Michel Bouquet
Michel Bouquet
Ref.: FA5158

COURS AU CONSERVATOIRE ANTHOLOGIE 1986-1987

MICHEL BOUQUET

Ref.: FA5158

Direction Artistique : GEORGES WERLER

Label : Frémeaux & Associés

Durée totale de l'œuvre : 1 heures 17 minutes

Nbre. CD : 1

Sélectionnez une version :
Grâce à ce pack, vous bénéficiez d’une remise de 20.58 % soit de 6,98 €
Cette œuvre est déjà dans votre panier
Une version numérique de cette œuvre est déjà dans votre panier
Expédié sous 24 à 48h
Distinctions
Recommandé par :
  • - GRAND PRIX IN HONOREM DE L'ACADEMIE CHARLES CROS 2006
  • - RECOMMANDÉ PAR LE NOUVEL OBSERVATEUR
  • - RECOMMANDÉ PAR TELERAMA
  • - RECOMMANDÉ PAR L'AVANT-SCENE
Présentation

Grand Prix In Honorem 2006 de l'Académie Charles Cros.
“C’est à l’élève de travailler cette part de lui qu’on a découverte ensemble et qui, portée à son comble, va en faire un comédien remarquable, c’est-à-dire digne d’être remarqué”.                                                    
Michel Bouquet
“Quand Georges Werler m’a appelé pour me proposer un CD audio composé d’extraits de cours donnés par Michel Bouquet au Conservatoire, j’ai tout de suite accepté, car l’héritage pédagogique de l’un de nos plus grands acteurs allait ainsi, en toute intimité, pouvoir être mis à la disposition du public. Mais à l’écoute des enregistrements, j’ai réalisé que la transmission proposée par Michel Bouquet dépassait de beaucoup l’apprentissage de la technique théâtrale. C’est une véritable leçon de philosophie, d’intellectualisation du métier, presque une science comportementale, que nous livre le Maître en apprenant d’abord à ses étudiants une posture morale introspective. Ces enregistrements proposent une approche intime (et non voyeuriste) des cours donnés par Michel Bouquet au Conservatoire à Denis Podalydès, Anne Brochet, Maria de Medeiros, Philippe Uchan, Patrick Pineau, Eric Vigner, Vincent Schmitt, Véronique Samakh, Anne Jacquemin, Caroline Faro, Nathalie Cerda, Jérôme Kircher. Véritable acte de transmission de savoir, de sagesse sur la culture humaine, ce document sonore est accessible à tous." 
Patrick Frémeaux
“Michel parlait avec délectation de l’éthique de l’acteur, de sa philosophie, du jeu, de la construction du personnage, du respect que l’on doit à l’auteur, de la lecture et moi, tout naturellement je guidais les élèves dans leur travail scénique. Nous proposons ici des fragments de la “première” et de la “dernière” classe de l’année ainsi qu’un condensé de quatre mois de cours de l’année 1987 de janvier à avril”. 
Georges Werler

Malgré l'apport des meilleures technologies numériques à la remasterisation de ce document historique réalisé comme simple témoignage des séances de travail au Conservatoire, la qualité de cet enregistrement est inégale.
Droits audio : Frémeaux & Associés en accord avec Michel Bouquet et Georges Werler.
(livres audio, audilivre, audiobook, audio book, livre parlant, livre-parlant, livre parlé, livre sonore, livre lu, livre-à-écouter, audio livre)



DIRECTION ARTISTIQUE : GEORGES WERLER

Complétez votre collection
Œuvres sélectionnés
Michel Bouquet
MICHEL BOUQUET
Version CD
V. CD
19,99 €
Négritude & Poésie - Les Grandes Voix du Sud Vol 1
Version CD
V. CD
29,99 €
Pirandello – André Gide
=
Pour un prix total de
71,98 €
au lieu de 79,98 €
Presse
Les bibliothèques sonores regroupent les livres audio, le théâtre sonore, les disques parlés pour enfants, les discours des hommes politiques, les enregistrements historiques et les cours des philosophes.Livraphone, Le Livre qui parle, Thélème et La Voix des femmes ont été les premiers éditeurs de livres enregistrés. Frémeaux & Associés, Gallimard et Audiolib ont ensuite ouvert le livre audio au grand public.
Lire davantage Lire moins
« La voix de ses maîtres » par La Tribune  Patrick Frémeaux "Avec plus de 25 000 titres de documents sonores édités, Patrick Frémeaux a bâti une véritable librairie du patrimoine sonore. Il redonne voix à ces maîtres – anciens ou non – qui ont marqué l’histoire, politique ou culturelle, française mais pas seulement. Des voix qui auraient pu rester, sans vie, sur des bandes magnétiques empilées dans des salles d’archives, ou sur des disques vinyles sortis depuis longtemps des circuits commerciaux pour cause de déréférencement. Lui, c’est Patrick Frémeaux, créateur de Frémeaux & Associés, une maison d’édition que l’on peut présenter comme la librairie du « patrimoine sonore ».    À tout juste 17 ans et son bac en poche, Patrick Frémeaux se lance dans la production de spectacles. Organise des tournées, notamment pour le jazzman Claude Bolling. À 24 ans, il crée sa société, Frémeaux & Associés. Associés au pluriel. Parce qu’il y a Claude Colombini, cofondatrice. Parce qu’il y a aussi tout un réseau d’associés, des chercheurs, des collectionneurs et des institutions comme l’INA, Institut national de l’audiovisuel. Aujourd’hui, installé à Vincennes (94) non loin du château, le tout jeune quadra Patrick Frémeaux règne sur ses piles de documents et ses milliers de titres gravés sur CD (il compte plus de 25 000 titres édités), des œuvres qui valident le patrimoine sonore de l’humanité – français mais pas seulement, sa démarche est mondiale – dans ce qui relève de l’histoire (la Grande Guerre et ses quelque 180 témoignages dont les voix de Foch, Lénine ou encore de simples Poilus, etc.), de la politique (les entretiens de Pierre Mendès France avec Jean Lacouture…), de la littérature (l’Étranger lu par Albert Camus), de la musique (du jazz à la world en passant par le classique et autres gospel ou country), de la jeunesse et même des enregistrements de sons de la nature. Claude Colombini et Patrick Frémeaux présentent le meuble Frémeaux - GallimardPlonger dans le catalogue Frémeaux & Associés, c’est prendre un sacré coup de modestie quant à la culture que l’on croit posséder. Parce que si ces disques renvoient bien à l’histoire, cette histoire-là est quasiment en direct puisque ce qui est gravé sur le disque vient, souvent, de la naissance même du premier enregistrement. C’est une autre dimension que le livre, évidement. Entendre Michel Bouquet donnant son cours au Conservatoire national passionne. Marcel Pagnol interprétant lui-même la Gloire de mon père surprend. On comprend les succès rencontrés par de nombreux titres comme les volumes Contre-histoire de la philosophie, de Michel Onfray (plusieurs centaines de milliers vendus), ou l’Intégrale Django Reinhardt. Des prix, l’éditeur en reçoit à la pelle, Académie Charles-Cros et autres. Ce qui lui permet d’afficher une force tranquille quand on aborde le sujet de documents surtout destinés aux malvoyants : « Ce sont des produits culturels à part entière. Le son fait partie de notre patrimoine. Ils ne sont donc pas des destinés spécialement aux malvoyants. » Et il ne cache pas son plaisir quand des maisons comme Gallimard se lancent sur ce créneau. Patrick Frémeaux est très organisé. Toute sa culture d’entreprise fait l’objet d’un document en 25 points rappelant sa philosophie et les politiques afférentes : son ambition muséographique française avec sa politique de non-déréférencement ou sa vision de la diversité culturelle avec sa politique du principe économique de l’indépendance. Un vrai programme de politique internationale. Rare." Jean-Pierre Bourcier – La Tribune       -----------Par Jazz Hot"Votre oeuvre donne en effet le vertige : parce que c'est un travail infini (ivresse de l'altitude), mais aussi parce qu'il est rare et qu'on craint toujours qu'elle puisse disparaître (peur du vide)."Yves SPORTIS - JAZZ HOT
Lire davantage Lire moins
Qu'est-ce que La Librairie Sonore ?LA LIBRAIRIE SONORE : L’ensemble des disques parlés, et des enregistrements historiques sur support sonore mis à la disposition du public au travers des librairies et des disquaires culturels.LIVRE LU* ou LIVRE AUDIO (LIVRE SONORE) : Lecture contemporaine ou historique d’un grand texte compatible avec l’oralité et réalisé par un comédien reconnu sous la direction d’un metteur en scène audio, associé à un travail de montage pour aboutir à une véritable œuvre sonore, transformant un écrit en un témoignage authentique. Certaines œuvres peuvent être lues par leurs auteurs quand leurs compétences d’interprète le permettent (Ex. L’étranger par Albert Camus). *Le livre lu est une marque déposée par Frémeaux & Associés.THÉÂTRE SONORE : Œuvres théâtrales créées ou adaptées pour le phonogramme ou la radiodiffusion. (Ex. Caligula par Camus ou Knock par Jules Romains).LIVRE SONORE JEUNESSE : Dans la grande tradition des contes et œuvres sonores pour enfant, un ou plusieurs grands comédiens raconte(nt) dans une mise en scène sonore et musicale un texte appartenant à notre patrimoine collectif. PATRIMOINE RADIOPHONIQUE : L’ensemble des enregistrements provenant du patrimoine de la radiodiffusion couvrant un siècle de témoignages et de création sonore (en coédition avec l’INA, Radio France, France Culture, France Inter, Europe 1…).ENTRETIENS : Entretiens historiques provenant de l’histoire de la radiodiffusion et conservés par l’INA (comme les entretiens Léautaud-Mallet) ou entretiens réalisés par Frémeaux & Associés sans contrainte de durée (comme les entretiens avec Serge Klarsfeld, ou les entretiens Rony Brauman - Hubert Védrine).ARCHIVES ORALES : Ensemble des témoignages officiels ou non d’acteurs incontournables de l’histoire du XXème siècle (Ex. Discours du Gal de Gaulle) ou collectage populaire (Ex. Paroles de gueules noires). La conservation de ses archives sonores et leurs mises à disposition auprès du public est la première mission d’intérêt public que Frémeaux & Associés développe au sein de sa collection de disque parlé. COURS CONFÉRENCES : Cours où l’oralité sert de véhicule à la transmission des savoirs et de l’émotion (Ex. Conférences de l’université de tous les savoirs, cours de Michel Onfray sur une histoire accessible de la philosophie).
Lire davantage Lire moins
Molière, Michel Bouquet : deux incontournables, à trois siècle d’intervalle, du théâtre français. Débutant sur scène à l’âge de 17 ans, le comédien travaille avec Jean Anouilh, Jean Vilar, Eugène Ionesco, fréquente assidûment les scènes du Festival d’Avignon. Dans les années 1980, il donne d’ailleurs des cours au conservatoire, assisté de George Werler. Disponible sur CD (Cours au conservatoire, Anthologie 1986-1987, Frémeaux et Associés), sa méthode est quasiment une « philosophie de théâtre », que Michel Bouquet applique assidûment. « Il y a quatre points explique George Werler : d’abord la connaissance de l’auteur, puis celle de l’œuvre, ensuite de la pièce, et enfin, du personnage. Il est essentiel de se nourrir de l’auteur avant de connaître un personnage. Les comédiens qui se jettent à corps perdu dans un rôle ratent quelques chose, et se retrouvent souvent dans une impasse ». Il faut donc savoir que dans Le malade imaginaire, la souffrance de Molière créait le grotesque. Lorsqu’il grimaçait de douleur, la foule riait.» DIRECT MATIN
Lire davantage Lire moins
Grand homme de théâtre, Michel Bouquet fut l’interprète des pièces d’Albert Camus, Jean Anouilh, Eugène Ionesco, et, au cinéma des films d’Alain Resnais, François Truffaut, Bertrand Blier… Sa pratique inlassable des textes du répertoire, et principalement de Molière, sa réflexion incessante sur l´art du comédien l´ont inspiré durant les nombreuses années où il fut professeur au Conservatoire national supérieur d’art dramatique. Ce texte est la transcription d’un cours sur « Les Sincères » :  Tout passe par la conversation. Les êtres subissent une épreuve, un destin à partir d’une conversation, en se disant : Nous allons simplement converser et nous allons nous montrer sincères. Mais à la fin, on s’aperçoit que l’exercice de sincérité peut entraîner le malheur  de deux destinées […] L’auteur a voulu dire que par des mots, on peut se faire énormément de mal. Tout leur être est fait pour s’entendre, toute leur chair les appelle à une communion, […] mais ils tuent cette chose véritable, troublante, captivante qui est entre eux par l’emploi des mots et l’abstraction à laquelle ils succombent de vouloir être sincères […]. Ils commencent à parler. Ils se trouvent plus intéressants parce que moins hypocrites que les autres et tout à coup, cela fait des ravages. Mais des ravages qu’ils ne sentent qu’une fois que la conversation est finie. Et à la fin, ils voient un trou béant, seulement à la fin. Ce qu’elle dit est une sincérité de pure figure, mais ce qu’elle ressent est une sincérité réelle. Le vouloir être sincère, ce n’est pas être sincère. C’est vouloir l’être. C’est là que l’on voit que l’auteur est à ce point désespéré.NOUVELLE REVUE PEDAGOGIQUE LYCEE
Lire davantage Lire moins
"Cet enregistrement nous livre avec bonheur les propos, ô combien subtils de Michel Bouquet sur quelques directions d’acteurs face à un groupe d’élèves de première et dernière année du conservatoire d’art dramatique de Paris.On écoute donc ses différentes réflexions et critiques emporté pas la justesse de son trait d’intelligence qu’il vous décoche en toute simplicité. Vous vous demandez alors pourquoi vous ne l’avez pas découvert par vous-même. Ces indications de jeu sont pratiques et échappent à la cérébralisation de certains pédagogues efficacement incompétents qui se défendent de leur ignorance en teintant leurs discours d’un obscurantisme pédant impénétrable et inexplicable (Aucune allusion particulière à qui que ce soit…qui se reconnaîtra !.…) Il sait aussi mettre à jour les indications pratiques vérifiées et cautionnées par ce qui est devenu les grands fondements de la théorisation de notre dramaturgie actuelle.On traverse donc, grâce à sa clarté d’esprit des réflexions sur le théâtre grec à la pensée éclairée de Diderot. Laquelle fera plus tard le régal de B.Brecht quand il réussira à imposer, à juste raison, dans l’immensité du décor de la dramaturgie contemporaine le fameux concept de la « distanciation », Grille d’analyse, procédé de metteur en scène expérimental ou « expérimenteux ». Alors dans l’euphorie de faire renaître un théâtre revendicateur on se saisit de cette caisse à outils universelle qu’est « la distanciation ». Intellectuel modeste notre conférencier s’efface en tant qu’acteur pour nous donner à entendre du côté de l’auteur. Il incite à découvrir relecture après relecture les arrangements cachés du texte…Il pousse à fouiller les intentions de l’auteur « Pour quelle raison cette écriture ? Il faut se poser des questions auxquelles les réponses sont enrichissantes pour le jeu… »D’autre part ce qui semble profondément touchant c’est la générosité de Michel Bouquet qui offre son temps pour nous exposer au-delà du problème du théâtre quelques observations sur la vie : réflexion sur le mécanisme du monde ou tout simplement le regard sur le fonctionnement d’autrui. L’approche de l’altérité n’est pas une pratique uniquement théâtrale mais aussi le produit d’une vision attentive et bien aigue des rapports humains. Il est bien intéressant d’écouter Michel Bouquet, ce passeur de mots, avec sa justesse, son petit pincement de lèvres malicieux et son oeil narquois et pétillant qui font de lui ce séducteur discret de nos scènes et de nos écrans. Et quand s’échappent discrètement de cet enregistrement quelques petits rires très économisés de Michel Bouquet on regrette infiniment de ne pas être l’auditeur présent de ce moment privilégié. Il a y a chez Michel Bouquet une sorte de sacralisation du commun qui fait de ce témoignage une sorte de travail presque anthologique. Il pose et propose avec simplicité l’éclaircissement de certains phénomènes sur l’acteur que nous avions pressentis mais jamais vérifiés, définis ou précisés. Et cette pause n’intéressant pas soi-disant que l’ACTEUR semblerait interpeller d’autres catégories humaines : ne sommes-nous pas tous des ACTANTS réduits et contraints à agir dans de petits espaces ? Alors, si nous ne savons pas élargir cette surface cachée, qui nous est due, par l’observation et les diverses analyses, nous avons de quoi être inquiets. Alors on pourrait dire sans nostalgie ou sans désuétude quelconque que le regard distancié sur le monde permet d’être imperméable aux jeux stupides et violents qui nous cernent journellement.Michel Bouquet, distillateur et manipulateur des mots, merci donc de cette réflexion. Plus qu’un art de jouer vous nous apportez par votre acuité sur les « choses » un art de vivre. Merci aussi et surtout au concepteur de ce support ( CD conçu et réalisé par Georges Werler pour la compagne FROC au théâtre de Cachan. Editions Frémeaux et associés, 2006 ) d’avoir eu l’idée de cette heureuse compilation. Œuvre éducatrice, ludique…fort entendante et …détendante et peut-être comme certains grands romans de notre dernier siècle, œuvre de formation…" par Jacky Viallon - www.webthea.com
Lire davantage Lire moins
A ses élèves du Conservatoire, Michel Bouquet disait en préambule : « L’art de l’acteur, ce n’est pas de ressentir mais de réfléchir. […] Une fois que vous aurez compris la raison fondamentale pour laquelle la pièce a été écrite, quand vous aurez vu à la fois le personnage et l’auteur, alors vous pourrez donner la forme au rôle… » « Mon grand plaisir, c’est relire, relire et relire… » Et une vie ne suffit pas pour déchiffrer tous les secrets de Molière.  Philippe ALEXANDRE - LIRE
Lire davantage Lire moins
Voici livré à tous quelques moments de l’enseignement d’un de nos plus grands comédiens à ses élèves du Conservatoire. Michel Bouquet dépasse de beaucoup le simple apprentissage de la technique théâtrale et enseigne plutôt une philosophie de l’acte de jouer un rôle. Son travail  s’approche plutôt du comportementalisme et ce qu’il propose, notamment, à ses étudiants une morale introspective. Exceptionnel. Lucas FALCHERO – REVUE DES MEDIATHEQUES ET DES COLLECTIONS MUSICALES
Lire davantage Lire moins
Michel Bouquet est une des figures incontestées de la scène théâtrale française. Il a enseigné au conservatoire. Plus que pédagogue, il s’y est voulu dispensateur d’une philosophie et d’une morale de l’acteur. L.T. : Quelle est selon vous la qualité principale pour être acteur ? M.B. : La qualité principale que demande ce métier, c’est l’intuition, plus importante que l’intelligence. Dans la manière d’appréhender le rôle, je laisse faire ce qui me vient. Je ne suis pas sûr que ce que je pense au soir d’un rôle soit définitif. Mon travail se fait entre le temps de deux représentations. Une critique opère en moi, je garde certaines choses, j’en récuse d’autres. Sur les bases initiales s’ajoutent des fioritures d’instinct : c’est ce qui fait que la chose reste intéressante. La liaison avec le personnage se fortifie, subit des guerres, des armistices, comme dans la vie. Je laisse une part d’improvisation dans ma conception du rôle : c’est pour ça que j’aime énormément les rôles qui n’ont pas de ligne psychologique précise. L.T. : Y a-t-il une méthode à appliquer pour bien jouer ?M.B. : La méthode met des bornes de sagesse sur le chemin mais n’est pas la panacée du métier d’acteur. La panacée du métier d’acteur c’est ce pourvoir de faire venir le rôle en soi, de le montrer et d’en être surpris soi-même. Cela arrive par la concentration, par le fait de regarder la vie sans y participer car elle avale tout. Le comédien doit être un lecteur de la vie et un lecteur de lui-même. Il faut s’observer, donc se méfier, croire la lecture du rôle, croire le rôle mais aussi douter de soi : cette contradiction est gage de richesse. Tout ce qui est mis en place peut être démoli par une intuition nouvelle du rôle. Du fait qu’on veut donner la vie à un rôle, il faut admettre qu’il est vivant en nous : c’est en cela que l’intuition prime sur la réflexion et que les comédiens ne sont pas des intellectuels. Petit à petit le rôle parle avec le comédien et quand c’est le rôle qui parle, il le surprend. Et lorsqu’il y a la vie dans un rôle, le spectateur peut alors jouer aussi puisque le comédien est lui-même en état de jeu. Mais s’il voit quelqu’un d’appliqué, il le sent et il n’a rien à faire. C’est alors qu’il y a répétition mais pas représentation théâtrale. Pour qu’il y ait représentation, il faut que le spectateur se dise ‘je suis un peu ce personnage, je peux entrer en lui’. La morale de la pièce apparaît alors puisque la personne qui la regarde la retrouve en elle. L .T. : Comment apprendre, alors, à être acteur ? M.B. : C’est le don qui fait tout, le don qui donne la richesse et la vocation qui est de servir ce don au maximum et non pas se d’en servir. C’est quelque chose de difficile, mais d’enrichissant, de poignant. Ce qui est très important, c’est le travail en amont sur le rôle. Il faut commencer à vivre avec lui et ébouler petit à petit toutes les opinions qu’on a sur lui. A partir du moment où on a suffisamment éboulé, le rôle vient dire : ‘j’en ai marre de t’attendre, fais plutôt comme ça’. Ça, c’est la part du rôle, et elle est sacrée.Propos recueillis par Catherine ROBERT – LA TERRASSEMichel Bouquet, Professeur au Conservatoire. Documents Sonores 1986-1987. Frémeaux & Associés.
Lire davantage Lire moins
"Plus largement, le catalogue de Frémeaux et Associés, « promoteur de la voix », fourmille de pépites sonores aussi diverses que captivantes. On ne recense pas moins de 900 œuvres : de grands entretiens comme celui réunissant Rony Brauman – ancien président de Médecins sans frontières – et Hubert Védrine – ex-ministre des affaires étrangères – qui pendant trois heures, échangent sur l’action humanitaire et la politique internationale. Ils poursuivent leurs réflexions à voix haute, montrent leurs points de convergence et dépassent ainsi de nombreux stéréotypes." Laurence ESTIVAL et Nathalie SAMSON – Paru dans l’Express et dans l’Expansion.
Lire davantage Lire moins
Réunie sur un CD, une sélection des cours que Michel Bouquet dispensa au Conservatoire National supérieur d’Art Dramatique en 1986 et 1987. Une archive sonore précieuse, proposant une exigeante éthique de l’acteur. Lieu commun : l’acteur serait cet être d’exception capable de sentir les choses et de les transposer d’emblée sur scène. Erreur ! Le métier, selon Michel Bouquet, ce serait plutôt l’inverse. Une pratique aux antipodes des illusions spontanéistes trop souvent colportées : « L’important pour un acteur, c’est que le style se dégage de la réflexion », assène-t-il en préambule de sa leçon inaugurale. Et, au fil de cette année d’enseignements dont ont été sélectionnés les moments les plus forts, il ne cessera de proposer à sa classe des éléments pour une éthique du jeu d’acteur. « Quand on est acteur, on sent. Alors, ce n’est même pas la peine d’en parler ». Dès lors, « l’art de l’acteur, ce n’est pas l’art de sentir, c’est l’art de réfléchir ». En fin de compte, comme le suggère une de ses élèves, l’idéal de l’acteur serait de réussir à disparaître (spécialité de l’excellent Michel Bouquet, au théâtre comme au cinéma) : parvenir à quitter son humeur du jour, « prêter sa sincérité » au personnage et, surtout, « ne pas prendre la place de l’auteur ». Excellente mise en perspective des contradictions, pièges et difficultés de l’interprétation, ces leçons signées Bouquet ont tôt fait de lui ressembler, faisant de l’humilité et du doute deux précieux alliés.   O.I. – JOURNAL DE MÉDECIN
Lire davantage Lire moins
"L'acteur a enseigné pendant dix ans au conservatoire. Un CD restitue sa classe de l'année 1986-1987." René Solis - © Libération
Lire davantage Lire moins
« Les éditions Frémeaux & Associés reprennent aujourd’hui de larges extraits des cours donnés par Michel Bouquet au conservatoire au cours des années 1986 et 1987. Ces enregistrements – effectués alors par Georges Werler – offrent l’approche personnelle du grand comédien quant à l’apprentissage des techniques théâtrales et présentent les subtilités d’une philosophie intime du métier d’acteur envisagé sous toutes ces facettes. Un disque indispensable. » L’AVANT-SCENE Théâtre
Lire davantage Lire moins
« ...C’est pourtant l’un des plus passionnants documents sur le théâtre que les éditions Frémeaux & Associés nous offrent en exhumant des archives les enregistrements d’une année de cours de Michel Bouquet au Conservatoire. ... »  RAPPELS
Lire davantage Lire moins
« ... Dans cet enregistrement, Michel Bouquet, professeur au Conservatoire et associé à Werler dans les années 1980, restitue ces interventions qui apportaient aux élèves une vision et une exigence extrême... » Gilles COSTAZ – LE MAGAZINE LITTERAIRE.
Lire davantage Lire moins
« Durant des années, ce grand comédien a été professeur au Conservatoire national supérieur d’art dramatique. La qualité de ses cours était  telle que sa réputation est vite sortie des murs clos de ce grand lieu de l’enseignement théâtral. Ses anciens élèves l’évoquent régulièrement avec référence et déférence. Aujourd’hui, ses leçons sont disponibles en CD.  » PARISCOPE
Lire davantage Lire moins
"(...)Conservés pas le metteur en scène Georges Werler, qui lui succède auprès des apprentis-comédiens, ces enregistrements restituent la chaleur et la voix d'un magnifique professeur..."  M.R. ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE ACTUALITES
Lire davantage Lire moins
"Des enregistrements des leçons données par Michel Bouquet dans le cadre de sa classe au CNSAD, réalisés il y a 20 ans par Georges WERLER, lui même ancien élève puis professeur au CNSAD, sont sortis en CD chez Frémeaux & Associés." Association des Anciens Elèves du Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique.
Lire davantage Lire moins
"On en rêvait, c'est désormais possible : suivre les leçons que Michel Bouquet a données aux élèves du Conservatoire national supérieur d'Art dramatique."  Odile QUIROT - LE NOUVEL OBSERVATEUR  /  © LE NOUVEL OBSERVATEUR
Lire davantage Lire moins
"Il a créé Camus, Anouilh, Pinter, triomphé dans Molière, Ionesco, Thomas Bernhard. Il a travaillé au théâtre avec Vilar, Planchon, au cinéma avec Chabrol, Truffaut, Guédiguian dont il fut l'impressionnant "dernier Mitterrand" en 2003. A 79 ans, Michel Bouquet peut s'enorgueillir d'un "beau parcours", comme on dit. Nourri, surtout, avec une exigence rare, d'une interrogation permanente sur le sens du théâtre, de sa pratique, de son éthique. C'est cette interrogation que Georges Werler invite à partager à travers les enregistrements des cours donnés par Michel Bouquet au Conservatoire de Paris, durant la saison 1986-1987. Face à des élèves - dont plusieurs, depuis, se sont fait connaître (Patrick Pineau, Anne Brochet, Denis Podalydès...) -, il explore les arcanes de l'art de l'acteur, de sa relation aux textes, aux rôles. A lui-même. Prodigieux." Didier MEREUZE - LA CROIX
Lire davantage Lire moins
"Théâtre. Des enregistrements des leçons données par Michel Bouquet dans le cadre de sa classe au conservatoire national supérieur d'art dramatique ont été réalisés par Georges Werler il y a vingt ans et sortent en CD chez Frémeaux & Associés. Paroles d'un maître." Le Figaro 29 août 2006
Lire davantage Lire moins
"Les meilleurs maîtres - tel Michel Bouquet - à leurs élèves-comédiens. Ecouter aux éditions Frémeaux & Associés le CD Michel Bouquet, Professeur au conservatoire." Fabienne PASCAUD - TELERAMA 
Lire davantage Lire moins
Liste des titres
  • Piste
    Titre
    Artiste principal
    Auteur
    Durée
    Enregistré en
  • 1
    CE QUI EST TRES IMPORTANT POUR UN ACTEUR
    MICHEL BOUQUET
    MICHEL BOUQUET
    00:13:14
    1986
  • 2
    C EST UNE VIE EPOUVANTABLE UNE VIE D ACTEUR
    MICHEL BOUQUET
    MICHEL BOUQUET
    00:03:41
    1987
  • 3
    LE JOUR OU TU VERRAS LE VRAI DON CESAR DE BAZAN
    MICHEL BOUQUET
    MICHEL BOUQUET
    00:04:26
    1987
  • 4
    QUAND UNE CHOSE A FAIT SON EFFET IL EST FAIT POUR
    MICHEL BOUQUET
    MICHEL BOUQUET
    00:02:49
    1987
  • 5
    PAR QUEL ARTIFICE L ACTEUR A T IL RENDU LA SCENE E
    MICHEL BOUQUET
    MICHEL BOUQUET
    00:03:24
    1987
  • 6
    L ACTEUR EST TOUJOURS BON LE PROBLEME C EST D ETRE
    MICHEL BOUQUET
    MICHEL BOUQUET
    00:07:22
    1987
  • 7
    C EST LE TRAVAIL SUR LES MECANISMES DE LA SCENE
    MICHEL BOUQUET
    MICHEL BOUQUET
    00:13:56
    1987
  • 8
    LE MECANISME DES SCENES CHEZ RACINE
    MICHEL BOUQUET
    MICHEL BOUQUET
    00:07:06
    1987
  • 9
    C EST VRAI QUE LES ACTEURS NE SAVENT PAS AU DEPART
    MICHEL BOUQUET
    MICHEL BOUQUET
    00:11:43
    1987
  • 10
    MOI JE N AI JAMAIS EU LE SENTIMENT QUE J ETAIS
    MICHEL BOUQUET
    MICHEL BOUQUET
    00:09:32
    2005
commander les produits Frémeaux ?

par

Téléphone

par 01.43.74.90.24

par

Courrier

à Frémeaux & Associés, 20rue Robert Giraudineau, 94300 Vincennes, France

en

Librairie ou maison de la presse

(Frémeaux & Associés distribution)

chez mon

Disquaire ou à la Fnac

(distribution : Socadisc)

Je suis un(e) professionnel(le)

Librairie, disquaire, espace culturel, papeterie-presse, boutique de musée, médiathèque…

Contactez-nous