Fremeaux.com
Entretien avec Edgar Morin
Nicolas Truong

Introduction : Laurent Greilsamer
Editorialisation : Lola Caul-Futy Frémeaux 







Entretien présenté par Laurent Greilsamer, directeur adjoint du Monde, et animé par Nicolas Truong à l’initiative du journal Le Monde 
La philosophie n’est-elle pas, comme le dit Nietzsche dans sa préface du Gai Savoir, l’autobiographie de son auteur? Edgar Morin retrace dans ce coffret les combats qui ont forgé sa vie pour en faire le penseur d’aujourd’hui; il nous présente ce lien étroit tissé entre convictions et actions, ce parcours personnel intense qui le définit. Cette perspective unique offre ainsi une vision nouvelle de l’œuvre d’Edgar Morin, un outil essentiel à la compréhension de la profondeur de sa réflexion. Dans la lignée de leur collaboration pour mieux connaître les grands hommes du XXè siècle, Le Monde et Frémeaux & Associés, qui nous ont déjà présenté une Table ronde autour d’Albert Camus, proposent aujourd’hui avec Nicolas Truong de rencontrer Edgar Morin, né Edgar Nahoum, penseur, chercheur, sociologue, homme engagé, philosophe indiscipliné. Quand notre monde en plein changement cherche à ranger sagement les idées et les savoirs sous des étiquettes et des disciplines cloisonnées, jusqu’à leur faire perdre leur sens et leur inscription dans la globalité, Edgar Morin nous propose une alternative. En effet, si l’on qualifie le penseur d’indiscipliné, c’est qu’il a clairement choisi de s’inscrire dans l’interdisciplinarité, et ce malgré l’opposition que cela peut rencontrer dans le milieu universitaire et celui de la recherche.  De cette conviction naît le projet de La Méthode, six volumes parus sur presque  trente ans (aux éditions Le Seuil), afin d’«apprendre à apprendre». Cette œuvre majeure rédigée sur la notion maîtresse de reliance : l’interconnexion constante entre les concepts liés les uns aux autres de manière encyclopédique. Abordant les découvertes scientifiques concrètes, il expose les pré-requis à la pensée complexe, pour une organisation pertinente et dynamique de nos connaissances. La Méthode se pose comme le refus de la dissection du savoir et de la réflexion qui mène à la destruction de la complexité du monde, et donc à l’appauvrissement de notre recherche et de nos jugements.  Le dernier volume paru en 2004, L’Ethique, s’attache particulièrement à la dimension humaine de l’unicité et de la diversité. Un rappel fondamental pour tout regard sur le monde : tous les hommes partagent leur appartenance au genre humain, et ce lien  fondamental qui nous rassemble est le point de départ d’un renouveau qui doit être humaniste. Mais l’homme se caractérise également par la diversité de ses cultures, source de force et d’apprentissage; l’éthique vient donc se positionner comme l’équilibre crucial entre diversité et unicité. Tout au long de son parcours, qu’il décrit lui-même dans cet ouvrage, Edgar Morin est fidèle à ses valeurs et à ses principes. Penseur libre qui refuse de s’affilier à un parti politique depuis qu’il quitte le Parti communiste en 1949, ses prises de position sont bien souvent en avance sur leur temps, mais aussi largement décriées. Antistalinien sans être anticommuniste, anti-guerre d’Algérie avertissant du danger du FLN, ses critiques se font en dehors du courant des principaux détracteurs de l’époque, le laissant isolé dans ses réflexions nuancées, empreintes de réalisme et d’humanisme. Aujourd’hui encore, ses  critiques acerbes quant au conflit israélo-palestinien ont fait d’Edgar Morin le point de mire des médias, provoquant de larges controverses. Reconnu et particulièrement apprécié dans de nombreux pays européens et en Amérique latine, le penseur de la complexité souffre souvent en France d’un manque de visibilité de son œuvre. En effet, tant de liberté, ce refus des étiquettes et des affiliations vont à l’encontre des schémas traditionnels français. Par ses positions atypiques, Edgar Morin est parfois difficile à cerner, quand il suffit pourtant d’approfondir un peu la réflexion pour voir se dessiner la cohérence du personnage, la continuité de l’homme et la force du penseur.
Lola Caul-Futy Frémeaux
© Frémeaux & Associés  

Bibliographie sélective :
1962, L’Esprit du temps (Editions Grasset Fasquelle) La Méthode (Editions du Seuil)
1977, La Nature de la nature
1980, La Vie de la vie
1986, La Connaissance de la connaissance
1991, Les Idées
2001, L’Humanité de l’humanité
2004, Ethique
Vive la politique ?, Edgar Morin et Claude Lefort, 2 CD d’entretiens (Editions Frémeaux & Associés -  Libération), 2008 

Invité par Le Monde à faire un «éloge de la Résistance», Edgar Morin a insisté  sur l’importance de penser à contre-courant, parfois contre son camp
Epouser les combats de son temps
Comment résister, lors de l’Occupation, mais aussi, aujourd’hui, à l’heure de la colonisation des territoires et des imaginaires? C’est à cette question qu’Edgar Morin a répondu  le lundi 7 juin, à l’auditorium du Monde, lors d’une rencontre intitulée «Eloge de la résistance», quelques semaines après la sortie d’un hors-série consacré à ce philosophe indiscipliné.  Philosophe, parce qu’il a touché à tous les domaines du savoir : la sociologie, l’anthropologie ou l’histoire immédiate, mais  éga­lement la biologie ou les sciences de l’information, et parce qu’il a tenté d’en saisir le sens et la complexité, notamment à travers son grand œuvre, La Méthode (1977-2006).  Indiscipliné, parce qu’il a su résister à l’occupant nazi, mais aussi à la discipline du Parti communiste, dont il fut exclu en 1951. Parce qu’il s’opposa à la guerre en Algérie, mais dénonça très tôt les assauts du Front de libération nationale (FLN) contre les partisans de Messali Hadj (1898-1974), l’un des pionniers de la lutte anticoloniale algérienne. Parce qu’il a résisté à la vogue et à la vague structurale ou postmoderne qui proclamait la «mort de l’Homme», la «disparition du sujet» ou la «fin des grands récits».  Edgar Morin, pourtant, ne met pas tout sur le même plan. Et sait ce mélange de hasard et de nécessité qui fait un destin : Que serions-nous devenus sans la Résistance? Nous aurions eu une carrière. Grâce à la Résistance, nous avons eu une vie, aime- t-il répéter. Il sait aussi qu’il y a des grandes et des petites résistances. Celles pour lesquelles il faut savoir risquer sa vie, d’autres uniquement sa réputation.  Il faut savoir dire «non» lorsque les droits humains sont bafoués. Mais également dire «oui» à l’inventivité politique, économique, sociale ou éducative. «Non» aux carcans  disciplinaires Qui sclérosent selon lui la vie scolaire et universitaire, mais «oui» à la transdisciplinarité et aux pratiques pédagogiques qui favorisent l’apprentissage du savoir mais aussi la coopération solidaire et la connaissance de l’ère planétaire. «Non» au «choc des cultures», mais «oui» à une symbiose, à une osmose, à une politique des civilisations. Ainsi la résistance est-elle conçue chez lui comme un acte libérateur et créateur.   Soixante-dix ans après l’appel du 18 juin 1940, Edgar Morin reste fidèle à l’esprit du Conseil national de la Résistance (CNR). Car, comme l’écrivaient en 2004 de grands vétérans des Forces combattantes de la France libre dans un vibrant «Appel à la résistance», le CNR fut à la fois le front du refus de l’Occupation, mais aussi un laboratoire d’innovations politiques majeures, qui permit à la fois la naissance de la Sécurité sociale et l’élargissement de la liberté de la presse.  Et de lancer, à l’usage de toutes les géné­rations menacées d’une amnésie généralisée, de conquêtes civiques et sociales reniées ou de prise de contrôle des principaux médias par des intérêts privés, ce mot qui peut résumer le parcours d’Edgar Morin, franc-tireur de la pensée : Résister, c’est créer.
Nicolas Truong
Vendredi 11 juin 2010 © 2010 «Le Monde»  

Pourquoi et comment êtes-vous rentré dans la Résistance ?
J’y suis rentré non sans difficultés. Adolescent pendant la guerre, j’étais tout d’abord pacifiste. Par tempérament, mais aussi en raison d’un fort courant qui traversait la France, encore traumatisée par la guerre meurtrière de 1914-1918. En 1938, je m’étais affilié à un groupuscule politique, le Parti frontiste, dirigé par Gaston Bergery, qui combattait à la fois le fascisme et le stalinisme. Il m’en est resté d’ailleurs l’idée qu’il faut toujours lutter sur deux fronts à la fois.  En juin 1940, j’ai gagné Toulouse, où je me suis occupé des étudiants réfugiés et où j’ai pu rencontrer quelques grandes figures de la vie intellectuelle et résistante, comme le poète Jean Cassou. Comme beaucoup, je pensais que la domination de l’Allemagne serait implacable, imbattable.  Mais voilà que l’espoir renaît en 1941, avec les troupes nazies stoppées devant Leningrad et Moscou par l’hiver précoce et puis par la décision japonaise de ne pas envahir la Sibérie afin de lancer son attaque sur Pearl Harbor, qui précipita les Etats-Unis dans la guerre. C’est à ce moment que j’ai franchi le pas.  

Vacciné contre le stalinisme, pourquoi vous engagez-vous alors dans la Résistance aux côtés du Parti communiste français ? 
Lecteur de Léon Trotski, mais également de Boris Souvarine, l’un des fondateurs du Parti communiste français, qui dénonça très rapidement les crimes de Staline et les impasses du bolchevisme, j’étais  en effet totalement immunisé contre le stalinisme, mais je suis toutefois devenu un «communiste de guerre», un sous-marin du PCF.  Des lectures comme celle de Hegel avec sa «ruse de la raison», idée selon laquelle le sens de l’Histoire se déroule en dépit des intérêts et des passions des hommes qui la font, me conduisent à penser que Staline accomplit malgré tout l’idée de révolution. Celle du marxiste Georges Friedmann, dans De la sainte Russie à l’URSS, qui expliquait que le culte du chef était nécessaire pour unifier un pays composé de régions disparates et que le véritable socialisme s’épanouirait après la fin de son encerclement capitaliste, me conduit à adhérer à ce mouvement, à cette religion qui fut pour moi comme une famille, un placenta.

Dans quel état d’esprit vivez-vous la Résistance, et comment se décide-t-on à risquer sa vie pour défendre sa patrie ? 
Il faut rappeler tout d’abord que j’ai été un résistant de dimension moyenne. Ni un résistant de la première heure ni un dirigeant important. Cela dit, j’ai connu la difficulté de se jeter à l’eau. J’ai hésité, j’ai oscillé. Mais la volonté de participer à quelque chose de plus grand que moi, d’épouser les combats de mon temps l’a emporté.  Et puis, il y a la fraternité, l’élan, la foi dans l’avenir qui nous transportait. J’ai échappé aux arrestations, à la torture et à la mort plusieurs fois. Je me souviens notamment de mon adjoint, Jean Krazatz, cet antifasciste allemand qui m’avait donné rendez-vous, en 1943, au cimetière de Vaugirard, à Paris. Ne le trouvant pas, j’essaie alors d’aller le chercher à son hôtel, près de la Sorbonne. Et puis, dans l’escalier, je ne sais pourquoi, voici que je suis saisi d’une incompréhensible fatigue. Dans sa chambre, la Gestapo l’avait arrêté et attendait mon arrivée. Elle le tortura et le liquida. Il y eut tant de rendez-vous ratés avec la mort… 

Résistance au nazisme et opposition au stalinisme, résistance à la colonisation mais refus de soutenir le FLN lorsqu’il s’en prend aux partisans de Messali Hadj, l’un des pionniers de l’anticolonialisme algérien… Résister, c’est aussi penser contre son propre camp ?
Il se trouve que suis porté à obéir à ce que j’appellerai aujourd’hui la «complexité», qui consiste notamment à voir les deux aspects contradictoires et apparemment contraires d’un même fait, d’un même combat.  C’est pour cela que j’ai tenté, au sein de la revue Arguments (1956-1960), puis avec Claude Lefort et Cornélius Castoriadis au Centre de recherche et d’études sociales et politique, ou bien encore au sein du Groupe des dix (1969-1976), de réviser les schémas simplistes de nos façons de penser.  

Les dissonances et les résistances sont-elles également intellectuelles et spirituelles ? 
Sans conteste. C’est pour cela que je n’ai pas considéré la sociologie comme une science, par exemple, même si elle comporte une part de scientificité dans ses vérifications, mais aussi comme une forme d’essayisme. C’est pour ces raisons que j’ai refusé la réduction de la raison au calcul. C’est pour cela aussi que j’ai cherché à fonder une éthique qui articule le poétique au prosaïque. La prose est dans les contraintes que nous subis­sons. La poésie, c’est l’exaltation, l’amour, la sympathie, la fête, le jeu. Dans la résistance à la cruauté du monde et à la barbarie humaine, il y a toujours un oui qui anime le non, un oui à la liberté, un oui à la poésie du vivre. 
Propos recueillis par Nicolas Truong
© 2010 «Le Monde» 

Ecouter Entretien avec Edgard Morin (livre audio) © Frémeaux & Associés / Frémeaux & Associés est l'éditeur mondial de référence du patrimoine sonore musical, parlé, et biologique. Récompensés par plus de 800 distinctions dont le trés prestigieux "Grand Prix in honorem de l'Académie Charles Cros", les catalogues de Frémeaux & Associés ont pour objet de conserver et de mettre à la disposition du public une base muséographique universelle des enregistrements provenant de l'histoire phonographique et radiophonique. Ce fonds qui se refuse à tout déréférencement constitue notre mémoire collective. Le texte lu, l'archive ou le document sonore radiophonique, le disque littéraire ou livre audio, l'histoire racontée, le discours de l'homme politique ou le cours du philosophe, la lecture d'un texte par un comédien (livres audio) sont des disques parlés appartenant au concept de la librairie sonore. (frémeaux, frémaux, frémau, frémaud, frémault, frémo, frémont, fermeaux, fremeaux, fremaux, fremau, fremaud, fremault, fremo, fremont, CD audio, 78 tours, disques anciens, CD à acheter, écouter des vieux enregistrements, cours sur CD, entretiens à écouter, discours d'hommes politiques, livres audio, textes lus, disques parlés, théâtre sonore, création radiophonique, lectures historiques, audilivre, audiobook, audio book, livre parlant, livre-parlant, livre parlé, livre sonore, livre lu, livre-à-écouter, audio livre, audio-livre, lecture à voix haute, entretiens à haute voix, parole enregistrée, etc...). Les livres audio sont disponibles sous forme de CD chez les libraires  et les disquaires, ainsi qu’en VPC. Enfin certains enregistrements de diction peuvent être écoutés par téléchargement auprès de sites de téléchargement légal.

Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc) ou chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 01 43 74 90 24.
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit

Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

VICES OU VERTUS ?
VICES OU VERTUS ?
Longtemps la distinction entre le bien et le mal, les vertus et les vices, s'est présentée...

PHILOSOPHIE ET SCIENCES SOCIALES (COLLECTION PUF FRÉMEAUX) - JOHANN MICHEL
PHILOSOPHIE ET SCIENCES SOCIALES (COLLECTION PUF FRÉMEAUX) - JOHANN MICHEL
Il n’est pas anodin que les grandes figures sociologiques du XXème siècle,...

PHILOSOPHIE DU TEMPS PRESENT - LUC FERRY
PHILOSOPHIE DU TEMPS PRESENT - LUC FERRY
Comment donner un sens à sa vie dans un monde globalisé dont, tels des apprentis sorciers, nous...

LE POST-ANARCHISME EXPLIQUÉ À MA GRAND-MÈRE - MICHEL ONFRAY
LE POST-ANARCHISME EXPLIQUÉ À MA GRAND-MÈRE - MICHEL ONFRAY
Le post-anarchisme expliqué à ma grand-mère”, c’est par l’humour...

LE MYTHE DE SISYPHE - ALBERT CAMUS
LE MYTHE DE SISYPHE - ALBERT CAMUS
Texte intégral en 3 CD.
Les bouleversements de la première moitié du...

LE MAL - ANDRE COMTE-SPONVILLE ET MICHEL TERESTCHENKO
LE MAL - ANDRE COMTE-SPONVILLE ET MICHEL TERESTCHENKO
Si Dieu existe, d’où vient le mal ? S’il n'existe pas, d’où vient le bien?
Leibniz

LE DISCOURS DE LA METHODE - DESCARTES
LE DISCOURS DE LA METHODE - DESCARTES
Texte intégral lu par Jacques Bonnaffé, Direction Olivier Cohen, Livret François...

LE CHRISTIANISME : UN COURS PARTICULIER DE LUC FERRY
LE CHRISTIANISME : UN COURS PARTICULIER DE LUC FERRY
« Voici, je crois, le plus grand paradoxe de notre rapport, laïque, au christianisme : la naissance...

LE BONHEUR - VISIONS OCCIDENTALE ET CHINOISE
LE BONHEUR - VISIONS OCCIDENTALE ET CHINOISE
Coffret 3 CD et livret 12 pages.

André Comte-Sponville et François Jullien, sous la...

LA PHILOSOPHIE ISLAMIQUE - HENRY CORBIN
LA PHILOSOPHIE ISLAMIQUE - HENRY CORBIN
Ce coffret présente pour la première fois des entretiens d’Henry Corbin (1903-1978)...

LA PENSÉE ANTIQUE Volume 2
LA PENSÉE ANTIQUE Volume 2
Quels sont les apports d’Épicure et de Plotin aux idées philosophiques ?
Frémeaux & Associés...

L'INJUSTICE DE LA JUSTICE - MICHEL ONFRAY
L'INJUSTICE DE LA JUSTICE - MICHEL ONFRAY
L’enregistrement inédit contenu dans ce coffret de 2 CDs propose une conférence de Michel...

KARL MARX
KARL MARX
Penseur brillant, Marx est aussi un homme d’action qui consacre sa vie à la lutte.
Pour...

HENRI BERGSON EXPLIQUÉ PAR FRÉDÉRIC WORMS
HENRI BERGSON EXPLIQUÉ PAR FRÉDÉRIC WORMS
Bergson, souvent étudié par bribes, connu pour son traité sur le rire ou quelques-unes de ses...

HEIDEGGER : UN COURS PARTICULIER DE LUC FERRY
HEIDEGGER : UN COURS PARTICULIER DE LUC FERRY
Il est impossible d’entrer vraiment dans la philosophie si l’on ne prend pas le...

FAUT-IL BRÛLER L’ART CONTEMPORAIN? - MICHEL ONFRAY
FAUT-IL BRÛLER L’ART CONTEMPORAIN? - MICHEL ONFRAY
Cet univers est un continent qui dispose de son langage. Mais qui dirait d’une langue qu’il n’a pas apprise...

FAUT-IL BRÛLER FREUD ? - MICHEL ONFRAY
FAUT-IL BRÛLER FREUD ? - MICHEL ONFRAY
La psychanalyse, Freud, le complexe d’OEdipe, l’inconscient…
Depuis près...

ÉTIENNE KLEIN - CHANGER QU’EST-CE ?
ÉTIENNE KLEIN - CHANGER QU’EST-CE ?
« Que veut dire changer ? » : comment définir cette délicate limite entre rester...

DIFFICILE LIBERTÉ AMOUREUSE - PASCAL BRUCKNER
DIFFICILE LIBERTÉ AMOUREUSE - PASCAL BRUCKNER
« Comment l’amour, qui attache, peut-il s’accommoder de la liberté, qui...

CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL.26 - MICHEL ONFRAY
CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL.26 - MICHEL ONFRAY
Ce dernier volume de la Contre-Histoire de la philosophie vient clore la titanesque épopée de...

CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 9 - MICHEL ONFRAY
CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 9 - MICHEL ONFRAY
12 cours enregistrés par Michel Onfray.
Le XIXe siècle: De l'utopie...

CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 4 - MICHEL ONFRAY
CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 4 - MICHEL ONFRAY
13 cours enregistrés par Michel Onfray.
D'Erasme à Montaigne.

CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 20 - MICHEL ONFRAY
CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 20 - MICHEL ONFRAY
L’aventure de la Contre-histoire de la philosophie, déconstruction systématique des...

CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 16 - MICHEL ONFRAY
CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 16 - MICHEL ONFRAY
La Contre-Histoire de la philosophie, qui présente toute l’histoire de la pensée...

CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 10 - MICHEL ONFRAY
CONTRE-HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE VOL. 10 - MICHEL ONFRAY
L’oppression d’un peuple ou même d’un simple individu est l’oppression de tous et l’on ne peut...

CANDIDE OU L'OPTIMISTE - VOLTAIRE
CANDIDE OU L'OPTIMISTE - VOLTAIRE
Texte intégral en 3 CD interprété par Jean Topart.

Voltaire fut le philosophe...

AUTOUR D'ALBERT CAMUS - TABLE RONDE A L'AUDITORIUM DU MONDE,2010
AUTOUR D'ALBERT CAMUS - TABLE RONDE A L'AUDITORIUM DU MONDE,2010
Enregistrement organisé par Le Monde en partenariat avec La Fnac.

Jean Daniel, fondateur du “Nouvel...

ALAIN (EMILE CHARTIER)
ALAIN  (EMILE CHARTIER)
Alain, de son vrai nom Émile Chartier : philosophe, professeur, écrivain, militant infatigable de la...

AINSI PARLAIT ZARATHOUSTRA - NIETZSCHE - VOL. 2
AINSI PARLAIT ZARATHOUSTRA - NIETZSCHE - VOL. 2
Volume 2 : Nietzsche était intimement convaincu que seule une inversion de toutes les valeurs admises...

DECADENCE VOL. 1 - MICHEL ONFRAY
    DECADENCE VOL. 1 - MICHEL ONFRAY
DECADENCE VOL 1 : NAISSANCE DU CHRISTIANISME

Les civilisations naissent,...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Pub Net Cat 2018-2019.jpg
Titre_Galerie.gif
Pub Net AFRIQUE NOIRE.jpg
Titre Noel 2018.jpg
Pub Net SOUL.jpg
Titre Figure de l'histoire.gif
Pub Net Figures Histoire.jpg
Titre Essentiel.gif
Pub Net Proust 6V.jpg
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V Stan Getz.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études

Titre_DVD.gif

Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif