<< 1 ... 2 3 4 5 6 >>
  • « Un coffret passionnant » par Mediapart
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    « C'est un coffret passionnant, conçu par Olivier Julien pour le label Frémeaux et associés. Pierre Schaeffer er Pierre Henry, certes, en sont les vedettes, mais on trouve aussi parmi les compositeurs dont les œuvres ici sont présentées, Luc Ferrari, Michel Philippot, Iannis Xenakis et même Henri Sauguet. » Par Fréderick CASADESUS - MEDIAPART

  • "Enchantement du début jusqu’à la fin" par Jazzman
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    « Dans le cadre des tournées et des séances organisées par le label Black & Blue, le saxophoniste et clarinettiste Marcel Zanini collabora avec de nombreux musiciens américains, tels le pianiste et organiste Milt Buckner ou le batteur Sam Woodyard, mais aussi quelques-uns des meilleurs français : Jean-Pierre Lindemeyer (vibraphone), Michel Gaudry ou Roland Lobligeois (contrebasse), le regretté François Rilhac (piano) et Marc-Edouard Nabe (guitare), le propre fils de Marcel Zanini, étonnant disciple de Freddie Green. Il dirigea lui-même des séances que Patrick Frémeaux réunit ici, et au cours desquelles il se montre un as de la ballade, élégant et sensible tant au ténor qu’à la clarinette. Les tempos medium sont les plus propices au swing tranquille. Le son évoque Don Byas ou Ben Webster (La Lanterne, I cover The Waterfront), voire un Earl Bostic qui jouerait du ténor dans les tempos shuffle (Redoutable, Ramatuelle) sur lesquels excelle le grand Sam Woodyard. Marcel Zanini ne fait [...]

  • "Rive Gauche" par Le Figaro
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    « Marcel Zanini a enregistré depuis deux décennies des disques de jazz passés beaucoup plus inaperçus que sa chanson Tu veux, tu veux pas. Ces enregistrements sont réunis, avec une série d’entretiens, dans un double CD intitulé Rive Gauche. » LE FIGARO

  • "Beau, puissant et émouvant" par Hexagone
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    Un jour il faudra se poser la question: par quel monstrueux revers faustien celui qui fut - avec Higelin un des plus clairs hérauts de la jeunesse des années 80 (en sombre héraut, il y avait Thiéfaine) a-t-il pu, après être monté si haut, tomber si bas? Icare brûlé au feu du vedettariat, prisonnier de l'enfer médiatique dans lequel il s'est lui-même jeté. Comment cet artiste, doté de tous les talents et beau comme un dieu, a-t-il pu déchoir au point d'incarner aujourd'hui un repoussoir quasi universel, objet de toutes les railleries? Réduit à ses turbulences télévisuelles et politiques. Son œuvre pourtant conséquente et souvent digne d'intérêt, ne serait-ce que dans ses fastes premières années - au purgatoire, sans réelle postérité. -  Paru en 2017, son dernier album en date depuis, il ne publie ses nouvelles chansons que sur Internet était consacré à... Ferré. On connaît l'amitié qui unit les deux hommes, au grand dam de certains gardiens du temple qui n'eurent pas de mots asse [...]

  • « Un coffret, sous la houlette avertie de Joël Dufour » Par Blues Magazine
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    A 29 ans, Ray Charles a déjà une belle carrière. Il a fait fi des foudres religieuses avec un mélange de Gospel et de Blues et enregistré pour Atlantic de nombreux hits. Quand il signe avec ABC en 1959, Ray ambitionne de toucher aussi un public élargi, plus âgé et blanc. Abondance de cordes, chorale blanche et incursions dans le répertoire Country de certains albums ont perturbé nombre de ses fans. Si on peut ne pas être enthousiasmé par certaines faces assez guimauves, cette période regorge de chefs d’œuvre intemporels telles les balades sublimes « Georgia On My Mind » et « I Can’t Stop Loving You » ou les énergiques « Unchain My Heart » et « Hit the Road Jack », 2 des tubes sélectionnés ici, avec les Raelets, une Margie Hendricks flamboyante et les cuivres superbes de Jazzmen, dont Phil Guilbeau, Hank Crawford et David Newman, présents également sur « The Danger Zone ». Les instrumentaux « One Mint Julep, Mister C » de l’album « Genious+Soul=Jazz » avec Ray Charles à l’orgue Ham [...]

  • « Une œuvre de salut public » Par Soul Bag
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    Frémeaux et Jean Buzelin font vraiment œuvre de salut public avec cette compilation. On a l’impression d’avoir ici un accès facile à un immense musical. Les voix éraillées qu’on entend dans cette compilation ne sont assurément pas celles des anges. En les écoutant, on se dit que malgré tout, l’humanité a peut-être apporté quelque chose à tout ça. Par B.G. – SOUL BAG

  • « Réjouissant » par Chants Songs
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    « Le fils de Maurice et Claudia Perret qui tenait le Café du pont – un restaurant qui lui a inspiré un livre de souvenirs – était du genre timide et, à son arrivée à Paris, il a fallu qu’un Brassens l’encourage pour qu’il se mette à écrire et à composer vraiment. En 1956, c’est une jeune fille déterminée, Françoise Marin (qui était née Sophie Makhno), un premier amour, qui le pousse à lui écrire des chansons. C’est accompagnée à la guitare par cet illustre inconnu qu’elle débute dans la chanson au cabaret « La Colombe » notamment, et on retrouve dans ce coffret ses interprétations de La Jeunesse, Quand la java tourne… Toute une époque. C’est le patron du lieu, un découvreur de talent, Michel Valette, qui le pousse à monter sur scène. Pierre Perret y remporte ses premiers succès et gagne un peu en confiance. Un an plus tard, accompagnant Françoise Marin (future Françoise Lô) aux « Trois Baudets », célèbre cabaret de Jacques Canetti, Pierre Perret est repéré par Boris Vian et Émile [...]

  • « Une réussite enthousiasmante » par Jazz News
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    On l’attendait depuis un bail. Frémeaux livre enfin le second volume de l’anthologie Cajun pilotée par Jean Buzelin. La période couverte permet de couvrir la phase moderne de cette musique populaire francophone du sud des Etats-Unis marquée par plusieurs courants de fonds. D’une part la réorganisation des labels éditeurs des musiciens louisianais permettant une certaine indépendance, mais aussi le retour en grâce de l’accordéon versus l’influence des strings bands sur lesquels l’influence de la musique country se faisait fortement sentir à partie des années 50. Et enfin, aidé par les premiers acteurs du revival du début des années 60, le mouvement d’ouverture vers le reste du pays (et le rock n’roll notamment) après une période de repli sur la région des bayous. Le panorama embrassé ici est une réussite enthousiasmante autant qu’une plongée dans une tradition vivace et vivante. Une véritable invitation au voyage (avec tout le confort possible en raison des enregistrements modernes [...]

<< 1 ... 2 3 4 5 6 >>