Pierre Louiss
Pierre Louiss
Ref.: FA042

CREOLE SWING 1965 - 1975

PIERRE LOUISS

Ref.: FA042

Label : Frémeaux & Associés

Durée totale de l'œuvre : 57 minutes

Nbre. CD : 1

Sélectionnez une version :
Grâce à ce pack, vous bénéficiez d’une remise de 16.67 % soit de 4,99 €
Cette œuvre est déjà dans votre panier
Une version numérique de cette œuvre est déjà dans votre panier
Expédié sous 24 à 48h
Distinctions
Recommandé par :
  • - SÉLECTIONNÉ PAR LE MONDE
  • - SÉLECTION LIBÉRATION
  • - LE FIGARO
  • - CHOC JAZZMAN
Présentation

La passion du jazz, une créativité bouillonnante, le piment de ses origines antillaises... Il a tout transmis à son fils Eddy Louiss. 
Jean Pierre Meunier & Patrick Frémeaux

Entre jazz, biguine et chanson française (bien souvent il est l’auteur des textes, charmants, comme Vieux neg’ Paris ou Pas tant de grimaces), avec une bonne dose d’humour, ses enregistrements constituent un rhum de grande lignée qui n’a rien perdu avec l’âge, au contraire. Très vite, on sait que cette voix originale au petit voile enrhumé va être écoutée et réécoutée, sirotée.
Hélène Hazéra - Libération

De la musique antillaise, on oublie, avec trop de sévérité, le “typique”, le “tropical”, toute cette musique de cabaret qui initia le métropolitain aux rythmiques antillaises. Si l’on manque peut-être encore un peu de recul pour oser réévaluer La Compagnie Créole ou David Martial, on se penchera avec tendresse et gourmandise sur l’œuvre de Pierre Louiss. Le père de l’organiste Eddy Louiss, “chabin” martiniquais et cadre aux impôts, fut un guitariste, trompettiste, chanteur et compositeur de première importance. Ces dix-huit titres enregistrés entre 1965 et 1975 ont un goût naïf et joyeux, avec cette retenue très propre-sur-soi dans le chaloupement qui caractérise cette génération de musiciens antillais, aussi soucieux de respectabilité sociale que de fidélité à leurs racines.
Bertrand Dicale - Le Figaro

Droits audio : Frémeaux & Associés en accord avec Mme Pierre Louiss et Mr Pierre Louise. (Collection biguine antilles patrimoine créole).

Les ouvrages sonores de Frémeaux & Associés sont produits par les meilleurs spécialistes, bénéficient d’une restauration analogique et numérique reconnue dans le monde entier, font l’objet d’un livret explicatif en langue française et d’un certificat de garantie. La marque Frémeaux & Associés a obtenu plus de 800 distinctions pour son travail muséographique de sauvegarde et de diffusion du patrimoine sonore.

This album, issued by the world-famous publishers, Frémeaux & Associés, has been restored using the latest technological methods. An explanatory booklet of liner notes in English and a guarantee are included.



BAÏL GAZ (PIERRE LOUISS) • QUAND JE REVIENDRAI (PIERRE LOUISS) • TOUT PITI (PIERRE LOUISS) • LES GÉNÉRATIONS (PIERRE LOUISS) • TU PEUX COMPTER SUR MOI (PIERRE LOUISS) • LA FILLE ET LE GARÇON (PIERRE LOUISS) • VIEUX NEG’ PARIS (PIERRE LOUISS) • PAS TANT DE GRIMACES (PIERRE LOUISS) • LA BATELIÈRE (PIERRE LOUISS) • WHEN THE SAINTS GO MARCHIN’ IN (TRADITIONNEL, ARR. PIERRE LOUISS) • LA COMPLAINTE DES RECALÉS PAROLES DE PIERRE LOUISS SUR LA MUSIQUE DE “RHYTHM OF THE RAIN” (JOHN GUMMOE) • BOUM BOUM (FOLKLORE, ARR. PIERRE LOUISS) • SOUDAIN UNE VALLÉE (J. DREJAC, B. JONES) • OLD PETER (PIERRE LOUISS) • STRATÉGIE DE L’AMOUR (PIERRE LOUISS) • TRAVAIL RAID’ (PIERRE LOUISS) • CARNAVAL (FOLKLORE, ARR. PIERRE LOUISS) • FORT-DE-FRANCE (PIERRE LOUISS).

Complétez votre collection
Œuvres sélectionnés
Pierre Louiss
PIERRE LOUISS
Version CD
V. CD
19,99 €
Biguine Vol 4
Version CD
V. CD
29,99 €
Henri Guedon
HENRI GUEDON
Version CD
V. CD
29,99 €
=
Pour un prix total de
71,97 €
au lieu de 79,97 €
Presse
                     FRENCH-CARIBBEAN MUSIC : AN INTRODUCTION                        par latin american literature and artsLike the tango, jazz and the rumba, the music of the French Caribbean territories – Martinique, Guadeloupe, and French Guyana – became all the rage in the Paris of the 1920s and 1930s. This was the golden age of the biguine, which developed out of the nineteenth-century French contredanses and quadrilles crossed with African-derived invention. Many clubs, especially in the Montparnasse area, featured musicians who made the journey from the carribbean and established their careers in Paris, recording for labels like Odéon and Pathé. The featured instrument was usually a clarinet, seconded by a violin, guitar, and/or saxophone, plus a rythm section, with the syncopated interplay found in New Orleans ensembles ; when they where lyrics, they wer sung in Creole. Indeed, some bands also played jazz in their repertoire and conversely, American performers like Josephine Baker and Sydney Bechet took an interest in their music as well.Thanks to the enterprising French label Frémeaux & Associés, which has specialized in reissuing recordings from that period (as it has with musette, tango, gypsy, and Brazillian music), most of the groups then popular can now be heard on two double-CD sets, Biguine, Valse et Mazurkas Créoles, which present many of the same musicians in Volume 1 (1929-1940) and Volume 2 (1930-1943). These include the clarinetists Alexandre Stellio and Eugène Delouche and the violonists Ernest Léardée and Roger Fanfant, all of them band-leaders. Part of what distinguished this music from other Carribean dance forms is the centrality of the melody as focused in the clarinet and also the use of the guitar, at least when played here by Pollo Malahel, a sound reminiscent of French Swing bands and the gypsy-guitar style typified by Django Reinhardt.Stellio (1885-1939) was already the most prominent musician in his native Martinique, known for his authoritative and passionate style, before he and his band left for France in 1929. The double CD Stellio (Frémeaux) covers just his initial two years in Paris, where he was the ford to recored biguine – mostly his own compositions, rooted in the rich musical heritage of the city of Saint-Pierre (destroyed by a volcano in 1902). These sessions show the quick evolution of Stellio’s group sound, first with trombone, violin, abd cello ; later with piano, banjo, drums, and the sassy voice of Léona Gabriel. By 1931, during the five months in which he was a popular attraction at the ornate Pavillon de la Guadeloupe in the long awaited Exposition Coloniale Internationale, his band had expanded to include trombone and cello again, and the traditional chacha, a kind of shaker. I twas nearly the same band, in the last sessions here, with which he opened his own Paris club later that year.With Stellio’s death and then the Nazi occupation of Paris, the popularity of the biguine went into decline, but after the Liberation, what became the most famous and longest-lasting West Indian cabaret opened, La Canne à Sucre. Most of the musicians who played there in those first years are to be found in Biguine à La Canne à Sucre 1946-1949 (Frémeaux), several who were active in Paris before the war : the clarinetist and Stellio disciple Maurice Noiran ; the bandleader Sam castendet, whose long residency at the club contributed to its renown ; and the delightful young singer Moune de Rivel, who continued her career in New York. The lilting music heard here carries on the infectious spirit of the earlier recordings, if a bit more polished, an dis not without its social commentary (as in « Martinique 48 », sung in French).The musician who led the first house banda t La Canne à Sucre and quickly established himself throughout France and beyond, the guitarist and trumpeterer Pierre Louiss (1908-86) returned to live in his native Martinique only in the mid-1960s. More influenced by jazz and Rhythm & Blues than his predecessors, and with his smoky voice and jaunty tunes, he recalls the sound of Louis Prima, Creole-style. Indeed, on Creole Swing (Frémeaux), which gathers rare and unreleased recordings from the 1960s and 1970s, his original verve appears undimmed. Given the range of moods offered here, the music manages to be both intimate and expansive, showing why Pierre Louis sis long overdue for a revival.In recent decades the music of Martinique and Guadeloupe has incorporated new elements ; the rhythmic density has increased under the influence of Cuban styles, calypso, and even funk. One of the most tireless innovators, Henri Guédon, Paris-based percussionist and singer, also an active painter, began in the 1960s to evolve a sort of salsa that draws on Cuban and jazz as well as Creole traditions, collaborating with many of the finest such musicians in his bands. On his two-CD Retrospective (Frémeaux), covering his work between 1972 and 1992, he even offers a pumped-up version of Stellio’s old hit « Sepen Maig ». Above all, in his weave of Old and New World currents, he reminds us how interconnected musical cultures can be.The most popular style to emerge since the 1970s, in which Guédon was involved from the start, is known as zouk, créole slang for « party », marked by a driving high-tech sound rich in lead and backup vocals. […] other artists within the zouk landscape have sought to honor the polder Creole traditions more directly. One prominent group, Malavoi, incorporates biguines and mazurkas, and their string section may even break into passages, over a percolating rhythm, reminiscent of the French contredanses. […]Jason Weiss is currently editing an anthology of the American writer Brion Gysin (University of California press) and teaching at The New School.Jason WEISS© LATIN AMERICAN LITERATURE AND ARTS
Lire davantage Lire moins
LA GRIFFE DU PASSE« Frémeaux & Associés, maison de disques indépendante, effectue un véritable travail d’archéologie. Ses impressionnantes recherches, son pointilleux didactisme et l’excellence musicale de ses coffrets thématiques en font une maison très estimable au charme résolument passéiste. Tour du propriétaire. Petit problème de planning. On téléphone à Patrick Frémeaux pour avancer notre entrevue. Ca n’a pas trop l’air de le faire marrer. Il accepte, sur un ton plus réservé qu’enthousiaste. La rencontre promet de ne pas être une partie de claques dans le dos, champagne et petits fours, « j’aime-beaucoup-ce-que-tu-fais-moi-aussi-trop-génial ». On s’attend à tomber sur un prof à l’image des disques qu’il édite : rustique, franc du collier, pas trop dégrossi. On a auparavant lu sa déclaration d’intention dans son catalogue : « A l’heure où les technologies dictent les programmes grâce à de vastes empires verticaux, ce sont des dizaines de millions d’auditeurs sur la planète qui écoutent au même moment le même Michael Jackson en buvant le même Coca-Cola. Dans cet univers culturel, souvent nivelé au plus bas, et réduit au plus commun dénominateur, l’édition indépendante (seule se révèle) encore soucieuse d’innovation et de diversité …» « Bigre ! Ca vous change du mielleux marketing « consommez et poilez-vous » des multinationales culturelles. Combat anachronique ? Au contraire : vision politique fatalement lucide d’un certain aspect du music-bizness. Un manifeste franchement vivifiant par les temps qui courent, d’autant plus qu’il s’accompagne d’actes à la hauteur. Et puis Patrick Frémeaux n’a rien du vieux barbon – même s’il est barbu : dans sa galerie de Vincennes, c’est avec un affable gaillard de 29 ans qu’on échange une solide poignée de main ; le jeune boss passionné d’une irréductible boîte d’archéologie musicale : « Je suis éditeur indépendant dans le sens plein du terme, je n’ai de compte à rendre à aucun conseil d’administration. Je jouis d’une liberté totale. Si je décide de faire l’anthologie de Pierre Louiss, le père d’Eddy Louiss, qui est un obscur chanteur créole des années 50, c’est un choix délibérément artistique. Si je fais ça dans une major, je suis licencié. L’objet d’une major, ce n’est pas de défendre la musique, mais de réaliser des bénéfices. Le nivellement par le bas se fait surtout au niveau du déclin de la diversité. Nous, on vend entre cinq cents et vingt mille copies par disque. En théorie, vu l’évolution actuelle, on ne devrait pas exister. Heureusement, il y aura toujours quelqu’un, au centre de la France, qui désirera l’anthologie de Charles Péguri, ou une société japonaise qui voudra absolument acheter deux cents anthologies chronologiques de Stellio – le grand clarinettiste martiniquais du début du siècle. Ce besoin de diversité, ce refus d’une culture monothéiste, fait qu’à la fin on peut vendre annuellement deux cent mille phonogrammes dans le monde, en étant négligé du schéma «économique du disque.» Claude Colombini et Patrick Frémeaux chez les HMong NoirsGrâce à son père, amateur de jazz averti, Patrick Frémeaux s’est tout jeune gavé de musique des années 50, de blues des sixties,des disques de Memphis Slim, Otis Redding, Mahalia Jackson, Al Jarreau… A 17 ans, il organise des concerts. A 19 ans, il crée une société de production de spectacles, faisant tourner Dick Annegarn, Salif Keita, Michel Legrand… A 23, objecteur de conscience, il gère les revues Ecouter Voir et Trad Magazine, préside aux destinées des éditions La Lichère, travaille pour le distributeur de jazz OMD. En 92, il monte une galerie d’estampes qui propose des lithos et gravures originales de Matisse, Alechinsky et Schiele, mais aussi de Charlélie Couture ou Henri Guédon. Enfin, début 93, Noël Hervé lui propose d’éditer un premier ouvrage musical : une anthologie de l’accordéon. « J’ai alors constaté peu à peu que tous les grands genres populaires, de toutes les cultures, n’avaient jamais été réédités scientifiquement. En les réécoutant, avec une oreille actuelle, j’ai vraiment découvert une richesse et des trouvailles importantes : on a donc lancé toute la collection de coffrets thématiques qui analysait les grands genres populaires, en restaurant les enregistrements d’époque, et en faisant des livrets très minutieux, en restituant la musique dans son contexte historique, social et culturel. Pour chaque genre, je déniche son spécialiste. Quelqu’un qui a généralement passé sa vie sur le sujet. Pour les musiques country ou blues, c’est par exemple Gérard Herzhaft, qui a écrit les Que sais-je ? ou Seghers correspondants, Jean Buzelin pour le gospel, Alain Gerber pour le jazz, Jean-Christophe Averty pour la variété française… A chaque fois, on a donc pris le spécialiste en France. Chacun amenait des éléments de sa collection personnelle, complétés par des apports d’amis tout aussi passionnés… Ca se fait essentiellement à partir de leurs 78t, ou parfois des gravures directes, ou encore des enregistrements sur câble, avant la bande. C’est un travail scientifique. Un coffret thématique nous coûte 150 000 F, c'est-à-dire le budget d’une production à part entière. »Ce qui différencie Frémeaux & Associés du label moyen, c’est un souci de la perfection et de la qualité impressionnant, où la musique prime sur le commerce – et tant pis pour le cliché du passionné David opposé au mercantile Goliath. « Pour le nouveau coffret Gospel, il aurait été raisonnable de faire un « simple » livret seize pages. On en a fait soixante-quatre, avec cinquante photos. Parce qu’on voulait que tous les guitaristes évangélistes d’avant-guerre aient leur photo dans le coffret. Maintenant, quelqu’un qui veut faire un bouquin sur ces guitaristes ne peut pas faire mieux : tout est dedans. Pour nos coffrets thématiques ou nos intégrales, notre travail est comparable à ce que le CNRS ferait si demain il ouvrait ce type de département. Il y a donc des découvertes, parfois au moment de la gravure : quand on a préparé l’intégrale de Mireille, on a retrouvé un test-pressing, c’est-à-dire un enregistrement directement fait dans la cire, refusé à l’époque par la compagnie, existant à un unique exemplaire. Il a été découvert aux puces ! L’intégrale Jean Gabin représente des années de travail, de collectage, avec collectionneur à l’autre bout du monde qui a la matrice qui manque, et à qui il faut écrire pendant deux ans avant qu’il n’accepte de lâcher le morceau. On a dégoté une version anglaise de Maintenant je sais qui est incroyable… Pareil pour l’intégrale Django Reinhardt, qui a nécessité un véritable travail d’archéologue. On fait régulièrement des découvertes renversantes.» Quatre salariés bossent chez Frémeaux & Associés, aidés par soixante-cinq intermittents. Un boulot relayé dans trente pays par autant de distributeurs. Parallèlement à sa vocation d’explorateur du temps perdu, Patrick Frémeaux a lancé une branche « production », signant Baden Powell, Screaming Jay Hawkins, et développant un important département gospel. L’essentiel – et le meilleur – du catalogue se situe cependant dans ses passionnantes et miraculeuses rééditions, où cohabitent jazz, variété française et musique du monde – dans le sens large du terme : des chants de Papouasie au flamenco, en passant par les voix bulgares. On tombe ébahi sur le coffret de musique tzigane (Paris/Berlin/Budapest 1910-1935), divin flacon où Goran Bregovic a pu puiser l’essence du Temps des gitans. Ou sur l’anthologie de musique yiddish, regroupant klezmer, prières solennelles, folklore ashkénaze et fox-trot juif… La country bénéficie de quatre doubles CD thématiques, remontant aux sources de la country proprement dite (Nashville/Dallas/Hollywood 1927-1942), du Western cowboy, du Swing texan et des Folksongs – ici s’abreuver avec inspiration Palace et Beck. Cet imposant inventaire des origines de la musique américaine, complétant les disques de blues, jazz et gospel, auxquels il faut aussi ajouter les excellentes anthologies sur la musique cajun et hawaiienne, sera encore complété par un coffret sur la naissance du rythm’n’blues. Ce catalogue, volontairement électrique, possède un dénominateur commun : la date des enregistrements exhumés, généralement comprise entre 1910 et 1940. « On choisit la période en fonction de l’âge d’or de la musique pour les grands genres de musique populaire, ça se situe à l’avant-guerre. Après-guerre, l’industrie phonographique a nivelé les mouvements, pour en faire des produits de marché. On veut saisir le caractère historique et la genèse de sons, sonorités et musiques qu’on connaît tous comme des hymnes et qu’on veut retraduire dans le mouvement socio-historique dans lequel elles ont été créées. Il y a aussi un côté de conservation patrimoniale, parce que les gens qui avaient ces disques-là appartiennent à une génération qui disparaît, et les disques avec. Si on était arrivés dix ans plus tard, des pans entiers de mouvements musicaux seraient passés à la trappe. Il y a cependant un problème au niveau de la perception du son : les gens aujourd’hui ne comprennent pas qu’un son ne puisse être parfait, alors que la retranscription d’un 78t des années 30 ne sera jamais parfaite… » Il faut donc accepter un certain crachotement, un son pas aussi pro que sur le dernier Céline Dion, et se laisser littéralement saisir par la force de ces granuleuses chansons populaires, de leur tangible sincérité, de leur créativité brute, rocailleuse et saisissante. Il y a un aspect Louis Lumière dans beaucoup de ces rééditions, un frisson lié au côté originel des chansons, en une même émotion à l’écoute des interprétations de Papa Harvey Hull ou Joseph Szigeti qu’à la vision de L’Arrivée d’un train en gare de La Ciotat. Une absence de préméditation et de frime irremplaçable.» Benoît SABATIER – LES INROCKUPTIBLES
Lire davantage Lire moins
Frémeaux & Associés est le premier éditeur sonore du patrimoine créole. La direction de la réédition de toute l’histoire de la musique antillaise a été confiée à M. Jean-Pierre Meunier, spécialiste de la musique et de l’histoire des Antilles.Ce travail a été honoré de l’ensemble des distinctions de la presse World Music, comme de la presse classique ou jazz. Frémeaux & Associés est particulièrement sensible aux nombreux courriers reçus depuis les Antilles de la part d’auditeurs heureux d’avoir pu retrouver la mémoire de leur histoire (biguine, valses & mazurkas créoles, naissance du zouk et du mambo…)
Lire davantage Lire moins
« Vous le croyiez organiste… Eddy Louiss, c’est le Louis Laine de Paul Claudel dans l’Echange, le jeune métis « affamé d’horizon », le nageur insaisissable, pourtant fragile et convoité par le mercantilisme, menacé par le charme irrésistible des métropoles et les tentations autodestructrices de ses nuits folles. D’où la carrière en pointillé, la discographie fantasque, de ruptures en autoproductions, traversées de réflexes d’autodéfense. La discographie d’Eddy Louiss, c’est celle de cet « être musical total », habité par le chant intérieur de la plasticité du rythme jusque dans ses muscles les plus infimes. Vous le croyiez organiste, il est pianiste évidement, mais aussi vibraphoniste, percussionniste, chanteur, trompettiste… Et l’orgue, il le fait tantôt sonner comme un orchestre de balafons, tantôt souffler comme les cuivres d’un big band, tantôt chanter comme une mère qui berce son enfant. C’est l’instrument de l’homme-orchestre, et l’on comprend mieux la fascination qu’exerce sur lui l’univers de la synthèse sonore et de ses claviers à tout faire. La discographie d’Eddy, c’est tout ça, et l’on commencera par la voix. Celle de Pierre, le père, auteur-compositeur, chanteur, guitariste et trompettiste, dont l’orchestre est photographié  au Casino de Trouville en 1957, la trompette à la main avec Eddy à ses côtés. Jean-Pierre Meunier réédita son œuvre enregistrée entre 1965 et 1975. Et l’on surprend ici et là l’orgue, le piano ou le vibraphone qu’Eddy envoyait préenregistrés sur bandes à son père qui produisait déjà lui –même ses disques dans son studio de Martinique à Tartane (Pierre Louiss, «Creole Swing »). »Par JAZZ MAGAZINE – JAZZ MAN (2010)
Lire davantage Lire moins
Singer, guitarist and occasional trumpeter Pierre Louiss was born on the French Carribean Island of Martinique in 1908, recorded before the Second World war and made the material on Creole Swing (Frémeaux FA042) between 1962 and 1976. The repertoire here includes Carribbean folk and popular material, plenty of jazz and of course the blues. There are a couple of straight blues numbers and strong rythm&blues influences on several others. Pierre died in 1986, but his son Eddy, who plays some fine organ on the set, continues his legacy. Norman DARWEN –BLUES IN BRITAIN
Lire davantage Lire moins
Nous avions enregistré sur le toit de la maison, à Tartane, et aussi dans un petit studio du dixième arrondissement…Mon père était tout le temps en train de travailler. Je me souviens du premier magnétophone – à fil ! – qu’on a eu. Mon père jouait de la trompette et de la guitare : le simple fait de chanter une fois en faisant l’accompagnement à la guitare, c’était nouveau. Comme il écrivait des chansons, il a voulu les enregistrer. Il m’a demandé si je voulais le faire mais il avait son propre orchestre…C’est avec son orchestre de danse que j’ai débuté, vers quinze seize ans. Tout le monde était censé jouer de plusieurs instruments. Il y avait un pianiste, un bassiste, un batteur, un trompettiste – mon père – et deux saxes, dont l’un, un guadeloupéen qui se mettait à la batterie quand on jouait des biguines, jouait aussi de la clarinette tandis que l’alto, un Espagnol, jouait du bandonéon pour les tangos. Le bassiste chantait, mon père jouait de la guitare, etc. – tout le monde était censé chanter. Moi, j’ai fait du piano, puis vibraphone. Comme tout les mômes, j’adorais taper sur quelque chose. L’après-midi, dans le club fermé, je jouais tout seul. Le microsillon n’existait pas encore, il n’y avait pas de discothèque…Je me souviens des stations de vacances – Arcachon, Trouville, Casablanca… - où mon père séjournait. J’allais à l’école comme les gens du voyage, mais je restais un peu plus longtemps qu’eux, parfois six mois dans une ville. Tout était moins rapide. Les orchestres « s’installaient » pour la saison…J’entends encore mon père parler d’endroits chics et « convoités » : l’Éléphant Blanc, Le Doyen… Vers dix-huit, dix-neuf ans, j’ai commencé à écouter une autre musique. Mon père écoutait surtout du « middle jazz », Jimmie Lunceford, Count Basie…J’aimais ça, mais Miles Davis, John Coltrane et les autres arrivaient. C’est là que s’est forgé mon goût personnel. Nous nous sommes séparés musicalement – maintenant j’aurais tendance à revenir vers cette musique, à mieux voir pourquoi il l’aimait. Á l’époque, c’était « vieux » pour moi. Et puis vient un moment de la vie où le temps se mord la queue, et on comprend mieux…Nous nous étions séparés « tout doucement, sans faire de bruit… ». C’est lui qui a quitté, pas moi ! Il avait quitté la Martinique à vingt ans. Arrivé à Paris en 1928, il n’est retourné en Martinique que dans les années soixante. Dès lors, sa seule idée a été de s’y installer à nouveau. Un jour, il a simplement dit : « Bon, j’y vais ».Eddy LOUISS – JAZZ MAGAZINE
Lire davantage Lire moins
Tout le monde sait qu’à la libération, la France connut une grande vogue de la musique antillaise. Quelle musique antillaise ? Et qui sont ces grandes familles de musiciens qui ont fait la gloire de la Martinique et de la Guadeloupe, encadré la musique africaine des indépendances (Honoré Coppet) ou inspiré de talentueux rejetons (Eddy Louiss, Kaly) ? Eh bien, voilà un de ces mystérieux inconnus. La musique est à l’image de la pochette : humour, émotion, charme ringard, le tout emballé swing et d’une grande finesse. Pierre Louiss a animé tout les bars et dancings de >Frnce et de Navarre, en passant par la fameuse Cannes à Sucre et le casino de Trouville, il est – vous l’aviez deviné – le père d’Eddy Louiss. Un peu notre papa à tous. Respect ! H. LEE – L’AFFICHE
Lire davantage Lire moins
On savait bien qu’eddy Louiss était fils d’un musicien emblématique de la Martinique, mais peu en fait avaient eu l’occasion d’entendre ce père, Pierre Louiss. Deux plages, enregistrées avec le tromboniste Al Lirvat avaient été incluses dans l’anthoplogie « Antilles Jazz » publiée chez EMI, le reste de sa production phonographique demeurait indisponible. Avec ce disque composé d’enregistrements réalisés en France ou par Pierre Louiss lui-même dans le petit studio qu’il s’était aménagé près de Schoelcher après son retour en Martinique, on peut enfin découvrir un artiste sensible, caustique, poète tendre et chef d’orchestre plein d’entrain. Pierre Louis appartenait à une génération de musiciens antillais pour qui la musique était indissociable du jazz. Celui-ci enrichissait les soubassements  rythmiques caraïbes, il donnait du souffle à la chanson française, de sorte que les genres importaient peu : les textes swingaient, les histoires étaient mélodieuses, les musiques incitaient à la danse. Guitariste, trompettiste, chanteur, auteur, compositeur, Pierre Louiss fut l’un des plus vivants animateurs de cette vague antillaise qui fit onduler la capitale et les casinos estivaux, alternant chansons, airs « typiques » (comme on disait alors) et morceaux de jazz. On retrouve à l’enregistrement cette dilection pour une variété ouverte, pour une façon de voir et de dire le monde hors de toute méchanceté et d’une voix dont la suavité cache parfois des réflexions plus profondes et sous laquelle le clavier d’Eddy vient presque toujours rappeler que le jazz fondateur en serait aussi le prolongement. Denis-Constant MARTIN – JAZZ MAGAZINE
Lire davantage Lire moins
Sur la plage de Tartane, dans la commune de La Trinité, dans le nord-est de la Martinique, il était une fois un baladin esthète et idéaliste du nom de Pierre Louiss. Entièrement autodidacte, il se fera connaître en métropole au Potomak Club, rue de Lyon, et dans le fameux cabaret de Montparnasse La Canne à Sucre. Gala, casino, brasserie, dancing à touristes, il faut bien vivre, mais son tempo modeste et fervent, loin de toute compromission mercantile, réchauffe le cœur et traduit le cantique éternel du petit peuple. Un sens aigu de la dérision, sans trace d’acrimonie, nappe ces enregistrements, dont la plupart, totalement inédits, ont été retrouvés parmi les bandes magnétiques conservées par la famille. P.D. – L’EVENEMENT DU JEUDI
Lire davantage Lire moins
Guitariste de bal et trompette de casinos, prince du « Café de la Plage » à Biarritz en 1955, Antillais, cultivé (bachelier en 1926, c’est un signe qui ne trompe pas), petit fonctionnaire « ayant mal tourné » - selon ses propres mots – dans la musique, père d’Eddy Louiss, qui chantait avec lui à l’âge de huit ans au dancing d’Arcachon, Pierre Louiss fut, de son vivant, aimé des publics et de ses compatriotes plus qu’un autre. Il fut aimablement méprisé par les producteurs et les bien-pensants, vaguement moqué, passé à l’as, aux profits et pertes des colonies. « Aimablement méprisé » ne convient pas. On le trouvait ringard. Le mot n’existait pas encore. On ne savait pas l’entendre. C’est que Colomb n’avait pas encore découvert les « musiques du monde ». Pierre Louiss écrit des chansons délicieuses. Il est très fin harmonisateur. Sa voix enrouée à un charme de dentelle. Ce disque est gorgé de générosité, de swing, d’amour des gens et de la musique. Son auteur fut un des premiers à entendre les maîtres du jazz et à les faire aimer avec son accent à lui. Il sait mêler les mélodies, les petits récitatifs, les choses de rien. C’est un poète et un chroniqueur. Emilien Antile est au saxophone alto, Lucien Popote au ténor, Gaby Malahel à la batterie et Eddy à l’orgue, au piano ou au vibraphone. Pierre LOUISS – LE MONDE
Lire davantage Lire moins
“Le père du jazzman Eddy Louiss méritait bien cette réédition. Né en 1908 à la Martinique (où il mourut en 1986), Pierre Louiss a mené, chez lui comme à Paris, une carrière de jazzman créole des plus honorables. Ce Créole swing pioche dans les disques à compte d’auteur qu’il publiait à son retour de la métropole dans les années 60. Entre jazz, biguine et chanson française (bien souvent il est l’auteur des textes, charmants, comme Vieux neg’ Paris ou Pas tant de grimaces), avec une bonne dose d’humour, ses enregistrements constituent un rhum de grande lignée qui n’a rien perdu avec l’âge, au contraire. Très vite, on sait que cette voix originale au petit voile enrhumé va être écoutée et réécoutée, sirotée.” Hélène HAZÉRA, LIBÉRATION
Lire davantage Lire moins
Liste des titres
  • Piste
    Titre
    Artiste principal
    Auteur
    Durée
    Enregistré en
  • 1
    BAIL GAZ
    PIERRE LOUISS
    PIERRE LOUISS
    00:02:16
    1935
  • 2
    QUAND JE REVIENDRAI
    PIERRE LOUISS
    PIERRE LOUISS
    00:02:48
    1976
  • 3
    TOUT PITI
    PIERRE LOUISS
    PIERRE LOUISS
    00:02:42
    1967
  • 4
    LES GENERATIONS
    PIERRE LOUISS
    PIERRE LOUISS
    00:03:31
    1975
  • 5
    TU PEUX COMPTER SUR MOI
    PIERRE LOUISS
    PIERRE LOUISS
    00:02:56
    1965
  • 6
    LA FILLE ET LE GARCON
    PIERRE LOUISS
    PIERRE LOUISS
    00:06:29
    1962
  • 7
    VIEUX NEG PARIS
    PIERRE LOUISS
    PIERRE LOUISS
    00:02:19
    1979
  • 8
    PAS TANT DE GRIMACES
    PIERRE LOUISS
    PIERRE LOUISS
    00:02:28
    1972
  • 9
    LA BATELIERE
    PIERRE LOUISS
    PIERRE LOUISS
    00:02:17
    1966
  • 10
    WHEN THE SAINTS GO MARCHIN IN
    PIERRE LOUISS
    00:03:54
    1972
  • 11
    LA COMPLAINTE DES RECALES
    PIERRE LOUISS
    PIERRE LOUISS
    00:02:41
    1972
  • 12
    BOUM BOUM (FOLKLORE)
    PIERRE LOUISS
    00:02:39
    1968
  • 13
    SOUDAIN UNE VALLEE
    PIERRE LOUISS
    J DREJAC
    00:03:40
    1976
  • 14
    OLD PETER
    PIERRE LOUISS
    PIERRE LOUISS
    00:05:51
    1976
  • 15
    STRATEGIE DE L AMOUR
    PIERRE LOUISS
    PIERRE LOUISS
    00:03:10
    1975
  • 16
    TRAVAIL RAID
    PIERRE LOUISS
    PIERRE LOUISS
    00:02:53
    1972
  • 17
    CARNAVAL (FOLKLORE)
    PIERRE LOUISS
    00:02:21
    1968
  • 18
    FORT DE FRANCE
    PIERRE LOUISS
    PIERRE LOUISS
    00:02:53
    1965
commander les produits Frémeaux ?

par

Téléphone

par 01.43.74.90.24

par

Courrier

à Frémeaux & Associés, 20rue Robert Giraudineau, 94300 Vincennes, France

en

Librairie ou maison de la presse

(Frémeaux & Associés distribution)

chez mon

Disquaire ou à la Fnac

(distribution : Socadisc)

Je suis un(e) professionnel(le)

Librairie, disquaire, espace culturel, papeterie-presse, boutique de musée, médiathèque…

Contactez-nous