Fremeaux.com


PAROLES
PHILOSOPHIQUES

EDGAR
MORIN






L’abécédaire
sonore
d’Edgar Morin
en 26 thèmes
biographiques,
sociologiques
et philosophiques.


Par Alain Siciliano
Sociologue, philosophe, ancien résistant, directeur de recherches au CNRS, fondateur de revues, homme engagé et chaleureux, Edgar Morin est l’un des penseurs français les plus importants de son temps. Illustre de par le monde, ses livres sont traduits dans une trentaine de langues, et il est docteur honoris causa de dizaines d’universités. Son œuvre multiple est commandée par le souci d’une connaissance ni mutilée ni cloisonnée, apte à saisir la complexité du réel et à nous préserver des savoirs illusoires – généreuse façon de nous garantir des catastrophes, en faisant tomber nos œillères.
A l’origine de ce portrait fut le projet de cerner comment cette pensée si diverse et ouverte sur le monde a émergé du parcours personnel de son auteur – un parcours d’une richesse rare.
Dans cette perspective nous avons proposé à Edgar Morin d’évoquer les faits, les personnes, les événements qui selon lui ont été (directement ou pas) les embrayeurs de sa pensée : quelles confrontations, prises de conscience, résonances - issues de quels conflits, de quels enthousiasmes, de quelles catastrophes – ont été les éléments déclencheurs ?
Ce qui frappe après coup, dans ces entretiens, c’est la spontanéité du narrateur - sa voix, son calme, son sourire – et cette parole envoûtante, fluide et complice, qui semble tout rendre évident et nous emporte, captivés, sur des sentiers parfois vertigineux.
Concrètement, notre proposition fut de baliser ces paysages intimes par un abécédaire personnel. Edgar Morin s’y est engagé avec enthousiasme, malice et puissance.
Et s’y est révélé comme rarement.
Nous avons voulu qu’il soit le maître absolu de ce jeu et développe complètement à sa guise les 26 mots de son choix – sachant que nous nous limiterions à une écoute attentive et à quelques éventuelles relances.
A la fin de l’été 2009, ses choix étant arrêtés, Edgar Morin nous a reçus deux jours durant dans sa maison de campagne d’Hodenc l’évêque pour ce tournage inédit.
Indépendamment du charme évident de ces réflexions, ce qui nous frappe est qu’elles apportent une réponse à une interrogation que beaucoup partagent : comment entrer dans une œuvre aussi vaste ? Ne se réserve-t-elle pas pour d’autres ?
Ces 26 commentaires nous donnent les pistes, les entrées – biographiques, ludiques, sociologiques, philosophiques, cosmologiques, mystiques, écologiques… – par où se laisser toucher par l’œuvre de ce grand penseur, s’y repérer, y pénétrer, y circuler à notre aise.
Pendant près de quatre heures nous devenons les confidents des récits, des analyses, des espoirs, des émotions, des étonnements et des révoltes de cet homme passionné, qui pense comme il vit, et vit de transmettre.
Et l’on découvre que chaque situation se fait ressource pour lui : sensualité, amitié, risques, science, politique, amour, poésie, coexistent, luttent et finissent par s’entrelacer harmonieusement. Leur vécu authentique est l’aliment vivant de sa pensée.
Ainsi nous découvrons Edgar Morin à Lyon, résistant sous l’occupation, chargé de mission dans Berlin en ruines en 1945, ou au Yémen sur les traces de Rimbaud, ou encore enfant, au cinéma, rue de Belleville, dans l’émotion vive encore des films qui l’avaient marqué…
Mais si les faits ont de multiples facettes - émois, repères, espoirs - ancrées sur un vécu ardent, inversement les notions auxquelles Edgar Morin s’adosse – âme, genèse, nirvana, résistance, transformation, voie… – se lestent d’expériences fortes, d’enjeux immédiats, intimes, qu’en démiurge il fait surgir sous nos yeux. Et il nous guide d’orixas en zizanie, d’utopie en salaud, d’Héraclite en nirvana…
Dans un bonus de 20 minutes, il évoque la Crise du monde contemporain, ses aspects politiques, économiques, écologiques, sociétaux – entretien intégralement retranscrit dans ce livret.
On ne sort pas indemne de l’écoute de ces entretiens.
Leur force, leur charme, leur spontanéité gravent en nous les contours d’un chemin singulier mais étrangement familier – car universel ?… – qui nous fait grandir, en nous montrant que chaque circonstance est précieuse, toujours à réinterpréter, grosse de ressources ou de périls invisibles de prime abord.
A chaque écoute, ces digressions flamboyantes et douces, passionnées et sereines, laissent résonner de nouveaux éclats, de troublantes harmoniques tissées de la sagesse et du bonheur de toute une vie.
Les 26 thèmes des entretiens de cet abécédaire s’agrémentent de quelques compléments, soit au total 35 entrées indépendantes et près de 4 heures d’audio.
Bonnes écoutes et belles découvertes !    Alain SICILIANO


Discographie Paroles de A à Z – Edgar Morin

CD 1    78’10
 1     Âme    5’42
 2 - 3     Berlin    8’02 – 8’54
 4 Bonus :    Le petit Messager    2’12
 5    Cinéma 1     4’36
 6 - 7     Cinéma 2    8’15 – 3’45
 8 Bonus :    Chronique d'un été    7’20
 9    Dispersion    4’09
10    Espoir    6’17
11 Bonus général :    Crise    8’56
12 Bonus général :    Crise, les remèdes    9’51

CD 2    75’52
 1    Féminin    3’24
 2 - 3    Genèse    6’22 – 5’51
 4    Héraclite    5’01
 5    Ignorance     4’25
 6 Bonus :    Pensée complexe    2’03
 7    Jésus    10’12
 8 Bonus :    Eglise     3’22
 9 Bonus :    Messie    3’11
10    Karaoké    1’08
11 - 12    Lyon    6’22 – 4’30
13 Bonus :    Lyon, thé aux pâtes    4’24
14    Musique    10’15
15    Nirvana    4’56

CD 3    74’59
 1    Orixa    7’52
 2    Poésie    4’55
 3 Bonus :    Métaphores    1’33
 4    Q-cul    2’06
 5 - 6    Résistance    5’05 – 5’49
 7    Salaud    2’35
 8    Transformation    7’12
 9    Utopie    7’42
10    Voie    7’46
11 Bonus :    Initiatives locales     1’08
12    X / Watson    9’42
13    Yémen    7’46
14    Zizanie    3’23


LA CRISE, CAUSES ET REMÈDES
Entretien avec Edgar Morin
Par Alain Siciliano

Alain Siciliano : Quels sont, selon vous, les symptômes les plus marquants d’un mal-être profond du monde et de la société ? Est-ce la crise économique, sociale, politique ?
Edgar Morin : La crise économique, qui continue en prenant des formes nouvelles sur la planète depuis 2008, a ses caractères propres. C’est-à-dire d’un côté, elle est née de l’absence de toute régulation d’une économie mondialisée, et dans cette absence de régulation, de la domination d’une spéculation financière effrénée, laquelle effectivement est permise par l’utilisation des téléphones portables, internet, etc. Alors on peut avoir l’impression que cette crise n’est qu’économique ! – bien qu’une crise économique perturbe toute la société.
Mais en fait, puisque j’ai dit que cette crise vient d’une économie mondiale non régulée, il est évident qu’elle est en même temps un produit du stade actuel de la mondialisation. Ou plutôt elle est à la fois produit et productrice de ce stade actuel de la mondialisation. Alors je dirai que c’est un aspect de la crise de la mondialisation.
La mondialisation a des aspects positifs mais elle a aussi des aspects très négatifs. C’est un phénomène ambivalent comme la plupart des phénomènes humains. Et parmi ses aspects négatifs, effectivement, il y a cette sorte de course effrénée qui fait que l’économie prend le pas sur tout le reste, et pas seulement l’économie mais le moteur du profit. Il faut voir que la « mondialisation » est synonyme de développement, formule standard que l’occident applique sur toute la planète, qui elle aussi peut avoir des aspects positifs, mais l’aspect négatif c’est qu’elle oublie toutes les vertus et les qualités des cultures qui ne sont pas occidentales - pas seulement les grandes cultures comme les cultures chinoise, indienne, mais aussi les petites cultures indigènes d’Amazonie, etc.
Le développement, l’occidentalisation, la mondialisation, sont trois aspects ambivalents, qui ont ces aspects négatifs. Alors je dirai que la mondialisation c’est le pire et le meilleur de ce qui peut arriver à l’humanité.
Pour le moment le pire domine parce que dans cette course effrénée, nous détruisons notre environnement naturel, la biosphère ; c’est une course effrénée où nous produisons des armes de destruction massive, c’est une course effrénée où des inégalités s’accroissent de façon explosive, c’est une course effrénée pour la puissance et pour les réalités matérielles, qui néglige de plus en plus les qualités morales et spirituelles. En plus nous voyons que ce qu’on peut appeler la pieuvre de la spéculation financière, et le réveil de la pieuvre des barbaries humaines - c’est-à-dire des fanatismes, des haines, des mépris - tout ceci nous conduit vers des catastrophes hautement probables.
Mais le meilleur, qui ne s’est pas encore réalisé, c’est que pour la première fois toute l’humanité vit une communauté de destin, les mêmes problèmes, les mêmes périls mortels, et les mêmes problèmes vitaux à traiter. C’est ça qui pourrait nous inciter à trouver une nouvelle culture, une nouvelle civilisation sur cette terre qui deviendrait une vraie patrie humaine.
Le mot patrie est un mot très intéressant parce qu’il est à la fois paternel et maternel, et que quand nous avons des patries nationales, nous nous sentons liés – nous parlons de la mère patrie et du sentiment de filiation. Et si je parle de Terre-Patrie, c’est évidemment pour qu’on ait cette filiation [planétaire], qui ne nierait pas nos différentes patries.
Donc, s’il fallait concentrer en un mot : la crise que nous vivons sur le plan économique, n’est qu’un aspect de la crise de l’humanité qui n’arrive pas encore à devenir humanité.
A.S. : Pensez-vous qu’un des travers - qu’on n’aperçoit peut-être pas suffisamment - de la technique, c’est une sorte d’instrumentalisation généralisée de l’homme par lui-même ?
E.M. : Calcul et technique sont par nature manipulateurs : le calcul ne connaît que la surface de la réalité humaine, parce qu’il ne peut pas connaître la souffrance, le malheur, la joie, le bonheur. Donc on est livrés à des calculs, de produit national, de croissance, au domaine des chiffres, qui nous occultent toujours ce que nous sommes - êtres humains - et d’autre part à la technique, qui a été faite pour manipuler de plus en plus les énergies matérielles, et se met à dominer les êtres vivants et les animaux sous la notion de profit. Regardez comment on traite les poules dans ces énormes usines à pondre des œufs, comment on traite les porcs, comment on traite les bœufs ! Et cette inhumanité pour le monde animal, s’est traduite aussi par une inhumanité à l’égard du monde humain, puisque par la technique on a commencé par aliéner les ouvriers hyperspécialisés sur des machines… Aujourd’hui ça se transporte sur les bureaux et les administrations au nom de la compétitivité et de la soi-disant rationalité qu’on appelle rationalisation… Alors effectivement, nous sommes manipulés par la technique que nous croyons manipuler et donc nous sommes aussi dans cette logique infernale.
A.S. : Nous sommes manipulés par nos propres dieux d’une certaine façon…
E.M. : Nous sommes manipulés par les entités que nous avons créées ! Vous connaissez le poème de Goethe sur l’apprenti sorcier : l’apprenti sorcier voit un sorcier qui, dans un chaudron, met différents éléments pour créer un être merveilleux. Alors il se dit « je vais en faire autant », mais il est très maladroit, il ne prend pas les bonnes doses, et en sort un monstre ! La machine se détraque. Nous sommes des apprentis-sorciers !
A.S. : D’une certaine façon nous avons déjà abordé la deuxième question qui est le diagnostic c’est-à dire les causes essentielles de cette crise…
E.M. : Oui !
A.S. : En voyez vous d’autres ?
E.M. : Les autres sont liées, mais je crois qu’il faut rester à l’essentiel ; je dirai : c’est une crise d’humanité, c’est une crise de civilisation, c’est une crise de pensée aussi !
Et là aussi il faut dire pourquoi nous sommes somnambules et aveugles dans ce processus : c’est parce que nous avons été formés par une pensée qui découpe le monde en petits morceaux, compartimentés dans des disciplines qui ne communiquent pas les unes avec les autres. Donc cette éducation que nous recevons nous rend incapables de traiter les problèmes globaux et fondamentaux qui nous assaillent, en tant qu’individus, en tant que citoyens, en tant qu’êtres humains. Or malheureusement la mondialisation, l’état actuel du monde, est le problème à la fois global et fondamental qui est le plus important. C’est ça qui fait que l’intelligence parcellaire est une intelligence aveugle à l’ensemble de nos questions fondamentales. Donc vous voyez que toutes les crises sont liées !
A.S. : Là c’est la segmentation du savoir !…
E.M. : C’est la segmentation et la dispersion du savoir aussi qui joue, et l’incapacité d’élaborer une pensée de la complexité, c’est à dire du lien réel qui existe entre les choses.
A.S. : Alors le troisième point, les remèdes : quelles actions, quelle vision, quelles perspectives seraient nécessaires selon vous pour rétablir progressivement la santé de la société humaine ?
E.M. : Alors, si l’on s’en tient au plan économique, je crois qu’on peut distinguer un certain nombre de directions qui confluent dans ce que j’appellerai - ce n’est pas moi qui l’ai inventé - dans ce qu’on peut appeler l’économie plurielle.
Qu’est ce que c’est que l’économie plurielle ? C’est une économie qui refoule progressivement l’hégémonie du profit, mais en développant ce qu’on appelle l’économie sociale et solidaire - c’est-à-dire les mutuelles, les coopératives, les entreprises qui n’ont pas pour seule finalité le profit - en développant ce qu’on peut appeler l’économie verte qui est une économie qui va nous humaniser en supprimant les pollutions et les atteintes les plus graves des énergies polluantes actuelles (et pas seulement en changeant les sources d’énergies, mais en ré-humanisant nos villes, en établissant des parkings autour des villes pour établir une circulation qui ne soit pas polluée par l’essence, en revitalisant les campagnes qui tendent à mourir…). Donc il y a cet ensemble économique, et le refoulement de l’agriculture et de l’élevage industrialisés – qui est très important parce qu’ils apportent beaucoup plus de nuisances que de bienfaits - au profit de l’agriculture fermière et de l’agriculture biologique.
Enfin, il y a cette idée qui a été inaugurée par ce qu’on appelle le commerce équitable, qui consiste à supprimer les prédateurs intermédiaires entre les petits producteurs de cacao, de café, d’Amérique latine, et le marché occidental par exemple. Mais il n’y a pas seulement ce type de commerce équitable, d’économie équitable ; il y a aussi celle qui consisterait à réduire la prédation d’autres intermédiaires, par exemple des grandes surfaces, qui payent le prix minimum aux producteurs et qui vendent au prix maximum aux consommateurs…
Donc il y a un ensemble de processus économiques, mais qui eux-mêmes sont liés à une réforme de notre mode de consommer, par une réforme de notre mode d’être citoyens - en devenant capables de sélectionner des produits qui sont bons pour nous, et d’éliminer les produits futiles, de ne pas être esclaves de l’économie du « jetable », de la mode, des produits qui promettent beauté, séduction, etc.
Et tout ceci nous amène à quelque chose d’important je crois, c’est qu’on se rend compte que tout est à réformer, si l’on veut tout humaniser, si l’on veut rétablir un minimum de bien vivre, qui est quelque chose, aujourd’hui, de plus significatif que ce qu’on appelle le bien-être, parce que le bien-être - qui est un mot très beau - a été réduit uniquement au confort matériel, à la possession d’objets. Alors que le « bien être » signifierait au contraire un épanouissement personnel, un épanouissement moral et spirituel.
Et je crois que si je prends ce mot de « bien vivre » qui a été proposé par [Rafael] Correa (président équatorien), il est plus riche aujourd’hui que le mot « bien-être ».
Mais tout ceci nécessite des réformes partout… La politique à l’égard de la jeunesse, notamment de la jeunesse délinquante, ne tient pas compte de la capacité de rédemption de ces jeunes, qui sont à un âge plastique : au lieu de réprimer, c’est-à-dire de les mettre dans des prisons qui sont des couveuses de criminalité, il faut changer les prisons, il faut changer la justice…
Alors, le remède devient très, très complexe, parce qu’il faut à la fois changer les structures, changer de société, changer la société… et en même temps nous changer nous mêmes ! Jusqu’à présent ceux qui ont pensé à changer la société, les révolutionnaires sociaux n’ont jamais pensé… [interruption]
…Malheureusement même les grandes révolutions comme la révolution soviétique de 1917 a liquidé non seulement les capitalistes, les bourgeois, les paysans riches, mais elle a créé un système encore plus injuste que celui qu’elle a supprimé, et finalement elle a abouti à l’échec, à l’implosion et à la restauration de tout ce qu’elle avait cru supprimer. Donc la réforme économique et sociale est nécessaire mais insuffisante, il faut une réforme culturelle et dans le mot culturel, il faut [entendre] une réforme de vie.
Nous vivons sous l’empire d’une civilisation qui nous donne de l’individualisme et de l’autonomie, mais aussi beaucoup d’égoïsme, beaucoup d’égocentrisme. Comment se fait-il que toutes les solidarités traditionnelles aient disparu ?- solidarité de la grande famille puisque la grande famille a disparu, même de la petite famille puisque les divorces se multiplient, [disparition] des solidarités de travail, des solidarités de villages… Il y a eu une époque où si quelqu’un tombait dans la rue, aussitôt ses voisins le ramassaient, essayaient de voir ce qui se passait, aujourd’hui les gens passent indifférents, pensent que la solidarité c’est la Sécu, c’est l’administration, et on oublie soi-même qu’on a un devoir de solidarité !
Autrement dit, il y a une restauration de la solidarité, en même temps que la conservation de l’autonomie de l’individu, [qui sont à promouvoir]. Parce que ce que nous cherchons, et ce qu’ont montré d’ailleurs toutes les tentatives de communautés qui ont existé, nous cherchons à la fois l’épanouissement personnel, mais aussi la communauté, le nous, l’amitié, l’amour, c’est ça les vraies réalités que nous cherchons et que nous savons tous au fond de nous-mêmes être nos vraies réalités, mais nous les oublions parce que nous sommes pris dans le processus de consommation, de chronométrie, d’aliénation qui est notre civilisation.
Alors il y a un changement de vie, mais un changement de vie c’est un changement personnel… Je pense que nous souffrons de ne pas assez comprendre autrui, nous manquons de compréhension humaine, pas seulement pour les gens des peuples et des cultures étrangères, mais au sein des familles, au sein des bureaux, au sein des ateliers, on réduit l’autre à ses traits les plus mesquins, on se justifie toujours soi-même, on ne se connaît pas soi-même - parce que pour comprendre autrui il faut que chacun comprenne qu’il peut avoir des carences, des faiblesses, des lacunes. Hegel disait très justement « si j’appelle criminel quelqu’un qui a commis un crime dans sa vie, j’efface tout le reste de ce qu’il a fait et de sa personnalité », et nous avons toujours tendance à réduire autrui… Le nombre de fois où nous entendons « quel salaud ! Quel salaud ! »… c’est la réduction d’autrui à ce qu’il a de pire, parfois imaginaire... Donc il y a beaucoup de réformes intérieures [à engager]… Et d’ailleurs dans notre civilisation nous sentons beaucoup de gens qui cherchent justement, dans le bouddhisme, dans l’hindouisme, dans le yogisme, parfois avec des psychothérapeutes, des psychanalystes…
Qu’est-ce qu’ils cherchent dans le fond ? L’accord avec eux-mêmes. Ils cherchent ce que Bergson appelait un supplément d’âme - mais aujourd’hui le mot « supplément » est trop mesquin… Ils cherchent à retrouver leur âme, et je pense que ce mot d’« âme », évidemment pour un scientifique étroit ne recouvre rien, parce qu’on ne peut la localiser nulle part, mais dans le fond l’âme, comme l’esprit, ce sont des réalités profondes qui font partie de notre être, et nous avons besoin d’un accord avec nous même qui nous mette en accord avec autrui.
Bien entendu je ne pense pas qu’on puisse vivre dans un monde d’harmonie permanente, parce que dès que le destin nous arrache quelqu’un que nous aimons, nous souffrons ! Dès que nous perdons quelque chose qui nous est cher, nous souffrons ! Dès que nous traversons des épreuves… Nous n’allons pas supprimer les épreuves ! Mais nous devons nous armer !
Et vous savez, la pire angoisse qu’a l’être humain, qui est l’angoisse de mort, hé bien cette angoisse je ne dis pas qu’on puisse la supprimer, mais on peut la refouler par l’adhésion à la vie ! Et qu’est ce que l’adhésion à la vie ? C’est l’adhésion à ce qui est amour et amitié.
Dans le Cantique des cantiques il est dit que l’amour est fort comme la mort, il n’est peut être pas aussi fort mais il est très fort, et je crois que si l’on reprend le message de l’Eveillé, du Bouddha, de l’Eveillé-éveilleur, dans le fond ce sens de la compassion humaine et de la compassion même qu’on peut avoir pour tout ce qui est vivant, est quelque chose qui est très important, parce qu’on ne peut avoir de compassion qu’en ayant en même temps compréhension…
L’idée qu’il nous faut changer de vie est une idée aussi très importante, l’idée qu’il y a un chemin ! Alors bien entendu, moi je ne suis pas bouddhiste dans le sens religieux du terme, mais je pense que ce message du Bouddha est un des plus adaptés à la crise du monde contemporain.

Entretien du 28 août 2011 réalisé à Paris par Alain Siciliano, à la demande de l’Institut Karma Ling dans le cadre de son colloque de septembre 2011 Humanisme et mindfulness.
© FRÉMEAUX & ASSOCIÉS 2017
Entretiens (3h48’, 35 entrées et un bonus) :
Edgar Morin et Alain Siciliano
Producteur : SARL DEIXIS
Entretien inédit sur le thème de la crise (fin 2011) :
Edgar Morin et Alain Siciliano
Photographies : © Hervé Ternisien herveternisien.com
Chargé d’édition Frémeaux & Associés :
Lola Caul-Futy Frémeaux
Éditeur vidéo/audio : Groupe FRÉMEAUX COLOMBINI
© 2018 GROUPE FRÉMEAUX COLOMBINI


Équipe technique :
Ingénieur du son :
Emmanuelle Villard
http://www.emmanuelle-villard.com/
Éclairagiste, photographe :
Hervé Ternisien
http://www.herveternisien.com
Montage :
Anna Riche, chef-monteuse, documentariste
Lola Butstraen, chef-monteuse
Mixage :
Maxime Tisné, Versailles
www.lumento.fr
Musique et sons génériques et intitulés :
Maxime Tisné, Versailles
www.lumento.fr

Producteur : SARL DEIXIS

Les éditions Deixis remercient du fond du cœur la Communauté bouddhiste Rimay (Hameau de Saint Hugon, 73110, Arvillard – www.rimay.net) et son supérieur Denys Rinpoché, dont la généreuse action de mécénat a été décisive pour faire aboutir la finalisation de ce coffret.

Disponible en DVD (film de 4 h) FA4032

(Édition : Lola Caul-Futy Frémeaux)

P 2010 – 2018 SARL DEIXIS – FRÉMEAUX & ASSOCIÉS
© 2018 GROUPE FRÉMEAUX COLOMBINI



Par sa parole envoûtante, fluide et complice, Edgar Morin nous trace de nouvelles voies d’entrée aux mots. Il se fait passeur d’une connaissance ni mutilée ni cloisonnée, apte à saisir la complexité du réel, qui nous préserve des savoirs illusoires en faisant tomber nos œillères.
Chaque situation se fait ressource : sensualité, amitié, risques, sciences, politique, poésie, coexistent, luttent et finissent par s’entrelacer harmonieusement dans la réflexion du penseur face au monde.
Dans cet autoportrait intime, Edgar Morin nous livre les embrayeurs de sa pensée qui, tout au long de sa vie, ont déterminé la construction de ses élans, de ses convictions et de ses combats.
Lola Caul-Futy & Patrick Frémeaux


CD 1 : 78’10

Ame
Berlin
Bonus : Le petit Messager
Cinéma 1
Cinéma 2
Bonus : Chronique d’un été
Dispersion
Espoir
Bonus général : Crise
Bonus général : Crise,
les remèdes

CD 2 : 75’52
Féminin
Genèse
Héraclite
Ignorance
Bonus : Pensée complexe
Jésus
Bonus : Eglise
Bonus : Messie
Karaoké
Lyon
Bonus : Lyon, thé aux pâtes
Musique
Nirvana

CD 3 : 74’59
Orixa
Poésie
Bonus : Métaphores
Q-cul
Résistance
Salaud
Transformation
Utopie
Voie
Bonus : Initiatives locales
X / Watson
Yémen



Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc) ou chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 01 43 74 90 24.
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit

Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

VICES OU VERTUS ?
VICES OU VERTUS ?
Longtemps la distinction entre le bien et le mal, les vertus et les vices, s'est présentée...

UN HOMME LIBRE - L'IMMEDIAT - LA TENTATION - VLADIMIR JANKÉLÉVITCH
UN HOMME LIBRE - L'IMMEDIAT - LA TENTATION - VLADIMIR JANKÉLÉVITCH
'L'exercice philosophique a pour enjeu l'insaisissable nous privant du délai qui assure la...

ROBERT COMBAS - UN COURS DE MICHEL ONFRAY
ROBERT COMBAS - UN COURS DE MICHEL ONFRAY
La confraternité intellectuelle qui unit depuis de nombreuses années le philosophe Michel...

POLITIQUE & PHILOSOPHIE DE L’EDUCATION - LUC FERRY
POLITIQUE & PHILOSOPHIE DE L’EDUCATION - LUC FERRY
À la croisée des chemins entre philosophie et réalisme politique, Luc Ferry nous ouvre...

MYTHOLOGIE : UN COURS PARTICULIER DE LUC FERRY
MYTHOLOGIE : UN COURS PARTICULIER DE LUC FERRY
Quel est le sens profond des mythes grecs et pourquoi faudrait-il aujourd’hui encore s’y...

L’OCCIDENT EST-IL COUPABLE ? - PASCAL BRUCKNER
L’OCCIDENT EST-IL COUPABLE ? - PASCAL BRUCKNER
L’occident est-il coupable ? Le philosophe et romancier Pascal Bruckner s’interroge,...

LE PUR PLAISIR D'EXISTER - MICHEL ONFRAY
LE PUR PLAISIR D'EXISTER - MICHEL ONFRAY
Sous un anonymat vite démasqué dans le “Traité...

LE POST-ANARCHISME EXPLIQUÉ À MA GRAND-MÈRE - MICHEL ONFRAY
LE POST-ANARCHISME EXPLIQUÉ À MA GRAND-MÈRE - MICHEL ONFRAY
Le post-anarchisme expliqué à ma grand-mère”, c’est par l’humour...

LE MYTHE DE SISYPHE - ALBERT CAMUS
LE MYTHE DE SISYPHE - ALBERT CAMUS
Texte intégral en 3 CD.
Les bouleversements de la première moitié du...

LE DISCOURS DE LA METHODE - DESCARTES
LE DISCOURS DE LA METHODE - DESCARTES
Texte intégral lu par Jacques Bonnaffé, Direction Olivier Cohen, Livret François...

LE CATASTROPHISME CONTEMPORAIN - PASCAL BRUCKNER
LE CATASTROPHISME CONTEMPORAIN - PASCAL BRUCKNER
Quels sont les fondements du catastrophisme dans lequel nous vivons ? Pascal Bruckner, philosophe et...

LE BONHEUR - VISIONS OCCIDENTALE ET CHINOISE
LE BONHEUR - VISIONS OCCIDENTALE ET CHINOISE
Coffret 3 CD et livret 12 pages.

André Comte-Sponville et François Jullien, sous la...

LE BANQUET - PLATON
LE BANQUET - PLATON
Platon commence avec “Le Banquet” et la philosophie commence avec Platon. Il est vrai que le...

LA RÉVOLUTION DE L’AMOUR - LUC FERRY
LA RÉVOLUTION DE L’AMOUR - LUC FERRY
La civilisation occidentale arrive au terme du XXe siècle à une remise en cause de toutes les...

LA DÉCONSTRUCTION EXISTENTIELLE - MICHEL ONFRAY
LA DÉCONSTRUCTION EXISTENTIELLE - MICHEL ONFRAY
Depuis l’avènement du Christianisme, la tyrannie du logos, cette tradition de l’éviction du corps, fait...

KARL MARX
KARL MARX
Penseur brillant, Marx est aussi un homme d’action qui consacre sa vie à la lutte.
Pour...

HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE - LA VOIE DE LA CONSCIENCE (HUSSERL - SARTRE - MERLEAU-PONTY - RICOEUR)
HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE - LA VOIE DE LA CONSCIENCE (HUSSERL - SARTRE - MERLEAU-PONTY - RICOEUR)
Les Presses Universitaires de France et Frémeaux & Associés proposent un cours...

HEIDEGGER : UN COURS PARTICULIER DE LUC FERRY
HEIDEGGER : UN COURS PARTICULIER DE LUC FERRY
Il est impossible d’entrer vraiment dans la philosophie si l’on ne prend pas le...

FAUT-IL BRÛLER L’ART CONTEMPORAIN? - MICHEL ONFRAY
FAUT-IL BRÛLER L’ART CONTEMPORAIN? - MICHEL ONFRAY
Cet univers est un continent qui dispose de son langage. Mais qui dirait d’une langue qu’il n’a pas apprise...

DESCARTES - SPINOZA - LEIBNIZ - UN COURS PARTICULIER DE LUC FERRY
DESCARTES - SPINOZA - LEIBNIZ - UN COURS PARTICULIER DE LUC FERRY
La philosophie de René Descartes ouvre l’ère de la modernité. Pour la...

DECADENCE VOL. 2 - MICHEL ONFRAY (DERNIER COFFRET)
DECADENCE VOL. 2 - MICHEL ONFRAY (DERNIER COFFRET)
DECADENCE VOL 2 : CONQUÊTES ET INQUISITION
[DERNIER COFFRET]

CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 9 - MICHEL ONFRAY
CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 9 - MICHEL ONFRAY
12 cours enregistrés par Michel Onfray.
Le XIXe siècle: De l'utopie...

CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 22 - MICHEL ONFRAY
CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 22 - MICHEL ONFRAY
Critique radicale d’un monde capitaliste dont tous les composants mènent à l’aliénation, La...

CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 20 - MICHEL ONFRAY
CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 20 - MICHEL ONFRAY
L’aventure de la Contre-histoire de la philosophie, déconstruction systématique des...

COLLECTION CONTRE HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE (26 coffrets)
COLLECTION CONTRE HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE (26 coffrets)

COLLECTION DE LA CONTRE HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE

"La Contre-histoire de la Philosophie de Michel...

ALBERT EINSTEIN VS NIELS BOHR - ÉTIENNE KLEIN
ALBERT EINSTEIN VS NIELS BOHR - ÉTIENNE KLEIN
Einstein et Bohr se rencontrent en mai 1920, Einstein est immédiatement séduit par le physicien...

AINSI PARLAIT ZARATHOUSTRA - NIETZSCHE - VOL. 2
AINSI PARLAIT ZARATHOUSTRA - NIETZSCHE - VOL. 2
Volume 2 : Nietzsche était intimement convaincu que seule une inversion de toutes les valeurs admises...

L’ETRANGER - ALBERT CAMUS
 L’ETRANGER - ALBERT CAMUS
Texte intégral lu par Albert Camus en Avril 1954
en accord avec Gallimard et l'Institut national...

BREVE ENCYCLOPEDIE DU MONDE VOL 3 - MICHEL ONFRAY
 BREVE ENCYCLOPEDIE DU MONDE VOL 3 - MICHEL ONFRAY
La place accordée à l’animal dans une société révèle comment l’homme veut...

RETOUR AU CONTRAT NATUREL - MICHEL SERRES
   RETOUR AU CONTRAT NATUREL - MICHEL SERRES
« Lorsqu’il publie Le Contrat naturel (éditions François Bourin, 1990), Michel...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Pub Net Cat 2018-2019.jpg
Titre_Galerie.gif
Pub Net AFRIQUE NOIRE.jpg
Titre Noel 2018.jpg
Pub Net SOUL.jpg
Titre Figure de l'histoire.gif
Pub Net Figures Histoire.jpg
Titre Essentiel.gif
Pub Net Proust 6V.jpg
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V Stan Getz.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études

Titre_DVD.gif

Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif