Ray Charles - The Grand Master
Ray Charles - The Grand Master
Ref.: FA5873

His Inspiration / His Influence 1944-1962 

RAY CHARLES

Ref.: FA5873

Direction Artistique : JOEL DUFOUR

Label :  FREMEAUX & ASSOCIES

Durée totale de l'œuvre : 8 heures 34 minutes

Nbre. CD : 7

Sélectionnez une version :
Grâce à ce pack, vous bénéficiez d’une remise de 20.84 % soit de 19,99 €
Cette œuvre est déjà dans votre panier
Une version numérique de cette œuvre est déjà dans votre panier
Expédié sous 24 à 48h
Distinctions
Recommandé par :
  • - * * * * Le Soir
  • - Recommandé par France Musique
Présentation

Ray Charles est l’une des plus grandes icônes de la musique du XXe siècle. Le Genius of Soul est considéré comme l’un des pionniers du rock & roll, de la soul et du R&B moderne et l’inventeur de la pop. Joël Dufour analyse l’univers matriciel de Ray Charles pour souligner toute l’ébullition qu’il suscita entre les années 1950-1960.
Il met en lumière (« His inspiration ») ses influences musicales (jazz, gospel, country, blues) et souligne ensuite (« His influence ») le rayonnement de sa musique sur des artistes comme les Everly Brothers, Nina Simone, Stevie Wonder, Booker T & the MGs, Harry Belafonte, ou Elvis Presley. La « révolution » Ray Charles expliquée par son plus grand spécialiste.
Patrick FRÉMEAUX



HIS INSPIRATION :

CD1 : I REALIZE NOW – THE KING COLE TRIO – VOCAL: NAT “KING” COLE • I WONDER WHO’S KISSING HER NOW – RAY CHARLES • TRAVELIN’ BLUES – JOHNNY MOORE’S THREE BLAZERS – VOCAL: CHARLES BROWN • LONELY BOY – RAY CHARLES • THIS LOVE OF MINE – TOMMY DORSEY – VOCAL: FRANK SINATRA • THIS LOVE OF MINE – RAY CHARLES • HOW LONG, HOW LONG BLUES – LEROY CARR • HOW LONG BLUES – RAY CHARLES [AS “MAXIM TRIO”] • GOING DOWN SLOW – ST. LOUIS JIMMY • “I’VE HAD MY FUN” [GOING DOWN SLOW] – RAY CHARLES • SINNER’S PRAYER – LOWELL FULSON • SINNER’S PRAYER – RAY CHARLES • FEELIN’ SAD – EDDIE (GUITAR SLIM) JONES • FEELIN’ SAD – RAY CHARLES • THAT’S HOW I FEEL – BUDDY JOHNSON – VOCAL: ELLA JOHNSON • DON’T YOU KNOW – RAY CHARLES • LORD IF I GO – THE DIXIE HUMMINGBIRDS – LEAD VOCAL: IRA TUCKER • IT MUST BE JESUS – SOUTHERN TONES – LEAD VOCAL: BOB KING • I’VE GOT A WOMAN – RAY CHARLES (LIVE VERSION) • COME BACK BABY – WALTER DAVIS • COME BACK BABY – RAY CHARLES • THAT’S THE BLUES – CLYDE HART’S ALL STARS – VOCAL: RUBBERLEGS WILLIAMS • A FOOL FOR YOU – RAY CHARLES • WHAT KIND OF MAN IS THIS – THE CARAVANS WITH JAMES CLEVELAND, LEAD VOCAL • THIS LITTLE LIGHT OF MINE – THE FAMOUS WARD SINGERS • THIS LITTLE GIRL OF MINE – RAY CHARLES.

CD2 : BLUES HANGOVER – LLOYD GLENN • “A BIT OF SOUL” [BLUES HANGOVER] – RAY CHARLES • HARD WAY – T- BONE WALKER • MARY ANN – RAY CHARLES • I’LL DROWN IN MY TEARS – SONNY THOMPSON WITH LULA REED, VOCAL • DROWN IN MY OWN TEARS – RAY CHARLES • THAT’S WHY I LOVE HIM SO – GOSPEL ALL STARS – LEAD VOCAL: JAMES CLEVELAND • HALLELUJAH I LOVE HER SO – RAY CHARLES (LIVE VERSION) • WHAT COULD I DO – GOSPEL ALL STARS – LEAD VOCAL: ELLA MITCHELL • WHAT WOULD I DO WITHOUT YOU – RAY CHARLES • HOW JESUS DIED – THE PILGRIM TRAVELERS – LEAD VOCAL: JESSE WHITAKER • LONELY AVENUE – RAY CHARLES • I WANT TO KNOW – CECIL SHAW WITH THE ALPHA-OMEGA SINGERS • I WANT TO KNOW – RAY CHARLES • LET THAT LIAR ALONE – GOLDEN GATE JUBILEE QUARTET • I’M GONNA WAIT – SWAN’S SILVERTONE SINGERS – LEAD VOCAL: CLAUDE JETER • LEAVE MY WOMAN ALONE – RAY CHARLES • DOODLIN’ – HORACE SILVER & THE JAZZ MESSENGERS • DOODLIN’ – RAY CHARLES • THAT’S ENOUGH – THE ORIGINAL GOSPEL HARMONETTES – LEAD VOCAL: DOROTHY LOVE [COATES] • THAT’S ENOUGH – RAY CHARLES • I WANT A LITTLE GIRL – T- BONE WALKER • I WANT A LITTLE GIRL – RAY CHARLES • YES INDEED – TOMMY DORSEY – VOCAL: SY OLIVER & JO STAFFORD • I NEVER HEARD A MAN – THE ORIGINAL FIVE BLIND BOYS – LEAD VOCAL: ARCHIE BROWNLEE • YES INDEED – RAY CHARLES.

CD 3 : WARMING UP A RIFF – CHARLIE PARKER’S ALL STARS • THE SPIRIT FEEL – RAY CHARLES • NOW`S THE TIME – CHARLEY PARKER’S REE BOPPERS • X-RAY BLUES – RAY CHARLES & MILT JACKSON • EARLY IN THE MORNIN’ – LOUIS JORDAN & HIS TYMPANY FIVE • EARLY IN THE MORNIN’ – RAY CHARLES • COME RAIN OR COME SHINE – DINAH SHORE • COME RAIN OR COME SHINE (1ST VERSION) – RAY CHARLES (LIVE VERSION) • LET THE GOOD TIMES ROLL – LOUIS JORDAN & HIS TYMPANY FIVE • LET THE GOOD TIMES ROLL – RAY CHARLES (LIVE VERSION) • TWO YEARS OF TORTURE – PERCY MAYFIELD, WITH MONROE TUCKER AND HIS ORCHESTRA • TWO YEARS OF TORTURE – RAY CHARLES • ALEXANDER’S RAGTIME BAND – LOUIS ARMSTRONG • ALEXANDER’S RAGTIME BAND – RAY CHARLES (LIVE VERSION) • I’M MOVING ON – HANK SNOW AND HIS RAINBOW RANCH BOYS • I’M MOVIN’ ON – RAY CHARLES • GEORGIA ON MY MIND – BILLIE HOLIDAY • GEORGIA ON MY MIND – RAY CHARLES (LIVE VERSION) • I WONDER – CECIL GANT • I WONDER – RAY CHARLES.

CD 4 : WORRIED LIFE BLUES – BIG MACEO • “SOME DAY BABY” [WORRIED LIFE BLUES] – RAY CHARLES • WORRIED LIFE BLUES – RAY CHARLES • MARGIE – JOHNNY MERCER • MARGIE – RAY CHARLES (LIVE VERSION) • I’VE GOT NEWS FOR YOU – WOODY HERMAN • I’VE GOT NEWS FOR YOU – RAY CHARLES • ONE MINT JULEP – THE CLOVERS • ONE MINT JULEP – RAY CHARLES (LIVE VERSION) • HIT THE ROAD JACK – PERCY MAYFIELD • HIT THE ROAD JACK – RAY CHARLES (LIVE VERSION) • CARELESS LOVE BLUES – BESSIE SMITH • CARELESS LOVE – RAY CHARLES (LIVE VERSION) • BYE BYE LOVE – THE EVERLY BROTHERS • BYE BYE LOVE – RAY CHARLES (LIVE VERSION) • I CAN’T STOP LOVING YOU – DON GIBSON • I CAN’T STOP LOVING YOU – RAY CHARLES (LIVE VERSION) • YOU ARE MY SUNSHINE – JIMMIE DAVIS WITH CHARLES MITCHELL’S ORCHESTRA • YOU ARE MY SUNSHINE – RAY CHARLES • BONUS TRACKS: COME RAIN OR COME SHINE (2ND VERSION) – RAY CHARLES (LIVE VERSION) • I BELIEVE TO MY SOUL – RAY CHARLES (LIVE VERSION).

HIS INFLUENCE:

CD 5 : RAY CHARLES - THE SUN’S GONNA SHINE AGAIN : EDDIE BO - I’M SO TIRED • RAY CHARLES - MESS AROUND : SAMMY DAVIS JR. - MESS AROUND • RAY CHARLES - LOSING HAND : HARRY BELAFONTE - LOSING HAND • RAY CHARLES - DON’T YOU KNOW : STEVIE WONDER - DON’T YOU KNOW • RAY CHARLES – I’VE GOT A WOMAN : GENEVA VALLIER - YOU SAID YOU HAD A WOMAN (I GOT A WOMAN) • JO STAFFORD - I GOT A SWEETIE • ELVIS PRESLEY - I GOT A WOMAN • KING CURTIS - I’VE GOT A WOMAN • JIMMY MCGRIFF - I’VE GOT A WOMAN • RAY CHARLES - A FOOL FOR YOU : FORD EAGLIN - BY THE WATER • BOB GADDY - WHAT WRONG DID I DO • BOBBY PETERSON QUINTET - ONE DAY • ISLEY BROTHERS - A FOOL FOR YOU • RAY CHARLES - THIS LITTLE GIRL OF MINE : GLORIA LYNNE - THIS LITTLE BOY OF MINE • EVERLY BROTHERS -THIS LITTLE GIRL OF MINE • RAY CHARLES - DROWN IN MY OWN TEARS : JACKIE DESHANNON - I’LL DROWN IN MY OWN TEARS.

CD 6 : RAY CHARLES - MARY ANN : LLOYD PRICE - MARY ANNE • PAUL MOER - MARY ANN • RAY CHARLES - HALLELUJAH I LOVE HER SO : COUNT BASIE & HIS ORCH. FEAT. JOE WILLIAMS - HALLELUJAH I LOVE HER SO • TIMI YURO - HALLELUJAH, I LOVE HIM SO • EDDIE COCHRAN - HALLELUJAH I LOVE HER SO • ELLA FITZGERALD - HALLELUJAH I LOVE HIM SO • RAY CHARLES - LONELY AVENUE: BOOKER T. AND THE MG’S - LONELY AVENUE • RAY CHARLES - LEAVE MY WOMAN ALONE : HERBIE COX - LEAVE MY WOMAN ALONE • RAY CHARLES - SWEET SIXTEEN BARS : EARL GRANT - SWEET SIXTEEN BARS • RAY CHARLES - IT’S ALL RIGHT : PETE FOUNTAIN - IT’S ALL RIGHT • RAY CHARLES - AIN’T THAT LOVE : BRENDA LEE - AIN’T THAT LOVE • BILL HENDERSON WITH THE JIMMY SMITH TRIO - AIN’T THAT LOVE • “A. TOUSAN” (ALLEN TOUSSAINT) - HAPPY TIMES • RAY CHARLES - ROCKHOUSE (PARTS 1 & 2) : PERRY LEE BLACKWELL - ROCK HOUSE • SANDY NELSON - ROCK HOUSE • RAY CHARLES - SWANEE RIVER ROCK (TALKIN’ ‘BOUT THAT RIVER) : JIM BREEDLOVE - SWANEE RIVER ROCK • RAY CHARLES - TALKIN’BOUT YOU : BRENDA LEE - TALKIN’ ‘BOUT YOU.

CD 7 : RAY CHARLES - TELL ALL THE WORLD ABOUT YOU : PAULA WATSON - TELL ALL THE WORLD ABOUT YOU • PEGGY LEE - TELL ALL THE WORLD ABOUT YOU • RAY CHARLES - TELL ME HOW DO YOU FEEL : BOBBY DARIN - TELL ME HOW DO YOU FEEL • RAY CHARLES - WHAT’D I SAY (PARTS 1 & 2) : CLYDE MCPHATTER - WHAT’D I SAY • JERRY LEE LEWIS - WHAT’D I SAY • SANDY NELSON - WHAT’D I SAY • THE DRIVERS - HIGH GEAR • RAY CHARLES - I BELIEVE TO MY SOUL : BOBBY PARKER - STEAL YOUR HEART AWAY • RAY CHARLES - THEM THAT GOT : RICHARD “GROOVE” HOLMES - THEM THAT’S GOT • RAY CHARLES - STICKS AND STONES : WANDA JACKSON - STICKS AND STONES • THE MAR-KEYS - STICKS AND STONES • RAY CHARLES - ONE MINT JULEP : WILLIE MITCHELL - ONE MINT JULEP • RAY CHARLES - HIT THE ROAD JACK : NINA SIMONE - COME ON BACK, JACK • THE CHANTELS - WELL, I TOLD YOU • LOU BENNETT - HIT THE ROAD JACK • LOU BENNETT - GEORGIA ON MY MIND • LOU BENNETT - ONE MINT JULEP • LOU BENNETT - WHAT’D I SAY • BONUS TRACK (PREVIOUSLY UNRELEASED LIVE RECORDING): RAY CHARLES - GEORGIA ON MY MIND.

DIRECTION ARTISTIQUE : JOËL DUFOUR

Presse
« Waouh ! Exceptionnel ! Un véritable monument ! 171 titres dont 15 live jamais publiés ! Indispensable si vous voulez suivre et comprendre l’évolution de 1944 à 1962 de l’un des plus grands artistes du XXe siècle. Les quatre premiers CDs sont consacrés à son inspiration, les trois autres à l’influence qu’il a pu avoir sur les autres musiciens de son époque. Il y a souvent trois ou quatre fois le même titre, dans des interprétations différentes, ce qui est très intéressant. Il ne faut pas oublier que le jeune Ray, aveugle à l’âge de 7 ans, a passé huit années dans une école pour aveugles et sourds (St Augustine en Floride) où il a appris à lire le Braille et à mémoriser de longs morceaux de musique classique. Il y avait même appris à jouer de la clarinette. À sa sortie, il savait qu’il voulait devenir musicien professionnel. Les débuts font l’objet des CD 1 et 2. En 1949, il forme un trio et enregistre pour Down Beat et Swingtime. Il est alors sous l’influence des crooners comme Nat “King” Cole et Charles Brown qui rencontrent un énorme succès. Sa rencontre avec le pianiste et arrangeur Lloyd Glenn va l’orienter plus vers le Blues : reprises de How Long de Leroy Carr, Goin’ Down Slow de St Louis Jimmy… Puis il passe deux ans en tournée avec l’orchestre du bluesman Lowell Fulson. En 1953, il est à New Orleans et figure au piano dans l’énorme tube du fantastique Guitar Slim. Il reprendra d’une façon saisissante le magnifique Feelin’sad du même artiste dont la version originale et rare est ici bien mise en valeur (c’est la première fois que je l’entends et je ne m’en lasse pas !). En 1952, le patron des disques Atlantic, Amhet Ertegun, rachète le contrat de Ray et va le pousser dans une veine plus rhythm’n’blues. Passionné par le Gospel depuis son enfance, il comprend qu’en changeant quelques paroles, il peut adapter cette musique pour le plus grand nombre. C’est le triomphe de I Got A Woman, puis de morceaux ici présents empruntés aux Caravans, aux Ward Singers, au Golden Gate Quartet, aux Pilgrim Travelers. Le public traditionnel se sent un peu trahi, mais le succès populaire l’emporte. Ray sait s’entourer de musiciens exceptionnels, dont les saxophonistes Don Wilkerson (solo sur I Got A Woman entre autres chefs-d’œuvre), David Newman, Hank Crawford, le trompettiste Marcus Belgrave et les fameuses choristes les Raelettes (dont on aimerait bien entendre les enregistrements Tangerine). Sur les CD 3 et 4, il rend hommage à ses jazzmen préférés : Charlie Parker (Now’s The Time), Milt Jackson (avec qui il enregistre un album), Louis Armstrong et Billie Holiday (dont nous pouvons écouter ici sa version de Georgia de mars 1941, à l’origine composée et gravée par Hoagy Carmichael en 1930). Louis Jordan est présent sur deux titres ; on peut dire qu’il a influencé tout le monde et qu’il est le vrai “Father of Rock’n’roll”. Percy Mayfield fut aussi une influence majeure. Il devint d’ailleurs son compositeur préféré (Hit The Road Jack), engagé à temps complet sur son label Tangerine. Avec les CD 5, 6 et 7, nous abordons les influences qu’il eu pu avoir sur d’autres musiciens. Joel Dufour, auteur du texte du livret, nous dit avoir recensé un total de 1046 reprises de chansons de Ray. Ici sont rassemblées 6 versions de I Got A Woman, 5 de Halleluyah I Love Her So, qui vont de Count Basie à Eddie Cochran, de King Curtis à Elvis Presley… Pour son dernier tube Atlantic, What’d I Say, qui va lui donner une audience mondiale, on a ici cinq versions : l’originale en deux parties plus un live, celles de Clyde McPhatter, de Jerry Lee Lewis et de Sandy Nelson. Toutes sont variées et intéressantes sauf, peut-être à la rigueur, les quatre reprises par l’organiste Lou Bennett enregistrées à Paris en 1961. On ne peut citer tout le monde (171 titres), mais on est souvent surpris et ravis de pénétrer dans l’univers de “Brother Ray”. Musique incontournable de par sa qualité, son originalité et son intemporalité. Un coffret qui devrait devenir indispensable à toute collection équilibrée de musique du XXe siècle. » Par Marin POUMEROL – ABS MAGAZINE
Lire davantage Lire moins
« Merci mille fois aussi pour le coffret du "Grand Master". Je n'ai pas encore eu l'opportunité de l'ouvrir, mais le programme permet d'affirmer sans risque d'être contredit qu'il s'agit là d'un must pour toutes les discothèques composées par des gens qui ne voudraient pas rester idiots. Charles, Armstrong, Gilberto, Sinatra, voilà, chez les mâles du chant, les citoyens que je place au-dessus de tous les autres (…) »Par Alain GERBER
Lire davantage Lire moins
« Ray Charles a incarné la musique afro-américaine dans toute sa diversité avant d’en déborder le cadre pour devenir une vedette de renommée internationale dont l’œuvre a marqué de son empreinte le XXème siècle. C’est donc la genèse de l’art d’un artiste d’exception que dévoile Joël Dufour dans la première partie de cette compilation intitulée « His Inspiration« . On voit le Genius, encore à l’orée de sa carrière, bâtir son répertoire en empruntant largement à ses contemporains selon une démarche révélée par la comparaison des reprises aux versions originales qui l’ont inspiré. C’est ce que montrent ses premières faces Swing Time de 1949 marquées par la production du trio de Nat King Cole et des emprunts au blues (Leroy Carr, St Louis Jimmy). Signant chez Atlantic en 1952, Ray Charles s’engage ensuite sur une voie plus originale en enregistrant Sinner’s Prayer de Lowell Fulson et de Feelin’ Sad de Guitar Slim (Eddie Jones), ses deux anciens employeurs. Deux ans plus tard, il a l’idée de mêler blues et gospel avec I’ve Got A Woman inspiré par It Must Be Jesus (Southern Tones) et Lord If I Go (The Dixie Hummingbirds). Porté par « la passion d’un service religieux de l’église pentecôtiste », le titre caracole à la première place des R&B Charts. C’est une révolution. Son chemin désormais tracé, Ray perfectionnera la formule avec son groupe vocal Les Raelets. Ce succès ne l’empêchera pas d’enregistrer des albums de jazz de haute tenue où il joue de l’alto inspiré par Charlie Parker. Pendant cette période, le Genius reprend des titres de Louis Jordan, Percy Mayfield, Dinah Shore, Louis Armstrong… et ouvre son répertoire à la pop. Cette tendance ira en s’accentuant avec l’album « Modern Sounds In Country & Western Music » (1962) où la musique country croise le R&B et le gospel (voir Ray Charles « The ABC Paramount Years 1959-1962 », Frémeaux & Associés FA5829). Au-delà de la controverse suscitée, il y gagnera une popularité auprès du public blanc. À cette date, toutes les composantes de son style sont en place. Ray Charles est maintenant une référence incontournable de l’univers musical du 20ème siècle et au-delà. C’est ce que montre l’auteur en dressant, dans une deuxième partie intitulée « His Influence« , une liste sélective des compositions de Ray et des reprises qu’en ont données des artistes de toute obédience (Stevie Wonder, Joe Cocker, Eric Clapton, Allen Toussaint, Booker T., Ella Fitzgerald, Joe Williams avec Count Basie, Elvis Presley, Timi Yuro, Brenda Lee, Peggy Lee…). Ce coffret propose une mise en perspective remarquable de la trajectoire musicale de Ray Charles présentée par Joël Dufour dans un texte d’une grande érudition. Une discographie détaillée, des références bibliographiques précieuses, des photos, des illustrations d’époque et quinze prises live inédites ajoutent encore à la qualité de cette réalisation qui prend place parmi les modèles du genre. » Par Alain TOMAS – COULEURS JAZZ
Lire davantage Lire moins
« Spécialiste incontesté de l’œuvre du Genius, Joël Dufour a déjà été le curateur de pas moins de cinq coffrets consacrés à Brother Ray dans la collection Frémeaux (chroniqués ICI, ICI, ICI, ICI et ICI), mais il se lance cette fois dans un authentique labour of love, en jetant non seulement la lumière sur les influences du jeune Ray Charles Robinson au cours de ses années d’apprentissage, mais aussi l’impact indéniable qu’il eut à son tour sur maints de ses successeurs. En pas moins de sept CDs (et 171 titres), Dufour effectue un ballet incessant entre le répertoire de Charles et celui de ses modèles, mettant également en perspective son influence auprès de ses nombreux disciples. Il résulte de cet impressionnant jeu de miroirs une saisissante time-line de la transmission d’un patrimoine cohérent (tant sur le plan culturel que stylistique), au cœur des courants musicaux afro-américains, depuis la fin des années 20 jusqu’au début des sixties. On entend donc défiler en amont des références déjà connues (Nat King Cole, Charles Brown, Lowell Fulson, Leroy Carr, T-Bone Walker, Horace Silver, Lloyd Glenn), mais aussi une palanquée de gospel choirs & singer, ainsi que certains orchestres de l’époque dorée du swing (Tommy Dorsey avec Frank Sinatra, ou encore Charlie Parker avec Miles Davis et Dizzy Gillespie). Et en aval, Sammy Davis Jr., Harry Belafonte, Eddie Cochran, Jerry Lee Lewis, Lloyd Price, King Curtis, Peggy Lee, Bobby Parker, les Mar-Keys, Booker T. & The MGs, Stevie Wonder et autres Isley Brothers… Le parallèle entre le “It Must Be Jesus” des Southern Tones et le “I Got A Woman” de Charles reste éclairant, de même que celui entre “This Little Light Of Mine” des Famous Ward Singers et son “propre” “This Little Girl Of Mine”. Agrémentée de deux copieux livrets détaillés (de 28 pages chacun), cette somme allie haute qualité sonore, pertinence pédagogique et, comme toujours en pareil cas, ravissement mélomane. D’autant qu’elle inclut pas moins de quinze enregistrements live inédits du Maître: une éblouissante démonstration. »Par Patrick DALLONGEVILLE – PARIS MOVE
Lire davantage Lire moins
« Quand Frémeaux & Associés s’attelle à une publication, on peut dire que le label le fait à fond. La preuve par ce coffret de 8 h 34 de musiques autour du grand maître Ray Charles, dont la réalisation a été confiée à un connaisseur au superlatif, Joël Dufour. Il s’agit d’analyser ici la place de Ray Charles dans l ’univers musical. Lui, ses inspirations, ses influences. Comment il a absorbé les musiques qui l ’environnaient pour créer la sienne, comment il a diffusé sa musique pour influencer celle des autres. Mais n’ayez crainte : ce n’est pas un livre complexe qu’on vous propose ici, mais bien un recueil de chansons. En tout 171 morceaux. Quasi tout le temps en parallèle. Style : I realize now de Nat King Cole suivi du I wonder who’s kissing her now de Charles. Le Doodlin’ d’Horace Silver suivi du même par Charles. A l ’inverse : This little girl of mine de Charles et ses reprises par les Everly Brothers et Gloria Lynne. Ou son fameux Hit the road Jack suivi du Come on back Jack the Nina Simone. Des heures de découvertes et d’analyse. A consommer sans aucune modération. »Par Jean-Claude Vantroyen – LE SOIR
Lire davantage Lire moins
Liste des titres
  • Piste
    Titre
    Artiste principal
    Auteur
    Durée
    Enregistré en
  • 1
    I Realize Now
    The King Cole Trio
    Stanley Cowan
    00:03:09
    1944
  • 2
    I Wonder Who’s Kissing Her Now
    Ray Charles
    Nat King Cole
    00:02:18
    1949
  • 3
    Travelin’ Blues
    Johnny Moore’s Three Blazers
    Johnny Moore
    00:02:51
    1946
  • 4
    Lonely Boy
    Ray Charles
    Shifty Henry
    00:02:48
    1949
  • 5
    This Love of Mine
    Tommy Dorsey
    Frank Sinatra
    00:03:42
    1941
  • 6
    This Love of Mine
    Ray Charles
    Frank Sinatra
    00:03:02
    1949
  • 7
    How Long, How Long Blues
    Leroy Carr
    Leroy Carr
    00:03:00
    1928
  • 8
    How Long Blues
    Ray Charles [as “Maxim Trio”]
    Leroy Carr
    00:02:35
    1949
  • 9
    Going Down Slow
    St. Louis Jimmy
    James Oden
    00:03:12
    1947
  • 10
    “I’ve Had My Fun” [Going Down Slow]
    Ray Charles
    James Oden
    00:02:41
    1949
  • 11
    Sinner’s Prayer
    Lowell Fulson
    Lowell Fulson
    00:02:54
    1950
  • 12
    Sinner’s Prayer
    Ray Charles
    Lowell Fulson
    00:03:22
    1953
  • 13
    Feelin’ Sad
    Guitar Slim
    Eddie Jones
    00:02:34
    1952
  • 14
    Feelin’ Sad
    Ray Charles
    Eddie Jones
    00:02:49
    1953
  • 15
    That’s How I Feel
    Buddy Johnson
    Buddy Johnson
    00:03:12
    1953
  • 16
    Don’t You Know
    Ray Charles
    Ray Charles
    00:02:56
    1953
  • 17
    Lord If I Go
    The Dixie Hummingbirds
    Ira Tucker
    00:02:38
    1952
  • 18
    It Must Be Jesus
    Southern Tones
    Bob King
    00:02:43
    1954
  • 19
    I’ve Got a Woman (live version)
    Ray Charles 
    Ray Charles
    00:05:26
    1962
  • 20
    Come Back Baby
    Walter Davis
    Walter Davis
    00:02:43
    1940
  • 21
    Come Back Baby
    Ray Charles
    Ray Charles
    00:03:05
    1954
  • 22
    That’s the Blues
    Clyde Hart’s All Stars 
    Morty Shad
    00:02:55
    1945
  • 23
    A Fool for You
    Ray Charles
    Ray Charles
    00:03:01
    1955
  • 24
    What Kind Of Man Is This
    The Caravans
    James Cleveland
    00:02:23
    1954
  • 25
    This Little Light of Mine
    The Famous Ward Singers
    Auteur inconnu
    00:02:42
    1952
  • 26
    This Little Girl of Mine
    Ray Charles
    Ray Charles
    00:02:31
    1955
  • Piste
    Titre
    Artiste principal
    Auteur
    Durée
    Enregistré en
  • 1
    Blues Hangover
    Lloyd Glenn
    Lloyd Glenn
    00:02:27
    1950
  • 2
    “A Bit of Soul” [Blues Hangover]
    Ray Charles
    Lloyd Glenn
    00:02:19
    1955
  • 3
    Hard Way
    T- Bone Walker
    T-Bone Walker
    00:02:06
    1954
  • 4
    Mary Ann
    Ray Charles
    Ray Charles
    00:02:46
    1955
  • 5
    I’ll Drown in My Tears
    Sonny Thompson
    Henry Glover
    00:02:49
    1951
  • 6
    Drown in My Own Tears
    Ray Charles
    Henry Glover
    00:03:20
    1955
  • 7
    That’s Why I Love Him So
    Gospel All Stars 
    James Cleveland
    00:02:25
    1953
  • 8
    Hallelujah I Love Her So (live version)
    Ray Charles 
    Ray Charles
    00:03:03
    1955
  • 9
    What could I do
    Gospel All Stars
    James Cleveland
    00:02:48
    1953
  • 10
    What Would I Do Without You
    Ray Charles
    Ray Charles
    00:02:36
    1955
  • 11
    How Jesus Died
    The Pilgrim Travelers
    Jesse Whitaker
    00:02:55
    1955
  • 12
    Lonely Avenue
    Ray Charles
    Doc Pomus
    00:02:34
    1956
  • 13
    I Want to Know
    Cecil Shaw with the Alpha-Omega Singers
    Cecil Shaw
    00:02:38
    1954
  • 14
    I Want to Know
    Ray Charles
    Ray Charles
    00:02:10
    1956
  • 15
    Let That Liar Alone
    Golden Gate Jubilee Quartet
    Œuvre traditionnelle
    00:02:01
    1938
  • 16
    I’m Gonna Wait
    Swan’s Silvertone Singers
    Claude Jeter
    00:03:02
    1949
  • 17
    Leave My Woman Alone
    Ray Charles
    Ray Charles
    00:02:39
    1956
  • 18
    Doodlin’
    Horace Silver & the Jazz Messengers
    Horace Silver
    00:06:45
    1954
  • 19
    Doodlin’
    Ray Charles
    Horace Silver
    00:05:53
    1956
  • 20
    That’s Enough
    The Original Gospel Harmonettes
    Dorothy Love Coates
    00:02:32
    1956
  • 21
    That’s Enough
    Ray Charles
    Ray Charles
    00:02:44
    1957
  • 22
    I Want a Little Girl
    T- Bone Walker
    William Moll
    00:02:46
    1947
  • 23
    I Want a Little Girl
    Ray Charles
    William Moll
    00:02:54
    1957
  • 24
    Yes Indeed
    Tommy Dorsey
    Sy Oliver
    00:03:28
    1941
  • 25
    I Never Heard A Man
    The Original Five Blind Boys
    Lloyd Woodard
    00:02:53
    1956
  • 26
    Yes Indeed
    Ray Charles
    Sy Oliver
    00:02:14
    1958
  • Piste
    Titre
    Artiste principal
    Auteur
    Durée
    Enregistré en
  • 1
    Warming Up A Riff
    Charlie Parker’s All Stars
    Charlie Parker
    00:02:33
    1945
  • 2
    The Spirit-Feel
    Ray Charles
    Milt Jackson
    00:04:19
    1959
  • 3
    Now`s The Time
    Charley Parker’s Ree Boppers
    Charlie Parker
    00:03:17
    1945
  • 4
    X-Ray Blues
    Ray Charles & Milt Jackson
    Ray Charles
    00:08:09
    1958
  • 5
    Early in the Mornin’
    Louis Jordan & his Tympany Five
    Louis Jordan
    00:03:21
    1947
  • 6
    Early in the Mornin’
    Ray Charles
    Louis Jordan
    00:02:45
    1958
  • 7
    Come Rain or Come Shine
    Dinah Shore
    Harold Arlen
    00:02:53
    1946
  • 8
    Come Rain or Come Shine (1st version - Live)
    Ray Charles 
    Harold Arlen
    00:07:02
    1962
  • 9
    Let the Good Times Roll
    Louis Jordan & his Tympany Five
    Fleecie Moore
    00:02:48
    1946
  • 10
    Let the Good Times Roll (live version)
    Ray Charles
    Fleecie Moore
    00:02:40
    1962
  • 11
    Two Years of Torture
    Percy Mayfield, with Monroe Tucker and his orchestra
    Percy Mayfield
    00:03:01
    1949
  • 12
    Two Years of Torture
    Ray Charles
    Percy Mayfield
    00:03:25
    1959
  • 13
    Alexander’s Ragtime Band
    Louis Armstrong
    Irving Berlin
    00:02:35
    1937
  • 14
    Alexander’s Ragtime Band (live version)
    Ray Charles
    Irving Berlin
    00:02:34
    1962
  • 15
    I’m Moving On
    Hank Snow and his Rainbow Ranch Boys
    Hank Snow
    00:02:47
    1950
  • 16
    I’m Movin’ On
    Ray Charles
    Hank Snow
    00:02:20
    1959
  • 17
    Georgia on My Mind
    Billie Holiday
    Stuart Gorrell
    00:03:18
    1941
  • 18
    Georgia on My Mind (live version)
    Ray Charles 
    Stuart Gorrell
    00:06:48
    1962
  • 19
    I Wonder
    Cecil Gant
    Cecil Gant
    00:02:47
    1947
  • 20
    I Wonder
    Ray Charles
    Cecil Gant
    00:02:30
    1960
  • Piste
    Titre
    Artiste principal
    Auteur
    Durée
    Enregistré en
  • 1
    Worried Life Blues
    Big Maceo
    Major Merryweather
    00:02:55
    1941
  • 2
    “Some Day Baby” [Worried Life Blues]
    Ray Charles
    Major Merryweather
    00:02:59
    1953
  • 3
    Worried Life Blues
    Ray Charles
    Major Merryweather
    00:03:08
    1960
  • 4
    Margie
    Johnny Mercer
    Con Conrad
    00:01:57
    1946
  • 5
    Margie (live version)
    Ray Charles 
    Con Conrad
    00:02:19
    1962
  • 6
    I’ve Got News for You
    Woody Herman
    Roy Alfred
    00:03:22
    1947
  • 7
    I’ve Got News for You
    Ray Charles
    Roy Alfred
    00:04:32
    1960
  • 8
    One Mint Julep
    The Clovers
    Rudolph Toombs
    00:02:32
    1951
  • 9
    One Mint Julep (live version)
    Ray Charles 
    Rudolph Toombs
    00:03:00
    1962
  • 10
    Hit the Road Jack
    Percy Mayfield
    Percy Mayfield
    00:01:32
    1961
  • 11
    Hit the Road Jack (live version)
    Ray Charles 
    Percy Mayfield
    00:02:05
    1962
  • 12
    Careless Love Blues
    Bessie Smith
    Spencer Williams
    00:03:26
    1925
  • 13
    Careless Love (live version)
    Ray Charles 
    Ray Charles
    00:05:12
    1962
  • 14
    Bye Bye Love
    The Everly Brothers
    Boudleaux Bryant
    00:02:22
    1957
  • 15
    Bye Bye Love (live version)
    Ray Charles
    Boudleaux Bryant
    00:02:08
    1962
  • 16
    I Can’t Stop Loving You
    Don Gibson
    Don Gibson
    00:02:36
    1957
  • 17
    I Can’t Stop Loving You (live version)
    Ray Charles
    Don Gibson
    00:03:21
    1962
  • 18
    You Are My Sunshine
    Jimmie Davis with Charles Mitchell’s orchestra
    Charles Mitchell
    00:02:49
    1940
  • 19
    You Are My Sunshine
    Ray Charles
    Charles Mitchell
    00:02:59
    1962
  • 20
    Come Rain or Come Shine* (2nd version - Live)
    Ray Charles
    Harold Arlen
    00:07:17
    1962
  • 21
    I Believe to My Soul
    Ray Charles
    Ray Charles
    00:03:37
    1962
  • Piste
    Titre
    Artiste principal
    Auteur
    Durée
    Enregistré en
  • 1
    The Sun’s Gonna Shine Again
    Ray Charles 
    Sam Sweet
    00:02:37
    1952
  • 2
    I’m So Tired
    Eddie Bo 
    Edwin Bocage
    00:02:45
    1955
  • 3
    Mess Around
    Ray Charles 
    Ahmet Ertegun
    00:02:39
    1953
  • 4
    Mess Around
    Sammy Davis Jr. 
    Ahmet Ertegun
    00:02:49
    1960
  • 5
    Losing Hand
    Ray Charles 
    Charles Calhoun
    00:03:12
    1953
  • 6
    Losing Hand
    Harry Belafonte 
    Charles Calhoun
    00:04:17
    1958
  • 7
    Don’t You Know
    Ray Charles 
    Ray Charles
    00:02:56
    1953
  • 8
    Don’t You Know
    Stevie Wonder 
    Ray Charles
    00:03:02
    1962
  • 9
    I’ve Got a Woman
    Ray Charles 
    Renald Richard
    00:02:53
    1954
  • 10
    You Said You Had a Woman (I Got a Woman)
    Geneva Vallier 
    Renald Richard
    00:02:46
    1955
  • 11
    I Got a Sweetie
    Jo Stafford 
    Renald Richard
    00:02:47
    1955
  • 12
    I Got a Woman
    Elvis Presley 
    Renald Richard
    00:02:25
    1956
  • 13
    I’ve Got a Woman
    King Curtis 
    Renald Richard
    00:04:59
    1962
  • 14
    I’ve Got a Woman
    Jimmy McGriff 
    Renald Richard
    00:04:33
    1962
  • 15
    A Fool for You
    Ray Charles 
    Ray Charles
    00:03:02
    1955
  • 16
    By the Water
    Ford Eaglin 
    Dave Bartholomew
    00:02:37
    1960
  • 17
    What Wrong Did I Do
    Bob Gaddy 
    Bob Gaddy
    00:02:24
    1959
  • 18
    One Day
    Bobby Peterson Quintet 
    Bobby Peterson
    00:02:20
    1961
  • 19
    A Fool for You
    Isley Brothers 
    Ray Charles
    00:03:06
    1960
  • 20
    This Little Girl of Mine
    Ray Charles 
    Ray Charles
    00:02:34
    1955
  • 21
    This Little Boy of Mine
    Gloria Lynne 
    Ray Charles
    00:02:05
    1959
  • 22
    This Little Girl of Mine
    Everly Brothers 
    Ray Charles
    00:02:16
    1958
  • 23
    Drown in My Own Tears
    Ray Charles 
    Henry Glover
    00:03:22
    1955
  • 24
    I’ll Drown in My Own Tears
    Jackie DeShannon 
    Henry Glover
    00:02:21
    1962
  • Piste
    Titre
    Artiste principal
    Auteur
    Durée
    Enregistré en
  • 1
    Mary Ann
    Ray Charles 
    Ray Charles
    00:02:47
    1955
  • 2
    Mary Anne
    Lloyd Price 
    Ray Charles
    00:02:37
    1959
  • 3
    Mary Ann
    Paul Moer 
    Ray Charles
    00:02:31
    1960
  • 4
    Hallelujah I Love Her So
    Ray Charles 
    Ray Charles
    00:02:35
    1955
  • 5
    Hallelujah I Love Her So
    Count Basie & his Orchestra
    Ray Charles
    00:02:41
    1958
  • 6
    Hallelujah, I Love Her So
    Timi Yuro 
    Ray Charles
    00:01:58
    1962
  • 7
    Hallelujah I Love Her So
    Eddie Cochran 
    Ray Charles
    00:02:20
    1959
  • 8
    Hallelujah I Love Her So
    Ella Fitzgerald 
    Ray Charles
    00:02:37
    1962
  • 9
    Lonely Avenue
    Ray Charles 
    Doc Pomus
    00:02:36
    1956
  • 10
    Lonely Avenue
    Booker T. and the MG’s 
    Doc Pomus
    00:03:26
    1962
  • 11
    Leave My Woman Alone
    Ray Charles 
    Ray Charles
    00:02:41
    1956
  • 12
    Leave My Woman Alone
    Herbie Cox 
    Ray Charles
    00:02:23
    1961
  • 13
    Sweet Sixteen Bars
    Ray Charles 
    Ray Charles
    00:04:07
    1956
  • 14
    Sweet Sixteen Bars
    Earl Grant 
    Ray Charles
    00:04:25
    1962
  • 15
    It’s All Right
    Ray Charles 
    Ray Charles
    00:02:17
    1956
  • 16
    It’s All Right
    Pete Fountain 
    Ray Charles
    00:03:08
    1962
  • 17
    Ain’t That Love
    Ray Charles 
    Ray Charles
    00:02:53
    1956
  • 18
    Ain’t That Love
    Brenda Lee 
    Ray Charles
    00:02:49
    1956
  • 19
    Ain’t That Love
    Bill Henderson with the Jimmy Smith trio 
    Ray Charles
    00:02:46
    1958
  • 20
    Happy Times
    Allen Toussaint
    Allen Toussaint
    00:02:09
    1958
  • 21
    Rockhouse (Parts 1 & 2)
    Ray Charles 
    Ray Charles
    00:03:56
    1956
  • 22
    Rockhouse
    Perry Lee Blackwell 
    Ray Charles
    00:02:36
    1957
  • 23
    Rockhouse
    Sandy Nelson 
    Ray Charles
    00:02:15
    1962
  • 24
    Swanee River Rock (Talkin’ ‘Bout That River)
    Ray Charles 
    Ray Charles
    00:02:22
    1957
  • 25
    Swanee River Rock
    Jim Breedlove 
    Ray Charles
    00:02:50
    1958
  • 26
    Talkin’ ‘Bout You
    Ray Charles 
    Ray Charles
    00:02:50
    1957
  • 27
    Talkin’ ‘Bout You
    Brenda Lee 
    Ray Charles
    00:02:39
    1961
  • Piste
    Titre
    Artiste principal
    Auteur
    Durée
    Enregistré en
  • 1
    Tell All the World About You
    Ray Charles 
    Ray Charles
    00:02:01
    1958
  • 2
    Tell All the World About You
    Paula Watson 
    Ray Charles
    00:02:11
    1962
  • 3
    Tell All the World About You
    Peggy Lee 
    Ray Charles
    00:02:31
    1960
  • 4
    Tell Me How Do You Feel
    Ray Charles 
    Percy Mayfield
    00:02:40
    1958
  • 5
    Tell Me How Do You Feel
    Bobby Darin 
    Percy Mayfield
    00:02:49
    1961
  • 6
    What’d I Say (Parts 1 & 2)
    Ray Charles 
    Ray Charles
    00:05:05
    1959
  • 7
    What’d I Say
    Clyde McPhatter 
    Ray Charles
    00:02:11
    1961
  • 8
    What’d I Say
    Jerry Lee Lewis 
    Ray Charles
    00:02:25
    1961
  • 9
    What’d I Say
    Sandy Nelson 
    Ray Charles
    00:02:39
    1962
  • 10
    High Gear
    The Drivers 
    David Clowney
    00:02:00
    1961
  • 11
    I Believe to My Soul
    Ray Charles 
    Ray Charles
    00:02:59
    1959
  • 12
    Steal Your Heart Away
    Bobby Parker 
    Bobby Parker
    00:02:24
    1961
  • 13
    Them That Got
    Ray Charles 
    Ricci Harper
    00:02:48
    1959
  • 14
    Them That’s Got
    Richard “Groove” Holmes 
    Ricci Harper
    00:06:23
    1961
  • 15
    Sticks and Stones
    Ray Charles 
    Titus Turner
    00:02:13
    1960
  • 16
    Sticks and Stones
    Wanda Jackson 
    Titus Turner
    00:02:12
    1961
  • 17
    Sticks and Stones
    The Mar-Keys
    Titus Turner
    00:01:59
    1961
  • 18
    One Mint Julep
    Ray Charles 
    Rudolph Toombs
    00:03:06
    1960
  • 19
    One Mint Julep
    Willie Mitchell 
    Rudolph Toombs
    00:02:34
    1961
  • 20
    Hit the Road Jack
    Ray Charles 
    Percy Mayfield
    00:01:57
    1961
  • 21
    Come on Back, Jack
    Nina Simone 
    Mort Shuman 
    00:02:16
    1961
  • 22
    Well, I Told You
    The Chantels 
    Barrett
    00:02:22
    1961
  • 23
    Hit the road Jack
    Lou Bennett 
    Percy Mayfield
    00:01:33
    1961
  • 24
    Georgia on my mind
    Lou Bennett 
    Hoagy Carmichael
    00:03:26
    1961
  • 25
    One Mint Julep
    Lou Bennett 
    Rudolph Toombs
    00:02:27
    1961
  • 26
    What’d I Say
    Lou Bennett 
    Ray Charles
    00:02:24
    1961
  • 27
    Georgia on my mind
    Ray Charles 
    Hoagy Carmichael
    00:06:48
    1962
Livret

TELECHARGER LIVRET HIS INSPIRATION

TELECHARGER LIVRET HIS INFLUENCE

Par Joël DUFOUR

 

INSPIRATION FOR A GENIUS

A propos de cette publication

 

Probablement personne ne pourrait contester le fait que Ray Charles a été un chanteur et musicien ayant exercé une influence considérable pendant le 20ème siècle, et au-delà (qui pourrait imaginer un monde sans lui ?)

Cependant, il lui aura fallu longtemps, et être confronté à beaucoup d’expériences, pour découvrir et développer les éléments de sa vraie voix et de son style unique. Avec ce recueil, nous nous efforçons de projeter un peu de lumière sur des artistes et des œuvres importants qui ont nourri son univers musical. Il va sans dire que, ce faisant, nous n’avons nulle prétention à délivrer une « explication » définitive de ce qui a « fait » cet artiste d’exception.

 

Heureusement, Ray Charles a écrit son autobiographie, en 1977 (avec David Ritz), et elle fournit beaucoup d’indices – mais pas la totalité du tableau. On trouve d’autres informations sur ses années d’apprentissage au fil d’interviews de Ray Charles dans d’autres livres et magazines, mais – avouons-le – dans quelques cas, nous nous sommes aventurés à supposer que telle interprétation d’un standard avait pu être celle qui avait incité Ray Charles à en donner sa propre lecture. Par exemple, nous avons choisi d’inclure la version de Billie Holiday de Georgia on My Mind à titre d’exemple du genre de traitement musical que recevait cette chanson à l’époque où il était adolescent. Nous ne détenons aucune preuve que c’est spécifiquement la version de Lady Day qui l’avait inspiré. Il est très vraisemblable qu’il connaissait plusieurs versions de ce déjà classique (composé et originellement enregistré par Hoagy Carmichael en 1930) – dont, très probablement, celle de Billie Holiday, dont il était un grand admirateur (« Billie Holiday m’a toujours bouleversé ») (1)

Floride

Sorti à l’âge de quinze ans de l’école (ségréguée) Florida School for the Deaf and Blind, située à St. Augustine, Floride, le jeune Ray Charles Robinson (alors surnommé « R.C. ») était un orphelin noir qui devait désormais subvenir seul à ses besoins. Pour lui, la musique était la voie.

 

Avant de perdre progressivement la vue (il devint totalement aveugle à l’âge de sept ans), le petit Robinson avait bénéficié de quelques leçons de piano informelles qui lui avait été dispensées, dans la petite ville de Greenville, Floride, où il habitait avec sa mère, par Wylie Pitman, le patron du Red Wing Café. « Mr. Pit », comme on l’appelait, non seulement possédait un piano, mais également un jukebox. Alors que, à Greenville, les seules stations de radio que l’on pouvait capter ne jouaient que de la musique faite par, et pour, des Blancs, le jukebox de Mr. Pit permettait d’écouter du boogie par Meade Lux Lewis, Pete Johnson ou Albert Ammons, du blues rural par Tampa Red, Washboard Sam, Arthur Big Boy Crudup ou Blind Boy Fuller, ou des orchestres de jazz de l’époque – noirs (Jimmie Lunceford, Lucky Millinder, Duke Ellington, Count Basie, Jay McShann, Buddy Johnson, Billy Eckstine…) – ou blancs (Benny Goodman, Tommy Dorsey, Glenn Miller, Artie Shaw, Gene Krupa...) Et il y avait les chanteurs : « Al Hibbler chantant avec Duke, Ella [Fitzgerald] chantant avec Chick Webb ou les Ink Spots », c’est une musique qui m’a beaucoup touché. Je connaissais aussi tous les vocalistes blancs de l’époque : Bing Crosby, Dick Haymes, Vaughn Monroe, Tony Martin. Parmi les blancs, une seule – Jo Stafford – m’a beaucoup impressionné. Elle avait une qualité soyeuse dans la voix que j’aimais » (1).

Ray s’est imprégné de toute cette musique ainsi que de celle que, tous les samedi soirs, il écoutait chez lui au cours du Grand Ole Opry, l’émission de «country music» diffusée depuis Nashville par la radio WSM. Il aimait écouter des chanteurs tels que Hank Williams, Jimmie Rodgers, Roy Acuff, Hank Snow ou Eddie Arnold.

 

C’était un petit Ray particulièrement rétif que sa mère avait emmené à l’institution de St. Augustine, le 23 octobre 1937. Pourtant, à sa sortie, le 5 octobre 1945, c’était un pianiste parfaitement formé, capable de lire la musique en braille et de jouer les longs morceaux classiques qu’il avait dû mémoriser. Il y avait également reçu des leçons d’harmonie. De plus, à ses moments libres, il avait appris tout seul à jouer de la clarinette, par admiration pour le jeu d’Artie Shaw.

 

A sa sortie, ont commencé, pour l’adolescent R.C. Robinson, les années les plus difficiles de sa carrière, lorsqu’il avait dû se battre pour des engagements en Floride (Jacksonville, Orlando, Tampa), seul ou en tant que sideman avec n’importe quel groupe. C’est aussi à ce moment qu’il a écrit ses premiers arrangements pour l’orchestre de sept musiciens du saxophoniste Joe Anderson, et qu’il a brièvement joué du piano dans le combo blanc de musique country «The Florida Playboys».

 

C’est aussi à cette époque que Ray avait trouvé ses premiers modèles : « Il y avait quelqu’un qui chantait et jouait du piano d’une manière qui a changé ma vie. Il m’a influencé plus que tout autre. Cet homme a tout fait pour moi, et je ne l’écoutais jamais assez. En fait, je l’ai suivi pendant près d’une décennie. Musicalement, j’ai marché dans ses pas jusqu’à ce que j’aie trouvé ma propre personnalité musicale. J’ai lui ai beaucoup volé instrumentalement et j’ai complètement absorbé son style vocal. C’était mon idole (…) J’étais aussi conscient de la popularité de Nat Cole dans les années 40, le fait que tout le monde l’aimait et qu’il gagnait beaucoup d’argent en jouant ce genre de musique. (…) Son style rassemblait tellement de ce que j’aimais : l’improvisation jazz, de belles mélodies, des rythmes enlevés, et parfois une incursion dans le blues.

Il y avait d’autres pianistes et chanteurs de cette école qui m’ont beaucoup influencé : Charles Brown, par exemple, au début de ma carrière, surtout quand je me débattais pour des cachets en Floride. J’ai gagné beaucoup d’argent en imitant son Drifting Blues. C’était un sacré morceau. » (1).

 

Seattle

Ainsi, avec l’aide du guitariste Gossie D. McKee [alias G.D. McKee, alias Garcia D. McKee], le jeune R.C. Robinson décida de se concentrer principalement sur ses imitations de Nat «King» Cole et de Charles Brown. Mais les engagements étaient trop rares en Floride, alors Gossie et Ray (tous deux ont affirmé avoir eu l’idée en premier) ont décidé de s’éloigner le plus possible de Tampa, tout en restant aux États-Unis. La ville industrielle animée de Seattle, WA, semblait être le bon choix. Ainsi, en mars 1948, ils prirent (séparément) un autobus en direction du Nord-Ouest, pour se fondre dans la scène musicale de la grande ville, formant à leur arrivée leur trio McSon (Mc pour McKee et Son pour Robinson) avec le bassiste local Milt Garred, dans le but d’imiter les trios de Nat King Cole et de Charles Brown.

Ils y réussirent si bien qu’ils obtinrent rapidement un emploi régulier au club Rocking Chair pendant la majeure partie du reste de l’année 1948. Mais Ray voulait aussi jouer du jazz, et c’est ce qu’il faisait, pendant son temps libre, en jouant ici et là, et en intégrant le groupe de Bumps Blackwell, dont le jeune trompettiste, et arrangeur en herbe, Quincy Jones, deviendrait l’ami de Ray pour la vie - et son collaborateur sur d’importants projets musicaux. Le genre de jazz qui avait leur préférence, et qu’ils jouaient chaque fois qu’ils le pouvaient, était le nouveau style «bebop». Ray écoutait les meilleurs pianistes : « Tout le monde parlait de Bud Powell à l’époque, et c’était un excellent pianiste. Mais je préférais en fait Hank Jones. J’aime son toucher, et je me sentais en phase avec son travail de soliste. Il me rappelait Nat Cole, avec tout ce goût merveilleux. Phineas Newborn était l’un des meilleurs jeunes pianistes de l’époque, et bien sûr j’avais toujours une immense admiration pour les vrais maîtres comme Oscar Peterson et Erroll Garner » (1).

 

A cette époque, Ray avait abandonné la clarinette au profit du saxophone alto « Le premier saxophoniste alto que j’aimais - mon idole - était Charlie Parker. Et je ne dis pas ça parce que c’était un jazzman. Il savait en faire plus [sur l’instrument] - tout comme Art Tatum pour le piano. Mais, en ce qui concerne le saxophone... Ce qui est étrange entre moi et le saxophone… Ma véritable idole - vous savez, j’étais clarinettiste avant de devenir saxophoniste - et il y avait un homme du nom d’Artie Shaw que j’aimais vraiment. C’est toujours vrai à ce jour. Je ne sais pas pourquoi il a arrêté de jouer de la musique, parce que, pour moi, il avait plus de feeling que n’importe quel autre clarinettiste que j’aie jamais entendu. Il pouvait jouer avec tellement de sentiment qu’il vous faisait pleurer. Artie Shaw est celui qui m’a initié à la clarinette. Et puis, à la fin des années quarante, la clarinette n’était plus l’instrument [en vogue]. Le saxophone l’était, alors j’ai juste changé. C’était facile de changer et j’adorais Charlie Parker, même si je savais que je ne pourrais jamais faire ce qu’il faisait, même pas m’en approcher. Mais j’aimais ce qu’il faisait avec l’instrument. » (2).

 

Le premier contrat d’enregistrement

La première grande percée de Ray Charles survint lorsque le propriétaire de maison de disques de Los Angeles, Jack Lauderdale, découvrit le trio McSon à Seattle. S’ensuivra une association de près de quatre ans avec les labels successifs de Lauderdale (Down Beat, Swing Beat, Swing Time…), ses disques étant successivement publiés sous les noms de Maxin Trio, Maxim Trio, et, enfin, après la séparation du trio, comme «Ray Charles».

Lauderdale prit deux décisions cruciales concernant sa nouvelle jeune découverte. La première était de confier la production de ses enregistrements au grand pianiste de blues Lloyd Glenn. « Lloyd Glenn était un excellent pianiste. Un type très créatif. Il était ce que nous appelons un homme chargé de la fonction ‘A&R’ [artistes et répertoire] pour cette petite compagnie avec laquelle j’étais, Swing Time. C’était l’homme qui coordonnait tout. Il trouvait les chansons, me jouait au piano ce à quoi ressemblait la chanson. Mais je l’aimais beaucoup plus que s’il avait assumé pour moi cette seule fonction. Parce que c’était aussi un musicien très talentueux, et il jouait des choses au piano que je voulais apprendre à faire moi-même. Donc, il m’a été très utile. » (2).

Nous ne savons pas si c’était l’idée de Lloyd ou de Ray d’enregistrer de vieux standards du blues tels que les Blues Before Sunrise et How Long Blues de Leroy Carr et le Going Down Slow de St. Louis Jimmy, mais Ray avait réenregistré cette dernière chanson en 1965, et il l’a longtemps interprétée au cours de ses concerts.

 

Lowell Fulson

La seconde décision critique que Jack Lauderdale avait prise concernant Ray Charles avait été de le faire participer à la tournée de 1950 dans les États du Sud d’un autre artiste de sa marque, le chanteur et guitariste Lowell Fulson, qui venait d’avoir un 78 tours à succès avec sa version de Everyday I Have the Blues : Ray accompagnerait Lowell en tant que pianiste de son orchestre, et passerait en soliste dans la première partie de chaque show. Cette expérience, qui a finalement duré deux ans, a permis au jeune Ray de découvrir et d’expérimenter ce qui allait devenir sa propre voix et son propre style, qui évolueraient progressivement vers un blues beaucoup plus âpre.

 

Atlantic

La deuxième grande avancée dans la carrière de de Ray Charles se produisit en 1952, lorsque Ahmet Ertegun, le patron de la jeune maison de disques de New York, Atlantic, spécialisée dans le Rhythm & Blues et le Jazz, acheta le contrat de Ray à Jack Lauderdale (pour 2 500 $.)

 

Quand, après la première session Atlantic de Ray, réalisée sous l’égide de l’arrangeur R&B habituel du label, Jesse Stone, Ahmet Ertegun convoqua Ray et Jesse pour une réunion de travail visant à choisir des chansons pour la prochaine séance d’enregistrement de Ray, il eut la bonne idée d’enregistrer tout le processus.

Le contenu de cette bande de travail de 1953 (qui a finalement été publiée dans son intégralité dans le coffret CD Pure Genius de Rhino en 2004) était révélateur des chansons qu’Ahmet voulait que Ray enregistre, et de celles que Ray lui-même souhaitait enregistrer, et donc présenter à Ertegun et Stone. Ray voulait notamment donner sa propre version du Sinner’s Player de Lowell Fulson, qu’il avait souvent joué derrière Lowell sur scène. C’est lui aussi qui avait apporté Worried Life Blues de Big Maceo et Come Back Baby de Walter Davis. Alors que Ray n’enregistra pas la chanson de Walter Davis, il l’utilisera comme base pour écrire sa propre chanson du même titre. Après qu’Atlantic ait perdu Ray Charles au profit d’ABC-Paramount (en 1959), Atlantic finira par inclure (sous le titre de «Some Day Baby»), la version de Ray du Worried Life Blues de Big Maceo, tirée de la bande de travail de 1953, dans leur album The Genius Sings the Blues. Evidemment attaché à cette chanson, Ray devait l’enregistrer avec son orchestre sept ans plus tard.

 

Indépendant, de nouveau

Après avoir quitté l’orchestre de Lowell Fulson, Ray Charles avait rejoint, pendant quelque temps, le groupe de tournée du trompettiste et chanteur Joe Morris, après quoi il se retrouva de nouveau seul, se joignant à de nombreux de ces spectacles Rhythm & Blues multi-artistes alors en vogue, où non seulement il avait sa propre place, mais où il accompagnait souvent aussi d’autres artistes, tels que Big Joe Turner, Pee Wee Crayton ou T-Bone Walker (au piano) ou encore Little Walter (au saxo alto). T-Bone le fascinait tout particulièrement : « T-Bone Walker m’a impressionné. A cette époque, il était vraiment, vraiment adulé. Il arrivait, et les filles lui jetaient leurs culottes… et de l’argent (…) Vous savez comment il faisait pleurer et pleurer sa guitare. » (3).

« J’aimais T-Bone Walker et Lightnin Hopkins. Ils étaient l’épine dorsale du blues, comme Bessie Smith. » (4).

 

New Orleans

Entre ces tournées « Cavalcade of Stars », comme on les appelait à l’époque, Ray Charles jouait également dans des clubs locaux et il se produisait souvent au Dew Drop Inn à New Orleans. Le club était situé dans l’hôtel du même nom, où Ray Charles a vécu pendant la moitié de l’année 1953. En août de cette année-là, Ahmet Ertegun descendit à New Orleans afin d’enregistrer pour Atlantic le chanteur et chef d’orchestre local Tommy Ridgley, et il fit en sorte que Ray Charles l’accompagne au piano, avant d’enregistrer deux chansons pour lui-même au cours de la même séance. À cette époque, Ray avait fait la connaissance du sensationnel chanteur et guitariste, alors en pleine ascension, «Guitar Slim» (Eddie Jones), dont il décida d’enregistrer le Feelin’ Sad – dans une version très révélatrice de l’impact qu’avait eu sur lui la version originale. 

Après avoir écrit l’arrangement et joué du piano sur le « hit » de Guitar Slim, The Things That I Used to Do, Ray utilisera l’orchestre de Slim pour le soutenir lors de sa prochaine session d’enregistrement pour Atlantic. Pour la chanson la plus réussie de cette séance, Don’t You Know, Ray avait clairement «emprunté» son grand « riff » au That’s How I Feel de Buddy Johnson.

 

Gospel

En 1954, Ray Charles avait formé (à Dallas) son premier orchestre de sept musiciens, et il comprenait déjà deux saxophonistes qui resteraient les plus grands solistes que Brother Ray ait jamais eus : David «Fathead» Newman et Don Wilkerson.

L’un des premiers arrangements que Ray avait écrit pour son propre groupe était une version instrumentale de la chanson One Mint Julep (que chantait le groupe vocal des Clovers), et il ne finira par l’enregistrer que six ans plus tard.

Peu après, Ray Charles recruta le trompettiste louisianais Renald Richard, dont il fit son chef d’orchestre. Voici le souvenir de Renald concernant la genèse de la célèbre première chanson de Ray Charles imprégnée de musique gospel, Ive Got a Woman :

« Nous étions en tournée dans le Midwest, et je montais toujours dans la voiture de Ray Charles, parce que nous parlions de questions relatives à l’orchestre, et nous parlions parfois aussi de chansons. Et cette nuit-là, nous voyagions et nous écoutions de la musique gospel à la radio. Et cet air est venu et Ray Charles a dit : ‘Oh, mec, j’aime bien ce groove’ et il a dit quelque chose comme : ‘J’ai une femme’ et j’ai dit ‘Oui, elle vit de l’autre côté de la ville’. Il a dit ‘Elle est bonne avec moi’. Il a dit ‘j’aime ça’. Il a dit ‘Tu écris des paroles. Tu penses que tu peux écrire quelque chose avec ça pour moi ?’ J’ai dit ‘Ouais.’ » (5).

Quand Renald a pu entendre un fichier mp3 de It must be Jesus des Southern Tones, il a dit « Oui, je suis sûr à 90 % que cette chanson était ce que Ray et moi écoutions quand nous avons eu l’idée de I Got A Woman. » (5).

La première tentative de Ray Charles d’infuser son blues avec du gospel avait été ressentie comme un sacrilège par la plupart des églises noires, mais elle s’était également avérée un énorme succès, lui fournissant son premier disque classé numéro 1 dans les charts R&B du magazine Billboard en janvier 1955. Ray avait trouvé sa clé du succès.

« Je suis devenu moi-même. J’ai ouvert les vannes, je me suis permis d’oser faire des choses que je n’avais jamais faites avant, j’ai créé des sons qui, m’a-t-on dit par la suite, n’avaient jamais été créés auparavant. Si j’inventais quelque chose de nouveau, je n’en étais pas conscient. Dans mon esprit, je laissais juste ressortir davantage de ce que j’étais. J’ai commencé à prendre des chansons religieuses et à les transformer en chansons profanes (…) Aucun des « spirituals » n’avait fait l’objet d’un copyright. Comment aurait-il pu en être autrement ? Les Noirs les avaient chantés d’aussi loin que l’on puisse s’en souvenir. Et souvent, mes nouveaux morceaux étaient basés sur trois ou quatre chansons gospel – pas juste une seule. (…)

Imiter Nat Cole m’avait demandé une certaine discipline. Il fallait que je me force, que je fixe ma voix. J’ai adoré le faire, mais ce n’était certainement pas sans effort. Cette nouvelle combinaison de blues et de gospel m’était naturelle. Cela ne me demandait rien d’autre que d’être fidèle à ma toute première musique. (…)

Je connaissais beaucoup d’artistes, hommes et femmes, qui avaient voué leur musique à la célébration de l’Évangile (Gospel). Certains étaient des amis à moi, d’autres juste des connaissances. Parmi eux se trouvaient les meilleurs chanteurs que j’aie jamais entendus de ma vie. Et la crème de la crème - pour moi du moins - était des types comme Ira Tucker, des Dixie Hummingbirds, Archie Brownlee, des Five Blind Boys of Mississippi, et Claude Jeter, des Swan Silvertones. Ces gars-là ont des voix qui pourraient secouer votre maison et détruire tout le mobilier qui s’y trouve. Jésus, comme ils pouvaient gémir ! » (1).

 

Maintenant, Ray Charles voulait perfectionner sa nouvelle approche gospel de sa musique en ajoutant à son orchestre un chœur de voix féminines. Il y parviendrait bientôt en transformant le groupe féminin The Cookies, dirigé par la magnifique Margie Hendrix, en ce qui allait devenir ses célèbres Raelets. « J’ai toujours aimé le son des groupes de gospel féminins. Albertina Walker [leader des Caravans] - qui avait James Cleveland comme pianiste pour elle à l’époque - était l’une de mes préférées. Et les Davis Sisters étaient aussi de remarquables interprètes religieuses. » (1).

 

Jazz

« En plein milieu de la folie du rock’n’roll, j’ai enregistré mes premiers disques de jazz. (…) J’ai écouté ce que faisaient des mecs de la côte Ouest, comme Gerry Mulligan ou [Dave] Brubeck ou [Stan] Kenton, et c’était de la bonne musique. Mais mon cœur était vraiment avec les types de la côte Est. C’étaient des mecs plus durs, qui avaient un son plus « brut ». Je parle des orchestres d’Art Blakey [les Jazz Messengers], ou d’Horace Silver, ou de la formation de Max Roach / Clifford Brown. Il y avait plus de blues dans leur jeu, et mon propre groupe, quand nous jouions du jazz, s’inscrivait davantage dans ce courant. » (1).

 

Le virage

On a tendance à associer la décision de Ray Charles de s’aventurer dans la musique pop et country à son changement de label, d’Atlantic à ABC-Paramount, à la fin de 1959, mais cela s’est, en fait, produit plus tôt cette année-là, alors qu’il était encore sur Atlantic.

Avec un programme essentiellement composé de standards de spectacles de Broadway – avec une face où il était accompagné par une grande formation de jazz, et, sur l’autre face, par un orchestre à cordes et des choristes, l’album The Genius de Ray Charles représentait clairement une incursion sur le territoire musical de Frank Sinatra (les deux chanteurs avaient d’ailleurs grande admiration l’un pour l’autre).

Mais cet album contenait également des reprises de chansons de deux artistes importants dans la musique de Ray Charles, Louis Jordan et Percy Mayfield (quelques années plus tard, Ray les signerait tous les deux sur son label Tangerine).

Depuis l’enfance, Ray Charles avait été un fan du célèbre chanteur et saxophoniste alto Louis Jordan, leader du dynamique petit orchestre The Tympany Five, et, à partir de cet album de 1959, il avait adopté (pour des décennies) la chanson de Jordan Let the Good Times Roll comme sa propre chanson d’introduction lors de la plupart de ses concerts.

L’amitié entre Ray Charles et Percy Mayfield remontait à l›époque de leur rencontre (avant que Percy n’ait son terrible accident de voiture), quand Ray accompagnait Lowell Fulson dans ses tournées, et Ray allait bientôt embaucher Percy pour lui écrire des chansons, l’une d’entre elles, Hit the Road Jack, devenant un énorme succès deux ans plus tard. Ray Charles a enregistré 18 chansons de Percy Mayfield, dont deux qu’ils ont écrites ensemble.

 

Révolution dans la Musique Country

Alors que Ray Charles avait enregistré sa première chanson country sur Atlantic en 1959 (I’m Movin’ On), c’est en 1962 qu’il créa sa grande commotion dans la musique populaire américaine avec son album controversé Modern Sounds in Country & Western Music, remportant un tel succès qu’il dut enregistrer un second volume à la hâte. Ce dernier contenait la chanson You Are My Sunshine, qui avait été un succès en 1940 pour le chanteur country Jimmie Davis – lequel, incidemment, avait été par deux fois gouverneur de l’État de Louisiane, et qui était (tristement) célèbre pour avoir déclaré qu’il était « à 1 000 % en faveur de la ségrégation. »

Avec la puissante contribution de Margie Hendrix, c’est son « traitement complet » de R&B trempé au gospel que Ray Charles avait appliqué à You Are My Sunshine, sa version lui conférant un statut de classique de la soul music – qui devait inspirer des reprises par, entre autres, Ike & Tina Turner, Etta James, Aretha Franklin ou Marvin Gaye.

 

Dès 1962, Ray Charles avait donc à peu près défini tous les territoires musicaux qu’il allait parcourir pour le reste de sa carrière (à l’exception du gospel pur, qu’il n’aborda que sporadiquement à partir de 1976).

 

Lorsqu’on lui demandait ce qu’il considérait lui-même comme ses plus grandes réalisations en musique, Ray Charles répondait invariablement quelque chose comme :

« Tout ce que je pense avoir fait… Je me suis accordé le privilège d’interpréter différents types de musique, comme un bon homme à tout faire. Je joue un peu de jazz, je chante un peu de blues, je chante un peu de country, des chansons d’amour, mais je ne suis pas un spécialiste. En d’autres termes, je ne suis pas un chanteur de blues, je ne suis pas un chanteur de jazz. Je suis un chanteur qui chante du jazz, je suis un chanteur qui chante du blues, vous voyez, il y a une différence. Vous avez des gars qui sont des chanteurs country, des gars qui sont des musiciens classiques, des gars qui sont strictement ceci ou strictement cela. Je ne suis spécialiste en rien, mais je connais un peu de presque tout, musicalement parlant. » (2).

 

Maintenant, pour conclure cette modeste tentative d’étude des influences musicales qui se sont exercées sur Ray Charles, que diriez-vous d’un petit mystère discographique ?

D’après l’ouvrage «Gospel Discography» (Eyeball Productions) de Cedric Hayes & Robert Laughton, nous avons indiqué «vers 1953» comme date d’enregistrement pour le 45 tours des Gospel All Stars sur Apollo 312, dont les deux faces [That’s Why I Love Him So, chanté par James Cleveland, et What Could I Do, chanté par Ella Mitchell] présentent des similitudes frappantes avec deux chansons que Ray Charles a enregistrées le 30 novembre 1955, et qui sont sorties sur son 45 tours Atlantic 1096, respectivement: Hallelujah I Love Her So et What Would I Do Without You. Mais le disque de Ray Charles est entré dans le palmarès du magazine Billboard le 16 juin 1956, tandis que celui des Gospel All Stars n’a apparemment pas fait l’objet d’une mention dans ce même magazine avant son numéro du 7 avril 1958.

Dans son livre «The Gospel Sound» (Limelight Editions), le spécialiste Anthony Heilbut a choisi sa version : « Cleveland a copié ‘Hallelujah I Love Her So’ de Ray Charles, une première reconnaissance du fait qu’il est possible de jouer au même jeu dans les deux sens. »

Alors, peut-être que ces deux chansons des Gospel All Stars sont déplacées dans cette compilation, et appartiendraient plutôt à une collection qui pourrait s’appeler « Ray Charles’ influence » ?

J.D.

© Frémeaux & Associés 2024

(1) Ray Charles & David Ritz: Brother Ray – Ray Charles’ Own Story (The Dial Press, 1978)

(2) Ray Charles interview by Joël Dufour (in Soul Bag magazine #117, March 1989.)

(3) Ray Charles interview by Thomas J. Cullen III (in Blues Review #24, August 1996.)

(4) Lilian Terry – Dizzy, Duke, Brother Ray & Friends (University of Illinois Press, 2017)

(5) Renald Richard interview by Joël Dufour (in Soul Bag magazine #176, September 2004.)

 

Note

Pour certaines des chansons de Ray Charles contenues dans cette compilation, nous avons utilisé une version live (inédite) au lieu de son enregistrement original. Dans ce cas, nous avons également mentionné la date d’enregistrement de la version originale.

Remerciements à : Michel Brillié, Alain Tomas, Jean-Francis Merle, Michelle Dufour.

Discography

His inspiration

 

CD1

 1. I Realize Now – The King Cole Trio – vocal: Nat “King” Cole

 2. I Wonder Who’s Kissing Her Now Ray Charles

 3. Travelin’ Blues – Johnny Moore’s Three Blazers – vocal: Charles Brown

 4. Lonely Boy – Ray Charles

 5. This Love of Mine – Tommy Dorsey – vocal: Frank Sinatra

 6. This Love of MineRay Charles

 7. How Long, How Long Blues – Leroy Carr

 8. How Long BluesRay Charles [as “Maxim Trio”]

 9. Going Down Slow – St. Louis Jimmy

10. “I’ve Had My Fun” [Going Down Slow] – Ray Charles

11. Sinner’s Prayer – Lowell Fulson

12. Sinner’s Prayer – Ray Charles

13. Feelin’ Sad – Eddie (Guitar Slim) Jones

14. Feelin’ SadRay Charles

15. That’s How I Feel – Buddy Johnson – vocal: Ella Johnson

16. Don’t You KnowRay Charles

17. Lord If I Go – The Dixie Hummingbirds – lead vocal: Ira Tucker

18. It Must Be Jesus – Southern Tones – lead vocal: Bob King

19. I’ve Got a Woman*Ray Charles (live version)

20. Come Back Baby – Walter Davis

21. Come Back Baby Ray Charles

22. That’s the Blues – Clyde Hart’s All Stars – vocal:
Rubberlegs Williams

23. A Fool for YouRay Charles

24. What Kind Of Man Is This – The Caravans with James Cleveland, lead vocal

25. This Little Light of Mine – The Famous Ward Singers

26. This Little Girl of MineRay Charles

 

* = previously unreleased live Ray Charles track. 

 

Discography CD1

(1) (Stanley Cowan, Sidney Miller) Nat “King” Cole-vo,p/Oscar Moore-g/Johnny Miller-b. Los Angeles, March 6, 1944. Capitol 169.

(2) (Joseph E. Howard, Harold Orlob, Will M. Hough, Frank R. Adams) Ray Charles-vo,p/Oscar Moore-g/Johnny Miller (b). Prod. Lloyd Glenn. Los Angeles, November 24. 1949. Swing Time 249

(3) (Charles Brown, Johnny Moore, Edward Williams) Charles Brown-vo,p/Johnny Moore-g/Eddie Williams-b. Los Angeles, 1946. Modern Music 131.  

(4) (Jack Lauderdale, Shifty Henry) Ray Charles-vo,p/Oscar Moore-g/Johnny Miller (b). Prod. Lloyd Glenn. Los Angeles, November 24. 1949. Swing Time 250.

(5) (Sol Parker, Hank Sanicola, Frank Sinatra) Frank Sinatra-lead vo/The Tommy Dorsey Orchestra (ldr): Jimmy Blake, Ziggy Elman, Chuck Peterson, Clarence “Shorty” Sherock-tp/George Arus, Tommy Dorsey, Lowell Martin, Walter Mercurio-tb/Heine Beau, Manny Gershman, Don Lodice, Paul Mason, Hymie Schertzer-saxes/Clark Yocum-g/Joe Bushkin-p/Jack Kellerher-b/Buddy Rich-dm/The Pied Pipers-bgd-vo. New York, May 28, 1941. Victor 27508 

(6) (Sol Parker, Hank Sanicola, Frank Sinatra) Ray Charles-vo,p)/G. D. McKee-g/Milton Garred-b. Prod. Lloyd Glenn. Los Angeles, c. March 1949. Everest LP 292.

(7) (Leroy Carr) Leroy Carr-vo,p/Francis “Scrapper” Black­well-g. Indianapolis, June 19, 1928. Vocalion 1191

(8) (Leroy Carr) Ray Charles-vo,p/G. D. McKee & Tiny Webb-g/Ralph Hamilton-b. Prod. Lloyd Glenn. Los Angeles, November 11. 1949. Down Beat 178.

(9) (James Oden) St. Louis Jimmy (James Oden)-vo/Roosevelt Sykes-p/Leonard Caston-g/b. Chicago, 1947. Bullet 270.

(10) (James Oden) Ray Charles-vo,p/G. D. McKee & Tiny Webb-g/Ralph Hamilton-b. Prod. Lloyd Glenn. Los Angeles, prob. November 1949. Down Beat 215.

(11) (Lowell Fulson) Lowell Fulson-vo,g/Lloyd Glenn-p/Billy Hadnott-b/Bob Harvey-dm. Los Angeles, 1950. Swing Time 237.

(12) (Lowell Fulson) Ray Charles-vo,p/Pinky Williams-as/Freddie Mitchell-ts/Dave McRae-bs/Mickey Baker-g/Lloyd Trotman-b/Connie Kay-dm. Arr. Jesse Stone. Prod. Ahmet Ertegun. New York, May 17, 1953. Atlantic 1021.

(13) (Eddie Jones) Eddie Jones, aka “Guitar Slim”-vo,g/Herman Butler & Calvin Cage-saxes/Huey Smith-p/Hugh Dickson-b/Oscar Moore-dm. Nashville, 1952. J-B 603. 

(14) (Eddie Jones) Ray Charles-vo,p/ with Edgar Blanchard’s band: Auguste “Dimes” Dupont-as/ Warren Hébrard-ts/Edgar Blanchard-g/Frank Fields-b/Alonzo Stewart-dm. Prod. Ahmet Ertegun & Jerry Wexler. New Orleans, August 18, 1953. Atlantic 1008.

(15) (Buddy Johnson) Ella Johnson-vo/Purvis Henson-ts/Buddy Johnson-p/others unk. New York, February 17, 1953. Mercury 70173.

(16) (Ray Charles) Ray Charles-vo,p/with Guitar Slim’s band: Wallace Davenport & Frank Mitchell-tp/Warren Bell & O’Neil Gerald-as/Joe Tillman-ts/Charles Burbank-bs/Lloyd Lambert-b/Oscar Moore-dm. Arr. Ray Charles. Prod. Ahmet Ertegun & Jerry Wexler. New Orleans, December 4, 1953. Atlantic 1037.

(17) (Ira Tucker) William Bobo, James Davis, Paul Owens, Beachey Thompson, Ira Tucker-vo.Solo: William Bobo, Ira Tucker. August 1952. Peacock 1713.   

(18) (Bob King) Bob King-lead vo,g/Rev. W.L. Richardson, Johnny Noble, Franklin Pouncy-vo grp. January 1954.Duke 205.

(19) (Ray Charles, Renald Richard) see personnel and location at the bottom of this list (+). Arr. Ray Charles. Solo: Don Wilkerson (ts). Rec. May 18, 1962.

Ray Charles’s studio version of this song recorded on November 18, 1954 and released on Atlantic 1050.

(20) (Walter Davis) Walter Davis-vo,p. Chicago, July 12, 1940. Bluebird B8510. 

(21) (Ray Charles) Ray Charles-vo,p/Joe Bridgewater & Charles “Clanky” Whitley-tp/Don Wilkerson-ts/David “Fathead”
Newman-bs/Wesley Jackson-g/Jimmy Bell-b/Glenn Brooks-dm. Arr. Ray Charles. Prod. Ahmet Ertegun & Jerry Wexler. Atlanta, November 18, 1954. Atlantic 1050.

(22) (Rubberlegs Williams, Morty Shad) Henry “Rubberlegs” Williams-vo/Dizzy Gillespie-tp/Trummy Young-tb/Charlie Parker-as/Don Byas-ts/Mike Bryan-g/Clyde Hart-p/Al Hall-b/Gordon “Specs” Powell-dm. New York March or April 1945. Continental C-6013

(23) (Ray Charles) Ray Charles-vo,p/Joe Bridgewater & Riley Webb-tp/Don Wilkerson-ts/David Newman-bs/ Roosevelt “Whiskey” Sheffield-b/ William Peeples-dm. Arr. Ray Charles. Prod. Ahmet Ertegun & Jerry Wexler. Miami, April 23, 1955. Atlantic 1063.

(24) (James Cleveland) James Cleveland-lead vo,p/The Caravans: Johneron Davis, Cassietta George, Gloria Griffin, Albertina Walker-vo/unk.org. Chicago, October 5,1954. States S-146.

(25) (unk.) Henrietta Waddy, Clara Ward, Gertrude Ward, Willarene “Willa” Ward Moultrie, Marion Williams-vo/p/org. Soloists: CW,HW,WWM. New York, May 7, 1952. Savoy 4038.

(26) (Ray Charles) Ray Charles-vo,p/Joe Bridgewater & Riley Webb-tp/Don Wilkerson-ts/David Newman-bs/ Roosevelt “Whiskey” Sheffield-b/ William Peeples-dm/Mary Ann Fisher, Davide Newman & Don Wilkerson (background vo). Solo: Don Wilkerson (ts). Arr. Ray Charles. Prod. Ahmet Ertegun & Jerry Wexler. Miami, April 23, 1955. Atlantic 1063.

 

(+) Ray Charles-vo,p/Marcus Belgrave & Wallace Daven­port-tp/John Hunt (flh)/Henderson Chambers, Leon Comegys, Jim Harbert, Keg Johnson-tb/Hank Crawford-as, band leader/Rudy Powell-as/David Newman & Don Wilkerson-ts/Leroy Cooper-bs/Sonny Forriest-g/Edgar Willis-b/Bruno Carr-dm/ The Raelets (where heard): Gwen Berry, Margie Hendrix, Pat Lyles, Darlene McCrea. Recorded live at the Olympia Theater, Paris, 1962.

 

 CD2

 1. Blues Hangover – Lloyd Glenn

 2. “A Bit of Soul” [Blues Hangover] – Ray Charles

 3. Hard Way – T- Bone Walker

 4. Mary AnnRay Charles

 5. I’ll Drown in My Tears – Sonny Thompson with Lula Reed, vocal  

 6. Drown in My Own Tears – Ray Charles

 7. That’s Why I Love Him So – Gospel All Stars – lead vocal: James Cleveland

 8. Hallelujah I Love Her So*Ray Charles (live version)

 9. What could I do – Gospel All Stars – lead vocal: Ella Mitchell

10. What Would I Do Without YouRay Charles

11. How Jesus Died – The Pilgrim Travelers – lead vocal:
Jesse Whitaker

12. Lonely AvenueRay Charles

13. I Want to Know – Cecil Shaw with the Alpha-Omega Singers

14. I Want to Know – Ray Charles

15. Let That Liar Alone – Golden Gate Jubilee Quartet

16.
I’m Gonna Wait – Swan’s Silvertone Singers – lead vocal: Claude Jeter

17. Leave My Woman Alone – Ray Charles

18. Doodlin’ – Horace Silver & the Jazz Messengers

19. Doodlin’ Ray Charles

20.
That’s Enough – The Original Gospel Harmonettes – lead vocal: Dorothy Love [Coates] 

21. That’s Enough – Ray Charles

22. I Want a Little Girl – T- Bone Walker

23. I Want a Little Girl Ray Charles

24.
Yes Indeed – Tommy Dorsey – vocal: Sy Oliver & Jo Stafford

25.
I Never Heard A Man
– The Original Five Blind Boys – lead vocal: Archie Brownlee

26. Yes Indeed – Ray Charles

* = previously unreleased live Ray Charles track.