La Politique Est-Elle Esclave de La Finance ?
La Politique Est-Elle Esclave de La Finance ?
Ref.: FA5196

CHRISTINE LAGARDE & JEAN-PAUL FITOUSSI

Ref.: FA5196

Direction Artistique : LIBERATION

Label : Frémeaux & Associés

Durée totale de l'œuvre : 1 heures 23 minutes

Nbre. CD : 2

Sélectionnez une version :
Grâce à ce pack, vous bénéficiez d’une remise de 20.58 % soit de 6,98 €
Cette œuvre est déjà dans votre panier
Une version numérique de cette œuvre est déjà dans votre panier
Expédié sous 24 à 48h
Présentation

Economiste néo-keynésien, Jean-Paul Fitoussi fustige la résignation devant les oukases du marché pour en appeler au volontarisme des Etats. Ministre libérale, Christine Lagarde veut croire qu\'une intervention plus limitée sera plus intelligente. A l\'ombre des marchés, deux intelligences cherchent à éviter le renoncement.
Laurent Joffrin – Libération
« La radio ou la télévision proposent en général des débats duels, où le formatage du média et le nombre de questions posées empêchent quasi systématiquement les intervenants de développer des idées parfois complexes.
Tout l’intérêt du Forum Libération de Grenoble est de proposer un débat sur une seule problématique, qui donne aux interlocuteurs la liberté de s’exprimer totalement, d’approfondir et de donner au public tout l’enjeu intellectuel de la question et parfois même de la réponse. » 
Patrick Frémeaux

Les débats proposés dans ces CDs ont été enregistrés en public, leur qualité sonore est donc inférieure à celle obtenue en studio.
Le grand succès du Forum de Grenoble découle de la qualité des intervenants, plus de cent personnalités venues de tous les horizons pour restaurer la légitimité du débat politique en France. Nous leur exprimons notre gratitude. Mais cet événement n’aurait pas pu avoir lieu sans le dévouement de l’équipe de Libération réunie autour de Max Armanet et sans l’engagement de la rédaction toute entière. Merci aussi à ceux qui, sur place, ont rendu ce Forum possible : la MC2 de Grenoble et la Bifurk, la municipalité dirigée par Michel Destot, le Conseil Général de l’Isère présidé par André Vallini et la Région Rhône-Alpes dirigée par Jean-Jack Queyranne.
Droits : Coffret 2 CDs – enregistré en direct du Forum Libération de Grenoble, sept. 2007. Restauré, masterisé, fabriqué et commercialisé par le Groupe Frémeaux Colombini SAS, en accord avec les ayants-droit (Christine Lagarde & Jean Paul Fitoussi), pour le compte des coéditions Libération – Frémeaux & Associés.



Complétez votre collection
Œuvres sélectionnés
Islams D'Aujourd'hui
Version CD
V. CD
79,99 €
La Politique Est-Elle Esclave de La Finance ?
Version CD
V. CD
19,99 €
Comment Peut-On Être Français ?
Version CD
V. CD
19,99 €
=
Pour un prix total de
107,98 €
au lieu de 119,97 €
Presse
« La radio ou la télévision proposent en général des débats duels, où le formatage du média et le nombre de questions posées empêchent quasi systématiquement les intervenants de développer des idées parfois complexes. Tout l’intérêt du Forum Libération de Grenoble est de proposer un débat sur une seule problématique, qui donne aux interlocuteurs la liberté de s’exprimer totalement, d’approfondir et de donner au public tout l’enjeu intellectuel de la question et parfois même de la réponse. »  Patrick Frémeaux
Lire davantage Lire moins
« Grande argentière ». Cette nouvelle expression a fait irruption dans le jargon politique par la grâce de la nomination de Christine Lagarde au ministère de l’Economie, des Finances et de l’Emploi. La formule va comme un gant à cette femme qui règne sur 400 milliards d’euros de dépenses publiques. Grande, Christine Lagarde l’est par la taille, nous verrons vite si elle l’est aussi par le talent, tant les pièges en tout genre jalonnent sa route. Argentière ? Avant d’entrer en politique, Mme Lagarde dirigeait à Chicago un des premiers cabinets d’avocats mondiaux (4400 collaborateurs dans 35 pays), dont elle a gravi tous les échelons en vingt-cinq ans de carrière. Sous sa présidence, Baker & McKenzie a augmenté son chiffre d’affaires de 50 %, pour clôturer l’exercice 2004 à 1,228 milliard de dollars. Si la longue dame grisonnante de Bercy jongle donc depuis longtemps avec les zéros et les micros, les questions de « L’Optimum » l’ont quand même surprise. Tant mieux, on est là pour ça.L’Optimum : Pourquoi y a-t-il, dans la classe politique française, une telle réticence à parler d’argent ?Christine Lagarde : Je crois que, au-delà même du monde politique, nous avons, nous, Français, du mal à parler de réussite professionnelle et financière. Dans le monde anglo-saxon, on évoque facilement la question de la rémunération des uns et des autres. Quand on parle avec des hommes d’affaires chinois aussi, on constate qu’ils n’ont aucun complexe à parler d’argent.O : Les Français trouvent même vulgaire cette manière qu’ont parfois les Américains de juger l’autre en fonction de ce qu’il gagne.CL : Oui, pour des raisons historiques et culturelles. L’Eglise catholique a marqué de son empreinte notre rapport à l’argent. La chevalerie française voulait aussi qu’on manie les armes, mais surtout pas le porte-monnaie. Les activités liées à l’argent n’ont jamais été considérées comme nobles dans notre pays.O : Vous aimeriez que les mentalités changent ?CL : Je voudrais, en effet, plus de transparence et moins de suspicion. Quand on ne sait pas, on imagine… C’est pour cela qu’il vaut mieux tout mettre sur la table. […]O : Ne serait-il pas plus sain que les responsables politiques français gagnent mieux leur vie ?CL : La proposition du président de la République de mettre entre les mains du Parlement le niveau de sa rémunération est excellente. Et qu’il y ait une hiérarchie des salaires me paraît normal.O : Le président doit gagner plus que son Premier ministre qui doit gagner plus que ses ministres ?CL : Il faut une corrélation entre la responsabilité, les risques et la rémunération. Devrait-on gagner plus ? Dans le métier que l’on fait, il y a une part de service. A un moment de sa vie, on peut décider de mettre entre parenthèses ses ambitions personnelles pour servir son pays. Notre mission est tellement exaltante que cela vaut bien quelques contreparties. Je précise enfin que les rémunérations des hommes politiques français correspondent à celles qui ont cours chez nos voisins européens.O : Vous avez divisé votre salaire par dix en quittant la direction de votre cabinet d’avocats américain pour devenir ministre. Pourquoi un tel sacrifice ? CL : J’ai une fascination pour la politique qui vient de loin. Mon père a été très actif dans ce secteur, et je crois assez au dicton qui dit qu’on passe sa vie à tuer son enfance. Par ailleurs, j’ai l’amour de la France, que j’ai trop vue critiquée, vilipendée, notamment lorsque je vivais à l’étranger. Si mon action, en liaison bien sûr avec celle de Nicolas Sarkozy, permet à la France de jouer au-dessus plutôt qu’au-dessous de ses capacités, ce serait formidable. O : Où est le vrai pouvoir dans notre pays ? Entre les mains des politiques ou entre celles des patrons ?CL : Il y a un subtil partage entre les deux. J’ai constaté qu’en période de grosses turbulences financières on se tourne vers la politique, vers la Banque centrale européenne, vers les gouvernements. On apprécie le rôle régulateur de l’Etat.O : Dans la pratique, qui courtise qui ?CL : Cela dépend. Je vais vous donner un autre exemple. Je veux refaire de Paris une place boursière importante. Pour cela, j’ai besoin des acteurs majeurs de la banque et de la finance. Il faut qu’ils participent au mouvement, fassent des propositions pour attirer les investisseurs étrangers et les sécuriser. Il y a donc, dans ce cas de figure, un dialogue fécond entre le public et le privé.O : Aux Etats-Unis, le pouvoir financier domine le pouvoir politique…CL : Les mœurs sont plus brutales outre-Atlantique. Elles sont l’antidote de la régulation. Chez nous, le système est plus contraignant, mais ainsi plus humain.O : Vous qui avez longtemps vécu aux Etats-Unis, êtes-vous heureuse de voir se réchauffer les relations entre la France et l’Amérique ?CL : Joséphine Baker chantait « J’ai deux amours, mon pays et Paris ». Si ma patrie est la France, j’ai de la sympathie pour l’Amérique, et même de l’admiration pour certains de ses mécanismes. Je pense qu’elle a à apprendre de l’Europe, par exemple sur la question de la protection sociale. Mais j’estime aussi que nous avons à nous inspirer d’elle, notamment en matière de libération des énergies.  […]Yves DERAI – OPTIMUM
Lire davantage Lire moins
Liste des titres
  • Piste
    Titre
    Artiste principal
    Auteur
    Durée
    Enregistré en
  • 1
    La politique est-elle esclave de la finance ? 1
    Christine Lagarde, Jean-Paul Fitoussi
    Christine Lagarde
    00:02:52
    2008
  • 2
    La politique est-elle esclave de la finance ? 2
    Christine Lagarde, Jean-Paul Fitoussi
    Christine Lagarde
    00:05:32
    2008
  • 3
    La politique est-elle esclave de la finance ? 3
    Christine Lagarde, Jean-Paul Fitoussi
    Christine Lagarde
    00:04:26
    2008
  • 4
    La politique est-elle esclave de la finance ? 4
    Christine Lagarde, Jean-Paul Fitoussi
    Christine Lagarde
    00:04:15
    2008
  • 5
    La politique est-elle esclave de la finance ? 5
    Christine Lagarde, Jean-Paul Fitoussi
    Christine Lagarde
    00:05:27
    2008
  • 6
    La politique est-elle esclave de la finance ? 6
    Christine Lagarde, Jean-Paul Fitoussi
    Christine Lagarde
    00:04:26
    2008
  • 7
    La politique est-elle esclave de la finance ? 7
    Christine Lagarde, Jean-Paul Fitoussi
    Christine Lagarde
    00:04:41
    2008
  • 8
    La politique est-elle esclave de la finance ? 8
    Christine Lagarde, Jean-Paul Fitoussi
    Christine Lagarde
    00:02:53
    2008
  • 9
    La politique est-elle esclave de la finance ? 9
    Christine Lagarde, Jean-Paul Fitoussi
    Christine Lagarde
    00:03:17
    2008
  • 10
    La politique est-elle esclave de la finance ? 10
    Christine Lagarde, Jean-Paul Fitoussi
    Christine Lagarde
    00:05:40
    2008
  • 11
    La politique est-elle esclave de la finance ? 11
    Christine Lagarde, Jean-Paul Fitoussi
    Christine Lagarde
    00:05:27
    2008
  • 12
    La politique est-elle esclave de la finance ? 12
    Christine Lagarde, Jean-Paul Fitoussi
    Christine Lagarde
    00:04:04
    2008
  • 13
    La politique est-elle esclave de la finance ? 13
    Christine Lagarde, Jean-Paul Fitoussi
    Christine Lagarde
    00:04:00
    2008
  • Piste
    Titre
    Artiste principal
    Auteur
    Durée
    Enregistré en
  • 1
    La politique est-elle esclave de la finance ? 14
    Christine Lagarde, Jean-Paul Fitoussi
    Christine Lagarde
    00:04:06
    2008
  • 2
    La politique est-elle esclave de la finance ? 15
    Christine Lagarde, Jean-Paul Fitoussi
    Christine Lagarde
    00:03:34
    2008
  • 3
    La politique est-elle esclave de la finance ? 16
    Christine Lagarde, Jean-Paul Fitoussi
    Christine Lagarde
    00:05:37
    2008
  • 4
    La politique est-elle esclave de la finance ? 17
    Christine Lagarde, Jean-Paul Fitoussi
    Christine Lagarde
    00:06:01
    2008
  • 5
    La politique est-elle esclave de la finance ? 18
    Christine Lagarde, Jean-Paul Fitoussi
    Christine Lagarde
    00:06:50
    2008
commander les produits Frémeaux ?

par

Téléphone

par 01.43.74.90.24

par

Courrier

à Frémeaux & Associés, 20rue Robert Giraudineau, 94300 Vincennes, France

en

Librairie ou maison de la presse

(Frémeaux & Associés distribution)

chez mon

Disquaire ou à la Fnac

(distribution : Socadisc)

Je suis un(e) professionnel(le)

Librairie, disquaire, espace culturel, papeterie-presse, boutique de musée, médiathèque…

Contactez-nous