Fremeaux.com
CHANSONS EXOTIQUES
POUR CABARETS ET MUSIC-HALLS

RYTHMES ORIENTAUX ET TROPICAUX
Tropical and Exotic Music from Cabarets and Casinos


PARIS – JUAN-LES-PINS – ST-TROPEZ – NAPLES – ORAN
1954 - 1962





Discographie - CD 1
JEAN CONSTANTIN
 1. BARATUCATIN (CONSTANTIN) en public à l’Olympia, acc. Gus Walles, 1956    (Pathé AT 1085)    4’25
 2. SHAH SHAH PERSAN (CONSTANTIN et PERSANE - CONSTANTIN)
en public à l’Olympia, acc. Gus Walles, 1956    (Pathé AT 1085)    4’53
 3. LES PANTOUFLES À PAPA (NOUGARO - CONSTANTIN)
en public à l’Olympia, acc. Gus Walles, 1956    (Pathé AT 1085)    4’02
 4. LOLA ou LA LÉGENDE DU PAYS AUX OISEAUX (CONSTANTIN - SHEARING)
en public à Bobino, acc. Gus Walles, 1956    (Pathé AT 1075)    3’58
BIG CESAR (JEAN CONSTANTIN)
 5. BRASILEIRO SOLERO (CONSTANTIN), 1954    (Pathé 45 EA 9)    2’13
 6. ROCK’AMADOUR (CONSTANTIN), 1957    (Pathé 45 EG 233)    1’33
JEAN CONSTANTIN
 7. CONCHÈ (Che c’é concé) (CONSTANTIN - MORGHERI - MASCIA), 1956    (Vogue EPL 7363)    2’18
 8. NAPOLI JOLIE (CONSTANTIN - GUIGO), 1961    (Vogue EPL 7872)    2’21
 9. A CHAT SINÉ (CONSTANTIN - SINÉ), 1961    (Vogue EPL 7822)    3’21
DARIO MORENO
10. ISTAMBUL (N. SIMON - M. FONTENAY) avec Michel Legrand et son orchestre, 1954    (Philips 432.014 NE)    2’42
11. MÉ QUÉ… MÉ QUÉ (BECAUD - AZNAVOUR)
avec Michel Legrand et son orchestre, 1954    (Philips 432.003 NE)    2’49
12. PAPA LOVES MAMBO (A. HOFFMAN - D. MANNING, B. REICHNER)
avec Michel Legrand et son orchestre, 1955    (Philips 432.028 NE)    3’07
13. ROCK À CONGA (D. LEON, J. SHELDON, J. EIGEL)
Orchestre de Claude Bolling, 1959    (Philips 432.408 BE)    2’03
14. ZE MARMITA (BRAZINHA, L. ANTONIO) enregistré pdt le carnaval de Rio
avec Carlos Monteiro De Souza, 1961    (Philips 450.097 PAE)    2’42
15. TU PARLES TROP (You talk too much) (J. JONES, Red HALL - G. ABER)
Orchestre de Claude Bolling, 1961    (Fontana 460.743 ME)    2’23
16. BRIGITTE BARDOT (M. GUSTAVO - A. SALVET, L. MORISSE)
Orchestre de André Kerr, 1961    (Fontana 460.813 ME)    2’44
17. CANIM IZMIR (J. A. JIMENEZ, R. LUCCHESI, D. ARUGETE)
adapt. de “C’était une nuit bleue”, Orch. Fritz Kerten, 1962    (Fontana 460.837)    3’10
BOB AZZAM
18. FAIS-MOI LE COUSCOUS, CHÉRI (A. CANFORA - BINGLER), 1961    (Festival FX 45-1234)    2’07
19. MUSTAPHA (Folklore - Arr. BOB AZZAM)
Aux percussions : Dalida, 1959    (Barclay 72359)    2’43
20. CHA CHA MAMBO (TITO PUENTE), 1960    (Festival FX 45-1227)    3’07
21. ISMAÏLIA (P. PIOT), 1960    (Festival FX 45-1224)    2’15
22. HABIBI ROCK (F. COCHAK - B. AZZAM), 1960    (Festival FX 45-1227)    2’30
23. LA PACHANGA (DAVIDSON), 1961    (Festival HF 37-35)    2’02
24. LE MARSUPILAMI (G. ABER - D. GERARD - B. AZZAM), 1962    (Barclay 72568)    2’05
25. ALI BABA TWIST (F. ADISON - B. AZZAM - JOE STUPIN), 1962    (Barclay SBGE 83002)    2’18
FREDO MINABLO
26. TOUT FONCTIONNE À L’ITALIENNE (CAROSONE - BORIS VIAN)
Et sa pizza musicale, 1957    (Fontana 460.525 ME)    2’29

Discographie - CD 2
RENATO CAROSONE
 1. TU VUO FA L’AMERICANO (CAROSONE - NISA), 1957    (Pathé MG 387)    3’27
 2. MAMBO ITALIANO (MERRILL - GABBA - LIDIANI), 1955    (Pathé MG 332)    3’02
 3. GUAGLIONE (FANCIULLI - NISA), 1956    (Pathé MG 376)    2’21
 4. CHELLA LLÀ (TACCANI - BERTINI), 1957    (Pathé MG 402)    3’01
 5. MARUZELLA (CAROSONE - BONAGURA), 1955    (Pathé MG 270)    3’50
 6. CARAVAN PETROL (CAROSONE - NISA), 1958    (Pathé MG 443)    3’21
 7. IN UN MERCATO PERSIANO (KETELBEY), 1956    (Pathé MG 349)    3’14
 8. MALAFEMMENA (DE CURTIS), 1954    (Pathé MG 225)    3’35
VAN WOOD
 9. LE RIFIFI (M. PHILIPPE-GERARD, J. LARUE) et son Quartet, 1956    (Fonit EP. 4052)    3’05
10. PAPA LOVES MAMBO (A. HOFFMAN, D. MANNING, B. REICHNER), 1956    (Fonit EP. 4052)    3’06
LES BRUTOS
11. BABY ROCK (CAROSONE) acc. Jacques Loussier et son orchestre, 1961    (Barclay 70 407)    2’44
MARINO MARINI
12. DON CICCIO O PISCATORE (EBRAT - OROZCO), 1955    (Durium LDa 61 12)    3’37
13. SCAPRICCIATIELLO (VENTO - ALBANO), 1956    (Durium EP A3014)    2’22
14. STU MAMBO CHA CHA CHA (FONTANA - MARINI), 1957    (Durium EP A3014)    2’29
15. MOLIENDO CAFE (MANZO), 1962    (Durium LDa 71 26)    2’36
16. COME PRIMA (PANZERI - TACCANI - DI PAOLA), 1958    (Durium LDa 62 89)    2’38
17. PULECENELLA (PARENTE, PALLIGIONE), 1955    (Vogue Durium DVEP 95.017)    3’09
FRED BUSCAGLIONE
18. LOVE IN PORTOFINO (BUSCAGLIONE - CHIOSSO), 1958    (Cetra SP 195)    3’04
19. PORFIRIO VILLAROSA (BUSCAGLIONE - CHIOSSO), 1956    (Cetra SP 23)    3’16
20. CHE BAMBOLA (BUSCAGLIONE - CHIOSSO), 1956    (Cetra SP 22)    2’22
21. WHISKY FACILE (BUSCAGLIONE - CHIOSSO), 1957    (Cetra SP 40)    2’43
22. JUKE BOX (MALGONI - BERETTA), 1958    (Cetra SP 300)    2’20
23. NOI DURI (BUSCAGLIONE - CHIOSSO), 1960    (Cetra SP 713)    2’06
AURELIO FIERRO
24. NAPULITAN ROCK (PALOMBO - ALFIERI), c. 1959    (Vogue Durium DVEP 95.075)    3’12
CLAUDIO VILLA
25. ZI GENNARO ROCK’N ROLL (DE TURREMA - DE ANGELIS), 1958    (Cetra CET 270.521)    2’38
BETTY CURTIS
26. NAPOLI SHOCK (KRAMER - MARTUCCI), 1961    (CGD N 903)    3’58

Discographie - CD 3
SOPHIA LOREN
 1. MAMBO BACAN (GIORDANO - VALTRO), 1955    (RCA F 75.287)    3’26
QUARTETTO RADAR
 2. CANCION DAL MAR (TRINDADE - DASCO - BRITO) Acc. Tony de Vita, c. 1959    (POP MPO.3.003)    2’21
PEPPINO DE CAPRI
 3. MAMBO ALPHABETICO (GELMINI), 1958    (Carish VCA 26026)    2’27
 4. ST-TROPEZ TWIST (CONCI - MAZZOCHI - FAIELLA), 1962    (Carish VCA 26148)    2’13
COCCINELLE
 5. PRENDS-MOI OU LAISSE-MOI (DONALSON - KAHN - B. HILDA)
Orchestre de Jo Boyer, 1958    (President Rec. PRE 38)    2’22
GHIGO
 6. COCCINELLA (SOFFICI - AGOSTI), 1958    (Primary 91782)    2’30
JOSEPHINE BAKER
 7. PIEL CANELA (H. LEMARCHAND - BOBBY CAPO) Orchestre de Jo Bouillon, 1961    (Columbia ESRF 1317)    3’04
BENNY BENNET
 8. MAMBO EN SAX (PEREZ PRADO), 1958    (Vogue EPL. 7.531)    2’44
BEN
 9. THE SPEAK-UP MAMBO (AL CASTELLANOS), sa tumba et son orchestre, 1959    (Barclay 72261)    2’35
10. MARIJUANA (TITO PUENTE), sa tumba et son orchestre, 1960    (Barclay 72382)    2’51
DON BARRETO et ses CUBAN BOYS
11. LE MARCHAND DE CACAHUÈTES (Trad.), 1959    (Vogue LD 285)    2’41
JACK ARY
12. AMOUR DE ST-TROPEZ (CALVI - ITHIER - MAHEUX)
et son High Society Cha Cha Cha, 1958    (Vogue EPL. 7.524)    2’33
HAROLD NICHOLAS
13. ARRIVEDERCI (G. CALABRESE - V. BINDI)
avec Norman Maine et son orchestre, 1959    (Fontana 460.659 ME)    3’03
MARCEL BIANCHI
14. VIENS A JUAN-LES-PINS (MICHEL - BIANCHI) avec Denise VARENE, 1960    (Vogue EPL. 7.744)    2’41
15. RICARDO D’ISCHIA (Bianchi), 1960    (Vogue EPL. 7.744)    3’16
LOS CANGACEIROS
16. SHISH KEBAB (G. STONE - D. CARROLL), 1958    (President Rec. PRC 48)    2’26
STAIFFI
17. LE ANA SENTIMENTAL (YOUSFI ALLAOUI) et ses Mustafa’s, 1960    (Vogue EPL. 7.736)    2’10
ZINA NAHID
18. AH! YA ZINE (Folklore - Anne Le Guenn) Acc. ALI HODJA et ses HADJIS, 1960    (Columbia ESDF 1317)    2’08
LILI BONICHE
19. BAMBINO (Arr. LILI BONICHE), 1960    (Dounia 1076)    2’37
20. ANA FI EL HOUB (Trad.), 1960    (Dounia 1076)    5’41
BLOND - BLOND
21. L’ALBINOS (BLOND-BLOND / JOSE DE SUZA), 1960    (Dounia 1267)    2’54
LINE MONTY
22. ALGER ALGER (LILI BONICHE), 1960    (Dounia 1093)    4’50



CHANSONS EXOTIQUES
POUR CABARETS ET MUSIC-HALLS
RYTHMES ORIENTAUX ET TROPICAUX
PARIS – JUAN-LES-PINS – ST-TROPEZ – NAPLES – ORAN
1954 - 1962


Comme dans les souvenirs de Georges Perec
S’il fallait un parrain à cette anthologie, ce serait Georges Perec.
Parce qu’en ces années 50, il fut un amateur averti et passionné de jazz, de chanson, un familier des cabarets parisiens.
En témoignent les nombreuses notations de « Je me souviens »1 qui y font référence :
- 228 : Je me souviens de Dario Moreno,
- 290 : Je me souviens de Chérie je t’aime, chérie je t’adore (également connu sous le nom de Mustapha), interprété par Bob Azzam et son orchestre,
- 341 : Je me souviens de Jean Constantin quand il chantait Où sont passées mes pantoufles ?
Ou encore :
- 38 : Je me souviens que Michel Legrand fit ses débuts sous le nom de « Big Mike »,
- 289 : Je me souviens des deux cabarets de la Contrescarpe, Le Cheval d’Or et Le Cheval Vert,
- 405 : Je me souviens de la Rose Rouge et de La Fontaine des Quatre-Saisons.
Et on pourrait prolonger cette liste.

Les rythmes exotiques et les chansons typiques ont été formidablement populaires tout au long des années 50 ; on les entendait dans les cabarets et les music-halls, on achetait en nombre leurs disques pour animer les soirées.
Cette anthologie fait revivre cette époque d’insouciance et d’espoir. On veut oublier les horreurs de la guerre et tourner la page.
Le niveau de vie et le pouvoir d’achat progressent : on rêve électrophone, surprises-parties, voiture, voyages, vacances, dépaysement …
On veut s’évader vers un ailleurs ensoleillé, dont l’Italie est un idéal accessible.
La Méditerranée est le lieu d’échanges et de mélange de rythmes venus d’Espagne, d’Italie, d’Algérie, de Turquie et du Moyen Orient. Les artistes circulent sur son pourtour au gré de leurs engagements dans les night-clubs et les casinos de la Riviera ou du Liban.
Une anthologie joyeuse et légère, en ces temps si graves.
Musiques d’avant l’omniprésence de la télé, où le métier d’artiste est un artisanat et pas encore une industrie dominée par le marketing.
Dans ce temps d’avant mondialisation, le modèle américain ne s’impose pas encore : il le fera en musique à la fin des années 50 à travers le rock puis la pop music pour devenir dominant avec les artistes anglo-saxons des sixties.
Pour revivre un peu de cette époque pas si lointaine et pourtant si différente, rappeler son contexte et retrouver ce qui en fait la saveur, voici un petit lexique arbitraire.
Baby-boom : C’est le pic de natalité que connaissent la plupart des pays occidentaux après la fin de la 2nde guerre mondiale
Capri : Dans les années 50, c’est un lieu de villégiature pour le Prince Rainier, la Duchesse de Windsor, le couple Burton-Taylor, Onassis, qui en apprécient l’atmosphère conviviale et le style vestimentaire décontracté, inspiré de l’artisanat local. En 1963, Bardot y tourne Le Mépris, dans la Villa Malaparte.
Cinecittà : Créé en 1937, ce Hollywood sur Tibre, permet au cinéma italien de rayonner ; en 1949, on y tourne Quo Vadis qui relance le peplum et le film à grand spectacle. On en tournera plus de 150 de 1950 à 1965 (dont Ben Hur en 1959 et Cléopâtre en 1962).
Club Med : Fondé en 1950 par le Belge Gérard Blitz, qui crée des villages de vacances en Espagne puis en Italie et en Grèce. Il est rejoint en 1954 par Gilbert Trigano. L’objectif initial est de proposer des vacances culturelles et sportives dans des sites ensoleillés de bord de mer, où l’on oublie sa classe sociale.
Danses latino-américaines : Au fil des années la mode passera de la rumba (popularisée par Xavier Cugat en 1930), à la Samba, au Mambo, puis au Cha-cha-cha (inventé en 1954 par Enrique Jorrin), à la Bossa Nova (1958) et à la Pachanga (1960).
Dolce Vita : Tourné en 1951, ce film de Fellini, met en scène dans la ville de Rome une société décadente et désabusée. Marcello et son ami photographe Paparazzo sillonnent la Via Veneto, s’arrêtent au Cha-Cha-Cha Club ou dans un restaurant de bord de mer dont le juke box joue Patricia de Perez Prado.
Juan-les-Pins : Créée en 1882, appréciée dès les années 20 par les Américains (Dos Passos, Scott Fitzgerald ou Douglas Fairbanks), elle devient dans les années 50 une New Orleans à la française où se produit, en particulier, Sidney Bechet.
Jet Set : Ce mot créé, semble-t-il, au milieu des années 50 par l’écrivain romain Alberto Moravia, pour remplacer le terme Café Society, désigne une « caste » de fêtards qui mènent la Dolce Vita, dans des endroits huppés. Cette microsociété toujours en mouvement (qui utilise le jet, dont le premier vol commercial est effectué par la BOAC en 1952) se retrouve en été sur la Riviera, ou à Capri ou Marbella, et en hiver à Megève, Gstaad ou Crans-Montana.
Microsillon : Au milieu des années 50, il remplace le fragile 78 tours. En France, c’est Pathé Marconi qui en est le précurseur. Il se décline en simple, EP (super 45 tours) et LP (25 cm ou 33 cm).
Play boy : - Honneur à Eddie Barclay (1921-2005), l’homme en blanc, chef d’orchestre, fan de jazz, créateur de Jazz Magazine et de maisons de disques aux catalogues prestigieux. Il popularise en France le microsillon et l’électrophone.
- Gunter Sachs (1932-2011), bien connu pour avoir été un éphémère mari de Bardot, « volée » à Bob Zagury lors d’une soirée au Papagayo. Il était l’héritier des familles Von Opel et Sachs, pratiquant le bobsleigh, président du Dracula Club de St-Moritz. Il se suicide dans son chalet de Gstaad.
- Giovanni (Gianni) Agnelli (1921-2003) : son père avait créé la station de Sestrières. Avant de prendre la direction de Fiat en 1966, il mène une vie d’insouciance à Villefranche-sur-Mer autour de sa villa Léopolda qui avait été la propriété de Léopold II de Belgique. Il y accueille ses amis Aga Kahn, Rubirosa et Sachs.
- Porfirio Rubirosa (1909-1965) « Le plus grand de tous ». Diplomate de la République Dominicaine, gendre du dictateur Trujillo, il épouse Danielle Darrieux en 1942 à Vichy (il est un personnage récurrent des romans de Modiano, qui évoquent cette époque trouble). Il a de multiples liaisons avec les stars d’Hollywood (Rita Hayworth, Kim Novak, Zsa-Zsa Gabor, …), puis épouse l’héritière des magasins Woolworth. Ses passions : le polo et la course automobile. Il meurt au Bois de Boulogne au volant de sa Ferrari 250 GT gris métallisé, à la sortie d’une fête à Bagatelle avec Gunter Sachs, prolongée jusqu’au bout de la nuit au Calavados, sur les Champs Elysées.
- Aristote Onassis (1906-1975) : natif de Smyrne, il prend le contrôle de la Société des Bains de Mer de Monaco en 1953 et installe son siège au Old Sporting Club, avenue d’Ostende, jusqu’à la fin 62 et sa fâcherie avec Rainier. Il organise des fêtes dans sa maison du Château de la Groë au Cap d’Antibes et dans son île privée de Skorpios.
Portofino : A 36 km à l’est de Gènes, Portofino, ainsi nommée à cause du grand nombre de dauphins dans son golfe, fut appréciée par Nietzsche, Maupassant et même Eva Braun. Dès 1950, elle est la station balnéaire italienne à la mode. En 1954, Mankiewicz y tourne des scènes de la Comtesse aux Pieds Nus. Elle est célébrée en 1958 dans le hit international de Fred Buscaglione « Love in Portofino », repris ensuite par Dalida.
Riva : Lancée par Carlo Riva au début des années 50, cette marque mythique fabrique des bateaux de plaisance de grand luxe en acajou verni, dotés de chromes et d’une sellerie de prestige. On les admire dans les stations de la Jet Set (Lac de Garde, lac de Côme, Lac Léman, mais aussi St Tropez ou Portofino).
Saint-Tropez : Dès les années 20, elle est une résidence pour Chanel et Schiaparelli. En 1956, Vadim y tourne « Et Dieu créa la femme ». Vachon y impose sa mode. Buffet, Sagan, Boris Vian et sa Brazier 1911 défilent devant Le Sénéquier. Barclay y organise de grandes fêtes.
Série Noire : Fondée en septembre 1945 par Marcel Duhamel, cette collection popularise en France le roman noir américain et ses grands auteurs : Hammett, Chandler, Mc Coy, Goodis, Thompson et ses thèmes : action, amoralité, angoisse, vitesse. Se crée la mythologie du dur, du détective privé, amateur de cigarettes, de whisky et de « petites pépées » (comme le chante Eddie Constantine), qu’on retrouve dans les films et les chansons de l’époque (avec Fred Buscaglione en Italie).
Surprise-Partie : Vercoquin et le Plancton de Boris Vian, publié en 1947, décrit avec humour, l’ambiance de ces soirées dansantes. Elles étaient si populaires à la fin des années 50 que toutes les maisons de disques sortirent des séries d’albums à leur nom.
Teppaz : Fondée en 1931 par Marcel Teppaz, cette marque lance en 1955, en France, le tourne-disque portatif et l’électrophone qui devient l’accessoire indispensable des surprises-parties.
Traité de Rome : Signé le 25 mars 1957 au Capitole de Rome, il constitue l’acte fondateur de la CEE, où 6 pays s’engagent dans la construction européenne.
Trente glorieuses : Période de forte croissance économique dans les pays de l’OCDE entre 1945 et 1973, qui accompagne la naissance de la société de consommation. En France le pouvoir d’achat des classes populaires est multiplié par 2 entre 1949 et 1967. En Italie, la richesse nationale double entre 1951 et 1963.
Vespa : Scooter lancé par Enrico Piaggio en 1946, il devient symbole de liberté, de mobilité, de convivialité à l’italienne. Au cinéma, on se rappelle Gregory Peck et Audrey Hepburn dans « Vacances Romaines », ou encore Marcello Mastroianni et Anita Ekberg dans « La Dolce Vita ».

Nous vous invitons à un voyage dans le temps, de 1954 à 1962, à un périple qui nous mène des music-halls parisiens aux night-clubs de la Riviera, puis dans les cabarets de Naples, traverse la Méditerranée jusqu’à Oran, pour revenir avec les chanteurs arabo-andalous dans les cabarets orientaux de la Capitale. Nous croiserons des artistes nés à Paris, à Marseille, à Capri, à Naples, à Sétif, à Alger, à Oran, à Athènes, à Smyrne, à Alexandrie. Ils font revivre l’héritage musical de la Méditerranée au moment où il rencontre le jazz et les rythmes afro-cubains.
Toute cette effervescence disparaitra avec la domination sans partage des musiques anglo-saxonnes à partir des sixties, époque du rock, du folk et de la pop-music.
74 titres pour redécouvrir dans leur diversité, leur insouciance et leur gaieté, des temps déjà lointains.

CD 1
Les cabarets à Paris
On les appelait « Les petites scènes de minuit ». Ils étaient restés actifs sous l’occupation. L’après-guerre voit leur apogée. Au début des années 50, plus de 200 cabarets animent les nuits de Paris. On distingue traditionnellement les cabarets Rive Gauche et Rive Droite auxquels il faut ajouter les clubs de jazz et les cabarets gays et transformistes. La Rive Gauche est le fief de la chanson à texte, voire engagée, des auteurs compositeurs-interprètes. C’est dans les cabarets de la Rive Gauche que les plus grands noms de la chanson française ont débuté : Barbara, Gréco, Brassens, Brel, Ferré, Béart, Bécaud, Ferrat, Gainsbourg, Vian, Mouloudji, Lemarque, Philippe Clay, Boby Lapointe, Les Frères Jacques, Aznavour, Moustaki et tant d’autres. Ces cabarets aux scènes minuscules sont un tremplin pour ces chanteurs débutants venus chercher la gloire à Paris. Leur rêve secret est d’être engagés dans les cabarets Rive Droite, moins nombreux, plus chics et plus rémunérateurs, proposant des dîners-spectacles tournés vers une clientèle bourgeoise et internationale (« C’était le diable », se souvient Jean Rochefort). Mais le succès des cabarets n’aura qu’un temps : l’avènement de la radio, du disque et surtout de la télé aura peu à peu raison d’eux et leur âge d’or se termine avec mai 68. Notre mémoire collective se souvient encore de nombre d’entre eux :
- Sur la Rive Gauche : La Colombe, Le Cheval d’Or, L’Ecole Buissonnière, La Contrescarpe, Le Port du Salut, La Rose Rouge, La Galerie 55, Chez Moineau, Le Club du Vieux Colombier, Le College Inn, La Polka des Mandibules, L’Echelle de Jacob, L’Ecluse, La Rose Rouge, Le Tabou, La Fontaine des quatre Saisons.
- Sur la Rive Droite : Chez Agnès Capri, La Tête de l’Art, A l’Echanson, Milord L’Arsouille, L’Amiral, Le Bœuf sur le Toit, Le Drap d’Or, Le Vernet, La Villa d’Este, Chez ma Cousine, Chez Patachou, Chez Plumeau, Le Lapin Agile, Aux Trois Baudets.
- Quelques adresses du Paris Gay : Le Liberty’s, Madame Arthur, Le Fétiche, Chez Moune, La Vie Parisienne, Le Capricorne, Le Carrousel de Paris, Le Monocle, Elle et lui.
- Et des clubs de jazz fameux : Aux trois Mailletz, Le Caveau de la Huchette, Les Lorientais, Le Club Saint-Germain, Le Slow Club, Le Tabou, Le Chat qui pèche.

Les music-halls à Paris
Au-delà de l’Olympia, une des salles de spectacle les plus célèbres du monde (Bob Dylan y fera ses débuts parisiens le 24 mai 66, douze ans après la réouverture de la salle par Gilbert Bécaud le 5 février 54), Paris a connu de nombreuses salles de spectacle à succès, célébrées par Charles Trenet dans « Moi, j’aime le music-hall » (1955). Il faut en particulier citer (avec, pour chacun d’elles, des dates de passage des artistes de cette anthologie) :
- L’ABC : Dario Moreno (22/01/60, 10/10/62), Jean Constantin (16/11/62),
- L’Alhambra : Dario Moreno (2/07/54, 11/11/55, 10/05/57),
- Bobino : Dario Moreno (15/10/54, 30/10/58, 3/03/60), Jean Constantin (16/03/56,)
- Le Central de La Chanson : Dario Moreno,
- L’Européen : Dario Moreno (19/10/61),
- Les Folies-Bergères : Joséphine Baker (1926, puis 1949 pour ses « premiers » adieux),
- L’Olympia : Joséphine Baker (14/05/54, 27/05/59), Dario Moreno (11/06/54, 16/12/54, 25/08/55, 4/10/56, 26/03/59), Jean Constantin (31/05/55, 17/11/55, 23/08/56, 18/02/60), Benny Bennet (27/10/55), Marino Marini (11/04/57, 16/01/58), Harold Nicholas (27/05/59), Bob Azzam (3/11/60),
- Pacra : Jean Constantin (6/03/64, 11/11/65).

Jean Constantin (1923-1997)
Il naît à Paris, le 9 février 1923. Son père « Brésilo-communiste » (dixit Pierre Desproges) est chef d’atelier chez Bendix. Il grandit à Clichy, s’initie au piano avec sa mère, se passionne pour Fats Waller, Duke Ellington et le jazz entendu dans les bases américaines d’Allemagne. Remarqué par Bruno Coquatrix lors d’un concours à l’Alhambra, il connaît un premier succès d’auteur-compositeur en 1952 avec « Mon manège à moi », interprété par Edith Piaf, puis « Mon truc en plumes » de Zizi Jeanmaire. En 1959, il compose la musique des Quatre Cents Coups de Truffaut (grand amateur de variété, qui fit aussi connaitre Boby Lapointe). Dans le milieu des années 50, il écume les cabarets parisiens, des Trois Baudets au Don Camillo, Au Vieux Colombier, Chez ma Cousine et à la Villa d’Este, et est un invité régulier du Concert Pacra, de l’Olympia et de Bobino, où il enregistre deux albums 25 cm. Sous le pseudonyme de Big Cesar, il enregistre avec son orchestre des instrumentaux marqués par les rythmes latino-américains et le jazz (Lola, C’t air-là).
1,73 mètre pour 100 kilos, il impose un personnage de scène à la fois bougon et chaleureux, martelant son piano en équilibre instable sur son tabouret. Amateur de déguisements et de chapeaux farfelus, la moustache gauloise, une calvitie précoce, il apporte à la variété française la dynamique des musiques cubaines, des arrangements soignés et inventifs, une diction laconique et pleine de swing, des paroles loufoques aux jeux de mots improbables.
Le temps des grands succès passés, on pouvait le voir à la Villa d’Este (4, rue Arsène Houssaye) dans les années 80, reprenant son répertoire, puis dans des tournées provinciales, accompagné par son fils aux percussions.
Il disparait en 1997.
Dans son vaste répertoire de plus de 300 chansons, il a fallu faire un choix. Nous avons privilégié trois enregistrements publics à l’Olympia et un à Bobino, qui restituent le fantaisiste et l’homme de scène.
Baratucatin est un baratin sur les orchestres cubains qui introduit ses grands succès Shah Shah Persan et Les Pantoufles à Papa (paroles de Nougaro), avec un hommage aux « orchestres cubains belges ».
Lola est son adaptation de Lullaby of Birdland, créé en 1952 par le pianiste de jazz aveugle George Shearing, dont Sarah Vaughan donna, avec l’aide de Clifford Brown, une version vocale de référence.
Brasileiro Solero est un boléro à l’arrangement hypnotique.
En 1957, Big Cesar est un des premiers à populariser en France le rock, avec un EP « Rock, Rock, Rock », dont est extrait Rock’amadour.
Conché est l’adaptation d’un succès italien du crooner Nicola Arigliano, joué également par Marino Marini.
Le penchant italien de Constantin se poursuit dans Napoli Jolie, un rock simple et chaleureux.
Nous quittons Jean Constantin sur A Chat Siné, un titre écrit avec son ami dessinateur Siné, un Cha-cha-cha en hommage aux chats. Dans les notes de pochette du EP, Siné prophétique écrit : « Il a fait de mes chats (qui étaient déjà géniaux), un œuvre immortelle, qui figurera à coup sûr dans les futures anthologies, parmi les chefs d’œuvre du XXème siècle, à côté des Mustapha, Kili Watch et Itsy Bitsy Petit Bikini ».
Nous honorons ici deux de ses quatre vœux.

Dario Moreno (1921-1968)
Né le 3 avril 1921 à Aydin, près de Smyrne (qui nous a aussi donné Magali Noël et… Edouard Balladur), David Arugete est d’origine turque par son père et sépharade par sa mère. Placé jusqu’à 4 ans dans l’orphelinat Nino de Guerfanos, il chante, adolescent, dans la synagogue d’Izmir, puis dans ses cabarets. Avec le succès, il déménage dans le quartier de l’Ascenseur (aujourd’hui, Rue Dario Moreno). Il rejoint ensuite Athènes et débarque à Paris en 1946, avec l’orchestre américain de Mac Allen. Il devient une vedette de la scène (Olympia en 54, avec Brel, puis en 59…, Bobino en 58 et 60…), du disque, de l’écran (comme dans le film « Voulez-vous danser avec moi » avec Bardot) de l’opérette et même du théâtre (première de « L’Homme de la Mancha » au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles, en octobre 68, avec Jacques Brel). Au gré des modes, il enregistre des airs de Cha-cha-cha, de Samba et de Twist. Fatigué par les excès de sa vie mouvementée, il trouve la mort à 47 ans, lors d’un passage à Istamboul d’une crise cardiaque sur la route de l’aéroport. Il est enterré en Israël.
Ses costumes soyeux, ses chemises excentriques, ses cheveux brillants de Gomina, sa moustache à la Little Richard, mais surtout son formidable talent vocal en font une personnalité incontournable de la variété des années 50. Il incarne un cosmopolitisme bon-enfant et optimiste, enregistre dans de multiples langues et en particulier son turc natal, à une époque où les modes circulaient tout autour du Bassin Méditerranéen. Il se qualifiait lui-même avec une autodérision attristée de « loukoum chantant ». Le paradoxe voulait qu’il soit à la fois l’artiste aux plus fortes ventes de disques et celui qui déclenchait les critiques les plus haineuses sur son obésité, son homosexualité et ses origines « moldo-valaques ».
Avec l’orchestre de Michel Legrand, il enregistre Mé Qué… Mé Qué, une composition de Bécaud – Aznavour, et aussi Papa Loves Mambo, le succès américain de Perry Como.
Avec Claude Bolling, il donne sa version de Rock a Conga des Applejacks.
On le retrouve en 61 au Carnaval de Rio, pour une version brésilienne de La Marmite avec Carlos Monteiro de Souza et son orchestre. Cette même année, il enregistre une excellente version de You talk too much du chanteur néo-orléanais Joe Jones, où il donne libre court à des mélismes orientaux soutenus par les rythmes second line de jazzmen français réunis en studio.
Il rend hommage à sa partenaire de cinéma avec son plus grand succès, Brigitte Bardot, le tube du Brésilien Jorge Veiga, écrit par Miguel Gustavo.
Enfin, nous le quittons avec un hommage à sa ville tant aimée de Smyrne, Canim Izmir, chanté dans sa langue natale.

Bob Azzam (1925-2004)

Né en Egypte (Le Caire ou Alexandrie2 ?) Waddie Georges Azzam le 24 octobre 1925, d’une famille d’origine libanaise, il poursuit en 42 des études en électronique dans la Royal Navy britannique et crée une petite entreprise dans ce secteur qui travaille pour l’aménagement de palais de Fayçal d’Arabie (Toute sa carrière, il sera attaché à la qualité technique de ses enregistrements. Il est le créateur d’une chambre d’écho hors studio). Il quitte le Liban en 58 en raison de la grave crise politique qui touche le pays.
Il démarre sa carrière artistique en Italie, à la fin des années 50, en reprenant, avec son orchestre, les succès de Marino Marini.
Il est indirectement responsable de la carrière de Claude François : en septembre 59, il refuse une tournée en Egypte et se fait remplacer par l’orchestre de Marcel Bianchi dans lequel Claude François est percussionniste. Celui-ci refuse à son tour le voyage et démarre alors une carrière de chanteur.
Lors de ses premiers enregistrements en France pour Barclay en décembre 59, la composition de son orchestre témoigne de son œcuménisme européen :
- Giorgio Susa / Yougoslavie / Saxo ténor, flute
- Jack Sewing / Hollande / Basse
- Hans Felka / Allemagne / Piano
- Gio Roselli / Italie / Batterie
- Helmer Olsen / Danemark / Vibraphone, trompette
- Et Miny Gérard / France / Chant, « qui rencontra Bob au Caire, l’aima à Beyrouth et l’épousa à Genève ».

En 1960, il connait de grands succès discographiques : Mustapha, un temps hymne officieux des « Pieds Noirs » et interdit d’antenne, Fais-moi le Couscous ou Viens à Juan-les-Pins. Il croise Jacques Brel à l’Olympia. Son orchestre tourne sans relâche dans les cabarets et casinos de la Méditerranée. Il s’installe à Genève où il ouvre le cabaret Maxim’s, Place des Alpes. Time Magazine lui consacre un article élogieux en mai 1960. Cette période de succès terminée, on le retrouve en 1967 au Club Opéra de Stockholm. Il meurt le 24 juillet 2004 à Monaco.
Pantalon et chaussures blanches, veste de smoking impeccable, nœud papillon fantaisie, lunettes à fines montures, il incarne le chic des boites de nuits internationales.
Outre ses deux grands succès Fais-moi le couscous, Chéri, et Mustapha, nous vous présentons Cha-Cha Mambo, sa version du succès de Tito Puente, Ismaïlia, hommage à la ville qui vit naître Claude François, Habibi Rock, « le rock de ma chérie », La Pachanga, la nouvelle danse à la mode venue de Cuba, Le Marsupilami, en hommage à la création du dessinateur Franquin pour le Journal Spirou, et pour finir Ali Baba Twist qui sera repris par Kôkô (Claude François) sur son premier EP.

Fredo Minablo et sa Pizza musicale
Sous ce pseudonyme, se cache l’accordéoniste Ferdinand « Freddy » Balta (21/12/1919 - 8/1/2002) qui chante Tout Fonctionne à l’Italienne, une adaptation de « Tu vuo fa l’’Americano », accompagné par l’orchestre d’André Popp.
Dans les années 50, Boris Vian fut un observateur sarcastique et avisé des modes et des tendances musicales. Il ne pouvait donc pas passer à côté de la fascination qu’exerçait alors l’Italie, en adaptant le succès de Renato Carosone. Dans les notes de la pochette originale, Lydio Sincrazi (adapté par Boris Viani) précise : « Fredo Minablo peut être considéré comme un concurrent dangereux pour tous les maîtres italiens du genre, Ramino Ramini, Remoto Carabossone ». Sacré Boris, jamais à court d’une pochade estudiantine.

CD 2
Nous voici maintenant en Italie.
Vespa, Riva, Dolce Vita, tel est alors le tiercé gagnant d’une dolce vita rêvée par les utilisateurs de Vespa et d’une dolce vita vécue par les propriétaires de Rivas. Après 20 années de fascisme, les épreuves de la guerre, le débarquement américain en Sicile, l’Italie croit à nouveau en son destin et embrasse la modernité. Son cinéma et ses vedettes conquièrent l’Europe. Ses musiciens ne sont pas en reste. S’appuyant sur leur goût éternel pour le bel canto, puisant dans les rythmes folkloriques des danses paysannes, y intégrant le swing du jazz et les syncopes afro-cubaines, ils connaissent de 1955 à 1960, un immense succès national puis international. Ils ont nom Renato Carosone, Marino Marini, Fred Buscaglione, parmi tant d’autres.

Renato Carosone (1920-2001)
Natif de Naples (3 janvier 1920), il fait des études musicales au Conservatoire, crée un petit groupe de jazz, qui part en tournée en Ethiopie pendant l’occupation italienne (1936-1941). De retour en Italie après-guerre, il crée en 1949, au Checker Club de Naples, un trio avec Van Wood à la guitare et le batteur napolitain Gegé di Giacomo. Ce trio devient quartette avec l’addition du prodige hongrois Elek Bacsik à la contrebasse (qui connaitra le succès en France dans les années 60, avec de magnifiques instrumentaux jazzy à la guitare). Les années 50 sont celles de ses plus grands succès, et il devient un des artistes les plus en vue en Italie. En 56 il est la vedette du cabaret Caprice à Milan. En 1957 il conduit une tournée à Cuba et aux USA, et joue au Carnegie Hall de New York. Il se retire en 1960 au sommet de sa gloire et se consacre à la peinture. S’en suivent plusieurs comebacks, des enregistrements avec grand orchestre et de nombreuses apparitions à la télé.
Renato Carosone, pianiste virtuose, très marqué par le jazz, crée une fusion originale et réussie de la Canzonetta napolitaine (il chante en Italien et aussi en dialecte napolitain), du jazz et des rythmes à la mode venus de Cuba. Orchestrant avec classe des arrangements toniques, il propose un vaste répertoire de chansons souvent écrites en collaboration avec le parolier Nicola Salerno (NISA).
Tu Vuo Fa L’Americano moque un jeune Napolitain « qui descend en carillonnant la Via Toledo comme un voyou », pour se faire remarquer et qui veut boire du whisky, danser le Rock’n Roll, jouer au baseball et fumer des Camel avec de l’argent pris dans le sac de sa mère. Sophia Loren reprend ce titre dans le film C’est arrivé à Naples.
Mambo Italiano est la reprise du succès américain de Rosemary Clooney.
Guaglione, le gamin en dialecte napolitain, est connue en France sous le titre de Bambino. Destinée à Claudio Villa, elle est créée par Aurelio Ferrio et deviendra un énorme succès international dans la version de Marino Marini.
Chella Là (Cette fille-là en Napolitain) est une chanson où Carosone cherche à oublier son ancien amour.
Maruzella qui signifie en dialecte napolitain coquillage et par association accroche-cœur, est aussi le diminutif affectueux de Mariza, prénom de la femme de Carosone.
Caravan Petrol moque la recherche infructueuse de pétrole par une caravane de Bédouins.
In Un Mercato Persiano est une pièce orchestrale du compositeur anglais Albert Ketèlbey, jouée pour la 1ère fois en 1920. Serge Gainsbourg en a repris un des thèmes dans Ma Lady Héroïne.
Malafemmena est une chanson écrite par Totò (Antonio de Curtis), le génie comique du cinéma italien natif du quartier de La Sanita à Naples. Elle apparaît dans son film Totò, Peppino et la Malafemmina.

Van Wood (1927-2010)
De son vrai nom Peter Van Houten, il est un des premiers virtuoses de la guitare électrique et effectue des tournées mondiales dès 1947. En Italie, en 1949, il rencontre Renato Carosone et forme avec lui le Trio Carosone. A partir de 54, il se lance dans une carrière solo. Dans les années 60, il ouvre le nightclub Amsterdam 19 à Milan. Il meurt à Rome le 10 mars 2010.
Il chante ici en Français la chanson du film Le Rififi, et donne sa version de Papa loves Mambo à comparer à celle de Dario Moreno.

Les Brutos
I Brutos sont un groupe de rock parodique italien, créé à Turin par Ettore « Gerry » Bruno, à la fin des années 50. Ils passent à l’Olympia en 1961 aux côtés de Johnny Halliday. Leur notoriété en France est due à la présence dans le groupe d’Aldo « La Classe » Maccione, devenu par la suite un acteur comique à succès. Ils chantent ici, accompagnés par Jacques Loussier, Baby Rock, une composition de Renato Carosone.

Marino Marini (1924-1997)
Il est comme un frère cadet « du Nord de l’Italie » du Napolitain Renato Carosone avec qui il a beaucoup de points communs et dont il partage le répertoire. Né le 11 mai 1924 à Seggiano au sud de Florence, il étudie l’électronique et apprend le piano et la composition au Conservatoire de Bologne. Après-guerre, il se rend à Naples comme directeur artistique du Metropolitan Music Hall.et y découvre la chanson napolitaine. En 1948 il passe 6 mois aux Etats-Unis, rencontre Gillespie, Kenton et Ventura. De retour en Italie, il joue dans des cabarets de Rome et Naples. En 1954 il crée son quartet avec « Toto » Savio à la guitare, Sergio à la basse et Ruggero Cori à la batterie et au chant. Leurs premiers enregistrements pour Durium datent de 1955. De 55 à 60, le quartet va connaître un succès grandissant. Guaglione sera le premier disque européen à se vendre à plus de 5 millions d’exemplaires. Le style de Marino Marini est à la rencontre de la tradition napolitaine et des rythmes à la mode. En 1958, pendant une tournée qui le mène à l’Olympia, il rencontre le Président Coty. Très populaire en France, sa série de disques « Dansons joyeusement avec Marino Marini », est un incontournable des surprises-parties que l’on retrouve encore aujourd’hui dans toutes les brocantes. Il poursuit sa carrière jusqu’en 1966. Il meurt à Milan le 20 mars 1997.
Don Ciccio O Piscatore est un de ses premiers succès. Scapricciatiello est la chanson du film Wild is the wind où elle est interprétée par Anna Magnani. Elle apparaît également dans la bande originale de Mean Streets de Scorcese. Stu Mambo Cha Cha Cha rappelle l’engouement de l’époque pour des danses toujours nouvelles. Moliendo Cafe est une composition du chanteur Vénézuélien Hugo Blanco, devenue populaire auprès des supporters de football à travers le monde.
Come Prima (comme avant) fut un succès pour Marino Marini dans le hit-parade anglais et est bien connue, en France, dans sa version par Dalida.
Pulecenella (Polichinelle, en Napolitain) rend hommage à un personnage populaire du théâtre napolitain, dont on trouve encore les marionnettes dans les boutiques traditionnelles de la via San Gregorio Armeno.

Fred Buscaglione (1921-1960)
Né à Turin le 23 novembre 1921, il chante du jazz et joue de la contrebasse dans des clubs de sa ville natale. Interné dans un camp américain pendant la guerre, il se frotte aux musiciens US et joue avec l’orchestre de la radio alliée de Cagliari. De retour à Turin, il fonde les Asternovas et démarre une carrière dans les nightclubs, incarnant un personnage de gangster américain parodique à la Eddie Constantine. On le voit ainsi jouer dans le film Noi Duri de Totò. Avec son ami Leo Chiosso, rencontré au Grand Caffé Ligure, il écrit nombre de chansons à succès, réalise des ventes de disques pharaoniques dès 1956 (Che Bambola se vend à plus d’un million d’exemplaires). Il est réclamé par la radio, la télé et le cinéma. A 38 ans, il trouve la mort au petit matin à Rome, devant l’Ambassade américaine, au volant de sa Ford Thunderbird rose qu’il surnommait « sa beauté criminelle » (dans des circonstances analogues à celles du décès du playboy Porfirio Rubirosa, 5 ans plus tard). Il était marié à la chanteuse Fatima Robin (Fatima Ben Embarek) rencontrée en 1949 au nightclub Cécile de Lugano et que l’on entend sur certains de ses enregistrements.
Son style emphatique préfigure les exploits vocaux des rockeurs italiens des années 60, à la Celentano.
Créée en 1958, Love in Portofino contribua à la notoriété internationale de la station balnéaire.
Porfirio Villarosa est une satire de Porfirio Rubirosa, dans laquelle il fait du playboy un ouvrier d’une usine textile de Turin. Che Bambola, Whisky Facile et Juke Box célèbrent des clichés d’une Amérique rêvée. Noi Duri est la chanson du film de Totò où Fred Buscaglione joue un agent du FBI, le commissaire Fred Bombardone, qui se fait passer pour un chef d’orchestre de jazz. Ce sera sa dernière apparition à l’écran, le film sortant en février 60, le mois de sa mort.
Comme ceux de Carosone, ses succès vivent encore aujourd’hui, joués en concert par des chanteurs italiens actuels comme le talentueux et pataphysique Vinicio Capossela.

Aurelio Fierro (1923-2005)
Né le 13 septembre 1923 à Montella, en Campanie, il débute sa carrière en 1951, connait le succès avec le standard Guaglione et enregistre un important catalogue pour la firme Durium. Le « gentleman de la chanson napolitaine » s’essaie ici au rock dans un hommage à sa ville : Napulitan Rock.

Claudio Villa (1926-1987)
Avec 3 000 chansons enregistrées, 45 millions de disques vendus, ce natif du Trastevere de Rome est un des grands noms de la chanson italienne même s’il est méconnu en France. Il est un des rois de la chanson napolitaine : dès le début de sa carrière en 1947, il enregistre Cuore Napoletano.
Zi Gennaro Rock’n Roll (le rock de Tonton Janvier) est un hommage au Saint patron de Naples, dont le sang, contenu dans une ampoule, se liquéfie chaque année au Duomo, devant la foule des fidèles, pour porter bonheur à la ville.

Betty Curtis (1936-2006)
De son vrai nom Roberta Corti, cette Milanaise débute sa carrière de chanteuse en 1957. Epouse de Claudio Celli du Quartetto Radar, habituée du Festival de San Remo, elle représente l’Italie à l’Eurovision en 1961 avec le titre Al Di La. Cette même année, elle enregistre Napoli Choc.


CD 3

Sophia Loren (1934)
Elle a mené une carrière discographique intéressante, enregistrant par exemple en duo avec Peter Sellers.
Elle chante ici Mambo Bacan (le Mambo du dandy /gigolo) sur la musique duquel elle danse dans le film La fille du fleuve (1955).

Quartetto Radar
Ce quartette vocal est composé de : Claudio Celli, Gianni Guarnieri, Dino Comolli et Stelio Settepassi. Il a connu le succès de 57 à 61. Le 4 novembre 1958, il remplace au pied levé Billie Holiday, victime de mauvaises critiques, au Smeraldo de Milan.
Il interprète ici Cancion del Mar sur un rythme de baïon.

Peppino de Capri (1939)

De son vrai nom Giuseppe Faiella, ce natif de Capri connait le succès avec son groupe The Rockers. Ce rockeur à lunettes façon Buddy Holly chante dans les nightclubs de la côte italienne sur les rythmes à la mode, comme Mambo Alphabetico en 1958 ou St Tropez Twist en 1962. Il assurera même la première partie des Beatles en 1965, lors de leur seule tournée italienne.

Coccinelle (1931-2006)
Née Jacques Dufresnoy à Paris, elle est la première personnalité à faire prendre conscience au grand public du sujet de la transsexualité, avec franchise et élégance. Elle rencontre dans un salon de coiffure de la rue Blondel une prostituée qui lui présente Madame Germaine, la directrice du cabaret transformiste « Madame Arthur », 75 bis, rue des Martyrs. Elle y débute en 1952, accompagnée au piano par Joseph Ginsburg (à qui son fils Serge succède en 54) et, le succès venu, rejoint le plus huppé « Carrousel de Paris », rue du Colisée. Elle passe à l’Olympia en 1963 dans le spectacle « Cherchez la femme ». Elle enchaîne ensuite les tournées internationales, puis se fixe, en 1978, à Berlin. Elle meurt à Marseille en 2006.
Son style vocal est influencé par Doris Day et Jacqueline François. Elle chante ici, Prends-moi ou laisse-moi, une version française du succès américain « Love me or leave me » de 1928.

Ghigo (1936)

Arrigo Agosti est un chanteur milanais dont la carrière démarre en 58 avec son groupe « Ghigo et Gli Arrabbiati » : en vacances à Paris, il découvre le spectacle de Coccinelle et lui dédie la chanson Coccinella, censurée sur la RAI. « Le nègre blanc italien » aura ensuite une carrière qui le mènera du Rhythm’n Blues au Prog Rock (à noter, une version de « Whiter shade of pale » sous le nom de Probus Harlem).

Josephine Baker (1906-1975)
Cette grande dame du music-hall, cette grande dame tout court, nous donne en 1961, sa version de Piel Canela de Bobby Capo, le chanteur compositeur portoricain.

Benny Bennet (1922)

Cet Américain démarre sa carrière de percussionniste comme accompagnateur de grands du jazz. Il remplace Tito Puente dans l’orchestre de Machito. Il débarque à Paris avec l’armée américaine. En 1950 il anime l’orchestre du Vieux Colombier de Juan-les-Pins. Au milieu des années 50, il est pendant 3 ans le chef d’orchestre du Moulin Rouge, puis travaille au Carroll’s et enregistre à la même époque une profusion de disques de danses pour le label Vogue. En 62/63, il anime le nightclub Le Tremplin à Courchevel, puis il retourne aux USA. Il joue ici sa version de Mambo En Sax du Cubain Perez Prado.

Ben (1925)
Né en Gironde en mars 1925, Ben Bakrim, dit Zouber, devient chef d’orchestre du Lido au milieu des années 50 où il rencontre sa femme, une danseuse anglaise. Surnommé Big Ben par son ami Moustache (François Alexandre Galepides qui formera bien plus tard le groupe Les Gros Minets avec Jean Constantin), il enregistre avec sa Tumba et son orchestre des airs de danse à succès à partir de 1954. Il joue ici The Speak Up Mambo du Cubain Al Castellanos et Marijuana du Portoricain Tito Puente.

Don Barreto (1909-1997)
Né à La Havane, il arrive à Paris en 1927. Il accompagne à la guitare des musiciens de jazz, puis crée en 1932 son orchestre au Melody’s Bar, où débutera Jean Sablon. Dans les années 50, avec son orchestre Les Cuban Boys, il enregistre une série de disques de mambo et de Cha-Cha. Il meurt à Paris à l’âge de 88 ans. Il interprète ici Le Marchand de Cacahuètes, un air traditionnel cubain : El Manicero.

Jack Ary
« Voyage, vacances, rêves ou souvenirs, le Cha-Cha-Cha avec Jack Ary est une danse bien agréable ». Ainsi se présente le High Society Orchestra de Jack Ary sur les notes d’une pochette de disques. Parfois confondu avec l’acteur homonyme des Branquignols, Jack Ary a mené jusqu’à la fin des années 60, une carrière de chef d’orchestre et de chanteur. On le verra même à la télévision en 67, lors d’une soirée électorale. Il interprète ici Amour de St Tropez (sur la plage).

Harold Nicholas (1921-2000)
Né à Winston-Salem en Caroline du Nord, il crée avec son frère Fayard, les Nicholas Brothers, un duo de tap dancing. Après une carrière à Hollywood, Harold Nicholas s’installe en France et mène une carrière solo de chanteur et de danseur. En 1959, il reprend en Italien, Arrivederci, le succès du chanteur et pianiste génois Umberto Bindi.

Marcel Bianchi (1911-1998)

Il nait à Marseille de parents d’origines corse et italienne. Fan de Django, il joue avec son quintette à la fin des années 30. Il est une figure familière des cabarets parisiens « Le Bœuf sur le Toit », « Le Joker », « La Villa D’Este », « Le Don Juan », « La Mascotte »,… En 1941, évadé, il se retrouve à Nice puis en Suisse, où il achète une guitare électrique dont il est un des premiers utilisateurs en France. Dans les années 40, il enchaîne les tournées, joue 6 mois à l’Héliopolis Palace au Caire, et pour le Roi Farouk. Dans les années 50, il est une vedette du disque et consolide sa réputation dans les cabarets de la côte d’Azur, au Sporting Club de Monte Carlo (où Claude François fait partie de son orchestre, en 1959), au Maxim’s de Nice. De mai à septembre 59, il embauche Claude François comme percussionniste de l’orchestre de l’Hôtel Le Provençal, à Juan-les-Pins. Il enregistre à la fin des années 50 des instrumentaux rock, sous le pseudonyme de Johnny Rock Guitare. Au début des années 70, il se fixe au Carlton de Cannes, jusqu’en 1988.
Célèbre auprès des amateurs de jazz pour ses disques d’instrumentaux et de musique hawaïenne, il connait aussi le succès dans la variété en 1960, avec sa composition Viens à Juan-les-Pins, chantée avec sa femme Denise Varène. Sur le même EP « Petit Night-Club à Juan-les-Pins », il joue également Ricardo d’Ischia, un boléro cha cha.

Los Cangaceiros
Sous ce nom se cachent Yvan Morice et Jean-Claude Gilbert, 48 ans à eux deux à l’époque, qui ont enregistré avec El Super Orquesta de 30 exécutants, une série de disques de danse. Ils reprennent ici Shish Kebab, le succès instrumental américain, joué avant eux par les orchestres de Ralph Marterie ou Ted Heath.

Les cabarets orientaux
Dès avant-guerre, des maisons de disques françaises (Pathé, Vogue, Odéon…) venaient en Algérie, au Maroc et en Tunisie enregistrer des artistes locaux. L’un des premiers à connaître le succès fut l’Algérien de Blida, Mohamed El Kamel. Puis les enregistrements se font dans des studios parisiens. S’ouvrent alors en parallèle, dès les années 30, des cafés et des cabarets dédiés à ces musiques, le Chaabi d’Alger, le Raï d’Oran, Le Malouf de Constantine, nourries des grands maitres égyptiens et de l’héritage andalou perpétué par les musiciens juifs. Cet âge d’or des cabarets orientaux prendra fin après les indépendances, dans les années 70.
El Djazaïr ouvre rue de la Huchette, dès 1935. Il recrée l’ambiance du El Djazaïr original d’Alger et accueille une clientèle française et d’étudiants du monde arabe. Il est animé pendant l’occupation allemande par le chansonnier algérien Rachid Ksentini. Son patron Mohand Iguerbouchène (1907-1966), d’origine kabyle, a fait des études musicales en Angleterre, puis en Autriche. Il évolue de la musique symphonique vers le cinéma et collabore avec Vincent Scotto à la musique de Pépé Le Moko. En 1938, il rencontre Salim Halali, pour qui il écrit de nombreuses chansons de style flamenco en Arabe et en Kabyle. Après-guerre il est écarté de la direction d’El Djazaïr pour collaboration, et poursuit ensuite sa carrière au Liban, puis de retour en Algérie.
Dans le 5ème arrondissement s’ouvrent aussi : La Casbah, rue de la Harpe, et le Tam Tam (pour Tunisie, Algérie, Maroc), café de la rue Saint-Séverin, devenu cabaret tenu par Mohamed Ftouki, le père de la future diva, Warda El Djazaïria. Il sera expulsé vers le Liban pour sympathie avec le FLN.
Citons aussi :
- Le Soleil d’Algérie, rue du Faubourg Montmartre (chanté par Staïffi) où Lili Boniche connait un grand succès de 1946 à 1948 avec François Mitterrand au premier rang de ses admirateurs.
- Les Nuits du Liban, square Séverine, Le Bagdad, rue Saint-André des Arts, le Dar-El-Beïda, rue de la Huchette, Le Koutoubia, ainsi que Le Nomade, où se produit Blond Blond.
Et enfin dans le quartier de l’Etoile, Ismaïlia Folies, avenue Montaigne, ouvert en 1947 dans l’ancien hôtel particulier de Ferdinand de Lesseps et Le Sérail, rue du Colisée, ouvert en 1948, qui accueillent une clientèle huppée et internationale qui va du Roi Farouk à Oum Kalsoum. Ces deux cabarets appartiennent à Salim Halali (1920-2005). De son vrai nom Simon Halali, ce chanteur arabo-andalou arrive en France en 1937 et connaît le succès dans les cabarets de flamenco avec un répertoire que lui composent Mohamed El Kamel puis Mohand Iguerbouchène. Il est ensuite engagé au Café Maure par le Recteur de la Mosquée de Paris, Si Kaddour Benghabrit, qui le protège pendant la guerre. En 49, il retourne au Maroc animer Le Coq d’Or, un music-hall prestigieux de l’ancienne Medina de Casablanca où se produisent Line Monty, Blond-Blond, Lili Boniche et bien d’autres.

Staïffi
Alberto Staïffi (le « natif de Setif ») est le nom de scène d’Albert José Darmon, un chanteur pied-noir, qui connait le succès en 1960 avec sa reprise de Mustapha, et mène une carrière dans les cabarets orientaux parisiens comme « Le Soleil d’Algérie ». Ami de Sidney Bechet et de Jean Constantin, signé comme eux par le label Vogue, il passe à l’Olympia en première partie de celui-ci. La presse le surnomme « l’Orientaliste de la chanson française », « le sultan du Cha-Cha oriental », « celui qui sait relier en musique l’extrême Occident au Proche Orient ». Il chante ici Le Ana Sentimental, une chanson de Yousfi Hallaoui3, que populariseront aussi Lili Boniche et Enrico Macias, sous le titre l’Oriental.

Zina Nahid
Amy Anahid est née à Athènes d’une famille arménienne. Elle grandit à Alger où elle apprend la danse. Elle y rencontre son mari Armand Canfora qui sera plus tard le pianiste de Mick Micheyl. Sous son vrai nom elle enregistre plusieurs EP, dont le fameux « Rock c’est un rock » et sous le nom de Zina Nahid des chansons orientales accompagnées par Ali Hodja et ses Hadjis. On la retrouve au début des années 60 sous le nom d’Anahide, reprenant le répertoire d’Enrico Macias sur le LP « Surprise Partie Pieds-noirs » (« On s’est mis devant une anisette capable » indiquent les notes de pochette). Elle chante ici Ah ! Ya Zine (Oh ! Ma Belle), un air folklorique.

La tradition arabo-andalouse dans la chanson francarabe
Les trois artistes qui clôturent cette anthologie ont en commun d’appartenir à la communauté juive d’Algérie qui perpétue les traditions sépharades de la musique arabo-andalouse. Ils ont été enregistrés à Paris au début des années 60 par le label Dounia (« monde » en arabe). Réputé dès les années 50, Dounia avait mal négocié le passage du 78 tours au microsillon, et avait été racheté en 1960 par El Kahloui Tounsi (Elie Touitou), natif de Tunis. Virtuose des percussions, il se lance dans la chanson et arrive à Paris en 1948. Après un retour en Tunisie pour parfaire son éducation musicale, il est à nouveau à Paris, fin 51 et joue pendant 2 ans à l’El Djazaïr. En 1953, il est sur la scène du Carnegie Hall, où il accompagne Harry Belafonte. Il mène une carrière multiple de compositeur, de chef d’orchestre, d’impresario (il aide au lancement de la carrière de Warda), de propriétaire de salles (Le Palais Bergère, puis le Bataclan en 1976). Son fils Maurice sera le violoniste du groupe rock Les Variations auquel il apportera des sonorités orientales originales.

Lili Boniche (1921-2008)
Elie Boniche est né à Alger. Il étudie tout jeune chez Saoud l’Oranais4, un des maitres de la musique arabo-andalouse. A quinze ans il a déjà une émission musicale sur Radio Alger. Il est un des principaux modernisateurs du Chaâbi, à la guitare comme au chant. A Paris, il est une des vedettes des cabarets orientaux comme « Le Soleil D’Algérie », rue du Faubourg Montmartre où François Mitterrand, député de la Nièvre, vient l’écouter chaque soir avec sa bande d’amis. Sa voix envoûtante, ses accords de guitare captivent dans ses compositions et ses versions du répertoire francarabe. Il avait pris sa retraite à la fin des années 50, pour relancer sa carrière en 1990 avec une série de disques et de concerts à succès. Il nous donne ici son arrangement original du grand succès Bambino.
Il est particulièrement à son avantage dans sa longue version du traditionnel Ana Fi El Houb.

Blond-Blond (1920-1999)
Né à Tlemcen, de son vrai nom Albert Rouimi, il fait, comme Lili Boniche, ses premières armes auprès de Saoud l’Oranais. En 1937 il fait un premier séjour à Paris et tente de lancer sa carrière de chanteur. De retour à Oran en 1939, il devient un chanteur populaire en Algérie et au Maroc et y gagne son surnom d’ambianceur, avec un répertoire de classiques arabo-andalou mis au goût du jour, et de chansons fantaisistes de sa composition. En 1946 il est de retour à Paris et chante pour des soirées privées et dans les cabarets orientaux à la mode « Au Soleil d’Algérie », « El Djazaïr », « Les Nuits du Liban », « Le Nomade ». Il enregistre plusieurs 78 tours, puis des microsillons pour le label israélien Zakiphon, Pathé et Dounia. A plusieurs reprises, il a l’occasion de retourner en Algérie et d’y chanter. Il meurt à Marseille à l’âge de 80 ans. Plutôt que ses succès de fantaisie (La Bombe atomique, Les Merguez, Darla Dirladada…), nous avons choisi une ballade lente à la « Saint James Infirmary », où il évoque sa condition d’Albinos, sur une composition de José de Suza.

Line Monty (1926-2003)
Eliane Serfati, native d’Alger, est très vite attirée par la musique, que ce soient les chansons réalistes de Damia, Marjane ou d’Edith Piaf ou les mélodies égyptiennes d’Oum Kalsoum. Avec son chant enrichi de mélismes orientaux, elle renouvèle la chanson française et passe dans des cabarets de Paris (comme La Riviera de Dave Cash à Pigalle), à l’Olympia et aux Etats Unis. Son répertoire va de Youssef Hagège à Maurice El Medioni et à Lili Boniche dont elle donne ici sa version d’Alger Alger. En 1992, elle joue son propre rôle dans « Le Grand Pardon 2 ». Elle meurt à Paris en 2003.
Philippe Comoy
© 2017 Frémeaux & Associés


Remerciements à Annie Larroque, Paul Bernaus et Thierry Houssin

Bibliographie

Le « Cabaret Théâtre » 1945-1965, Geneviève Latour ; Bibliothèque historique de la Ville de Paris (1996)
La Chanson à l’Affiche, Jean-Claude Klein ; Du May (1991)
Chronique de la Chanson Française, Jacques Pessis ; Chroniques (2003)
Les Folies du Music-Hall, Jacques Damase ;  »Spectacles » Paris (1960)
Music-Hall et Café-concert, Andrée Sallée et Philippe Chauveau ; Bordas (1985)
Paris chante et danse, Robert de Laroche ; La Renaissance du Livre (2007)
20 ans de chansons en France, Lucien Rioux ; Arthaud (1966)
Il jazz a Napoli, Diego Librando ; Alfredo Guida (2007)
Napoli Cabaret, G. Di Bianco, M. Zanfagna ; Cassino, Ciarrapico (1981)
Un Americano a Napoli, Renato Carosone ; Sperling & Kupfer (2000)
Tu Musica Divina (Canzoni E Storia in Cento Anni d’Italia); Umberto Allemandi & C. (1996)
Les Soirées Salsa à Paris, Yannis Ruel; L’Harmattan (2000)
Beurs’ Melodies, Bouziane Daoudi & Hadj Miliani ; Séguier (2000)
Générations (Un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France), Driss El Yazami, Yvan Gastaut, Naïma Yahi ; Gallimard (2009)
Je Chante ! Magazine, n°12 (janvier 2016), spécial La chanson « francarabe »

1. HACHETTE, P.O.L. 1978
2. Dans la chanson Mustapha, il évoque une rue d’Alexandrie : « 7 ans rue Attarine, maintenant nous dînons chez Maxim’s ».
3. De son vrai nom Youssef Joseph Hagège, né en 1919 à Tunis, il devient auteur-compositeur-interprète sous le nom de José de Suza. Au lendemain de la 2nde guerre mondiale, il prend la route de l’exil vers les cabarets orientaux de Paris. Il intègre l’orchestre de La Casbah en 47, puis celui d’El Djazaïr. Il s’y produit aux côtés de son ami de toujours Blond-Blond, le farceur de la chanson francarabe. Il est crédité, parfois en compagnie de Blond-Blond, comme auteur de la chanson L’Oriental reprise par Lili Boniche, puis Enrico Macias. En 2007, il participait encore à des tournées européennes aux côtés de Maurice El Medioni et de Robert Castel.
4. De son vrai nom Messaoud El Medioni, Saoud L’Oranais (1886-1943) enregistre dès 1912 pour Pathé. Consacré cheikh au début des années 20, il est l’un des fondateurs de la musique arabo-andalouse au XXème siècle. Outre Lili Boniche, il a formé Reinette l’Oranaise et Blond-Blond. Il est l’oncle du pianiste et chanteur Maurice El Medioni qui sera l’un des premiers à moderniser les rythmes traditionnels arabo-andalous (comme il le disait lors de l’un de ses concerts : « j’ai inventé le raï, aisément »). Dans les années 30, il gère son bar, le Café Saoud, dans le Derb, le quartier juif d’Oran. Installé à Marseille, il est victime de la rafle du 22 janvier 43, et déporté au camp de Sobibor où il meurt avec son fils Joseph, le 23 mars 1943.
Il est à Oran et au Raï, ce que fut à Constantine et au Malouf, Cheikh Raymond Leyris le beau-père d’Enrico Macias.


TROPICAL AND EXOTIC MUSIC
FROM CABARETS AND CASINOS
PARIS – JUAN-LES-PINS – ST-TROPEZ – NAPLES – ORAN
1954 – 1962


As Georges Perec remembered it.
If this anthology needed a sponsor, it would be Georges Perec because he was a knowledgeable and enthusiastic jazz fan in the Fifties and he also loved songs; in those days he was a frequent sight in the clubs and cabarets of Paris. The exotic rhythms and songs of Latin America were wonderfully popular throughout the decade; you could hear them in the clubs and music halls, and many people used to buy records to enliven their parties.
This anthology brings back to life that carefree age of hope; people wanted to forget the horrors of war and write a new chapter in life. Purchasing-power and the standard of living were on the rise: people now had dreams of record players, parties and new cars, of going on holiday and changing their surroundings…
They wanted to escape to the sun, and Italy was an attainable ideal. The Mediterranean was a place for exchange and the mixing of rhythms coming from Spain, Italy, Algeria and Turkey, even the Middle East… Artists travelled around its basin wherever their engagements in clubs or casinos took them, from the French Riviera to the Lebanon.
We invite you to travel in time between 1954 and 1962, and take a journey from the music halls of Paris to the nightclubs of the Riviera, from the cabarets in Naples and across the sea to Oran, and then back to Paris again with the Arab songs of Andalusia that were played in the Oriental clubs of the French capital.


CD 1
Paris cabarets
They were referred to as “midnight’s little stages”, and they stayed open during the Occupation. The post-war period marked their apogee and, by the early Fifties, the nightlife of Paris spread over more than 200 “cabarets” and clubs. There was a traditional difference between Left Bank (“rive gauche”) and Right Bank (“rive droite”) establishments, to which could be added jazz clubs and other venues associated with gays and drag artists. The Left Bank was the realm of the chanson à texte — popular songs with a literary, if not political quality —, together with artists who were singer-songwriters: it was in Left Bank clubs that the greatest names in French song began their careers.
On the Left Bank were La Colombe, Le Port du Salut, Le Club du Vieux Colombier, L’Echelle de Jacob, L’Ecluse, Le Tabou. On the Right Bank there was La Tête de l’Art, Milord L’Arsouille, Le Bœuf sur le Toit, La Villa d’Este, Chez Patachou and Aux Trois Baudets, while some of the haunts in Gay Paris were Le Liberty’s, Madame Arthur, Le Fétiche, Chez Moune, Le Carrousel de Paris and Le Monocle.
Not to mention the famous jazz clubs Aux Trois Mailletz, Le Caveau de la Huchette, Les Lorientais, Le Club Saint-Germain, Le Slow Club, Le Tabou and Le Chat qui Pêche.

Paris music halls
The Olympia is still one of the most famous venues in the entertainment world. Bob Dylan made his Paris debut there on May 24, 1966, twelve years after Gilbert Bécaud reopened the room on February 5, 1954. Paris has numbered many other successful “music halls”, as Charles Trenet called them in his famous 1955 hit Moi, j’aime le music-hall, the most important of these being the ABC, the Alhambra, Bobino, Le Central de La Chanson, L’Européen, Les Folies-Bergères, and Pacra.

Jean Constantin (1923-1997)
Born in Paris on February 9, 1923, he had a “Brésilo-communist” father (dixit Pierre Desproges) who was a foreman for Bendix. Constantin grew up in Clichy learning the piano with his mother, and he developed a passion for jazz: Fats Waller, Duke Ellington and the music heard on American Army bases in Germany. He entered a song-competition at the Alhambra and was spotted by Bruno Coquatrix. His first hit as a songwriter came in 1952 with Mon manège à moi sung by Edith Piaf, and then came Mon truc en plumes, which he wrote for Zizi Jeanmaire. In 1959 he composed music for Truffaut’s film Les 400 Coups (Truffaut loved popular music and also revealed Boby Lapointe.) In the mid-Fifties Constantin played almost every cabaret, from the Trois Baudets and the Don Camillo to the Vieux Colombier, Chez Ma Cousine and the Villa d’Este, and he was a regular guest at the Concert Pacra, the Olympia and Bobino, where he would record two 10” LPs. Under the pseudonym “Big César”, with his own orchestra he recorded instrumentals marked by Latin rhythms and jazz (Lola, C’t air-là).
Constantin was 5’8” tall but weighed 220 pounds, an imposing figure onstage, by turns grouchy and affable, who hammered away at the keyboard while balancing himself precariously on his piano stool. He liked disguises and weird hats, had a droopy French moustache and was balding prematurely, but he brought the dynamism of Cuban music to French “pop”, along with precise and inventive arrangements, a laconic manner of speech that had swing, and crazy lyrics full of improbable puns.
After the days of his great hits he could still be seen in the Eighties at the Villa d’Este (4, rue Arsène Houssaye in Paris), singing songs from his repertoire, or else on tour in France accompanied by his son, a percussionist. Jean Constantin died in 1997.

Dario Moreno (1921-1968)
Born on April 3, 1921 in Aydin near Smyrna (also the birthplace of singer/actress Magali Noël and… the ex-Prime Minister Edouard Balladur), Dario Moreno (real name David Arugete) was Turkish by his father and a Sephardi by his mother. He was placed in the orphanage Nino de Guerfanos until he was four, and began singing first as a teenager at the synagogue in Izmir, and later in local nightclubs. He was successful and moved to the Asensör quarter (a street there is named after him today) before going to Paris via Athens; he arrived in the French capital in 1946 with the American orchestra led by Mac Allen. Moreno became a stage star (at the Olympia with Brel in 1954, and then in ‘59, at Bobino in ‘58 and ‘60…) and then a star of records and films (cf. the motion picture Voulez-vous Danser avec Moi with Brigitte Bardot), operetta, and even theatre (appearing notably in the premiere of L’Homme de la Mancha at the Théâtre de la Monnaie in Brussels in October 1968, again with Jacques Brel). Following fashion as it changed, he recorded songs that were by turns sambas, cha-cha-chas or twists, and then, tired by the excess of an eventful life, he died prematurely of a heart attack, on the road to the airport on a visit to Istanbul. Aged 47, he was buried in Israel.
With his silken costumes, eccentric shirts, shiningly groomed hair and “Little Richard” moustache, Moreno was an unavoidable figure in Fifties entertainment. Gifted with exceptional vocal talents, he incarnated a good-natured optimistic urbanity while recording in several languages (including his native Turkish) over a period when different fashions were circulating all around the Mediterranean basin. With a kind of self-deprecating sadness he described himself as a “singing piece of Turkish delight.” It was a paradox that he was both the artist who sold the most records and the man who incited the bitterest criticism, whether they were attacks on his obesity, homosexuality or “Moldavian/Vlachs” origins.

Bob Azzam (1925-2004)
Born in Egypt (Cairo or Alexandria1?) on October 24, 1925 into a family of Lebanese origin, Waddie Georges Azzam studied electronics in 1942 in Britain’s Royal Navy, and then created a small electrical business that contributed to the installations inside the palace of King Faisal of Saudi Arabia. Throughout his career, Azzam would take great care over the technical quality of his recordings, and he also created an echo chamber outside the studio. He left Lebanon in 1958 when a serious political crisis was affecting the country.
He began his artistic career in Italy at the end of the Fifties when, together with his orchestra, he played covers of hits by Marino Marini. When he made his first French recordings (for Barclay) in December 1959, his orchestra’s line-up testified to his European ecumenism, with: Giorgio Susa (Yugoslavia), tenor sax & flute; Jack Sewing (Holland), bass; Hans Felka (Germany), piano; Gio Roselli (Italy), drums; Helmer Olsen (Denmark), vibraphone & trumpet; and vocalist Miny Gérard (France), “who met Bob in Cairo, loved him in Beirut and married him in Geneva.”
In 1960 Azzam had several hit records including Mustapha, at one time the unofficial pied-noir anthem as such banned on radio, Fais-moi le Couscous and Viens à Juan-les-Pins. He met Jacques Brel at the Olympia, and the Bob Azzam Orchestra toured incessantly in the clubs and casinos of the Mediterranean. He settled in Geneva where he opened the cabaret named Maxim’s at the Place des Alpes. “Time” magazine devoted an article full of praise to him in May 1960. After this period of success he reappeared in 1967 at the Club Opera in Stockholm. He died in Monaco on July 24, 2004.
With his white trousers and shoes, an impeccable smoking jacket and brightly patterned bow tie, and wearing spectacles with thin frames, Bob Azzam incarnated the chic of international club-land.

Fredo Minablo and his musical Pizza
Minablo is the pseudonym that concealed accordionist Ferdinand “Freddy” Balta (b. Dec. 21, 1919 – d. Jan. 8, 2002), the singer of Tout Fonctionne à l’Italienne (the famous Boris Vian’s adaptation of Tu vuo fa l’Americano) accompanied by the orchestra of André Popp.


CD 2
Now we’re in Italy. Vespa, Riva and Dolce Vita were three names on the podium of a dolce vita dreamed of by Vespa owners, and the dolce vita that was everyday life for those who owned a Riva. After 20 years of fascism, wartime hardships and then the American landings in Sicily, Italy believed in its destiny again and embraced modernity. Its films and stars conquered Europe, and its musicians weren’t to be left behind. Relying on their eternal taste for bel canto, and drawing on the traditional rhythms to be found in peasant dances, Italian musicians integrated Afro-Cuban rhythms and the swing of jazz and came to the fore to enjoy immense success, both in Italy and internationally, between 1955 and 1960. Among them were Renato Carosone, Marino Marini and Fred Buscaglione.

Renato Carosone (1920-2001)
Born in Naples on January 3, 1920 he studied music at the Conservatoire and founded a small jazz ensemble with which he toured Ethiopia during the Italian Occupation of 1936-1941. On his return to Italy post-war, he formed a trio at the Checker Club in Naples in 1949 with Van Wood on guitar and Neapolitan drummer Gegé di Giacomo. This trio became a quartet with the arrival of the Hungarian prodigy Elek Bacsik on double bass (a musician who would enjoy great success in Sixties France with some magnificent jazz instrumentals on which he played guitar.) The Fifties were the years of Carosone’s greatest hits, and he became a major artist in Italy, starring at the Caprice club in Milan in 1956. In ‘57 he led a tour to Cuba and the USA, and played at Carnegie Hall in New York. He retired at the peak of his career in 1960 to devote his life to painting. He made several comebacks however, recording with a big band and appearing many times on television.
A virtuoso pianist who was highly influenced by jazz, Renato Carosone was successful in creating an original fusion of the Neapolitan canzonetta (he sang in both Italian and Neapolitan dialect), with jazz and fashionable rhythms from Cuba. He did classy orchestrations to play tonic arrangements, and proposed a vast repertoire of songs, often co-written with lyricist Nicola Salerno (NISA).

Van Wood (1927-2010)
Real name Peter Van Houten, he was one of the first virtuosos to play electric guitar and he toured worldwide as early as 1947. He met Renato Carosone in Italy in 1949 and formed the Trio Carosone with him. Beginning in 1954 he launched a solo career, opening a nightclub in Milan named the Amsterdam 19. He died in Rome on March 10, 2010.

The Brutos
“I Brutos” was the name of an Italian group playing rock parodies, a band formed in Turin at the end of the Fifties by Ettore “Gerry” Bruno. They played at the Olympia in Paris in 1961 alongside Johnny Hallyday. Their celebrity in France was due to the presence in the group of Aldo Maccione: known as “La Classe”, he later became a successful comedy actor.

Marino Marini (1924-1997)
He was like some “North-Italian young brother” to the Neapolitan Renato Carosone, with whom he had many things in common including their repertoires. He was born on May 11, 1924 in Seggiano south of Florence, studying electronics and learning piano and composition at the Bologna Conservatory. Post-war, he went to Naples to become Artistic Director of the Metropolitan Music Hall, and there he discovered Neapolitan songs. In 1948 he spent six months in America, where he met Gillespie, Kenton and Ventura. On his return to Italy he played in clubs in Rome and Naples, and then formed his own quartet in 1954 with “Toto” Savio on guitar, Sergio on bass and Ruggero Cori on drums and vocals. Their first recordings (for Durium) date from 1955, and for the next five years the quartet was increasingly successful, with Guaglione the first European record to sell more than five million copies. The style of Marino Marini was the contraction of Neapolitan traditions and fashionable rhythms. He was very popular also in France (meeting President Coty in 1958 while on a tour that led him to the Olympia), and his series of records Dansons joyeusement avec Marino Marini became a “must” at parties (they can still be found in flea markets today.) His career continued until 1966, and he died in Milan on March 20, 1997.

Fred Buscaglione (1921-1960)
Born in Turin on November 23, 1921, Buscaglione began his career by singing and playing jazz on double bass in local clubs. He was interned in a US camp during the war, meeting American musicians and then playing with the Allied Radio orchestra in Cagliari. He formed the Asternovas group on his return to Turin and began a nightclub career, incarnating an American parody-gangster character like in France Eddie Constantine. Playing the role to the hilt he starred in the film Noi Duri with Totò. At the Grand Caffé Ligure he met Leo Chiosso; they became friends, writing many hit songs together, and enjoyed titanic record sales as early as 1956 with Che Bambola (it sold over a million.) He was sought after by radio, television and films. He died prematurely in Rome in the small hours of the morning at the age of thirty-eight (in front of the US Embassy, sitting at the wheel of the pink Ford Thunderbird he called his “criminal beauty”). The circumstances of his death were similar to those in which playboy Porfirio Rubirosa would die some five years later. Buscaglione was married to Fatima Robin (Fatima Ben Embarek), whom he’d met in 1949 at the Cécile nightclub in Lugano (she can be heard on some of his recordings.)
His emphatic style foreshadowed the vocal exploits of Sixties Italian rockers like Celentano. In the same way as the hits of Carosone, the songs of Buscaglione live on today, played in concerts by contemporary Italian artists like the talented absurdist Vinicio Capossela.

Aurelio Fierro (1923-2005)
Born on September 13, 1923 in Montello, Campania, he began his career in 1951 and had a hit with the classic Guaglione. The gentleman of the neapolitan canzonetta had a major discography with the label Durium.

Claudio Villa (1926-1987)
Having recorded some three thousand songs and sold some 45 millions records, Villa, born in Trastevere in Rome, is one of the great names in Italian song, even though little known outside of Italy. One of the kings of Neapolitan song, he began his career in 1947.

Betty Curtis (1936-2006)

Her real name was Roberta Corti and she was born in Milan. She began her career as a singer in 1957, married Claudio Celli of the Quartetto Radar, and was frequently invited to sing at the San Remo Festival. She represented Italy at the Eurovision Song Contest in 1961 with the title Al Di La.

CD 3
Sophia Loren (b. 1934)
Here she sings Mambo Bacan (the mambo of the dandy/gigolo) with the music to which she dances in the 1955 film The River Girl.

Quartetto Radar
This vocal quartet made up of Claudio Celli, Gianni Guarnieri, Dino Comolli and Stelio Settepassi enjoyed success from 1957 to 1961. On November 4, 1958 they were last-minute replacements for Billie Holiday at the Smeraldo in Milan, due to the American singer’s bad reviews.

Peppino de Capri (1939)
Real name Giuseppe Faiella, this Capri-born artist came to fame with his group The Rockers. Wearing Buddy Holly-type glasses, he used to sing in nightclubs on the Italian coast and his songs had all the rhythms in fashion. He even opened for The Beatles in 1965 during their only tour of Italy.

Coccinelle (1931-2006)
She was born Jacques Dufresnoy in Paris, and was the first personality to increase public awareness of transsexuality, doing so openly and with elegance. At a hairdressing salon on the rue Blondel she met a prostitute who introduced her to Madame Germaine, the manageress of the transvestite nightclub called “Madame Arthur” at N° 75bis, rue des Martyrs. Coccinelle made her debut there in 1952, accompanied on piano by a certain Joseph Ginsburg (whose son Serge Gainsbourg would replace him in 1954.) Thanks to her success she moved to the more stylish “Carrousel de Paris” establishment on the rue du Colisée. She appeared at the Olympia in 1963 (in the show “Cherchez la femme”) and then toured abroad until she settled in Berlin in 1978. She died in Marseille in 2006.

Ghigo (1936)
Arrigo Agosti is a singer from Milan who began his career in 1958 with his group “Ghigo e gli Arrabbiati”. He was on holiday in Paris when he discovered Coccinelle (cf. above), and he dedicated his song Coccinella to her. RAI (Italian radio) banned the song.

Josephine Baker (1906-1975)
A great lady in music hall entertainment (and simply a Great Lady), in 1961 she gave the world her version of Piel Canela by Bobby Capo, the Puerto Rican singer and composer.

Benny Bennet (1922)
This American began his career as a percussionist by accompanying the great names in jazz. He replaced Tito Puente in Machito’s orchestra, and landed in Paris with the US Army. In 1950 he presided over the orchestra of the Vieux Colombier in Juan-les-Pins and in the middle of that decade he was the bandleader at the Moulin Rouge for three years before working at the Carroll’s. In this period he made an enormous number of dance records for the Vogue label. In 1962/63 he appeared at the nightclub Le Tremplin in Courchevel and then returned to the USA.

Ben (1925)

Born in Gironde in March 1925, Ben Bakrim, aka Zouber, became the bandleader at the Lido in Paris in the mid-Fifties; it was there that he met his wife, an English dancer. Nicknamed “Big Ben” by his friend Moustache — François Alexandre Galepides, who would form his own group much later (Les Gros Minets) —, in 1954 he would record hit dance numbers with his own “Tumba” and orchestra.
Don Barreto (1909-1997)
Born in Havana, Barreto immigrated to France in 1927, accompanying jazz musicians with his guitar and then forming his own band in 1932 at the Melody’s Bar, where he made his debuts with Jean Sablon. In the Fifties, with his orchestra known as Les Cuban Boys, he made a series of mambo and cha-cha-cha records. He died in Paris at the age of eighty-eight.

Jack Ary
Sometimes confused with the actor of the same name in the Branquignols troupe, Jack Ary enjoyed a career as a singer and bandleader until the end of the Sixties.

Harold Nicholas (1921-2000)
Born in Winston-Salem, North Carolina, Harold and his brother Fayard, both tap-dancers, created the famous Nicholas Brothers duo. After his career in Hollywood, Harold Nicholas settled in France as a solo singer and dancer.

Marcel Bianchi (1911-1998)
Born in Marseille to parents of Corsican and Italian origins, he was a fan of Django Reinhardt and played with his quintet at the end of the Thirties. He was a familiar figure in Parisian nightspots like the “Bœuf sur le Toit”, “Le Joker”, “La Villa D’Este”, “Le Don Juan” or again “La Mascotte”. In wartime, he escaped from the Germans in 1941 and went via Nice to Switzerland where he bought an electric guitar; he was one of the first musicians in France to play one. He toured later in the Forties, played for six months at the Heliopolis Palace in Cairo, and also for King Farouk. In the Fifties he was a star on records and consolidated his reputation in nightspots on the French Riviera, at the Sporting Club in Monte Carlo (where in 1959 his band included Claude François), and at the club “Maxim’s” in Nice. At the end of the Fifties he recorded rock instrumentals under the pseudonym “Johnny Rock Guitare” (sic). Early in the Seventies he became a fixture at the Carlton in Cannes, dying in 1988.
Famous among jazz fans for his recordings of instrumentals and Hawaiian music, he also had some pop-music hits in 1960, among them his composition Viens à Juan-les-Pins.

Los Cangaceiros
Behind this stage name were Yvan Morice and Jean-Claude Gilbert, both of them aged forty-eight at the time; they made a series of dance records with a 30-piece band named El Super Orquesta.

Oriental nightclubs
As early as before the war, French record companies like Pathé, Vogue and Odéon went to Algeria, Morocco and Tunisia to record local artists, and one of the first to be successful was an Algerian from Blida named Mohamed El Kamel. Recordings in Parisian studios would come later, and in parallel, early in the Thirties, a number of clubs opened with the aim of spreading music like the chaabi style of Algiers, raï from Oran or the malouf of Constantine, all of them nourished by great Egyptian masters and the Andalusia heritage perpetuated by Jewish musicians. That golden age of Oriental nightclubs came to an end in the Seventies with the Independence of the countries in the Maghreb.
El Djazaïr opened on the rue de la Huchette as early as 1935. It recreated the atmosphere of the original El Djazaïr in Algiers, welcoming a French clientele that included students of the Arab world. The 5th Arrondissement of Paris also saw the openings of La Casbah (rue de la Harpe) and the Tam Tam — an acronym for Tunisia, Algeria, Morocco —, a café on the rue Saint-Séverin that was transformed into a nightclub by Mohamed Ftouki, the father of the future diva Warda El Djazaïria.
Also worthy of mention are: Le Soleil d’Algérie, rue du Faubourg Montmartre, whose praises were sung by Staïffi and where Lili Boniche had great success from 1946 to 1948 (with François Mitterrand in the first row of his admirers); Les Nuits du Liban, square Séverine; Le Bagdad, rue Saint-André des Arts; Le Dar-El-Beïda, rue de la Huchette; Le Koutoubia; Le Nomade, where Blond-Blond appeared; and finally, in the Arc de Triomphe quarter, there was Ismaïlia Folies on avenue Montaigne, which opened in 1947 on the site of the villa formerly owned by Ferdinand de Lesseps, and Le Sérail on the rue du Colisée, which in 1948 opened its doors to wealthy international clients including King Farouk and Oum Kalsoum.

Staïffi

Alberto Staïffi — his name means “native of Sétif” — is the stage-name of Albert José Darmon, a pied-noir singer who had a hit in 1960 with a new version of Mustapha and enjoyed a career in the Oriental nightclubs of Paris (like “Le Soleil d’Algérie”.) A friend of Sidney Bechet and Jean Constantin, he signed a contract with Vogue (as they had done earlier), and he opened at the Olympia for Constantin. The press gave different descriptions of him, alternating between “The Orientalist of French song”, “The Sultan of the Oriental Cha-Cha” and “The Man Who Knows How To Link The Far West To The Near East In Music.”

Zina Nahid

Amy Anahid was born into an Armenian family living in Athens. She was raised in Algiers where she learned dancing, and there she met her husband, pianist Armand Canfora, who later became Mick Micheyl’s accompanist. Under her real name she recorded several EPs including the famous Rock c’est un rock, and under her stage name Zina Nahid she recorded Oriental songs accompanied by Ali Hodja and his Hadjis.

The Andalusian-Arabic tradition in Franco-Arab songs
The three artists who close this anthology share the fact that they all belonged to the Jewish community of Algeria, which perpetuated Sephardi traditions in Andalusian-Arabic music. They were recorded in Paris at the beginning of the Sixties by the label Dounia (the Arab term for “world”.)

Lili Boniche (1921-2008)
Elie “Lili” Boniche was born in Algiers, and he studied as a young man with Saoud l’Oranais2, one of the masters of Andalusian-Arabic music. At the age of fifteen he already had his own radio programme on Radio Algiers, and he was one of the principal “modernizers” of the chaâbi genre as both a guitarist and a singer. In Paris he was one of the stars of Oriental nightclubs like “Le Soleil D’Algérie” on the rue du Faubourg Montmartre, where François Mitterrand, who then represented the Nièvre in France’s Parliament, went to listen to him every evening with a group of friends. Lili Boniche, with his haunting voice accompanied by chords from his own guitar, captivated audiences in both his own compositions and in his versions of songs from the Franco-Arab repertoire. He retired at the end of the Fifties, only to re-launch his career in 1990 with a series of records and concerts that were very successful.

Blond-Blond (1920-1999)
He was born in Tlemcen — his real name was Albert Rouimi — and, like Lili Boniche, his first classes in music were with Saoud l’Oranais. In 1937 he made a first visit to Paris to attempt a career as a singer. Two years later he retuned to Oran and became a popular singer in Algeria and Morocco, where he earned a name as an emcee/entertainer with a repertoire of Andalusian-Arabic standards that he had brought up to date, together with whimsical songs of his own. In 1946 he went back to Paris, singing at private soirees and in fashionable Oriental clubs like “Au Soleil d’Algérie”, “El Djazaïr”, “Les Nuits du Liban” or “Le Nomade”. He made several 78rpm records and then records for the Israeli label Zakiphon, for Pathé and for Dounia. He had the opportunity to return to Algeria on several occasions and sing there. He died in Marseille at the age of eighty.

Line Monty (1926-2003)

Eliane Serfati, a native of Algiers, was attracted to music at a very early age, whether it was the realist songs of Damia, Marjane or Edith Piaf or the Egyptian melodies of Oum Kalsoum. With Oriental melismas making her singing richer, she renewed French song and appeared in Parisian nightclubs (like the Riviera of Dave Cash in Pigalle), at the Olympia music-hall and in the United States. In 1992 she appeared as herself in the film Le Grand Pardon 2. She died in Paris in 2003.
Adapted by Martin Davies
from the French text of Philippe Comoy
© 2017 Frémeaux & Associés
Thanks to Annie Larroque, Paul Bernaus and Thierry Houssin


1. The song Mustapha carries a reference to a street in Alexandria with, “Seven years on Attarine Street and now we dine at Maxim’s.”
2. The real name of Saoud L’Oranais was Messaoud El Medioni (1886-1943), and he recorded for Pathé as early as 1912. Made a Cheikh at the beginning of the Twenties, he was one of the founders of 20th century Andalusian-Arabic music. Apart from Lili Boniche, he trained Reinette l’Oranaise and Blond-Blond. He was the uncle of pianist/singer Maurice El Medioni, who was one of the first to modernize traditional Andalusian classical rhythms (as he said at one of his concerts, “I invented raï, easily.”) He ran his own bar, the Café Saoud, in the Jewish quarter of Oran known as the Derb. When he lived in Marseille he was a victim of the roundup carried out on January 22, 1943, and deported to Sobibor, where he died with his son Joseph on March 23rd. To Oran and raï music he was what Cheikh Raymond Leyris, the father-in-law of Enrico Macias, was to Constantine and malouf.



Un voyage dans le temps de 1954 à 1962, qui vous mène des music-halls parisiens aux night-clubs de la Riviera, puis dans les cabarets de Naples, traverse la Méditerranée jusqu’à Oran, pour revenir dans les cabarets orientaux de la Capitale. Vous croiserez des artistes nés à Paris, Marseille, Naples, Capri, Alger, Oran, Sétif, Athènes, Smyrne ou Alexandrie. Ils mettent au goût du jour l’héritage musical méditerranéen, au moment où il rencontre le jazz et les rythmes afro-cubains.
Philippe Comoy

A journey in time between 1954 and 1962, taking you from Parisian music halls to the night clubs of the French Riviera, from bars in Naples across the Mediterranean to Oran, and then back to Paris and its oriental nightspots. The artists here were born in Paris, Marseille, Naples, Capri, Algiers, Oran, Sétif, Athens, Smyrna or Alexandria, and just when jazz and Afro-Cuban rhythms came along they all updated the music heritage of the Med.    
Philippe Comoy


CD 1 - JEAN CONSTANTIN : 1. BARATUCATIN 4’25 • 2. SHAH SHAH PERSAN 4’53 • 3. LES PANTOUFLES A PAPA 4’02 • 4. LOLA ou LA LÉGENDE DU PAYS AUX OISEAUX  3’58 • BIG CESAR (JEAN CONSTANTIN) : 5. BRASILEIRO SOLERO 2’13 • 6. ROCK’AMADOUR 1’33 • JEAN CONSTANTIN : 7. CONCHÈ (Che c’é concé) 2’18 • 8. NAPOLI JOLIE 2’21 • 9. A CHAT SINÉ  3’21 • DARIO MORENO : 10. ISTAMBUL 2’42 • 11. MÉ QUÉ… MÉ QUÉ 2’49 • 12. PAPA LOVES MAMBO 3’07 • 13. ROCK A CONGA 2’03 • 14. ZE MARMITA 2’42 • 15. TU PARLES TROP (You talk too much) 2’23 • 16. BRIGITTE BARDOT 2’44 • 17. CANIM IZMIR 3’10 • BOB AZZAM : 18. FAIS-MOI LE COUSCOUS, CHERI 2’07 • 19. MUSTAPHA 2’43 • 20. CHA CHA MAMBO 3’07 • 21. ISMAÏLIA 2’12 • 22. HABIBI ROCK 2’30 • 23. LA PACHANGA 2’02 • 24. LE MARSUPILAMI 2’05 • 25. ALI BABA TWIST 2’18 • FREDO MINABLO : 26. TOUT FONCTIONNE À L’ITALIENNE 2’29.

CD 2 - RENATO CAROSONE : 1. TU VUO FA L’AMERICANO 3’27 • 2. MAMBO ITALIANO 3’02 • 3. GUAGLIONE 2’21 • 4. CHELLA LLÀ 3’01 • 5. MARUZELLA 3’50 • 6. CARAVAN PETROL 3’21 • 7. IN UN MERCATO PERSIANO 3’14 • 8. MALAFEMMENA 3’35 • VAN WOOD : 9. LE RIFIFI 3’05 • 10. PAPA LOVES MAMBO 3’06 • LES BRUTOS : 11. BABY ROCK 2’44 • MARINO MARINI : 12. DON CICCIO O PISCATORE 3’37 • 13. SCAPRICCIATIELLO  2’22 • 14. STU MAMBO CHA CHA CHA 2’29 • 15. MOLIENDO CAFE 2’36 • 16. COME PRIMA 2’38 • 17. PULECENELLA 3’09 • FRED BUSCAGLIONE : 18. LOVE IN PORTOFINO 3’04 • 19. PORFIRIO VILLAROSA 3’16 • 20. CHE BAMBOLA 2’22 • 21. WHISKY FACILE 2’43 • 22. JUKE BOX 2’20 • 23. NOI DURI 2’06 • AURELIO FIERRO : 24. NAPULITAN ROCK 3’12 • CLAUDIO VILLA : 25. ZI GENNARO ROCK’N ROLL 2’38 • BETTY CURTIS : 26. NAPOLI SHOCK 3’58.

CD 3 -
SOPHIA LOREN : 1. MAMBO BACAN 3’26 • QUARTETTO RADAR : 2. CANCION DAL MAR 2’21 • PEPPINO DE CAPRI : 3. MAMBO ALPHABETICO 2’27 • 4. ST TROPEZ TWIST 2’13 • COCCINELLE : 5. PRENDS-MOI OU LAISSE-MOI 2’22 • GHIGO : 6. COCCINELLA 2’30 • JOSEPHINE BAKER : 7. PIEL CANELA 3’04 • BENNY BENNET : 8. MAMBO EN SAX 2’44 • BEN : 9. THE SPEAK-UP MAMBO 2’35 • 10. MARIJUANA 2’51 • DON BARRETO et ses CUBAN BOYS : 11. LE MARCHAND DE CACAHUETES 2’41 • JACK ARY : 12. AMOUR DE ST TROPEZ 2’33 • HAROLD NICHOLAS : 13. ARRIVEDERCI 3’03 • MARCEL BIANCHI : 14. VIENS A JUAN-LES-PINS 2’41 • 15. RICARDO D’ISCHIA 3’16 • LOS CANGACEIROS : 16. SHISH KEBAB 2’26 • STAIFFI : 17. LE ANA SENTIMENTAL 2’10 • ZINA NAHID : 18. AH! YA ZINE 2’08 • LILI BONICHE : 19. BAMBINO 2’37 • 20. ANA FI EL HOUB 5’41 • BLOND - BLOND : 21. L’ALBINOS 2’54 • LINE MONTY : 22. ALGER ALGER 4’50.


Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc) ou chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 01 43 74 90 24.
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit

Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

SUZY SOLIDOR
SUZY SOLIDOR
« En fourreau de satin ciré ou brodé de lamelles de nacre moulant des hanches d'éphèbe,...

SAINT GERMAIN DES PRES 1926 -1954
SAINT GERMAIN DES PRES 1926 -1954
“Ça n’a jamais été un vrai quartier. Il n’y avait ni putains ni...

RICET BARRIER ET SES INTERPRÈTES 1958-1961
RICET BARRIER ET SES INTERPRÈTES 1958-1961
La fantaisie, la drôlerie, la poésie se sont rarement incarnées avec autant de...

PIERRE LOUKI - CONCERT A L'EUROPEEN - 30 SEPTEMBRE 2004
PIERRE LOUKI - CONCERT A L'EUROPEEN - 30 SEPTEMBRE 2004
"J’ai connu Pierre Louki au temps où il jouait la sardine en boîte et je ne suis pas...

PETIT DICTIONNAIRE DE LA CHANSON FRANCAISE
PETIT DICTIONNAIRE DE LA CHANSON FRANCAISE
Le dictionnaire des 100 plus grands interprètes de la chanson française de la première moitié du XXe...

NICE COTE D'AZUR 1930 - 1951
NICE COTE D'AZUR 1930 - 1951
Nice Côte d’Azur est à l’origine du rêve touristique, de l’exotisme à la...

MARIE DUBAS - INTEGRALE
MARIE DUBAS - INTEGRALE
Trois couplets, trois refrains avec toute une vie derrière, c’est elle qui l’a créé, elle sait...

LUIS MARIANO LE PRINCE DE L'OPERETTE 1939-1952
LUIS MARIANO LE PRINCE DE L'OPERETTE 1939-1952
Le chanteur de Mexico, La Belle de Cadix, Acapulco... ont été des joyaux d’un exotisme...

LES QUATRE BARBUS
LES QUATRE BARBUS
En cet âge d’or de la belle chanson, les 4 Barbus, en alliant harmonie,...

LES PLUS BELLES VALSES MUSETTE
LES PLUS BELLES VALSES MUSETTE
Les plus belles valses musette par leurs plus grands interprètes, Paris 1930-1943 avec Viseur, Peguri, Vacher,...

LE GITAN BLANC - L’ACCORDÉONISTE DE PARIS (1945-1958)
LE GITAN BLANC - L’ACCORDÉONISTE DE PARIS (1945-1958)
Enfant de Ménilmontant, Jo Privat fut l’une des sommités du « piano à...

LA MARELLE - QUINTETTE A CAPELLA CONTEMPORAIN POUR CHANSONS TRADITIONNELLES
LA MARELLE - QUINTETTE A CAPELLA CONTEMPORAIN POUR CHANSONS TRADITIONNELLES
« Aborder maintenant le chant monodique de tradition populaire, décider de...

L' ARGENT
L' ARGENT
Coffret 2 CD avec livret 32 pages et 20 photos.

Les plus grands artistes de music-hall se dépensent pour vous...

JOHNNY HALLYDAY - LIVE IN PARIS 31 OCT. / 13 DÉC. 1962
JOHNNY HALLYDAY - LIVE IN PARIS 31 OCT. / 13 DÉC. 1962
Johnny Hallyday est sans aucun doute, dans l’imaginaire collectif français, l’artiste rock...

JEAN SABLON
JEAN SABLON
“Un disque, c’est trois minutes de silence décorées par un artiste.”
Charles Cros,...

JACQUES BREL
JACQUES BREL
Jacques Brel est l’une des plus illustres figures de la chanson française. Ces...

HENRI SALVADOR - MES INÉDITS : JANVIER-JUIN 1958
HENRI SALVADOR - MES INÉDITS : JANVIER-JUIN 1958
Daniel Filipacchi et Franck Ténot ont créée « Pour ceux qui aiment le...

GUS VISEUR
GUS VISEUR
Compositeur et instrumentiste virtuose, Gus Viseur est le premier grand styliste du jazz à l’accordéon. Avec...

GUINGUETTES ET CABOULOTS
GUINGUETTES ET CABOULOTS
L’évocation et l’ambiance des Guinguettes immortalisées par Auguste Renoir et l’univers...

GEORGIUS
GEORGIUS
Sa fantaisie poétique et scénique lui donne une place privilégiée dans la production populaire. Les...

GEORGES GUETARY
GEORGES GUETARY
Lorsqu’il chante, Georges, on entend les baisers voler.
Frédéric Dard,...

DE L’AMOUR FOU AU FOL AMOUR
DE L’AMOUR FOU AU FOL AMOUR
Rêves d’amour... Rêve d’une vie meilleure, plus légère ou rêve en quête...

DAMIA
DAMIA
«Il y a dame dans Damia».
Pierre-Jean Vaillard

Eric Rémy présente au travers de ces...

COLOMBO
COLOMBO
La valse en mineur ou la mélodie au service du cœur. Deuxième anthologie réalisée par Didier...

CHARLES TRENET
CHARLES TRENET
“... Je suis courant d’air et rayon de lune J’ai l’Eternité pour chanter là-bas Je dors avec...

CHANSONS SANS GÊNE (CHANTE YVETTE GUILBERT)
CHANSONS SANS GÊNE (CHANTE YVETTE GUILBERT)

Égérie des cabarets montmartrois de la Belle Époque, Yvette Guilbert, dont les traits ont...


ARAN, UN OPÉRA SIGNÉ BÉCAUD 1962 - LA RÉÉDITION OFFICIELLE
ARAN, UN OPÉRA SIGNÉ BÉCAUD 1962 - LA RÉÉDITION OFFICIELLE
Gilbert Bécaud, est l’artiste français le plus chanté dans le monde et...

ANTHOLOGIE DU PATRIMOINE PHONOGRAPHIQUE BRETON
ANTHOLOGIE DU PATRIMOINE PHONOGRAPHIQUE BRETON
Cette anthologie 3 CD présente le patrimoine phonographique breton, en mettant en lumière le...

ANTHOLOGIE DU PATRIMOINE MUSICAL ALSACIEN 1953-2015
ANTHOLOGIE DU PATRIMOINE MUSICAL ALSACIEN 1953-2015
Cette anthologie réalisée par Jean-Baptiste Mersiol revient sur le patrimoine musical alsacien....

ACCORDEON JAZZ
ACCORDEON JAZZ
Quand les premiers accordéons succombèrent au 'chant du swing' !... L'anthologie de référence qui...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
Pub Net Cat 2018-2019.jpg
Titre_Galerie.gif
NET - Expo Chica - Galerie F&A.jpg
Titre Noel 2018.jpg
NET Proust.jpg
Titre Soul.gif
NET Soul.jpg
Titre Figure de l'histoire.gif
Pub Net Figures Histoire.jpg
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V Stan Getz.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études

Titre_DVD.gif

Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif