Cajun Volume 2, The Post-war Years
Cajun Volume 2, The Post-war Years
Ref.: FA5834

Louisiane 1946-1962  

Iry Lejeune • Alex Broussard • Dewey Balfa

Ref.: FA5834

Direction Artistique : JEAN BUZELIN

Label :  FREMEAUX & ASSOCIES

Durée totale de l'œuvre : 2 heures 17 minutes

Nbre. CD : 2

Sélectionnez une version :
Grâce à ce pack, vous bénéficiez d’une remise de 20.00 % soit de 9,99 €
Cette œuvre est déjà dans votre panier
Une version numérique de cette œuvre est déjà dans votre panier
Expédié sous 24 à 48h
Distinctions
Recommandé par :
  • - Sélection Noël - Télérama
Présentation

Il a fallu des décennies pour que la musique de nos lointains cousins “français”, longtemps cantonnée dans les bayous du sud de la Louisiane, sorte enfin de son territoire, suscitant l’intérêt de quelques curieux, avant de partir à la conquête des États-Unis. Joyeuse ou nostalgique, conviviale et rythmée par l’accordéon, elle a su séduire les amateurs de la terre entière et est reconnue désormais comme patrimoine mondial. C’est cette épopée haute en couleurs qui vous est contée par jean Buzelin, qui a sélectionné les meilleurs disques de l’époque.
Patrick FRÉMEAUX 



CD 1 - 1946-1954 : HAPPY, DOC & THE BOYS : ALLONS DANSER COLINDA • HARRY CHOATES : JOLIE BLONDE • OKLAHOMA TORNADOES : LA PRISON • HAPPY, DOC, & LOUIS NOEL : LA CRAVATE • FLOYD LEBLANC : YOU MUSTN’T CRY • HARRY CHOATES : CAJUN HOP • EDDIE SHULER : JAMBALAYA BOOGIE • IRY LEJEUNE : LOVE BRIDGE WALTZ • NATHAN ABSHIRE : PINE GROVE BLUES • LEE SONNIER & LAURA BROUSSARD : WAR WIDOW WALTZ • AUSTIN PITRE : PRISON TWO STEP • LAWRENCE WALKER : RENO WALTZ • AMÉDÉE BREAUX : HEY! MOM! • ALDUS ROGER : THE LAFAYETTE PLAYBOY’S WALTZ • IRY LEJEUNE : TECHE SPECIAL • NATHAN ABSHIRE & WILL KEGLEY : LA VALSE DE BÉLISAIRE • HARRY CHOATES : POOR HOBO • CHUCK GUILLORY & PAPA CAIRO : GRAND TEXAS • VINCENT & CAGLEY : LAWTELL TWO STEP • ÉLISÉE DESHOTEL & DEWEY BALFA : LA VALSE DU BAMBOCHEUR • VIN BRUCE : FILLE DE LA VILLE • LINK DAVIS : GRAND MAMOU • GENE RODRIGUE & THE BAYOU BOYS : JOLIE FILLE • SHUCK RICHARD & MARIE FALCON : LE CÔTÉ FAROUCHE DE LA VIE • AMAR DEVILLIER & WALLACE LAFLEUR : DURALD TWO STEP • PEE WEE BROUSSARD : THE WALTZ THAT CARRIED ME TO THE GRAVE.

CD 2 - 1955-1962 : ALEX BROUSSARD : LE SUD DE LA LOUISIANE • JIMMY C. NEWMAN : BLUE DARLIN’ • NATHAN ABSHIRE & YVONNE LEBLANC : MAMA ROSIN • LEROY BROUSSARD : LEMONADE SONG • SIDNEY BROWN : PISTACHE À TANTE NANA • ROBERT BERTRAND : DRUNKARD’S TWO STEP • AUSTIN PITRE & CABRIE MENIER : LA VALSE D’OPELOUSAS • TERRY CLÉMENT : LA CHANSON DU MARDI GRAS • ALDUS ROGER : CROWLEY TWO STEP • SHIRLEY BERGERON : J’AI FAIT MON IDÉE • CLEVELAND CROCHET : SUGAR BEE • HAPPY FATS & ALEX BROUSSARD : GABRIEL • BILL MATTE : PARLEZ-VOUS L’ FRANÇAIS ? • LAWRENCE WALKER : YEUX NOIRS • J.B. FUSILIER : FAUT PAS QUE TU M’OUBLIES • JO-EL SONNIER : P’TITS YEUX BLEUS • RAMBLING ACES : TWO STEP DU VIEUX TEMPS • BADEAUX & D.L. MÉNARD : LA VALSE DE JOLLY ROGERS • MAURICE BARZAS : EUNICE TWO STEP • LOUIS CORMIER : MARRIED LIFE • ADAM HÉBERT : I’D LIKE TO KNOW • RUSTY & DOUG KERSHAW : LOUISIANA MAN • CAJUN TRIO + ONE : CAJUN TWIST (LE TORTILLAGE) • DORIS MATTE : LES TRACES DE MON BOGHEI • BUCK MOUHART : CAJUN LAND TWIST • BADEAUX & D.L. MÉNARD : LA PORTE EN ARRIÈRE.

DIRECTION ARTISTIQUE : JEAN BUZELIN

Liste des titres
  • Piste
    Titre
    Artiste principal
    Auteur
    Durée
    Enregistré en
  • 1
    Allons danser Colinda
    Happy Doc And The Boys
    Musique Traditionelle
    00:02:56
    1947
  • 2
    Jolie blonde
    Harry Choates
    Breaux Brothers
    00:02:48
    1946
  • 3
    La prison
    The Oklahoma Tornadoes
    Musique Traditionelle
    00:02:47
    1947
  • 4
    La cravate
    Happy Doc And Louis Noël
    Musique Traditionelle
    00:02:20
    1947
  • 5
    'You Mustn''t Cry'
    Floyd Leblanc
    Floyd Leblanc
    00:02:31
    1951
  • 6
    Cajun Hop
    Harry Choates
    Leo Soileau
    00:02:36
    1947
  • 7
    Jambalaya Boogie
    Eddie Shuler
    Eddie Shuler
    00:02:44
    1950
  • 8
    Love Bridge Waltz
    Iry Lejeune
    Iry Lejeune
    00:02:52
    1948
  • 9
    Pine Grove Blues
    Nathan Abshire
    Nathan Abshire
    00:02:47
    1949
  • 10
    War Widow Waltz
    Lee Sonnier & Laura Broussard
    Laura Broussard
    00:02:53
    1949
  • 11
    Prison Two Step
    Austin Pitre
    Austin Pitre
    00:02:48
    1948
  • 12
    Reno Waltz
    Laurence Walker
    Laurence Walker
    00:02:51
    1951
  • 13
    Hey Mom
    Amédée Breaux
    Amelie Breaux
    00:02:31
    1952
  • 14
    'The Lafayette Playboy''s Waltz'
    Aldus Roger
    Aldus Roger
    00:02:46
    1949
  • 15
    Teche Special
    Iry Lejeune
    Iry Lejeune
    00:02:44
    1949
  • 16
    La valse de Bélisaire
    Nathan Abshire & Will Kegley
    Traditionnel
    00:03:11
    1949
  • 17
    Poor Hobo
    Harry Choates
    Traditionnel
    00:02:43
    1947
  • 18
    Grand Texas
    Chuck Guillory & Papa Cairo
    Julius Lamperez
    00:02:55
    1949
  • 19
    Lawtell Two Step
    Vincent & Cagley
    Crawford Vincent
    00:02:30
    1950
  • 20
    La valse du bambocheur
    Elise Deshotel & Dewey Balfa
    Dewey Balfa
    00:04:12
    1951
  • 21
    Fille de la ville
    Vin Bruce
    Vin Bruce
    00:02:35
    1952
  • 22
    Grand Mamou
    Link Davis
    Link Davis
    00:02:46
    1952
  • 23
    Jolie fille
    Gene Rodrigue & The Bayou Boys
    Gene Rodrigue
    00:02:02
    1954
  • 24
    Le côté farouche de la vie
    Shuck Richard & Marie Falcon
    Carter
    00:02:42
    1952
  • 25
    Durald Two Step
    Amar Devillier & Wallace Lafleur
    Amar Devillier
    00:03:04
    1950
  • 26
    The Waltz That Carried Me To The Grave
    Pee Wee Broussard
    Pee Wee Broussard
    00:02:27
    1952
  • Piste
    Titre
    Artiste principal
    Auteur
    Durée
    Enregistré en
  • 1
    Le sud de la Louisiane
    Alex Broussard
    Alex Broussard
    00:02:14
    1959
  • 2
    'Blue Darlin'''
    Jimmy C. Newman
    Lyles
    00:02:15
    1955
  • 3
    Mama Rosin
    Nathan Abshire & Yvonne Leblanc
    Grenet
    00:02:43
    1957
  • 4
    Lemonade Song
    Leroy Broussard
    Colombus Frugé
    00:02:40
    1957
  • 5
    Pistache à Tante Nana
    Sydney Brown
    Eddie Shuler
    00:02:29
    1957
  • 6
    'Drunkard''s Two Step'
    Robert Bertrand
    Traditionnel
    00:02:26
    1959
  • 7
    'La Valse d''Opelousas'
    Austin Pitre & Carrie Menier
    Floyd Soileau
    00:02:23
    1959
  • 8
    La chanson du Mardi Gras
    Terry Clément
    Traditionnel
    00:03:09
    1957
  • 9
    Crowley Two Step
    Roger Aldus
    Aldus Roger
    00:02:18
    1960
  • 10
    'J''ai fait mon Idée'
    Shirley Bergeron
    Lavergne
    00:02:30
    1960
  • 11
    Sugar Bee
    Cleveland Crochet
    Eddie Shuler
    00:02:33
    1960
  • 12
    Gabriel
    Happy Fats & Alex Broussard
    Traditionnel
    00:02:09
    1961
  • 13
    'Parlez-vous l''français '
    Bill Matte
    Emmit Matte
    00:02:13
    1961
  • 14
    Yeux noirs
    Laurence Walker
    Traditionnel
    00:02:57
    1961
  • 15
    'Faut pas que tu m''oublies'
    J-B. Fusilier
    Eddie Shuler
    00:02:38
    1962
  • 16
    'P''tits yeux bleus'
    Jo-el Sonnier
    Floyd Soileau
    00:02:34
    1962
  • 17
    Two step du vieux temps
    The Rambling Aces
    Floyd Soileau
    00:02:18
    1962
  • 18
    La valse de Jolly Rogers
    Elias Badeaux & D.L. Ménard
    Doris Leon Menard
    00:02:58
    1961
  • 19
    Eunice Two Step
    Maurice Barzas
    Floyd Soileau
    00:02:37
    1962
  • 20
    Married Life
    Louis Cormier
    Cormier Louis
    00:02:53
    1962
  • 21
    'I''d Like To Know'
    Adam Hébert
    Hebert Adam
    00:03:02
    1960
  • 22
    Louisiana Man
    Rusty & Doug Kershaw
    Doug Kershaw
    00:02:33
    1961
  • 23
    Cajun Twist (Le tortillage)
    Cajun Trio
    Floyd Soileau
    00:02:03
    1962
  • 24
    Les traces de mon boghei
    Doris Matte
    Doris Matte
    00:02:28
    1962
  • 25
    Cajun Land Twist
    Buck Mouhart
    Eddie Shuler
    00:01:58
    1962
  • 26
    La porte en arrière
    Elias Badeaux & D.L. Ménard
    Doris Leon Menard
    00:02:15
    1962
Livret

CAJUN 2

Louisiana
The Post-War Years

1946-1962

Par Jean Buzelin

 

Découverte en France au tournant des années 60/70, la musique cajun, jouée par nos lointains cousins de la Louisiane francophone, avait une longue histoire qui vous a été contée naguère dans  un premier volume consacré aux enregistrements d’avant-guerre1. Arrivés dans le sud de la Louisiane à partir de 1756 après un long périple migratoire connu sous le nom de Grand Dérangement, ces Français Acadiens chassés par les Anglais de leur province du nord-est du Canada, s’installent et vont faire souche dans ces régions marécageuses, les bayous. Isolés, ils vont garder en mémoire leurs traditions, leur langue et les chansons et danses populaires de l’ancienne France. Le violon constitue l’instrument principal avant qu’il ne soit rejoint et concurrencé par l’accordéon arrivé dans les bagages d’émigrants allemands autour de 1870. La puissance sonore de cet instrument diatonique convient parfaitement à l’exécution des valses, mazurkas, polkas et quadrilles joués dans les bals de maison (fais do do) du samedi soir. Mais dans les années 30, l’industrialisation et l’exploitation du pétrole dans le Texas voisin et le besoin de main d’œuvre vont rompre cet isolement que le New Deal amplifie avec le slogan « un pays, une langue » qui oblige tous les Américains à parler anglais. La musique cajun va donc évoluer durant la décennie qui précède le second conflit mondial.

Nous n’aborderons pas ici le zydeco, né de la rencontre entre le blues et les musiques créoles et cadiennes pratiquées par les artistes noirs francophones ; une anthologie leur a été consacrée2.

 

Le marché du disque

Au sortir de la guerre et de la grève des enregistrements (le Petrillo Ban), le petit édifice que constituait le marché des disques de musique cajun est à reconstruire, comme pour l’ensemble de la production phonographique nationale. Malgré leurs ventes modestes et locales, les musiciens et chanteurs cajuns gravaient leurs disques pour Columbia ou RCA-Bluebird, les grandes compagnies qu’on n’appelait pas encore major. Or celles-ci abandonnent les artistes locaux, comme elles vont bientôt délaisser les musiques populaires, en particulier afro-américaines. Pour pallier ce manque, d’innombrables petites compagnies éclosent partout dans le pays, et le sud de la Louisiane n’est pas en reste. En 1946, Jay Miller à Crowley lance ses labels Fais-Do-Do et Feature, tandis que Bill Quinn crée Gold Star à Houston dans le Texas voisin où réside une importante colonie cadienne. Dans cette ville, Benny Hess lance Opera en 1948. Mais c’est à Lake Charles, en plein pays cajun, que surgissent presque simultanément en 1949 et 50 plusieurs petites maisons sous l’égide de quatre producteurs. Tout d’abord deux musiciens, Virgil Bozman, qui dirige les Oklahoma Tornadoes (O.T.), et Eddie Shuler (1917-2005) (Folk-Star et plus tard Goldband), Bob Tanner (TNT) et George Khoury (Khoury’s et Lyric). Miller, Khoury et Shuler vont marquer durablement le paysage musical louisianais en enregistrant la musique cajun traditionnelle, mais également plus tard le rockabilly, la swamp pop et le blues plus commerciaux car touchant un public anglophone plus large.

 

Telle est l’offre que saisissent les musiciens et groupes cajuns qui avaient déjà enregistré avant la guerre : les Hackberry Ramblers, Léo Soileau, Lawrence Walker, Amédée Breaux, J.-B. Fulsilier, Happy Fats LeBlanc (1915-1988) et Doc Guidry (1918-1992), l’un des plus grands violonistes cajuns1. Musicalement parlant, ceux qui tirent leur épingle du jeu sont ceux qui s’inscrivent dans la mouvance cajun-country – violon (fiddle) et cordes – né dans les années 30 au moment de « l’américanisation » du pays des bayous et très influencé par le Western swing du voisin texan. Encore que l’on constate un certain retour à la langue française. Si Happy & Doc mènent la danse, un nouveau venu qui a fait ses classes avec le premier dès 1940, coiffe tout le monde avec sa version de Jolie Blonde3 qui va devenir le plus grand classique de la musique cajun, repris par de multiples artistes dans toute l’Amérique. Il s’agit de Harry Choates (1922-1951), violoniste de grand talent mais qui, après des débuts météoriques, disparaîtra cinq ans plus tard emportés par une vie chaotique.

 

Le retour de l’accordéon

Alors qu’on le croyait remisé avec les antiquités – en réalité il animait toujours les petits bals de campagne et les fais do do à la grande satisfaction des populations rurales – l’accordéon fait un retour imprévisible et tonitruant en 1948, après dix ans de silence phonographique, avec Iry LeJeune (1928-1954), neveu d’Angelais LeJeune1, virtuose de l’instrument à boutons qui obtiendra une grande popularité jusqu’à son décès prématuré suite à un accident de la circulation. Sur sa lancée, les accordéonistes emboîtent le pas : les anciens Amédée Breaux (1900-1975), Lawrence Walker (1907-1968), Austin Pitre (1918-1981) (ces deux derniers tâtent également du violon), auxquels s’ajoutent le truculent Nathan Abshire (1913-1981)4, Lee Sonnier (1897-1984) ou le « King of the Accordion players » Aldus Roger (1915-1999). Suivront Shuck Richard, Amar Devillier et Pee Wee Broussard entre autres. Plusieurs d’entre eux ont été influencés par le grand accordéoniste noir Amédée Ardoin1-2.

Love Bridge Waltz de LeJeune, Pine Grove Blues d’Abshire et Reno Waltz (Walker) sont de grands succès locaux, sachant qu’en Acadiana, un disque 78 tours devient un énorme hit s’il atteint les 10 000 exemplaires ! Ils rivalisent avec Colinda et La Cravate5 (Happy, Doc et Louis Noël), Poor Hobo (Choates) ou Grand Texas (Chuck Guillory et Papa Cairo). War Widow Waltz (Sonnier) et Hey Mom!6 (Breaux) font également de bonnes ventes. La plupart des accordéonistes se gardent d’ailleurs bien d’éliminer le violon de leurs formations, partageant les solos avec un un troisième instrument, la steel guitar électrique, elle aussi héritée des ensembles country et qui se joue à plat avec des effets de glissando7.

Notons au passage que la présence de quelques rares chanteuses comme Laura Broussard ou Marie Falcon ne peut masquer le fait que, comme dans bien d’autres domaines, la musique cajun est encore une affaire d’hommes. Beaucoup d’eau coulera sous le pont du Nez Piqué avant qu’une instrumentiste remplace la pionnière Cléoma Falcon1.

Quant au répertoire des orchestres cajuns traditionnels, il est souvent constitué de valses (plutôt lentes) et de two steps entraînants – les vieilles danses ont quasiment disparu – qui font le bonheur des danseurs. On remarque aussi quelques blues. Et si les paroles des chansons sont souvent basiques et se retrouvent de l’une à l’autre, on appréciera aussi les qualités de certains lyrics.

 

Les string bands désormais concur­rencés, les bons violonistes offrent volontiers leurs services aux accordéonistes. Parmi eux Floyd LeBlanc (1924-1975), Will Kegley, Lionel Leleux, Doc Guidry... et bientôt Dewey Balfa (1927-1992). Avant son association avec Nathan Abshire et l’émergence de son groupe familial, les Frères Balfa, qui va obtenir une reconnaissance internationale dans les années 70, Dewey avait débuté avec le guitariste Élisée Deshotel comme violoniste et chanteur (La Valse du bambocheur). Certains artistes, plus ambitieux, cherchent à élargir leur audience en se tournant vers l’extérieur, quitte à abandonner en partie le français et les valses et two-steps traditionnels. Link Davis (1914-1972) a ses racines dans l’est du Texas (Grand Mamou), Gene Rodrigue (1926-1988), au sud-est du pays cajun, se tourne vers la Nouvelle-Orléans dont il est proche (Jolie fille) ; d’autres lorgnent vers Nashville, la capitale de la country music, comme Vin Bruce (1932-2018) (Fille de la ville, une ballade qui lui ouvre les portes du Grand Ole Opry), et surtout Jimmy Newman (1927-2014) qui, avec son partenaire Rufus Thibodeaux (1934-2005), le roi du violon, va devenir une véritable vedette nationale avec vingt-trois titres classés au Top C&W Records entre 1954 et 1969 dont Blue Darlin’ (N°13 en 1955). Les uns et les autres s’éloigneront plus ou moins de leurs racines mais effectueront souvent des retours aux sources. Difficile de masquer un accent, une cadence, un parfum louisianais...

 

Les fifties entre soi

Au milieu des années 50 dans le pays des bayous, les différences s’estompent. L’accordéon a repris sa place et c’est lui qui, comme à la haute époque, donne sa couleur typique à la musique cajun (telle que nous la connaissons encore aujourd’hui). Il n’est pas vraiment (du moins pas encore) concerné par l’arrivée tonitruante du rock and roll qui impose le la de l’évolution de toutes les musiques populaires et attire le jeune public qui ne parle pratiquement plus français. Musiques à la mode pour juke-boxes d’un côté, danses traditionnelles dans les bals du samedi soir de l’autre.

 

L’année 1956 voit la naissance de deux nouvelles maisons de disques indépendantes. À Ville Platte, Floyd Soileau fonde Swallow (bien joué !) qui va devenir la plus importante compagnie consacrée à la musique cajun authentique chantée en français, dont il veut agrandir le marché vers les pays francophones (Canada, France, etc.) ; la plupart des « vedettes » locales vont entrer dans son catalogue. À Lafayette, Carol J. Rachou lance La Louisianne (avec deux n !), produisant également des valeurs sûres, et qui va commencer à regrouper ses 45 tours single dans des compilations long-playing et offrir des 33 tours entiers à certains artistes, prévoyant également une prochaine ouverture vers des publics plus larges. L’un comme l’autre vont ouvrir leurs portes à de nouveaux talents.

Parmi les musiciens, Nathan Abshire (Mama Rosin, transposition réussie de la célèbre rumba Mama Inez), Austin Pitre (La Valse d’Opelousas), Aldus Roger (Crowley Two Step), Lawrence Walker, J.-B. Fusilier (1901-1989) restent des valeurs sûres. Ils enregistrent des disques, se produisent en direct dans les stations de radio francophones locales très actives, animent les bals du samedi soir... sans toutefois faire fortune, le circuit n’est pas très riche et les cachets sont minces. Considérés comme « professionnels », ils sont musiciens le soir mais exercent un autre métier la journée (comme de nombreux bluesmen d’ailleurs). Certains vivent dans une aisance relative comme Happy Fats qui entretient le patrimoine avec ses reprises de chansons anciennes, mais découvre aussi un chanteur comme Alex Broussard (1926-2010) dont l’entraînante création Le Sud de la Louisiane va devenir un grand classique du répertoire.

Les accordéonistes Leroy Broussard (1921-1991) ou Sidney Brown (1906-1981) rajeunissent également avec un certain succès de vieilles chansons comme La Danse de la limonade ou La Pistache à Tante Nana.

 

Plus discrètement, La Chanson du Mardi Gras, héritée de la Vieille France, est enregistrée pour la première fois en 1957. Dans la Louisiane catholique, aussi bien à la Nouvelle-Orléans que dans le pays cajun, la journée du Mardi Gras est l’occasion de grandes festivités : parades, masques et déguisements, musique, repas (hot sauce et écrevisses), virées à cheval sous la direction d’un « capitaine », etc.8. Alors qu’elle est connue depuis bien longtemps, cette chanson entraînante n’a encore jamais fait l’objet d’un disque. C’est donc un collectage réalisé sur le terrain par le Dr. Harry Oster de la Louisiana State University qui en saisit la première version due aux Frères Clément, un trio amateur9. Prémices du futur cajun revival des années 60, cet enregistrement « incontournable » constitue une parenthèse au milieu des disques du commerce destinés à la population locale qui font l’objet de notre panorama. Nathan Abshire et Dewey Balfa la remettront en circulation avec succès au milieu des années 60.

Les sixties et l’ouverture

Alors que la musique cajun reste essentiellement une affaire locale, totalement ignorée ou presque du reste des États-Unis, et a fortiori des Européens, l’amateur actuel peut, avec le recul, percevoir des signes de frémissement au tournant de l’année 60. La publication des 45 tours augmente sensiblement, en particulier sous l’impulsion de Floyd Soileau. Mais parmi cette production pléthorique, c’est Eddie Shuler, sur son label Goldband, qui décroche la timbale : Sugar Bee, enregistré sous le nom du violoniste Cleveland Crochet (1919-2011), entre dans le Billboard Hot 100 et grimpe à la 80e place de ce hit-parade national en janvier 1961. C’est une première pour un disque venant du pays des bayous. Certes, il est chanté en anglais par le steel-guitariste Jay Stutes (1933-2000), mais l’accordéon de Shorty LeBlanc lui donne une couleur zydeco bluesy typique.

Un mois plus tard, dans une veine plus rock ‘n’roll, les frères Rusty (1938-2001) & Doug (né en 1936) Kershaw emboîtent le pas avec Louisiana Man (N°10 au Top C&W) qui aura un fort impact sur la jeunesse louisianaise que ne parle plus guère français. La langue va-t-elle disparaître pour de bon avec leurs grands-parents ? Pourtant, toujours en 1961, le chanteur Bill Matte (qui joue de l’accordéon-piano comme Clifton Chenier) interroge : Parlez-vous l’français, sur un rythme moderne comme Sugar Bee et accompagné par un guitariste de blues, à un moment où le mouvement de retour à la langue ancestrale n’est pas encore enclenché. Son disque paraît sous étiquette Lanor, nouveau label créé par Lee Lavergne à Church Point l’année précédente qui a lancé le guitariste Shirley Bergeron (1933-1995) (J’ai fait mon idée). Celui-ci, accompagné par son père Alphée à l’accordéon, s’inscrit dans la musique authentique française qui reprend des couleurs. Les nouveaux accordéonistes s’appellent Andrew Cormier (avec les Rambling Aces), Maurice Barzas (qui avait débuté avec Élisé Deshotel), Louis Cormier, Harrison Fontenot (et le Cajun Trio avec la future vedette Clint West), Dorris Matte (Les Traces de mon boghei)... et le tout jeune Joel (puis Jo-El) Sonnier (né en 1946); il enregistre ses premiers disques à l’âge de 13 ans et deviendra, jusqu’à nos jours, l’un des chanteurs-accordéonistes les plus populaires en Louisiane et ailleurs. Le violon, présent dans la plupart des orchestres, est représenté par Robert Bertrand, Adam Hébert ou Buck Mouhart qui chante en anglais un Cajun Land Twist, bien différent du Cajun Twist sous-titré Le Tortillage, qui démontre que la musique cajun sait s’emparer avec humour des rythmes à la mode. Enfin, la continuité de la musique authentique sera notamment assurée par le chanteur-guitariste D.L. Ménard (1932-2017) qui obtient de beaux succès durables au sein des Louisiana Aces d’Élias Badeaux avec La Valse de Jolly Rogers et surtout La Porte en arrière, devenu un classique indémodable et lui ouvrira les portes d’une carrière internationale.

Bientôt vont apparaître les chanteurs-accordéonistes Belton Richard, Joe Bonsall, Blackie Forestier, Aldus Mouton, Leeman Préjean, Camey Doucet... puis Zachary Richard ou Wayne Toups qui produisent une musique cajun hybride avec des apports rock, blues, zydeco... mais ils ne peuvent entrer dans le cadre de notre anthologie10.

 

Le cajun revival

C’est donc une musique qui, quoique marginale au niveau du show biz, se porte bien mais est menacée par la perte de la langue française, lorsque s’affirme un engouement de la jeunesse (étudiants et teen-agers) pour le blues et les musiques folkloriques. Une nouvelle et vaste audience s’offre à nombre de chanteurs et musiciens qui, pour beaucoup, s’étaient repliés dans leurs ghettos. Ce mouvement revival, qu’accompagne la publication de nombreux albums 33 tours, en particulier sur la marque Arhoolie créée en 1960 par Chris Strachwitz11, va également toucher, certes à un degré plus modeste et plus tardif, la musique cajun traditionnelle. De surcroît, il va donner un éclairage sur la langue française et attirer la curiosité de jeunes amateurs américains, européens, français, et ce n’est pas son moindre intérêt. Accompagnant le mouvement, un « Conseil pour le développement du français en Louisiane » (CODOFIL) est initié en 1968 par l’avocat et député à la Chambre des représentants James Domangeaux. Le français, qui s’était transmis oralement pendant des siècles, est enfin reconnu comme langue à part entière et, paradoxalement, commence à être enseigné dans les écoles !

De leur côté, les musiciens sortent de leur territoire habituel. Aldus Roger représente la Louisiane au Folklore Festival de Washington en 1962. Dewey Balfa participe au Newport Folk Festival, la grande vitrine du blues et du folk en 1964 et y revient avec ses frères en 196712. Et pour la première fois, la musique cajun traditionnelle s’exporte en Europe avec la tournée American Country Music Festival 1966 qui présente les frères Cyprien et Adam Landreneau. Doug Kershaw est programmé au premier New Orleans Jazz & Heritage Festival en 1969, avant que les Frères Balfa, promus Ambassadeurs de la musique cajun, effectuent leur première et triomphale tournée en France en 1975.

 

La redécouverte d’anciens musiciens et l’arrivée d’une jeune génération menée notamment par le violoniste Michael Doucet et son groupe Beausoleil, et son compère l’accordéoniste Marc Savoy avec son épouse Ann, guitariste, les trois se retrouvant dans le Savoy Doucet Cajun Band, a permis, non seulement de sauver et préserver la tradition musicale, mais surtout de maintenir vivante la culture de tout un peuple.

 

Jean Buzelin

© Frémeaux & Associés 2022

Notes :

1) CAJUN Louisiane 1928-1939 (double CD Frémeaux & Associés FA 019).

2) ZYDECO Black Creole, French Music & Blues 1929-1972 (double CD FA 5616).

3) Adaptée de Ma blonde est partie d’Amédée Breaux, 1929 (cf. FA 019).

4) Sous le nom de Nason Absher, l’accordéoniste avait gravé un French Blues en 1935 avec les Rayne-Bo Ramblers de Happy Fats LeBlanc (cf. FA 019).

5) Deux vieilles chansons/danses remises au goût du jour : Mes souliers sont rouges (La Cravate) date du XVIIIe siècle ; Colinda, dérivée d’une danse vaudou, est arrivée avec les Créoles antillais à la fin du XIXe siècle.

6) Compositions d’Amédée Breaux gravée par Léo Soileau et Mayuse Lafleur sous le titre Mama, Where You at? en 1928 (cf. FA 019).

7) Le piano, instrument essentiel du genre honky tonk, n’apparaît que rarement.

8) Voir le film de Jean-Pierre Bruneau, Dedans le Sud de la Louisiane (DVD+CD FA 4031).

9) Terry Clément enregistrera quelques faces commerciales dans les années 60.

10) Les lois concernant le domaine public ne nous permettent pas d’exploiter librement les disques produits après 1962.

11) Dotée d’un immense catalogue dédié à la Down Home Music sous toutes ses formes et toujours en activité, la maison Arhoolie a largement contribué à faire connaître la musique cajun dans le monde entier et a notamment assuré une notoriété internationale à Clifton Chenier, le « King of Zydeco », révélation de la tournée européenne de l’American Folk Blues Festival 1969 (cf. ZYDECO 1929-1972 – FA 5616 + FA 4031).

12) En 1966, c’est le duo créole Bois-Sec Ardoin & Canray Fontenot qui est à l’affiche (cf. FA 4031 + 5616).

Ouvrages consultés :

John Broven, South to Louisiana (Pelican Publishing Company, 1987)
Robert Sacré, Musiques Cajun, Créole et Zydeco
(Que sais-je ?, Presses Universitaires de France, 1995)

Sebastian Danchin, Musiques cajun, zydeco et blues
(Ed. du Layeur, 1999)
Ann Allen Savoy, Cajun Music, a reflexion of a people Vol. I (1984)
et Vol. II (2020) (annsavoy.com)

Sites internet :

earlycajunmusic.blogspot
allonsecouter.blogspot

Disques originaux : coll. Jean-Pierre Bruneau,
Jean Buzelin, Ann Savoy

Photos, collections & documents iconographiques :
Jean-Pierre Bruneau, Jean Buzelin, Marie-Thérèse Delboubès,
Red Fabacher, Jean-Luc Marsaud, Ann Savoy (D.R.)

Remerciements particuliers
à Ann Savoy et Jean-Pierre Bruneau

Et une pensée pour notre regretté ami Benno Häupl
qui devait s’impliquer dans notre projet

DISCOGRAPHIE CAJUN 2 - CD1

 1. ALLONS DANCE COLINDA (Trad. - arr. O. Guidry, L. LeBlanc)   Fais-Do-Do 1001
 2. JOLE BLON (PRETTY BLOND) (A. Breaux - arr.
H. Choates)        Gold Star 1314
 3.
LA PRISON (Trad.)        Gold Star 1332
 4. LA CRAVAT (Trad.)     Fais-Do-Do 1000
 5. YOU MUSTN’T CRY (F. LeBlanc)      Opera 111
 6. CAJUN HOP (L. Soileau)          Gold Star 1326
 7. JAMBALAYA BOOGIE (E. Shuler)    Goldband 1020
 8. LOVE BRIDGE WALTZ (I. LeJeune) Opera 105
 9. PINE GROVE BLUES (N. Abshire)     OT 102
10. WAR WIDOW WALTZ (L. Broussard)          Feature 1018
11. PRISON TWO STEP (A. Pitre)            French Hits 501
12. RENO WALTZ (L. Walker)      Khoury’s 623
13. HEY, MOM! (A. Breaux)          Feature 1056
14. THE LAFAYETTE PLAYBOYS WALTZ (A. Roger - A. Broussard)         Feature 1028
15. TECHE SPECIAL (I. LeJeune) Folk-Star F-101
16. LA VALSE A BELEZERE (Trad. - N. Abshire)         Lyric 610
17. POOR HOBO (Trad. - arr.
H. Choates) Gold Star 1336
18.
BIG TEXAS (J. Lamperez)         Modern 20-612
19. LAWTEL TWO STEP (C. Vincent - W. Kegley)        Khoury’s 605
20.
LA VALSE DE BON BAURCHE (D. Balfa)  Khoury’s 618
21. FILLE DE LA VILLE (V. Bruce)        Columbia 20923
22.
BIG MAMOU (L. Davis)           OKeh 18001
23. JOLIE FILLE (PRETTY GIRL) (G. Rodrigue)           Meladee 101
24. LE COTE FAROUCHE DE LA VIE (THE WILD SIDE OF LIFE) (A. A. Carter) Khoury’s 621
25. DURALD TWO STEP (A. Devillier)    Lyric 1
26. THE WALTZ THAT CARRIED ME TO MY GRAVE (C. Broussard)      Feature 1045

(1) Happy, Doc & The Boys: Leroy “Happy Fat” LeBlanc (g), Oran “Doc” Guidry (vln, voc), Jake LeBlanc (steel g). Crowley, LA, 1946.
(2) Harry Choates & His Fiddle: Harry Choates (vln, voc), Eddie Pursley, B.D. Williams (g), Charley Slagle (tnr bjo), William D. “Bill” Slay (p),
 Jimmy Foster (b). Houston, TX, ca. 31/03/1946.
(3) The Oklahoma Tornadoes: John H. “Virgil” Bozman (g, voc), Floyd LeBlanc (vln), (stg)(b). Houston, summer 1947.
(4) Happy, Doc & The Boys: same as for 1; Louis Noel (g, voc). New Orleans, LA, 1947.
(5) Floyd LeBlanc & His French Fiddle: Floyd LeBlanc (vln, voc), Virgil Bozman (g), unk. (stg), B.D. Williams (b). Lake Charles, LA, 1951.
(6) Harry Choates & His Fiddle: Harry Choates (vln, voc), Joe Manuel (tnr bjo), Eddie Pursley (g), Ronald “Pee Wee” Lyons (stg),
Johnnie Ruth Manuel (p), B.D. Williams (b), Curzy “Porkchop” Roy (dm). Lake Charles, 19/02/1947.
(7) Eddie Shuler’s All Star Reveliers: Edward Wayne Shuler Jr (g), Charlie Broussard (vln, voc), Nookie “Frenchie” Martin (vln),
Glen Croaker (stg), Verola Bunker (p). Lake Chales, ca. 11/1950.
(8) Iry LeJeune with The Oklahoma Tornadoes: Ira “Iry” LeJeune (acd, voc), Floyd LeBlanc (vln), Virgil Bozman, Orville “Bennie” Hess (g),
Ben Oldeg (b?). Houston, early 1948.
(9) Nathan Abshire & His French Accordion: Nathan Abshire (acd, voc), Will Kegley (vln), Ernest Thibodeaux (g), Jim Baker (b), Ozide Kegley (dm). Lake Charles, 23/05/1949.
(10) Lee Sonnier & His Acadian All Stars: Livodais “Lee” Sonnier (acd), Laura Broussard (voc), poss. Louis Miller (vln), poss. Elwood Dupuis (stg), poss. Freeman Hanks (g). Crowley, 1948.
(11) Austin Pete & The L.A. Rhythmaires: Austin Pitre (acd, voc), prob. Clifton Fontenot (vln), Pee Wee McCauley (stg), Floyd Fontenot (g),
Clancy Perron? (dm). Crowley, 1948.
(12) Lawrence Walker & His Wandering Aces: Lawrence Walker (acd, voc), U.J. Meaux or Lionel Leleux (vln), Valmont “Junior” Benoit (stg),
Demus Comeaux (g), Lawrence Trahan (dm). Lake Charles, 1951.
(13) Amidie Breaux & His Band: Amédée Breaux (acd, voc), Ophy Breaux (g), (stg)(dm). Crowley, 1952.
(14) Aldus Roger & Lafayette Playboys: Aldus Roger (acd), Aldus “Pop-Eye” Broussard (voc), Rodney Miller (stg), Daemus Comeaux (g),
Fernest “Man” Abshire (dm). Crowley, 1948/49.
(15) Iry LeJune & His Lacassine Playboys; Iry LeJeune (acd, vo), Ellis Vanicor (vln), Orsy “R.C.” Vanicor (stg), Ivy Vanicor (g), Acey LeJeune (dm). Lake Charles, 1949/50.
(16) Nathan Abshire & His Musical Five: Nathan Abshire (acd), Will Kegley (vln, voc), Atlas Frugé (stg), Ernest Thibodeaux (g), Jim Baker? (b), Ozide Kegley (dm). Lake Charles, 1951.
(17) Harry Choates & His Fiddle: Harry Choates (vln, voc), Pee Wee Lyons (stg), Wilbur “Pee Wee” Maples (g), Johnnie R. Manuel (p), Grady Mann (b), Amos Comeaux (dm). Houston, late 1947.
(18) Chuck Guillory & His Rhythm Boys: Murphy “Chuck” Guillory (vln), Julius “Papa Cairo” Lamperez (stg, voc), Herman Durbin (p),
Claude “Pete” Duhon or Howard Thibodeaux (b), Curzy “Pork Chop” Roy (dm). Prob. New Orleans, 1949.
(19) Vincent & Cagley: Will Kegley (vln, voc), Crawford Vincent (g), prob. Benny Frugé (p), unk (b). Lake Charles, 1950.
(20) Elisé Deshotel & The Louisiana Rhythmaires: Elisée Deshotel (stg), Dewey Balfa (vln, voc), Atlas Frugé (stg), poss. Rodney Balfa (g),
Esther Deshotel (dm). Opelousas, LA, mid-late 1951.
(21) Vin Bruce with String Band: Ervin “Vin” Bruce (g?, voc), Tommy Jackson (vln), Grady Martin (mand), Bob Foster (stg), Owen Bradley (p).
poss. Ernie Newton (b). Nashville, TN, ca. 02/1952.
(22) Link Davis with Benny Leader’s Bayou Billies: Link Davis (vln, voc), Dusty Stewart (stg), Bill Buckner (g), Doc Lewis or Earl Carruthers (p), Benny Leaders (b). Houston, 02/12/1952.
(23) Gene Rodrigue & The Bayou Boys: Eugène “Gene” Rodrigue (g or spoons, voc), (vln)(stg)(g)(p)(b). New Orleans, 1954.
(24) Shuck Richard & Aces: Clopha “Shuck” Richard (acd), Marie Solange Falcon (g, voc), Will Kegley or Eddie Duhon (vln), Jay Dartez (g), Crawford Vincent (dm). Lake Charles, late 1951/early 1952.
(25) Amar Devillier & His Louisiana Jambileers: Amar Devillier (acd), Wallace LaFleur (g, voc), poss. Eston Bellows, Dennis McGee (vln). E
unice, LA, late 1950.
(26) Pee Wee Broussard & The Melody Boys; Chester Isaac “Pee Wee” Broussard (acd, voc), Jean “Kaiser” Perez (vln), Walter Guidry (stg),
Andy Johnson (g), Nathan Latiolais (dm).
Crowley, 1952.

 

DISCOGRAPHIE CAJUN 2 - CD2

 

 1. LE SUD DE LA LOUISIANE (A. Broussard) La Louisianne 8016
 2.
BLUE DARLIN’ (L. Lyles)       Dot 1260
 3. MAMA ROSIN (E. Grenet - arr.
N. Abshire)    Khoury’s 652
 4.
LEMONADE SONG (C. Frugé - E. Shuler)     Goldband 1048
 5. PESTAUCHE AH TANTE NANA (THE PEANUT SONG) (E. Shuler)       Goldband 1061
 6. DRUNKARD’S TWO STEP (Trad.)    Fais-Do-Do 1000
 7. OPELOUSAS WALTZ (F. Soileau)     Swallow 45-106
 8. MARDI GRAS SONG (Trad.)   LSF-1201
 9. CROWLEY TWO STEP (A. Roger)    Cajun Classics 106
10.
J’AI FAIT MON EDÉE (L. Lavergne - S. Bergeron)  Lanor 500
11. SUGAR BEE (E. Shuler)            Goldband 1106
12. GABRIEL (Trad. - arr. LeBlanc, O. Guidry)    La Louisianne 8026
13. PARLEZ-VOUS L’ FRANÇAIS (E. Matte)    Lanor 503
14. LITTLE BLACK EYES (Trad.)           La Louisianne 8018
15. FAUT PAS QUE TU M’OUBLIES (THINK OF ME) (E. Shuler)     Goldband 1138
16. TEE YEAUX BLEU (F. Soileau - J. Sonnier)   Swallow 45-112
17. TWO STEP DE VIEUX TEMPS (F. Soileau) Swallow 10136
18.
VALSE DE JOLLY ROGERS (D.L. Menard) Swallow 45-121
19. EUNICE TWO STEP (F. Soileau)        Swallow 10141
20. MARRIED LIFE (L. Cormier)  La Louisianne 8035
21. I’D LIKE TO KNOW (A. Hebert - F. Soileau)            Swallow 45-115
22. LOUISIANA MAN (D. Kershaw)         Hickory 1137
23. CAJUN TWIST (LE TORTILLAGE) (F. Soileau)       Swallow 45-126
24. LES TRACES DE MON BOGHEI (TRACKS OF MY BUGGY) (D. Matte)          Swallow 45-128
25. CAJUN LAND TWIST (E. Shuler - B. Mouhart)        Tic Toc 108
26. THE BACK DOOR (D.L. Menard)      Swallow 10131

 

(1) Alex Broussard (tnr bjo, voc), Doc Guidry, Walden “Sleepy” Hoffpauir (vln), Happy Fats LeBlanc (g), (b)(dm). Lafayette, 1959.
(2) Jimmy C. Newman (g, voc), Rufus Thibodeaux (vln), (stg)(b). Nashville, TN, 1955.
(3) Little Yvonne LeBlanc with Abshire Band: Yvonne LeBlanc (voc), Nathan Abshire (acd), poss. Jack Miere (stg), Shelton Manuel (dm).
Lake Charles, ca. 1957.
(4) LeRoy Broussard & His French Accordion Band: LeRoy Broussard (acd, voc), (vln)(stg)(dm). Lake Charles, 1957.
(5) Sidney Brown, His French Accordion & The Traveler Playboys: Sidney Brown (acd), Louis “Vinus” Lejeune (vln?, voc), Nelson Young (vln), Tilford McClelland (stg), poss.
Wallace Ogeat (g), unk. (b), Clifton Newman or Bill Matte (dm).Lake Charles, late 1957.
(6) Robert Bertrand with The Lake Charles Playboys: Robert Bertrand (vln, voc), Elias “Bobby” Leger (acd), Louis Fournerat (stg)
Leroy Leger (dm). Crowley, 1959.
(7) Austin Pitre & Evangeline Playboys: Austin Pitre (acd), Joseph A. “Cabrie” Menier (stg, voc), Harry LaFleur (vln), Dickey Gill (g),
Eston Bellows (dm). Lafayette, 1959.
(8) Clément Brothers: Terry Clément (acd, voc), Laurent Clément (vln), Grant Paul Clément (g), (b). Mamou or Eunice, LA, 1957.
(9) Aldus Roger & The Lafayette Playboys: Aldus Roger (acd), poss. Raymond Cormier or Doc Guidry (vln), Phillip Aleman (stg),
Johnny Credeur (g), Fernest “Man” Abshire (dm). Crowley, 1960.
(10) Shirley Bergeron & The Veteran Playboys: Shirley Bergeron (stg, voc), Alphée Bergeron (acd), prob. Shelton Manuel (vln), M.J. Achten (g), Wallace LaFleur (dm). Church Point, 1960.
(11) Cleveland Crochet & The Hillbilly Ramblers: Cleveland Crochet (vln), Jesse Lloyd “Jay” Stutes (stg, voc), Vorris “Shorty” LeBlanc (acd), Charlie Babineaux (g), poss. Bradley Stutes (b), Clifton Newman (dm). Lake Charles, 1960.
(12) Happy & Alex: Happy Fats LeBlanc (g, voc) & Alex Broussard (tnr bjo, voc), Doc Guidry, Sleepy Hoffpauir (vln), unk. (b). Lafayette, 1961.
(13) Bill Matte & The Five Classics: Emmitt “Bill” Matte (acd, voc), (2 g)(b)(dm). Church Point, 1961.
(14) Lawrence Walker & His Band: Lawrence Walker (acd, voc), poss. Doc Guidry (vln)(stg)(g)(dm). Lafayette, 1961.
(15) J.B. Fusilier & His Accordion: Jean-Baptiste Fuselier (acd, voc), Atlas Frugé? (stg), poss. Preston Manuel (g), (dm). Lake Charles, 1962.
(16) 13 Year Old Joel Sonnier & Duson Playboys: Joel Sonnier (acd, voc), (vln)(stg)(g)(dm), Lafayette, 1960.
(17) The Rambling Aces: Andrew Cormier (acd), Rodney leJeune (g, voc), Raymond Cormier (stg), (vln)(dm). Ville Platte, LA, 1962.
(18) Badeaux & Louisiana Aces: Elias Badeaux (acd), Doris Léon “D.L. Menard (g, voc), Archange “Coon” Touchet (stg), Joseph Lopez (vln),
John Suire (dm). Ville Platte, 1961.
(19) Maurice Barzas & The Mamou Playboys; Maurice Barzas (acd), Vorance Barzas (dm, voc), Roy Fontenot (vln), Allen West (stg).
Ville Platte, 1962.
(20) Louis Cormier & The Moonlite Playboys: Louis Cormier (acd, voc), (vln)(g)(b)(dm). Lafayette, 1962.
(21) Adam Hebert & The Country Playboys: Adam Hebert (vln, voc), Nathan Menard or Cléby Richard (acd), Dirk Richard (stg), Wilfred Labie (g), John “Boy” Miller (dm). Lafayette, 1960.
(22) Rusty & Doug: Rusty Kershaw (vln, voc), Doug Kershaw (g, lead voc), (stg)(b)(dm). 1961.
(23) Harrison Fontenot & The Cajun Trio: Harrison J. Fontenot (acd), Roy Fontenot (g?, lead voc), (g?), Clint West (dm). Lafayette, 1962.
(24) Doris Matte & The Lake Charles Rambling Aces: Doris Matte (acd, voc), (vln)(g)(dm). Lafayette, 1962.
(25) Buck Mouhart “The Flying Cajun”: Buck Mouhart (vln, voc), (acd)(g)(p)(b)(dm). Lake Charles, 1962.
(26) Badeaux & Louisiana Aces: same as for (18), D.L.Menard (g, voc),.
Ville Platte, 1962.

 

Avertissement : certains titres, ré-orthographiés en “français correct” sur le verso du coffret, sont ici transcris en langage phonétique ou en anglais,
tels qu’ils figurent sur les étiquettes des 78 tours ou des microsillons.

commander les produits Frémeaux ?

par

Téléphone

par 01.43.74.90.24

par

Courrier

à Frémeaux & Associés, 20rue Robert Giraudineau, 94300 Vincennes, France

en

Librairie ou maison de la presse

(Frémeaux & Associés distribution)

chez mon

Disquaire ou à la Fnac

(distribution : Socadisc)

Je suis un(e) professionnel(le)

Librairie, disquaire, espace culturel, papeterie-presse, boutique de musée, médiathèque…

Contactez-nous