Fremeaux.com


LES CHANSONS
      DU CINÉMA FRANÇAIS


1930 - 1962






Henri Garat
Lilian Harvey
Joséphine Baker
Maurice Chevalier
Charles Trenet
Fernandel
Édith Piaf
Danielle Darrieux
Bourvil
Georges Guétary
Yves Montand
Martine Carol
Juliette Gréco
Georges Brassens
Jeanne Moreau
Annie Girardot
Brigitte Bardot




Le 6 octobre 1927, le public américain assista stupéfait à la première projection mondiale d’un film sonore, Le Chanteur de jazz, production composée de plusieurs scènes chantées. Une formule dont la production française va hâtivement s’emparer, couplant l’air populaire au récit filmique. Une liaison artistique qui accouchera de nombreux chefs-d’œuvre de la chanson et du grand écran, doublée d’une longue tradition de chanteurs-acteurs. Baker, Chevalier, Trenet, Piaf, Montand, Bardot et tant d’autres, dont les voix demeurent immanquablement associées aux riches heures du cinéma français.    
Claude Colombini Frémeaux et Dany LALLEMAND


LES CHANSONS DU CINEMA FRANÇAIS


CD 1 - (1930 - 1940)

Durant l’année 1929, huit films sonores furent tournés en français dont deux seulement avec des chansons incluses : « Le requin » (avec Albert Préjean) et « La route est belle » (avec André Baugé) ce dernier tourné en Angleterre, d’un intérêt musical des plus discutables. En revanche en 1930, 98 films sonores seront réalisés en version française, certains étant des adaptations de productions souvent allemandes, parfois américaines, anglaises, ou encore espagnoles et italiennes.

1 -    Avoir un bon copain,
du film « Le chemin du paradis » 2’33
    (Jean Boyer - Werner Richard Heymann)
   
Orchestre dir. Fred Mélé
    (78 t. Polydor 521.857) - Janvier 1931
Interprétée par Henri GARAT, son créateur dans la bande sonore. Lilian Harvey, vedette féminine de la production en a aussi assuré la version allemande (« Die Drei von der Tankstelle ») avec Willy Fritsch dans le rôle tenu par Henri Garat (1902-1959) jeune premier de l’époque dont la brève mais brillante carrière de douze ans fut rapidement stoppée par l’abus d’alcool et autres excès.

2 -    La complainte de Mackie,
du film « L’Opéra de quat’sous » 3’16
    (André Mauprey - Kurt Weill)
   
par FLORELLE - orchestre dir. Jean Lenoir
    (78 t. Polydor 522.171) - Novembre 1931
Tourné en 1930 par Pabst, en deux versions (française et allemande) : « L’Opéra de quat’sous ». Sa chanson principale « La complainte de Mackie » musique de Kurt Weil a fait le tour du monde. C’est la grande FLORELLE (1898-1974) dans le rôle de Polly Peachum qui interprète la chanson ; Albert Préjean est le truand Mackie. Ce grand film fut tourné en Allemagne par des acteurs français ainsi qu’une version allemande.

3 -    Serait-ce un rêve ?
du film « Le congrès s’amuse » 2’52
    (Jean Boyer - Werner Richard Heymann)
   
par Lilian HARVEY avec accomp. d’orchestre
    (78 t. Parlophone 85.129) - Octobre 1931
En 1931, on retrouve Lilian HARVEY (1906-1968) chanteuse et actrice trilingue dans les trois versions (française, allemande et anglaise) du film « Le congrès s’amuse ». Dans le rôle d’une jolie gantière, elle chante « Serait-ce un rêve ? ». Là encore, elle a pour partenaire Henri Garat (qui fut brièvement son mari).

4 -    Si l’on ne s’était pas connu,
du film « Un soir de rafle » 2’53   
(Léo Lelièvre Fils - Philippe Parès, Georges Van Parys)
   
par Albert PREJEAN avec accomp. d’orchestre
    (78 t. Salabert 3009) -1931
Albert PREJEAN (1894-1979) incarne un ancien marin devenu boxeur dans le film « Un soir de rafle » et chante « Si l’on ne s’était pas connu » hélas fort mal accompagné par un accordéoniste doublant maladroi­tement la voix du chanteur. La musique signée Georges Van Parys et Philippe Parès est fort bien réussie.

5 -   A Paris dans chaque faubourg,
du film « Quatorze Juillet » 3’19
    (René Clair - Maurice Jaubert)
   
par Lys GAUTY - orchestre dir. Pierre Chagnon
    (78 t. Columbia DF 1134) -Janvier 1933
Parmi les 158 productions cinématographiques françaises tournées en 1932, dont quelques films à succès, j’ai retenu « Quatorze juillet » réalisé par René Clair, avec Annabella. La chanson-thème du film « A Paris dans chaque faubourg », prend toute sa dimension dans la voix de Lys GAUTY, la créatrice de succès tels « Le moulin qui jase », « J’aime tes grands yeux » et « Le chaland qui passe ».

6 -    Ma Lola, du film « Sans famille » 2’48
    (Henri Vernert - Maurice Yvain)
    
par Vanni MARCOUX - orchestre dir. Edouard Bervily
    (78 t. Gramophone K 7372) -1934
Vanni MARCOUX (1877-1962) chanteur d’opéra sacrifiant parfois à la chanson de qualité, incarne le vagabond Vitalis dans l’adaptation cinématographique de Marc Allégret du roman d’Hector Malot « Sans famille ». La chanson « Ma Lola » fut aussi enregistrée par Jean Lumière.

7 -    Haïti, du film « Zouzou » 3’17
    (Géo Koger - Vincent Scotto)
   
par Joséphine BAKER
    avec le Jazz du Poste Parisien dir. Alain Romans
    (78 t. Columbia DF 1623) - 16 novembre1934
Toujours en 1934, le même Marc Allégret réalise « Zouzou » avec Jean Gabin, Yvette Lebon et ... Joséphine BAKER (1906-1975) qui de sa voix incomparable chante « Haïti ». C’est dans ce même film que Jean Gabin chante la java « Viens Fifine ».

8 -   Tant qu’il y aura des étoiles,
du film « Au son des guitares » 3’12
    (André Hornez, Henri Vendresse - Vincent Scotto)
   
par Tino ROSSI - orchestre dir. Marcel Cariven)
    (78 t. Columbia DF 1991) - 19 septembre 1936
1936 est l’année où, pour la première fois Tino ROSSI tient le rôle principal, après de brèves apparitions dans « La cinquième empreinte », « Justin de Marseille », « Les nuits moscovites », « Adémaï au Moyen Âge » et « Vogue mon cœur ». Pour son sixième film « Au son des guitares » Tino est déjà reconnu comme le chanteur préféré des Français. Entouré de Nita Raya et Paul Azaï, Tino Rossi y chante quatre chansons dont « Tant qu’il y aura des étoiles » une mélodie populaire de Vincent Scotto.

9 -    Quand on s’promène au bord de l’eau,
du film « La belle équipe » 3’17
    (Louis Poterat - Maurice Yvain)
   
par Jean GABIN - orchestre Musette Pierrot
    (78 t. Columbia DF 1990) - 15 septembre 1936
Cette valse de Maurice Yvain est chantée par Jean GABIN dans le film « La belle équipe » réalisé par Julien Duvivier en 1936. En plein Front Populaire, le film n’a pourtant remporté qu’un succès d’estime, heureusement conforté au fil des ans pour devenir un classique du cinéma français.

10 -  C’est un mauvais garçon,
du film « Un mauvais garçon » 2’53
    (Jean Boyer - Georges Van Parys)
   
par Henri GARAT - orchestre dir. Wal-Berg
    (78 t. Polydor 524.244) - 14 octobre 1936
Cette valse est chantée par Henri GARAT dans le film « Un mauvais garçon » réalisé en 1936 par Jean Boyer. Danielle Darrieux qui tourne là son 18ème film est la partenaire d’Henri Garat. Quant à l’accordéoniste Emile Prud’homme présent à l’image, il est l’efficace accompagnateur d’Henri Garat, dans l’orchestre Wal-Berg lors de l’enregistrement du disque présenté ici.

11 -  Le chapeau de Zozo,
du film « Avec le sourire » 2’36
    (René Sarvil - Charles Borel-Clerc)
    
par Maurice CHEVALIER - orchestre dir. Roger Desormière
    (78 t. Gramophone K 7767) - 20 octobre 1936
Après plus de 15 films tournés à Hollywood entre 1928 et 1934 Maurice CHEVALIER tourne en 1936 « Avec le sourire » de Maurice Tourneur. Parmi ses partenaires citons Marie Glory et André Lefaur. De toutes les chansons interprétées, seule « Le chapeau de Zozo » est encore connue et longtemps gardée par Maurice Chevalier dans son répertoire.

12 -  Une maison aux tuiles roses,
du film « Le chanteur de minuit » 3’07
    (André Hornez - Paul Misraki)
    
par Jean LUMIERE - orchestre dir. Raymond Legrand
    (78 t. Gramophone K 7982) - 12 octobre 1937
Jean LUMIERE (1895-1979) n’a tourné qu’un seul film « Le chanteur de minuit » réalisé en 1937 par Léo Joannon. L’un de nos premiers chanteurs de charme a débuté sur scène et enregistré dès 1930, trois ans avant Tino Rossi avec qui la concurrence fut sévère. Moins brillant, sa voix aussi fut plus vite démodée. Jean Lumière s’est longtemps consacré à l’enseignement du chant. De son seul film, j’ai retenu « Une maison aux tuiles roses » signée Paul Misraki.

13 - Je chante, du film « Je chante » 2’46
    (Charles Trenet - Charles Trenet, Paul Misraki)
   
par Charles TRENET - orchestre dir. Wal-Berg
    (78 t. Columbia DF 2270) - 23 novembre1937
En 1938, Charles TRENET tourne ses deux premiers longs métrages : « La route enchantée » et surtout « Je chante » réalisé par Christian Stengel. Entouré de Janine Darcey, Margo Lion et Jean Tissier, Charles Trenet incarne un chanteur fantaisiste qui sauve de la catastrophe une institution pour jeunes filles. La chanson « Je chante » fut le premier grand succès de Trenet, suivi de « J’ai ta main », « Y’a d’la joie », etc., après la dissolution du duo Charles et Johnny (Hess).

14 -    L’amour incompris,
du film « Le Schpountz » 3’24
    (Jean Manse - Casimir Oberfeld)
   
par FERNANDEL - orchestre dir. Pierre Chagnon
    (78 t. Columbia DF 2367) - Mars 1938
En revanche, FERNANDEL (1903-1971) a déjà une longue filmographie de 50 longs métrages débutée en 1930, lorsqu’il tourne sous la direction de Marcel Pagnol « Le Schpountz », l’histoire d’un brave garçon naïf qui souhaite devenir un grand acteur. Tourné en 1937, le film est sorti en avril 1938 avec la chanson « L’amour incompris ».

15 - Le bonheur est entré dans mon cœur,
du film « La goualeuse » 2’55
    
(Michel Vaucaire, Gaston Grœner - Norbert Glanzberg)
    par Lys GAUTY - orchestre dir. Marcel Cariven
    (78 t. Columbia DF 2454) - Octobre 1938
On retrouve Lys GAUTY en 1938, vedette féminine du film « La goualeuse » de Fernand Rivers. La musique est signée Norbert Glanzberg, compositeur des deux chansons interprétées par Lys Gauty : « Le bonheur est entré dans mon cœur » et « Dis-moi pourquoi ».

16 - Dédé de Montmartre,
du film « Dédé de Montmartre » 2’36
    (Gaston Montho - Roger Dumas)
    
par Albert PREJEAN - orchestre dir. Pierre Chagnon
    (78 t. Columbia DF 2655) - 8 juillet 1939
« Dédé la Musique » permet à Albert PREJEAN d’in­carner, une fois de plus, un homme du peuple, ici un mauvais garçon amoureux d’une midinette (Annie Vernay). Tourné en 1939, le film n’est sorti qu’en 1942 avec sa chanson principale « Dédé de Montmartre », un grand succès populaire sous l’Occupation.

17 - Accordéon, du film « Le café du port » 3’06
    (Roland Fabien - Jacqueline Batell)
   
par Line VIALA - orchestre dir. Pierre Chagnon
    (78 t. Columbia DF 2653) - 28 juin 1939
Moins connue du grand public, la chanson « Accordéon » est interprétée par Line VIALA, chanteuse réaliste s’accompagnant à l’accordéon, dans le film « Le café du port » réalisé par Jean Choux. René Dary y incarne un marin au grand cœur, amoureux de la chanteuse se produisant dans une boîte à matelots. Un film rare à sortir de l’oubli.

18 -   Notre sergent-major,
du film « Narcisse » 3’26
    (Fernand Rauzena - René Sylviano)
   
par RELLYS - orchestre dir. Albert Valsien
    (78 t. Odéon 281.389) - Septembre 1939
1939 est l’année du tournage de « Narcisse », une comédie dans laquelle, pour la première fois,
RELLYS (1905-1991) tient le rôle principal, après neuf films tournés entre 1933 et 1939.  Dans « Narcisse », il est contraint d’obtenir son brevet de pilote d’avion ; de joyeuses péripéties sont prétextes à chansons dont « Notre sergent-major » ce dernier incarné par Gabriello, une sympathique rondeur.

19 -    Tiens, tiens, tiens,
du film « Tourbillon de Paris » 2’41
    (André Hornez - Paul Misraki)
    par Ray VENTURA et son orchestre
    (78 t. Pathé PA 1883) - 6 décembre 1939
De la gaité encore, avec le film « Tourbillon de Paris » de Henri Diamant-Berger, tourné en 1939. Les Collégiens de Ray VENTURA y présentent leurs nouvelles chansons signées André Hornez et Paul Misraki : « Tiens, tiens, tiens » mais aussi « Ah ! vivement dimanche » et « J’ai besoin de vous ». 

20 -    Une charade,
du film « Battement de cœur » 3’00
    (André Hornez - Paul Misraki)
    
par Danielle DARRIEUX - orchestre dir. Raymond Legrand
    (78 t. Polydor 524.606) - 20 février 1940
Réalisé en 1939, « Battement de cœur » confirme le vedettariat de Danielle DARRIEUX après 26 longs métrages tournés entre 1931 et 1938. Dans cette production Danielle Darrieux chante sous la direction de son mari Henri Decoin.


CD 2 - (1941 - 1951)

1 -    Le premier rendez-vous,
du film « Premier rendez-vous » 3’18
    (Louis Poterat - René Sylviano)
    
par Danielle DARRIEUX -orchestre dir. René Sylviano
    (78 t. Polydor 524.730) - 20 juillet 1941
En 1941, Danielle DARRIEUX enchaîne, sous la direction d’Henri Decoin avec « Premier rendez-vous ». La chanson-titre est mélodiquement et harmoniquement une parfaite réussite et reste un classique de la chanson française. On relève dans la distribution du film les noms de jeunes débutants qui firent une carrière au cinéma : Sophie Desmarets, Simone Valère, Françoise Christophe, Georges Marchal, Daniel Gélin...

2 -    Frédérica, du film « Frédérica » 2’40
    (Charles Trenet)
    
par Charles TRENET - avec accomp. d’orchestre
    (78 t. Columbia DF 2921) - 28 septembre 1942
Les chansons du film « Frédérica », réalisé par Jean Boyer avec Charles TRENET, ne connurent pas le succès de celles créées dans les précédentes réalisations avec « Le Fou Chantant ». En effet, qui aujourd’hui, se souvient de « C’est bon », « Le bonheur ne passe qu’une fois » et même de « Frédérica » interprétées dans le film ?

3 -    Chanson gitane, du film « Cartacalha » 2’46
    (Louis Poterat - Maurice Yvain)
   
par MARIE-JOSE - orchestre dir. Félix Chardon
    (78 t. Odéon 281.528) -1942
Tourné en 1941 et sorti l’année suivante, « Cartacalha », une réalisation de Léon Mathot, présente Viviane Romance dans le rôle d’une danseuse gitane, avec Georges Flamant, son mari à la ville et Roger Duchesne. N’ayant jamais visionné ce film rare aujourd’hui, il m’est impossible de préciser qui interprète « Chanson gitane » (sur la route qui va...) : Viviane Romance ou doublée par MARIE-JOSE ou encore Annette Lajon ?


4 -   Mademoiselle Swing,
du film « Mademoiselle Swing » 3’11
    (Louis Poterat - Raymond Legrand)
    
par Irène de TREBERT - orchestre dir. Raymond Legrand
    (78 t. Columbia DF 2879) - 3 février 1942
« Mademoiselle Swing », tourné en 1941 par Richard Pottier, est le prétexte à la présentation de l’orchestre de Raymond Legrand et de la chanteuse Irène de TREBERT. Sous l’Occupation, avec Johnny Hess, ils furent les chefs de file des Zazous. « Mademoiselle Swing », c’est aussi le titre de la chanson, est entourée de Pierre Mingand et Elvire Popesco.

5 -   Un oiseau chante,
du film « Madame et son flirt » 3’22
    (Raymond Vincy - Louis Gasté)
    par Giselle PASCAL - orchestre dir. Marius Coste
    (78 t. Columbia DF 3018) -1945
Si en 1943 soixante films furent tournés en France, vingt et un seulement en 1944, l’année 1945 marque la reprise des activités cinématographiques avec la réalisation de 73 longs métrages dont « Madame et son flirt » (sorti en avril 1946). Giselle PASCAL (1921-2007) en est la vedette féminine au côté de l’excellent fantaisiste Andrex. C’est une comédie comme souvent prétexte à chansons, ici signées Louis Gasté pour la musique. A mon grand regret, Giselle Pascal n’a enregistré que six chansons sur disques, dont « Un oiseau chante ».

6 -   La gamme et l’amour,
du film « Trente et quarante » 3’07
    (Jacques Larue - Louiguy)
    
par Georges GUETARY - orchestre dir. Van Hoorebeke
    (78 t. Pathé PA 2317) - 6 avril 1945
Georges GUETARY fut la tête d’affiche d’une douzaine de films. C’est au côté de Martine Carol qu’il tourne en 1945 sous la direction de son ami Gilles Grangier « Trente et quarante », son troisième film. Martine Carol est pour la quatrième fois la vedette féminine après deux apparitions sous le pseudonyme de Maryse Arley en 1941. Avec le charme et surtout la voix que l’on sait, Georges Guétary chante quatre chansons : « Banco », « Magdalena », « Comme une étoile » et « La gamme et l’amour ».

7 -   Je ne sais rien de mon amant,
du film « Miroir » 3’04
    (Louis Poterat - Maurice Yvain)
    par Colette MARS - orchestre dir. Marius Coste
    (78 t. Columbia BF 96) - 25 février 1947
Sorti en mai 1947, « Miroir » fut réalisé par Raymond Lamy en 1946 avec Jean Gabin dans un double personnage : le financier Lussac et le chef de bande Miroir. Ses partenaires féminines sont Martine Carol, Gisèle Préville et Colette MARS qui chante « Je ne sais rien de mon amant ».

8 -   Pour les amants c’est tous les jours diman­che, du film « Le silence est d’or » 2’39
    (René Clair - Georges Van Parys)
    
par Maurice CHEVALIER -orchestre dir. Jacques Hélian
    (78 t. Gramophone K 8791) - 25 février1947
Maurice CHEVALIER nous revient en 1946 sous la direction de René Clair dans « Le silence est d’or » (sorti en mai 1947). Marcelle Derrien, jeune débutante, assure le premier rôle féminin entourée de Dany Robin et François Périer. Maurice Chevalier chante la valse de René Clair et Georges Van Parys « Pour les amants c’est tous les jours dimanche ».

9 -   Danse avec moi,
du film « Quai des Orfèvres » 3’11
    (André Hornez - Francis Lopez)
    
par Suzy DELAIR - orchestre dir. Raymond Legrand
    (78 t. Decca 8224) - juin 1947
Un film réalisé par Henri-Georges Clouzot est toujours en bonne place dans les annales du cinéma et « Quai des Orfèvres » n’échappe pas à la règle. Prix international de la mise en scène à la Biennale de Venise 1947, le film vaut surtout par la magistrale interprétation de Louis Jouvet dans le rôle de l’inspecteur Antoine et de Suzy DELAIR incarnant la pulpeuse chanteuse Jenny Lamour, interprète des deux chansons « Avec son tralala » et « Danse avec moi ».

10 -  Sans vous,
du film « Mademoiselle s’amuse » 2’43
    (André Hornez - Paul Misraki)
    
par Lucien JEUNESSE avec Ray Ventura et son orchestre
    (78 t. Polydor 560.034) - 8 décembre 1947
De retour d’Amérique du Sud au lendemain de la Libération, Ray VENTURA reconstitue un nouvel orchestre dont les activités sont essentiellement consacrées au cinéma. « Mademoiselle s’amuse » (1947) de Jean Boyer est le premier de la série. Giselle Pascal est la ravissante mais extravagante demoiselle qui, par caprice, s’assure les services de tout un orchestre. C’est Lucien JEUNESSE qui double le jeune premier Bernard Lancret le temps de la chanson « Sans vous ».

11 -  Les enfants qui s’aiment,
du film « Les portes de la nuit » 3’11
    (Jacques Prévert - Joseph Kosma)
    par Yves MONTAND - à la guitare: Henri Crolla
    (78 t. Odéon 281.964) - 12 juillet 1948
En 1946, Marcel Carné tourne « Les portes de la nuit » avec Nathalie Nattier (qui remplace Marlène Dietrich initialement prévue) et Yves Montand (dans le rôle écrit pour Jean Gabin). La musique est de Joseph Kosma, le scénario et les dialogues de Jacques Prévert. La chanson « Les enfants qui s’aiment » est interprétée par Fabien Loris, incarnant un chanteur des rues. Ce n’est qu’en juillet 1948, qu’Yves MONTAND enregistre la chanson, accompagné par Henri Crolla à la guitare.

12 - Vous me faites rougir,
du film « Nuit de noces » 2’57
  (Robert Rocca, Robert Bibal - André Erdna, Ch.Chobillon)
    
par Martine CAROL - orchestre dir. Ch. Chobillon
    (78 t. Lutetia M 507) -1949
Le film « Une nuit de noces » réalisé en 1949 par René Jayet mérite une attention toute particulière puisqu’on peut y entendre chanter pour la première fois à l’écran la ravissante Martine CAROL (1920-1967). Dans le rôle de Sidonie de Valpurgis, notre star interprète à ravir deux chansons : « Un p’tit béguin » et « Vous me faites rougir » parues sur un rarissime 78 tours, justifiant la réédition ici du second titre.

13 -   Fermons nos rideaux,
du film « Envoi de fleurs » 2’30
    (Maurice Boukay - Paul Delmet)
    
par Tino ROSSI - orchestre dir. Raymond Legrand
    (78 t. Pathé PD 103) - 1er décembre 1949
Tino ROSSI fait revivre le compositeur Paul Delmet (1862-1904) dans « Envoi de fleurs » de Jean Stelli, reprenant le titre de l’une de ses plus célèbres chansons. Compositeur et chanteur de ses œuvres encore dans bien des mémoires, Delmet reste l’un des symboles de la Belle Epoque pour s’être produit dans tous les cabarets parisiens dont Le Chat Noir. Micheline Francey (1919-1969) trop tôt disparue, est la principale partenaire de Tino. Parmi les chansons de Delmet citons évidemment « Envoi de fleurs », « La petite église », « Vous êtes si jolie »... et « Fermons nos rideaux ».

14 -  Je suis une femme,
du film « Valse brillante » 3’20
    (André Tabet - Louiguy - arrgt Paul Bonneau)
    
par Martha EGGERTH - orchestre dir. Paul Bonneau
    (78 t. Polydor 560.176) -1949
« Valse brillante », tourné en 1949 par Jean Boyer, n’a pas laissé un souvenir impérissable chez les cinéphiles, mais un film de série B, voire un « nanar » peut occasionnellement figurer dans un panorama du cinéma français. En effet, « Valse brillante » est le dernier film de la soprano Martha EGGERTH (1912-2013) dans lequel elle chante en français. Rappelons que cette belle chanteuse a fait les beaux jours d’opérettes et de films tournés en Allemagne dans les années 30 et 40. Parmi les chansons du film « Valse brillante » j’ai choisi « Je suis une femme » qui sera aussi enregistrée par Suzy Delair.

15 -   La tactique du gendarme,
du film « Le Roi Pandore » 3’03
    (André Bourvil, Lionel Le Plat - Etienne Lorin)
    par BOURVIL - orchestre dir. Marius Coste
    (78 t. Pathé PG 346) - 5 décembre 1949
« Le Roi Pandore », réalisé en 1949 par André Berthomieu, est le cinquième film dont BOURVIL est la vedette. Dans le rôle du gendarme Léon Ménard devenu riche à la suite d’un héritage, il chante l’inoubliable « La tactique du gendarme » dont il a écrit les paroles sur une musique de son ami l’accordéoniste Etienne Lorin.

16 -  Méfiez-vous des blondes,
du film « Méfiez-vous des blondes » 3’01
    (Jean Halain - Jean Marion)
    par Anny FLORE - orchestre dir. Jean Marion
    (78 t. Pathé PG 433) - septembre 1950
1950 est l’année où furent tournés 106 films parmi lesquels « Méfiez-vous des blondes » d’André Hunebelle. Dans ce polar, Martine Carol et Claude Farrel sont entourées de Raymond Rouleau et Bernard Lajarrige. La chanteuse Anny FLORE est à l’image pour nous chanter « Méfiez-vous des blondes » chanson hélas tronquée par des dialogues superflus.

17 -  La ronde de l’amour,
du film « La Ronde » 2’43
    (Louis Ducreux - Oscar Straus)
    
par Eliane EMBRUN - orchestre dir. Marius Coste
    (78 t. La Voix de son Maître SG 265) - 12 octobre 1950
Deux prix à la Biennale de Venise en 1950, le film de Max Ophüls « La Ronde » bénéficie d’une distribution exceptionnelle avec Simone Signoret, Simone Simon, Danielle Darrieux, Serge Reggiani, Daniel Gélin... Le thème musical composé par Oscar Straus est chanté par Anton Walbrook (1900-1967) mais le disque ne fut jamais réalisé. Cette « Ronde de l’amour » a connu différentes versions enregistrées : André Claveau, André Dassary, Tohama et Eliane EMBRUN.

18 - Tournesol, du film « Souvenirs perdus » 2’24
    (Jacques Prévert - Joseph Kosma)
    
par Yves MONTAND - avec Bob Castella et ses rythmes
    (78 t. Odéon 282.307) - 21 octobre 1950
Autre film avec aussi une époustouflante distribution :
 
« Souvenirs perdus » réalisé par Christian-Jaque. Yves MONTAND, personnage de l’un des quatre sketches dans le rôle d’un chanteur de rues, interprète « Tournesol » paroles de Jacques Prévert, sur une musique de Joseph Kosma, compositeur de toute la bande sonore.

19 -  Tu n’peux pas t’figurer,
du film « Atoll K » 2’45
    (Paul Misraki)
    par Suzy DELAIR - orchestre dir. Paul Misraki
    
(78 t. La Voix de son Maître SG 344) - Octobre 1951
Le dernier film tourné en 1950 par Stan Laurel et Oliver Hardy « Atoll K » fut réalisé par Léo Joannon. Toute la distribution, à l’exception de Laurel et Hardy, est confiée à des actrices et comédiens français : Suzet Maïs, Max Elloy et surtout Suzy DELAIR qui, dans le rôle de Chérie Lamour interprète la chanson d’André Hornez et Paul Misraki « Tu n’peux pas t’figurer ».

20 -  Sous le ciel de Paris,
du film « Sous le ciel de Paris » 3’20
    (Jean Dréjac - Hubert Giraud)
    par Juliette GRECO - orchestre dir. André Grassi
    à l’accordéon: Gilbert Roussel
    (78 t. Philips 72.001) - 11 mai 1951
Une journée de la capitale, avec son banal quotidien mais aussi ses drames, tel est le thème de « Sous le ciel de Paris » réalisé par Julien Duvivier (tourné en 1950 et sorti en mars 1951). Bien qu’interprétée dans le film par Jean Bretonnière, j’ai privilégié ici le superbe enregistrement de Juliette GRECO du thème principal « Sous le ciel de Paris » de Jean Dréjac et Hubert Giraud.


CD 3 - (1951 - 1962)

1 -   Complainte des infidèles,
du film « La Maison Bonnadieu » 3’12
    (Carlo Rim - Georges Van Parys)
    
par MOULOUDJI avec Philippe-Gérard et son ensemble
    (78 t. Le Chant du Monde PM 1604) - 18 mai 1951
« La Maison Bonnadieu » tourné en 1951 par Carlo Rim, bénéficie d’une prestigieuse distribution avec Danielle Darrieux, Françoise Arnoul et Bernard Blier. De la musique du film signée Georges Van Parys, on retiendra surtout « La complainte des infidèles » chantée par MOULOUDJI chanteur des rues s’accompagnant à l’orgue de Barbarie pour les besoins du film. D’autres enregistrements de cette célèbre complainte furent réalisés ultérieurement par son créateur, ainsi qu’un 78 tours gravé par Danielle Darrieux en 1952.

2 -   Deux sous d’violettes,
du film « Deux sous d’violettes » 2’42
    (Jean Anouilh - Georges Van Parys)
    par ARLETTY - orchestre dir. Pierre Callion
    (78 t. Decca MF 21.620) décembre 1951
Exceptionnellement réalisé par Jean Anouilh, « Deux sous de violettes » (1951) nous laisse sous le charme de Dany Robin entourée d’Yves Robert et Michel Bouquet. C’est Anny Flore qui interprète la chanson « Deux sous de violettes » aux génériques du début et de la fin du film. J’ai toutefois retenu l’enregistrement d’ARLETTY, bien qu’absente de la distribution, en oubliant le manque de justesse de la voix et une grossière faute de mesure. Saluons ici Arletty, actrice d’exception à la gouaille parisienne et l’abattage légendaire.

3 -   Le grisbi, du film « Touchez pas au grisbi » 3’42
    (Marc Lanjean - Jean Wiener)
    
par Jacques PILLS - orchestre dir. Robert Chau­vigny
    (78 t. Columbia BF 619) - 10 avril 1954
« Touchez pas au grisbi », réalisé en 1953 (sorti en mars 1954) par Jacques Becker, marque le grand retour de Jean Gabin et sa nouvelle orientation vers des rôles de gangsters vieillissants. Le thème musical de Jean Wiener est joué à l’harmonica par Jean Wetzel. Sur des paroles de Marc Lanjean, Jacques PILLS nous offre la version chantée de cette lancinante mélodie : « Le grisbi ». Jean Gabin est entouré ici de Jeanne Moreau, Dora Doll, René Dary et Lino Ventura dans son tout premier rôle au cinéma.

4 -   Le rififi, du film « Du rififi chez les hommes » 2’59
    (Jacques Larue - Philippe-Gérard)
    
par Magali NOËL avec Michel Legrand et son orchestre
    (45 t. EP Philips 432.044) -1954
L’année suivante, Jules Dassin réalise « Du rififi chez les hommes » d’après le roman d’Auguste Le Breton par ailleurs auteur des dialogues. La distribution comprend Jean Servais et Magali NOËL (1932-2015), magnifique interprète sexy de la chanson « Le rififi » l’un de ses premiers enregistrements, prémices de son parcours atypique de chanteuse.

5 -  Complainte de la butte,
du film « French Cancan » 3’04
    (Jean Renoir - Georges Van Parys)
    par Cora VAUCAIRE - orch. dir. Georges Van Parys
    (45 t. Pathé G 1106) - 12 janvier 1955
Tourné en 1954 dans une réalisation de Jean Renoir, « French Cancan » est sorti en technicolor en 1955. Distribution de haut niveau avec Jean Gabin, Françoise Arnoul, Maria Félix, Philippe Clay… pour l’évocation de la création du Moulin-Rouge. La musique est une fois encore signée Georges Van Parys avec, outre la reprise du fameux cancan, l’inoubliable « Complainte de la butte » paroles de Jean Renoir, chantée par Cora VAUCAIRE qui n’apparaît pas à l’image, mais dont le nom restera immuablement lié à la chanson.

6 -  Faut qu’ça saute, du film « Nana » 2‘53
    (Henri Jeanson - Georges Van Parys)
    par Martine CAROL - orch. dir. Georges Van Parys
    (45 t. Ducretet-Thomson 500 V 171) -1955
Martine CAROL, nous revient avec « Nana », film réalisé en 1954 par Christian-Jaque, son mari à l’époque, d’après le roman de Zola. Dans le rôle d’une chanteuse d’opérette, aussi légère que sa voix, sous le Second Empire, « Nana », alias Martine Carol, chante « Faut qu’ça saute », encore une musique de Georges Van Parys sur des paroles d’Henri Jeanson, dialoguiste de la production.

7 -  Miarka, du film « Elena et les hommes » 3’16
    (Jean Renoir - Joseph Kosma)
    par Juliette GRECO - orchestre dir. André Popp
    (45 t. EP Fontana 460.520) - 18 septembre 1956
Jean Renoir réalise l’année suivante « Elena et les hommes » dont il a écrit le scénario ainsi que les paroles de la chanson « Miarka » chantée dans le film par Juliette GRECO. C’est Ingrid Bergman qui incarne Elena Sokorowska, élégante dame slave régnant sur le Paris de la fin du 19ème siècle. Elle est entourée de Magali Noël, Dora Doll et Juliette Gréco (Miarka la gitane) mais aussi de Jean Marais et Mel Ferrer.

8 - Chanson de Gervaise, du film « Gervaise » 2’56
    (Raymond Queneau - Georges Auric)
    par Maria SCHELL - orch. dir. Ray Ventura
    (45 t. EP Versailles 90 M 133) -1956
Dans une réalisation de René Clément en 1955, Maria SCHELL incarne « Gervaise », film tourné d’après le roman d’Emile Zola et interprète la « Chanson de Gervaise ». Quelques artistes de la chanson sont de la distribution : Suzy Delair, Armand Mestral, Florelle, Jacques Harden aux côtés de François Périer et Jany Holt.

9 - Dis-moi quelque chose de gentil,
du film « Et Dieu créa la femme » 2’47
    (Paul Misraki)
    
par Solange BERRY, présentée par Brigitte BARDOT
    orchestre dir. Ray Ventura
    (33 t. 25cm Versaiiles STD 2012) -1957
Le mythe Bardot explose en 1956 avec le tournage du film « Et Dieu créa la femme », la première réalisation de Roger Vadim avec Brigitte Bardot en tête d’affiche. Dans ce film, entourée de Curd Jürgens, Jean-Louis Trintignant et Christian Marquand, Brigitte Bardot est l’incarnation de la femme libérée de tout tabou et d’une sexualité totalement libre. Elle ne chante pas encore, mais fredonne quelques mesures de la chanson « Dis-moi quelque chose de gentil » signée Paul Misraki (qu’elle écoute sur le juke-box), chantée par Solange BERRY qui ne fera après qu’une très modeste carrière discographique.

10 - La chanson de Clopin,
du film « Notre-Dame de Paris » 2’19
    (Jean Yanne - Jean-Paul Mengeon)
    par Philippe CLAY - orch. dir. Jean-Paul Mengeon
    (45 t. EP Philips 432.139) -1956
La même année, c’est Jean Delannoy qui adapte au cinéma le roman de Victor Hugo « Notre-Dame de Paris ». La distribution est époustouflante avec surtout Gina Lollobrigida dans le rôle de la danseuse Esmeralda et Anthony Quinn, magistral Quasimodo, le sonneur de la cathédrale. On retiendra aussi l’excellente composition de Philippe CLAY en chef des mendiants de la Cour des Miracles interprétant « La chanson de Clopin ».

11 -  Au bois de mon cœur,
du film « Porte des Lilas » 3’01
    (Georges Brassens)
    par Georges BRASSENS
    contrebasse: Pierre Nicolas
    deuxième guitare: Victor Apicella
    (33 t. 25cm Philips 76.074) -1957
« Porte des Lilas » réalisé en 1956 par René Clair est le seul film tourné par Georges BRASSENS, un rôle taillé sur mesure dans le roman de son ami René Fallet. Un film original où l’on retrouve aussi Pierre Brasseur, Henri Vidal et Dany Carrel. Dans le rôle de l’Artiste, chanteur anarchiste s’accompagnant à la guitare, Brassens interprète plusieurs chansons dont « Au bois de mon cœur ».

12 - Mimi Pinson, du film « Mimi Pinson » 2’50
    (Francis Lemarque)
    
par Dany ROBIN - avec Robert Valentino et ses rythmes
    (45 t. Ducretet-Thomson 500 V 269) -1957
Réalisé en 1957, sorti en 1958, le film « Mimi Pinson » de Robert Darène est inspiré d’un roman d’Alfred de Musset où Dany ROBIN joue de tout son charme aux côtés de Raymond Pellegrin et André Luguet. Sauf erreur ou omission, c’est la seule fois où Dany Robin pousse gentiment la chansonnette avec « Mimi Pinson », paroles et musique de Francis Lemarque.

13 - Les neiges de Finlande,
du film « Les amants de demain » 1’39
    (Henri Contet - Marguerite Monnot)
    par Edith PIAF - orchestre dir. Robert Chauvigny
    (45 t. EP Columbia ESRF 1198) - 1958
En 1945, Marcel Blistène a déjà réalisé « Etoile sans lumière » avec son amie Edith Piaf. En 1957, il récidive avec « Les amants de demain », toujours avec Edith Piaf dont ce sera le dernier film, avec Michel Auclair et Armand Mestral. Parmi les quatre chansons interprétées par Edith PIAF, toutes de Marguerite Monnot pour la musique, j’ai retenu « Les neiges de Finlande », paroles de Henri Contet, dans laquelle on découvre une nouvelle facette de son talent où, ô combien je la préfère !

14 - Ca ne sert à rien,
du film « Maigret tend un piège » 1’52
    (André Hornez - Paul Misraki)
    
par Paule DESJARDINS - orch. dir. Armand Migiani
    (45 t. EP Polydor) - 2 septembre 1958
Avec « Maigret tend un piège » de Jean Delannoy Jean Gabin incarne pour la première fois à l’écran le célèbre commissaire, héros de Simenon. Une brillante distribution autour de Jean Gabin avec Annie Girardot, Jean Desailly, Lucienne Bogaert… Encore une musique de Paul Misraki et une chanson chantée au générique par Paule DESJARDINS : « Ça ne sert à rien » sur fond de Place des Vosges proche de la Bastille où se déroule l’action.

15 - La fille de Hambourg,
du film « La fille de Hambourg » 4’51
    (Boris Vian - Jean Ledrut)
    
par Hildegarde NEFF - orchestre dir. André Persiany
    (45 t. EP Fontana 460.583) -1958
En 1958, Yves Allégret réalise « La fille de Hambourg » où l’actrice allemande Hildegarde NEFF (orthographiée Hildegard Knef en Allemagne) incarne une catcheuse dans une boîte de nuit du port. Tragiques retrouvailles avec un ancien amant devenu marin en escale (Daniel Gélin). Un drame dans une atmosphère lourde avec en prime la voix grave et rauque d’Hildegarde Neff dans la chanson-titre « La fille de Hambourg » paroles de Boris Vian, à l’époque, sous le charme de la célèbre actrice-chanteuse allemande (1925-2002).

16 - Le printemps sans amour,
du film « Pierrot la Tendresse » 2’39
    (Guy Béart)
    par Michel SIMON - orchestre dir. François Rauber
    (45 t. EP Fontana 460.726) -1961
Dans « Pierrot la Tendresse » (1960) de François Villiers, Michel Simon est un vieux tueur repenti aimant les fleurs et les petits oiseaux. Une intrigue policière met en scène Dany Saval et Claude Brasseur interprétant chacun une chanson, ainsi que Michel SIMON dans « Le printemps sans amour ».

17 - Sans toi, du film « Cléo de 5 à 7 » 2’13
    (Agnès Varda - Michel Legrand)
    
par Corinne MARCHAND - orchestre dir. Michel Legrand
    (45 t. EP Philips 432.596) -1961
En 1961 avec « Cléo de 5 à 7 », Agnès Varda réalise son troisième film dont la musique est signée Michel Legrand. Corinne MARCHAND, dans le rôle de la chanteuse Cléo, est le personnage principal de cette fiction. Avec talent et sa distinction habituelle, Corinne Marchand interprète deux chansons signées Agnès Varda et Michel Legrand : « La belle p… » et « Sans toi » accompagnée au piano par le compositeur.

18 - Le tourbillon, du film « Jules et Jim » 2’05
    (Cyrus Bassiak - Georges Delerue)
    par Jeanne MOREAU - à la guitare: Cyrus Bassiak
    (45 t. EP Philips 432.728) -1961
La chanson du film « Jules et Jim » réalisé en 1961 par François Truffaut est encore dans toutes les mémoires. En effet, « Le tourbillon » a marqué les débuts de la chanteuse Jeanne MOREAU qui souvent fut la fidèle interprète du parolier Cyrus Bassiak (de son vrai nom Serge Rezvany). La carrière de chanteuse de Jeanne Moreau fut couronnée par différents Grands Prix du Disque (en 1964, 1967 et 1980).

19 - Notre amour se ressemble,
du film « Le bateau d’Emile » 2’47
    (Charles Aznavour - Georges Garvarentz)
    
par Annie GIRARDOT - orch. dir. Jean Pro­dromides
    (45 t. EP Barclay 70.440) -mars 1962
Dans le film « Le bateau d’Emile » de Denys de la Patellière sorti en 1962, Annie GIRARDOT fait, elle aussi, ses débuts de chanteuse. Entourée de Michel Simon, Lino Ventura, Pierre Brasseur, elle incarne Fernande, une chanteuse de boîte à matelots, entraîneuse à l’occasion, ceci expliquant le côté maladroit de son interprétation de la chanson de Charles Aznavour « Notre amour se ressemble ». A partir de 1967, Annie Girardot se révèlera l’excellente interprète de quelques chansons : « Isalaide », « Vivre pour vivre », « Le dernier baiser ».

20 -Sidonie, du film « Vie privée » 2’52
    (Yannis Spanos - Jean-Max Rivière, Paul Mauriat)
    
par Brigitte BARDOT - orchestre dir. François Carpi
    (45 t. EP Barclay 70.436) - février 1962
« Sidonie » est aussi la toute première chanson enre­gistrée par notre Brigitte BARDOT nationale et internationale. Coup d’essai, coup de maître avec « Sidonie » dans « Vie privée », coproduction franco-italienne réalisée par Louis Malle. Parallèlement à la carrière que l’on sait au cinéma, Brigitte Bardot a su choisir un répertoire de chansons originales, taillées sur mesure dont de petites perles : « La Madrague », « Les amis de la musique », « Invitango », « On déménage » …

Dany LALLEMAND
© 2019 Frémeaux & Associés

Disques originaux (78, 45 et 33 tours) et photos :
Collection Dany Lallemand
Remerciements à Gilbert Quéro



Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc) ou chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 01 43 74 90 24.
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit

Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

VINCENT SCOTTO
VINCENT SCOTTO
“Je laisse tout Wagner pour une chanson de Vincent Scotto”.
Georges Brassens

André Bernard,...

TOULOUSE LAUTREC 1864 - 1901
TOULOUSE LAUTREC 1864 - 1901
« Témoin d’un Paris Belle Epoque, Toulouse-Lautrec immortalise Aristide Bruant, Jane Avril et la Goulue au...

TONY MURÉNA - SWING ACCORDÉON - ANTHOLOGIE 1939-1949
TONY MURÉNA - SWING ACCORDÉON - ANTHOLOGIE 1939-1949
Tony Muréna occupe une place de choix dans le Panthéon des accordéonistes. Avec Gus...

SAPHO
SAPHO
Musiques arabo-andalouses, arrangements argentins, blues francophone, sonorités rock, Sapho est...

SAINT GERMAIN DES PRES 1926 -1954
SAINT GERMAIN DES PRES 1926 -1954
“Ça n’a jamais été un vrai quartier. Il n’y avait ni putains ni...

REDA CAIRE
REDA CAIRE
'Alors que je ne vous l’aurais jamais recommandé naguère, je vous conseille aujourd’hui de placer dans...

PIERRE LOUKI EN PUBLIC
PIERRE LOUKI EN PUBLIC
Pierre Louki restera une figure singulière de la chanson française et de la poésie,...

PATACHOU - 1950-1961
PATACHOU - 1950-1961
C’est dans le Paris des années 50, sur la Butte, que celle que l’on appelait Lady Patachou...

MIREILLE
MIREILLE
Quand on me dit : c'est merveilleux, votre voix n'a pas changé du tout ! Je pense en moi-même : pas étonnant,...

MARSEILLE 1921 - 1951
MARSEILLE 1921 - 1951
Toutes les spécialités qui font le charme de Marseille sont ici réunies : la pétanque, le soleil, la...

LUCIENNE DELYLE
LUCIENNE DELYLE
La voix de Lucienne Delyle est de celles qui flattent les sens et dépassent l’intelligence. Revenue...

LUCIENNE BOYER
LUCIENNE BOYER
“C’est Eve qui s’exprime par la bouche de Lucienne Boyer. Eve, une dame toujours belle, toujours tentante....

JULIETTE GRÉCO - LIVE IN PARIS
JULIETTE GRÉCO - LIVE IN PARIS
Figure emblématique de la chanson française, Juliette Gréco est une artiste qui a...

JOHNNY HESS
JOHNNY HESS
Lequel, de Charles (Trenet) ou de Johnny (Hess), était le plus 'fou chantant' des deux ? Moi, j'ai toujours pensé...

JOHNNY HALLYDAY - LIVE IN PARIS 31 OCT. / 13 DÉC. 1962
JOHNNY HALLYDAY - LIVE IN PARIS 31 OCT. / 13 DÉC. 1962
Johnny Hallyday est sans aucun doute, dans l’imaginaire collectif français, l’artiste rock...

INTEGRALE JEAN GABIN - ANTHOLOGIE FERDINAND GABIN
INTEGRALE JEAN GABIN - ANTHOLOGIE FERDINAND GABIN
Ferdinand, Hélène, Reine et... Jean ! Une famille d’artistes : les Gabin. Un bon nom, bien de Paris,...

HENRI SALVADOR - INTEGRALE - VOL 3
HENRI SALVADOR - INTEGRALE - VOL 3
A 77 ans, il n'en paraît toujours que 17. Il tenait donc à nous dire que l'idée reçue du temps qui...

FRANCOISE SAGAN ET MICHEL MAGNE
FRANCOISE SAGAN ET MICHEL MAGNE
Le désir de vivre, de jouissance et d’insouciance, le talent, ont fait de Françoise Sagan...

FRANCIS BLANCHE CHANTE ET FAIT CHANTER…
FRANCIS BLANCHE CHANTE ET FAIT CHANTER…
« J’ai rêvé ma vie les yeux grands ouverts, me suis réveillé quand...

DAVID & DOMINIQUE
DAVID & DOMINIQUE
David (Jisse) et Dominique (Marge) se sont rencontrés au bord d’une route à la fin des années...

CINE STARS
CINE STARS
“La star est femme et parle anglais”. Ce programme est là pour nuancer la formule. Eric Rémy (directeur...

CHANTE GASTON COUTÉ (RÉTROSPECTIVE 1977 - 2008)
CHANTE GASTON COUTÉ (RÉTROSPECTIVE 1977 - 2008)
Des plaines de Beauce, aux cabarets montmartrois, Gaston Couté, jeune poète...

CHANSONS SANS GÊNE (CHANTE YVETTE GUILBERT)
CHANSONS SANS GÊNE (CHANTE YVETTE GUILBERT)

Égérie des cabarets montmartrois de la Belle Époque, Yvette Guilbert, dont les traits ont...


CHANSONS DE JACQUES PRÉVERT 1934-1962
CHANSONS DE JACQUES PRÉVERT 1934-1962
Jacques Prévert est sans doute l’un des plus grands poètes français...

CENTRE FRANCE (1909 - 1997)
CENTRE FRANCE (1909 - 1997)
Centre France: Berry, Bourbonnais, Nivernais, Bourgogne, Orléanais

Ce disque regroupe des...

BOB AZZAM ET SON ORCHESTRE
BOB AZZAM ET SON ORCHESTRE
En cette année 1960, Bob Azzam domine le hit-parade avec trois succès incontournables des...

ANTHOLOGIE DU TWIST FRANÇAIS 1961-1962 (+ QUÉBEC TWIST !)
ANTHOLOGIE DU TWIST FRANÇAIS 1961-1962 (+ QUÉBEC TWIST !)
Pendant l’automne 1961, alors que le rock vient juste de s’implanter en France,...

ANTHOLOGIE DU PATRIMOINE MUSICAL ALSACIEN 1953-2015
ANTHOLOGIE DU PATRIMOINE MUSICAL ALSACIEN 1953-2015
Cette anthologie réalisée par Jean-Baptiste Mersiol revient sur le patrimoine musical alsacien....

ANTHOLOGIE DES MUSIQUES DE DANSE DU MONDE VOL.1 EUROPE ET AMERIQUE DU NORD
ANTHOLOGIE DES MUSIQUES DE DANSE DU MONDE VOL.1 EUROPE ET AMERIQUE DU NORD
De tous temps, la danse a été rythmée par la musique, et les danseurs ont toujours...

ACCORDEON VOL.4
ACCORDEON VOL.4
Le style musette parisien, sous toutes ses déclinaisons (de la valse-musette des bals populaires au...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
net_cat_20192020.jpg
Titre_Galerie.gif
net_expo_chica__galerie_fa.jpg
Titre Noel 2018.jpg
NET Proust.jpg
Titre Soul.gif
NET Soul.jpg
Titre Figure de l'histoire.gif
Pub Net Figures Histoire.jpg
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V Stan Getz.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études

Titre_DVD.gif

Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif