<< 1 ... 4 5 6 7 8 >>
  • "Un labeur de salubrité publique" par Paris-Move
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    "S’il est établi que le blues connut trois rois (BB, Albert et Freddie King), le jazz n’en compta pas moins deux comtes (Count Basie et Earl Bostic – bien que guère de sang bleu ne caractérisât jamais le second), mais un seul duc : Ellington. Et encore, ce titre s’avère rétrospectivement bien en deçà de son rang, puisque comme le décrivait André Francis, il était “un roi dans un monde orchestral qu’il n’a jamais cessé de réinventer”. Pianiste, compositeur et band leader, il l’énonça lui-même : “mon instrument, ce n’est pas le piano, mais l’orchestre tout entier”. Sans conteste l’un des exégètes les plus pointus en Dukologie, Alain Pailler n’en est pas à son coup d’essai éditorial en la matière: après avoir déjà publié trois ouvrages sur la question, il a également assuré la direction artistique du coffret “Plaisir d’Ellington” pour la même maison. En se consacrant cette fois de front à la confection de ce quadruple CD (avec la complicité de Tony Baldwin) et à la mise à jour de son [...]

  • « Le Sésame ouvrant sur un domaine musical incomparable » Par Classica
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    Il y eut dans le parcours musical exceptionnel de Duke Ellington des époques que l’on distingue peut-être arbitrairement, mais qui correspondent à des évolutions de son style orchestral, de ses compositions et arrangements. On connaît ainsi le style « jungle », puis « mood » des années 1920 et 1930. On peut apprécier aussi la période 1950-1952 avec la présence de Louis Bellson à la batterie, comme c’est mon cas, puis celle de Sam Woodyard. Mais celle qui est généralement considérée comme l’âge d’or de la sage ellingtonienne, c’est celle des années 1940-1942, où l’orchestre inclut le bassiste Jimmy Blanton, qui devra quitter en 1941 pour tuberculose et mourra l’année suivante à 24 ans, et le saxophoniste ténor Ben Webster, improvisateur impressionnant de véhémence et de sensibilité. De nombreuses faces sont alors enregistrées pour RCA Victor, devenues aujourd’hui des classiques dont l’écoute ne cesse de surprendre et d’éblouir. La cohésion de l’orchestre est complète, les compositi [...]

  • « Le Sésame ouvrant sur un domaine musical incomparable » Par Classica
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    Il y eut dans le parcours musical exceptionnel de Duke Ellington des époques que l’on distingue peut-être arbitrairement, mais qui correspondent à des évolutions de son style orchestral, de ses compositions et arrangements. On connaît ainsi le style « jungle », puis « mood » des années 1920 et 1930. On peut apprécier aussi la période 1950-1952 avec la présence de Louis Bellson à la batterie, comme c’est mon cas, puis celle de Sam Woodyard. Mais celle qui est généralement considérée comme l’âge d’or de la sage ellingtonienne, c’est celle des années 1940-1942, où l’orchestre inclut le bassiste Jimmy Blanton, qui devra quitter en 1941 pour tuberculose et mourra l’année suivante à 24 ans, et le saxophoniste ténor Ben Webster, improvisateur impressionnant de véhémence et de sensibilité. De nombreuses faces sont alors enregistrées pour RCA Victor, devenues aujourd’hui des classiques dont l’écoute ne cesse de surprendre et d’éblouir. La cohésion de l’orchestre est complète, les compositi [...]

  • « Une évolution en douceur avec deux livres consacrés au jazz » par Vinyle Audio
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    Jusqu’alors on écoutait des disques de musique (en dernière production, un fort quadruple coffret consacré à deux années - sublimes – dans la vie de Duke Ellington), ou des portraits sonores (une biographie, avec des sons dedans, du poète et romancier Edouard Glissant). Après trente années de bons et loyaux services, l’évolution se fait en douceur, avec la parution de deux premiers livres, consacrés au jazz (what else ?). Dans « Deux petits bouts de bois », Alain Gerber (romancier, homme de radio, journaliste, biographe, directeur de collection et toutes ces sortes de choses), consacre, en batteur amateur (qui aime…) mais authentique fou de musique, une autobiographie à la batterie de jazz, où il évoque naturellement quelques-uns de ceux qui frappent sur des tambours de Christian Vander à Art Blakey, et d’Aldo Romano à Max Roach. Mais, largement au-delà du simple catalogue de savoir prédigéré, il fait vibrer ces pages à la baguette, emporté dans une monographie de l’intime, ou la [...]

  • « Une évolution en douceur avec deux livres consacrés au jazz » par Vinyle Audio
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    Jusqu’alors on écoutait des disques de musique (en dernière production, un fort quadruple coffret consacré à deux années - sublimes – dans la vie de Duke Ellington), ou des portraits sonores (une biographie, avec des sons dedans, du poète et romancier Edouard Glissant). Après trente années de bons et loyaux services, l’évolution se fait en douceur, avec la parution de deux premiers livres, consacrés au jazz (what else ?). Dans « Deux petits bouts de bois », Alain Gerber (romancier, homme de radio, journaliste, biographe, directeur de collection et toutes ces sortes de choses), consacre, en batteur amateur (qui aime…) mais authentique fou de musique, une autobiographie à la batterie de jazz, où il évoque naturellement quelques-uns de ceux qui frappent sur des tambours de Christian Vander à Art Blakey, et d’Aldo Romano à Max Roach. Mais, largement au-delà du simple catalogue de savoir prédigéré, il fait vibrer ces pages à la baguette, emporté dans une monographie de l’intime, ou la [...]

  • « Un coffret de quatre CD au mastering superlatif » par Jazz News
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    «... Le livre est d’ailleurs heureusement complété d’un coffret de quatre CD au mastering superlatif pour cet âge d’or de l’enregistrement et à la présentation – par Alain Pailler, toujours – parfaitement exemplaire. Les mots manquent pour décrire combien toute cette matière fait du bien et repousse les tracas du monde. Comme de juste, l’Académie du jazz avait décerné son Prix du livre à l’ouvrage d’Alain Pailler en 2011. Nous ne fûmes pas étonnés. » Par Bruno GUERMONPREZ – JAZZ NEWS

  • « Un bon polar à l’intrigue fascinante » par Jazz News
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    Pour cette deuxième parution de l’éditeur spécialisé dans le patrimoine sonore et investissant désormais le champ du livre, Patrick Frémeaux a choisi de rééditer – avec les révisions d’usage – l’ouvrage qu’Alain Pailler consacrait il y a une douzaine d’années à la genèse de Ko-Ko, une des compositions les plus cruciales de Duke Ellington en ce qu’elle cristallise une bonne part de son génie. Un génie qui, comme tous les génies, savait s’entourer et créer les meilleures conditions pour s’exprimer. Ce qu’Alain Pailler détaille par le menu dans un récit clair, vivant, synthétique et toujours tendu vers son sujet. On tourne les pages de cette monographie comme un bon polar dont on connaîtrait déjà la fin mais dont l’alignement des éléments de l’intrigue fascinent encore et toujours. Une intrigue incorporant Billy Strayhorn, ben Webster, Jimmie Blanton, Johnny Hodges, Harry Carney, Cootie Williams, Sam Tricky Nanton, Barney Bigard, le Cotton Club et les studios RCA en guise de décor ne [...]

  • « Une originalité folle » par Mediapart
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    « (…) Le combo déluré des briscards du jazz classique remet son répertoire en selle (…). Le concept ? La reprise de tubes de la pop, traités en swing. On ne s'ennuie pas un quart de seconde à l'écoute de la compilation extraite des trois CD de Pink Turtle (Sortie fin mars chez Frémeaux et Associés, avec une jaquette sobrement estampillée Best Of).  Une originalité folle habite le traitement "jazz tradi" de la musique populaire des années 70-80-90. Les arrangeurs et les musiciens, au cours de nombreuses répétitions, ont mis au point l'approche en tout sur une cinquantaine de compositions. Avec les arrangements, pour la plupart du trompettiste Michel Bonnet et du guitariste Christophe Davot, la formation s'approprie, par exemple, Walk on the Wild Side de Lou Reed "à la Fats Waller". Ou We are the Champions sous la forme du générique d'une vieille série télé. Des concerts à gogo entre 2006 et 2013 ont rodé la formule. Succès inatendu : le total des 3 albums parus - à la fin des année [...]

<< 1 ... 4 5 6 7 8 >>