Manu Le Prince - Children of The Night
Manu Le Prince - Children of The Night
Ref.: FA8596

Tribute to Wayne Shorter

Manu Le Prince

Ref.: FA8596

Direction Artistique : Manu Le Prince

Label : Frémeaux & Associés

Durée totale de l'œuvre : 53 minutes

Nbre. CD : 1

Sélectionnez une version :
Grâce à ce pack, vous bénéficiez d’une remise de 16.67 % soit de 4,99 €
Cette œuvre est déjà dans votre panier
Une version numérique de cette œuvre est déjà dans votre panier
Expédié sous 24 à 48h
Distinctions
Recommandé par :
  • - Le Monde
  • - Choc Jazz Magazine
  • - Club Jazz à Fip
Présentation

Avec sa voix suave et toute en maîtrise, Manu Le Prince est la plus formidable interprète du répertoire. Ambassadrice du latin jazz en France et dans le monde, elle rend ici hommage à Wayne Shorter, l’une des figures les plus étincelantes de l’histoire du jazz et l’un de ses mélodistes les plus saisissants. En mettant en parole les grands standards du saxophoniste (qui l’a grandement encouragée sur ce projet d’album), elle poursuit son travail d’exploration musicale et de transversalité nord-sud. Elle rassemble un aréopage des meilleurs musiciens cubains, français et brésiliens qui lui servent un écrin somptueux. Manu Le Prince est l’incarnation de ce qui nous rappelle que « diva » (qui est le nom que l’on donne aux grandes chanteuses), vient de divin.
Augustin BONDOUX / Patrick FRÉMEAUX

“Manu, it is a nice work, it is a good work to hear!...Go ahead, keep going, don’t stop !!!”
Wayne SHORTER


« C’est merveilleux !… très beau, tout est beau, la voix est juste et belle, tout est ”lindo”! Bravo Manu continue comme ça, c’est meilleur à chaque fois.»
Hermeto PASCOAL

EN CONCERT LE 21/09/2022 au New Morning !

ELEANORA (LADY DAY) • SPEAK NO EVIL • MY CHILDREN OF THE NIGHT WAYNE SHORTER/MANU LE PRINCE • TARDE • CAMINHO SOLAR (FOOTPRINTS) • VERA CRUZ • INFANT EYES • BASS PRELUDE • HUGS AND ROSES • FROM SOUL TO SOUL (BEAUTY & THE BEAST) • BLUE CAT.


MANU LE PRINCE vocal, piano sur Hugs and Roses, percussions & arrangements vocaux
IRVING ACAO sax & arrangements
LEO MONTANA piano
FELIPE CABRERA contrebasse
LUKMIL PEREZ batterie

Featuring
BAPTISTE HERBIN sax sur Eleanora, My Children of the Night, Tarde & Hugs and Roses
KIKO CONTINENTINO piano sur Tarde, Vera Cruz & Blue Cat
ACELINO DE PAULA basse sur Tarde & Vera Cruz
ZAZA DESIDERIO batterie sur Tarde & Vera Cruz
JULIAN LEPRINCE CAETANO intro + piano sur Children of the Night
ROBERTINHO SILVA percussions sur Vera Cruz
GAEL LE PRINCE CAETANO percussions sur Tarde, From Soul to Soul & Infant Eyes
MININO GARAY percussions sur Hugs and Roses & Caminho Solar

Presse
Manu Le Prince a d’abord fait ses armes chez Magma, Urban Sax, Bernard Lavilliers et Novos Tempos avant de créer ses propres formations. Elle revient avec un projet ambitieux servi par un orchestre de première classe. Depuis plus de vingt ans, Manu Le Prince vit entre la France et le Brésil, qui est devenu sa seconde patrie, comme en a témoigné l’excellent « BossaJazz For Ever » qu’elle enregistra en 2013 en hommage à Johnny Alf, l’un des pionniers de la bossa nova. A une époque où beaucoup de chanteuses reprennent le répertoire brésilien en oubliant l’atmosphère particulière qu’il demande, Manu Le Prince nous avait surpris par l’authenticité et le côté charnel des ses interprétations. Qu’elle s’attaque aujourd’hui au répertoire de Wayne Shorter pourra surprendre, mais ce serait oublier que le saxophoniste américain avait lui aussi une relation particulière avec la musique brésilienne (rappelez-vous de son album « Native Dancer » avec Milton Nascimento). Elle a donc commencé par mettre des paroles sur certains morceaux du maître (avec son assentiment) avant de réunir autour d’elle un quartette de cadors capable de trouver l’équilibre entre le jazz et la latinité qu’elle affectionne, plus quelques invités judicieusement choisis, tels Kiko Continentino, Baptiste Herbin ou Minino Garay. Quant à Manu Le Prince, si on connaît ses qualités vocales depuis longtemps, on est toujours épaté par le cœur qu’elle met dans ce qu’elle chante. Et sa voix chaude qui aime descendre dans le grave est un joyau scintillant dans un écrin sur mesure. Une réussite totale qui sonne « vrai » pour un projet qui n’aurait pas supporté l’à-peu-près. Par Philippe VINCENT – JAZZ MAGAZINE
Lire davantage Lire moins
« Avec « Children of The Night », Manu Le Prince rend hommage à Wayne Shorter, saxophoniste et compositeur essentiel de l’histoire du jazz. Entourée d’un aréopage de musiciens français, cubains et brésiliens, elle met en parole quelques-uns des grands standards du mythique jazzman dont les qualités de mélodiste font l’unanimité. (…) Sur le lumineux « Children of The Night » Manu Le Prince reste fidèle à l’esprit de l’œuvre de Wayne Shorter. Tout en prenant ses distances avec l’écriture originale, elle pose ses paroles sur les instrumentaux. Avec délicatesse et souplesse, elle s’approprie les morceaux qu’elle projette dans ses propres territoires, entre musique brésilienne et jazz. Manu Le Prince livre cet opus en hommage au grand saxophoniste et compositeur Wayne Shorter, avec les encouragements du maître qui a lui-même validé ses paroles sur quatre de ses musiques. L’opus retrace plusieurs périodes du parcours musical de Wayne Shorter dont celle avec le chanteur brésilien Milton Nascimento. Le disque porte le nom du titre composé par Wayne Shorter en 1961 pour l’album « Mosaic » des Jazz Messengers d’Art Blakey dont il faisait alors partie. Manu Le Prince s’est entourée d’une solide équipe au sein de laquelle est perceptible une belle osmose : Irving Acao aux saxophones et arrangements, Leo Montana au piano, Felipe Cabrera à la contrebasse, Lukmil Perez à la batterie et d’autres invités parmi lesquels le saxophoniste Baptiste Herbin, les comparses de Milton Nascimento, le pianiste Kiko Continentino et le percussionniste Robertinho Silva, le percussionniste Minino Garay, le batteur Zaza Desiderio, le bassiste Acelino de Paula et ses fils Julian Le Prince Caetano (piano) et Gael Le Prince Caetano (percussions). D’emblée, la voix chaude et sensuelle de la chanteuse installe un climat chargé d’émotion sur Eleanora, le titre d’ouverture. La chanteuse reprend et étire la mélodie de Lady Day écrit par Wayne Shorter en hommage à Billie Holiday et enregistré en 1965 chez Blue Note sur l’album « The Soothsayer ». Au fil de son solo, l’alto lyrique de Baptiste Herbin déroule ensuite des spirales sinueuses puis fait alterner délicats frémissements et accélérations foudroyantes. Le répertoire se poursuit avec Speak No Evil, une autre composition de Wayne Shorter qui a donné son nom à l’album du saxophoniste sorti en 1966 chez Blue Note. Après avoir exposé le thème, la voix puissante au timbre légèrement voilé cède la parole au ténor musclé d’Irving Acao puis Leo Montana virevolte sur les touches blanches et noires. Break après break, le morceau se déroule sur un tempo aux accents latins. C’est ensuite avec un brin de romantisme que résonne le piano de Julian Le Prince Caetano sur Introduction My Children of The Night. Par la suite, la voix de la chanteuse brille de tous ses éclats sur Children of The Night écrit par Wayne Shorter et enregistré en 1961 sur l’album « Mosaic », alors qu’il jouait avec Art Blakey & The Jazz Messengers. Une fois de plus, l’alto aérien de Baptiste Herbin fait preuve d’une étonnante volubilité et d’une maîtrise inouïe. Accompagnée du bassiste Acelino de Paula, du pianiste Kiko Continentino et du batteur Zaza Desiderio, Manu Le Prince propose une version magistrale de Tarde, la composition de Milton Nascimento enregistrée en 1974 par Wayne Shorter sur son album « Native Dancer » sorti en 1975. De sa voix grave et voilée, la chanteuse étire le tempo au-dessus des envolées gracieuses du soprano de Baptiste Herbin avant que le piano ne fasse entendre ses interventions inspirées et lumineuses. Avec Caminho Solar, Manu le Prince transpose en portugais le célèbre Footprints composé par Wayne Shorter. A ses côtés, le saxophone soprano d’Irving Acao s’enflamme et invite l’oreille à le rejoindre dans son univers coloré. Plus loin, Manu Le Prince parvient à restituer le climat sonore unique de Milton Nascimento à travers sa composition Vera Cruz. Sur un tempo bossa un peu rapide qui flirte avec samba et jazz, s’expriment tour à tour, la voix puissante de la chanteuse et le piano de Kiko Continentino qui n’hésite pas à emprunter des chemins escarpés. Le répertoire se poursuit avec la célèbre composition de Wayne Shorter, Infant Eyes, enregistrée en 1964 sur l’album « Speak No Evil » sorti chez Blue Note en 1966. Avec grâce et conviction, Manu le Prince chante en anglais sur un tempo médium alors que le soprano vagabonde et projette avec bonheur ses volutes ascensionnelles dans l’espace musical. Avec le court Bass Prelude, la basse tellurique de Felipe Cabrera introduit la composition de Manu Le Prince, Hugs and Roses, sur laquelle les musiciens développent une musique intimiste empreinte de romantisme. C’est ensuite sur un tempo funky et groovy que la chanteuse interprète la fameuse compositon de Wayne Shorter, Beauty & the Best, qu’elle a renommée From Soul To Soul et sur laquelle elle a posé des paroles en anglais. Sur cette version singulière du titre, les envolées du soprano d’Irving Acao sont du meilleur effet et participent pour beaucoup à la musicalité du morceau. L’album se termine avec Blue Cat que la chanteuse interprète avec le pianiste Kiko Continentino, compositeur de ce thème que le duo interprète avec élégance et sobriété. » Par Nicole VIDEMANN – LATINS DE JAZZ
Lire davantage Lire moins
« On le sent, on le perçoit aussitôt : sa langue vernaculaire de chant, c’est bien celle du Brésil, pays qu’elle a adopté pour ses musiques, pays continent dont elle a arpenté les scènes, terre natale du père musicien de ses enfants. Alors dans sa bouche, dans la vibration douce de ses cordes vocales Tarde aussi bien que Vera Cruz ou encore Caminho Solar– version chantée du mythique Footprints des années d’or de Blue Note- sonnent aux accents parfaits cariocas, nordeste et compagnie. Pourtant le sujet de ce nouvel album passe bel et bien par une référence -référence ?- aux talents de compositeurs de Wayne Shorter. Sa voix suave, mesurée, maîtrisée l’y sert au premier chef. Elle éclaire l’art de la mélodie du saxophoniste sacralisé chez Miles Davis déjà, « mondialisé » via Weather Report pour ensuite un aboutissement au sein de son quartet jusqu’à ce jour (My Children of The night, Infant Eyes) Justement, comment ne pas souligner, comment passer sous silence cette façon très personnelle dans Speak no Evil boosté par le changement de tempo via la voix, le phrasé, de marquer les découpes, les articulations de la partition. Pour l’aider dans cette tâche ambitieuse Manu Le Prince bénéficie du travail d’orfèvre -d’horloger de l’impro ?- d’un trio de cubains installés à Paris. Felpe Cabrera, son de basse chaude à souhait ; Lukmil Perez, rythmique musicale de baguettes souples ; Irvin Acao aux sax -mais instigateur aussi de subtils arrangements- et sa prodigalité en souffles de rondeurs, de nuances comme il sied à celui qui souhaite passer pile dans les pas chassés de Shorter. Surtout en ce tableau d’humeurs ne faudrait-il pas oublier Leonardo Montana. D’abord car les racines brésiliennes du pianiste confèrent toute sa légitimité à sa participation à ce projet. De quoi apporter au naturel à cette palette de musiques shorteriennes le sens des couleurs idoines, autant de traits de lumières nécessaires également dans la construction de son discours de piano (Blue Cat).Son parcours, ses expériences l’avaient conduite hier des voix de Magma à celle de Urban Sax, au compagnonnage musical entr’autres de Francis Lockwood jusqu’à celui plus récent de Minino Garay pour un projet enregistré fin 2017 sur des compositions de pianistes de jazz. Avec toujours au beau milieu de ces étapes nombre d’incursions vocales pour et par des périples tracés au Brésil. Avec cet album Children of The night, ouvrage solaire réalise en hommage à la constellation Wayne Shorter, Manu Le Prince signe un bel et beau retour à de riches échos de jazz. »Par Robert LATXAGUE
Lire davantage Lire moins
« (…) Jamais à court de défis, c’est en compagnie d’une dream-team où s’illustrent les percussionnistes Robertinho Silva et Minino Garay, le contrebassiste Felipe Cabrera, le batteur Lukmil Perez, le superbe pianiste Leo Montana, ainsi que les saxophonistes Irving Acao (également en charge des arrangements) et Baptiste Herbin (sans oublier ses propres rejetons, Gaël et Julian Leprince-Caetano), qu’elle se propose à présent d’adapter une demi-douzaine d’originaux du mythique Wayne Shorter, quitte à les doter pour la circonstance de lyrics de son cru. Dès le majestueux “Eleonora (Lady Day)” introductif, on mesure avec quelle ferveur et quelle exigence Manu et ses hommes se sont investis dans ce projet. Assortissant de breaks latins le “Speak No Evil” de Shorter, ou “brazilianisant” la plage titulaire (avec le sax sinueux de Baptiste Herbin, et les ivoires virevoltants d’un Montana en état de grâce), Madame Le Prince surplombe magistralement ces adaptations de son timbre subtilement voilé. Milton Nascimento n’est pas en reste, puisqu’elle reprend également dans leur langue originelle ses propres “Tarde” et “Vera Cruz” (avec le bassiste Acelino De Paula, le pianiste Kiko Continentino et Zaza Desiderio aux drums), les restituant avec une verve jazz-bossa irrésistible. Qu’elle transpose (en portugais) le “Footprints” de Shorter (“Caminho Solar”) ou encore ses “Infant Eyes” et “Beauty & The Beast”, elle tutoie avec grâce et conviction les sommets parcourus en leur temps par Stan Getz, Ella et Gillespie sur les répertoires de Jobim et Gilberto. Adoubé par Shorter et Hermeto Pascoal in person, voici donc un sérieux candidat aux “Chocs du Jazz” de ce millésime ! » Par Patrick DALLONGEVILLE – PARIS MOVE
Lire davantage Lire moins
Rendre hommage à Wayne Shorter est une chose à laquelle peu de saxophonistes peuvent prétendre. Alors une chanteuse… Mais voilà, le maître en personne a poussé Manu Le Prince - et, faut-il le préciser?, il a eu raison. En substituant des mots aux notes du saxophoniste, Le Prince a réalisé un disque lumineux et courageux. Par TELERAMA
Lire davantage Lire moins
« En 2014, le saxophoniste Wayne Shorter avait déjà reçu un hommage phonographique par son collègue Dave Liebman au sein d’un big band. Cette fois, c’est la chanteuse et pianiste Manu Le Prince qui célèbre la musique de Shorter avec Children of the Night, titre d’une composition de 1961 du saxophoniste pour l’album Mosaic des Jazz Messengers d’Art Blakey dont il faisait alors partie. Voix chaude, expressive, Manu Le Prince va au-delà de la traduction vocale du jeu de Shorter, en écrivant des textes qui évoluent sur les courbes mélodiques. Elle chante ce « son de la musique qui me donne le frisson » dans Eleanora (Lady Day), qui était un hommage de Shorter à Billie Holiday enregistré en 1965 pour l’album The Soothsayer ; « les mers des harmonies » dans Children of the Night ; un univers de lumières et de mouvements dans Footprints (1966)… Avec elle, un quartette, où le saxophoniste Irving Acao est dans l’évocation des sinuosités, les fluidités de Shorter, et quelques invités. Tous de haute tenue, dans un plein accord avec la chanteuse. « Par Sylvain Siclier – LE MONDE
Lire davantage Lire moins
« Manu Le Prince a toujours eu deux amours : la musique brésilienne, dont elle est une authentique ambassadrice en France, et le jazz. Cet amour et vénération pour la musique afro-américaine, la chanteuse à la voix suave et mais toujours enjouée et pleine de swing, vient à nouveau de le déclarer dans son hommage au légendaire et historique compositeur et saxophoniste Wayne Shorter, qui vient de célébrer ses 89 ans. (…) Pour réussir et parfaire cette entreprise périlleuse, Manu Le Prince a convoqué la crème des jazzmen français et latinos américains comme ses fils Julian (piano) et Gaël (percussions), Baptiste Herbin (saxe), Minino Garay (percussions), Felipe Cabrera (contrebasse) et Lukmil Perez (batterie). » Par Didier PENNEQUIN – JAZZ GAZETTE
Lire davantage Lire moins
« Hommage à Wayne Shorter (qui a adoubé le travail de la chanteuse pour l’occasion), le nouveau disque de Manu Le Prince, si tant est qu’il soit fidèle au légendaire saxophoniste, sait s’en démarquer et avancer sur des territoires plus personnels et relatifs au parcours de la chanteuse. De cette balance entre ces deux pôles nait l’équilibre qui caractérise cet enregistrement. Sur une musique sans fard, la voix de Manu Le Prince pose son grain et les paroles qu’elle a composées. Chacun des musiciens donne sa ligne au profit d’un ensemble tout à fait harmonieux. Les titres défilent en souplesse et l’on pourrait même penser que le groupe les joue depuis longtemps car ils sont pétris d’une belle empathie. Entre jazz et racines brésiliennes bien mêlés, le propos ne manque jamais de saveur et ne déçoit pas l’oreille qui l’écoute. » Par Yves DORISSON – CULTURE JAZZ
Lire davantage Lire moins
Liste des titres
  • Piste
    Titre
    Artiste principal
    Auteur
    Durée
    Enregistré en
  • 1
    Eleanora (Lady Day)
    Manu Le Prince
    Wayne Shorter
    00:04:50
    2022
  • 2
    Speak No Evil
    Manu Le Prince
    Wayne Shorter
    00:05:13
    2022
  • 3
    Introduction My Children of the Night
    Manu Le Prince
    Wayne Shorter
    00:01:27
    2022
  • 4
    My Children of the Night (Children of the Night)
    Manu Le Prince
    Wayne Shorter
    00:04:55
    2022
  • 5
    Tarde
    Manu Le Prince
    Milton Nascimento
    00:05:47
    2022
  • 6
    Caminho solar (Footprints)
    Manu Le Prince
    Wayne Shorter
    00:06:13
    2022
  • 7
    Vera Cruz
    Manu Le Prince
    Milton Nascimento
    00:05:09
    2022
  • 8
    Infanteyes
    Manu Le Prince
    Wayne Shorter
    00:04:58
    2022
  • 9
    Bass Prelude
    Manu Le Prince
    Wayne Shorter
    00:00:36
    2022
  • 10
    Hugs and Roses
    Manu Le Prince
    Manu Le Prince
    00:04:06
    2022
  • 11
    From Soul to Soul (Beauty & the Beast)
    Manu Le Prince
    Wayne Shorter
    00:04:46
    2022
  • 12
    Blue Cat
    Manu Le Prince
    Manu Le Prince
    00:05:12
    2022
Livret

Children

of the Night

 

Tribute to Wayne Shorter

 

MANU

LE PRINCE

 

Irving Acao

Leo Montana

Felipe Cabrera

Lukmil Perez

 

+ Featuring

Baptiste Herbin

Kiko Continentino

Julian Le Prince Caetano

Gael Le Prince Caetano

Acelino de Paula

Zaza Desiderio

Robertinho Silva

Minino Garay

1. ELEANORA (Lady Day) 4'50

Wayne Shorter/Manu Le Prince

2. SPEAK NO EVIL 5'13

Wayne Shorter

3. introduction

MY CHILDREN OF THE NIGHT 1'27

4. MY CHILDREN OF THE NIGHT

(Children of the Night) 4'55

Wayne Shorter/Manu Le Prince

5. TARDE 5'47

Milton Nascimento/Márcio Borges

6. CAMINHO SOLAR (Footprints) 5'13

Wayne Shorter/Manu Le Prince

7. VERA CRUZ 5'09

Milton Nascimento/Márcio Borges

8. INFANT EYES 4'58

Wayne Shorter/Jean Carn

9. Bass prelude 0'36

10. HUGS AND ROSES 4'06

Manu Le Prince

11. FROM SOUL TO SOUL (Beauty & the Beast) 4'46

Wayne Shorter/Manu Le Prince

12. BLUE CAT 5'12

Kiko Continentino/Manu Le Prince

 

ELEANORA (Lady Day)

Wayne Shorter/Manu Le Prince

 

Shine, my divine

Your emotion

Aways really makes me feel so high

And makes me cry

 

So when you're around

Just the sound

 Of music

Gives me that thrill

 

Your life, was so burning

You were singing and prayin,

For better times to come

 

Shine, you are one

And all your passion

Overflows

Deep in our souls

 

Your life, was so burning,

You were singing and prayin'

For better times to come

For better lives to come

 

MY CHILDREN OF THE NIGHT

(Children of the Night)

Wayne Shorter/Manu Le Prince

To Gaël & Julian

 

When music glides

There's glitter in your eyes

You smile, you cherish every sound

But you are not around

Your mind is on the brink my love

On every note you think, will sound so right

Until you'll take off as a bird

Over the seas of harmonies

 

When rythms fly

My children of the night

You smile, you cherish every beat

To make it so complete

Your hands searching for light my love

To make the music shine

So high, so bright

So bright

 

Until you take off as a bird

Over the seas of harmonies

 

 

 

 

MANU LE PRINCE vocal, piano sur Hugs and Roses,
percussions & arrangements vocaux

IRVING ACAO sax & arrangements

LEO MONTANA piano

FELIPE CABRERA contrebasse

LUKMIL PEREZ batterie

 

Featuring

BAPTISTE HERBIN sax sur Eleanora, My Children of the Night,
Tarde & Hugs and Roses

KIKO CONTINENTINO piano sur Tarde, Vera Cruz & Blue Cat

ACELINO DE PAULA basse sur Tarde & Vera Cruz

ZAZA DESIDERIO batterie sur Tarde & Vera Cruz

JULIAN LEPRINCE CAETANO intro + piano
sur Children of the Night

ROBERTINHO SILVA percussions sur Vera Cruz

GAEL LE PRINCE CAETANO percussions sur Tarde,
From Soul to Soul & Infant Eyes

MININO GARAY percussions sur Hugs and Roses & Caminho Solar

Prise de son : Julien Bassères au Sudio de Meudon en déc. 2021

Sauf Blue Cat, Tarde & Vera Cruz : prise de son : Mark Haliday & Julien Reyboz

Mixage et mastering : Mark Haliday

Photo cover : Patrick Martineau Photo live : Gilbert Bergua

Photos studio : Alex van Hoorebeke & Fred Dubor Photo grafiti : Connie Ryder

Graphisme : Guillaume Saix

Fabrication et distribution : Frémeaux & Associés

Coordination : Augustin Bondoux

www.fremeaux.com / http://manuleprince.com

 

 

 

CAMINHO SOLAR (Footprints)

Wayne Shorter/Manu Le Prince

 

Pegadas na areia e o mar apaga tudo

Mas os resquicios de todos os nossos passos

Perduram no universo

Vestigios da vida

E memoria em movimento

 

 

Sonhos de luz alimentam a nossa mente

Desejos mais loucos é so seguir em frente

Plantar a semente

Acreditar no nascer

Da mais linda flor

 

O mundo girando dinámico e belo

Se conectando a tudo que existe

Brilhante e singelo

Vai iluminando o nosso caminho solar

Iluminando o nosso caminho solar

 

 

BLUE CAT Misty

Kiko Continentino/Manu Le Prince

 

Like a bird

You are just free to go

Wherever the wind goes

You define

What you have on your mind

Whenever the wind calls

 

Living toy

My little peace of joy

Travelling on a beam

Take me there

I really want to share

Your wonderful dream

 

Mysteries

Of some forgotten times

Old times of the tiger

Memories

Of countries in the sun

And endless summers

 

Living toy

My little peace of joy

You're in another land

Take me there

And let me run along

Your coulourful sands

 

Scenes of countries in the sun

A long,  long time ago ...

When the moon is shining in you eyes

It makes me fly away with you

 

Misty take me

Misty take me with you

 

 

 

Thanks!!! Merci!!! Obrigada !!! 

First of all,very special thanks  to  Wayne Shorter and Carolina dos Santos

for the wonderful support and incentive.

 

Muchos gracias to the marvelous and talented music team : Irving, Leo, Felipe e Lukmil, so present by heart.

Un grand merci :

A Patrick Frémeaux et Augustin Bondoux

A Bernard Faulon pour l'empathie, à Julien Bassères pour sa fine oreille et sa présence “envers et contre tout”.

Thanks to Mark Haliday for his eternal skill, A Baptiste Herbin pour ses brillantes idées . A Guillaume Saix  pour son talent.

A Marc Albert & Gerald Arnaud, à Giovanni Mirabassi pour la sabedoria, à Guy Aziza (Zorro), Abe,

Julien Reyboz, Gunavadh Lim, à Patrick Martineau, Gilbert Bergua, Connie Ryder, Susana Migoni,

Alex Van Hoorebeke & Fred Dubor pour les images.

 

Obrigada queridos !...Kiko the genius, os otimos Ace e Zaza, o meu grande amigo Robertinho Silva e

Jeff Chagas pelo presente, a Alex Rocha, Fabiana Mendes, Rodrigo Villa & Cris Senna pela ajuda no Brasil.

 

Merci à mes enfants Gaël et Julian, toujours dans mon coeur, de leur belle participation sur cet album.

commander les produits Frémeaux ?

par

Téléphone

par 01.43.74.90.24

par

Courrier

à Frémeaux & Associés, 20rue Robert Giraudineau, 94300 Vincennes, France

en

Librairie ou maison de la presse

(Frémeaux & Associés distribution)

chez mon

Disquaire ou à la Fnac

(distribution : Socadisc)

Je suis un(e) professionnel(le)

Librairie, disquaire, espace culturel, papeterie-presse, boutique de musée, médiathèque…

Contactez-nous