Accordéon Vol. 2
Accordéon Vol. 2
Ref.: FA005

MUSETTE - SWING / PARIS 1925-1942

Ref.: FA005

Direction Artistique : DIDIER ROUSSIN

Label : Frémeaux & Associés

Durée totale de l'œuvre : 1 heures 43 minutes

Nbre. CD : 2

Sélectionnez une version :
Grâce à ce pack, vous bénéficiez d’une remise de 20.00 % soit de 9,99 €
Cette œuvre est déjà dans votre panier
Une version numérique de cette œuvre est déjà dans votre panier
Expédié sous 24 à 48h
Distinctions
Recommandé par :
  • - MUST (COMPACT)
  • - * * * * LE MONDE DE LA MUSIQUE
  • - * * * * GUIDE CD MARABOUT
Présentation

Après le succès d’un premier volume Accordéon, musette et swing 1913-1941 réalisé par la discothèque des Halles, voici une nouvelle compilation consacrée à un genre musical qui fut le symbole même d’un mode de vie, d’une époque, d’un monde pour lequel l’adjectif populaire n’avait rien de péjoratif. (...). Il n’y a rien de plus à ajouter sinon à s’incliner devant un travail d’édition mené de manière aussi compétente et passionnée (les notes de Didier Roussin conjuguent les deux) et à accorder la note maximale.
P.B., Compact Magazine

Droits : Frémeaux & Associés en Coédition avec la Mairie de Paris.



INDIFFÉRENCE, TONY MURENA • DANS LES MUSETTES DE PARIS, GERMAINE BÉRIA ACC. LES VAGABONDS MÉLOMANES • DON DIEGUE, L'ORCHESTRE MUSETTE LABICHE-DRAGHI • LA ROQUETTE, LES FRÈRES COLOMBO • BOUCAN, JEAN VAISSADE • CARAVANE RABOUINE, EMILE PRUD'HOMME • PASSION, TONY MURENA • MILK-BAR, TONY MURENA • NUAGES, GUS VISEUR • ANOMALIE, GUS VISEUR • FOLETTE, F. PIZANELLI • LA RAFALE, MÉDARD FERRERO • CZARDAS, JOE ROSSI • L'OASIS, MICHEL PÉGURI • IMPRESSION, HENRI MONBOISSE • I CAN'T GIVE YOU ANYTHING BUT LOVE, L'ORCHESTRE MUSETTE GIGETTO CONSTONCELLI • SUR LE TROTTOIR, JOSEPH GHIA • UN MAUVAIS GARÇON, HENRI GARAT ACC. EMILI PRUD'HOMME • DOUCE JOIE, GUS VISEUR • MON AMANT DE SAINT-JEAN, LUCIENNE DELYLE ACC. L'ORCHESTRE JACQUES METEHEN • BOGOTA, JO PRIVAT • FINOTTE-JAVA, SIMONE BULTIAUW • JOYEUX CANARI, ADOLPHE PRINCE
Y sont rassemblées des pièces qui avaient dû être écartées du présent volume, ainsi que des exhumations postérieures à celui-ci. L’ensemble fera passer un petit frisson (ce n’est pas pour rien que l’accordéon est surnommé “la boîte à frissons”) de nostalgie, mais plus encore de retrouver des artistes de haute volée : les accordéonistes Gus Viseur, Tony Murena ou Medard Ferrero, les guitaristes manouches Jean “Matelo” Ferret (père des guitaristes Boulou et Elios Ferré – Ferret à l’état-civil – qui prend un solo de première qualité dans Douce joie notamment), son frère Pierre Baro Ferret, ainsi que des musiciens comme Philippe Brun (trompette) ou Maurice Blanc (saxophone alto). Tous les styles sont présents, du plus musette (Indifférence) au plus swing (Philippe Stomp) qu’aurait pu signer Charles Trénet, en passant par le plus manouche (reprise de Nuages)

Complétez votre collection
Œuvres sélectionnés
Accordéon Vol. 2
Version CD
V. CD
29,99 €
La Gloire de L’Opérette 1922 - 1937
Version CD
V. CD
29,99 €
Pierre Louki - Concert A L’Européen - 30 Septembre 2004
PIERRE LOUKI
Version CD
V. CD
25,99 €
=
Pour un prix total de
77,37 €
au lieu de 85,97 €
Presse
Entre 1930 et 1950, la vogue de l’accordéon  parisien est à son zénith. Succédant au musette, le « swing à soufflet » fait rage dans les couches populaires ! Alors même qu’en « Amérique », mère-patrie du jazz, la « squeeze-box » syncopée est bien loin de connaître un tel succès. Il est vrai qu’avec l’arrivée des musiciens tziganes dans le monde fermé du bal musette se profile, dès le début des années trente, un jazz bien français ! Les manouches, traditionnellement rompus à l’improvisation, vont amener dans leur sillage « Sa Majesté le Swing et son cortège de chorus et de syncopations ». Un véritable vent de tempête va souffler sur les guinches de Paris et de sa proche banlieue ! De plus ; rappelons-le, depuis presque une décennie, bon nombre d’artistes noirs américains (dont la musique est souvent plus appréciée  en France que dans leur pays d’origine) viennent  régulièrement se produire dans la Capitale, quand ils n’y sont pas déjà installés. Effluves de jazz et bruits de paixC’est à la toute fin de la Première Guerre Mondiale que les premières bouffées de cette nouvelle musique née dans les moiteurs louisianaises viennent flotter sous le ciel de Paris. Dès son apparition sur le continent américain, ce jazz avait donné naissance à une multitude de pas de danse parmi lesquels le fox-trot (trot du renard), appellation plus policée de Bunny Hug (étreinte du lapin) plus rarement employé, sans doute en raison de sa connotation plus directement sexuelle. Son arrivée dans notre beau pays lui vaudra d’ailleurs, dans un premier temps, de gagner, à l’écrit, un « t » supplémentaire disparu sur les étiquettes de 78 tours de la décennie suivante. Dans son bel ouvrage « Les bals de Paris », André Warnod, flâneur, écrivain et chroniqueur le décrit ainsi : « Il y a de la marche triomphale, de la charge à la baïonnette et du combat de boxe dans un fox-trott bien enlevé ! » A cette époque, riche d’une nouvelle musique née au tournant du siècle d’entre les plis de son soufflet, le musette, l’accordéon est bien implanté dans les quartiers populaires. Agé de près de quatre-vingt-dix ans et pourtant loin d’être au faîte de sa gloire, il a déjà produit ses grandes stars (Emile Vacher, les frères Péguri, Casimir Coïa, Guérino…) mais il faudra attendre le début des années vingt pour que cette première vague de « musique sauvage » en provenance des U.S.A. fasse ouvrir aux « laborieux du dépliant » une oreille d’abord curieuse, puis enfin intéressée. La Préhistoire ou quand swinguent les lames de Cro-MagnonL’industrie du disque naissante s’étant très vite mise au service de la mode, les grands créateurs du musette, inféodés aux labels Pathé, Idéal, Perfectaphone, durent enregistrer des fox-trot à tour de bras. Ainsi, les Péguri, Vacher et quelques autres, en gravèrent avec plus ou moins de bonheur. Ce fut, en fait, avec les deux plus grandes vedettes « médiatiques » de l’époque, Maurice Alexander et Fredo Gardoni, que le fox-trot connut sa plus grande popularité. Nés respectivement en 1898 et 1900, ces deux accordéonistes étaient loin, tant s’en faut, s’être des monstres de swing. Ils surent cependant se choisir des accompagnateurs  dotés d’une solide formation musicale, et dont les oreilles avaient, de toute évidence, traîné du côté des dancings et des boîtes de nuit où les sons discordants du jazz-band faisaient la conquête d’un public grandissant. Un certain « Jiungo Renard » (Django Reinhardt) gravera ainsi deux titres au banjo derrière Alexander, pour la firme Henry en 1928. La même année, on le retrouve sur dix titres derrière Marceau et quatre au côté de Vaissade. Virtuoses, ces deux grands accordéonistes ne maîtrisèrent pas plus que les autres ce swing mystérieux. Ni Jean Vaissade (1911-1979), qui restera toute sa vie fidèle au répertoire du bal musette, ni Marceau Verschueren, alias V. Marceau (1902-1990) qui, pourtant, jouait des ragtimes et des cake-walk, ayant très tôt écouté les premiers disques de fox-novelty (succédané populaire du ragtime), des premiers grands accordéonistes américains comme Pietro Frosini, les frères Pietro et Guido Deiro. Quelques autres, toutefois, parvinrent à balancer d’assez jolie façon tel Albert Carrara (1903-1968), notamment dans « Je ne saurai jamais dire ça » accompagné par le banjoïste Roger Chaput, futur guitariste du Quintette du Hot Club de France, ou Georges Sellers, au sein de l’orchestre d’Eudore Rancurel dans « Accordéon Marmelade ». Les pionniers ou la « Ruée vers l’Hot »Il faut attendre les années 1930 pour voir apparaître les premiers accordéonistes swinguants. Curieusement, ceux-ci ne vont pas forger leur style sur le modèle américain, ignorant complètement qu’il puisse même y avoir des accordéonistes de jazz Outre-Atlantique, mais vont donc développer un type spécifique de « Swing à la Française » qu’on pourra qualifier de jazz-musette. Les premiers à jouer « hot », comme on disait alors, seront Raymond Marquet, dont on ne connaît aucun enregistrement à ce jour, et Jean Salimbeni, dit « Jean le Boutonneux », dont on peut saisir, bien que très brièvement, le sens certain du swing dans « Si j’aime Suzy » et « Hot Accordéon ». Ils ouvraient la voie aux grands accordéonistes de swing qui allaient marquer les décennies suivantes. Louis Richardet : du soufflet à la gachette Né en 1911, ayant débuté par l’apprentissage du piano classique, il se tournera définitivement vers le jazz et la variété quelques neuf ans plus tard. Pionnier du Swing français, s’exprimant dans un style inspiré d’Earl Hines, ce sera en même temps le premier pianiste parisien à se produire avec les Cubains et les Antillais, (sous le pseudonyme de Louis de Riquez). Tombant par hasard sur un accordéon à clavier piano, lors d’un remplacement, il s’y initie en autodidacte, s’inspirant des disques des vedettes du moment. Dès 1932, il forme un quintette swing. En 1935, il grave trois titres, « Strange Harmony », « Sérénade » et « Double Trouble », au côté du violoniste de jazz Michel Warlop. Il y dispense un swing tranquille, se montrant néanmoins fort inspiré et prodiguant un phrasé décontracté « à l’américaine ». Il continuera à enregistrer pour les firmes Brunswick, Polydor, Swing et Decca jusqu’au début de la Seconde Guerre Mondiale qui mettra fin à sa carrière musicale. Désabusé, il quittera progressivement le métier pour se consacrer à des activités sportives et journalistiques. Promoteur du Ball-trap en France, il en sera longtemps un des arbitres internationaux et s’éteindra en 1988.Charley Bazin : Corde et lameNé en 1912, René « Charley » Bazin (« d’Arcachon », titre de noblesse que son ami Jo Privat aime à lui donner) démarre très jeune sur un modèle diatonique puis passe au chromatique, s’initie à la guitare, à la trompette et finalement entre au Conservatoire de Nice. Il en sortira pour mener une double carrière d’accordéoniste et de guitariste. Ayant commencé le métier dès 1928, il écumera les bals musette de Paris et sa banlieue ainsi que nombre de cabarets et dancings. Il travaillera un temps au sein de grands orchestres de variété, tels ceux de Ray Ventura, Raymond Legrand ou Jacques Hélian. En 1935, il monte un quartette swing et se produit dans les boîtes de nuit. En 1950, sorti vainqueur du tournoi radiophonique « Swing contre musette », il acquiert une audience plus médiatique et entame une seconde carrière, animant galas et soirées dansantes dans toute la France. Marginal ayant longtemps refusé d’enregistrer les tubes de l’époque, sa discographie est sensiblement réduite par rapport à celle des autres accordéonistes de sa génération. Subtil improvisateur et arrangeur de grand talent, son style rageur et inspiré est à rapprocher de celui de son cadet Gus Viseur.Gus Viseur : les anches du swingBelge par son père, marinier et accordéoniste amateur, Gustave, Joseph « Gus » Viseur, dit « Tatave » est assurément le plus virtuose des accordéonistes du swing français. Dès sa sixième année, il fait l’apprentissage de l’instrument. Très vite il fait la manche sur les marchés de la banlieue parisienne, puis se produit dans les cafés de Ménilmontant et entre enfin au bal musette. Il débute sa carrière discographique en 1935 tenant le second accordéon dans l’orchestre de « Médard Ferrero & ses Clochards ». En 1937, il enregistre ses deux premiers standards de jazz : « Some of these days » et « Dinah » pour la marque Pagode. C’est le début d’une longue série de disques de swing sous les labels les plus divers : Pathé, Columbia, Swing, Polydor, La Voix de son Maître, Decca, Pacific, Ducretet-Thomson, Barclay, Vogue, etc… Avec ses amis Murena et Privat, il sera un des grands créateurs de la valse swing. On lui doit : « Flambées montalbanaises » et « Swing valse ». Gus Viseur élève l’accordéon-swing à son plus haut niveau. Il est à l’accordéon ce que Django Reinhardt est à la guitare.     Tony Murena (1916-1970) : la passion du swingNé en Italie, le petit Antonio viendra très tôt à Paris. Exceptionnellement doué, il n’a que neuf ans lorsqu’il commence à se produire en public. Bientôt, de bals musette en cabarets et casinos, il se taille une solide réputation de swingman. Dès 1939, il enregistre pour a firme Odéon. Plus que les standards, il jouera des swings de sa composition, tels « Kiwi », « Etude swing », « Ciro’s », « Pré Catelan », etc… Paradoxalement, la couleur dominante de ses enregistrements tient davantage que ceux de ses collègues, du swing américain, notamment par l’emploi du piano et de la clarinette qui le rapprochent de l’univers d’un Benny Goodman, alors très en vogue en Europe. Improvisateur inspiré, son jeu reste plus aéré que celui de Viseur. Jo Privat : lame tziganeBenjamin du lot, Georges Privat est né en 1919 en plein quartier de Ménilmontant. Gosse de la rue et grand argotier devant l’éternel, celui que l’on appellera désormais « Jo », deviendra, au-delà de sa musique, un personnage haut en couleur et une figure emblématique du monde du bal musette, des mauvais garçons et des truands de haute volée qui composent une grande partie de sa clientèle. Compositeur du célèbre Balajo, du nom du bal où il restera près de cinquante années consécutives, il écrira certaines des plus belles valses manouches. Elles auront pour titre « Mystérieuse », « Rêve bohémien », « Sa préférée », « Brise sablaise », « Impression gitane », etc…Swingman accompli, plus que les autres il puisera son inspiration dans le terreau tzigane. Amoureux du couple accordéon/guitare, cette formule fera chez lui figure de symbole. Amis de guitaristes manouches, il les emploiera presque tous. Toujours en activité, il se produit et enregistre encore abondamment, tant dans le domaine du swing que celui du musette et de la variété. La swing (suite)A l’aube de la seconde guerre mondiale, alors que Bazin, Viseur, Murena et Privat sont les maîtres incontestés de l’accordéon swing, les émules apparaissent. Né en 1915, Emile Carrara, dit « Milo », fait son premier bal à neuf ans. A partir de 1941, il grave de nombreux swings pour la firme Pathé. Ce n’est pourtant pas là, malgré tout, qu’il donne le meilleur de lui-même, plus à l’aise dans un répertoire traditionnel de valse musette à couleur manouche telle que « Volubilis », une de ses plus belles compositions, ou encore dans « Mon amant de St Jean » qu’il a si joliment popularisé. Ayant  joué dans nombre de bals, cabarets, dancings et brasseries, il s’éteindra en 1973. Les ignorés du swingNé en 1923, Georges Dalibon, alias Géo Daly, fera swinguer son accordéon jusqu’en 1946, date à laquelle il deviendra le grand vibraphoniste que l’on sait. Charles Verstraete, né en 1924, est plus connu à l’heure actuelle comme tromboniste au sein des orchestres de jazz et de variété. Pourtant, en 1945, on pouvait l’apprécier à la tête d’un quartette « à la Viseur » s’y exprimant avec fougue et imagination. Né en 1924, lui aussi, au sein d’une famille de musiciens itinérants, le tzigane Tony Fallone, de même que son cousin Tieno, sera parmi les rares accordéonistes d’une ethnie dont les membres ont préféré de tout temps le violon et la guitare. Le premier est actuellement directeur d’une école d’accordéon  en Bourgogne, tandis que l’on perd la trace du second après un disque supposé en compagnie du guitariste Tchan-Tchou. Restent les plus obscurs, tels Jean Fréber, né en 1918, qui mena une bonne partie de sa carrière dans l’orchestre de Bernard Hilda, et dont on saura apprécier la fougue dans certains de ses très rares enregistrements, et Pierre Thiébat qui dirigeait un bon orchestre swing en 1941. Tous ces défricheurs de la jungle des anches de la syncopation firent école et nombre d’accordéonistes des générations suivantes n’allaient pas manquer (ô combien !) de s’en inspirer. Le jazz américain est à présent plus solidement implanté et les disques circulent plus facilement. Les nouveaux jazzmen de l’instrument s’en imprègnent d’autant plus que les enregistrements d’accordéonistes américains tels ceux de Joe Mooney, Art Vandamme, Charlie Magnante, et d’autres encore ont commencé à circuler. Hormis Marcel Fréber, né en 1926 et frère cadet de Jean qui, évoluant dans le circuit des cabarets tziganes, s’est toujours exprimé dans le plus pur style swing hérité de Gus Viseur, les nouveaux venus mâtinent leurs chorus d’une touche toujours plus grande de modernité. Jean-Pierre Coustillas, né en 1927, fera une carrière on ne peut plus discrète tant à l’accordéon qu’à la contrebasse et au bandonéon. Notamment dans l’orchestre de gala de Marcel Azzola. Né en 1929, Jean Cortinovis, alias Jean Corti, surnommé « Nany », suivra un chemin aussi discret, accompagnant toutefois le grand Jacques Brel durant près de sept années. Armand Lassagne, né en 1934, travaillera au sein d’orchestres de variété, tel celui de Raymond Legrand, puis accompagnera les vedettes de la chanson des années cinquante et soixante. Jo Maurage, né en 1931, se dit à la fois influencé par Viseur et Murena, tandis que Tony Jacques, Jacques Faivre de son vrai nom, se réclame de Privat, qu’il aura souvent l’occasion de remplacer. Reste quelques marginaux comme Marc Favot, mort en 1992, jouant swing et musette dans les bars et les cafés proches du marché aux Puces, et entrevu dans un festival Django Reinhardt à Samois, en 1983. Raymond Siozade, compte de Vergerac (1930-1986) mènera, pour sa part, une carrière de vedette de l’accordéon, sillonnant la France au gré des galas. On le remarquera au sein d’un quartette de swing manouche, en compagnie des guitaristes Patrick Saussois et Didier Roussin, ainsi que du défunt contrebassiste Pascal Chebel, aux « Bastille Days » de Milwaukee (Wisconsin) en 1984. Tous ces ignorés du swing ont en commun la particularité de n’avoir jamais, malgré leur talent incontestable en ce domaine, enregistré de disque de jazz dignes de ce nom. Certains, bien que confidentiellement, furent plus heureux, sans toutefois « faire exploser les bacs ». Quelques traces de swingMarginal et ne se réclamant de personne, Fernand Verstraete (1925-1992), réputé par sa technique foudroyante et son sens harmonique très développé, a surtout été connu comme trompettiste, en dépit d’un 33 tours mythique car introuvable à l’heure actuelle. Roger Etlens, quant à lui, gravera quelques faces chez Polydor dans les années quarante. Louis Corchia et Marcel Azzola sont, quant à eux, élèves de Marco Ferrero virtuose et professeur réputé qui, en 1942, s’était par ailleurs essayé au swing lors d’une séance chez Polydor en gravant « Je voudrais manger du swing » accompagné par l’Orchestre Rawson. Le premier, né en 1935, mène une carrière fructueuse dans la variété et n’a laissé qu’un 45 tours enregistré sous le nom de Lewis Corson, qui témoigne d’une belle veine improvisatrice dans le style middle jazz. Quant au seconde, né en 1927, ce n’est qu’en 1982 pour qu’il enregistrera un disque de jazz (avec Marc Fosset et Patrick Caratini), se retrouvant ainsi parmi les artisans du renouveau du jazz à l’accordéon. La mort du swing (suivie de sa renaissance…)La vague « yéyé » surgie d’outre-Atlantique avait sonné le glas de l’accordéon en général et de son « excroissance swing » en particulier. Il faudra attendre les années quatre-vingts pour que la bête se réveille, et que surgissent les jeunes loups du jazz moderne, tels que Richard Galliano, Françis Varis, Daniel Colin… mais nous sortons là du domaine du swing pour entrer dans celui du jazz moderne qui n’est pas notre propos dans cet article. L’accordéon swing : le RetourCependant, certains jeunes accordéonistes nés dans les années quarante, cinquante et soixante sont restés attachés à un style proche de celui de la grande époque. Parmi eux, une femme Claudine Valadier, excellente « swingwoman », Gaston Michel, (né en 1948), dans le quartette du manouche Chela Weiss. D’autres, sous la double influence du « revival » de l’accordéon et de la musique manouche apparue à la fin des années quatre-vingt, se sont trouvé séduits par cette esthétique déjà bien oubliée, une bonne dizaine d’années avant leur naissance, tels que Jean-Claude Laudat du groupe « Swing Valse », François Parisi (né en 1962), que l’on peut apprécier dans les CD « Paris-Musette-Volumes 1 et 2 », Thierry Borne, réunionnais membre du collectif « La Soufflette », François Belleau (né en 1958) au côté du guitariste Patrick Saussois ou Jean-Luc Chanroux, adepte du clavier-piano, à la tête de son propre trio. Du folk au swing. Suite à cette sorte de « Django craze », évoquée plus haut, on constante qu’une partie grandissante des accordéonistes du monde de la musique trad. se risque, souvent avec bonheur, dans l’univers manouche. C’est la cas de Serge Desaunay passant de plus en plus du diatonique au chromatique pour « rabouiner » au sein de son « Cocktail swing » ou de Frédéric « Gazman » Lambierge qui « fait craquer les bois » à la fois de sa guitare manouche et de son diatonique trafiqué. Sous le swing des manouchesOn a vu que les guitaristes tziganes, Django Reinhardt en tête, étaient les grands responsables du passage du banjo à la guitare dans les bals musette. Devenus de ce fait, les tout premiers artisans de la rénovation du répertoire accordéon, ils surent inspirer tous les grands stylistes des années trente et quarante. Adeptes inconditionnels de cette fameuse guitare à pan coupé de modèle « Selmer », ils en firent leur instrument-roi. Peu d’entre-eux pratiquèrent d’autres instruments. Hormis Guérino, dont les origines tziganes restent toutefois contestées, et, plus tard les Fallons, aucun accordéoniste manouche n’émarge vraiment de cette première moitié du siècle. Il faut attendre les années soixante pour voir se profiler quelques individualités isolées. Citons Pipy et Laté Adel, qui n’ont malheureusement jamais enregistré, Knike Lagrène et Marcel Loeffler, tous deux de l’est de la France,  et Fred Grünigel, de la « Tribu Grünigel ».Coda (provisoire)Après presque trente ans d’une immense popularité, l’accordéon swing tombera en désuétude pendant près de vingt ans. Depuis une dizaine d’années environ, il repointe le pli de son soufflet pour reprendre sa place au milieu des autres instruments de musique en faisant bien attention de ne pas gêner ses petits camarades. Touchons du bois… ou de la nacre, il apparaît qu’une nouvelle génération de musiciens de jazz aimerait l’accordéon  sans arrière pensée : c’est bon swing !Dider ROUSSIN - TRAD MAG
Lire davantage Lire moins
« Il avait l’humilité de ses gens de la rue, lumineux, qui marchent sous le soleil de leur dignité et ne courbent pas l’échine. Il nous a quittés avec trop discrétion. Didier Roussin, guitariste unique en son genre (régulier compagnon musical de Jo Privat), était amoureux d’un autre instrument (l’accordéon) et figurait parmi les plus éminents connaisseurs de musette. Il a été emporté par un cancer le 5 juillet 1996, à l’âge de quarante-six ans. Nous l’avions programmé à la Fête de l’Humanité dans le cadre de l’espace jazz (1). Son groupe maintient sa  participation, car il tient à rendre hommage à celui qui était aimé autant pour ses qualités humaines que musicales. « C’est la mémoire du musette qui s’envole , parce qu’il en était le seul véritable historien, nous rappelle avec émotion Franck Bergerot, journaliste et spécialiste du genre. C’est une médiathèque anéantie, celle qu’il avait rassemblée autour de lui : disques (du 78 tours au Cd), livres et correspondance. Elle est réduite au silence maintenant qu’il n’est plus là pour en commenter le contenu. Puisse-t-elle ne pas être dispersée aux quatre vents. Madeleine Juteau, sa compagne et collaboratrice, en possède encore les clés à travers les nombreuses notes laissées par Didier, déchiffrables par elle seule, dans le cadre d’une histoire du musette à laquelle ils travaillaient ensemble depuis plusieurs années. » Franck Bergerot avait sollicité Didier Roussin comme conseiller artistique, lorsqu’il s’était attelé à la réalisation de « Paris Musette » (La Lichère Night and Day), remarquable (et indispensable) album qui a incontestablement contribué au renouveau de ce style  (et dont nous avion salué la sortie dans nos colonnes). Roussin a travaillé avec le journaliste François Billard au livre « Histoire d’accordéon » (éditions Climats), un ouvrage de référence également ; traitant de l’accordéon à travers son histoire et ses représentants dans le monde entier. Dès sa tendre enfance il a baigné dans la musette, grâce à son oncle, notamment, qui jouait de l’harmonica et que le garçonnet a commencé à accompagner lors des réunions familiales. Adolescent, Didier s’est accroché à sa  passion malgré les rigolades de ses copain qui trouvaient le musette ringard, et auquel ils préféraient le rock’n’roll. Il s’est toujours moqué des modes, des ragots et des égards suspects. Il se revendiquait de la rue, dont il possédait à la perfection, le langage coloré. Une science savoureuse dont on retrouve la substantifique moelle dans « l’Argot des musiciens » (éditions Climats), livre écrit avec Madeleine Juteau et Alain Bouchaux. Didier Roussin était curieux de toute musique et avait une culture d’un incroyable éclectisme. Il pouvait jouer aussi du blues, du be bop, des standards manouches. Dans le mensuel « Trad Magazine » (2), il déclare : « Je pense qu’un de mes grands préférés à l’accordéon, bizarrement, c’est Bernard Lubat. Il ne s’affirme pas comme un accordéoniste. C’en est un à la base, mais il a tellement laissé l’instrument de côté que, quand il le reprend, il est désintoxiqué ; donc, en fin de compte, il en fait quelque chose qu’un autre accordéoniste ne peut faire ; c’est très bizarre. Lubat, c’est le seul qui ait réussi à sortir du schéma accordéonistique : c’est peut-être ce qui m’excite le plus. »Par FARA.C — L’HUMANITE
Lire davantage Lire moins
« Volume deux d’une indispensable anthologie : l’anthologisto-banjo-quitariqte Didier « rouston » Roussin, si on devine sa préférence pour le musette – swing –manouche, présente tous les styles, sublimes Indifférence et autres Passion et Nuages aux kitcherie yodlées, des maestro aux curiosités (Grock), et Joe Rossi à treize ans en débutant prodige. Belle initiation au genre, parfait cadeau pour des amis étrangers. » Par Hélène Hazera — LIBERATION
Lire davantage Lire moins
« Depuis que la très belle compilation de faces 78 t réalisée par Didier Roussin sous le titre Accordéon, Paris 1913-1941a réhabilité la tradition populaire parisienne, voilà que l’on réédite à tour de bras ( et souvent n’importe comment) des faces que personnes n’avait publiées depuis l’apparition du microsillon. Vieil amateur d’accordéon, Jo Milgram a pris la direction d’une compilation concurrente, La Légende du musette, qu’il présente lui-même comme le complément du travail de Roussin. Nous voilà donc en possession de Reproche, Bourrasque, Espoirs perdus, Idylle inconsciente, Mon amant de Saint Jean et bien d’autres pièces légendaire. Le tout, c’est tant mieux pour nous, sans un seul doublon avec la première compilation. Seulement voilà : Didier Roussin préparait déjà une suite à son travail et s’est donc fait couper l’herbe sous le pieds. Comme il a le sens du patrimoine et le respect du public, il a lui aussi voulu éviter les doublons avec La légende du musette. A deux exception près : comment conclure une telle entreprise en faisant abstraction d’Indifférence et Passion par Murena ? Pour le reste il a sorti ses jokers : Nuages et Douce joie par Viseur, Un mauvais garçon par Henri Garat accompagné d’Emile Prud’homme, Reginella par Gardoni, Jour de swing par Richardet… Et comme dans le musette on est un peu voyou, il en a sorti encore d’autres, des raretés, des curiosités, des drôleries : La Czardas de Monti par Joe Rossi à l’âge de treize ans. A la Bastoche par le clown Grock, la Corrida jouée sur accordéon à pédalier de basses, Joyeux Canari par Deprince avec «  effets spéciaux », le Chant du berger, désopilante tyrolienne accompagnée par Marceau. Cela ne vaut pas le « Choc » que méritait le premier volume, mais cela reste exemplaire, notamment pour les dates et personnels indiqués dans le livret, que Milgram préfère garder secrets. »Par Franck Bergerot — TELERAMA
Lire davantage Lire moins
« La musique trad a eu son collectage. Les chercheurs partaient avec le magnéto sous le bras à la recherche des anciens. Le « Musette » va au studio nettoyer les vieux 33 tours. La démarche est différente mais le but est le même : faire découvrir un pan de notre culture aux nouvelles générations. Ce deuxième volume édité par « Frémeaux & Associés » possède le même intérêt que le précédent, même qualité de nettoyage (Silex fait quand même du meilleur boulot), même qualité au niveau des musiciens etc.… Un disque pour fan de musette, d’accordéon et surtout pour les autres. »Par Thierry Laplaud —TRAD MAG
Lire davantage Lire moins
« Plébiscité, le 1er volume  « Accordéon, musette et swing, 1913-1941 » appelait une suite. La voici avec 36 nouveaux titres. On y retrouve les précurseurs et grands maîtres du genre, soit en solistes, soit en accompagnateurs de la chanson populaire réaliste. La conception et la direction artistique de cette anthologie sont assurées par l’infatigable Didier « Buffalo » Roussin, guitariste entre autre de Jo Privat et spécialiste incontesté du piano à bretelles, co-auteur d’ « histoires d’accordéon » et ici d’un copieux livret détaillant dates et musiciens de ces séances. Comme pour le volume 1, le volume 2 comprend quelques titres très rares qui ont été magistralement restaurés. Bien sûr, le Swing est largement représenté : 5 titres de Muréna des années 40, dont une version de Maria qui à elle seule justifie l’achat du disque, ne serait-ce que pour l’éblouissant chorus de Baro ferret, que  tous les guitaristes essayent de jouer plus vite que leur ombre feraient bien d’écouter et de méditer. 4 titres de Gus Viseur de 1942 avec Matelo Ferret et Joseph Reinhardt aux guitares. Retenons «  Douce joie » valse manouche, où Viseur est au sommet de sa forme. Citons également « Jour de Swing » de Louis Richardet (1943) soutenu ici par la fine fleur des solistes de jazz français de l’époque. En ce début des années 90, l’accordéon sort de son ghetto culturel et bénéficie d’un changement de statut spectaculaire, comme en témoigne les nombreuses rééditions tous comme les productions nouvelles. Et ce n’est que justice ! Bravo pour cette belle réalisation. »Par Francis Couvreux — ETUDES TZIGANES
Lire davantage Lire moins
“Après le succès d’un premier volume Accordéon, musette et swing 1913-1941 réalisé par la discothèque des Halles, voici une nouvelle compilation consacrée à un genre musical qui fut le symbole même d’un mode de vie, d’une époque, d’un monde pour lequel l’adjectif populaire n’avait rien de péjoratif. Y sont rassemblées des pièces qui avaient dû être écartées du précédent volume, ainsi que des exhumations postérieures à celui-ci. L’ensemble fera passer un petit frisson (ce n’est pas pour rien que l’accordéon est surnommé “la boîte à frissons”) de nostalgie, mais plus encore de retrouver des artistes de haute volée : les accordéonistes Gus Viseur, Tony Murena ou Medard Ferrero, les guitaristes manouches Jean “Matelo” Ferret (père des guitaristes Boulou et Elios Ferré – Ferret à l’état-civil – qui prend un solo de première qualité dans Douce joie notamment), son frère Pierre Baro Ferret, ainsi que des musiciens comme Philippe Brun (trompette) ou Maurice Blanc (saxophone alto). Tous les styles sont présents, du plus musette (Indifférence) au plus swing (Philippe Stomp) qu’aurait pu signer Charles Trénet, en passant par le plus manouche (reprise de Nuages). Il n’y a rien de plus à ajouter sinon à s’incliner devant un travail d’édition mené de manière aussi compétente et passionnée (les notes de Didier Roussin conjuguent les deux) et à accorder la note maximale.” P.B., COMPACT MAGAZINE
Lire davantage Lire moins
***Le Guide du CD « Quand l’accordéon français n’est pas que musette, Tony Murena, Gus Viseur, Jo Privat, Fréhel accompagnée par Alexander pour la « Der des der » et surtout le magnifique « Mon amant de Saint-Jean » par Lucienne Delyle. » LE GUIDE DU CD
Lire davantage Lire moins
Liste des titres
  • Piste
    Titre
    Artiste principal
    Auteur
    Durée
    Enregistré en
  • 1
    INDIFFERENCE
    TONY MURENA
    TONY MURENA
    00:02:34
    1942
  • 2
    DANS LES MUSETTES DE PARIS
    GERMAINE BERIA
    D CAUQUIS
    00:03:11
    1932
  • 3
    DON DIEGUE
    LABICHE
    G GOLDBERG
    00:02:56
    1932
  • 4
    LA ROQUETTE
    FRERES COLOMBO
    JEAN ALFARO
    00:02:47
    1934
  • 5
    BOUCAN
    JEAN VAISSADE
    M RAZAVET
    00:03:14
    1930
  • 6
    CARAVANE RABOUINE
    EMILE PRUD HOMME
    EMILE PRUD HOMME
    00:02:39
    1942
  • 7
    PASSION
    TONY MURENA
    TONY MURENA
    00:02:31
    1942
  • 8
    MILK BAR
    TONY MURENA
    TONY MURENA
    00:02:32
    1942
  • 9
    NUAGES
    GUS VISEUR
    DJANGO REINHARDT
    00:02:59
    1942
  • 10
    ANOMALIE
    GUS VISEUR
    GUS VISEUR
    00:02:57
    1942
  • 11
    FOLETTE
    F PIZANELLI
    PIZANELLI
    00:03:08
    1930
  • 12
    LA RAFALE
    MEDARD FERRERO
    MEDARD FERRERO
    00:03:03
    1937
  • 13
    CZARDAS
    JOE ROSSI
    VITTORIO MONTI
    00:03:15
    1936
  • 14
    L OASIS
    MICHEL PEGURI
    CHARLES PEGURI
    00:02:42
    1926
  • 15
    IMPRESSION
    HENRI MONBOISSE
    CHARLES PEGURI
    00:02:39
    1930
  • 16
    I CAN T GIVE YOU ANYTHING BUT LOVE
    CONSTONCELLI GIGETTO
    J MC HUGH
    00:03:06
    1929
  • 17
    SUR LE TROTTOIR
    JOSEPH GHIA
    CHARLYS
    00:02:54
    1930
  • 18
    UN MAUVAIS GARCON
    HENRI GARAT
    JEAN BOYER
    00:02:53
    1936
  • Piste
    Titre
    Artiste principal
    Auteur
    Durée
    Enregistré en
  • 1
    DOUCE JOIE
    GUS VISEUR
    GUS VISEUR
    00:03:03
    1942
  • 2
    MON AMANT DE ST JEAN
    LUCIENNE DELYLE
    EMILE CARRARA
    00:02:49
    1942
  • 3
    BOGOTA
    JO PRIVAT
    FREDANYS
    00:02:25
    1936
  • 4
    FINOTTE JAVA
    SIMONE BULTIAUW
    DOMINICY
    00:03:04
    1938
  • 5
    JOYEUX CANARI
    ADOLPHE DEPRINCE
    ADOLPHE DEPRINCE
    00:02:54
    1933
  • 6
    AUBADE CHARMEUSE
    EMILE VACHER
    EMILE VACHER
    00:02:28
    1928
  • 7
    PAGANINI MAZURKA
    MEDARD FERRERO
    MEDARD FERRERO
    00:03:02
    1935
  • 8
    PHILIPPE STOMP
    GUS VISEUR
    GUS VISEUR
    00:02:41
    1940
  • 9
    MARIA
    TONY MURENA
    R LUCCHESI
    00:03:09
    1942
  • 10
    REGINELLA
    FREDO GARDONI
    G LAMA
    00:03:17
    1927
  • 11
    LUCIA
    LOUIS PEGURI
    LOUIS PEGURI
    00:02:36
    1931
  • 12
    POLKA DES VIRTUOSES
    VICTOR MARCEAU
    VICTOR MARCEAU
    00:02:56
    1936
  • 13
    CHANT DE BERGER
    EDGARD DETRAIT
    VICTOR MARCEAU
    00:03:01
    1930
  • 14
    A LA BASTOCHE
    GROCK
    GROCK
    00:02:48
    1934
  • 15
    LA CORRIDA
    CASTIO ARENAS
    CASTIO ARENAS
    00:02:54
    1925
  • 16
    JOUR DE SWING
    LOUIS RUCHARDET
    LOUIS RICHARDET
    00:02:42
    1942
  • 17
    CAPRICE MUSETTE
    TONY MURENA
    JOSEPH COLOMBO
    00:02:59
    1934
  • 18
    LA DER DES DERS
    FREHEL
    MICHEL VAUCAIRE
    00:02:49
    1939
commander les produits Frémeaux ?

par

Téléphone

par 01.43.74.90.24

par

Courrier

à Frémeaux & Associés, 20rue Robert Giraudineau, 94300 Vincennes, France

en

Librairie ou maison de la presse

(Frémeaux & Associés distribution)

chez mon

Disquaire ou à la Fnac

(distribution : Socadisc)

Je suis un(e) professionnel(le)

Librairie, disquaire, espace culturel, papeterie-presse, boutique de musée, médiathèque…

Contactez-nous