ANTHOLOGIE DE LA POESIE DE LANGUE FRANCAISE
ANTHOLOGIE DE LA POESIE DE LANGUE FRANCAISE
Ref.: FA8037

PAR LA COMEDIE FRANCAISE

COMEDIE FRANCAISE

Ref.: FA8037

Artistic Direction : Alain Frémeaux (selection textes et livret) et Olivier Cohen (direction des comédiens)

Label : Frémeaux & Associés

Total duration of the pack : 5 hours 42 minutes

Nbre. CD : 6

Select a version :
Thanks to this pack, you get a 25.49 % discount or €25.98
This product is already in your shopping cart
A digital version of this product is already in your shopping cart
Shipped within 24 to 48 hours.
Distinctions
Recommended by :
  • - RECOMMANDÉ PAR LE FIGARO
  • - SÉLECTION TÉLÉRAMA
  • - PRIMÉ PAR L’ENSEMBLE DE LA PRESSE
Presentation

PAR LA COMEDIE FRANCAISE



From 1265 to 1915, six centuries of French poetry are covered in this 6-CD set ! Recorded by the most famous actors of the prestigious Comédie Française, there is over 6 hours of enjoyment with the greatest French poets, from Ruteboeuf to Apollinaire. Includes a 80 page booklet.



Press
Tracklist
  • Piste
    Title
    Main artist
    Autor
    Duration
    Registered in
  • 1
    ROMAN
    ARTHUR RIMBAUD
    ARTHUR RIMBAUD
    00:02:23
    2002
  • 2
    VIEILLE CHANSON DU JEUNE TEMPS
    VICTOR HUGO
    VICTOR HUGO
    00:01:55
    2002
  • 3
    CUEILLETTE
    CHARLES CROS
    CHARLES CROS
    00:00:56
    2002
  • 4
    LA COCCINELLE
    VICTOR HUGO
    VICTOR HUGO
    00:01:06
    2002
  • 5
    MON REVE FAMILIER
    PAUL VERLAINE
    PAUL VERLAINE
    00:01:12
    2002
  • 6
    MON AME A SON SECRET
    FELIX ARVERS
    FELIX ARVERS
    00:01:11
    2002
  • 7
    D UN QUI INCITE UNE JEUNE DAME
    CLEMENT MAROT
    CLEMENT MAROT
    00:01:09
    2002
  • 8
    MIGNONNE ALLONS VOIRS SI LA ROSE
    PIERRE DE RONSARD
    PIERRE DE RONSARD
    00:01:20
    2002
  • 9
    QUAND VOUS SEREZ BIEN VIEILLE
    PIERRE DE RONSARD
    PIERRE DE RONSARD
    00:01:11
    2002
  • 10
    STANCES A LA MARQUISE
    PIERRE CORNEILLE
    PIERRE CORNEILLE
    00:01:43
    2002
  • 11
    LES BEAUTES EMPRUNTEES
    GUILLAUME COLLETET
    GUILLAUME COLLETET
    00:00:59
    2002
  • 12
    VOUS N AIMEZ RIEN QUE VOUS
    PHILIPPE DESPORTES
    PHILIPPE DESPORTES
    00:01:09
    2002
  • 13
    SI LA FOIS PLUS CERTAINE
    PHILIPPE DESPORTES
    PHILIPPE DESPORTES
    00:01:08
    2002
  • 14
    SUR UNE COQUETTE
    ISAAC DE BENSERADE
    ISAAC DE BENSERADE
    00:00:57
    2002
  • 15
    DESSEIN DE QUITTER UNE DAME
    FRANCOIS DE MALHERBE
    FRANCOIS DE MALHERBE
    00:01:22
    2002
  • 16
    REMORDS POSTHUME
    CHARLES BAUDELAIRE
    CHARLES BAUDELAIRE
    00:01:11
    2002
  • 17
    MOM AME EST CE LAC MEME
    CHARLES AUGUSTIN SAINTE BEUVE
    CHARLES AUGUSTIN SAINTE BEUVE
    00:01:52
    2002
  • 18
    ASSEYONS NOUS TOUT DEUX
    EMILE VERHAEREN
    EMILE VERHAEREN
    00:01:30
    2002
  • 19
    GREEN
    PAUL VERLAINE
    PAUL VERLAINE
    00:00:52
    2002
  • 20
    DE SA GRANDE AMIE
    CLEMENT MAROT
    CLEMENT MAROT
    00:00:48
    2002
  • 21
    CHANSON DE FORTUNIO
    ALFRED DE MUSSET
    ALFRED DE MUSSET
    00:00:57
    2002
  • 22
    LA BELLE MATINEUSE
    VINCENT VOITURE
    VINCENT VOITURE
    00:00:58
    2002
  • 23
    SUR LE RETOUR D HELENE
    PIERRE DE MARBEUF
    PIERRE DE MARBEUF
    00:01:00
    2002
  • 24
    CHANSON
    PIERRE DE RONSARD
    PIERRE DE RONSARD
    00:01:20
    2002
  • 25
    SONNET A MESNE
    OLIVIER DE MAGNY
    OLIVIER DE MAGNY
    00:01:02
    2002
  • 26
    STANCES A PARTHENICE
    JEAN RACINE
    JEAN RACINE
    00:01:41
    2002
  • 27
    ABIME DE L AMOUR
    JEANNE MARIE GUYON
    JEANNE MARIE GUYON
    00:01:14
    2002
  • 28
    LA CHEVELURE
    CHARLES BAUDELAIRE
    CHARLES BAUDELAIRE
    00:01:34
    2002
  • 29
    DEVANT L ETE
    RENEE VIVIEN
    RENEE VIVIEN
    00:01:45
    2002
  • 30
    CHANT D AMOUR
    ALPHONSE DE LAMARTINE
    ALPHONSE DE LAMARTINE
    00:01:44
    2002
  • 31
    LA BELLE VIEILLE
    FRANCOIS DE MAYNARD
    FRANCOIS DE MAYNARD
    00:03:18
    2002
  • 32
    ROMANCE SANS MUSIQUE
    PAUL JEAN TOULET
    PAUL JEAN TOULET
    00:00:34
    2002
  • 33
    CONCLUSION
    CHARLES CROS
    CHARLES CROS
    00:00:48
    2002
  • 34
    LA MAISON DU BERGER
    ALFRED DE VIGNY
    ALFRED DE VIGNY
    00:04:36
    2002
  • 35
    ANNE JE VOUS SUPPLIE
    OLIVIER DE MAGNY
    OLIVIER DE MAGNY
    00:01:12
    2002
  • 36
    BAISE M ENCOR
    LOUISE LABE
    LOUISE LABE
    00:01:01
    2002
  • 37
    VOEU FINAL
    PAUL VERLAINE
    PAUL VERLAINE
    00:01:03
    2002
  • 38
    PREMIERE SOIREE
    ARTHUR RIMBAUD
    ARTHUR RIMBAUD
    00:01:54
    2002
  • 39
    IL EST TEMPS QUE L AMOUR
    FRANCOIS DE MAYNARD
    FRANCOIS DE MAYNARD
    00:01:08
    2002
  • 40
    MA BELLE UN JOUR
    JEAN AUVRAY
    JEAN AUVRAY
    00:00:58
    2002
  • 41
    REVE POUR L HIVER
    ARTHUR RIMBAUD
    ARTHUR RIMBAUD
    00:01:08
    2002
  • 42
    FAIBLESSE D AMOUR
    GUILLAUME COLLETET
    GUILLAUME COLLETET
    00:01:09
    2002
  • Piste
    Title
    Main artist
    Autor
    Duration
    Registered in
  • 1
    MYSTICIS UMBRACULIS
    STEPHANE MALLARME
    STEPHANE MALLARME
    00:00:48
    2002
  • 2
    VIRELAI D UNE PUCELLE
    EUSTACHE DESCHAMPS
    EUSTACHE DESCHAMPS
    00:01:03
    2002
  • 3
    AU BEAU TETIN
    CLEMENT MAROT
    CLEMENT MAROT
    00:01:49
    2002
  • 4
    BAISER ROSE BAISER BLEU
    THEOPHILE GAUTIER
    THEOPHILE GAUTIER
    00:01:13
    2002
  • 5
    LE SEIN D AMARANTHE
    PIERRE DE MARBEUF
    PIERRE DE MARBEUF
    00:00:59
    2002
  • 6
    SONNER POUR M D V
    PIERRE CORNEILLE
    PIERRE CORNEILLE
    00:01:03
    2002
  • 7
    LA BELLE ESCLAVE MAURE
    FRANCOIS TRISTAN L HERMITE
    FRANCOIS TRISTAN L HERMITE
    00:01:02
    2002
  • 8
    DELIE
    MAURICE SCEVE
    MAURICE SCEVE
    00:01:28
    2002
  • 9
    QUAND VOUS VOYEZ QUE L ETINCELLE
    PERNETTE DU GUILLET
    PERNETTE DU GUILLET
    00:01:00
    2002
  • 10
    LA FILLE QUI N A POINT D AMI
    CHRISTINE DE PISAN
    CHRISTINE DE PISAN
    00:01:13
    2002
  • 11
    PLAISIR N AI PLUS
    CLEMENT MAROT
    CLEMENT MAROT
    00:00:53
    2002
  • 12
    JE VIS JE MEURS
    LOUISE LABE
    LOUISE LABE
    00:01:06
    2002
  • 13
    O MON COEUR PLEIN D ENNUI
    PHILIPPE DESPORTES
    PHILIPPE DESPORTES
    00:01:17
    2002
  • 14
    SONNET POUR DIANE
    AGRIPPA AUBIGNE
    AGRIPPA AUBIGNE
    00:01:09
    2002
  • 15
    POUR UN AMANT QUI S ETAIT BAIGNE
    CLAUDE MALLEVILLE
    CLAUDE MALLEVILLE
    00:01:42
    2002
  • 16
    QUAND TU ME VOIS
    THEOPHILE DE VIAU
    THEOPHILE DE VIAU
    00:01:47
    2002
  • 17
    QUELQUE SI DOUX ESPOIR
    THEOPHILE DE VIAU
    THEOPHILE DE VIAU
    00:01:01
    2002
  • 18
    LA BEAUTE QUE JE SERS
    JEAN FRANCOIS SARASIN
    JEAN FRANCOIS SARASIN
    00:01:16
    2002
  • 19
    SONNET DU VICONTE
    MOLIERE
    MOLIERE
    00:00:59
    2002
  • 20
    CHANSON
    ALFRED DE MUSSET
    ALFRED DE MUSSET
    00:01:03
    2002
  • 21
    LA NUIT D AOUT
    ALFRED DE MUSSET
    ALFRED DE MUSSET
    00:04:38
    2002
  • 22
    LES SEPARES
    MARCELINE DESBORDES VALMORE
    MARCELINE DESBORDES VALMORE
    00:01:37
    2002
  • 23
    LA NUIT D OCTOBRE
    ALFRED DE MUSSET
    ALFRED DE MUSSET
    00:02:33
    2002
  • 24
    LA NUIT DE MAI
    ALFRED DE MUSSET
    ALFRED DE MUSSET
    00:04:34
    2002
  • 25
    TRISTESSE
    ALFRED DE MUSSET
    ALFRED DE MUSSET
    00:01:03
    2002
  • 26
    QU EN AVEZ VOUS FAIT
    MARCELINE DESBORDES VALMORE
    MARCELINE DESBORDES VALMORE
    00:01:19
    2002
  • 27
    L ISOLEMENT
    ALPHONSE DE LAMARTINE
    ALPHONSE DE LAMARTINE
    00:03:54
    2002
  • 28
    LA COURONNE EFFEUILLEE
    MARCELINE DESBORDES VALMORE
    MARCELINE DESBORDES VALMORE
    00:01:40
    2002
  • 29
    PLAISIR D AMOUR
    JEAN PIERRE CLARIS DE FLORIAN
    JEAN PIERRE CLARIS DE FLORIAN
    00:01:07
    2002
  • 30
    ROSA FACHEE
    VICTOR HUGO
    VICTOR HUGO
    00:00:56
    2002
  • 31
    A MME DU CHATELET
    VOLTAIRE
    VOLTAIRE
    00:02:03
    2002
  • 32
    A GEORGES DRUILHET
    FRANCOIS COPPEE
    FRANCOIS COPPEE
    00:01:54
    2002
  • Piste
    Title
    Main artist
    Autor
    Duration
    Registered in
  • 1
    A UNE PASSANTE
    CHARLES BAUDELAIRE
    CHARLES BAUDELAIRE
    00:01:10
    2002
  • 2
    LA CHANSON DU MAL AIME
    GUILLAUME APOLLINAIRE
    GUILLAUME APOLLINAIRE
    00:01:54
    2002
  • 3
    PREMIER SOURIRE DE PRINTEMPS
    THEOPHILE GAUTIER
    THEOPHILE GAUTIER
    00:01:43
    2002
  • 4
    MIDI
    CHARLES MARIE LECONTE DE LISLE
    CHARLES MARIE LECONTE DE LISLE
    00:02:33
    2002
  • 5
    AIR
    NICOLAS BOILEAU
    NICOLAS BOILEAU
    00:01:00
    2002
  • 6
    L ADIEU
    GUILLAUME APOLLINAIRE
    GUILLAUME APOLLINAIRE
    00:00:32
    2002
  • 7
    FANTAISIE
    GERARD DE NERVAL
    GERARD DE NERVAL
    00:01:00
    2002
  • 8
    DOUCE PLAGE OU NAQUIT MON AME
    PAUL JEAN TOULET
    PAUL JEAN TOULET
    00:00:39
    2002
  • 9
    L IMMORTELLE ET L OEILLET DE MER
    PAUL JEAN TOULET
    PAUL JEAN TOULET
    00:00:25
    2002
  • 10
    SOUVENIR
    ALFRED DE MUSSET
    ALFRED DE MUSSET
    00:02:14
    2002
  • 11
    LE TEMPS DES CERISES
    JEAN BAPTISTE CLEMENT
    JEAN BAPTISTE CLEMENT
    00:01:31
    2002
  • 12
    JE PLANTE EN TA FAVEUR
    PIERRE DE RONSARD
    PIERRE DE RONSARD
    00:01:18
    2002
  • 13
    L ORAGE
    PHILIPPE FABRE D EGLANTINE
    PHILIPPE FABRE D EGLANTINE
    00:02:05
    2002
  • 14
    ELLE ETAIT DECHAUSSEE
    VICTOR HUGO
    VICTOR HUGO
    00:01:07
    2002
  • 15
    A LONDRES JE CONNUS BELLA
    PAUL JEAN TOULET
    PAUL JEAN TOULET
    00:00:38
    2002
  • 16
    NOTRE PETITE COMPAGNE
    JULES LAFORGUE
    JULES LAFORGUE
    00:01:21
    2002
  • 17
    COMPLAINTE SUR CERTAINS ENNUIS
    JULES LAFORGUE
    JULES LAFORGUE
    00:01:05
    2002
  • 18
    ESTHETIQUE
    JULES LAFORGUE
    JULES LAFORGUE
    00:01:14
    2002
  • 19
    MADRIGAL
    ALFRED JARRY
    ALFRED JARRY
    00:01:19
    2002
  • 20
    LE BAISER
    GERMAIN NOUVEAU
    GERMAIN NOUVEAU
    00:01:05
    2002
  • 21
    QUE SONT MES AMIS DEVENUS
    RUTEBEUF
    RUTEBEUF
    00:01:15
    2002
  • 22
    MA JEANNE
    VICTOR HUGO
    VICTOR HUGO
    00:01:32
    2002
  • 23
    LA CICATRICE
    VICTOR HUGO
    VICTOR HUGO
    00:00:59
    2002
  • 24
    JEANNE AU PAIN SEC
    VICTOR HUGO
    VICTOR HUGO
    00:01:42
    2002
  • 25
    ARIETTE
    PAUL VERLAINE
    PAUL VERLAINE
    00:00:50
    2002
  • 26
    EL DESDICHADO
    GERARD DE NERVAL
    GERARD DE NERVAL
    00:01:06
    2002
  • 27
    QUAND LE CIEL BAS ET LOURD
    CHARLES BAUDELAIRE
    CHARLES BAUDELAIRE
    00:01:12
    2002
  • 28
    L IDEE
    JOACHIM DU BELLAY
    JOACHIM DU BELLAY
    00:01:06
    2002
  • 29
    L INVITATION AU VOYAGE
    CHARLES BAUDELAIRE
    CHARLES BAUDELAIRE
    00:01:47
    2002
  • 30
    LE LONG DU QUAI
    SULLY PRUDHOMME
    SULLY PRUDHOMME
    00:00:45
    2002
  • 31
    LES CONQUERANTS
    JOSE MARIA DE HEREDIA
    JOSE MARIA DE HEREDIA
    00:00:57
    2002
  • 32
    BRISE MARINE
    STEPHANE MALLARME
    STEPHANE MALLARME
    00:01:22
    2002
  • 33
    LE BATEAU IVRE
    ARTHUR RIMBAUD
    ARTHUR RIMBAUD
    00:03:12
    2002
  • 34
    L AZUR
    STEPHANE MALLARME
    STEPHANE MALLARME
    00:03:13
    2002
  • 35
    HEUREUX QUI COMME ULYSSE
    JOACHIM DU BELLAY
    JOACHIM DU BELLAY
    00:01:10
    2002
  • 36
    MILLY OU LA TERRE NATALE
    ALPHONSE DE LAMARTINE
    ALPHONSE DE LAMARTINE
    00:01:18
    2002
  • 37
    LA BALLADE DES DAMES DU TEMPS JADIS
    FRANCOIS VILLON
    FRANCOIS VILLON
    00:01:38
    2002
  • 38
    LAS OU EST MAINTENANT
    JOACHIM DU BELLAY
    JOACHIM DU BELLAY
    00:01:20
    2002
  • 39
    MA BOHEME
    ARTHUR RIMBAUD
    ARTHUR RIMBAUD
    00:01:08
    2002
  • 40
    MOESTA ET ERRABUNDA
    CHARLES BAUDELAIRE
    CHARLES BAUDELAIRE
    00:02:23
    2002
  • 41
    LE CIEL EST PAR DESSUS LE TOIT
    PAUL VERLAINE
    PAUL VERLAINE
    00:01:13
    2002
  • 42
    LE PONT MIRABEAU
    GUILLAUME APOLLINAIRE
    GUILLAUME APOLLINAIRE
    00:01:38
    2002
  • 43
    L HARMONIE DU SOIR
    CHARLES BAUDELAIRE
    CHARLES BAUDELAIRE
    00:01:20
    2002
  • 44
    HYMNE AU SOLEIL
    EDMOND ROSTAND
    EDMOND ROSTAND
    00:01:38
    2002
  • Piste
    Title
    Main artist
    Autor
    Duration
    Registered in
  • 1
    CHANSON D AUTOMNE
    PAUL VERLAINE
    PAUL VERLAINE
    00:00:37
    2002
  • 2
    LE LAC
    ALPHONSE DE LAMARTINE
    ALPHONSE DE LAMARTINE
    00:04:14
    2002
  • 3
    L HIVER DE M D AUBIGNE
    AGRIPPA AUBIGNE
    AGRIPPA AUBIGNE
    00:02:00
    2002
  • 4
    PLUS NE SUIT CE QUE J AI ETE
    CLEMENT MAROT
    CLEMENT MAROT
    00:00:37
    2002
  • 5
    SOLEIL COUCHANT
    JOSE MARIA DE HEREDIA
    JOSE MARIA DE HEREDIA
    00:01:38
    2002
  • 6
    CHANT D AUTOMNE
    CHARLES BAUDELAIRE
    CHARLES BAUDELAIRE
    00:01:19
    2002
  • 7
    SENSATION
    ARTHUR RIMBAUD
    ARTHUR RIMBAUD
    00:00:41
    2002
  • 8
    RONDEAUX
    CHARLES D ORLEANS
    CHARLES D ORLEANS
    00:01:28
    2002
  • 9
    LES HOTES
    EMILE VERHAEREN
    EMILE VERHAEREN
    00:01:19
    2002
  • 10
    NUIT DE NEIGE
    GUY DE MAUPASSANT
    GUY DE MAUPASSANT
    00:01:59
    2002
  • 11
    STANCES
    JEAN MOREAS
    JEAN MOREAS
    00:01:36
    2002
  • 12
    LE VALLON
    ALPHONSE DE LAMARTINE
    ALPHONSE DE LAMARTINE
    00:02:13
    2002
  • 13
    DANS LA SIERRA
    THEOPHILE GAUTIER
    THEOPHILE GAUTIER
    00:00:59
    2002
  • 14
    BALLADE A LA LUNE
    ALFRED DE MUSSET
    ALFRED DE MUSSET
    00:01:32
    2002
  • 15
    LA BICHE
    MAURICE ROLLINAT
    MAURICE ROLLINAT
    00:00:48
    2002
  • 16
    CE QUE DISENT LES HIRONDELLES
    THEOPHILE GAUTIER
    THEOPHILE GAUTIER
    00:03:02
    2002
  • 17
    PAYSAGE MAUVAIS
    TRISTAN CORBIERE
    TRISTAN CORBIERE
    00:00:48
    2002
  • 18
    LE CHAT
    CHARLES BAUDELAIRE
    CHARLES BAUDELAIRE
    00:00:50
    2002
  • 19
    EPITAPHE D UN CHAT
    JOACHIM DU BELLAY
    JOACHIM DU BELLAY
    00:01:57
    2002
  • 20
    MON AME EST UNE INFANTE
    ALBERT SAMAIN
    ALBERT SAMAIN
    00:03:23
    2002
  • 21
    L ALBATROS
    CHARLES BAUDELAIRE
    CHARLES BAUDELAIRE
    00:01:06
    2002
  • 22
    LA VIERGE LE VIVACE ET LE BEL AUJOURD HUI
    STEPHANE MALLARME
    STEPHANE MALLARME
    00:01:17
    2002
  • 23
    LE CRAPAUD
    TRISTAN CORBIERE
    TRISTAN CORBIERE
    00:01:17
    2002
  • 24
    EPITAPHE
    TRISTAN CORBIERE
    TRISTAN CORBIERE
    00:01:58
    2002
  • 25
    MOI JE VIS LA VIE A COTE
    CHARLES CROS
    CHARLES CROS
    00:00:58
    2002
  • 26
    CARMEN
    THEOPHILE GAUTIER
    THEOPHILE GAUTIER
    00:01:15
    2002
  • 27
    LES CHERCHEUSES DE POUX
    ARTHUR RIMBAUD
    ARTHUR RIMBAUD
    00:01:35
    2002
  • 28
    LES AVEUGLES
    CHARLES BAUDELAIRE
    CHARLES BAUDELAIRE
    00:01:08
    2002
  • 29
    LES EFFARES
    ARTHUR RIMBAUD
    ARTHUR RIMBAUD
    00:01:30
    2002
  • 30
    CHOPIN
    MAURICE ROLLINAT
    MAURICE ROLLINAT
    00:01:22
    2002
  • 31
    LES PHARES
    CHARLES BAUDELAIRE
    CHARLES BAUDELAIRE
    00:02:53
    2002
  • 32
    BALLADE DE CONTREFAIT
    EUSTACHE DESCHAMPS
    EUSTACHE DESCHAMPS
    00:01:33
    2002
  • 33
    STIRE XIX
    MATHURIN REGNIER
    MATHURIN REGNIER
    00:01:24
    2002
  • 34
    LES VIEUX SINGES DE COUR
    JOACHIM DU BELLAY
    JOACHIM DU BELLAY
    00:01:01
    2002
  • 35
    STANCES POUR MME DE HAUTEFORT
    PAUL SCARRON
    PAUL SCARRON
    00:01:56
    2002
  • 36
    LORSQU4ADAM VIT CETTE JEUNE BEAUTE
    JEAN FRANCOIS SARASIN
    JEAN FRANCOIS SARASIN
    00:00:57
    2002
  • 37
    CONTRE UNE DAME TROP MAIGRE
    JEAN AUVRAY
    JEAN AUVRAY
    00:01:39
    2002
  • 38
    VOUS FAITES VOIR DES OS
    PAUL SCARRON
    PAUL SCARRON
    00:01:10
    2002
  • 39
    SONNET INACHEVE
    MARC ANTOINE GIRARD DE SAINT AMANT
    MARC ANTOINE GIRARD DE SAINT AMANT
    00:00:57
    2002
  • Piste
    Title
    Main artist
    Autor
    Duration
    Registered in
  • 1
    EPIGRAMME SUR LE CARDINAL DE RICHELIEU
    PIERRE CORNEILLE
    PIERRE CORNEILLE
    00:00:36
    2002
  • 2
    EPIGRAMMES
    VOLTAIRE
    VOLTAIRE
    00:00:40
    2002
  • 3
    EPISTRE AU ROI POUR AVOIR ETE DEROBE
    CLEMENT MAROT
    CLEMENT MAROT
    00:03:23
    2002
  • 4
    LE CORBEAU ET LE RENARD
    JEAN DE LA FONTAINE
    JEAN DE LA FONTAINE
    00:01:28
    2002
  • 5
    LA LAITIERE ET LE POT AU LAIT
    JEAN DE LA FONTAINE
    JEAN DE LA FONTAINE
    00:00:30
    2002
  • 6
    LA LEGENDE DE LA NONNE
    VICTOR HUGO
    VICTOR HUGO
    00:03:06
    2002
  • 7
    LA MORT DU LOUP
    ALFRED DE VIGNY
    ALFRED DE VIGNY
    00:06:19
    2002
  • 8
    LE CHAT LA BELETTE ET LE PETIT LAPIN
    JEAN DE LA FONTAINE
    JEAN DE LA FONTAINE
    00:02:36
    2002
  • 9
    LA CONSCIENCE
    VICTOR HUGO
    VICTOR HUGO
    00:04:08
    2002
  • 10
    BOOZ ENDORMI
    VICTOR HUGO
    VICTOR HUGO
    00:04:38
    2002
  • 11
    ANTOINE ET CLEOPATRE
    JOSE MARIA DE HEREDIA
    JOSE MARIA DE HEREDIA
    00:01:03
    2002
  • 12
    LA LORELEY
    GUILLAUME APOLLINAIRE
    GUILLAUME APOLLINAIRE
    00:02:35
    2002
  • 13
    LE COEUR DE HIALMAR
    CHARLES MARIE LECONTE DE LISLE
    CHARLES MARIE LECONTE DE LISLE
    00:02:54
    2002
  • 14
    LES RAYONS JAUNES
    CHARLES AUGUSTIN SAINTE BEUVE
    CHARLES AUGUSTIN SAINTE BEUVE
    00:02:11
    2002
  • 15
    PRESENTATION DE LA BEAUCE
    CHARLES PEGUY
    CHARLES PEGUY
    00:01:48
    2002
  • 16
    PARAPHRASE DU PSAUME CXLV
    FRANCOIS DE MALHERBE
    FRANCOIS DE MALHERBE
    00:01:26
    2002
  • 17
    REMEDE
    LAURENT DRELINCOURT
    LAURENT DRELINCOURT
    00:01:18
    2002
  • 18
    REMEDE
    LAURENT DRELINCOURT
    LAURENT DRELINCOURT
    00:01:18
    2002
  • 19
    SONNET SUR LA PASSION DU SAUVEUR
    JEAN AUVRAY
    JEAN AUVRAY
    00:01:00
    2002
  • 20
    LE VENDREDI
    JEAN RACINE
    JEAN RACINE
    00:00:55
    2002
  • 21
    L AMOUR DE L AMOUR
    GERMAIN NOUVEAU
    GERMAIN NOUVEAU
    00:01:46
    2002
  • 22
    LES PAUVRES A L EGLISES
    ARTHUR RIMBAUD
    ARTHUR RIMBAUD
    00:02:17
    2002
  • 23
    O MON DIEU
    PAUL VERLAINE
    PAUL VERLAINE
    00:02:18
    2002
  • 24
    LA BALLADE DES PENDUS
    FRANCOIS VILLON
    FRANCOIS VILLON
    00:02:33
    2002
  • 25
    FRANCE MERE DES ARTS
    JOACHIM DU BELLAY
    JOACHIM DU BELLAY
    00:01:24
    2002
  • 26
    LES MOUTONS NOIRS
    GUILLAUME APOLLINAIRE
    GUILLAUME APOLLINAIRE
    00:01:33
    2002
  • 27
    SI JE MOURRAIS LA BAS
    GUILLAUME APOLLINAIRE
    GUILLAUME APOLLINAIRE
    00:02:09
    2002
  • Piste
    Title
    Main artist
    Autor
    Duration
    Registered in
  • 1
    LE DORMEUR DU VAL
    ARTHUR RIMBAUD
    ARTHUR RIMBAUD
    00:01:19
    2002
  • 2
    MERE VOICI VOS FILS
    CHARLES PEGUY
    CHARLES PEGUY
    00:01:53
    2002
  • 3
    LES CHANTS DE MALDOROR
    LAUTREAMONT
    LAUTREAMONT
    00:03:18
    2002
  • 4
    JE N AI PLUS QUE LES OS
    PIERRE DE RONSARD
    PIERRE DE RONSARD
    00:01:22
    2002
  • 5
    THIRSIS IL FAUT PENSER
    HONORAT DE BEUIL DE RACAN
    HONORAT DE BEUIL DE RACAN
    00:01:52
    2002
  • 6
    SUR LES VENTS
    LAURENT DRELINCOURT
    LAURENT DRELINCOURT
    00:01:13
    2002
  • 7
    RESIGNATION
    GERARD DE NERVAL
    GERARD DE NERVAL
    00:00:54
    2002
  • 8
    L AUTOMNE
    ALPHONSE DE LAMARTINE
    ALPHONSE DE LAMARTINE
    00:02:17
    2002
  • 9
    LA JEUNE CAPTIVE
    ANDRE CHENIER
    ANDRE CHENIER
    00:02:31
    2002
  • 10
    OCEANO NOX
    VICTOR HUGO
    VICTOR HUGO
    00:03:02
    2002
  • 11
    LA JEUNE TARENTINE
    ANDRE CHENIER
    ANDRE CHENIER
    00:02:03
    2002
  • 12
    A VILLEQUIER
    VICTOR HUGO
    VICTOR HUGO
    00:03:24
    2002
  • 13
    DEMAIN DES L AUBE
    VICTOR HUGO
    VICTOR HUGO
    00:01:17
    2002
  • 14
    LA SERVANTE AU GRAND COEUR
    CHARLES BAUDELAIRE
    CHARLES BAUDELAIRE
    00:01:28
    2002
  • 15
    A QUOI SONGEAIENT LES DEUX CAVALIERS
    VICTOR HUGO
    VICTOR HUGO
    00:02:23
    2002
  • 16
    LES YEUX
    SULLY PRUDHOMME
    SULLY PRUDHOMME
    00:01:17
    2002
  • 17
    PENSEE DES MORTS
    ALPHONSE DE LAMARTINE
    ALPHONSE DE LAMARTINE
    00:03:06
    2002
  • 18
    EPITAPHE
    GERARD DE NERVAL
    GERARD DE NERVAL
    00:01:19
    2002
  • 19
    STANCES A MME LULLIN
    VOLTAIRE
    VOLTAIRE
    00:01:57
    2002
  • 20
    CONSOLATION A M DU PERIER
    FRANCOIS DE MALHERBE
    FRANCOIS DE MALHERBE
    00:02:08
    2002
  • 21
    COMME ON VOIT SUR LA BRANCHE
    PIERRE DE RONSARD
    PIERRE DE RONSARD
    00:01:17
    2002
  • 22
    SUR LE LIVRE DES AMOURS DE RONSARD
    JOSE MARIA DE HEREDIA
    JOSE MARIA DE HEREDIA
    00:01:16
    2002
  • 23
    EPITAPHE SUR LA MORT D E RANQUET
    PIERRE CORNEILLE
    PIERRE CORNEILLE
    00:01:17
    2002
  • 24
    SONNET SUR UN TOMBEAU
    FRANCOIS TRISTAN L HERMITE
    FRANCOIS TRISTAN L HERMITE
    00:01:05
    2002
  • 25
    L ART POETIQUE
    NICOLAS BOILEAU
    NICOLAS BOILEAU
    00:01:55
    2002
  • 26
    L ART POETIQUE
    PAUL VERLAINE
    PAUL VERLAINE
    00:02:19
    2002
  • 27
    VOYELLES
    ARTHUR RIMBAUD
    ARTHUR RIMBAUD
    00:01:53
    2002
  • 28
    VOYELLES
    ARTHUR RIMBAUD
    ARTHUR RIMBAUD
    00:01:53
    2002
  • 29
    SONNET SUR DES MOTS QUI N ONT POINT DE RIME
    MARC ANTOINE GIRARD DE SAINT AMANT
    MARC ANTOINE GIRARD DE SAINT AMANT
    00:00:57
    2002
Booklet

ANTHOLOGIE DE LA POÉSIE

ANTHOLOGIE DE LA POÉSIE DE LANGUE FRANCAISE

Du Moyen Age au début du XXe siècle



Le projet de lire ou dire la poésie peut paraître des plus périlleux. Quelle option de diction ou d’interprétation privilégier pour rendre justice à la diversité de couleurs et de sens  qui fait l’essence même de l’écriture poétique ? Si quelques textes possèdent parfois l’évidence de la plainte, du discours ou du portrait, la majorité des œuvres présentées dans cette anthologie se refusent évidemment à toute lecture univoque… Trop souvent, ce paradoxe amène l’interprète à privilégier telle ou telle teneur de l’écri­ture, à en appuyer la musicalité ou pire encore, à adopter un recueillement ou un “ton” soi-disant aptes à en révéler la qualité littéraire. La force d’une lecture tient peut-être à ce qui constitue l’essence même d’une interprétation. Si le comédien ne peut totalement rendre compte de la complexité de l’œuvre poétique, il peut en dévoiler certaines des résonances les plus précieuses. Se faisant l’écho d’une émotion ou d’une pensée,  il suit ses cheminements intimes et parvient à faire entendre la voix du poète. La rigueur et la virtuosité technique des sept comédiens du Français présents dans cet enregistrement rendent possible ce petit miracle… au prix d’une longue pratique, ils s’attachent à pénétrer la matière même du texte, laissant leur sensibilité  accompagner chacun des mouvements du texte ou choisissent de se faire discrets “passeurs” et nous donnent l’impression de réinventer le texte à nos oreilles.

Olivier Cohen (Directeur artistique chez Frémeaux & Associés, Directeur du théâtre “Le Proscenium”)



ANTHOLOGIE DE LA POESIE DE LANGUE FRANçAISE DU MOYEN AGE AU DEBUT DU VINGTIEME SIECLE
par Alain Frémeaux

Qu’est-ce que la poésie ?
Le Petit Robert nous enseigne que c’est l’art du langage visant à exprimer ou à suggérer par le rythme (surtout le vers), l’harmonie et l’image. La poésie suggère. Parce qu’elle suggère, elle sort du langage. Elle va plus loin que les mots. Elle éblouit par ce que les mots n’expriment pas. Elle est une lumière sur l’invisible, l’invisible des poètes mais aussi le nôtre car leurs joies, leurs peines et leurs révoltes ont un caractère universel. En fait, il y a autant de définitions de la poésie qu’il y a de poètes. Si Henri Michaux, qui est de toute évidence un poète, déclare : «Je ne sais pas faire de poèmes, ne me considère pas comme un poète, ne trouve pas particulièrement de la poésie dans les poèmes et ne suis pas le premier à le dire», c’est que l’idée que nous nous faisons de ce qui est ou non de la poésie a évolué considérablement du Moyen Age à la fin du vingtième siècle en raison des thèmes abordés, des écoles littéraires, des goûts et des mœurs et j’ajouterai, de l’intellectualité croissante. Est-ce que la poésie de Villon est moins digne de ce nom que celle de Ronsard, celle de Malherbe fait-elle pâle figure à côté de celle de Rimbaud, celle de Verlaine moins magique que celle d’Eluard ? On parle à tort ou à raison de poésie lyrique, épique, didactique, satirique,  dramatique. Certains genres ne font que frôler la magie. La rhétorique rimée de Boileau, les épigrammes de Voltaire, les satires de Scarron ont-elles une dimension poétique ? Et que dire des épîtres sémillantes de Marot ? Je vous laisse seul juge. Il ne vous est pas interdit de tomber sous le charme de l’éloquence et de l’esprit !


Sélection des poèmes de cette anthologie
Les critères qui ont présidé à mes choix sont les suivants : Tout d’abord l’idée qu’il y a plus de grands poèmes que de grands poètes. Aussi n’ai-je pas voulu réduire cette anthologie au seul choix des meilleurs auteurs mais ai-je inclus des poèmes de grande qualité de poètes de second ordre. La compréhension auditive des textes retenus impliquait que l’écriture soit suffisamment proche de notre langue, ce qui m’a conduit à éliminer avec regret de nombreux textes du XIIIème au XVIème siècles. Mon goût, bien sûr, qui m’a amené à montrer mes préférences sans pour autant exclure ceux qui me plaisant moins sont néanmoins considérés par la majorité des critiques comme des valeurs sûres. Le rejet de l’éloquence appuyée ainsi que de la poésie dramatique de scène quelle qu’en soit sa valeur. Enfin la durée d’écoute fatalement limitée m’a imposé de proposer parfois des extraits de poèmes. L’honnêteté m’oblige à préciser que ces coupures doivent autant à mon désir de n’offrir que le meilleur qu’à la contrainte du temps d’écoute.


Présentation de l’anthologie :
Les poèmes ont été classés par thème. Tout d’abord, l’amour en déclinant toute la gamme des sentiments, des premiers émois aux souvenirs, puis l’amitié, l’art d’être grand-père, la mélancolie, la fuite, la nostalgie du temps et de la terre natale, la nature, les portraits, la satire et les épigrammes, les récits, fables et contes, la poésie biblique et mythologique, la religion, le patriotisme, la guerre, le mal, la mort, les paroles de consolation et enfin le langage poétique. Il y a bien sûr une part d’arbitraire dans ce classement car de nombreux poèmes traitent de plusieurs thèmes à la fois. C’est le thème qui m’est apparu prédominant autant que l’enchaînement des textes qui ont prévalu pour cette classification.

Evolution de la poésie de langue française au travers des siècles
Les origines de la littérature française remontent au XIème siècle avec les poèmes bibliques, les vies de saints, les chansons de gestes ou romans de chevalerie en vers et les romans courtois, également versifiés.  Peu d’œuvres de ce siècle ont pu être conservées. L’activité poétique des XIIème et XIIIème siècles fut très féconde. Les premières poésies étaient des chansons que les troubadours (poètes du sud) et les trouvères (poètes du nord) chantaient en s’accompagnant à la vielle. Une opulente vie de cour s’était organisée d’abord dans le Midi (en Aquitaine et Gascogne notamment) puis ensuite dans le nord de la France (Arras devint le haut lieu du lyrisme du nord) et a permis l’éclosion d’une poésie courtoise dont Eléonore d’Aquitaine, reine de France puis plus tard, reine d’Angleterre fut la protectrice ins­pirée. C’était l’époque des lais décrivant des situations amoureuses, des virelais, petites pièces à refrains, des chansons à danser: rondets de carole et ballettes; des chansons de croisade; des chansons à personnages: chansons de mal mariées, chansons d’aube évoquant l’heure de la séparation des amants, pastourelles racontant une rencontre entre un seigneur et une bergère, des débats: petits dialogues sur l’amour, des motets: chants à deux voix; des reverdies relatant l’émoi du poète devant un décor printanier; des chansons de toile, ainsi appelées car les scènes décrites se passaient souvent dans des ateliers de tissage et de couture.
La poésie dominée par le lyrisme chantait l’amour de créatures d’exception parées de beauté et de vertus, les scènes de la vie courante, la courtoisie, les soucis d’ordre chevaleresque, les croisades, la dévotion à la Vierge. La poésie était marquée par beaucoup de naïveté mais elle était en même temps grave, pleine de raffinements dans le vocabulaire et le style. D’ailleurs, cette ingénuité s’estompe progressivement au fur et à mesure que l’écriture gagne en technicité. Les poètes étaient des hommes cultivés mais de conditions fort différentes: soit de riches amateurs appartenant au monde seigneurial (Thibaud de Champagne, Conon de Béthune) ou bourgeois (Jean de Meung) soit des clercs, écrivains cultivés (Rutebeuf) soit encore et souvent des jongleurs forains (Colin Muset), terme qui recouvrait aussi bien les acrobates, les musiciens, les montreurs de bêtes et autres amuseurs publics. La littérature pénétrait toutes les couches de la société. C’était les fêtes, les foires, les adoubements (cérémonies par lesquelles un noble était fait chevalier) qui formaient un auditoire de voyageurs, de chalands, de marchands et de badauds. Il y avait une même ferveur pour la poésie sur les places publiques que dans les cours de châteaux. Puis des genres nouveaux apparaissent, notamment  les jeux partis composés par deux poètes sous une forme contraignante, les fatrasies cultivant l’absurdité ou l’incohérence, les rondeaux et la poésie d’inspiration religieuse.
Après Rutebeuf, fin du XIIIème siècle, deux poètes marquent le siècle suivant: Guillaume de Machaut, poète et musicien et surtout Eustache Deschamps, son neveu, à la recherche de la perfection formelle dans l’expression des sentiments. La ballade et le rondeau deviennent à la mode alors que subsistent encore les lais et virelais de la poésie courtoise. Les problèmes de la vie quotidienne commencent à pénétrer le monde poétique. La guerre de cent ans (1337-1440) fige la création. Ses horreurs terminées, on assiste à une renaissance poétique grâce à Charles d’Orléans. Un concours de poésie sur un thème imposé est organisé à Blois. On travaille sur les rythmes, la musicalité dans une langue sensible, légère et railleuse ou plus grave mais aux émois mesurés. La poésie profondément humaine de François Villon, le plus grand poète du XVème, reste un cas isolé. Au début du XVIème, le souci de la forme prédomine. Jean Molinet prépare le premier catalogue de toutes les formes poétiques. Avec une créativité prodigieuse, les grands Rhétoriqueurs s’amuseront longtemps à multiplier les jeux sur les rimes, à écrire des rondeaux à lecture multiple, à composer des rébus. C’est l’époque de la première renaissance, marquée par la découverte de l’Italie et du platonisme. C’est l’apogée de l’école de Lyon, toute proche de la Florence des Médicis, dont le représentant inspiré, Maurice Scève, chante un amour sensuel et mystique pour Délie. Enfin les Blasons sur la femme connaissent un grand succès : «Au beau tétin» de Clément Marot en est l’illustration.  Avec François Ier protecteur des arts et sa sœur Marguerite d’Angoulême, future reine de Navarre, on assiste à l’efflorescence du lyrisme: c’est la Pléiade. Superbe hymne à la vie où sont traités avec raffinement les grands thèmes de l’amour, la mort et la nature.
La poésie rejette la folle technique rhétoricienne, puise ses sources dans l’Antiquité et se fait le reflet des émotions et des sentiments de la vie. L’expression est simple tout en restant musicale, le style se fait plus pur. On passe ainsi à la langue stabilisée, proche de la nôtre, des Du Bellay, Ronsard et Desportes, encore que chez ce dernier elle soit plus maniérée. Le vocabulaire devient plus riche. L’expression plus libre du baroque, le mysticisme d’Agrippa d’Aubigné, le délire sombre de J. Auvray cèdent la place aux règles et à l’harmonie voulues par Malherbe et ses disciples Maynard et Racan. On épure la langue à plaisir, on interdit le hiatus, l’enjambement... On glisse dans le XVIIème. Richelieu crée l’Académie Française. La vie de salon avec tout ce qu’elle comporte d’esprit libertin, de raffinement, d’amour de la «pointe» glisse vers la préciosité avec De Viau, Saint-Amant, Colletet, Tristan l’Hermite, Malleville, Marbeuf et Voiture. La Guirlande de Julie (1633) composée par dix neuf poètes à la demande du marquis de Montausier et offerte à Julie d’Angennes, fille de la marquise de Rambouillet, est le couronnement de cette période. Suivra bientôt l’aimable conflit entre Voiture et Bensérade et leurs clans respectifs au sujet de leurs sonnets qui fera écrire au grand Corneille :
    Deux sonnets partagent la ville,
    Deux sonnets partagent la Cour
    Et semblent vouloir à leur tour
    Rallumer la guerre civile !

La «Journée des Madrigaux» en 1653 marque la fin de la préciosité. On revient à une langue épurée proche du langage commun. Puis on entre dans le XVIIème, le siècle des lumières, qui a vu la fabuleuse éclosion de Corneille, Molière et Racine dont la célébrité tient évidemment plus à leur immense talent d’auteurs de pièces de théâtre dramatiques et de comédies qu’à leurs sonnets et leurs stances, si gracieux soient-ils ! A part La Fontaine, le génial poète des fables, et Jeanne-Marie Guyon, c’est le début d’une longue période de versification creuse. Toutefois, au XVIIIème siècle, on peut glaner chez Voltaire, ce conteur exquis et spirituel, cet intellectuel engagé de génie, quelques stances marquées du sceau du charme et de l’esprit! Quant à André Chénier, guillotiné trop jeune par la Terreur, il était presque inconnu de son vivant, ce qui, bien sûr, n’enlève rien à sa valeur.
On saute ainsi dans le romantisme annoncé par l’écriture frémissante de J.J. Rousseau. C’est une débauche de poésie lyrique, c’est une libération, c’est l’exaltation des sentiments personnels qui fait dire au jeune Hugo après la parution des Méditations de Lamartine: «Voici donc enfin des poésies qui sont d’un poète, des poésies qui sont de la poésie !» C’est la sensibilité exacerbée, le goût des larmes, l’apologie de la souffrance avec Mme Desbordes-Valmore, Lamartine, Vigny, Musset, Hugo, au moins pour ses Odes, Sainte-Beuve et G. de Nerval qui ont donné des pages magnifiques à la litté­rature française. Mais après le sentiment, la raison ! Aux romantiques ont succédé les Parnassiens (Hugo, Baudelaire, Gautier, Leconte de Lisle, Prudhomme, Hérédia, Banville et dans une certaine mesure Coppée, Rollinat, Vicaire et Richepin) qui se sont élevés contre l’étalage impudique du sentiment personnel qualifié par Flaubert d’«embêtements bleuâtres du lyrisme poitrinaire» et par Prigent de «béance baveuse du moi» et contre une forme d’éloquence souvent pompeuse et parfois proche de la facilité. Ils ne renient pas pour autant la sensibilité au cœur même de toute la poésie romantique mais s’attachent à exprimer des idées, à soustraire l’art à un abus d’émotions personnelles au profit d’une certaine forme d’impassibilité, à rechercher l’ordre, la clarté, la perfection dans l’expression. C’est le culte de l’art pour l’art avec le retour aux thèmes de la beauté antique, de l’histoire, de la philosophie.
Après l’exaltation déclamatoire du moi romantique et le culte parnassien de la raison aux émotions contenues, aux vers ciselés dont le prestige s’est exercé jusqu’en 1880, la poésie s’est renouvelée et a donné naissance au Symbolisme. L’ambition a été de supprimer la logique, l’analyse, la rhétorique du langage poétique et de refondre celui-ci dans un lyrisme pur affranchi de tout sentiment personnel, de lui faire suggérer des sensations par la musicalité des vers et la multiplication des symboles. Trois poètes principaux ont rejeté la froide leçon de l’art pour l’art et attirés par les démons de l’inconscient, envoûtés par ce qu’il est convenu d’appeler «l’alchimie baudelairienne» faite de lyrisme et de magie évocatoire, ont dominé cette école: Verlaine, Rimbaud et Mallarmé. Verlaine avec sa musicalité, ses pensées toutes en nuances, ses frissonnements de l’âme, Rimbaud avec ses visions, ses hallucinations, sa sensualité, ses révoltes de génie précoce, enfin Mallarmé avec la mystérieuse et abstruse beauté de sa langue et sa syntaxe unique cherchant à donner « un sens aux mots de la tribu ».Une des conquêtes du Symbolisme a été le vers libre utilisé par Paul Fort et ses disciples.
Quant à Lautréamont, Corbière et Laforgue, ils exaltent leur imagination jusqu’aux portes de l’inconscient et de l’illumination. C’est aussi l’époque de l’achèvement de l’Album Zutique (1871), recueil poétique auquel collaborent Rimbaud, Verlaine, C. Cros et Richepin qui, sur un mode érotique voire obscène, parodient les célébrités poétiques du moment. Au XIXème siècle, la poésie québécoise se cherche. Un nom toutefois domine son époque, celui d’Octave Crémazie. Citons aussi François-Xavier Garneau dont les poèmes annoncent une vocation d’historien; Louis Fréchette surnommé «Victor Hugo le petit», qui célèbre entre autres, non sans emphase, l’histoire de son pays; Alfred Garneau, fils de François-Xavier, spécialiste du sonnet intimiste et enfin Eudore Evanturel, adorateur de Musset et de Gautier dont la poésie a des accents plus personnels. Mais les poètes reconnus comme tels appartiennent au XXème siècle à l’exception d’Emile Nelligan (1879 - 1941), le Rimbaud québécois, le poète maudit dont l’essentiel de l’œuvre a été composé avant son internement à l’âge de dix-neuf ans mais qui n’est pas couvert dans cette étude. Au début du XXème siècle, les poètes sont restés sensibles à un lyrisme épuré, à une langue plus souple que l’esthétique parnassienne, enfin à la clarté du classicisme. Samain, Guérin, de Régnier, Verhaeren, Jammes et Moréas semblent répondre au moins pour partie de leurs oeuvres à ces critères. Il n’y a plus à proprement parler d’école littéraire. La poésie légèrement précieuse est représentée par P.J. Toulet. Mais où classer Péguy, Apollinaire et tous les poètes qualifiés de «modernes», nés à la vie littéraire après 1900 ? Il faut attendre 1917 pour assister à la création du mouvement dadaïste dont l’ambition a été d’offrir un univers plus abstrait où les réalités visibles du monde sont remplacées par les virtualités impulsives de l’esprit. Mais on sort maintenant du cadre de cette anthologie qui s’arrête sur la fin prématurée de Guillaume Apollinaire.


LES AUTEURS

1. Rutebeuf  (  ?   - 1280)
Quel est ton prénom, Rutebeuf ? Explique-nous donc pourquoi, étant clerc de formation, sachant le latin, pouvant faire carrière dans le clergé ou à l’Université, tu as choisi l’existence plutôt misérable des jongleurs ?
    «Je ne sais par où je commence
    Tant ai de matière abondance
    Pour parler de ma pauvreté...»

Et plus loin...
    «Pauvre sens et pauvre mémoire
    M’a Dieu donnés, le roi de gloire,
    Et pauvre rente
    Et froid au cul quand bise vente !»

Assidu insouciant des tavernes parisiennes, grand ami devant l’éternel du vin et du jeu, tu t’es fait une joie d’amuser ton public en récitant tes fabliaux presque toujours écrits, comme à cette époque, aux dépens des femmes affligées de tous les vices ! Mais tu as aussi composé des vies de saints et sur commande des complaintes funèbres. En plus d’être écrivain-défenseur de causes au service des Grands, polémiste passionné par les débats d’idées, tu as su être proche des préoccupations du peuple. Lyrique et sincère, marquée par une véritable foi chrétienne, ton oeuvre est celle d’un homme qui, avec simplicité et sensibilité, exprime les espoirs, les peines et  les problèmes de la vie quotidienne. Que ta complainte toujours admirée, toujours chantée traverse les siècles à venir comme elle a traversé sept siècles depuis ta mort et que personne jamais ne puisse murmurer: qu’est notre ami Rutebeuf devenu ?

2. Eustache Deschamps  (1346 - 1406/1407)
Eustache a, semble-t-il, été élevé par son oncle Guillaume de Machaut, poète et compositeur talentueux. Après des études de droit, Eustache est au service de la monarchie et de la maison d’Orléans où il occupe aussi bien des postes subalternes que de hautes charges mais aux gages incertains. Contrairement à son oncle qui a pu vivre de son art grâce à sa double habileté poétique et musicale, Eustache a du faire passer sa vocation d’auteur au second plan. Son oeuvre est néanmoins importante: mille ballades, deux cents rondeaux, des chants royaux et des virelais. Elle reflète les réalités quotidiennes de la classe moyenne des villes. C’est par quoi Eustache tranche avec la tradition poétique de son époque encore empêtrée dans la poésie lyrique de cour ou dans de subtils débats sur l’amour comme en témoigne le concours poétique organisé par quatre Seigneurs en Avignon en 1390. Son écriture allie à une fine expression des sentiments une perfection formelle de ton qui va du burlesque à la satire, particulièrement développée à l’encontre des femmes dans le «Miroir du Mariage», de la gaieté au désenchantement voire à l’aigreur au fur et à mesure que vieillit le poète mais sa pensée prend une hauteur majestueuse quand elle traite des malheurs du temps et de la guerre.

3. Christine de Pisan  (1364 - 1430)
Bonjour, Christine ! Qui ne tremblerait à tes malheurs ? Veuve à 25 ans, après avoir perdu en plus ton père et ton protecteur, sans fortune et avec trois enfants en bas âge! Femme de lettres remarquablement cultivée, tu t’es mise à chanter l’amour dans de très jolies ballades avec un vif succès ! Quand s’exhale ton chagrin, c’est là qu’avec grâce et naturel, sans forcer ton talent, tu exprimes le plus d’émotion. Tu as aussi écrit des songes, des allégories dédiés à de grands seigneurs, tournant toujours autour des thèmes de l’amour. Dans ton oeuvre de grande érudite, de féministe avant l’heure, tu as plaidé la cause des femmes de tout âge et de toute condition sociale et par-là même tu fais revivre les mœurs de la société de ton temps. Mais n’as-tu pas un peu trop donné à la poésie amoureuse plutôt conventionnelle, pour ne pas dire compassée de ton époque, même si tu as une rare maîtrise de tous les styles et registres ?


4. Charles d’Orléans  (1394 - 1465 )
Que Monsieur Charles veuille bien m’accorder que s’il chante l’amour avec une technique, une grâce, une fraîcheur tranchant quelquefois avec la mièvrerie courtoise de son temps, il aurait pu, ayant vécu en seigneur les tragédies de la première moitié du XVème siècle, ne pas se cantonner à un genre aussi léger ! Son père est assassiné par Jean sans Peur en 1407, sa mère meurt l’année suivante. Après bien des péripéties, Monsieur Charles est fait prisonnier à Azincourt en 1415 et emmené en Angleterre où il reste vingt cinq ans en captivité. Il a tout le temps de se livrer à l’écriture... Son style est enjoué, brillant d’aisance. Mais c’est surtout à la cour de Blois où Monsieur Charles se retire dans la dernière partie de sa vie parmi les fins rimeurs de son temps qu’il compose des rondeaux d’une grâce éternelle.
5. François Villon  (François de Montcordier ou des Loges) (1431/32 - 1473?)
Salut, François ! Si je te salue bien bas, ce n’est pas parce que tu manies la dague à la perfection - un certain prêtre et un notaire pontifical l’ont appris à leurs dépens ! - ou que tu as la main chapardeuse - pour m’exprimer sur un mode mineur car tu as plutôt un profil de truand ! - les écus d’or volés au Collège de Navarre témoignent ! - non , c’est parce que tu es le plus grand poète du XVème siècle ! Bien que licencié et maître de la Faculté des Arts à vingt ans, tu mènes une vie de bandit de grand chemin, parsemée d’exils et d’incarcérations. Ton existence errante et tes misères physiques (soumis en plus deux fois à la question !) ont plus inspiré ta poésie que les voluptés que t’ont fait partager les ribaudes ou que le dédain des froides demoiselles ! C’est ce qui fait dire à André Gide qu’il n’est plus question avec toi «de langueurs amoureuses, de soupirs, d’yeux aimantés et de ruisseaux de pleurs... Comme Verlaine plus tard, tu balances entre la Sainte Eglise et le bordel...assoiffé de rachat et maudit.»  Gide se trompe : tu n’hésites pas, tu vas aux deux avec le même enthou­siasme! Ta foi en Notre-Seigneur et en Notre-Dame est sincère. Avec une certaine naïveté, tu ne doutes pas d’obtenir leur pardon. Par ailleurs, si tes relations avec Marion l’Idolle et Jehanne de Bretagne, les fées de la luxure, tenancières de cabarets borgnes, ne démentent pas l’affirmation de Gide, que dire de la coquette «aux doux regards et beaux semblants» de ta chère Rose que tu appelles «ma damoiselle» et qui t’a laissé une plaie ouverte au cœur ?
    «Un temps viendra qui fera dessécher,
    Jaunir, flétrir votre épanouie fleur...»

Et encore...
    «Vieux je serai, vous laide, sans couleur»
Sincère, tu l’es dans ta façon de nous faire partager les désillusions de l’amour, tes horribles souvenirs de geôle, la cruauté de la pauvreté, de la maladie et de la vieillesse avec gaieté et tristesse mêlée quelquefois d’ironie, souvent avec une émotion et une simplicité qui te rendent profondément humain. Ton oeuvre rompt profondément avec la poésie gentillette et conventionnelle de Christine de Pisan et de Charles d’Orléans, que ce soit par les thèmes abordés, l’absence totale de sentiments convenus, d’affectation dans la manière de te dévoiler en tant qu’homme. Ta poésie est souvent spirituelle, pleine de nuances et d’une somptueuse musicalité. La ballade des «Dames du temps jadis» n’a pas séduit que G. Brassens qui a su si joliment mettre en chanson «les neiges d’antan». Ton Testament est terminé : 186 strophes de 8 vers sans compter 16 ballades et 3 rondeaux ! Tu as tout juste trente ans et déjà la mort te frôle ! L’épitaphe, écrite à l’énoncé de ta condamnation à être «étranglé et pendu au gibet de Paris» : «Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !» est sans doute le chef-d’œuvre qui, une fois de plus, t’a sauvé ! «Je ris en pleurs» est ta devise. Ayons si possible autant d’esprit que toi !
6. Clément Marot  (1496 - 1544)
Hé, Clément, toi aussi, tu as eu une vie bien agitée ! Heureusement pour toi, tes épîtres pleines d’esprit et de feinte ingénuité ont écourté tes séjours en prison. N’es-tu pas un disciple des Rhétoriqueurs, à ce titre, n’as-tu pas sacrifié quelquefois la poésie et le sens à la rime ? Mais tu es aussi un humaniste évangélique qui s’est attaché à traduire en vers les psaumes de David, peut-être pour plaire à ta protectrice Marguerite d’Alençon, future reine  de Navarre ! Parce que ta foi est sincère et leurs mœurs dissolues, tu as brocardé à l’occasion les moines et la papauté au travers de malicieuses épigrammes ! N’as-tu pas aussi cultivé, en tant que protégé de la duchesse de Ferrare, quelques doux sonnets encore que chez toi les temps d’émotion ne semblent pas avoir jamais duré bien longtemps !

7. Maurice Scève  (1500 - 1563)
Grand représentant de l’école lyonnaise, Maurice est né et mort à Lyon. Son oeuvre majeure est la «Délie», anagramme de «l’Idée». En 449 dizains, le poète chante son amour pour la poétesse Pernette du Guillet. Inspiré par Pétrarque - n’a-t-il pas découvert la tombe de Laure, son égérie, près d’Avignon ? - il fait l’apologie de l’amour sous toutes ses formes, du plaisir des sens jusqu’à l’Idée même de l’amour. Explorant les méandres du cœur, il dévoile ainsi son humanisme platonique et sa noblesse d’esprit. La langue est d’une belle harmonie musicale, souvent pure, comme illuminée par la magie de l’amour, parfois obscure, marquée par des cassures de rythmes et un sens incertain. Le ton est de plus en plus personnel à mesure que le poète pénètre le monde de l’inconscient. Hélas, Pernette meurt à 25 ans et Maurice se tourne alors vers une poésie philosophique plus abstraite encore et n’égalera jamais plus l’élévation d’âme à laquelle il atteint dans la «Délie».

8. Pernette du Guillet  (1520 - 1545)
Poétesse lyonnaise comme Louise Labé, Pernette est emportée dans la fleur de l’âge, un an après la publication de la fameuse Délie de Maurice Scève.  Délie, c’est elle, c’est Pernette, qui sait si bien chanter l’amour, ses désirs et ses peines, avec une grâce toute faite de subtilité et de douce émotion.

9. Joachim du Bellay  (1522 - 1560)
Tu es sans conteste une des deux lumières de la Pléiade avec Pierre de Ronsard, l’ami de tes vingt ans, l’ami de toujours qui lui aura la chance de te survivre de près d’un quart de siècle. Né dans une bonne famille angevine mais orphelin tôt, tu te laisses entraîner par Ronsard à Paris à l’âge de vingt ans pour y poursuivre tes études. Avec d’autres compagnons enthousiastes, vous créez «La Brigade» qui deviendra plus tard la «Pléiade». Est-ce Ronsard, plus autoritaire, qui te charge de rédiger la célèbre «Défense et illustration de la langue française» ? Langue que tu fais tienne pour composer les sonnets de l’Olive, anagramme de Mlle de Viole, qui n’est peut-être que la chimère d’un esprit amoureux, encore que José-Maria de Hérédia dans son sonnet intitulé «La belle viole» laisse entendre que ta célèbre «douceur angevine» ne saurait autre que cette demoiselle ! En fait tes sonnets sont dédiés à la grande protectrice des Arts, Marguerite de France, sœur d’Henri II. Puis tu suis à Rome, avec enthousiasme, ton oncle, le cardinal Jean du Bellay pendant plus de quatre ans, pendant lesquels tu t’inities à la culture italienne comme aux mœurs romaines... et chantes l’amour d’une Faustine en vers latins ! Après la première exaltation devant les beautés de la ville éternelle, ne sont-ce pas les travers de la société romaine, ses vices, ses intrigues que tu décris bientôt en humaniste satirique dans de petites pièces merveilleuses de raillerie ? Dans cette période de ta vie, deux ouvrages assureront ta gloire: les «Antiquités» qui témoignent de ton admiration pour les ruines d’un empire et les «Regrets» où une poésie personnelle, mélancolique exprime dans la sublimation des souvenirs de la terre natale la dureté de l’exil «Plus mon Loire gaulois que le Tibre latin». Enfin, les sonnets aux louanges de Marguerite de France lui font part de tes misères et la rappellent à ton bon souvenir avant les dernières et superbes pages des Jeux Rustiques. Ton art est tellement sûr, ta langue si claire, si sobre, si naturelle qu’on est épris d’admiration à te lire et qu’on déplore que ta courte vie s’achève à l’âge de trente-huit ans seulement dans la tristesse et en butte à l’hostilité que t’ont valu tes satires.

10. Pierre de Ronsard  (1524 - 1585)
Originaire du Vendômois, d’une haute lignée, promis à une vie facile, c’est ta surdité en plus d’un goût prononcé pour la poésie qui t’amènent à te jeter à corps perdu dans les études avec ton ami du Bellay. Peu après la parution de «Défense et illustration de la langue française» signée par du Bellay, paraissent les cinq premiers Livres de tes Odes qui soulèvent l’enthousiasme. Tu es le créateur de «La Brigade» puis de la «Pléiade», tu es le prince des poètes du siècle, le poète du roi, le «prince de la lyre» comme t’a surnommé du Bellay. Tu as renouvelé les formes poétiques, tu as enrichi la langue française en introduisant le grand lyrisme des Hymnes, des Elégies, en proposant des rythmes nouveaux sous la protection éclairée de Marguerite de France, ouverte aux audaces littéraires. Ta vie, Ronsard, est au service des Muses ! Tu es d’abord un lyrique, poète de l’amour. Tes odes sont destinées à être chantées. C’est la musique qui impose ses règles et ses rythmes. Tes 183 sonnets des Amours témoignent de ta passion sincère, retrace tes aventures et leurs drames: Cassandre Salviati qui, à treize ans, t’a ébloui un soir de bal et qui mariée peu après ne semble pas malgré sa gloire t’avoir accordé ses faveurs ! «Mignonne, allons voir si la rose...» Marie, une paysanne de Bourgueil, morte à la fleur de l’âge, t’a inspiré des vers plus beaux encore par leur simplicité et passe aussi à la postérité : «Comme on voit sur la branche au mois de mai la rose...» Hélène de Surgères enfin, plus tard dans ta vie, que tu encenses dans tes sonnets et tes stances pour sa frêle beauté et ses lettres et que tu souhaiterais tant consoler d’une peine de coeur. «Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain...» En plus de Folastries érotiques, d’hymnes mémorables traitant de plus hauts sujets, tu as suscité l’admiration de tes semblables par les «Discours des misères de ce temps». Ta gloire, cependant, vient des Muses, des femmes que tu as sublimées sans doute comme Pétrarque magnifiait sa Laure au bord de la fontaine de Vaucluse et de celles aussi que tu as aimées et qui t’ont inspiré pour les choses de l’amour cette langue merveilleuse et chantante, coulante comme l’eau vive et ruisselante de lyrisme ! Et pourtant pendant plus de deux siècles, jusqu’au romantisme, on te critiquera, pire on t’oubliera ! On te reprochera tes audaces, tes mots composés, tes références à la mythologie, tes enrichissements abusifs de langage. Quelle injustice ! C’est seulement en 1828 que Sainte-Beuve te réhabilitera avec une certaine hardiesse pour son temps ! Certes tu déclames :
    «Cesse tes pleurs, mon livre: il n’est pas ordonné
    Du destin, que moi vif, tu sois riche de gloire...

Mais qu’on se rassure, le galant homme avait foi en son génie car il ajoute :
    «Quelqu’un, après mille ans, de mes vers étonné...
    En voyant mon pays, à peine pourra croire
    Que d’un si petit lieu tel poète soit né !»

11. Louise Labé  (1525 - 1565)
Fille d’un riche cordier de Lyon, il semble bien que tu mérites ton surnom de «belle Cordière!» pour ta beauté et ta vie quelque peu aventureuse. Lyrique, sensuelle, n’as-tu pas chanté passionnément l’amour, les voluptés de l’âme et de la chair en puisant tes sources chez le grand Pétrarque ? Parmi les poètes qui fréquentaient ton salon: Pontus de Tyard un autre lyonnais, Maurice Scève, l’auteur de la fameuse Délie, Olivier de Magny, ton petit préféré qui t’inspira de si beaux vers sur la douleur d’aimer !

12. Olivier de Magny  (1529 - 1561)
Cet amoureux délicat, un peu oublié, adhère à la Brigade et compose ses «Amours»à la mode de Pétrarque. Puis il part pour Rome en tant qu’attaché d’ambassade et tandis que Du Bellay remis de ses premières admirations compose ses «Regrets», lui couche sur le papier la poésie légère de ses «Soupirs» entrecoupés, semble-t-il, de fiévreuses idylles. Est-il l’auteur des peines d’amour de Louise Labé, la poétesse, qu’il rencontra sur le chemin du Vatican ? Olivier écrit de charmante façon. Ses vers sont empreints d’une délicate sensualité et d’une vive sensibilité pour la nature. C’est alors qu’il venait d’être nommé secrétaire d’Henri III que la maladie l’emporta et que depuis il se dissimule modestement derrière l’aura prestigieuse de ses amis Ronsard et Du Bellay.

12. Philippe Desportes  (1546 -1606)
Comme Racine chassera bientôt un Corneille vieillissant, ta jeune gloire va détrôner quelque peu celle du vieux Ronsard que le temps replacera à la première place. Très instruit, hospitalier, opportuniste malin donc ennemi de la satire, tu deviens vite le poète favori du roi Henri III. Tu chantes Diane, tu chantes Hippolyte, tu chantes l’amour au service des amoureux - les grands de l’époque - et pour ton compte bien entendu, avec des poèmes un peu passe-partout et maniérés. Mais si tu n’as ni le registre ni la créativité de Ronsard. Tes sonnets, tes stances, tes élégies et tes charmantes chansons expriment cependant toute la gamme des sentiments d’amour avec justesse dans une langue raffinée à la mode des beaux esprits italiens. L’harmonie est belle et l’expression fluide et d’une grande clarté. La relative monotonie d’un thème toujours répété ne t’a pas empêché d’avoir en ton temps nombre d’imitateurs.

14. Théodore Agrippa d’Aubigné  (1552 - 1630)
Né près de Pons en Saintonge, toi aussi, tu figures parmi les grands poètes ! Calviniste ardent, soldat loyal, fidèle écuyer d’Henri IV, roi de Navarre au service duquel tu peux t’enorgueillir d’avoir reçu pas moins de 12 blessures, amoureux de Diane Salviati, nièce de Cassandre, tu ne veux pour elle «entreprendre d’en rechanter autant que Ronsard a chanté !» Ton univers de grande poésie baroque va des passions terribles où rôde la mort au lyrisme, à la satire, à l’inspiration épique. Pénétré d’esprit biblique, doublé de vues prophétiques, tes vers parfois avec fureur frappent par leurs images éclatantes, leurs métaphores sublimes, leur sens du grandiose et de la démesure tout en portant la marque des passions blessées.

15. François de Malherbe  (1555 - 1628)
    «Enfin Malherbe vint, et, le premier en France,
    Fit sentir dans les vers une juste cadence.»

selon le mot de Boileau !
Au service du duc d’Angoulême (fils naturel d’Henri II) gouverneur de Provence, tu passes la première partie de ta vie à Aix puis à Caen. Tu te lies notamment avec du Perrier auquel tu écrivis à la mort de sa fille des stances demeurées célèbres ! Bien que marqué par le baroque, toi le Réformateur, tu as cherché constamment à épurer la langue. Si tu ratures à loisir les Odes de Ronsard, c’est parce que tu es en quête perpétuelle du style le plus limpide, du mot le plus juste, de l’expression  la plus musicale. Les épithètes superflues sont éliminées tout comme les détails, les répétitions, les mots composés chers à Ronsard toujours pressé d’imiter les Anciens. Ce n’est pas par modestie que tu te glorifies de n’être qu’un bon «arrangeur de syllabes!» car ta visio