<< 1 ... 3 4 5 6 7 >>
  • « Excellent et exquis » par Alain Gerber
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    « Je découvre ce matin le disque de Romane Manetti : c'est à la fois excellent et exquis, d'une infinie délicatesse et d'une invention mélodique à laquelle je suis particulièrement sensible. »Par Alain GERBER

  • « Aussi improbable qu’irrésistible » Paris Move
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    « Dans le registre de la reprise et de l’adaptation décalée, la Maison Frémeaux disposait déjà à son catalogue des inénarrables Pink Turtle. La voici qui propose à présent ce Macadam Farmer, ayant davantage à voir avec Hayseed Dixie (pour ses références agro-sudistes) qu’avec Paul Mauriat. Sous un layout délibérément kitsch et chic signé Ben Hito (ci-devant auteur dûment célébré de maints affiches et flyers des circuits roots, ska & blues), ce quintette français passe en effet à la moulinette bluegrass des Appalaches (banjo, sousaphone, washboard, mandoline, guimbarde, harmonica et ustensiles divers) une dizaine de tubes pop de la fin des seventies jusqu’aux années nonante. Du “Girls Just Want To Have Fun” de Cindy Lauper au “Born To Be Alive” de Patrick Hernandez, en passant par le “Tainted Love” de Soft Cell et Gloria Jones, “Take On Me” de A-Ha, “Rasputin” de Boney M, “Bette Davis Eyes” de Kim Carnes, “Owner Of A Lonely Heart” de Yes, “That’s All” de Genesis, “Heart Of Glass” d [...]

  • « Une mise en perspective remarquable » par Couleurs Jazz
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    « Ray Charles a incarné la musique afro-américaine dans toute sa diversité avant d’en déborder le cadre pour devenir une vedette de renommée internationale dont l’œuvre a marqué de son empreinte le XXème siècle. C’est donc la genèse de l’art d’un artiste d’exception que dévoile Joël Dufour dans la première partie de cette compilation intitulée « His Inspiration« . On voit le Genius, encore à l’orée de sa carrière, bâtir son répertoire en empruntant largement à ses contemporains selon une démarche révélée par la comparaison des reprises aux versions originales qui l’ont inspiré. C’est ce que montrent ses premières faces Swing Time de 1949 marquées par la production du trio de Nat King Cole et des emprunts au blues (Leroy Carr, St Louis Jimmy). Signant chez Atlantic en 1952, Ray Charles s’engage ensuite sur une voie plus originale en enregistrant Sinner’s Prayer de Lowell Fulson et de Feelin’ Sad de Guitar Slim (Eddie Jones), ses deux anciens employeurs. Deux ans plus ta [...]

  • « Maîtrise prodigieuse et musicalité supérieure » par Jazz News
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    Si la fille d’Ipanema préside à cet enregistrement inédit du guitariste brésilien à Liège en Belgique en 1987, la bossa nova n’est qu’une part du génie de Baden Powell, a fortiori dans la dernière partie de sa vie. Le maître est ici, et comme à son habitude, prodigieux de maîtrise. Presque intimidant dans cette virtuosité mais toujours empreint d’une musicalité supérieure. Par Bruno GUERMONPREZ – JAZZ NEWS

  • « Une éblouissante démonstration » par Paris Move
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    « Spécialiste incontesté de l’œuvre du Genius, Joël Dufour a déjà été le curateur de pas moins de cinq coffrets consacrés à Brother Ray dans la collection Frémeaux (chroniqués ICI, ICI, ICI, ICI et ICI), mais il se lance cette fois dans un authentique labour of love, en jetant non seulement la lumière sur les influences du jeune Ray Charles Robinson au cours de ses années d’apprentissage, mais aussi l’impact indéniable qu’il eut à son tour sur maints de ses successeurs. En pas moins de sept CDs (et 171 titres), Dufour effectue un ballet incessant entre le répertoire de Charles et celui de ses modèles, mettant également en perspective son influence auprès de ses nombreux disciples. Il résulte de cet impressionnant jeu de miroirs une saisissante time-line de la transmission d’un patrimoine cohérent (tant sur le plan culturel que stylistique), au cœur des courants musicaux afro-américains, depuis la fin des années 20 jusqu’au début des sixties. On entend donc défiler en amont des réf [...]

  • « A consommer sans aucune modération » par Le Soir
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    « Quand Frémeaux & Associés s’attelle à une publication, on peut dire que le label le fait à fond. La preuve par ce coffret de 8 h 34 de musiques autour du grand maître Ray Charles, dont la réalisation a été confiée à un connaisseur au superlatif, Joël Dufour. Il s’agit d’analyser ici la place de Ray Charles dans l ’univers musical. Lui, ses inspirations, ses influences. Comment il a absorbé les musiques qui l ’environnaient pour créer la sienne, comment il a diffusé sa musique pour influencer celle des autres. Mais n’ayez crainte : ce n’est pas un livre complexe qu’on vous propose ici, mais bien un recueil de chansons. En tout 171 morceaux. Quasi tout le temps en parallèle. Style : I realize now de Nat King Cole suivi du I wonder who’s kissing her now de Charles. Le Doodlin’ d’Horace Silver suivi du même par Charles. A l ’inverse : This little girl of mine de Charles et ses reprises par les Everly Brothers et Gloria Lynne. Ou son fameux Hit the road Jack suivi du Come on back Jac [...]

  • « La belle œuvre » par Chant Songs
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    « Avec Les Poètes en chansons, les Editions Frémeaux & Associés offrent une anthologie de ces grands poèmes mis en musique et servis par des interprètes, et parfois compositeurs, qui ont fait de la belle œuvre. Et popularisé ses classiques auprès d’un large public.Selon une légende répandue, Victor Hugo aurait écrit : « Défense de déposer de la musique le long de mes vers » (il semblerait que ce soit une création de Leconte de Lisle). Les compositeurs ont eu raison de braver « l’interdit » et de mettre en musique certains poèmes. On peut se demander qui connaîtrait par exemple Rutebeuf, sans le savant collage que fit Léo Ferré de plusieurs poèmes de l’auteur du Moyen-Âge avec son Pauvre Rutebeuf. Ferré qui déclarait comme le signale le livret accompagnant le coffret : « J’ai mis en musique Rutebeuf. Il a vécu il y a 700 ans. Aragon vit en 1961 ; c’est assez dire que le vers français a un potentiel de musicalité.« S’il y avait un doute sur l’importance de cette mise en musique de l [...]

  • « L’oeuvre de Glissant décortiquée avec finesse » par Le Soir
    Catégories : Article de presse ( Article de presse )

    « Edouard Glissant (1928-2011) est l’écrivain de la diversité. Il crée les concepts d’« antillanité », de « Tout-monde » et de « Relation », il repense la notion de créolisation ainsi que les modalités du dialogue des cultures. Essais, poésie, romans, engagement politique, il est de tous les combats. A l’identité-racine, fermée sur elle-même, il oppose l’identité-relation, ouverte sur l’échange. Dans ses écrits, il aborde aussi bien l’écologie, le racisme, que la mondialisation et l’identité. Il a obtenu le Prix Renaudot pour son premier roman, La Lézarde, en1958. Et a recueilli des histoires et des poèmes, comme dans La Terre le feu l’eau et les vents : une anthologie de la poésie du Tout-monde. Aliocha Wald Laslowski est professeur à l’Université de Lille, essayiste, journaliste, chroniqueur et spécialiste de l’oeuvre de Glissant qu’il décortique avec finesse dans cet enregistrement divisé en trois parties : L’homme de lettres, Les idées au service du monde et Réflexions sur les [...]

<< 1 ... 3 4 5 6 7 >>