Fremeaux.com
 
FRANK SINATRA - LIVE IN PARIS 5/7 JUIN 1962
Réf. : FA5470

FRANK SINATRA - LIVE IN PARIS 5/7 JUIN 1962

FRANK SINATRA
Direction artistique : GILLES PETARD ET MICHEL BRILLIÉ
Label : FREMEAUX & ASSOCIES
Nombre de CD : 1
Vous pouvez acheter ce produit :

- Chez votre libraire ou maison de la presse (Frémeaux & Associés distribution)
- Chez votre disquaire ou à la Fnac (distribution : Socadisc)
- Sur lalibrairiesonore.com
- Sur librairie-audio.com Pré écoute de certains produits!
- Par téléphone au 01.43.74.90.24
Distinctions :
INDISPENSABLE JAZZ HOT / * * * * JAZZMAG-JAZZMAN / RECOMMANDÉ PAR FRANCE MUSIQUE / SÉLÉCTION JAZZ NEWS
Frank Sinatra est sans doute le plus célèbre crooner du XXe siècle. Enregistré au Lido et à l’Olympia en juin 1962, il s’agit du premier concert à Paris de « The Voice », un show à la mécanique impeccable d’un rare professionnalisme, qui rappelle les fastes de l’entertainment américain.
Un grand Sinatra live ! Patrick FRÉMEAUX

La collection «Live in Paris», dirigée par Michel Brillié, permet de retrouver des enregistrements inédits (concerts, sessions privées ou radiophoniques), des grandes vedettes du jazz, du rock & roll et de la chanson du XXe siècle.
Ces prises de son live et la relation avec le public apportent un supplément d’âme et une sensibilité en contrepoint à la rigueur appliquée lors des enregistrements studio. Une importance singulière a été apportée à la restauration sonore des bandes pour convenir aux standards CD tout en conservant la couleur d’époque.
Patrick FRÉMEAUX & Gilles PÉTARD

Frank Sinatra was no doubt the most famous crooner of the 20th century. Recorded at the Lido and the Olympia in Paris in June 1962, this was the first visit to the French capital by the man they called “The Voice”, and his impeccable shows and rare professionalism recall the best in American entertainment… A great Sinatra, “live”!
Patrick FRÉMEAUX
 
The Live in Paris collection by Michel Brillié allows listeners to hear previously-unreleased recordings (made at concerts and private- or radio-sessions) by the great 20th stars in jazz, rock & roll and song.
These “live” takes, and the artists’ rapport with their audiences, gives these performances an additional soul and sensibility in counterpoint to the rigorous demands of studio recordings. Particular care was taken when restoring the sound of these tapes in order to meet CD standards while preserving the original colours of the period.

DIRECTION ARTISTIQUE : GILLES PÉTARD ET MICHEL BRILLIÉ
DROITS : DP / GILLES PETARD / FREMEAUX & ASSOCIES.

INTRODUCTION BY LOUIS MERLIN • GOODY, GOODY • IMAGINATION • AT LONG LAST LOVE • MOONLIGHT IN VERMONT • WITHOUT A SONG • DAY IN-DAY OUT • I’VE GOT YOU UNDER MY SKIN • I GET A KICK OUT OF YOU • THE SECOND TIME AROUND • TOO MARVELOUS FOR WORDS • MY FUNNY VALENTINE • IN THE STILL OF THE NIGHT • APRIL IN PARIS • YOU’RE NOBODY TILL SOMEBODY LOVES YOU • MONOLOGUE / THEY CAN’T TAKE THAT AWAY FROM ME • ALL THE WAY • CHICAGO • NIGHT AND DAY • ONE FOR MY BABY • I COULD HAVE DANCED ALL NIGHT • A FOGGY DAY • OL’ MAN RIVER • THE LADY IS A TRAMP • I LOVE PARIS • COME FLY WITH ME.
Liste des articles de presse consacrés à ce CD :
- « Le crooner est à son apogée vocale » par Mediapart
« 5 et 7 juin 1962 : le Paris des Bluebell girls et des 403 reçoit Sinatra. Le crooner est à son apogée vocale- une assurance gagnée dans les graves, que l'abus de whisky n'a pas encore gâchée. Les musiciens qui l'accompagnent donnent l'impression de jouer de la musique de chambre: le sextet de Bill Miller, son pianiste attitré, compte un vibraphone, une guitare et, suivant l'humeur de l'arrangeur, un saxophone, une flûte ou bien une clarinette. A l'Olympia comme au Lido, Sinatra donne deux concerts swing et phrase avec un naturel qui nécessite à la fois des années de travail et ce don formidable que l'on nomme la grâce. On sait que le chanteur a conquis l'essentiel de sa technique de respiration en observant le tromboniste Tommy Dorsey - dont il était le soliste. Mais cela ne dit pas tout d'un tel mystère. Aujourd'hui que l'enregistrement paraît, le cercle de famille des mélomanes applaudit. Ressusciter ces vieilleries exige un travail de grande précision: les ingénieurs doivent élaguer le souffle des bandes, augmenter l'amplitude sonore en évitant de tricher. Le résultat, remarquable, nous plonge dans le Paris de jadis. Ohhh Frankie, One for my Baby, and one more for the road...Et bon dimanche à tous ! »
Par Frédérick CASADESUS - MEDIAPART
- « Ces concerts parisiens qui ont marqué l’histoire » par L’Echo Républicain
« Ce sont d’infatigables défenseurs du patrimoine sonore de l’Humanité. Les éditions Frémeaux ne se lassent pas de faire découvrir au public les plus belles plages musicales du passé, avec toujours un grand sens de la pédagogie. Ces esthètes ont eu la bonne idée de lancer récemment une collection appelée Live in Paris qui vise, comme son nom l’indique, à préserver et présenter des concerts historiques captés dans la capitale au cours des décennies passées. Ces enregistrements ne sont pas toujours complètement inédits. Ils sont passés entre les mains des fans, par fois avec une qualité pas optimale. Rien de tout ça ici. Comme toujours chez Frémeaux, la reproduction sonore est parfaite. (…) Autre trésor, la première prestation parisienne de Frank Sinatra, le 5 juin 1962 au Lido. Décontracté, le crooner livre une performance époustouflante, revisitant avec panache quelquesuns de ses plus beaux morceaux (I’ve got you under my skin, I Get a kick out of you…). Grandiose. »
Par Rémi BONNET – L’ECHO REPUBLICAIN
- « Porte trace de la mécanique parfaite d’un récital du crooner » par Chants… Songs
« Quand « The Voice » se produisit à Paris, dans les années 60, cela a laissé quelques traces discographiques. Frank Sinatra – Live in Paris 5/7 juin 1962 nous fait faire un joli saut dans le passé. En juin 1962, Frank Sinatra se produit  pour la première fois à Paris, d’abord au Lido et ensuite à l’Olympia. Il a 46 ans et signe des concerts pour des organisations caritatives voulant aussi se refaire une image après avoir été accusé d’être mêlé à des histoires de mafia. Une organisation très impliquée à l’époque dans le petit monde du show business américain. Collaborateur de longue date de l’Olympia, Jean-Michel Boris raconte ainsi son arrivée : « On l’attendait et on savait que ce n’était pas un « client » facile. Je crois que son avion avait du retard. …/… Et puis soudain s’encastre dans la rue Caumartin une immense limousine, six portes, noire, rutilante. Trois ou quatre gardes du corps en descendent. Costard, lunettes noires, look des Blues Brothers. Ils jettent un coup d’œil à droite, à gauche, puis ouvrent la porte. On était là, le petit doigt sur la couture du pantalon. Un homme de taille moyenne sort, avec un petit chapeau et un regard bleu acier. Il nous salue de loin et file directement sur scène. Inutile de dire que l’orchestre se tenait à carreau. Tout le monde était là, prêt à partir, après avoir bossé les partitions comme des malades. Sinatra se plante devant le micro et fait un signe de la tête : « My name is Frank Sinatra. One, two, three… » Et le voilà qui « file » l’intégrale de son répertoire, dans l’ordre, sans regarder qui que ce soit, sans une hésitation, sans un arrêt, sans un mot. On n’en revenait pas. A la fin, il tourne les talons : « A ce soir ». Professionnel à ce point, c’est presque inhumain.  » Pendant une heure et demie, Sinatra va interpréter ses plus grands succès – Chicago, My Funny Valentine –  sur des arrangements de Neal Hefti. A l’écoute, on sent le show bien réglé et l’interprétation toujours parfaite même s’il n’y a pas la petite flamme qui reste gravée dans les mémoires. Sinatra fait le job, plutôt très bien, mais sans ajouter un supplément d’âme ni nourrir son show des répliques à la Dean Martin qui n’hésite pas à se jouer avec  flegme de son image. Et même si Sinatra s’autorise un monologue à mi-parcours ;  le même qu’il prononcera, quelques jours plus tard, sur une scène londonienne. Amateur de femmes, « The Voice » ne pouvait pas ne pas se produire aussi au Lido, alors temple de la séduction féminine. Peu amateur de voyages, Sinatra se produira ensuite à quatre reprises à Paris, de 1975 à 1991, où il chanta au Palais des Congrès. En tout cas, cet enregistrement à la sonorité parfaite porte trace de la mécanique parfaite d’un récital du crooner. »
Par François CARDINALI – CHANTS… SONGS
- « Il y a lui, et tous les autres » par Jazz News
Trop proche de la mafia pour certains, désireux de redorer son blason aux yeux du clan Kennedy, Sinatra entame une tournée mondiale caritative qui le conduit à ses frais en l’été 1962 sur la scène de l’Olympia, devant un aréopage de personnalités (Juliette Gréco, Henri Salvador). « The Voice » a beau faire le malin, posant une jarretière à l’index sur les photos, ou coursant les girls du Lido dans les couloirs du George V, il reste sur scène l’imparable professionnel qui enthousiasme les audiences. Accompagné de ses musiciens habituels, en particulier du fidèle guitariste Al Viola, le chanteur fait en vingt-six stations, de « I’ve Got You Under My Skin » à «  Night and Day » en passant par « I Get a Kick Out of You », la démonstration que dans le créneau du crooner swinguant, il y a décidément lui, et tous les autres.
Par Christian LARREDE – JAZZ NEWS
- « La perfection » par Juke Box Magazine
« La Collection des grands concerts parisiens dirigée par Michel Brillié et Gilles Pétard présente cette fois un des plus grands chanteurs du 20e siècle, déjà véritable légende de son vivant, Frank the Voice Sinatra. C’est sa première venue à Paris, l’excitation générée par son arrivée est bien retranscrite dans le texte du livret : Et puis soudain s’encastre dans la rue Caumartin une immense limousine, six portes, noire, rutilante. Trois ou quatre gardes du corps en descendent. Costards, lunettes noires, look des Blues Brothers. Ils jettent un coup d’oeil à droite, à gauche, puis ouvrent la porte. On était là, le petit doigt sur la couture du pantalon. Un homme de taille moyenne sort, avec un petit chapeau et un regard bleu acier. Il nous salue de loin et file directement sur scène. Ces concerts parisiens font partie d’une tournée de trente dates, du 30 avril au 17 juin 1962, partant de Mexico pour finir à Monte Carlo. La captation propose l’intégralité du concert du Lido (5 juin, 24 titres) complété par deux morceaux interprétés à l’Olympia le 7. L’ossature de l’orchestre est américaine avec Bill Miller (piano), Emil Richards (vibraphone), Ralph Pena (basse), Irv Cottler (batterie), Harry Klee (saxophone-flûte) et le fameux guitariste Al Viola, lui-même une légende vivante, musicien attitré de Sinatra et de studio, célèbre pour son travail avec Julie London. Lorsque Brian Setzer monte son grand orchestre dans les années 90, c’est avec lui qu’il prend des cours, c’est dire le niveau du monsieur ! Le répertoire reprend le meilleur des standards enregistrés chez Columbia, Capitol et Reprise : « Goody Goody », « Moonlight In Vermont », « I’ve Got You Under My Skin », « Too Marvelous For Words », « My Funny Valentine », « Chicago », « Night And Day », « Come Fly With Me », l’impressionnant « Ol’ Man River », l’inusable « The Lady Is A Tramp », tiré du film Pal Joey, et les bienvenus « April In Paris » et « I Love Paris ». Que dire de la voix : justesse absolue, swing, tenue de note époustouflante, classe, la perfection dans le genre, plus personne n’est arrivé à chanter comme ça après. Le répertoire est généreux : 24 titres au Lido ! Un magnifique témoignage sur le premier passage chez nous d’Ol’ Blue Eyes. »
Par Tony MARLOW – JUKE BOX MAGAZINE
- « On s’y croirait » par Jazzman - Jazzmag
Réalisée à partir des archives des concerts enregistrés par Europe 1, la collection « Live in Paris » livre un concert de bienfaisance donné au Lido. Une entrée un peu raide sur « Goody, Goody » puis le roi des crooners donne toute la mesure de son art entouré d’une petite formation arrangée par Neal Hefti : Bill miller (p), Al Viola (g), Ralph Peña (b), Irv Cottler (dm), Emile Richards (vib), Harry Klee (as, fl). On s’y croirait.
Par A.S. – JAZZMAN- JAZZMAG
- « Un document extraordinaire » par Classica
Captés par Europe n°1 en juin 1962 au Lido et à l’Olympia, les deux concerts de Franck Sinatra présentés ici témoignent des prestations que le crooner à l’imparable mise en place donnait alors dans le monde entier. Les deux plages de l’Olympia, mieux enregistrées, font regretter que le concert entier ne soit pas conservé, le batteur Irv Cottler y faisant preuve de plus de souplesse, mais les fans de Franckie ne manqueront pas ce document extraordinaire.
Par CLASSICA
- « Un instant de grâce » par les Inrockuptibles
« C’est aux passionnés Michel Brillié et Gilles Pétard, et bien sûr à Patrick Frémeaux, que l’on doit cette redécouverte d’une multitude d’enregistrements de concerts parisiens, datés fin des années 50-début 60. Quincy Jones, Nat King Cole, Miles Davis, mais aussi Brassens ou… Sinatra. En 1962, à presque 50 ans, le chanteur est une immense star aux Etats-Unis depuis plus de vingt ans mais n’a jamais pris le micro chez nous. Il profite d’une tournée mondiale qu’il a voulu caritative pour fouler la scène du Lido devant un parterre réunissant le Tout-Paris – Juliette Gréco, Henri Salvador, Tino Rossi… Il offre un répertoire bien huilé, de I’ve Got You under My Skin à My Funny Valentine en passant par un April in Paris plein d’à-propos. Ce soir-là, Sinatra finira avec quelques Bluebell Girls dans sa suite du George V… Deux soirs plus tard, à l’Olympia, le crooner continue d’enchaîner les tubes avec une précision rare, entouré du sextet de Bill Miller. Il se laisse aller à quelques blagues, appelant Maurice Chevalier, “Chevrolet”… Au détour de cette set-list impeccable, une très belle version naked de Night and Day, la voix de Sinatra accompagnée seulement du guitariste Al Viola. Un instant de grâce entre deux bourbons. Et une collection à suivre… »
PAR Yan CEH – LES INROCKUPTIBLES
- « Irrésistible d’aisance ! » par l’Obs
En juin 1962, ce n’est plus un démocrate, mais un républicain qui chante au Lido le temps d’un concert charmeur enregistré sous le titre « Live in Paris ». Frank Sinatra vient de changer de camp politique. Le chanteur de « I’ve Got You under My Skin » s’est brouillé à mort avec le président John Kennedy, qu’il n’a plus dans la peau. On connaît la cause de ce divorce. En mars 1962, le président Kennedy prévoit de passer un week-end à Palm Springs, Californie. Sinatra l’invite à séjourner dans sa demeure. L’année précédente, il a organisé un gala en faveur de Kennedy, avec des places de 100 à 10 000 dollars et un gain d’un million de dollars pour le Parti démocrate. Il a même eu l’honneur de gagner la loge présidentielle du gala au bras de Jackie Kennedy. Pour accueillir son président, Sinatra révolutionne sa villa. Il ajoute des lignes téléphoniques et fait construire une plateforme pour hélicoptère. On dit même qu’il fait poser par anticipation, au-dessus su lit où Kennedy doit dormir, une plaque de bronze avec ces mots tendres : « John Kennedy a dormi ici. » Mais soudain, raconte son biographe Anthony Summers, Sinatra apprend que « non seulement le président ne logera pas chez lui, qu’il ne passera même pas le voir, mais qu’il sera l’hôte du chanteur Bing Crosby dans son ranch de l’Eperon d’argent. » Quand il apprend la nouvelle au téléphone, Sinatra détruit le combiné puis, tel un forcené, tente d’appeler la Maison-Blanche depuis un autre poste.  Dans l’excès de sa fureur, il sort de la villa et attaque à la masse la dalle en béton de l’héliport flambant neuf. C’est Robert Kennedy qui a conseillé à son frère John de prendre des distances avec Sinatra, jugé trop proche de la mafia et du capo Sam Giancana. « Débarrasse-toi du Rital » : c’est aussi la consigne du père Joe Kennedy à son fils. Impossible de percevoir ce tumulte intérieur deux mois plus tard au Lido. Loin du grandiose « Sinatra at the Sands » (1966) où il dialogue avec Count Basie et son Big Band, Sinatra, facile, précis, badin, chante avec une petite formation, sur des arrangements de Neal Hefti (l’auteur du thème musical de Batman). Irrésistible d’aisance, « Live in Paris » s’écoute comme une conversation intime. Et qui sait si dans « One for My Baby », amère confession en piano-voix d’un cœur brisé et alcoolisé, Sinatra ne songeait pas à Kennedy, « buvons, buvons pour célébrer la fin d’un bref épisode… »
Par Fabrice PLISKIN - L’OBS
Liste des crédits sur ce CD :
Louis Merlin , Johnny Mercer , Frank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee , M. Malneck, Johnny Burke , Jimmie Van Heusen, Cole Porter , J. Blackburn , K. Suessdorf , B. Rose , E. Eliscu, R. Bloom , Sammy Cahn , Jimmie Van Heusen , Richard A. Whinting , Lorenz Hart , Richard Rogers , J. Trent , H. Carmichael , E.y. Harburg , Vernon Duke , J. Cavanaugh , R. Morgan, G And I Gerschwin , Fred Fischer , Harold Arlen , A.j. Lerner , F. Loewe , G. And I. Gerschwin , Oscar Hammerstein Ii , Jerome Kern , Richard Rodgers
CDPisteTitreArtiste principalAuteurDuréeEnregistré en
11Introduction by louis merlinLouis Merlin Louis Merlin 00:00:211962
12Goody goodyFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee Johnny Mercer 00:01:191962
13ImaginationFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee Johnny Burke 00:02:321962
14At long last loveFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee Cole Porter 00:02:301962
15Moonlight in vermontFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee J. Blackburn 00:03:261962
16Without a songFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee B. Rose 00:02:541962
17Day in day outFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee Johnny Mercer 00:02:351962
18I've got you under my skinFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee Cole Porter 00:03:011962
19I get a kick out of youFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee Cole Porter 00:03:121962
110The second time aroudFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee Sammy Cahn 00:03:141962
111Too marvelous for wordsFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee Johnny Mercer 00:01:481962
112My funny valentineFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee Lorenz Hart 00:02:561962
113In the still of the nightFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee J. Trent 00:03:401962
114April in parisFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee E.y. Harburg 00:02:331962
115You're nobody till somebody loves youFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee J. Cavanaugh 00:04:191962
116Monologue they can't take that away from meFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee G And I Gerschwin 00:03:211962
117All the wayFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee Sammy Cahn 00:02:201962
118ChicagoFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee Fred Fischer 00:02:301962
119Night and dayFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee Cole Porter 00:04:111962
120One for my babyFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee Johnny Mercer 00:05:561962
121I could have danced all nightFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee A.j. Lerner 00:02:481962
122A foggy dayFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee G. And I. Gerschwin 00:02:431962
123Ol man riverFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee Oscar Hammerstein Ii 00:03:581962
124The lady is a trampFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee Lorenz Hart 00:04:021962
125I love parisFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee Cole Porter 00:03:051962
126Come fly with meFrank Sinatra/bill Miller/al Viola/ralph Pena/irv Cottler/emil Richards/harry Klee Sammy Cahn 00:03:511962

:

3-5d.gif




Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc), chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 0143749024
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit Pré écoute possible de certains produits!

Egalement disponible aux éditions Frémeaux & Associés :

MARLENE DIETRICH
   
MARLENE DIETRICH
“Un nom qui commence comme une caresse et qui s’achève comme un coup de cravache.”
Jean Cocteau
MARLENE DIETRICH
FRANK SINATRA - QUINTESSENCE
   
FRANK SINATRA - QUINTESSENCE
“Merci de m’avoir laissé chanter pour vous”.
Frank Sinatra

Les coffrets « The...
FRANK SINATRA - QUINTESSENCE
JUDY GARLAND
   
JUDY GARLAND
Artiste légendaire d’Hollywood, Judy Garland a marqué l’ensemble de la...
JUDY GARLAND
QUINCY JONES - LIVE IN PARIS
   
QUINCY JONES - LIVE IN PARIS
Quincy Jones, formidable conducteur d’orchestre, arrangeur et trompettiste, décide à...
QUINCY JONES - LIVE IN PARIS


Dernière mise à jour :: 10-08-2020 07:58
Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

¿ Y QUÉ PASÓ ! - ALVARO BELLO GRUPO
¿ Y QUÉ PASÓ ! - ALVARO BELLO GRUPO
Après un premier disque acclamé par la presse (Album découverte FIP, playlist...

SOLIDE
SOLIDE
Claude Barthelemy -guitare, Jean-Luc Ponthieux - basse, Michel Denizet - batterie.

'C’est pourtant ça,...

SCOTT HAMILTON PLAYS WITH THE DANY DORIZ CAVEAU DE LA HUCHETTE ORCHESTRA
SCOTT HAMILTON PLAYS WITH THE DANY DORIZ CAVEAU DE LA HUCHETTE ORCHESTRA
Dany Doriz, patron du Caveau de la Huchette depuis 1970, vibraphoniste hors pairs adoubé par Lionel Hampton, invite Scott...

SAMOIS SUR SEINE - INTÉGRALE ROMANE VOL. 5
SAMOIS SUR SEINE - INTÉGRALE ROMANE VOL. 5
Dédié à la capitale mondiale du swing manouche, le disque Samois-sur-Seine saisit...

RODOLPHE RAFFALLI QUARTET LIVE ‘96
RODOLPHE RAFFALLI QUARTET LIVE ‘96
Enregistré en 1996 dans le club de jazz le Six-huit, trônant au pied de la cathédrale...

ROBEURT FÉNECK ET LE 'MAD IN SWING' BIG BAND
ROBEURT FÉNECK ET LE 'MAD IN SWING' BIG BAND
Tantôt maitre de cérémonie déluré façon Cab Calloway, parfois...

RAG’N BOOGIE (PIANO SOLO)- SÉBASTIEN TROENDLÉ
RAG’N BOOGIE (PIANO SOLO)- SÉBASTIEN TROENDLÉ
« Sébastien m’a confié avoir eu envie de devenir musicien après avoir...

PINCHAS ZUKERMAN - CLAUDE BOLLING
PINCHAS ZUKERMAN - CLAUDE BOLLING
Pinchas Zukerman, révélé dès sa première saison (1968/69) avec Léonard Bernstein et le...

PARIS MA MUSE
PARIS MA MUSE
Cet enregistrement réunit autour de Jean-Charles Capon et six de ses compositions, deux musiciens d’exception sur des...

MARC DESCHAMPS
MARC DESCHAMPS
Les compositions de Marc Deschamps tissent un univers poétique évoquant, au gré des...

MADEMOISELLE SWING
MADEMOISELLE SWING
L’univers est proche de celui du trio de Stéphane Grappelli avec Marc Fosset et Jean-Philippe Viret. Si le jeu de...

LES TROMPETTES DE FLETCHER 1923-1941
LES TROMPETTES DE FLETCHER 1923-1941
Fletcher Henderson fut le grand visionnaire du jazz orchestral, pionnier du swing et à la tête...

LES BRIGADES DU TIGRE - BO SERIE TV REMASTERISEE
LES BRIGADES DU TIGRE - BO SERIE TV REMASTERISEE
Fleuron de la production télévisuelle française, Les Brigades du tigre sont encore dans toutes les...

LE JAZZ À L’ÉCRAN (1929-1962)
LE JAZZ À L’ÉCRAN (1929-1962)
« User du jazz comme musique d’accompagnement est très difficile parce qu’une...

LA PRIERE DU FUNK (REISSUE)
LA PRIERE DU FUNK (REISSUE)
Ce disque, initialement intitulé «Comme c’est bizarre», a été produit...

LA FETE DES JAZZ
LA FETE DES JAZZ
La Foire de Paris a réussi son pari : mettre le jazz à la portée de ses 800.000 visiteurs. Une...

KURT WEILL’S SONGS
KURT WEILL’S SONGS
« Lors des années 1950, les artistes américains des mondes du jazz et de la...

JAZZ ON BIGUINE VOL 2
JAZZ ON BIGUINE VOL 2
“Tu as tout compris ! Ta musique est riche des subtilités de notre biguine. Mais tu as...

INTÉGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL. 11
INTÉGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL. 11
Vous savez, on ne peut rien jouer à la trompette que Louis Armstrong n’ait déjà fait – y...

INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL 3
INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL 3
“Je me souviens encore des Hot Five, avec Lil et Louis Armstrong. Sincèrement, c’était...

INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL 1
INTEGRALE LOUIS ARMSTRONG VOL 1
“Le jazz est la seule musique que j’aime. Et la découverte de King Oliver a été capitale pour moi...

INTEGRALE BILLIE HOLIDAY - LESTER YOUNG
INTEGRALE BILLIE HOLIDAY - LESTER YOUNG
L'intégrale des 49 faces de ce duo historique.

C'est une belle idée d'Alain Gerber, le plus épris...

HARMONICA SWING
HARMONICA SWING
Alain Antonietto et Dominique Cravic présentent la première anthologie consacrée aux Maîtres de...

CUBA JAZZ
CUBA JAZZ
Enregistrées avant la révolution, au coeur de l’âge d’or de la musique...

CLAUDE BOLLING BIG BAND - 60 ANS!
CLAUDE BOLLING BIG BAND - 60 ANS!
Formidable orchestrateur, excellent pianiste de ragtime, inventeur du crossover, immense compositeur de...

CARIBBEAN IN AMERICA 1915-1962
CARIBBEAN IN AMERICA 1915-1962
Les fabuleuses musiques des Caraïbes — calypso, biguine, merengue ou mambo —...

CAB CALLOWAY
CAB CALLOWAY
“Calloway était un superbe chanteur... Authentique jazzman, il s’était entouré d’un...

BUCK & JO, THE COMPLETE PANASSIÉ SESSIONS 1971-1974
BUCK & JO, THE COMPLETE PANASSIÉ SESSIONS 1971-1974
« Il n’y a pas eu, dans toute l’histoire du jazz, un team comparable à celui...

APESANTAR
APESANTAR

Didier Lockwood signe, pour son grand retour phonographique, un programme électroacoustique...


LE MONDE INSTRUMENTAL D’ALAIN GORAGUER
   LE MONDE INSTRUMENTAL D’ALAIN GORAGUER
Pianiste de jazz qui fit ses débuts aux côtés de Boris Vian et Serge Gainsbourg,...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
net_cat_20192020.jpg
Titre_Galerie.gif
net_la_fabrique_du_sacre__galerie_fa.jpg
Titre Noel 2018.jpg
NET Proust.jpg
Titre Soul.gif
NET Soul.jpg
Titre Figure de l'histoire.gif
Pub Net Figures Histoire.jpg
Luc Ferry
Collection Luc Ferry
Inédits
Pub Net Live in Paris 6V Stan Getz.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études

Titre_DVD.gif

Collection Histoire de France
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif