qui lui n’est pas seulement mis en scène dans les dessins animés face à l’oiseau Titi, mais aussi parfois face à des chiens et des souris. Toutefois il faut bien reconnaître au chat une présence poétique, et celle-ci peut-être également discrète comme celle que lui confère Charles Trenet dans une chanson mélancolique : La folle complainte. Georges Brassens, donne une image moins nostalgique au chat dans Brave Margot et bien que l’animal tienne ici un rôle innocent, la chanson ne l’est pas pour autant car le sous-entendu d’ordre lascif est particulièrement perceptible. Dans la vie privée, il n’est pas un secret que Georges Brassens adorait les chats. Il aura l’occasion d’en côtoyer des dizaines lorsqu’il s’installera à Paris chez Jeanne et Marcel Planche à l’impasse Florimont. C’est d’ailleurs à cet endroit qu’il écrit plusieurs chansons les plus célèbres de son répertoire. Ainsi Brave Margot n’est de loin pas la seule chanson à parler des chats, on les retrouve également dans Putain de toi (où le chat représente la femme), Dom Juan ou encore Le Testament :

«Qu’il boive mon vin, qu’il aime ma femme,
Qu’il fume ma pipe et mon tabac,
Mais que jamais - mort de mon âme! -
Jamais il ne fouette mes chats...
Quoique je n’ai’ pas un atome,
Une ombre de méchanceté,
S’il fouette mes chats, y’a un fantôme
Qui viendra le persécuter.
S’il fouette mes chats, y’a un fantôme
Qui viendra le persécuter.»

Bourvil et Annie Cordy de leur côté, s’amusent dans le film Le chanteur de Mexico dans Deux petits chats. Rien de bien vilain n’apparaît dans cette fantaisie d’opérette, tout comme Sacha Distel qui dans ses années de guitariste de jazz, utilise la douceur du félin pour exprimer des douces notes dans On serait des chats. Il semblerait toutefois qu’à la fin des années 50, le chat soit devenu l’animal de fantaisie par excellence, ainsi les Frères Jacques comptent à leur répertoire deux excellentes chansons : La queue du chat et Shah Shah persan dont les jeux de mots drôles et subtils ont causé l’hilarité générale de leur public lors de leurs concerts. À ce propos Yves Montand use de cette subtilité mais également de sous-entendus auprès de son public en 1958 lors de son passage à Bobino, et il semblerait que le rire soit à ce sujet, toujours au rendez-vous. D’autres titres plus légers comme Le chat de ma cousine par Francisco Grandey, Un chat de Paris par Les trois Ménestrels ou Le chat enchanté par Jany Frédérique et les Criquets, n’ont pas connu le même essor que les titres précédents mais méritent de retenir notre attention. Enfin Les chats, les souris et Mozart par Carline Cler, sorte de fable sur airs de Mozart, pourrait être attribuée au CD 3 consacré en partie à la musique classique, mais il ne respecte que moyennement la ligne mélodique des airs empruntés et se déploie davantage dans le style de la chanson française. D’ailleurs il serait dommage de ne pas élargir notre champ de vision à la chanson internationale. En bonus de ce premier CD nous proposons trois titres anglais emblématiques sur le chat. Le premier est un traditionnel de la musique country intitulé The Cat Came Back, que Riley Pucket interprète sur un 78 tours de 1937. On ne présente plus Three Cool Cats des Coasters qui fut repris par les Beatles le 1er janvier 1962 lors de leur audition chez Decca, et qui fut adapté en français pour Richard Anthony sous le titre Nouvelle vague. Enfin, pour revenir à la musique country, l’excellent Mean Eyed Cat de Johnny Cash vient conclure ce florilège de chansons.
Le deuxième disque de cette anthologie est consacré à l’univers des enfants. Le chat étant avec le chien l’animal de compagnie le plus convoité, il tient bien entendu une place très particulière dans le monde de l’innocence. Innocence dira-t-on mais peut-être pas tant que ça. Pour démarrer ce disque, il serait impensable de ne pas inciter l’auditeur à écouter et fredonner avec nous La mère Michelle, air très ancien qui servait à chanter les louanges du maréchal de Catinat au dix-septième siècle. Popularisée en 1820, cette chanson contient un jeu de mot, que peu d’enfant et même adultes ont dû comprendre. Le Père Lustucru, eut droit autrefois à l’orthographe « L’eusses-tu-cru » en référence à la deuxième personne du singulier du verbe croire au conditionnel passé (deuxième forme). Certains esprits voient bien entendu dans cette comptine un sens détourné dans le chat de La mère Michelle, se référant au sexe féminin. Dans cet esprit, on se demande ce qu’a réellement perdu La Mère Michelle : ne serais ce pas tout simplement son désir, pour qu’elle fasse appel ainsi au père Lustucru ? Un sens caché similaire a aussi été entrevu dans Au clair de la lune lorsqu’il est dit « Ma chandelle est morte, je n’ai plus de feu ». Quoi qu’il en soit, heureusement que nos charmants bambins n’ont pas l’esprit aussi détourné et que le chat en tant qu’animal puisse opérer de sa magie uniquement au premier degré. Toutefois on pourrait voir dans Le chat de Madame Durand de Lisette Keray, la même intention. De son côté, la tentative de parodie que Jacques Douai n’emploie pas dans La chanson de la poule et du chat se réfère plutôt à une fable simplifiée. Dors mignon chat, est plutôt innocent, et Trois petits chats reste un grand classique, même s’il ne traite pas profondément du sujet. Il existe d’autres chansons sur les chats dans l’univers des enfants, mais il ne faut pas non plus oublier l’importance des contes. Les contes du chat perché vont stéréotyper les animaux de toute sorte de 1934 à 1946, faisant d’eux les complices des enfants contre leurs parents. Si le chat est un support, seul un conte de 1944 le met en scène : La Patte du chat. L’histoire parle d’une bêtise que deux petites filles ont commise et qui reçoivent en punition, le gage de rendre visite à leur cruelle tante Mélina. Le chat « Alphonse » va les aider à résister. Enfin Le chat botté (Le maître Chat) demeure le plus célèbre des contes. Il s’agit d’un conte franco-italien qui met en prose l’histoire d’un chat qui a recours à la tricherie pour offrir le pouvoir et la fortune et la main d’une princesse à son pauvre maître malformé. La plus vieille transcription de ce conte revient à Giovanni Francesco Straparola dans son livre Les Nuits facétieuses. En France, Charles Perrault en écrit une version classique dans son recueil Les Contes de ma mère l’Oye en 1695. Ce conte demeure toujours aussi populaire bien que sa morale qui a fait l’objet de nombreuses études et recherches, soit contestable. Nous présentons ici une magnifique adaptation réalisée chez Barclay en 1958 avec les voix principales de Daniel Gélin et Dany Robin. Nous poursuivons avec un conte moins populaire mais tout aussi poignant : Le chat qui s’en va tout seul de Rudyard Kipling. L’histoire n’est pas très compliquée, elle est comme son nom l’indique, celle d’un félin qui se promène où il le souhaite sans se laisser apprivoiser comme le chien, le cheval ou les vaches. Ce conte est assez révélateur de la psychologie du chat qui a souvent été perçu comme un animal indépendant. Injustement qualifié d’ingrat, le chat semble plutôt dans l’univers des enfants, une espèce indomptable. Pour conclure ce disque, nous avons pensé qu’il serait utile de proposer deux chansons anglaises pour enfant incontournables : Three Little Kittens et Pussycat Pussycat Where Have You Been ? – deux grands classiques que les enfants se voient chanter dans leurs berceaux depuis des siècles comme nous l’avons connu ici en France avec La mère Michelle ou Au clair de la lune.

Outre la fantaisie du monde des enfants, nous venons de voir que le chat y tient un rôle ambigu et bien plus sérieux qu’on ne le pense. On pourrait alors imaginer que le sujet qui va suivre est des plus graves, pourtant il va se montrer extrêmement fantaisiste. Que l’on nous accorde certaines libertés dans la musique d’ambiance, cela s’avère concevable, mais dans la musique classique, cela semble moins évident. Pourtant le chat tient une place légère dans le répertoire classique et il y est bien plus présent qu’on ne le pense : Carlo Farina en 1627 compose le Capriccio Stravagante « Il gatto ». Comme son nom l’indique en italien, la pièce est « extravagante ». Les italiens, ne manquent pas d’innover très tôt leur musique ainsi Domenico Scarlatti « utilise » son chat qui compose les premières mesures de sa Sonate K.30 « Fugue du chat ». Pour cela il aura laissé son félin marcher sur les touches de son clavecin et en aura simplement retranscrit la mélodie. Marc Antoine Charpentier a composé le Trio des grotesques en évoquant le chat et Gioachino Rossini compose en 1825 un Duo des chats pour deux sopranos. Il existe de multiples exemples, ainsi nous avons choisi de vous présenter ici quatre mouvements constituant La berceuse du chat par Igor Stravinsky. Ces quatre pièces courtes, semblent représenter le chat dans toutes ses actions les plus crapuleuses à travers des titres révélateurs : Le Poële, Intérieur, Dodo ou Ce qu’il a le chat. Généralement chantée en russe, la pièce l’a aussi été en français dans une traduction de Charles-Ferdinand Ramuz. Nous la présentons ici dans une magnifique version dirigée par Pierre Boulez et interprétée par Jean Gireaudeau. Il ne fait aucun mystère sur le fait qu’Igor Stravinsky adorait la compagnie des chats, ainsi leur présence est ici relativement légitime. Nous aurions pu classer Pierre et le loup de Sergueï Prokoviev dans le répertoire pour enfant mais il semble qu’il s’inscrit davantage dans le contexte de la musique classique. Associé à la clarinette, instrument symbolisant en général la plainte, il s’exprime de manière assez sautillante pour illustrer un chat espiègle. Nous reproduisons sur le CD 3 l’extrait central dans lequel le chat joue son rôle majeur à travers la brillante interprétation de Gérard Philipe. Enfin l’une des pièces de musique classique les plus drôles et intéressantes est L’enfant et les sortilèges de Maurice Ravel, et cela certainement parce qu’il s’appuie autant sur le livret littéraire de Colette que sur la musique. L’écrivaine était connue pour son amour des chats et avait même été surnommée « Minet-Chéri ». On retrouve ici deux minutes de pur bonheur dans un Duo miaulé. Nous allons dès lors constater que la musique instrumentale est arrangée de manière très distinguée non pas seulement dans la musique classique mais aussi dans la musique d’ambiance. Le chat s’exprime tout aussi bien dans le tango, le blues, le rock, le musette, que dans la country, la musique orientale, chinoise etc. Quoi de plus légitime que de retrouver une version instrumentale du Tango du chat par Virginie Morgan et son orchestre puisqu’il s’agit du grand classique en la matière. Cette version lounge est des plus cocasse avec ses incursions de miaous sirupeux. Comment garder son sérieux face à un tel enregistrement ? Les danseurs des surprises parties d’antan ont certainement dû se trémousser sans vergogne sur ce genre de musique en étant déguisés... en chat. Jack Irsa de son côté, s’est bien dispensé de miaulements dans le magnifique thème country Adieu petit chat qui confère des accents nostalgiques. La grâce du violon renforcé par un banjo fougueux rappelle les manières d’un chat dont on se souviendrait. Christian Garros enfonce le clou dans un rock and roll empirique appelé Chat-chat rock et l’on atteint des sommets en matière de cocasserie mais rassurons-nous, nous n’avons pas fini de nous amuser, certains artistes vont aller bien plus loin dans le délire félin. André Astier et son orchestre, symbolisent la grâce de l’animal avec un jazz dansant avec son Chat Chinois, jouant sur les gamelans. On imagine facilement un chat dansant sur ses pattes avec élégance. Michel Hausser rejoint la fibre de la musique lounge dans un Blues du chat, avec des notes de xylophones très subtiles, rappelant un chat en chasse, se voulant discret. C’est assez amusant de constater que ces artistes cherchent à parodier notre animal de compagnie dans des métaphores musicales se référant à une certaine psychologie qui lui est connue. Benny Bennet part dans la même direction avec le Mambo des chats, rappelant ainsi une certaine panthère rose. Eddie Warner, officie également dans un Mambo avec des miaulements des plus crédibles avec un titre intitulé tout simplement Chat ! Un ensemble de chœurs masculins crie le mot chat entre miaulements et action musicale, donnant une vague impression de course poursuite. Mister Sax, part lui aussi dans cette direction de musique d’ambiance lounge et utilise son saxophone dans une mélodie saccadée pour désigner un chat intempestif. Enfin Guy Lafitte, offre un peu de sérénité, en redonnant à notre animal fétiche ses lettres de noblesses. En effet son titre Le chat qui dort, titre de jazz par excellence, nous redonne à imaginer un peu de douceur, bien que le titre alterne avec certains passages rapides qui rappellent l’ambivalence du félin dans son comportement, entre sieste et chasse. De son côté Edouard Dulieu propose un Chat tyrolien, plutôt joyeux si on écoute les miaulements amusés qui accompagnent l’accordéon du maestro. La plus belle trouvaille de notre coffret, est certainement ce titre absolument improbable joué par Kemal Rachid et ses Ottomans. En ce début des années soixante, Bob Azzam a popularisé la musique arabe et ses mélodies envoûtantes jouées à la flute notamment avec Mustapha. Ici Le chat du chah, est un morceau vocal sur une musique d’ambiance orientale qui ne manque pas de jeux de mots absolument délirants et géniaux. Ainsi le passage le plus inattendu reste :

« Le minet du minaret
C’est ainsi qu’on l’appelait »


Dans un autre registre le groupe Les Kili-cats, joue avec les mots, infantilisant le chat dans Beau cha cha ! L’autre face de leur 45 tours, Chat vit rot a connu un certain succès et a même été repris par Jacques Denjean et son orchestre. Le Magn’et Quartett, tente une approche quelque peu hongroise avec Le petit chat sur le clavier, mais ne parvient pas à s’éloigner de la musique dansante et rappelle plutôt les expérimentations de Les Paul avec ses pistes de guitares superposées et accélérées. Enfin pour terminer, nous revenons aux accents français avec le musette dans La fermière et son chat par Roger Begue et Sony Erhard dans une danse chantée mais la pièce maitresse dans ce domaine reste Chiens et chats par Yvette Horner. Il a souvent été de mise d’affirmer que les chiens et les chats ne s’entendaient pas et il est assez étonnant que seule Yvette Horner fasse référence à cette dualité. S’il est difficile d’affirmer que cela est véritablement juste, c’est sans doute parce que la psychologie féline est complexe et résolument indéfinissable. Peut-être devrions nous nous pencher un jour sur une anthologie du chien pour apporter certaines réponses ?

Cette anthologie apporte un éclaircissement sur la place du chat dans notre culture et force est de constater, qu’il ne laisse pas grand monde indifférent. De manière générale, il est aimé, adulé et parodié. Nous n’avons de loin pas été exhaustifs en ce qui concerne les chansons car il en existe tant d’autres mais celles-ci nous paraissent les plus ancrées dans le sujet. En 1969, dans Berceuse, Juliette Greco soigne ses peines de cœur avec Le petit chat noir (poème de Charles Cros). Danyel Gérard met en scène le dessinateur Barberousse en 1967 dans Les petits rats, où un chat tient le rôle de tyran. Le chat de Claude Nougaro a des déboires avec les femmes en 1980, le groupe téléphone aussi chante Le Chat sur l’album « Dure limite » en 1982. Freddie Mercury et The Cure rendent hommage à leur chat ainsi que le groupe de rock The President of the United States dans Kitty en 1995. Pow Wow chante Le chat dans un énorme succès en 1992 tandis que Renaud pleure avec Le petit chat est mort en 1994. On pourrait citer Brigitte Fontaine, Dionysos, Plastic Bertrand et tant d’autres. Enfin nous n’aurions pas été complets dans notre démarche artistique si l’on avait omis de mettre au moins une publicité pour la lessive Le chat. C’est désormais chose faite en bonus de ce troisième CD : l’humour de cette publicité ne manquera pas de nous faire sourire. Si au détour d’un voyage le cœur nous en dit, nous pourrions également nous rendre à Amsterdam, où se tient un Musée du chat permanent, présentant dessins, peintures, sculptures et autres œuvres d’art dédiées à notre cher animal. En attendant savourons cette compilation unique en son genre et comme on le dit chez nous : « Miaou ! ».
Jean-Baptiste Mersiol
© Frémeaux & Associés 2019


CD 1 : Le chat
à travers la chanson et la poésie

 1. Pierre Bertin - Le chat, la Belette et le petit lapin (Jean de la Fontaine)    3’02
33 tours 25 centimètres CND 1009. 1957.
 2. Aristide Bruant - Le chat noir (Aristide Bruant)3’12
Pathé – Disque 80 tours 3107, Matrice : 188. 1911.
 3. Berthe Sylva - Le tango du chat (Vincent Scotto / Léon raiter / Géo Koger    3’09
Idéal – 78 tours 9131 ; Matrice ID1596. 1929.
 4. Fréhel - La peur « Un chat qui miaule » (G.Zwiegel) 3’04
Columbia – 78 tours DF 1869. 1935.
 5. Raimu - Le retour de Pomponette (Marcel Pagnol) 2’39
Extrait du film « La femme du boulanger » 1938.
 6. Henri Salvador - Les maris, les papas et les chats (N.Glantzberg / P.Gérard / E.Marnay)    2’30
Polydor – 78 tours 560156. 1949.
 7. Charles Trenet - La folle complainte (Charles Trenet)    2’58
78 tours Columbia BF 437, 1951.
 8. Claude Alix - Les enfants, les chiens et les chats (Claude Alix)    1’56
33 tours 25 centimètres Pathé 33 ST 1045. 1954.
 9. Georges Brassens - Brave Margot (Georges Brassens)    3’21
45 tours Philips 432.068 BE. 1956.
10. Bourvil & Annie Cordy - Deux petits chats (Francis Lopez / Paul Bonneau/ Vincy Raymond)    1’32
Extrait du film « Le chanteur de Mexico ». 1956.
11. Sacha Distel - On serait des chats (Sacha Distel) 3’02
33 tours 25 centimètres Versailles STD 2010. 1956.
12. Les Frères Jacques - La queue du chat (Robert Marx)    3’37
45 tours Polydor 576.002. 1956.
13. Henri Doublier - Le chat (Charles Baudelaire) 1’17
33 tours 30 centimètres CND 27. 1957.
14. Les Frères Jacques - Shah Shah Persan (M.Mayer / J.Constantin)    3’09
45 tours Philips 432.267.BE 1958.
15. Yves Montand - Le chat de la voisine (Philippe Gérard / René Lagary)    2’46
45 tours Philips 432.331 BE. 1959.
16. Yvette Guilbert - Naissance du chat noir (Yvette Guilbert)    4’54
33 tours 30 centimètre La voix de son maître FKLP 7003. 1960.
17. Francisco Grandey - Le petit chat de ma cousine (Francisco Grandey)    1’47
45 tours Pacific 91.501. 1960.
18. Les trois ménestrel - Un chat de Paris (Janine Bertille / Marcel Saint Martin)    2’46
45 tours Fontana 460.680 ME. 1960.
19. Caroline Cler - Les chats, les souris et Mozart (D’après Mozart)    3’03
45 tours BAM EX 250. 1960.
20. Jany Frederique, les criquets - Le chat enchanté (Anonyme)    2’08
45 tours Bel Air 211 087. 1962.

BONUS : Les chansons anglaises
21. Riley Pucketet  - The cat came back (Traditionnel) 2’22
78 tours Decca 62632. 1937.
22. The Coasters - Three cool cats (Leiber/ Stoller) 2’09
45 tours Atco – 45-6132. 1958.
23. Johnny Cash - Mean Eyed Cat (J.R Cash)    2’27
45 tours Sun Records 347. 1960.


CD 2 : Le chat
dans l’univers des enfants

 1. Pierre Bertin - La mère Michel (Traditionnel)    1’34
33 tours 25 centimètres CND 1009. 1957.
 2. Lisette Keray - Le chat de Madame Durand (G.Matis / R.Souplex/ F.Bergerac)    2’10
45 tours Son d’or S.473. 1961.
 3. Jacques Douai - La chanson de la poule et du chat (Tristan Klingsor / Jacques Douai)    1’22
45 tours BAM EX229. 1958.
 4. Gisèle Casdesus - Dors mignon chat (Traditionnel / Jean Ruault)    0’57
45 tours Ducretet Thomson 190 E 823. 1958.
 5. Manécanterie des petits chanteurs de Saint François d’assise de Saint maure - Trois petits chats (Traditionnel)    3’09
45 tours Festival. 1961.
 6. Le chat botté (première partie) - par Daniel Gélin, Dany Robin (Charles Perrault)    13’41
33 tours Barclay 80 039. 1958.
 7. Le chat botté (deuxième partie) - par Daniel Gélin, Dany Robin (Charles Perrault)    13’43
33 tours Barclay 80 039. 1958.
 8. Sylvia Montfort, Tristan Sévère - Le chat qui s’en va tout seul (première partie) (Rudyard Kipling) 17’10
33 tours 25 centimètres Le chant du monde LD-S 9016. 1960.
 9. Sylvia Montfort, Tristan Sévère - Le chat qui s’en va tout seul (deuxième partie) (Rudyard Kipling) 16’27
33 tours 25 centimètres Le chant du monde LD-S 9016. 1960.

BONUS : Les chansons anglaises
10. Studio Group - Three little kittens (Traditionnel) 2’40
33 tours 30 centimètres sans référence – Crown – 1956.
11. Studio Group - Pussycat pussycat where have you been ? (Traditionnel)    1’28
33 tours 30 centimètres sans référence – Crown – 1956.


CD 3 : Le chat
dans l’univers de la musique classique
et de la musique d’ambiance

 1. Igor Stravinsky - La Berceuse du chat – Le Poële (Int : Pierre Boulez – Jean Giraudeau)    0’54
33 tours 30 centimètres Decca FAT 173601. 1955.
 2. Igor Stravinsky - La Berceuse du chat – Intérieur (Int : Pierre Boulez – Jean Giraudeau)    1’33
33 tours 30 centimètres Decca FAT 173601. 1955.
 3. Igor Stravinsky - La Berceuse du chat – Dodo (Int : Pierre Boulez – Jean Giraudeau)    1’53
33 tours 30 centimètres Decca FAT 173601. 1955.
 4. Igor Stravinsky - La Berceuse du chat – Ce qu’il a le chat (Int : Pierre Boulez – Jean Giraudeau)    0’50
33 tours 30 centimètres Decca FAT 173601. 1955.
 5. Sergio Prokoviev - Pierre et le loup « extrait » (Int : Gérard Philipe)    8’32
33 tours 30 centimètres Le chant du monde LD 8187. 1956.
 6. Villa Lobos - Le petit chat en carton (José Echaniz)    3’27
33 tours 30 centimètres VEGA 30 BVG 421. 1957.
 7. Maurice Ravel - L’enfant et les sortilèges – Duo Miaulé (Int : Françoise Ogeas, Michel Sénechal, Orchestre national de la Radiodiffusion-télévisioon française) Lorin Maazel    1’32
33 tours 30 centimètres Deutsche Grammophon 18 675. 1961.
 8. Virginie Morgan - Le tango du chat (Vincent Scotto / L.Raiter)    3’01
45 tours Ducretet-Thomson 460 V 173. 1956.
 9. Jack Irsa et ses cow-boys - Adieu au petit chat (Jack Irsa)    2’44
45 tours Barclay 72 043. 1956.
10. Christian Garros et son orchestre - Chat-chat rock (Christian Garros)    2’28
45 tours Columbia ESDF 1131. 1956.
11. André Astier et son orchestre - Chat Chinois (André Astier)    2’59
45 tours Ducretet-Thomson D 45-1213. 1957.
12. Michel Hausser - Blues pour le chat (Michel Hausser)    3’29
45 tours Columbia ESDF 1224. 1958.
13. Benny Bennet et son orchestre - Mambo des chats (Aimable)    2’48
45 tours Vogue EPL 7357. 1958.
14. Eddie Warner - Chat (Eddie Warner)    2’50
45 tours Odéon 7 SOE 3389. 1959.
15. Mister sax - La danse du chat (Eddie Barclay)    2’14
45 tours Odéon 7 S0 5071. 1960.
16. Guy Lafitte - Le chat qui dort (Guy Lafitte)    4’22
33 tours 30 centimètres Columbia FP 1133 S. 1960.
17. Edouard Duleu - Le chat tyrolien. (Edouard Duleu)    2’38
33 tours 25 centimètres Philips P76.197.R. 1960.
18. Kemal Rachid et ses ottomans - Le chat du chah (B.Brunet)    2’02
45 tours Philips P370.283 F. 1960.
19. Les kili-cats  - Beau cha cha (G.Liferman / N.Maine) 2’36
33 tours 25 centimètres Philips P76.210. 1961.
20. Les kili cats - Chat vit rot (P.Carel / R.Audrey)    2’21
33 tours 25 centimètres Philips P76.210. 1961.
21. Magn’et Quartet - Le petit chat sur le clavier (Zez Confrey)    2’25
45 tours Holiday HF 1019. 1962.
22. Roger Begue – Sony Erhard - La fermière et son chat (J.Renoux / Ségurel / Sony Erhard)    2’27
45 tours Odéon 7 SOE 3687. 1962.
23. Yvette Horner - Chiens et chats (R.Louis Lafforgue)    2’35
33 tours 25 centimètres Pathé ST 26 001P. 1962.

BONUS :
24. Publicité : Le chat    1’00
Slogan radiophonique – Anonyme. Environ 1950.


Le chat tient depuis toujours une place toute particulière dans la culture populaire mondiale. En effet, quel animal n’a jamais autant inspiré de légendes et comptines ? A la fois domestique et sauvage, ange et démon, affectueux et impitoyable, le félin a inspiré les poètes, peintres et artistes en tous genres depuis la nuit des temps. Jean-Baptiste Mersiol propose une anthologie 3 CD des musiques consacrées au chat, souvent tendres et cocasses, qui sont issues de notre patrimoine.    
Patrick Frémeaux


Cats have always had a special place in the popular culture of the world. Indeed, what other animal ever inspired as many legends and nursery songs? Cats can be pets or savage wildcats, angels and demons at the same time, and affectionate or without mercy. And since the dawn of time felines have provided inspiration for painters and artists of all kinds. In this 3CD set, Jean-Baptiste Mersiol offers us an anthology of music from our national heritage, all of it devoted to cats, and often tender and humorous.    
Patrick Frémeaux


Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc) ou chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 01 43 74 90 24.
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit

Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

YVES MONTAND - INTEGRALE - VOL 2
YVES MONTAND - INTEGRALE - VOL 2
“Le public populaire, Montand l’avait, parce qu’il est par définition un chanteur populaire. Les...

YVES MONTAND - INTEGRALE - VOL 1
YVES MONTAND - INTEGRALE - VOL 1
La romance se réveille avec au pied du lit ce grand garçon vivant ingénu et lucide viril tendre et marrant...

SERGE GAINSBOURG ET SES INTERPRÈTES - VOL.1
SERGE GAINSBOURG ET SES INTERPRÈTES - VOL.1
Serge Gainsbourg reste l’un des artistes les plus influents du XXè siècle.
Olivier...

PARIS MUSETTE VOL 2
PARIS MUSETTE VOL 2
Swing et Manouche : le répertoire

Marcel Azzola, Bolovaris...

NATHALIE JOLY - CAFÉ POLISSON
NATHALIE JOLY - CAFÉ POLISSON
Enregistré à l’auditorium du Musée d’Orsay à l’occasion de...

LYS GAUTY
LYS GAUTY
“Je crois pouvoir dire que j’ai défendu la chanson fine et belle dans ce qu’elle a de meilleur,...

LES QUATRE BARBUS
LES QUATRE BARBUS
En cet âge d’or de la belle chanson, les 4 Barbus, en alliant harmonie,...

LE FRONT POPULAIRE
LE FRONT POPULAIRE
"Il fut un moment où les français crurent vraiment qu’ils allaient s’aimer les uns les...

LA GLOIRE DE L'OPERETTE 1922 - 1937
LA GLOIRE DE L'OPERETTE 1922 - 1937
Les noms d’Yvonne Printemps, André Baugé, Marcelle Denya, Roger Bourdin, Ninon Vallin, Urban, Edmée...

L' ARGENT
L' ARGENT
Coffret 2 CD avec livret 32 pages et 20 photos.

Les plus grands artistes de music-hall se dépensent pour vous...

JOHNNY HESS
JOHNNY HESS
Lequel, de Charles (Trenet) ou de Johnny (Hess), était le plus 'fou chantant' des deux ? Moi, j'ai toujours pensé...

JAVAS, POLKAS ET MAZURKAS DU BAL POPULAIRE FRANÇAIS 1939-1959
JAVAS, POLKAS ET MAZURKAS DU BAL POPULAIRE FRANÇAIS 1939-1959
Javas, polkas et mazurkas ont accompagné la valse et furent des composantes indispensables au...

INTEGRALE JEAN GABIN - ANTHOLOGIE FERDINAND GABIN
INTEGRALE JEAN GABIN - ANTHOLOGIE FERDINAND GABIN
Ferdinand, Hélène, Reine et... Jean ! Une famille d’artistes : les Gabin. Un bon nom, bien de Paris,...

GUY BÉART ET SES INTERPRÈTES 1957-1962
GUY BÉART ET SES INTERPRÈTES 1957-1962
Au panthéon de la chanson française, on le tenait volontiers pour le...

GILLES & JULIEN
GILLES & JULIEN
“On peut dire que Gilles est un des ancêtres des auteurs-compositeurs d’aujourd’hui parce que c’est...

GILBERT BECAUD - ANTHOLOGIE 1953-1959
GILBERT BECAUD - ANTHOLOGIE 1953-1959
Gilbert Bécaud, “Monsieur 100 000 volts”, a contribué à révolutionner...

GABRIEL BACQUIER CHANTE PIERRE LOUKI
GABRIEL BACQUIER CHANTE PIERRE LOUKI
Tu te rends compte – m’aurait dit mon père – je suis interprété par un...

FREHEL
FREHEL
«Fermez vos gueules ! J’ouvre la mienne !»
Fréhel à son public du Bœuf sur le toit.

FRANCE : UNE ANTHOLOGIE DES MUSIQUES TRADITIONNELLES
FRANCE : UNE ANTHOLOGIE DES MUSIQUES TRADITIONNELLES
Grand Prix de l'Académie Charles Cros

Coffret de 10 Cds
Pour la...

DE L’AMOUR FOU AU FOL AMOUR
DE L’AMOUR FOU AU FOL AMOUR
Rêves d’amour... Rêve d’une vie meilleure, plus légère ou rêve en quête...

DANIELLE DARRIEUX INTÉGRALE 1931-1951
DANIELLE DARRIEUX INTÉGRALE 1931-1951
“Quelle sublime comédienne. Regardez ce tendre mouvement de l’épaule... et ce sourire qui ne sourit pas...

CLAUDE NOUGARO ET SES INTERPRÈTES 1955-1961
CLAUDE NOUGARO ET SES INTERPRÈTES 1955-1961
Cette anthologie présente les premières chansons de Claude Nougaro, incarnées par...

CINE STARS
CINE STARS
“La star est femme et parle anglais”. Ce programme est là pour nuancer la formule. Eric Rémy (directeur...

CHARLES TRENET - INTEGRALE VOL.12- 1956-1959
CHARLES TRENET - INTEGRALE VOL.12- 1956-1959
 Charles Trenet, je t’ai vu pour la première fois à l’Olympia le 1er mai 1955...

CHANSONS SANS GÊNE (CHANTE YVETTE GUILBERT)
CHANSONS SANS GÊNE (CHANTE YVETTE GUILBERT)

Égérie des cabarets montmartrois de la Belle Époque, Yvette Guilbert, dont les traits ont...


CATHERINE SAUVAGE - ANTHOLOGIE 1951-1959
CATHERINE SAUVAGE - ANTHOLOGIE 1951-1959
En quarante ans de carrière, Catherine Sauvage, figure majeure de la chanson française, a servi les textes de...

BRETAGNE (1900 - 2006)
BRETAGNE (1900 - 2006)
Bretagne

Ce disque regroupe des enregistrements de musiques traditionnelles collectées in...

BOURVIL POUR LES ENFANTS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI
BOURVIL POUR LES ENFANTS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI
Bourvil est le grand comédien de notre patrimoine. Son personnage attachant, sensible, espiègle...

AUVERGNE ET LIMOUSIN (1913 - 1998)
AUVERGNE ET LIMOUSIN (1913 - 1998)
Auvergne et Limousin

Ce disque regroupe des enregistrements de musiques traditionnelles...

AMOUR BANANES ET ANANAS 1932 - 1950
AMOUR BANANES ET ANANAS 1932 - 1950
Un cocktail de percussions et de gaudrioles, de tapioca et de mirontons, de jeux de mots oulipiens et de vers de mirliton, de...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
net_cat_20192020.jpg
Titre_Galerie.gif
net_la_fabrique_du_sacre__galerie_fa.jpg
Titre Noel 2018.jpg
NET Proust.jpg
Titre Soul.gif
NET Soul.jpg
Titre Figure de l'histoire.gif
Pub Net Figures Histoire.jpg
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V Stan Getz.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études

Titre_DVD.gif

Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif