Fremeaux.com
 
AFRICA IN AMERICA
Réf. : FA5397

AFRICA IN AMERICA

ROCK JAZZ & CALYPSO 1920 - 1962

Direction artistique : BRUNO BLUM
Label : FREMEAUX & ASSOCIES
Nombre de CD : 3
Vous pouvez acheter ce produit :

- Chez votre libraire ou maison de la presse (Frémeaux & Associés distribution)
- Chez votre disquaire, Fnac ou Virgin (distribution : Socadisc)
- Sur lalibrairiesonore.com
- Sur librairie-audio.com Pré écoute de certains produits!
- Par téléphone au 01.43.74.90.24
Distinctions :
RECOMMANDÉ PAR RFI / RECOMMANDÉ PAR FRANCE MUSIQUE / "CD DE LA SEMAINE" JAZZ A FIP / RECOMMANDÉ PAR JAZZMAG-JAZZMAN / RECOMMANDÉ PAR SINÉ HEBDO / RECOMMANDÉ PAR FIP / RECOMMANDÉ PAR LA BBC /  AWARDED "BEST JAZZ RECORDS OF 2013" BY THE SUNDAY TIMES
SELECTION JAZZ DE FIP
"An imaginative and quirky compilation illustrates how the idea of an ancestral homeland became more than a gimmick." SUNDAY TIMES (TOP 10 JAZZ OF 2013)

Jungle luxuriante, corps dénudés, esthétique tribale, rythmes syncopés… du fameux pagne de Joséphine Baker à l interprétation de Cléopâtre d’Elizabeth Taylor, l’Afrique a toujours tenu une place de choix dans l’imagerie populaire occidentale au XXe siècle.
Racine fédératrice des identités noires, berceau de l’humanité ou reflet de la pureté originelle, l’Afrique, réelle, supposée ou imaginaire a influencé la majeure partie des musiques, danses et arts graphiques du XXe siècle.
Commentés dans un livret 32 pages par Bruno Blum, ces titres splendides sont replacés dans le contexte historique de la lutte pour les droits civiques, des indépendances des Caraïbes et du continent noir.
Patrick FRÉMEAUX

Droits : DP / Frémeaux & Associés
Direction artistique : Bruno Blum

The lushness of the Tropics, scantily-clad bodies, tribal aesthetics and syncopated rhythms… from the famous loincloth worn by Josephine Baker to Elizabeth Taylor’s performance as Cleopatra, Africa has always had a place of choice in the popular imagery of the 20th century.
Whether as roots giving unity to separate black identities, the cradle of humanity, or the reflection of original purity, Africa - real, supposed or imaginary - has influenced most of the music, dance-forms and graphic arts of the last hundred years.
With detailed comments from Bruno Blum, these splendid titles have been placed in the historic context of the Civil Rights struggle and the independence of the West Indies and the dark continent.
Patrick FRÉMEAUX

CD 1.
1920-1956 : GREETINGS TO FELLOW CITIZENS OF AFRICA MARCUS GARVEY • SOUDAN ART HICKMAN’S NEW YORK LONDON FIVE • SOUNDS OF AFRICA EUBIE BLAKE • ZULU’S BALL KING OLIVER’S CREOLE JAZZ BAND • AFRICAN BLUES SAM MANNING • THE KING OF THE ZULUS LOUIS ARMSTRONG • EAST ST. LOUIS TOODLE-OO (VERSION 2) DUKE ELLINGTON • EGYPTIAN ELLA TED LEWIS • SHAKIN’ THE AFRICAN DON REDMAN • JUNGLE FEVER THE MILLS BROTHERS • AFRICAN LOVE CALL WILMOTH HOUDINI • HOJOE AFRICAN WAR SONG THE LION • JUNGLE DRUMS SIDNEY BECHET • MBUBE SOLOMON LINDA W/ THE EVENING BIRDS • YOU’VE GOT ME VOODOO’D LOUIS ARMSTRONG • I’M A PILGRIM THE GOLDEN GATE JUBILEE QUARTET • AFRICAN JIVE SLIM AND SLAM • MENELIK THE LION OF JUDA REX STEWART • CONGO BLUES RED NORVO (FEAT. CHARLIE PARKER, DIZZY GILLESPIE) • A NIGHT IN TUNISIA DIZZY GILLESPIE • SIGNIFYING MONKEY (THE JUNGLE KING) THE BIG THREE TRIO (FEAT. WILLIE DIXON) • KUMINA BAILO KUMINA CONGREGATION • JOHN CANOE MUSIC JOHN CANOE GROUP • PUKKUMINA CYMBAL PUKKUMINA CONGREGATION.
CD 2. 1946-1962 : A NIGHT IN TUNISIA CHARLIE PARKER (FEAT. MILES DAVIS) • THE JUNGLE KING (SIGNIFYING MONKEY) CAB CALLOWAY • BONGO BOOGIE ANNISTEEN ALLEN • GOOMBAY DRUM BLIND BLAKE W/ THE ROYAL VICTORIA HOTEL CALYPSO ORCHESTRA • MARDI GRAS IN NEW ORLEANS FATS DOMINO • JOCK-O-MO (IKO IKO) SUGAR BOY CRAWFORD • STRANDED IN THE JUNGLE THE JAYHAWKS • ETHIOPIA LORD LEBBY • BIRTH OF GHANA LORD KITCHENER • ROOKOMBEY LLOYD PRINCE THOMAS • VOODOO WOMAN BILL FLEMING • OBEAH MAN ALWYN RICHARDS • NEW ORLEANS DUKE ELLINGTON • HEY, BUDDY BOLDEN DUKE ELLINGTON • AFRO BLUE MONGO SANTAMARÍA • CONGO SQUARE DUKE ELLINGTON • DIAL AFRICA WILBUR HARDEN (FEAT. JOHN COLTRANE) • COMMENTS ON AFRICAN DRUMS ART BLAKEY • THE SACRIFICE ART BLAKEY PERCUSSION ENSEMBLE • LA SAVANE (LOUIS MOREAU GOTTSCHALK) EUGENE LIST • FLEURETTE AFRICAINE DUKE ELLINGTON (FEAT. CHARLES MINGUS & MAX ROACH).

CD 3. 1956-1962 : STRANDED IN THE JUNGLE THE CADETS • UBANGI STOMP WARREN SMITH • TWO FOR TIMBUKTU SONNY STITT • KUCHEZA BLUES RANDY WESTON • SIGNIFYIN’ MONKEY OSCAR BROWN JR. • THE LION SLEEPS TONIGHT THE TOKENS • LA IBKEY (DON’T CRY) AHMED ABDUL-MALIK • AFRIQUE ART BLAKEY AND THE JAZZ MESSENGERS • AYIKO AYIKO ART BLAKEY W/ THE AFRO-DRUM ENSEMBLE…
Liste des articles de presse consacrés à ce CD :
- « Dans le contexte historique… » Par Jazz Mag – Jazz Man
Comme son titre l’indique, l’anthologie « Africa in America – Rock, Jazz & Calypso 1920-1962 » (3 CD Frémeaux & Associés / Socadisc) explore en 57 titres sélectionnés et commentés par Bruno blum l’influence de l’Afrique – « réelle, supposée ou imaginaire » - sur la musique afro-américaine, en les replaçant « dans le contexte historique de la lutte pour les droits civiques, des indépendance des Caraïbes et du continent noir ».
PAR  JAZZ MAG – JAZZ   MAN

- « Une exploration didactique et jubilatoire » par FIP
« Friands de pépites musicales en tout genres, nous sommes toujours impatients de découvrir les nouveautés de Frémeaux & Associés. Outre ses précieuses anthologies, l'éditeur publie des albums thématiques dont la valeur discographique n'a d'égal que la documentation de leur livret. Cette semaine nous avons choisi "Africa in America - Rock, Jazz & Calypso (1920-1962)". L'influence de l'Afrique sur la musique américaine durant quatre décennies est explorée en 57 titres sélectionnés par Bruno  Blum aussi auteur du livret qui replace ces morceaux dans leurs contextes sociaux historiques. Quelle soit réelle ou fantasmée (souvent par le vecteur d'Hollywood), ici l'influence de l'Afrique concerne trois genres populaires que sont le jazz, rock ou le calypso. Pourquoi le Calypso ?  Certainement parceque les racines africaines resteront plus longtemps vivaces dans les caraïbes. La première plage, un discours de Marcus Garvey, annonce la couleur ; il sera souvent question de la lutte pour les droits civiques, des indépendances des Caraïbes (Blind Blake, Sugar Boy Crawford,Lloyd Prince Thomas...) et du continent noir. L'oeuvre est une véritable mine d'or : "The King of the Zulus" avec Louis Armstrong, "Jungle Drums" de Sidney Bechet, "Jungle King" de Cab Calloway, "Dial Africa" de Wilbur Harden avec John Coltrane...la liste est longue. Dizzy Gillespie qui intégra les rythmes yoruba avec Chano Pozo, Duke Ellington et sa Jungle puis son oeuvre dédiée à l'Afrique "A Drum Is a Woman", l'explosif "Two For Timbuktu" de Sonny stitt, les batteurs Art Blakey et ses Jazz Messangers ou Max Roach et Abbey Lincoln qui rendent hommage à Marcus Garvey. Coté découvertes le "rock" n'est pas en reste avec Annisteen Allen "Bongo Boogie", Fats Domino "Mardi-Gras in New Orleans" ou encore The cadets avec "Stranded in the jungle".   Vous l'aurez compris, ce coffret est un voyage musical fascinant, une exploration didactique et jubilatoire (oui c'est possible) de la musique américaine et de ses influences africaines. Un pur bonheur ! »
Par FIP – ALBUM JAZZ DE LA SEMAINE (MARS 2013)
- « Des œuvres légendaires désormais inscrites dans notre patrimoine » par RFI
« Il est indéniable que les cultures africaines ont façonné l'imaginaire américain et défini les contours de la musique populaire née de la diaspora noire. Entre 1920 et 1960, 40 années d'évolution sociale ont accompagné les soubresauts de l'histoire. Les artistes, et notamment les musiciens, se sont fait l'écho de la lutte incessante pour le respect des droits civiques en composant des œuvres légendaires désormais inscrites dans notre patrimoine. De Louis Armstrong à Duke Ellington, de Wilmoth Houdini à Lord Kitchener, la force expressive des instrumentistes d'alors révélaient une volonté farouche de s'approprier un héritage ancestral que des décennies d'esclavage avaient abîmé. Si le continent africain fut longtemps un territoire fantasmé par les créateurs, il est toujours resté le cœur battant de la communauté noire outre-Atlantique. Le dessinateur, producteur, guitariste, conférencier et photographe, Bruno Blum, est aussi l'auteur de nombreux ouvrages consacrés aux racines culturelles des peuples noirs à travers les âges. Il fait paraître aujourd'hui, «Africa in America» (Frémeaux & associés), une sélection d'archives sonores et musicales symbolisant la prise de conscience politique des Afro-Américains et Caribéens durant la première moitié du XXème siècle. Cette période cruciale dans «L'épopée des Musiques Noires» a progressivement transformé l'inconscient collectif des acteurs et témoins du bouillonnement racial quand la ségrégation semblait s'imposer comme l'un des fondements indiscutables des sociétés occidentales. Insidieusement, Sidney Bechet, Dizzy Gillespie, Charlie Parker, Mongo Santamaria, Art Blakey, Randy Weston ou Max Roach ont montré leur engagement citoyen et fait avancer la cause des orateurs progressistes que furent Marcus Garvey, Martin Luther King ou Aimé Césaire. »
Par Joe FARMER – L’EPOPEE DES MUSIQUES NOIRES - RFI
- « A fascinating release » by Blues & Rhythm
The sleeve of the ‘Africa In America’ release gets it just right – Josephine Baker in her famous banana costume representing exoticism and the ‘uncivilised’ (though Josephine is not on the album), juxtaposed with a dapper looking Dizzy Gillespie posing with a conga drum, in youch with his roots but able to move on. This set looks at the presence of both a real Africa and its stereotypical counterpart in the Carribean and North America. Thre are three versions of ‘Signifying Monkey’, by The Big Three Trio, Cab Calloway, and Oscar Brown Jr. ; there is Don Redman with ‘Shakin’ The African’ and plenty of ‘jungle sounds’ from the likes of Duke Ellington, Sidney Bechet, and Slim And Slam. Constrsting with this – on a collection that opens with the voice of activist Marcus Garvey – are a genuine South African recording by Salomon Linda & The evening Birds, ‘Mbube’, which was of course reprised by The Tolkens as ‘The Lion Sleeps Tonight’ – also present here. Jazzwise, there are styles from Eubie Blake to Art Blakey, some merely justified here by the title of the number (I never knew the title of ‘A Night In Tunisia’ was inspired by military operations in that country), there is some vintage calypso material, including Lord Kitchener’s celebratory ‘Birth Of Ghana’, neo-African styles from the Caribbean, mostly field recordings but also including Cuban percussionist Mongo Santamaria, and oddities such as Rockabilly Warren Smiyh’s ‘Ubangi Stomp’, the ‘B’ movie plot of ‘Stranded In The Jungle’, here by both The Jayhawks and The Cadets, and Eugene List tackling Louis Moreau Gottschalk’s 1846 composition, ‘La Savane’. It is a shame no one thought to  include Doctor Clayton, who claimed to have been born in Africa, but overall this is a fascinating release – and one which could herald a whole series […]. Norman DARWEN – BLUES & RHYTHM
- « Le résultat est probant » par On Mag
« Ce triple album entre dans la catégorie, maintenant très importante, des albums thématiques dont le label Frémeaux nous régale depuis longtemps. L’Afrique en Amérique !  Une tâche pas facile à cerner, surtout si l’on cherche à montrer tous les aspects parfois contradictoires d’une Afrique plus fantasmée que réelle, aussi bien dans le rock, le jazz que le calypso. Mais le résultat est probant. Le premier CD commence par un document de vingt-cinq secondes, dans les années 20, de la voix de Marcus Garvey présentant ses vœux aux « citoyens d’Afrique ». Marcus Garvey, c’est ce leader noir américain qui préconisait entre autres le rapatriement en Afrique des Afro-américains déportés par l’esclavage. Mais quelle Afrique ? Le Libéria ? L’Ethiopie (naissance du mouvement rasta) ?  Beaucoup d’Afro-Américains se sentaient orphelins de leur mère Afrique, embellie, dont ils n’avaient que des souvenirs mythifiés, oubliés, transformés (essayez donc, vous, de vous souvenir du pays de l’arrière-grand-père de votre arrière-grand-père et, pourtant, cela ne fait que deux siècles). Pourtant, ces rêves trouvaient une traduction musicale. Depuis « Zulu’s Ball » ou « The King of the Zulus » où se fait entendre le cornet magique de Louis Armstrong, voire le piano d’Eubie Blake (1921) dans « Sounds of Africa », ou le style jungle de Duke Ellington, on trouve de nombreux titres faisant référence à l’Afrique (« Soudan », « Congo Blues », « Menelik The Lion of Juda ». Ce même Menelik II qui créa l’Abyssinie, et qui était en affaires avec un certain Arthur Rimbaud, ex-poète de son état et qui écrivit « Je suis un nègre ». Finalement, tout se tient). Particulièrement réussi, un « Jungle Drums » de Sidney Bechet où Zutty Singleton est superbe à la batterie, et joliment savoureux un dialecte supposé africain « African Jive » de Slim et Slam, et puis le coup de tonnerre dans un ciel pas serein du tout, le « Night in Tunisia » de Dizzy Gillespie. Le CD se termine par des documents rares montrant que les Afro-Caribéens étaient restés plus proches de la Terre des ancêtres que les Afro-Américains, plus acculturés. Petite erreur dans le livret (« King of Zulus ») où l’on fait jouer du trombone à Johnny St-Cyr, le pauvre, lui qui n’a jamais touché qu’un banjo (superbe solo, d’ailleurs). Le deuxième CD commence avec « Night in Tunisia », joué cette fois par Charlie Parker, avec Miles Davis. Puis un « Jungle King » de Cab Calloway, sorte de jeu vocal africain et américain. Puis viennent deux rocks par Annisteen Allen (« Bongo Boogie ») et par Fats Domino (« Mardi-Gras in New Orleans »). Ensuite, l’idée de pays africains indépendants (Ethiopie, Ghana) est déclinée à travers les  calypsos par Blind Blake, Sugar Boy Crawford, Lord Lebby, Lord Kitchener, Lloyd Prince Thomas, Bill Fleming. La fin du deuxième CD est admirable en revenant au jazz. Tout d’abord, trois extraits fabuleux de l’enregistrement originel de « A Drum Is a Woman », dans lesquels Duke Ellington lui-même est le narrateur. Avec, curieusement intercalé, « Afro Blue » de Mongo Santamaria. Puis le superbe « Dial Africa » de Wilbur Harden, avec un John Coltrane inspiré, comme toujours, pour jouer ce blues bâti sur un rythme watusi. Une minute et demie de commentaires, en anglais, sur les rythmiques africaines, par Art Blakey, expliquant pourquoi, parti pour deux semaines en Afrique, il y est resté deux ans. Et retour à la musique avec Art Blakey explosant dans un orchestre de percussions. Enfin, en forme de clin d’oeil, une plage de musique classique, de Louis Moreau Gottschalk (1829-1869), compositeur américain admiré par Frédéric Chopin et qui avait eu l’occasion d’aller écouter les bamboulas de Congo Square. Il en avait tiré une trilogie de Louisiane,  «Bamboula » (1), « la Savane »  et « Le Bananier » (2). Ironie de l’histoire, « La Savane » a été enregistrée par un dénommé List (Eugene) en… 1956 pour la première fois. C’est cette version historique que l’on trouve ici. Juste avant la délicieuse « Fleurette africaine », par Duke Ellington. En écoutant ces deux derniers morceaux, à part Max Roach (dm) et Charlie Mingus (b), qu’est-ce qui permet de différencier musique classique et jazz, au fait, messieurs les ayatollahs de la musique ? Le troisième CD, aussi empli que les autres, ne comporte que douze titres, mais c’est du très lourd. Bon, ça commence par deux rocks, aux titres faisant référence à la jungle, par les Cadets, et à l’Oubangui, par Warren Smith, qui s’inspirent davantage de Tarzan à Hollywood que de l’Afrique elle-même. Mais suit un morceau de jazz de l’urgence de Jimmy Giuffre, « Two For Timbuktu (Tombouctou en french) » particulièrement dynamique, puis « Kucheza Blues » (Kucheza, c’est du swahili), huit minutes de bonheur avec Clark Terry, Benny Bailey, Freddie Hubbard aux trompettes, Slide Hampton, Jimmy Cleveland aux trombones, Sahib Shihab, Budd Johnson, Yusef Lateef, aux saxes, Kenny Burrell à la guitare, Randy Weston au piano, Ron Carter à la basse, Max Roach à la batterie, entre autres (ils sont vingt-quatre). Des musiciens africains entrent dans l’orchestre. C’est l’époque où l’Afrique, la vraie, acquiert ses indépendances et où l’Amérique obtient ses premiers succès dans la lutte pour les droits civiques. Une période d’espérance et de luttes. La focale s’est bien déplacée sur l’Afrique authentique : « Signifying Monkey » reprend un conte africain et des jeux sociétaux américains, et les Tokens reprennent le « Mbube » africain entendu sur le CD 1 qui n’est autre que le fameux « Le Lion est mort ce soir » qu’illustrera en France Henri Salvador. Les instruments africains entrent dans les orchestres de jazz (le ‘oud chez Ahmed Abdul-Malik). Enfin, vient l’un des grands passeurs, Art Blakey et ses Jazz Messengers (« Afrique ») ou son Afro-Drum Ensemble (« Ayiko Ayiko »). Là, on peut parler vraiment de retrouvailles, car les Afro-Américains découvrent tout l’art des percussions et les Africains celui du jazz, deux arts qui s’entendent à merveille. Tout aussi proche de l’Afrique, est la réappropriation jamaïcaine de Moose the Mooche, de Charlie Parker, par Count Ossie et les Wareikas. Enfin, c’est le sublime « Africa » de John Coltrane, seize minutes et demie, sur une orchestration fabuleuse de McCoy Tyner, avec un Elvin Jones, un John Coltrane, un Eric Dolphy prophétiques, qui annoncent les émeutes de Watts et la victoire d’une Amérique actuelle. Grandiose ! Le CD se termine par un hommage à Marcus Garvey, « Garvey’s Ghost », dans lequel la chanteuse Abbey Lincoln et le batteur Max Roach, qu’elle épousera l’année suivante, donnent la réplique à Mal Waldron (p), à Eric Dolphy, à Clifford Jordan pour évoquer l’un des plus grands éveilleurs de consciences du siècle. Au total, un triple album très disparate évidemment, puisqu’il regroupe rock, jazz et calypso, mais qui montre que l’étude du jazz et des musiques américaines a encore du pain sur la planche et que les tenants de l’européanocentrisme jazzique feraient bien de rester dans leurs petits souliers. »
Par Michel BEDIN – ON MAG
- “For all jazz and calypso lovers wishing to explore the music’s African heritage.” Par Echoes
“Fremeaux & Associes are the same French label who gave us those extraordinary compilations on Jamaican mento and the gombey music of the Bahamas and Bermuda, as well as a definitive round-up of early Jamaican r & b. Please note that compiler Bruno Blum is meticulous in his research and invariably serves up a feast of little-known gems and seminal recordings that should delight even the most committed fans of Caribbean music. This three CD set is another remarkable pot-pourri of vintage recordings – one that sets out to trace the influence of African and Caribbean styles in American music. The main depository of this legacy was jazz of course, except this fifty-seven track collection also encompasses calypso, gospel, rhythm and blues and even field recordings before signing off with a hard bop sides by Art Blakey [Afrique and Ayiko Ayiko], Randy Weston and Max Roach. Disc 1 opens with an extract from one of Marcus Garvey’s speeches before we’re whisked back in time to the early 1920s and 1930s, when giants like Louis Armstrong [The King Of The Zulus], Duke Ellington, Sidney Bechet [Jungle Drums] and King Oliver’s Creole Jazz Band incorporated the sounds of Africa into their repertoire. Often these tracks played up to existing stereotypes, and it’s hard listening to songs like Cab Calloway’s The Jungle King, Slim & Slam’s African Jive and the Mills Brothers’ Jungle Fever without winching a little, no matter how fascinating they are as musical artefacts. The most recent example being a rockabilly tune by the Cadets called Stranded In The Jungle, dating from 1956 that otherwise leaps out the speakers, it’s so vibrant. Separate recordings of A Night In Tunisia by Dizzy Gillespie and Charlie Parker steer us towards safer shores, as do New Orleans’ classics by Fats Domino and Sugar Boy Crawford, whose Jock-O-Mo (Iko Iko) was made popular by artistes like Professor Longhair and Dr. John in later years. The Jayhawks’ Stranded In The Jungle is early rhythm and blues at its most effervescent; Lord Kitchener’s Birth Of Ghana celebrates that nation’s independence from Britain in 1957 whilst fellow calypsonians Bill Fleming and Alwyn Richards both sing of obeah, which is derived from African spirit worship. There are also elements of this on the mesmerising field recordings of John Canoe, Kumina and Pukkimina ceremonies that close Disc 1. Further examples are to follow we’re told, and on an album devoted to that particular subject. As the music progresses from Ellington’s rich big band numbers into bebop and beyond, instrumentals begin to dominate. Bandleaders like Mongo Santamaria, Eugene List, Ahmed Abdul Malik, Sonny Stitt and Wilbur Hayden join the fray at this point. African influences are now occasionally limited to the titles alone, and yet the set list remains singularly impressive. It’s on Disc 3 you’ll find John Coltrane’s sixteen and a half minute opus Africa, together with Joe Harriott’s Moose The Mooche and the Tokens’ irrepressible The Lion Sleeps Tonight, which is accompanied [on Disc 1] by Solomon Linda and the Evening Birds’ original cut, Mbube. Rich pickings indeed and not only for archivists, but also for all jazz and calypso lovers wishing to explore the music’s African heritage.”
Par John MASOURI - ECHOES
- « Loin des clichés et des lieux communs » par Regards
« Lorsque le jazz commença dans les années 20 à se diffuser à travers les Etats-Unis (et pour tout dire dans le public « blanc »), puis dans le monde, les influences africaines étaient évidentes aussi bien dans la tête des artistes qu’aux oreilles européennes qui découvraient cette nouvelle « musique » (parfois avec beaucoup de mépris comme Théodore Ardono). Toutefois ces musiciens pas encore désignés d’afro-américains n’étaient pas épargnés par la vision fantasmée et raciste d’un espace géographique sauvage, comme dans les « Tarzans » à la mode Johnny Weissmuller, dominé par l’esprit de la Jungle ou les hommes auraient conservés une certaine « animalité ». Néanmoins au fil du temps la prise de conscience s’aiguise, et la « redécouverte » du continent dans sa diversité et sa profondeur civilisationnelle (Night in tunisia de Dizzie Gillepsie »), ainsi que de son influence sur la culture des descendants d’esclaves (Mardi Gras in New Orleans par Fats Domino), teintent désormais de plus en plus les œuvres produites. Le processus de décolonisation (cf. le titre Birth Of ghana du prince de la caplypso Lord Kitchener) achève ensuite de désintoxiquer la parole et les instruments autour d’une fierté assumée des « racines » lointaines, parfois réinventées, souvent sublimées (Afrique d’Art Blakley ou Garvey’s ghost de Max roach). Cette compilation retrace sur trois cd’s le parcours chronologique de cette évolution politique des représentations de l’Afrique au cœur des musiques dites noires, loin des clichés et des lieux communs. »
Par King MARTOV - REGARDS
Liste des crédits sur ce CD :
Marcus Garvey , I. Pollack , Art's Hischman's London Five, Eubie Blake , King Oliver , King Oliver's Creole Jazz Band, Sam Manning , Lil Hardin , Louis Armstrong, Duke Ellington , Duke Elington, Walter Doyle , Ted Lewis, Harold Koehler , Don Redman, Ted Arlen , Dietz Howard , The Mills Brothers, Walter Donaldson , Frederick Wilmoth Hendricks , Wilmoth Houdini, Rafael De Leon , The Lion, Arthur Singleton , Sidney Bechet, Sidney Bechet , Linda Salomon , Salomon Linda, E. Lawrence , Louis Armstrong , Traditionnel , The Golden Gate Jubilee Quartet, Harry D. Squires , Slim And Slam, Slim Gaillard , Rex Stewart, Rex Stewart , Red Norvo, Red Norvo , Dizzy Gillespie, Dizzie Gillepsie , The Big Three Trio, Willie Dixon , Kumina Congregation, John Canoe Group, Pukkumina Congregation, Charlie Parker/miles Davis, Charlie Parker , Cab Calloway, J. Nix , Annisteen Alen, Henry Glover , Alice Sims , Blind Blake, Henry Roeland Byrd , Fats Domino, James Crawford , Sugar Boy Crawford, E. Smith , The Jayhawks, J. Johnson , Williams , Lord Lebby, Aldwyn Roberts , Lord Kitchener, C. Irving , Lloyd Prince Thomas, Lloyd Thomas , William La Motta , Bill Fleming, Alwyn Richards , Billy Strayhorn , Mongo Santamaria , Mango Santamaria, Ellington Duke, D. Ellington , Harden Wilbur , Wilbur Harden/john Coltrane, Wilbur Harden , Art Blakey, Art Blakey , Eugene List, Louis Moreau Gottschalk , Duke Elington/charles Mingus/max Roach, Smith Ernestine , The Cadets, Charles Underwood , Warren Smith, Sonny Stitt, Jimmy Giuffre , Randy Weston, Randy Weston , Oscar Brown Jr, Oscar Brown Jr , Salomon Ntsele , The Takens, Ahmed Abdul Malik, Amhed Abdul Malik , Morgan Lee , Salomon G. Llori , Count Ossie, John Coltrane, John Coltrane , Max Roach, Max Roach
CDPisteTitreArtiste principalAuteurDuréeEnregistré en
00 0
11Greetings to fellow citizens of africa Marcus GarveyMarcus Garvey 00:00:251920
12Soudan Art's Hischman's London FiveI. Pollack 00:02:331920
13Sounds of africa Eubie BlakeEubie Blake 00:03:081921
14Zulu's ball King Oliver's Creole Jazz BandKing Oliver 00:02:291923
15African blues Sam ManningSam Manning 00:02:551924
16The king of the zulus Louis ArmstrongLil Hardin 00:03:201926
17East st. louis toodle-oo (version 2) Duke ElingtonDuke Ellington 00:03:001927
18Egyptian ella Ted LewisWalter Doyle 00:03:171931
19Shakin' the african Don RedmanHarold Koehler 00:02:501931
110Jungle fever The Mills BrothersDietz Howard 00:03:111934
111African love call Wilmoth HoudiniFrederick Wilmoth Hendricks 00:02:531934
112Hojoe african war song The LionRafael De Leon 00:02:471938
113Jungle drums Sidney BechetArthur Singleton 00:02:291938
114Mbube Salomon LindaLinda Salomon 00:02:441939
115You've got me woodoo'd Louis ArmstrongE. Lawrence 00:02:571939
116I'm a pilgrim The Golden Gate Jubilee QuartetTraditionnel 00:03:121939
117African jive Slim And SlamHarry D. Squires 00:02:471941
118Menelik the lion of juda Rex Stewart 00:03:191941
119Congo blues Red Norvo 00:03:591941
120Night in tunisia Dizzy Gillespie 00:03:071946
121Signifyin' monkey The Big Three Trio 00:02:541946
122Kumina bailo Kumina Congregation 00:02:271953
123John canoe music John Canoe Group 00:01:461953
124Pukkumina cymbal Pukkumina Congregation 00:07:581953
21A night in tunisia Charlie Parker/miles Davis 00:03:031946
22The jungle king Cab Calloway 00:03:171947
23Bongo boogie Annisteen AlenJ. Nix 00:02:381947
24Goombay drum Blind BlakeAlice Sims 00:02:471952
25Mardi gras in new orleans Fats DominoHenry Roeland Byrd 00:02:201952
26Jock o mo Sugar Boy CrawfordJames Crawford 00:02:301953
27Stranded in the jungle The JayhawksE. Smith 00:02:501956
28Ethiopia Lord LebbyWilliams 00:03:011955
29Birth of ghana Lord KitchenerAldwyn Roberts 00:02:491955
210Rookombey Lloyd Prince ThomasC. Irving 00:03:041956
211Voodoo woman Bill FlemingWilliam La Motta 00:02:211956
212Obeah man Alwyn RichardsAlwyn Richards 00:02:211956
213New orleans Duke ElingtonBilly Strayhorn 00:02:301956
214Hey buddy bolden Duke ElingtonBilly Strayhorn 00:04:521956
215Afro blues Mango SantamariaMongo Santamaria 00:03:551959
216Congo square Ellington DukeBilly Strayhorn 00:05:271956
217Dial africa Wilbur Harden/john ColtraneHarden Wilbur 00:08:411958
218Comments on african drums Art Blakey 00:01:561957
219The sacrifice Art Blakey 00:05:121957
220La savane balade creole Eugene List 00:06:341957
221Fleurette africaine Duke Elington/charles Mingus/max RoachDuke Ellington 00:03:361962
31Stranded in the jungle The CadetsSmith Ernestine 00:03:051956
32Ubangi stomp Warren SmithCharles Underwood 00:01:591956
33Two for timbuktu Sonny Stitt 00:03:211959
34Kucheza blues Randy Weston 00:08:061960
35Signifyin' monkey Oscar Brown Jr 00:04:011960
36The lion sleeps tonight The TakensSalomon Ntsele 00:02:411961
37La ikbey Ahmed Abdul Malik 00:05:501961
38Afrique Art Blakey 00:06:561961
39Ayiko ayiko Art BlakeySalomon G. Llori 00:07:111962
310Moose the mooche Count Ossie 00:09:081962
311Africa John Coltrane 00:16:281961
312Garvey's ghost Max Roach 00:07:521961
Availability

Usually ships in:

3-5d.gif




Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc), chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 0143749024
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit Pré écoute possible de certains produits!

Egalement disponible aux éditions Frémeaux & Associés :

JAZZ NEW ORLEANS
   
JAZZ NEW ORLEANS
"Ici, même les enterrements ont un air de fête."
Un observateur anonyme (1819)

Philippe...
JAZZ NEW ORLEANS
SOUND OF NEW ORLEANS 1992-2005
   
SOUND OF NEW ORLEANS 1992-2005
Concocté par Jean Buzelin à partir du beau catalogue SONO créé par Gary Edwards,...
SOUND OF NEW ORLEANS 1992-2005
VOODOO IN AMERICA
   
VOODOO IN AMERICA
Puisant ses racines en Afrique de l’Ouest, le Vaudou nord-américain se développe au XIXe...
VOODOO IN AMERICA



Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

WARM UP THE BAND !
WARM UP THE BAND !
Le Big Band de Claude Bolling au grand complet, et la voix chaude et mûre de Guylenn, délivre son meilleur swing et...

THEY GIVE A VOICE TO THE SAXES
THEY GIVE A VOICE TO THE SAXES
Le saxophone a été véritablement inventé par le Jazz qui lui a donné sa...

THE GREATEST BLACK BIG BANDS
THE GREATEST BLACK BIG BANDS
L’ère des grands orchestres, des big bands, correspond exactement à la grande...

ROMANE, PIERRE & RICHARD MANETTI
ROMANE, PIERRE & RICHARD MANETTI
Romane est l’un des plus grands guitaristes français et le compositeur de jazz manouche le plus...

RHYTHM VOICE FEAT. "MR DEFUNKT" JOSEPH BOWIE
RHYTHM VOICE FEAT.
Feat. 'Mr Defunkt' Joseph Bowie / La “fusion” que tente Doran, est l'aboutissement (provisoire) de beaucoup...

RAY CHARLES - THE FREMEAUX ANTHOLOGY 1949-1960
RAY CHARLES - THE FREMEAUX ANTHOLOGY 1949-1960
Ray Charles, The Genius, figure à jamais parmi les plus grands créateurs du XXe siècle,...

NINA SIMONE - FODDER ON MY WINGS
NINA SIMONE - FODDER ON MY WINGS
Playlist Jazz Radio

Nina Simone compte parmi les plus grands artistes Noirs américains du...

NEW ORLEANS REVIVAL 1940-1954
NEW ORLEANS REVIVAL 1940-1954
Si la musique syncopée est jouée dans tous les Etats-Unis depuis le début du XXe siècle, c’est...

MILES DAVIS
MILES DAVIS
Vénéré par le tout-Paris artistique, des caves de jazz de Saint-Germain aux films de la...

LES PRIMITIFS DU FUTUR
LES PRIMITIFS DU FUTUR
Un disque gorgé de swing qui réveille instantanément, le claqueur de doigts et le tapeur de pieds qui...

JUDY GARLAND
JUDY GARLAND
Artiste légendaire d’Hollywood, Judy Garland a marqué l’ensemble de la...

BALLADS IN JAZZ
BALLADS IN JAZZ
L'anthologie des plus belles ballades choisies par Alain Gerber (Un coffret 2 CD avec livret 16 pages).

Voilà...

Radio france  ina  rfi



Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Cité de la Musique
Great Black Music
Galerie Fremeaux 2013
Expo Bestiaire Africain
Titre_cours_particulier.gif
Histoire de France Vol 1 à Vol7
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Nouveau Catalogue 2013-2014
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études

L'Evenement
Marcel Proust

Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif