Fremeaux.com
 
LA P'TITE CEINTURE
Réf. : FA525

LA P'TITE CEINTURE

VERBEKE & FILS (PATRICK & STEVE VERBEKE)

Label : FREMEAUX & ASSOCIES
Nombre de CD : 1
Vous pouvez acheter ce produit :

- Chez votre libraire ou maison de la presse (Frémeaux & Associés distribution)
- Chez votre disquaire ou à la Fnac (distribution : Socadisc)
- Sur lalibrairiesonore.com
- Sur librairie-audio.com Pré écoute de certains produits!
- Par téléphone au 01.43.74.90.24
Distinctions :
PLAYLIST JAZZRADIO / CDAUJOURD'HUI (FRANCE 2) / * * * ROCK & FOLK / * * * * EXCELLENT SOUL BAG / RECOMMANDÉ PAR FRANCE INTER
Frémeaux & Associés a toujours été admirateur et défenseur des musiques populaires américaines : du blues aux chansons francophones liées au “Grand Dérangement” des Acadiens, devenus les Cajuns en Louisiane. 'La P’tite ceinture' de Patrick et Steve Verbeke trouve légitimement sa place aux côtés du disque de musique traditionnelle Français d’Amérique, du coffret Country Quebec (les cowboys qui chantent en Français !), de Benoît Blue Boy ou du film de Jean-Pierre Bruneau Louisiana Blues.
Patrick et Steve Verbeke sont en effet plus que les héritiers de l’ensemble de cette tradition Nord-Américaine, ils sont les artisans de l’écriture contemporaine de cette histoire humaine et artistique. Ils utilisent la facture musicale du blues, ainsi que son humour décapant sur les malheurs de la vie, dans une fusion exceptionnelle et résolument française.
Un savoureux dialogue entre père et fils, au service du blues, qui donne l’irrésistible envie de remettre indéfiniment en boucle sur sa platine 'tu m’as menti', 'la tangente' ou 'La p’tite ceinture'.
Patrick Frémeaux

Las d'attendre le troisième revival, Patrick et Steve Verbeke, bluesmen de père en fils, prennent les devants et bouclent “La P'tite Ceinture”, album rédempteur, classe franco-louisianaise, Jacques Dutronc qui serait produit par JD Miller !
Mille excuses aux grands prématurés, Alan Jack et Chris Lancry, mais le tournant du blues en France, c'est en 1979 quand Wolfson, l'homme de chez Vogue, toucha de quoi produire trois albums de rock tricolore : Benoît Blue Boy, Backstage (le groupe de Paul Personne) et Stinky Toys. Rock, blues, on n'en était pas encore à ces distinguos d'herboriste. Le tourbillon punk avait agité les fonds turbides de la chanson underground, un drôle de fretin se dégageait des limbes, Bill Deraime, Jean-Jacques Milteau ou, en 1981, Patrick Verbeke... “Blues In My Soul”. Les chroniqueurs saluèrent le tour de chauffe d'un “guitariste surdoué”, pas exactement inconnu puisqu’il avait joué les derniers coups de serpe de Vince Taylor. A quatorze ans, Patrick fut happé par le blues noir et le rock'n'roll. “S'il y a un mec, un seul, qui fait du blues blanc, c'est Gene Vincent, le plus grand chanteur ayant vécu sur Terre. Avec Paul Rodgers, bien sûr.” En 1965, on le vit bûcher la méthode Mickey Baker sur une Öffner jazz acoustique à ouïes. Il apprenait l'âge de ses capitaines, “BB King, Clapton et Gene Vincent, la phalange du blues-rock”. Quand il enregistrait ses premiers albums, l'époque laissait miroiter une excitation confuse, la promesse d'un rendez-vous. On aurait même pu croire qu'à côté du seul blues français ayant jamais métastasé l'inconscient collectif du pays (“Toute la Musique que J'Aime”), il y avait un strapontin pour les experts. En tout cas, Patrick le crut. Blanc-Francard lui avait confié deux heures de blues hebdomadaires sur Europe 1, puis il s'était aventuré dans la production. Patrick jouissait en outre d'un patrimoine séminal propre à sa continuité généalogique, une faculté qu’il exerça avec avantage pour se ménager une descendance, dont Steve. A quatorze ans, l'âge où son père démarrait la guitare, Steve attaqua l'harmonica. En 1999 il ficela un premier album blues-rockant, mais le rendez-vous qu'on sentait flotter dans l'air auparavant avait, hélas, déjà déployé de grandes oreilles de lapin. Steve comprima le périmètre sur un blues plus racé, très exigeant. Du Chicago sans bassiste, il fallait oser. Stan Noubard Pacha, qui savait faire circuler une contrebasse fantôme entre ses riffs acrobatiques, est toujours sous traitement pour des troubles musculo-squelettiques de la main droite. On avait laissé Steve en 2007, excellent souffleur, sur un excellent disque de chansons chicagoïdes (“Parano”), on le retrouve ces jours-ci, harmoniciste monstrueux, sur l'album familial monstrueux qu'il scelle avec son père, “La P'tite Ceinture”. Steve : “Du moment que ma voix était correcte et naturelle, ça me suffisait pour ce que j'avais à en faire. Là, on m'a demandé d'aller un peu plus loin que le correct, de gagner en profondeur et en précision mélodique.” Steve, apprenti crooner, hacheur de rythmes, serpent à anches, Patrick, doseur de frappe, la voix posée comme un bunker, belle comme une cicatrice héroïque. Benoît Blues Boy leur prête une guitare barytone qui donne un estomac terrible aux riffs qu’elle fait vrombir. C'est cette Danelectro qui déménage sur “Catfish Blues”, une version qui enterre vraiment toutes les autres. C'est encore la Danelectro qui déménage sur un “Let Me Go Home Whisky” d’outre-tombe, à la mémoire d’Alan Jack… ou Fats Domino attendant la visite de Freddy Krueger ! D’ailleurs, d’où vient ce sentiment d’une corde raide tendue d’un bout à l’autre de l’album, qui met du danger un peu partout ? Patrick : “Je sors d’une période très difficile, c’est vrai. J’ai vachement bossé, ça ne m’a rapporté que des dettes. Mon label a bouffé tout ce que j’avais mis à l’abri les années précédentes. C’est quand même dur d’en arriver là, mais je ne regrette rien et ce n’est pas la trouille qui a fait cet album !” Steve : “La situation du blues n’est pas terrible. On a voulu braver cette déveine, enregistrer un album dont on soit fier, même tiré à deux exemplaires. Voilà, j’ai fait un disque avec mon père, je le tiens dans mes mains, j’en suis super content !” Patrick : “Sincèrement, je n'imaginais pas qu'il serait si bon. On s'est dépassé !” Steve : “Et on va en vendre 200 000 exemplaires !” Patrick : “Ouais, comme d’habitude…”
Christian Casoni -Rock & Folk

Ce disque est soutenu par Jazz Radio

"Excellent album qui donne en plus envie de revisiter les vieilles lignes parisiennes oubliées..." Fred Delforge - Zicazic

"Profonds, touchants et passionnants... La p'tite merveille inespérée !!!" Jean-Pierre Savouyaud - Virus de Blues

01. Tu m’as menti (S. Verbeke / P. Verbeke) 3’11 - 02. Frankie & Johnny (Trad. / arr. P. Verbeke) 5’13 - 03. La Tangente (P. Verbeke) 5’14 - 04. Mets ta casquette Blues (P. Verbeke) 4’04 - 05. Catfish Blues (Trad. / arr. P. Verbeke) 5’29 - 06. Père & Fils (P. & S. Verbeke) 3’41 - 07. La p’tite ceinture (S. Verbeke / P. Verbeke) 4’26 - 08. T’efface pas comme ça (S. Verbeke / P. Verbeke) 3’20 - 09. Dis moi pourquoi (B. Billot / S. Verbeke) 4’04 - 10. Fils & Père (P. & S. Verbeke) 3’55 - 11. Celle que j’aime (S. Verbeke) 4’38 - 12. Ragtime blues (P. Verbeke / S. Verbeke) 2’45 - 13. Let me go home whisky (Trad. / arr. P. Verbeke) 6’36


Patrick & Steve Verbeke are more than the heirs to the entire North-American tradition; they’re craftsmen when it comes to contemporary portrayals of this human and artistic story, and they use the musical setting of the blues, not forgetting its scathing humour over life’s misfortunes, in an exceptional fusion that is resolutely French.
A savoury conversation between father and son that not only serves the blues, but gives you the irresistible urge to listen to 'tu m’as menti', ' la tangente' or 'La p’tite cein ture' on repeat, time and time again.
Benjamin Goldenstein

Production : Adima prod (Didier Zilliox) avec l'aide de l'Adami.
Droits : Frémeaux & Associés en accord avec Adima / Patrick et Steve Verbeke.
Liste des articles de presse consacrés à ce CD :
- "L'un et l'autre excellent" par Rock & Folk
Patrick Verbeke, le père, gratteur de blues depuis la nuit des temps. Son rejeton Steve, gobeur d'harmonica professionnel depuis trente équinoxes. Ce petit segment dynastique rassemble ses gènes dans un exercice où l'un et l'autre excellent : la chanson française américaine, tellement française et tellement américaine qu'elle n'est plus vraiment l'une ni tout à fait l'autre, devenue un genre en soi, un exotisme vernaculaire, rock'n'roll franco-louisianais vaguement folk, tissé de slides subreptices, de trémolos d'ampli, de graves arpèges et de grasses respirations d'harmonica. Deux chants qui sont le jour et la nuit, le fils : voix juvénile, un peu affectée, le père : caverne chantante, voix de rogomme qui grince sur les virgules mélodiques. Le fils sortant de sa gaufrette des nuées ardentes, des plans de washboard, d'orgue, de lead guitar, de trompette bouchée, des accords musclés d'accordéon… et même des riffs d'harmo ! Et le père, guitariste de proue noueux et mesuré, s'effaçant derrière ses superbes accompagnements pour laisser briller son héritier, comme une passe de relais lors d'un conseil de famille. Fusion culturelle, générationnelle… et métabolique aussi. Les deux titres en tombé de rideau sont éloquents : la bonhomie country de “Ragtime Blues” et ses paroles impayables, et “Let Me Go Home Whisky”, l'oraison funèbre qui enchaîne avec la force et la lenteur dévorante d'un glacier en mouvement. Cet album de comptines vibre de toutes ses tôles, comme un compresseur en surtension. Comptines mais, chez les Verbeke le climat en dit toujours beaucoup plus long que les textes…
par CHRISTIAN CASONI - ROCK & FOLK
- "Une belle réussite" **** par Blues and Co
"C’est la rencontre attendue du papa Patrick Verbeke : vieux baroudeur épris de liberté et éminent représentant du blues frenchy , et de l’un de ses rejetons Steve, tombé à sa naissance, dans la même marmite blues que son géniteur. Le premier a la réputation d’être l’une des plus fines lames de la guitare hexagonale de la note bleue ; qu'elle soit acoustique, électrique ou Dobro, il excelle avec bonheur sur ces instruments depuis des lustres à l’instar d’un Paul Personne ou d’un Bill Deraime. Le deuxième est le fiston Steve, déjà titulaire de deux albums : l’éponyme « Steve Verbeke » datant de 1999 et « Montreuil boogaloo » sorti en 2002. Il a choisi pour exprimer sa sensibilité, l’harmonica. Tous les deux chantent dans la langue de Molière avec humour et dérision, sauf sur les trois reprises de chants traditionnels américains (arrangements réalisés par Patrick) : « Catfish blues » de Robert Petway plus ou moins attribuée à Muddy Waters, « Let me go home whisky » d’Almos Milburn et « Frankie and Johnny » dont la première version de Hughie Cannon date de 1904. Pour cette dernière, je pense à un clin d’œil à Gene Vincent de la part de Patrick, fan de ce mythique chanteur de rock and roll . Verbeke et fils ont choisi un style dépouillé, sans artifice, dans la pure tradition du blues du Delta, et sans autre musicien pour les accompagner. Les voix s’accordent et communient chaleureusement. Les accords de la guitare de Patrick sont sobres, appliqués et sans prétention et le jeu de l’harmonica omniprésent de Steve sonne juste. La fusion entre ces deux générations est une belle réussite. C’est l’ambiance intimiste que nous aimerions retrouver dans notre France profonde lors de leurs prochaines prestations"
par Bruno MARIE - BLUES AND CO
- « Du blues authentique » Par Lylo
« Du blues authentique servi à la française comme dans le Bayou et comme un dialogue père/fils (Patrick et Steve) où guitares, harmonica et voix rocailleuses ou malicieuses, rappellent la sainte dualité vie/galère. »
Par LYLO
- "« La p’tite ceinture » n’a pas fini de marquer les esprits" par Zicazic
"Si le père peut s’enorgueillir d’une carrière hors du commun, le fils n’en est encore pratiquement qu’à ses premiers balbutiements mais occupe déjà une place évidente dans le patrimoine bluesistique familial et c’est avec beaucoup d’humilité et surtout de fierté que l’un et l’autre se produisent ensemble, donnant des concerts où la bonne humeur et le bon blues sont toujours présents, Patrick à la guitare et Steve à l’harmonica n’ayant de cesse de faire briller les douze mesures derrière le nom de Verbeke qui les réunit à vie. Chanteur à la voix éraillée par le temps et les bonnes choses de la vie, l’aîné partage ainsi le micro avec son brillant rejeton dont le timbre est forcément plus pur mais tout aussi déterminé et la réunion des deux est tellement réjouissante, d’autant que chacun apporte sa patte personnelle à l’exercice de création, qu’il fallait bien que cet album des Verbeke & Fils voit le jour pour le plus grand plaisir des vrais amateurs d’un blues qui fleure bon la langue française, mais pas seulement …
Des chansons simples qui parlent directement à l’auditeur, une véritable passion qui pousse les deux musiciens à se donner à fond dans ce qu’ils jouent, une pratique nourrie de l’expérience de la scène mais aussi d’une écoute attentive et de beaucoup de respect pour les maîtres du genre, voilà ce que Patrick et Steve Verbeke ont en commun, et s’ils savent mieux que quiconque comment coordonner leurs actions pour les rendre irrésistibles, c’est bien parce que ces deux là vivent le blues de la même manière, chacun le faisant certes selon ses propres codes générationnels mais toujours en respectant l’héritage venu des bords du Mississippi. Une douzaine de chansons partagées entre les compos de l’un et de l’autre, voire même souvent des deux réunis, mais aussi des standards réarrangés à la mode Verbeke, un petit coup de patte de Benoit Blue Boy et enfin l’instrumental « Père & Fils » qui nous emmène vers des rivages connus mais tellement séduisants, « La p’tite ceinture » n’a pas fini de marquer les esprits avec ses chansons qui sentent le naturel à plein nez, des titres comme « Tu m’as menti », « La tangente », « Mets ta casquette Blues » ou « T’efface pas comme ça » que l’on s’approprie immédiatement tant ils sonnent juste … Le slide toujours très précis du père se marie au souffle convaincant du fils et les deux réunis donnent naissance à un album parisien à souhait, un ouvrage qui fait ouvertement allusion aux chemins de fer d’antan jusque dans son artwork, accentuant encore un peu la symbolique d’un blues que ces deux là connaissent sans doute mieux que quiconque ! De quoi donner une irrésistible envie d’aller se promener sur « La p’tite ceinture »…"
par Fred DELFORGE - ZICAZIC
- "C'est le meilleur de l'un et de l'autre" par Blues Again
"La P'tite Ceinture sort chez Frémeaux. Deux Verbeke pour le prix d'un, dopés par l'énergie du désespoir et par une formidable émulation filio-paternelle. La paire de Verbeke signe un enfer pavé de tueries, où la pénombre épaisse des non-dits le dispute à la rage de casser le bocal. Leur 'Catfish Blues' surclasse toutes les versions enregistrées auparavant. Parole ! Pareil pour ce 'Let me Go Home Whisky' d'outre-tombe, vraiment flippant, comme une épitaphe qu'aurait gravée Fats Domino, la nuit où il fut visité par Freddy Krueger ! Eh, les gars, qu'est-ce qui vous prend ? Je ne savais pas qu'il y avait autant de vitamines dans la vache enragée !
Le petit segment dynastique rassemble ses gènes dans un exercice où l'un et l'autre excellent : la chanson française américaine, tellement française et tellement américaine qu'elle n'est plus vraiment l'une ni tout à fait l'autre, devenue un genre en soi, un exotisme vernaculaire, rock'n'roll franco-louisianais vaguement folk, tissé de slides subreptices, de trémolos d'ampli, de graves arpèges et de grasses respirations d'harmonica. Deux chants qui sont le jour et la nuit, le fils : voix juvénile, un peu affectée, le père : caverne chantante, voix de rogomme qui grince sur les virgules mélodiques. Steve sort de sa gaufrette des nuées ardentes, des plans de washboard, d'orgue, de lead guitar, de trompette bouchée, des accords musclés d'accordéon… et même des riffs d'harmo ! Patrick, guitariste de proue noueux et mesuré, s'effaçant derrière ses superbes accompagnements pour laisser briller son héritier, comme un qui règle sa succession lors d'un conseil de famille. Fusion culturelle, générationnelle… et métabolique aussi. Les deux titres en tombé de rideau sont éloquents : la bonhomie country de ‘Ragtime Blues’ et ‘Let Me Go Home Whisky’, oraison funèbre enchaînant avec la force et la lenteur dévorante d'un glacier en mouvement. Cet album vibre de toutes ses tôles, comme un compresseur en surtension. C'est le meilleur de l'un et de l'autre."
par Christian CASONI - BLUES AGAIN
- « Un agréable moment de « civilisation de rue » » Par Le Cri du Coyote
« Provincial dans l’âme, je ne connais pas cette « P’tite ceinture » (dont la pochette montre une partie de la voie ferrée en banlieue parisienne) sinon par les évocations esthétiques des romans et des film. Elle semble en tout cas encore symboliser de nos jours une certaine urbanité populaire et Papa Verbeke et son fiston en font tout naturellement le lien et le décors de leur dialogue au goût de blues : prétexte à la bal(l)ade, aux souvenir, à l’évocation des amours, autant d’instants fugitifs et d’échange en famille. Dad-Pratrick domine ses guitares (acoustique, électrique, National, et basse) alors que Son-Steve joue de l’électrique et des harmonicas. Deux compositions chacun, six co-signée (dont évidement Fils et père) et trois reprises de traditionnels arrangés (l’inusable Frankie & Johnny, Catfish Blues et Let Me Go Home Whisky)  le tout formant un menu moins désuet qu’il n’y paraît au premier abord. Certes, on reste dans les grands invariants de thèmes, c’est la loi du genre, mais ce passage de témoin, au nom du père et du fils, est un agréable moment de « civilisation de rue », loin des salons, avec ses images de périph (Mets ta casquettes blues). Cet humanisme de la réalité quotidienne justifie sans doutes le soutien du label Frémeaux, qui, après les albums de Elmore D ou Jack Bon, et ses recueils historiques de chansons populaires, investit son crédit dans un genre parfois ignoré, à tort, par les exégètes : le bon blues de chez nous. »
Par JB — LE CRI DU COYOTE
- "Un album qui donne le frisson." par BCR
"Le label Frémeaux & Associés a réussi l’exploit de réunir pour un album, Patrick Verbeke, le ‘monsieur blues’ hexagonal, l’homme de radio, le disert et l’érudit, une authentique légende du blues français qu’il serait indécent de présenter plus amplement, avec sa progéniture en la personne de Steve Verbeke, le ’Montreuil Boogaloo’, l’harmoniciste qui ne cesse de s’affirmer avec trois albums à son compteur, comme l’un des meilleurs spécialistes du genre. Cette surprenante et inattendue association entre un père et son fils est une indéniable réussite intitulée ’La p’tite ceinture’. Patrick et Steve y distillent un blues poignant, puissant, d’une sincérité exacerbée, d’une émotion à son paroxysme. La rencontre artistique et familiale entre un pionnier qui a marqué l’histoire de sa foi et de sa passion pour les musiques afro-américaines et un jeune et talentueux bluesman, dont l’unique leitmotiv est de marcher sur les traces de son illustre papa, avec un respect jamais remis en cause. Quand le blues côtoie l’amour, il en résulte un album qui  donne le frisson. Un disque d’une poésie sous-jacente, une musique d’écorchés vifs qui remue au plus profond de nos viscères et qui affole nos sens. Car avec le blues, on ne peut pas tricher. Le moindre usurpateur, le moindre imposteur serait de suite démasqué et cloué au pilori de l’abîme de la médiocrité. Patrick et Steve Verbeke sont deux artisans de la petite note bleue qui travaillent sans filet. Faut pas déconner, on n’est pas chez  Alexis Gruss… Deux saltimbanques qui ont voué leur vie aux musiques populaires gorgées de groove et de feeling. Leur duo est en parfaite adéquation avec l’esprit ancestral du blues roots, celui que l’on jouait d’antan dans tous les juke-joints enfumés de Greenwood ou de Clarksdale. Oui tout là-bas, aux confins des champs de coton et des eaux boueuses du grand fleuve sacré. 13 titres de très haute volée composent ’La p’tite ceinture’. Judicieux melting-pot entre des nouveautés comme ’Tu m’as menti’ qui ouvre l‘album, ’Père & Fils’ et ‘Fils & Père’ qui sont deux instrumentaux fantastiques que n‘auraient pas reniés Sonny Terry et Brownie Mc Ghee, ’La p’tite ceinture’ au texte profond et bouleversant, ’T’efface pas comme ça’ dont la seconde partie fait penser au swamp-blues de Louisiane des Slim Harpo ou Lonesome Sundown. Des morceaux traditionnels comme ’Catfish Blues’ ou encore ’Let me go home whisky’ excellemment interprétés par Patrick et Steve, avec la conviction de deux marathoniens sur la route d’Olympie, portant la flamme à bout de bras. Ou encore d’anciens titres incontournables du répertoire de Verbeke père tels que ’La tangente’, ’Mets ta casquette blues’ , ou de Verbeke fils comme ’Dis-moi pourquoi’ cosigné avec un certain Benoît Blue Boy. Et bien d’autres surprises concoctées par Patrick et Steve Verbeke. Ca fait vraiment plaisir de retrouver un Patrick Verbeke inspiré et en pleine forme, comme un petit camouflet aux ingrats qui l’avaient peut-être oublié un peu trop vite, malgré une carrière sans faille qui force le respect. Et un Steve Verbeke qui se bonifie d’album en album et de concert en concert tel un château Pétrus. Qu’on se le dise, Patrick a ressorti sa vieille National Steel du placard et le vieux lion n’a pas dit son dernier mot. Quant à l’harmonica de Steve, il n’est jamais bien loin et toujours prêt à résonner. Cet excellent album des Sonny Terry et Brownie Mc Ghee du 21ème siècle et même pas noirs, est chaudement recommandé. A l’ère de la morosité ambiante et du spleen grandissant, rien de tel qu’un bon disque de blues interprété dans le respect des valeurs essentielles propres à cette musique qui est aussi un art de vivre au quotidien. C’est la bonne médecine, l’unique thérapie. Et ’La p’tite ceinture’ de Patrick et Steve Verbeke est à consommer très chaud, vers la vieille ligne de chemin de fer, prés des boulevards des Maréchaux autour de Paris. Là ou le blues, voire les spectres de Muddy Waters et Sonny Boy peuvent surgir à tout moment. A chacun son crossroads, à chacun son imaginaire… En tous les cas, merci aux Verbeke d’exister et leur petite lumière bleue scintille toujours de mille feux !"
par Serge SCIBOZ - BCR
- « Le plus bel hommage qu’ils pouvaient rendre au blues » Par Trad Mag
« Juste retour des choses que cette union musicale des Verbeke père et fils, que seul Patrick Frémeaux pouvait nous offrir avec autant de générosité et de qualité. Cet album est en effet, en plus d’une aventure familiale (pour la moitié des treize titres composés par le duo), l’héritage de la tradition musicale franco-nord-américaine. Le mélange des compositions (Tu m’as menti, La tangente, Mets ta casquette blues, Dis moi pourquoi, Celle que j’aime, Ragtime blues) côtoient les classiques du Mississippi blues (Frankie & Johnny, Cattfish Blues), dans une fusion naturelle qui frise l’exceptionnel avec La p’tite ceinture et T’efface pas comme ça (adaptation de Baby Please Don’t Go ?). Les jeux subtils des instruments (guitare steel, acoustique, électrique harmonicas) et des vois très différentes, sur des arrangement simple mais efficaces, sont les fils conducteurs de cet album qui ne cherche pas à épater ni à surprendre, mais juste à émouvoir, comme ce qui constitue le sens même du blues. En terminant avec un Let Me Go Home Whisky magistral de six minutes trente-six, Verbeke & Fils nous laissent sur le plus bel hommage qu’ils pouvaient rendre au blues. Tout en espérant que cette aventure familiale ne va pas en rester là. »
Par Patrick Plouchart — TRAD MAG
- « On ne l’a jamais aussi bien chantée cette petite ceinture » Par Guitarist Acoustic
« On ne l’a jamais aussi bien chantée cette petite ceinture. Ce tronçon de rails désaffectés, cerclant Paris et abandonné à la poussière depuis des années, ne pouvait qu’inspirer nos deux bluesmen, qui nous embarquent dans un passionnant road-movie parisien, ajoutant là un nouveau chapitre à l’anthologie francophone. C’est en famille que Patrick et Steve ont décidé de cheminer le long des voies, sans jamais tomber dans l’écueil de la fausse réunion familiale. Si cet enregistrement correspondait à une envie de laisser une trace de leurs dialogues autour de la note bleue – eux qui ont souvent partagé la scène – La petite ceinture répondait avant tout au désir de proposer un duo guitare – harmonica. Du blues brut, sans effets ni postures, du roots, man ! Une fois de plus, « Mister Blues » a mis ses tripes sur la table (notamment de la cuisine, là où ont été composés beaucoup de titres) : armé de ses guitares, acoustiques, électriques, National Steel et même d’une barytone – notamment sur « Catfish Blues », une reprise qui fera date -, Patrick raconte avec émotion, et humour parfois, les malheurs de la vie, qui ne l’ont pas épargné. Dans sa poignante interprétation de « Let me go home whisky », le bluesman semble tourner le dos aux galères, transfigurant peut-être ce projet en un nouveau départ. Avec Steve, devant et à côté du paternel, pour souffler, via ses dentelles d’harmonica, la braise sur la petite ceinture. « La tangente », « T’efface pas comme ça », « La petite ceinture »… Steve et Patrick s’amusent avec brio de l’éternel jeu des questions-réponses, cher au blues. Si tous les dialogues père - fils pouvaient être aussi riches… »
Par Ben — GUITARIST ACOUSTIC
- "This will interest fans of the European blues sound" by Blues Art
"The veteran French guitarist and singer Patrick Verbeke is joined here by his son, harmonica player and singer Steve (who also plays electric guitar), and just to keep it in the family, another son, Vincent Perier-Verbeke is one of the two sound engineers.  Hopefully, they all get on better together than did Sonny Terry and Brownie McGhee, who came to mind a few times, though these guys' tougher sound is perhaps midway between that famous duo and the rather grittier Satan & Adam. Often tracks are performed one way by one man, and then segue into a rather different treatment from the other. It is effective and a little different, and though Patrick's gruff vocals take more than a bit of getting used to, this will interest fans of the European blues sound."
by Norman DARWEN - BLUES ART
- « Un dialogue savoureux » par la Revue des médiathèques et des collections musicales
Voici un disque de musique populaire américaine jouée par deux héritiers de la tradition. Ils choisissent de produire un blues francophone humain et artistique qui parle des malheurs de la vie (évidemment). Un dialogue savoureux entre un père et son fils hérité des chants cajuns et acadiens. Jacques VAIZELLE - REVUE DES MEDIATHEQUES ET DES COLLECTIONS MUSICALES
- « Pour notre plus grand plaisir » par Soulbag
Ce disque en duo devrait forcément sortir un jour mais il fallait le réussir et c’est chose faite. Mélangeant habilement originaux, reprises de leurs répertoires respectifs et trois classiques, Patrick et Steve évitent de tomber dans le trou béant du blues acoustique pre-war servile et privilégient leur propre univers, fait d’humanisme, de gouaille, dans un contexte qu’on devine urbain, une sorte de no man’s land hors du temps, ce n’est pas pour rien que le disque s’appelle «La P’tite Ceinture». Le père n’abuse pas de la slide et est plus leader que le fils, l’harmonica d’icelui étant du coup constamment présent, majoritairement non amplifié, pour notre plus grand plaisir. Les deux voix se marient souvent, en alternance ou en harmonie, les aspérités de l’une gommant la jeunesse de l’autre. Swing par-ci, mélancolie par-là, désabusement et regard philosophique un peu plus loin, l’ambiance reste intimiste et on pense bien sûr à une passation d’expérience entre l’ancien et le nouveau. Ce n’est pas un cliché, c’est un constat de succès. Christophe MOUROT-SOULBAG
- « Blues in France » par Jazz Magazine-Jazzman
Du blues façon Cajun au blues à la française il n’y a qu’un pas que nous fait franchir la parution simultanée des disque de Benoît Blue Boy et Patrick Verbeke. Comme on l’a dit pour le rock, le français serait incompatible avec le blues. Pourtant Benoit Blue Boy a posé depuis longtemps les bases d’un blues à la française qui a fait des adeptes à travers de nombreux groupes qui, comme leur modèle, connaissent une regrettable sous-exposition médiatique […]. Patrick Verbeke est l’autre «parrain» du blues français et son nouvel opus, «La P’tite Ceinture» prend des allures de passage de relais avec son fils, Steve. Acoustiques, la guitare du premier et l’harmonica du second s’entrelacent pour de beaux moments d’intimité, entre gouaille et mélancolie. Jacques PERIN - JAZZ MAGAZINE-JAZZMAN
- « On ne l’a jamais aussi bien chantée cette petite ceinture » par Guitare Unplugged
On ne l’a jamais aussi bien chantée cette petite ceinture. Ce tronçon de rails désaffectés, cerclant Paris et abandonné à la poussière depuis des années, ne pouvait qu’inspirer nos deux bluesmen, qui nous embarquent dans un passionnant road-movie parisien, ajoutant là un nouveau chapitre à l’anthologie du blues francophone. C’est en famille que Patrick et Steve ont décidé de cheminer le long des voies, sans jamais tomber dans l’écueil de la fausse réunion familiale. Si cet enregistrement correspondait à une envie de laisser une trace de leurs dialogues autour de la note bleue – eux qui ont souvent partagé la scène -, « La P’tite Ceinture » répondait avant tout au désir de proposer un duo guitare-harmonica. Du blues brut, sans effets ni postures, du roots, man ! Une fois de plus, « Mister Blues » a mis ses tripes sur la tables (notamment de la cuisine, là où ont été composés beaucoup de titres) : armé de ses guitares, acoustiques, électriques, National Steel et même une barytone – notamment sur « Catfish Blues », une reprise qui fera date -, Patrick raconte avec émotion, et humour parfois, les malheurs de la vie, qui ne l’ont pas épargné. Dans sa poignante interprétation de « Let me go home whisky », le bluesman semble tourner le dos aux galères, transfigurant peut-être ce projet en un nouveau départ. Avec Steve, devant et à côté du paternel, pour souffler, via ses dentelles d’harmonica, la braise sur la petite ceinture, « La tangente », « T’efface pas comme ça », « La p’tite Ceinture »… Steve et Patrick s’amusent avec brio de l’éternel jeu des questions-réponses, cher au blues. Si tous les dialogues père fils pouvaient être aussi riche…
BEN – GUITARE UNPLUGGED
- "«La P'tite Ceinture» suit son chemin avec bonheur" par La Dépêche du Midi
"La P'tite Ceinture, outre le fait d'être une ancienne ligne de chemin de fer, est aussi un lieu parisien mythique, un endroit propice à l'évasion, propice au... blues. C'est également le titre du dernier album sorti chez Frémeaux & Associés et du nouveau spectacle en duo «Père & Fils» de Patrick et Steve Verbeke, produit par la Société Adima. Ce show d'une heure et demie environ est centré sur les liens qui unissent le père et le fils. Avec l'un à la guitare et l'autre à l'harmonica, tous les deux assurent les parties vocales. C'est avant tout le blues qui est mis à l'honneur : reprise de certains grands classiques, mais aussi mise en avant de leurs propres compositions, en français ou parfois en anglais, avec ou sans section rythmique. Depuis le mois de septembre 2010 et la sortie du nouvel album, le p'tit train de «La P'tite Ceinture» suit son chemin avec bonheur."
par LA DÉPÊCHE DU MIDI
Liste des crédits sur ce CD :
Steve Verbeke, Steve Et Patrick Verbeke , Traditionnel, Traditionnel , Benoît Billot, Steve Verbeke
CDPisteTitreArtiste principalAuteurDuréeEnregistré en
11Tu m'as mentiSteve Et Patrick Verbeke Steve Verbeke00:03:122009
12Frankie & jonnhySteve Et Patrick Verbeke Traditionnel00:05:142009
13La tangenteSteve Et Patrick Verbeke Patrick Verbeke00:05:152009
14Mets ta casquette bluesSteve Et Patrick Verbeke Patrick Verbeke00:04:062009
15Catfish bluesSteve Et Patrick Verbeke Traditionnel00:05:312009
16Père & filsSteve Et Patrick Verbeke 00:03:432009
17La p'tite ceintureSteve Et Patrick Verbeke Steve Verbeke00:04:272009
18T'éfface pas comme çaSteve Et Patrick Verbeke Steve Verbeke00:03:212009
19Dis-moi pourquoiSteve Et Patrick Verbeke Benoît Billot00:04:062009
110Fils & pèreSteve Et Patrick Verbeke 00:03:562009
111Celle que j'aimeSteve Et Patrick Verbeke Steve Verbeke00:04:402009
112Ragtime bluesSteve Et Patrick Verbeke Patrick Verbeke00:02:472009
113Let me go home whiskySteve Et Patrick Verbeke Traditionnel00:06:352009

:

3-5d.gif




Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc), chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 0143749024
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit Pré écoute possible de certains produits!

Egalement disponible aux éditions Frémeaux & Associés :

LOUISIANA BLUES - LE DVD
   
LOUISIANA BLUES - LE DVD
Le film musical de référence sur le Blues cajun de Lafayette, La Nouvelle-orléans, Port-Arthur.  ...
LOUISIANA BLUES - LE DVD
BENOIT BLUE BOY ET LES TORTILLEURS
   
BENOIT BLUE BOY ET LES TORTILLEURS
Benoît Blue Boy, l’homme qui a popularisé le blues à la française, a découvert un beau...
BENOIT BLUE BOY ET LES TORTILLEURS
LES PRIMITIFS DU FUTUR
   
LES PRIMITIFS DU FUTUR
Un disque gorgé de swing qui réveille instantanément, le claqueur de doigts et le tapeur de pieds qui...
LES PRIMITIFS DU FUTUR
BENOIT BLUE BOY EN AMERIQUE
   
BENOIT BLUE BOY EN AMERIQUE
Trophée artiste Français du blues en 1998.
Harmoniciste de blues - Trophée 1999
BENOIT BLUE BOY EN AMERIQUE


Dernière mise à jour :: 25-04-2017 02:46
Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

THE GREATEST BLUES SHOUTERS 1944 - 1955
THE GREATEST BLUES SHOUTERS 1944 - 1955
"Les blues shouters sont parmi les plus grands chanteurs que nous ait donné...

TAMPA RED
TAMPA RED
Tampa Red, le “sorcier de la guitare”, notamment au slide, a influencé Muddy Waters, Elmore James et BB...

T-BONE WALKER
T-BONE WALKER
T-Bone Walker a connu un énorme succès après la guerre, marquant de façon déterminante...

SONNY TERRY
SONNY TERRY
Virtuose, exubérant, l’harmoniciste Sonny Terry a représenté avant tout la perpétuation du vieux...

SONNY BOY WILLIAMSON
SONNY BOY WILLIAMSON
Le plus grand styliste de l’harmonica.
Gérard Herzhaft

Les coffrets « The...

SEASON OF SOULS
SEASON OF SOULS
Bob Lenox offre la rare synthèse d’un blues-folk “Greenwich Village”...

SAVOIR ECOUTER LE BLUES - LE DISQUE PEDAGOGIQUE
SAVOIR ECOUTER LE BLUES - LE DISQUE PEDAGOGIQUE
Vous croyez que vous savez écouter le blues, car vous savez ce qu’est un thème de douze...

ROOTS OF FUNK 1947-1962
ROOTS OF FUNK 1947-1962
Quelles sont les origines du funk ? Depuis le début du XXè siècle, ce terme signifie la...

ROBERT JOHNSON
ROBERT JOHNSON
Le créateur de “Sweet home Chicago”.
Gérard Herzhaft

Les coffrets « The...

RAY CHARLES - LIVE IN PARIS 20-21 OCTOBRE 1961 / 17-18-20-21 MAI 1962
RAY CHARLES - LIVE IN PARIS 20-21 OCTOBRE 1961 / 17-18-20-21 MAI 1962
Regroupant les concerts parisiens de l’automne 1961 et du printemps 1962, ce coffret 3CD...

PAPA, FAIS PAS ÇA - BENOIT BLUE BOY
PAPA, FAIS PAS ÇA - BENOIT BLUE BOY
En ce mois de novembre 2012, juste à côté de la carrosserie Robespierre, à 2 pas...

NEW ORLEANS BLUES
NEW ORLEANS BLUES
« La Nouvelle-Orléans, ville française, espagnole et louisianaise bien avant que d’être U.S., a...

MEMPHIS SLIM - THE BLUES : PIANO BLUES SUPREME 1940-1961
MEMPHIS SLIM - THE BLUES : PIANO BLUES SUPREME 1940-1961
Memphis Slim, nommé à titre posthume au Blues Hall of Fame, a été une...

MEMPHIS MINNIE
MEMPHIS MINNIE
L’œuvre de Memphis Minnie est impressionnante. Des duos de guitare parfaits du Memphis blues, avec son mari Joe Mac...

LONNIE JOHNSON
LONNIE JOHNSON
Lonnie Johnson, baptisé avec quelque raison “le créateur de la guitare moderne” a influencé...

LEAD BELLY
LEAD BELLY
Une des grandes figures légendaires de la musique populaire américaine, Lead Belly a connu un destin extraordinaire...

JIMMIE RODGERS
JIMMIE RODGERS
L’anthologie des blues de Jimmie Rodgers qui a été par ailleurs le véritable créateur de ce...

JAZZMEN PLAY THE BLUES 1923-1957
JAZZMEN PLAY THE BLUES 1923-1957
Mode d’expression unique de la communauté noire américaine, le blues est également...

HARMONICA BLUES VOL 2
HARMONICA BLUES VOL 2
Après Harmonica blues 1927-1941 (FA 040) qui retraçait les débuts de l’harmonica dans le blues, ce...

HARD TIME BLUES - 1927-1960
HARD TIME BLUES - 1927-1960
Né avec la ségrégation, le blues a accompagné tous les...

ELMORE D - INTEGRALE
ELMORE D - INTEGRALE
Elmore D est l’un des derniers chroniqueurs de l’identité wallonne.
En faisant se...

ELMORE D - BACK TO HESTA
ELMORE D - BACK TO HESTA
Alter ego wallon de Benoît Blue Boy, bluesman francophone qui rend hommage au patrimoine musical...

ELMORE D
ELMORE D
La claque. Ou comment Daniel Droixhe, alias Elmore D, débarque dans la cour des grands. Daniel et son groupe ont atteint...

DELMORE BROTHERS
DELMORE BROTHERS
Les Delmore Brothers qui ont constamment eu des idées musicales en avance sur leur temps occupent une place centrale dans...

CASEY BILL WELDON
CASEY BILL WELDON
Casey Bill Weldon a été un des principaux slide-guitaristes du Chicago Blues des années 30. Il est un...

CALIFORNIA BLUES
CALIFORNIA BLUES
Venus travailler dans les chantiers navals de la Côte Pacifique durant la guerre, les bluesmen texans rencontrent les...

BUMBLE BEE SLIM
BUMBLE BEE SLIM
Bumble Bee Slim a été un des bluesmen les plus populaires des années 30. Compositeur de nombreux standards du...

BIG BILL BROONZY
BIG BILL BROONZY
Le virtuose de la guitare qui révéla le blues à l’Europe.
Gérard Herzhaft

BENOIT BLUE BOY
BENOIT BLUE BOY
Avec “Plus tard dans la soirée”, Benoît Blue Boy côtoie familièrement l’esprit profond...

AMERICAN FOLK BLUES FESTIVAL LIVE IN PARIS 20 OCTOBRE 1962 (INÉDIT)
AMERICAN FOLK BLUES FESTIVAL LIVE IN PARIS 20 OCTOBRE 1962 (INÉDIT)
L’American Folk Blues Festival est une légendaire tournée qui pendant 20 ans, s’est...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Catalogue 2016-2017
Titre_DVD.gif
Pub Net Edgar morin.jpg
Titre_actualites.gif
Pub Net IntDjango.jpg
Titre_Galerie.gif
Pub Net Expo Corot1.jpg
Titre Essentiel.gif
Pub Net Proust 6V.jpg
Titre_nouveaute_PUF.gif
Pub Net La Bible.jpg
Titre_lucferry.gif
Philo-Mytho Ferry
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V Monk.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études


Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif