Apesantar
Apesantar
Ref.: FA8528

DIDIER LOCKWOOD

DIDIER LOCKWOOD

Ref.: FA8528

Label : Frémeaux & Associés

Durée totale de l'œuvre : 51 minutes

Nbre. CD : 1

Sélectionnez une version :
Grâce à ce pack, vous bénéficiez d’une remise de 16.67 % soit de 4,99 €
Cette œuvre est déjà dans votre panier
Une version numérique de cette œuvre est déjà dans votre panier
Expédié sous 24 à 48h
Présentation

Didier Lockwood signe, pour son grand retour phonographique, un programme électroacoustique d’une rare liberté. Issu d’une collaboration artistique inédite, ce disque, qui a été enregistré en une prise directe, est avant tout le fruit d’une expérimentation collégiale, dans laquelle le violoniste croise son archet avec l’indispensable tandem Charlier/ Sourisse et Philippe Balatier, le beatmaker de Nojazz. Création spontanée, l’émulation musicale collective donne à l’improvisation toute sa capacité créative in situ. Véritable space opéra, l’album qui s’écoute sans pause, embarque l’auditeur dans un voyage initiatique en apesanteur, dont le concept serait : se perdre pour mieux se retrouver.
Augustin BONDOUX & Patrick FRÉMEAUX 

DIDIER LOCKWOOD • PHILIPPE BALATIER • ANDRÉ CHARLIER • BENOÎT SOURISSE • feat. PATRICIA PETIBON 

DIRECTION ARTISTIQUE : COLLECTIF APESANTAR

DROITS : AMES

LICENCIE A FREMEAUX & ASSOCIES.

YELLOSPHORIES • APESANTAR • PY 538 • TAMBURA • INCERTITUDE • AQUANOTES • TURBULION • CALYPSÈE • SHANTIDEVA • TEMPS PY • IN PROCESS • SNOTNOT • MOON FEVER • INFINITUDE • CHANT DE CINABRE (ALIEN VOICE:PATRICIA PETIBON) • PHANTOM OF THE HIP HOP ET RAT.







BOOKING : Christophe Deghelt (My Buzz Prod)
+33 676 08 54 30 - christophe@mybuzzprod.com



Presse
Didier Lockwood était un artiste d’une formidable audace, visionnaire et enthousiaste, pédagogue de cœur et d’esprit, et l’un des plus grands musiciens français. J'avais 20 ans quand j'ai rencontré pour la première fois Didier Lockwood, un déjeuner avec Jean Michel Kajdan et Francis Lockwood. Didier venait de créer son propre label, et l'une de ses premières productions allait être le futur "Nostalgia", qui allait à permettre à Francis d'être qualifié par la presse comme l'un des meilleurs pianistes français (Depuis Nostalgia a été réédité par Frémeaux, tout comme l'intégrale des disques de Francis). La carrière phonographique de Didier, lancée au départ par Jean-Marie Salhani, puis suivie par son propre label et les majors, avec la protection tutélaire d'Yves Chamberland, a été celle d'un artiste de premier plan qui a pris dans le jazz ce qu'il avait de philosophiquement essentiel : à savoir ouvrir le champs des possibles. Mais Didier en sus de sa figure d'artiste, a toujours su endosser avec charisme la responsabilité "politique" de son talent; Le Centre Musical Didier Lockwood (CMDL) bien entendu, mais aussi les mandats, missions et rapports pour les ministères où Didier a fait preuve de grande citoyenneté en mettant son savoir d'artiste-intellectuel-pédagogue au service de tous. Didier nous a confié son fonds de catalogue; l'hommage à Grappelli, le manifeste fraternel et délicat de "Brother", mais aussi son nouveau disque Apesantar avec André Charlier, Benoit Sourisse, Philippe Balatier et une intervention de Patricia Petitbon. Une pensée aussi pour Didier Levallet qui enregistre en 1978 avec Didier dans le cadre du Swing String System une magnifique ode à ce que les cordes peuvent donner au Jazz ! Didier Lockwood et Patrick Frémeaux - Galerie Frémeaux & Associés mars 2015Photo prise à la Galerie Frémeaux un jour de réunion de travail, jour où Didier devait remarquer un magnifique tableau anglais 19ème qu'il allait offrir à la célèbre soprano devenue sa femme. Le violon instrument du classique depuis le 16ème se sera inscrit dans la nouvelle musique savante du 20ème siècle; le jazz ! fruit de la mondialisation métissée Afrique - Amérique - Europe grâce à Stéphane Grappelli et Didier Lockwood. Un artiste dont la virtuosité n’a eu d’égal, que le sens du partage, de la transmission et de l’expérimentation. Patrick Frémeaux 19.02.18
Lire davantage Lire moins
"Stupeur, incrédulité, tristesse. Depuis la mort de Michel Petrucciani, on n’avait pas connu une telle onde de choc émotionnelle à l’annonce du décès d’un musicien de jazz français. Foudroyé par une crise cardiaque dans la nuit de dimanche 18 février, Didier Lockwood revenait du Bal Blomet où il venait de croiser son archet avec celui du violoniste israélien Sanya Kroïtor. Pascal Anquetil se souvient… (…)"Par JAZZ MAGAZINE
Lire davantage Lire moins
« Didier Lockwood en plongée jazz-rock pour son dernier opus, Apesantar, qui s’ouvre sur Yellosphories, majestueuse introduction d’esprit post-Weather Report, ourlée d’un swing élégant à la Jon Hassell : décidément les sortilèges de In a Silent Way ne sont pas près de s’éteindre… Le violoniste attend un peu, puis se lance dans un solo explosif, largement électrifié du plus bel effet avec Tambura, rejoint par la batterie furieuse d’André Charlier. Ça plane au firmament avec Incertitude, sur les cordes glacées de son instrument, pour rapper un brin sur Turbulion. Ailleurs, les sources vocales sont masquées : indiennes, dans Py 538 ou orientales dans Shantideva ? Qu’importe, nulle pause dans cette succession de morceaux qui se bousculent et se transforment en un long périple où l’instrument résonne avec gravité (In Process) ou swingue gaillardement – Snotnot. Avec Moon Fever Lockwood s’affiche en « Petit-Fils » spirituel de Grappelli, toujours capable de reprendre le flambeau d’un violon naturellement ensoleillé. Si McLaughlin n’était pas loin dans l’emportement givré de Tambura, il revient en force dans Phantom of the hip hop et rat, après un détour par la nébuleuse Chant de Cinabre, avec la voix synthétisée de Patricia Petibon – à notre goût trop vite expédiée. On réclame donc une suite ! »Par Franck MALLET - SITE FRANCK MALLET.COM
Lire davantage Lire moins
« Depuis ses débuts il y a quarante ans, Didier Lockwood n’a jamais cessé de repousser les frontières du jazz. Cet état d’esprit, il le conserve sur Apesantar, véritable film audio qui s’écoute de bout en bout. Tour à tour planant ou électrique, le disque fait vite décoller l’auditeur, qui n’a plus du tout envie d’atterrir. »Par Rémi BONNET – L’ECHO REPUBLICAIN
Lire davantage Lire moins
Nomade sur les routes de notre planète autant que sur les pistes musicales qu’il ne cesse d’explorer, Didier Lockwood se produit en diverses formules. Dans l’intimité d’un club de jazz, le Sunside, le violoniste présente un nouveau quartet, à la dimension européenne, avec l’italien Antonio Farao (piano), l’américain Darryl Hall (contrebasse) et le niçois André Ceccarelli (batterie), pour de savoureuses agapes jazz. Une épopée qu’il poursuivra au FJ5C, à Marseille. Au Festival Django-Reinhardt (Samois), puis à Juan-les-pains et aux Nuits de Fourvière (Lyon), il proposera une création avec les Violons barbares et Guo Gan, pour une expédition à travers l’Europe centrale, Asie et Moyen Orient. Il a enregistré en une prise directe son CD tout frais, « Apesantar », auquel la radio TSFa attribué sa distinction « Must TSF Jazz ». Là, c’est à un périple électroacoustique qu’il nous convie, avec le beatmaker Philippe Balatier et le fidèle tandem André Charlier et Benoît Sourisse. La soprano Patricia Petibon chante sur un titre : fugitive, mystérieuse… Jazz fusion, évocations indiennes, fragrances orientales. On doit se départir de ses repères pour apprécier pleinement ce voyage galactique.Par L’HUMANITE
Lire davantage Lire moins
« Il serait déplacé de prétendre que le « petit-fils » de Stéphane Grappelli s’émancipe enfin de son aïeul spirituel. Didier Lockwood vient de souffler ses 60 bougies et fait partie de ces explorateurs de la galaxie jazz à l’infinie curiosité. Apesantar le confirme en tous points. D’une seule pièce en 16 parties, l’album traverse une multitude de courants, de la fusion au hip-hop en passant par l’ambient. Réalisé sur le principe de la jam-session avec de belles contributions (Charlier, Sourisse, Balatier et même Patricia Petibon en choriste extraterrestre), ce rêve improvisé permet au violoniste de « se perdre pour mieux se retrouver ». L’auditeur se laissera transporter dans cette fascinante conquête spatiale. » Par Thierry BOILLOT – L’ALSACE
Lire davantage Lire moins
Après plus de quarante ans d’une carrière déjà bien remplie, on pourrait s’attendre à ce que Didier Lockwwod se laisse tranquillement glisser en pente douce, en vivant sur ses acquis et sa notoriété. Il n’en est rien, comme le prouve avec brio ce nouvel album, aussi surprenant qu’enthousiasmant. Non content d’avoir abordé pratiquement tous les styles et dérivés du jazz depuis ses débuts, le violoniste s’est en effet attelé à un projet original et assez audacieux avec « Apesentar ». entouré de ses vieux amis et complices Sourisse et Charlier, Lockwood s’est adjoint les services de Philippe Balatier, le « beatmaker » de NoJazz, pour enregistrer, « en une prise directe », comme il est précisé sur la pochette, un ovni musical en forme de suite s’écoulant d’un seul tenant. Largement improvisés, les seize tableaux sonores de cette création collective alternent les climats, allant du planant à l’électro en passant par la fusion, le hip hop et même le swing, le tout relevé de parfums indiens et orientaux, à grand renfort d’éléments électroniques. Si la succession d’ambiances peut déstabiliser de prime abord sur le papier, l’ensemble dégage un sentiment de cohérence au fil d’un voyage onirique traversé de fulgurances électrisantes – qui rappellent par moments le mythique album « Fusion » réalisé avec Christian Vander, Jannick Top, et Benoît Widemann. En grande forme, Lockwood s’offre de magnifiques envolées, lyriques et expressives, parfaitement soutenu par ses compagnons aux interventions inspirées. Un album détonnant et vivant, bourré d’excellentes surprises !Par Félix MARCIANO – JAZZ MAGAZINE
Lire davantage Lire moins
Liste des titres
  • Piste
    Titre
    Artiste principal
    Auteur
    Durée
    Enregistré en
  • 1
    Yellosphories
    Didier Lockwood - Philippe Balatier - André Charlier - Benoït Sourisse
    00:04:55
    2016
  • 2
    Apesantar
    Didier Lockwood - Philippe Balatier - André Charlier - Benoït Sourisse
    00:03:35
    2016
  • 3
    Py 538
    Didier Lockwood - Philippe Balatier - André Charlier - Benoït Sourisse
    00:05:37
    2016
  • 4
    Tambura
    Didier Lockwood - Philippe Balatier - André Charlier - Benoït Sourisse
    00:03:19
    2016
  • 5
    Incertitude
    Didier Lockwood - Philippe Balatier - André Charlier - Benoït Sourisse
    00:02:23
    2016
  • 6
    Aquanotes
    Didier Lockwood - Philippe Balatier - André Charlier - Benoït Sourisse
    00:02:06
    2016
  • 7
    Turbulion
    Didier Lockwood - Philippe Balatier - André Charlier - Benoït Sourisse
    00:02:09
    2016
  • 8
    Calypsee
    Didier Lockwood - Philippe Balatier - André Charlier - Benoït Sourisse
    00:05:16
    2016
  • 9
    Shantideva
    Didier Lockwood - Philippe Balatier - André Charlier - Benoït Sourisse
    00:02:37
    2016
  • 10
    Temps Py
    Didier Lockwood - Philippe Balatier - André Charlier - Benoït Sourisse
    00:01:08
    2016
  • 11
    In Process
    Didier Lockwood - Philippe Balatier - André Charlier - Benoït Sourisse
    00:02:03
    2016
  • 12
    Snotnot
    Didier Lockwood - Philippe Balatier - André Charlier - Benoït Sourisse
    00:01:13
    2016
  • 13
    Moon Fever
    Didier Lockwood - Philippe Balatier - André Charlier - Benoït Sourisse
    00:03:42
    2016
  • 14
    Infinitude
    Didier Lockwood - Philippe Balatier - André Charlier - Benoït Sourisse
    00:06:04
    2016
  • 15
    Chant de Cinabre
    Didier Lockwood - Philippe Balatier - André Charlier - Benoït Sourisse
    00:02:45
    2016
  • 16
    Phantom Of The Hip Hop Et Rat
    Didier Lockwood - Philippe Balatier - André Charlier - Benoït Sourisse
    00:02:49
    2016
Livret

Apesantar FA8528


Didier Lockwood 
APESANTAR

Philippe Balatier • André Charlier • Benoît Sourisse

Didier LOCKWOOD remercie

Frédéric Nichele - Roland/Boss.
Didier Rupin - Audio 2. DPA.
Stephan Schertler - Schertler Group.
SPONSORING
Didier LOCKWOOD :

1 piano numérique Roland FP80
1 multi effets Boss GT100.
Micros DPA VO 4099V, 4060 et D.fine 4088.
Micros et préamplis Schertler Stat V et Stat Pré.
André CHARLIER :
Batterie TAMA et Cymbales PAISTE.
Enregistrement, mix et mastering
André CHARLIER - Studio des Egreffins.
Droits & Éditions musicales
Frémeaux & Associés, en co-édition avec Didier Lockwood,

Benoît Sourisse, André Charlier et Philippe Balatier.
Coordination : Augustin Bondoux
Fabrication : Frémeaux & Associés
www.fremeaux.com
Booking concert (ames)
ames.booking@gmail.com / ames.concertsoffice@gmail.com
www.didierlockwood.com

Conception graphique :
Philippe BALATIER /Leoced Studio
Didier Lockwood signe, pour son grand retour phonographique, un programme électroacoustique d’une rare liberté. Issu d’une collaboration artistique inédite, ce disque, qui a été enregistré en une prise directe, est avant tout le fruit d’une expérimentation collégiale, dans laquelle le violoniste croise son archet avec l’indispensable tandem Charlier/Sourisse et Philippe Balatier, le beatmaker de Nojazz. Création spontanée, l’émulation musicale collective donne à l’improvisation toute sa capacité créative in situ. Véritable space opéra, l’album qui s’écoute sans pause, embarque l’auditeur dans un voyage initiatique en apesanteur, dont le concept serait : se perdre pour mieux se retrouver.
Augustin BONDOUX / Patrick FREMEAUX
Didier Lockwood returns to records with an album whose electroacoustic track list constitutes a programme of rare freedom. Born of an unusual artistic collaboration, this new milestone was the object of a single direct recording coming from collective experiment. The violinist is picking up his bow in the company of Charlier & Sourisse, the essential jazz tandem, and Philippe Balatier, the beat-maker behind Nojazz. In this spontaneous creation, the nature of the collective gives to improvisation all its inventive capacities. The result is an authentic space opera to enjoy without a break. With the concept of, ‘losing yourself the better to find yourself again’, this album takes the listener on an initiatory voyage in zero gravity.    
Augustin BONDOUX / Patrick FREMEAUX

01 -  Yellosphories 4’55”
02 -  Apesantar 3’56”
03 -  Py 538 5’38”
04 -  Tambura 3’19”
05 -  Incertitude 2’24”
06 -  Aquanotes 2’07”
07 -  Turbulion 2’10”
08 -  CalypsÈe 5’17”
09 -  Shantideva 2’37”
10 -  Temps py 1’09”
11 -  In process 2’03”
12 -  Snotnot 1’13”
13 -  Moon fever 3’43”
14 -  Infinitude 6’04”
15 -  Chant de cinabre 2’46”(Alien voice:Patricia Petibon)
16 -  Phantom of the hip hop et rat 2’50”
commander les produits Frémeaux ?

par

Téléphone

par 01.43.74.90.24

par

Courrier

à Frémeaux & Associés, 20rue Robert Giraudineau, 94300 Vincennes, France

en

Librairie ou maison de la presse

(Frémeaux & Associés distribution)

chez mon

Disquaire ou à la Fnac

(distribution : Socadisc)

Je suis un(e) professionnel(le)

Librairie, disquaire, espace culturel, papeterie-presse, boutique de musée, médiathèque…

Contactez-nous