Fremeaux.com
 
DINAH WASHINGTON
Réf. : FA5209

DINAH WASHINGTON

LA REINE - THE QUEEN - 1943-1957

Direction artistique : JEAN BUZELIN
Label : FREMEAUX & ASSOCIES
Nombre de CD : 2
Vous pouvez acheter ce produit :

- Chez votre libraire ou maison de la presse (Frémeaux & Associés distribution)
- Chez votre disquaire ou à la Fnac (distribution : Socadisc)
- Sur lalibrairiesonore.com
- Sur librairie-audio.com Pré écoute de certains produits!
- Par téléphone au 01.43.74.90.24
Distinctions :
RECOMMANDÉ PAR FRANCK MÉDIONI SUR JAZZ A FIP / CHOC JAZZMAG - JAZZMAN / "LE PIED" SOUL BAG / RECOMMANDÉ PAR FRANCE MUSIQUE / RECOMMANDÉ PAR TSF
Dinah Washington, la “Reine du Blues“, fut la plus grande blueswoman parmi les chanteuses de jazz et la plus grande jazzwoman à chanter le blues !
Dans l’histoire de l’art vocal afro-américain, elle se place au sommet, aux côtés de Bessie Smith, de Billie Holiday, de Mahalia Jackson et d’Ella Fitzgerald. Jean Buzelin permet de saisir toutes les facettes de l’incroyable talent de Dinah Washington dans ce coffret de 42 titres avec livret français-anglais de 24 pages.
Patrick Frémeaux

Evil Gal Blues • Blow Top Blues • My Lovin’ Papa • The Man I Love • Oo Wee Walkie Talkie • Postman Blues • Ain’t Misbehavin’ • Resolution Blues • Long John Blues • Good Daddy Blues • It Isn’t Fair • Baby Get Lost • I Wanna Be Loved • Fast Movin’ Mama • Richest Guy In The Graveyard • I’ll Never Bee Free • Big Deal • Ain’t Nobody’s Business But My Own • I Won’t Cry Anymore • Wheel Of Fortune • Trouble In Mind • Pillow Blues • I Cried For You • Feel Like I Wanna Cry • Am I Blue • My Man’s An Undertaker • Short John • Big Long Slidin’ Thing • I Don’t Hurt Anymore • No More • Teach Me Tonight • I Just Couldn’t Stand It No More • Make The Man Love Me • Blue Gardenia • There’ll Be Some Changes Made • Willow Weep For Me • There’ll Be A Jubilee • You Let My Love Get Cold • You’re Crying • Somebody Loves Me • Blues Down Home • Black And Blue

Dinah Washington, the “Queen of the blues”, was the most outstanding blues artist among female jazz singers and the greatest female jazz vocalist to sing the blues! She occupies a place in the history of Afro American vocal art at the summit, alongside Bessie Smith, Billie Holiday, Mahalia Jackson and Ella Fitzgerald. Jean Buzelin allows the listener to discover the amazing talent of Dinah Washington in this 42 titles double CD-set accompanied with a French and English 24 pages booklet.
Patrick Frémeaux

Droits : Frémeaux & Associés. cd disques anciens.
Liste des articles de presse consacrés à ce CD :
- "Le tout enrichi d’une biographie très détaillée" par Arnaud STEFANI
"Voilà une belle anthologie (un double CD de quarante-deux morceaux) permettant de (re)découvrir celle que l’on a appelée "La Reine du blues", à partir de ses premiers enregistrements en 1943 (elle n’a alors que dix-neuf ans) au sein du sextet de Lionel Hampton.
La chanteuse interprète des titres de blues pur, d’autres relevant d’un blues davantage harmonisé ; d’autres encore sont des standards parmi les plus célèbres ("Ain’t Misbehavin", "Willow Weep For Me", "The Man I Love"). Que ce soit en studio ou en concert, toutes les facettes du chant de Dinah Washington sont représentées ici, le tout enrichi d’une biographie très détaillée."
par ARNAUD STEFANI - CITIZENJAZZ
- « Un charme addictif » par Lylo
La voix légèrement aigre de cette immense chanteuse donne à ses blues un charme addictif qu’elle distillait avec feeling et volupté sur de swingantes orchestrations. LYLO
- « Bien plus qu’une curiosité » par Jazz Magazine
« Queen of the blues », Dinah Washington était-elle une chanteuse de jazz, de blues, de rhythm’n’blues ou de variétés, sans même parler du gospel de sa jeunesse ? « I can sing anything », prétendait-elle. Ce n’est pas l’écoute de cette anthologie qui lui donnera tort. Celle-ci s’ouvre sur deux blues interprétés avec le sextette, puis le septette de Lionel Hampton, et s’achève sur une série de titres enregistrés au sein de big bands, en particulier celui de Quincy Jones. Les amateurs de « vrai jazz » trouveront largement le bonheur dans cette sélection, avec des standards comme The Man I Love, Ain’t Misbehavin’, Willow Weep For Me, Somebody Loves Me, Black and Blue… Et surtout à l’audition des différents orchestres. Un petit échantillon des accompagnateurs de luxe de la chanteuse : Lucky Thompson, Cootie Williams, Ben Webster, Paul Quinichette, Clark Terry, Clifford Brown, Wynton Kelly, Cannonball Adderley et même John Coltrane ! A signaler, bien plus qu’une curiosité, cinq titres enregistrés en concert à Los Angeles en 1950 qui donnent une idée de la ferveur que pouvait entraîner son passage sur scène. Cette voix singulière (qui n’est pas sans évoquer celle de Billie Holiday, de neuf ans son aînée) s’est éteinte en décembre 1963, à cause d’une association inadéquate d’alcool et de médicaments. Dinah Washington avait 39 ans. Patrick POMMIER – JAZZ MAGAZINE
- « L’essentiel de la puissance » par Classica Répertoire
De Décembre 1943, jeune chanteuse de 19 ans accompagnée par le sextet de Lionel Hampton, aux séances royales pour Mercury avec Quincy Jones et Eddie Chamblee de décembre 1956 et octobre 1957, ce double CD offre la « quintessence » de l’art de Dinah Washington, grande interprète du blues qui n’a guère avant elle que Bessie Smith et à son époque Billie Holiday comme rivales. Sa voix caractéristique, son abatage, sons sens profond du public l’ont vite catapulté en tête des ventes. Un extrait d’un concert très rare de l’été 1950 permet de se faire une idée de l’impact imparable de ses prestations sur scène. Morte prématurément à 39 ans, elle a heureusement laissé un legs discographique impressionnant tant au point de vue quantitatif qu’au plan de la qualité, du sein duquel il était délicat, abondance oblige, d’opérer une sélection. Judicieusement composée, superbement produite, cette anthologie représente l’essentiel de la puissance, du charme du chant de Miss Washington avant qu’elle ne rencontre le succès international avec What A Difference A Day Makes et ne devienne une légende disparue dont la flamme et l’énergie revivent providentiellement à chaque seconde de cet indispensable panorama.
CLASSICA RÉPERTOIRE
- "Une couronne méritée" par Culturejazz
"Dinah Washington (Ruth Lee Jones, 1924 – 1963) a sa place au panthéon des grandes vocalistes de jazz aux côtés de Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Carmen McRae, Sarah Vaughan, Nina Simone, Betty Carter, Abbey Lincoln, Shirley Horn (sans oublier Anita O’Day), toutes nées au cours du siècle dernier. Elle fut sans conteste celle qui fut la plus attachée à s’appuyer sur les racines du gospel et surtout du blues (n’en fut-elle pas surnommée La Reine) ce qui la distingue principalement de ses consœurs, tout en étant, souligne Jean Buzelin, une musicienne capable de chanter, avec un égal résultat, blues, ballades, pop songs, jazz, standards de Broadway… elle déclarait elle-même : « je peux tout chanter » ; elle le démontre admirablement tout au long de ce coffret.
Sa voix : légèrement acidulée, vibrato de grande flexibilité, parfaite justesse. Elle possédait une diction parfaite, un sens de la nuance toute en subtilités et une « sophistication naturelle », n’appuyant jamais ses effets, ne cherchant pas à travailler une voix légèrement nasillarde qui conservera toujours la fraîcheur mutine de sa jeunesse (J.B).
Dans le CD 1, Dinah s’exprime d’abord en compagnie d’une petite formation réunie autour de Lionel Hampton en 1943-45 (elle sera la chanteuse de son big band pendant près de trois années) avec deux blues (Evil Gal Blues et Blow Top Blues) composés par le critique Leonard Feather et les obligatos des trompettistes Joe Morris et Wendell Culley et de Hamp lui-même ; toujours fidèle aux structures du blues elle chante My Lovin’ Papa en compagnie du Lucky Thompson All Stars avec les jeunes Charles Mingus à la contrebasse et Milton Jackson, vibraphoniste. Suivent le standard des frères Gershwin The Man I Love fort émouvant, une belle version du classique de Fats Waller Ain’t Misbehavin’ et un Resolution Blues accompagné par le Cootie Williams Orchestra en 1947. Cinq titres enregistrés « live » au Just Jazz Concert à Los Angeles en 1950 donnent une idée saisissante de son succès et sa popularité auprès du public noir.
Transition entre les deux CD avec des interprétations telles que le fameux Trouble In Mind en compagnie de l’orchestre du batteur Jimmy Cobb (son compagnon à cette époque) avec un remarquable solo de Ben Webster et le très « jazz » I cried For You avec cette fois Paul Gonsalves ; autre saxophoniste ténor, Paul Quinichette, l’interlocuteur le plus proche du feeling de la chanteuse, se fait entendre dans deux plages suivantes dont Am I Blue ; nous sommes en 1953. Un an plus tard elle interprète magnifiquement No More dans lequel on entend le trompettiste Clifford Brown à ses côtés.
Avec son répertoire de plus en plus populaire mais sans concession, Dinah Washington est toujours au top des ventes, ses interprétations de Teach Me Tonight, l’émouvante ballade Blue Gardenia, Willow Weep For me et le fameux Black And Blue accompagnés par les big bands de Quincy Jones (1965) ou l’un de ses maris, Eddie Chamblee (1957) étant des preuves supplémentaires de son immense talent.
Elle continuera une carrière aussi bien engagée dans le blues, le jazz et la grande variété avec un égal bonheur avant de disparaître à l’apogée de sa carrière en 1963 à l’âge de 39 ans.
Ce coffret est un témoignage indispensable en ce qui concerne la place prépondérante de cette Reine dans l’histoire du jazz et de l’art vocal afro-américain."
par JACQUES CHESNEL - CULTUREJAZZ
- "‘The Queen Of The Jukeboxes’ was another of her titles" by Blues & Rhythm
“Dinah Washington, ‘The Queen Of The Blues’, was the most outstanding blues artist among female jazz singers and the greatest female jazz vocalist to sing the blues!” – so writes Patrick Frémeaux on the back sleeve of this double CD, and it is this lack of a real, precise pigeonholing of Dinah as either a blues or a jazz artist that probably indicates why, despite being one the best-selling Black artists of her time (‘The Queen Of The Jukeboxes’ was another of her titles), most blues fans overlook her. Some readers may own the four CD Proper box set, ‘The Queen Sings’, released in 2002, and several of her tracks have been anthologised recently, but even today she is still not really given her due by the r&b crowd.
And that is most certainly the audience that should be most interested in the music of the first CD on offer here. It opens with Dinah’s well-known recording of British-born jazz producer/ critic Leonard Feather’s number made with Lionel Hampton, and then runs on up to material made in 1952, with most of it brassy, at a mid-tempo, and squarely in the mood of the times: boastful, brash, confident, often downright rude – dentists filling cavities and the like – and you can hear the delight of the former gospel singer/ pianist Ruth Lee Jones in her vocals. Though some have tried to put her in the lineage of Bessie Smith, her 1951 version of ‘Ain’t Nobody’s Business’ owes far more to Jimmy Witherspoon’s hit of a couple of years earlier. Vocally, Dinah is almost always far cleaner and clearer than the Empress, though she is indeed close to Bessie’s style of phrasing on 1955’s ‘There’ll Be Some Changes Made’. Even on the first CD though, traces of the “commercialism” (as the jazz press termed it) that was to become much more evident towards the end of the fifties can be heard: ‘I Won’t Cry Anymore’ has strings which scream “worst aspects of the fifties” loud and clear.
Like Joe Williams (the Count Basie vocalist), Dinah was just as adept at straight jazz singing as she was at the blues – and both are overlooked for it. With Dinah, the general rule of ‘the earlier it is, the bluesier it is’ holds true, more or less, though even in the time-span of the first CD, it is a question of looking at the titles or composers – so ‘Ain’t Misbehavin’’ is of course an out-and-out jazz performance. The second CD ranges across June 1953 to October 1957 and here the rhythm and blues material is in the minority, though even the penultimate ‘Blues Down Home’, one of a brace on the track listing recorded with saxman (and one of Dinah’s husbands) Eddie Chamblee leading a sophisticated big band, is a fine blues number. It is worth noting that Dinah utilised some of jazz’s biggest names in her bands: witness here the likes of drummer Max Roach, Charles Mingus, and Milt Jackson, for starters. Then there are the saxmen: John Coltrane (no less), Lucky Thompson, Tab Smith, Ben Webster, Wardell Gray, Paul Quinichette, Cannonball Adderley, are just a few… Dinah was a huge influence and inspiration for many black female singers-most obviously perhaps Esther Phillips, but Aretha Franklin is more often mentioned - and she certainly deserves to be represented in any discerning rhythm & blues collection. This set does present plenty of excellent r&b and her talents in the jazz field are also plain to hear; there are fine notes and packaging to top things off. If you currently have little or no Dinah Washington on your shelves, this is a good way to rectify that oversight."
by NORMAN DARWEN - BLUES & RHYTHM
- « Une fantastique interprète du blues » par Jazzman
Plutôt qu’un long discours, on conseillera aux auditeurs de se rendre directement à la plage 10 du premier disque. Nous sommes en 1950 à Los Angeles. Dinah Washington « star des jukes-boxes » (sic) chante sur scène face à un public noir et tout est là. L’histoire de la rencontre d’une artiste avec un public en qui il se reconnaît, un public qui hurle, commente ou trépigne. Et elle le lui rend bien, tendant les notes, sensuelle en diable. L’histoire d’une fantastique interprète de blues mais qui « pouvait tout chanter » ainsi que le disait et le prouve. L’histoire de Dinah Washington née Ruth Lee Jones, morte en 1963 à l’âge de trente-neuf ans suite à l’absorption d’un mélange de pilules de régime et d’alcool. Parcourir l’œuvre de « la reine », c’est aussi croiser la route de ces hommes qui l’accompagnèrent et parfois l’épousèrent. Hampton est là, en 1943 puis 1945, le batteur Jimmy Cobb et son orchestre (avec Paul Gonsalves) ou Cootie Williams. Le sax Paul Quinichette, en « vice-président », joue avec les mêmes yeux que Lester Young pour Lady Day. A la fin des années 1950, c’est Quincy Jones qui met sa science de l’arrangement au service de la vedette américaine. Chronologique, pédagogique avec un livret clair et précis, cette sélection signée Jean Buzelin rend justice à une artiste trop longtemps méconnue en Europe. On gardera pour la bonne bouche le connoté Big Long Sliding Thing (1954) d’un heureux tromboniste dont « le long instrument qui glisse » ne laissera pas indifférents les amateurs et amatrices de double sens. Christophe DRIANCOURT – JAZZMAN
- « Son et livret sont impeccables » par Le Cri du Coyote
J’avoue avoir oublié son existence depuis un bon moment et ce double CD rétrospectif est une bonne occasion de rafraîchir ma mémoire, car Dinah, surnommée la « Reine du Blues », est considérée comme la plus grande chanteuse de Jazz à chanter le blues. Ce serait Lionel Hampton, qui l’engagea comme chanteuse en 1942, qui lui aurait suggéré de changer de patronyme pour celui de Dinah Washington. C’est donc dans le domaine du jazz qu’elle connaît ses premiers succès. Ce n’est qu’en 1959 qu’elle sera considérée comme la reine du Blues. Mais elle connaîtra aussi un beau succès dans le domaine de la variété jazzy, ce qu’illustre bien la compilation : il faut, par exemple, savoir qu’il s’agit bien de Am I Blue ou Weeping Willow si on est familier avec les versions qu’en firent Eddie Cochran et Gene Vincent. Côté Rockin’ Blues/Rockin’R’n’B lent ou medium, l’amateur trouvera quand même de quoi satisfaire ses oreilles avec une bonne moitié des 42 titres relevant de ces styles. On retiendra I Don’t Hurt Anymore assez néo-orléanais, Big Long Slidin’ Thing qui peut-être pris à double sens (il s’agit, en principe d’un trombone à coulisse) et les Rischest Guy In The Graveyard et My Man’s An Undertaker au thème original. Comme d’habitude avec Frémeaux, son et livret sont impeccables. Bernard BOYAT – LE CRI DU COYOTE
- "Dinah Washington La reine (1943-1957) "par Jazz Classique
Le Hasard (ou plus prosaïquement La loi sur le domaine public) a bien fait les choses : s’arrêter en 1957 permet de savourer les meilleur millésime de Dinah. Sur cette période, on peut sélectionner n’importe quoi, il n’y à que des morceaux d’anthologie. Et discuter le choix du Compilateur (ici, l’excellent jean Buzelin). Revient inévitablement à parler de soit. Exemple : si je devait choisir un morceaux (mais pourquoi ne pas les prendre tous ?) des Fameux concerts avec Terry, Brown, Ferguson, je suis sûr qu’au bouleversant No More retenu ici, je préférerais Comes Rain Or Comes Shine. Ne me demander pas pourquoi. Ou plutôt si, demandez le moi.  Car ce n’est pas seulement parce que Dinah Washington investit chaque mots du texte de  Jhonny Mercer et et chaque notes de la superbe mélodie de Harold Arlen. C’est Aussi qu’aux mesures 25 et 26, la façon dont la chanteuse dit «  Day may be cloudy or  sunny » m’excite terriblement. Et j’en suis pas le seul si je juge les réactions du public californien.A propos de public, Il me faut signaler que le disque 6 et 14 du premier  CD (à partir de Good Daddy Blues) ne sont pas les versions studios (auquel cas l’ordre chronologique n’aurait pas été respecté, alors qu’il est) mais des extraits d’un autre concert californien, organisé par Gene Norman. Dans le Livret, écrit que ce public noir  enthousiaste et réactif «  pousse la chanteuse à se surpasser.» là je ne suis pas daccord. En faite les réactions enthousiastes du public (très présente dans l’enregistrement) pousse l’auditeur à apprécier davantage la musique. Il se passe  la même chose lors d’un concert, d’une représentation théâtrale  ou d’une rencontre sportive : l’émotion collective enrichit les émotions individuelles. Bien que cela soit un peut différent on pourrait aussi comparer ce phénomène à ce qui nous faut aimer un disque d’avantage quand on vient d’en lire l’éloge par notre critique préféré. Mais pour revenir à Dinah et son chant dans ces morceaux là, j’ai envie de dire (même si comme toujours elle chante très bien) qu’elle n’y fait rien d’exceptionnel, qu’on l’a connue plus inspiré, plus saignantes en d’autre occasions. Dans Come Rain Or Come Shine, par exemple. On  a toutefois bien fait d’inclure  ici ces cinq titres qui avait été publiés  il y a plus d’une trentaines d’années sur un LP Vogue intitulé «  Blue Jubilee », et qui à ma connaissance n’avait jamais été réédités. J’adore écouter ce genre d’anthologie  sans regardé au préalable l’emballage ou le livret, en me laissant surprendre par l’irruption d’une interprétation, d’un solo momentanément oublié, Car il n’y à rien de plus surprenant que d’être surpris par quelque chose que l’on connaît. Cette fois ci l’émotion la plus intense est venue d’un accompagnateur. Dès le début du titre 6 du cd1 ? Ill Never Be Free, on entend plus que le son miraculeux le tempo implacable, le swing irresistible d’une guitare, Freddie Green…
Guy CHAUVIER – JAZZ CLASSIQUE
- « La reine du blues » par Blues Again
Dès les premières notes, on est transporté dans un vieux film afro-américain des années 50 où un juke-box vrombit un blues et nous enveloppe dans une ambiance suave et rétro. Et là, c’est la reine du blues qui apparaît et nous fait vibrer avec sa voix particulière… aigre, nasillarde… Dinah Washington (ou plutôt Ruth Lee Jones, beaucoup moins glamour c’est sûr) : la vedette de l’Apollo, de la revue de Harlem, l’une des plus prestigieuse blues WOMAN. Elle a collaboré avec les plus grands, à commencer par Lionel Hampton, oui, le vibraphoniste, pianiste, batteur et que sais-je encore, ah oui chanteur of course. Très populaire, la Reine savait tout interpréter, du rhythm&blues au jazz. Ils ne se sont pas plantés les Frémeaux&Associés dans le choix de leur diva pour nous sortir un double coffret. C’est du sacré bon boulot ! 42 titres magiques au son très travaillé qui nous transporte et où l’on découvre des orchestres sensationnels ayants accompagnés la « Queen of the blues ». Même John Coltrane s’y est précipité. Le coffret est accompagné d’un livret en français et en anglais retraçant avec détails la vie de la diva. L’écriture de Jean Buzelin y est très agréable et pro, agrémentée de quelques photos d’époque. Une belle ballade qui nous laisser redécouvrir toutes les facettes de la reine du blues. Héloïse PREVOST - BLUES AGAIN
- « Une vocaliste essentielle de la musique afro-américaine » par Soulbag
Quelle aurait été la carrière de Dinah Washington si elle n’avait brusquement disparu en 1963, à seulement 39 ans ? A l’aise dans de nombreux registres mais surtout associés au jazz, cette exceptionnelle chanteuse dégageait une telle émotion que son phrasé sensuel le rapproche sans doute plus du blues que de tout autre style. Mais pour ménager les susceptibilités (et les puristes), nous reprendrons à notre compte le propos de Patrick Frémeaux et la définirons donc comme «  la plus grande blueswoman parmi les chanteuses de jazz et la plus grande jazzwoman à chanter le blues ! » Et personne ne doute qu’il s’agit d’une vocaliste essentielle de la musique afro-américaine du siècle dernier… Le très intéressant livret bilingue (français et anglais) de 42 pages permet de bien cerner son parcours. Dès ses débuts discographiques en 1943 et durant toute sa carrière, son nom apparaît aux côtés des jazzmen les plus prestigieux de leur temps, comme en atteste la liste (non exhaustive) de ceux qui apparaissent sur ce double CD : Lionel Hampton, Charles Mingus, Cootie Williams, John Coltrane, Jimmy Cobb, Ben Webster, Max Roach, Cannonball Aderley ou encore Quincy Jones, qui fut son arrangeur et peut-être son amant… mais pas un de ses huit maris ! Face à de tels chefs-d’œuvre, prétendre ressortir des titres relèverait du ridicule. S’appuyant sur un swing omni présent, la reine Dinah se meut avec une impensable aisance dans tous les contextes et dans tous les orchestres, qu’ils soient étoffés (Gérald Wilson en 1946, Teddy Stewart en 1949, Jimmy Cobb à partir de 1952, Hal Mooney en 1955, Quincy Jones en 1956) ou plus intimistes. C’est dans ce dernier domaine, et notamment sue le second CD, qui couvre la période 1952-1957, qu’elle délivre ses blues les plus poignants. Parce qu’ils sont au firmament, certains CD mériteraient de se voir attribuer une sixième étoile, une sorte de « king size foot » ! Celui-ci en fait partie. Daniel LEON - SOULBAG
- "Le Siècle du Jazz"
« Ce coffret a été référencé dans la bibliographie sélective de l’exposition « Le Siècle du jazz » (art, cinéma, musique, photographie de Picasso à Basquiat) au Musée du Quai Branly et présenté au public par la boutique des RMN (Réunions des Musées Nationaux). »
par Frémeaux & Associés
Liste des crédits sur ce CD :
Dinah Washington , Feather L. , Henderson D. , Gershwin G. & I. , Démetrious , Washington D. , Waller T. , Swain L. , Himber R. , Heyman E. , Benjamin , Grisham , Frish A. , Jones R.m. , Cobb D. , Freed , Kirkland T. , Akst C. , Crane E. , Kirkland Leroy , Rollins J. , Russel B. , Cahn S. , Crawford , Fields D. , Higgins , Ronnell A. , Moore , Robinson J.m. , Jones Q. , Chase L.
CDPisteTitreArtiste principalAuteurDuréeEnregistré en
11Evil gal bluesDinah Washington 00:02:551943
12Blow top bluesDinah Washington 00:03:211945
13My lovin' papaDinah Washington 00:03:091945
14The man i loveDinah Washington 00:03:041946
15Oo we walkie-talkieDinah Washington 00:02:501946
16Postman bluesDinah Washington 00:02:591946
17Ain't mishbehavinDinah Washington 00:02:411947
18Resolution bluesDinah Washington 00:03:221947
19Long john bluesDinah Washington 00:03:141948
110Cool kind papaDinah Washington 00:02:131950
111It isn't fairDinah Washington 00:02:281950
112Baby get lostDinah Washington 00:02:421950
113I wanna be lovedDinah Washington 00:03:021950
114Fast movin' mamaDinah Washington 00:01:531950
115Richest guy in the graveyardDinah Washington 00:02:551949
116I'll never be freeDinah Washington 00:02:501950
117Big dealDinah Washington 00:02:451950
118Ain't nobody's business, but my ownDinah Washington 00:03:091951
119I won't cry anymoreDinah Washington 00:03:241951
120Wheel of fortuneDinah Washington 00:02:171952
121Trouble in mindDinah Washington 00:02:521952
21Pillow bluesDinah Washington 00:02:571952
22I cried for youDinah Washington 00:02:301952
23Feel like i wanna cryDinah Washington 00:03:221953
24Am i blueDinah Washington 00:03:171953
25My man's an undertakerDinah Washington 00:02:331953
26Short johnDinah Washington 00:02:551954
27Big long slidin' thingDinah Washington 00:03:001954
28I don't hurt anymoreDinah Washington 00:03:131954
29No moreDinah Washington 00:03:251954
210Teach me tonightDinah Washington 00:02:501954
211I just couldn't stand it no moreDinah Washington 00:03:021954
212Make the man love meDinah Washington 00:05:321955
213Blue gardeniaDinah Washington 00:05:181955
214There'll be some changes madeDinah Washington 00:03:021955
215Willow weep for meDinah Washington 00:03:271955
216There'll be a jubileeDinah Washington 00:02:091956
217You let my love get coldDinah Washington 00:02:321956
218You're cryingDinah Washington 00:03:321956
219Somebody loves meDinah Washington 00:02:351956
220Blues down homeDinah Washington 00:02:491957
221Black and blueDinah Washington 00:02:581957

:

3-5d.gif




Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc), chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 0143749024
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit Pré écoute possible de certains produits!

Egalement disponible aux éditions Frémeaux & Associés :

BILLIE HOLIDAY - LESTER YOUNG
   
BILLIE HOLIDAY - LESTER YOUNG
Un trésor d'amoureux (Billie et Pres) pour amoureux (vous et moi). Lady Day incarne lumineusement la nuit du jazz, le...
BILLIE HOLIDAY - LESTER YOUNG
BESSIE SMITH - QUINTESSENCE
   
BESSIE SMITH - QUINTESSENCE
"Vois cette longue route solitaire, Seigneur, faut bien qu'elle ait une fin. Et je suis une vraie femme et je peux avoir des...
BESSIE SMITH - QUINTESSENCE
SINGING THE JAZZ 1950-1955
   
SINGING THE JAZZ 1950-1955
“Je ne savais pas combien nos chansons étaient bonnes jusqu’à ce que j’entende Ella Fitzgerald les...
SINGING THE JAZZ 1950-1955
COMPLETE MAHALIA JACKSON Vol 5
   
COMPLETE MAHALIA JACKSON Vol 5
"Avec ses premiers enregistrements pour Columbia, Mahalia Jackson entame une irrésistible...
COMPLETE MAHALIA JACKSON Vol 5


Dernière mise à jour :: 24-09-2017 17:48
Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

WOMEN IN BLUES
WOMEN IN BLUES
L'anthologie des chanteuses de blues présentée par Jean Buzelin. De Mamie Smith à Dinah Washington, la...

VOODOO IN AMERICA
VOODOO IN AMERICA
Puisant ses racines en Afrique de l’Ouest, le Vaudou nord-américain se développe au XIXe...

THE GREATEST BLUES SHOUTERS 1944 - 1955
THE GREATEST BLUES SHOUTERS 1944 - 1955
"Les blues shouters sont parmi les plus grands chanteurs que nous ait donné...

TEXAS DOWN HOME BLUES
TEXAS DOWN HOME BLUES
Le Texas a conservé et développé après la guerre un blues incroyablement dépouillé :...

TAMPA RED
TAMPA RED
Tampa Red, le “sorcier de la guitare”, notamment au slide, a influencé Muddy Waters, Elmore James et BB...

SONNY TERRY
SONNY TERRY
Virtuose, exubérant, l’harmoniciste Sonny Terry a représenté avant tout la perpétuation du vieux...

SONNY BOY WILLIAMSON
SONNY BOY WILLIAMSON
Le plus grand styliste de l’harmonica.
Gérard Herzhaft

Les coffrets « The...

SEASON OF SOULS
SEASON OF SOULS
Bob Lenox offre la rare synthèse d’un blues-folk “Greenwich Village”...

SAVOIR ECOUTER LE BLUES - LE DISQUE PEDAGOGIQUE
SAVOIR ECOUTER LE BLUES - LE DISQUE PEDAGOGIQUE
Vous croyez que vous savez écouter le blues, car vous savez ce qu’est un thème de douze...

ROOTS OF SOUL 1928-1962
ROOTS OF SOUL 1928-1962
En fusionnant l’émotion et les mélodies du gospel avec les arran gements et la...

RAY CHARLES - LIVE IN PARIS 20-21 OCTOBRE 1961 / 17-18-20-21 MAI 1962
RAY CHARLES - LIVE IN PARIS 20-21 OCTOBRE 1961 / 17-18-20-21 MAI 1962
Regroupant les concerts parisiens de l’automne 1961 et du printemps 1962, ce coffret 3CD...

NEW ORLEANS ROOTS OF SOUL 1941-1962
NEW ORLEANS ROOTS OF SOUL 1941-1962
Grand laboratoire musical du sud des États-Unis, l’influente Nouvelle-Orléans a largement contribué à...

NEW ORLEANS BLUES
NEW ORLEANS BLUES
« La Nouvelle-Orléans, ville française, espagnole et louisianaise bien avant que d’être U.S., a...

MUDDY WATERS - VOL.2
MUDDY WATERS - VOL.2
Après un premier coffret consacré aux débuts de la vie et de la carrière de Muddy...

MUDDY WATERS - VOL.1
MUDDY WATERS - VOL.1
Ce coffret retrace la première partie de la carrière de Muddy Waters, un des noms les plus importants de...

MEMPHIS SLIM - THE BLUES : PIANO BLUES SUPREME 1940-1961
MEMPHIS SLIM - THE BLUES : PIANO BLUES SUPREME 1940-1961
Memphis Slim, nommé à titre posthume au Blues Hall of Fame, a été une...

LIGHTNIN' HOPKINS
LIGHTNIN' HOPKINS
Lightnin’ Hopkins a été un grand innovateur du Texas blues, un explorateur de la guitare électrique, un...

LEAD BELLY
LEAD BELLY
Une des grandes figures légendaires de la musique populaire américaine, Lead Belly a connu un destin extraordinaire...

JOSH WHITE
JOSH WHITE
Josh White, un des grands fondateurs du blues de la côte Est, est un superbe guitariste, entre le jeu de Lonnie Johnson et...

JOHNNIE TEMPLE
JOHNNIE TEMPLE
Les meilleurs titres de Johnnie Temple, qui a influencé Robert Johnson, et a été l’un des premiers...

HARMONICA BLUES VOL 2
HARMONICA BLUES VOL 2
Après Harmonica blues 1927-1941 (FA 040) qui retraçait les débuts de l’harmonica dans le blues, ce...

HARD TIME BLUES - 1927-1960
HARD TIME BLUES - 1927-1960
Né avec la ségrégation, le blues a accompagné tous les...

ELMORE D
ELMORE D
La claque. Ou comment Daniel Droixhe, alias Elmore D, débarque dans la cour des grands. Daniel et son groupe ont atteint...

DAVID HERZHAFT
DAVID HERZHAFT
Featuring : David Herzhaft - Thierry Reocreux - Philippe Jeoffroy - Vincent Cordel - Philippe Gaillot - Renaud Van Welden

CHICAGO BLUES
CHICAGO BLUES
Le Chicago blues moderne – celui qui a tant influencé les Rolling Stones et les Yardbirds – s’est...

CASEY BILL WELDON
CASEY BILL WELDON
Casey Bill Weldon a été un des principaux slide-guitaristes du Chicago Blues des années 30. Il est un...

BLUES 36 MASTERPIECES (36 CHEFS-D'OEUVRE)
BLUES 36 MASTERPIECES (36 CHEFS-D'OEUVRE)
Coffret 2 CD avec livret 40 pages et 50 photos.

En 36 chefs-d’œuvre, cette anthologie offre pour la...

BLACK & BLUE VOL. 2
BLACK & BLUE VOL. 2
Le volume 2.

L’histoire d’un des plus beaux labels de blues au monde. Créé par Jean...

BLACK & BLUE VOL. 1
BLACK & BLUE VOL. 1
L’histoire d’un des plus beaux labels de blues au monde. Créé par Jean Marie Monestier et Jean Pierre...

BENOIT BLUE BOY
BENOIT BLUE BOY
Avec “Plus tard dans la soirée”, Benoît Blue Boy côtoie familièrement l’esprit profond...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Catalogue 2016-2017
Titre__BO_evenement.gif
Pub Net Djam.jpg
Titre_philo&psy.gif
Pub Net Cynthia Fleury.jpg
Titre_Evenement.gif
Pub Net Caveau Huchette.jpg
Titre_Galerie.gif
200_Pub Net - Expo Les gens par Chica.jpg
Titre_DVD.gif
Pub Net Edgar morin.jpg
Titre Essentiel.gif
Pub Net Proust 6V.jpg
Blues
Zydeco-American
Titre_lucferry.gif
Philo-Mytho Ferry
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Playlist Jazz Radio
Pub Net Verbeke 200px.jpg
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V Ellington.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études


Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif