Fremeaux.com
BenoIt Blue Boy
Franck Goldwasser

Papa, fais pas ça









Ouais, ouais, ouais 
Auteur compositeur Benoît Billot
J’lui ai dit ouais, ouais, ouais
Tu f’rais bien mieux d’m’écouter
J’lui ai dit ouais, ouais, ouais
T’aurais mieux fait d’m’écouter
Si tu veux faire la sourde
Eh bien moi j’vais faire le muet

J’t’ai d’mander 100 fois
D’arrêter d’continuer
Mais tu veux rien entendre
C’t’à croire qu’tu l’fais exprès
Ouais, ouais, ouais
T’aurais mieux fait d’m’écouter
Maint’nant qu’tu fais la sourde
Eh bien moi j’vais faire le muet

Ca m’a pris 3 mois
Pour t’ram’ner chez moi
Et même pas 5 secondes
Pour voir que ça l’f’rait pas
Ouais, ouais, ouais
T’aurais mieux fait d’m’écouter
Si tu veux faire la sourde
Eh bien moi j’vais faire le muet

T’es sortie hier soir
Pareil la nuit d’avant
Maint’nant tu t’traines d’vant moi
Sans apprêt ni collants
Ouais, ouais, ouais
T’aurais mieux fait d’m’écouter
Maint’nant qu’tu fais la sourde
Ca y est moi j’vais faire le muet

J’en savais rien
A c’qu’on m’a dit
Faut pas être bien malin
Pour l’voir quand c’est fini
Ouais, ouais, ouais
T’aurais mieux fait d’m’écouter
Continue à faire la sourde
Eh bien moi j’vais faire le muet
Si tu veux faire la sourde
Eh bien moi j’vais faire le muet

Papa, fais pas ça 
Auteur Benoît Billot
Compositeur Franck Goldwasser
Papa, fais pas ça
Maman elle aime pas
Papa, fais pas ça
Papa, fais pas ça

T’es toujours à l’endroit
L’endroit qui faut pas
Et quand t’es à l’envers
C’est l’envers de l’endroit
Papa est en bas
Il fait du chocolat
Maman est en haut
Et elle fait pas d’cadeaux

Papa, fais pas ça
Maman l’fait déjà
Papa, fais pas ça
Papa, fais pas ça

Papa est en bas
Qui fait du chocolat
Maman est en haut
Et elle fait pas d’cadeaux

Chaque foi qu’il faut pas
C’est toujours toi qu’es là
Et quand t’es pas là
Ca s’remarque même pas

Papa, fais pas ça
Maman elle veut pas
Papa, fais pas ça
Papa, fais pas ça

Papa, fais pas ça
Maman elle aime pas
Papa, fais pas ça
Papa, fais pas ça

J’ai reçu une lettre 
Auteur compositeur Franck Goldwasser
J’ai reçu une lettre ce matin,
J’vais vous lire c’qui y’avait d’écrit dessus,
Tu f’rais bien d’rentrer chez toi,
La petite qui t’aimait s’est pendue

J’ai enfilé mon costume,
Et j’suis descendu à la gare
Les enterrements ça me fout le cafard
Alors je m’suis arrêté au bar

J’ai avalé trois quatre canons
Pour m’donner du cœur au ventre
L’patron a payé sa tournée,
J’ai dis « j’peux pas, il faut qu’j’rentre »,
Il a dit « p’tit, j’comprends ton mal,
C’est pas pour ça qu’faut être grossier,
On d’mande qu’à t’remonter l’moral,
On pense pas qu’à notre gosier,
C’qu’est arrivé à cette petite,
Ca, c’est vraiment l’pire des cauchemars,
Mais pour c’qui est d’lui rendre visite,
T’as au moins 25 ans d’retard ! »

« Tu l’as laissée un sale matin,
Tu lui as même pas dit au revoir
Elle avait jamais cessé de t’aimer,
Sans s’abaisser à t’en vouloir »

Elle m’dit t’es d’la mauvaise graine
Auteur compositeur Benoît Billot
Y en a qui disent que t’es trop belle
Et qu’moi j’suis bien trop vieux
Mais bon si j’me trompe pas
C’est dans les vieux pots qu’on touille le mieux

Elle m’dit t’es d’la mauvaise graine
Mais c’est bien ça qu’elle veut
D’la bonne ou d’la mauvaise
C’est la mauvaise qui pousse le mieux

J’vais pas tout vendre maintenant
J’en garde une bonne part pour la fin
Ou p’têt un peu plus tard
Quand tout ressemblera à rien

Ca vaut même pas l’coup s’inquiéter
Ca finira par s’arranger
Et pas parce qu’il fait beau
Que d’main y f’ra mauvais

Il est trop tard c’matin
J’ai pas fermé l’œil de la nuit
J’pense encore à hier soir
Et à tout c’que tu m’as dit

J’arrive pas a y croire
Et p’têt que j’ai rêvé
Mais j’me souviens même pas
De quand j’ai été m’coucher

J’devais pas être beau a voir
Enfin moi j’me suis pas r’garder
Quand on s’tient d’bout l’matin
C’est qu’on est encore sur ses pieds

Tout c’que j’veux moi c’est continuer
D’continuer d’continuer
Et quand on est à sec
C’est qu’on est plus mouillé

J’crois qu’vais aller au paradis
Auteur compositeur Benoît Billot
J’vais faire un tour au paradis
Faire un essai pour 2, 3 mois
J’crois qu’j’vais aller au paradis
Y faire un stage de 2, 3 mois
Et qu’si c’est aussi beau qu’on l’dit
P’têt qu’enfin de compte j’reviendrais pas

C’était p’têt pas bien indiqué
C’était pas l’ bon chemin à prendre
C’était p’têt pas bien indiqué
C’était pas l’ bon chemin à prendre
En tout cas moi j’ai rien trouvé
Y m’reste des tas d’choses à apprendre

J’en ai croisé des qui m’disaient
L’enfer c’t’en bas, le ciel en haut
J’en ai vu des qui m’disaient
L’enfer c’t’en bas l’ciel c’est en haut
Mais là ou j’suis, j’suis pas terrible
J’trouve même qu’il y fait bien trop chaud

Enfin j’ai p’têt pas b’soin d’y aller
Ni même d’essayer d’trouver
J’ai pas besoin aller si haut
Ni même d’essayer d’les trouver
Des fois y suffit d’rester là
Et d’les r’garder s’debrouiller
Y suffit d’rester là
Et d’les r’garder s’debrouiller

Y a mon téléphone qui sonne
Auteur compositeur Benoît Billot
Y a mon téléphone qui sonne
Ça n’arrête plus du soir au matin
Y a mon téléphone qui fait ding dông ding
Du soir au matin
C’est toujours la même fille
Et j’lui réponds jamais rien

Tu m’appelles au téléphone
Tu m’appelles à longueur de temps
Tu veux toujours la même chose
Tu sais qu’tu m’fais perdre mon temps
Ma ligne est occupée
Faut qu’tu raccroches maintenant

J’ai changé d’numéro
Elle me r’trouve j’sais pas comment elle fait
Encore changé d’numéro
Et elle elle continue d’appeler
J’vais la mettre en attente
J’espère qu’elle va raccrocher

Non non non 
Auteur Benoît Billot
Compositeur Franck Goldwasser
Non non non
Non non non
Ne m’dis plus non
Non non non
Non non non
Ne m’dis plus non
Dis-moi à plus tard
Ou dis le moi après d’main soir

Non non non
Non non non
Ne m’dis plus non
J’lui dis non non non
Non non non
Ne m’dis plus non
Dis-moi à bientôt
Ou p’têt même
encore plus tôt

Non non non
Non non non
Ne m’dis plus non
J’lui fais non non non
Non non non
Ne m’dis plus non
Dis-moi si j’t’attends
Ou bien dis-moi
qu’t’as pas l’temps

Non non non
Non non non
J’te dis plus non
Elle m’a dit non non non
Non non non
J’te dis plus non
Dis-moi j’te vois d’main
Ou bien non ne m’dis
plus rien

Y a des moments il faut choisir 
Auteur Benoît Billot
Compositeur Franck Goldwasser
Y’a des moments, faut faire des choix et ça fait mal
Avant longtemps, y’a comme un malaise qui s’installe
J’t’ai fait souffrir c’est pas normal
Quand on s’aime de s’faire du mal
Il faut choisir

Y’a des moments, on s’dit des choses sans réfléchir
Et on l’regrette, faut y penser avant d’les dire
Mais c’est tout de même toujours pareil
Le matin quand j’me réveille
Il faut choisir

Maintenant tu dis
Toutes ces excuses c’est trop facile
Y a pas d’pardon quand l’mal est fait faut en finir
On n’a jamais l’droit d’se tromper
Quand on aime c’est pour de vrai
Il faut choisir

Y’a des moments, faut faire des choix et ça fait mal
Avant longtemps, y’a comme un malaise qui s’installe
J’t’ai fait souffrir c’est pas normal
Quand on s’aime de s’faire du mal
Fallait choisir

Coups de boules  
Auteur compositeur Benoît Billot
T’arrives toujours en r’tard
T’es jamais à l’heure mes rencards
T’as toujours les mêmes excuses
Et en plus ça t’amuse
Tu parles mal à mon chien
Tu dis qu’il sert à rien
Toi t’aimes pas mes amis
Et en plus tu leur dis

Tu m’fous des coups d’boule dans les boules
Tu m’fous des coups d’genoux dans les genoux
Tu fais c’qui t’plait toi tu t’en fous
Tu fais, tu fais c’qui t’plait toi tu t’en fous
Tu m’fous même des coups d’boule dans les genoux

Dès qu’j’parle avec une fille
Tu dis qu’t’es d’ma famille
Et la tu m’prends par le bras
Et tu m’dis « allez viens Papa »
Tu fais n’importe quoi
L’important c’est qu’on t’voit
Et quand ça m’tombe dessus
Là j’suis jamais déçu

Tu m’fous des coups d’boule dans les boules
Tu m’fous des coups d’genoux dans les genoux
Tu fais c’qui t’plait toi tu t’en fous
Tu fais, tu fais c’qui t’plait toi tu t’en fous
Tu m’fous même des coups d’boule dans les genoux

Des fois j’me d’mande pourquoi
Pourquoi j’reste avec toi
Tu t’attires des ennuis
Dont j’ai vraiment pas envie
Quand t’insultes la police
Puis tu t’ tires in extremis
Et tu m’laisses avec eux
Juste pour voir si j’t’en veux

Tu m’fous des coups d’boule dans les boules
Tu m’fous des coups d’genoux dans les genoux
Tu fais c’qui t’plait toi tu t’en fous
Tu fais, tu fais c’qui t’plait toi tu t’en fous
Tu m’fous même des coups d’boule dans les genoux

L’jour où j’t’ai rencontré
J’aurais d’jà du m’inquiéter
D’abord tu m’as d’mandé
Si moi j’pouvais t’aider
Et comme j’suis pas méfiant
Et surtout qu’je sais pas dire non
J’t’ai tout de suite donné
Le double de mes clefs

Tu m’fous des coups d’boule dans les boules
Tu m’fous des coups d’genoux dans les genoux
Tu fais c’qui t’plait toi tu t’en fous
Tu fais, tu fais c’qui t’plait toi tu t’en fous
Tu m’fous même des coups d’boule dans les genoux

Tu sais rien  
Auteur compositeur  Benoît Billot
Tu sais pas depuis quand j’t’aime
Tu peux pas savoir combien
Toute ma vie j’t’ai attendu
Et maintenant j’en ai besoin
Tu sais rien
Non non non tu sais rien
Tu sais pas depuis quand j’t’aime
Et tu peux pas savoir combien

Toutes ces années, là à t’attendre
J’osais pas m’jeter à l’eau
Mais toutes ces années perdues
Moi ça m’fait froid dans l’dos
Tu sais rien
Non non non tu sais rien
Tu sais pas depuis quand j’t’aime
Et tu peux pas savoir combien

Maintenant tout l’monde le sait sauf toi
Y en a même que ça amuse
De m’voir marcher dans tes pas
Et y a que toi qui m’a pas vu
Tu sais rien
Tu sais rien
Tu sais pas depuis quand j’t’aime
Et tu peux pas savoir combien

Tu sais rien
Non non non tu sais rien
Tu sais pas depuis quand j’t’aime
Et tu peux pas savoir combien
Tu sais pas depuis quand j’t’aime
Et tu peux pas savoir combien

Le Blues au bout d’mon lit
Auteur compositeur Benoît Billot
Trempé sous cet arbre
Assis là sous la pluie
Trempé sous cet arbre
Assis là sous la pluie
J’suis là à m’demander
Si ça va durer jusqu’au bout d’ma vie

J’peux plus rester tout seul
Il m’faut quelqu’un juste pour la nuit
J’peux plus rester tout seul
Il m’faut quelqu’un juste pour la nuit
Juste avant qu’j’me réveille
Qu’elle soit assise au bout d’mon lit

Si l’blues vous fait pas peur
C’est qu’vous l’avez jamais vu
J’ai bien essayé d’rester
Non vraiment j’ai pas pu
Oh a peine réveillé
Le blues assis au bout d’mon lit
Il a commencé à m’parler
J’me suis l’vé j’me suis enfui

J’viens à peine de m’réveiller
Y avait l’blues assis au bout d’mon lit
J’viens à peine de m’réveiller
Y avait l’blues assis au bout d’mon lit
Il a commencé à m’parler
J’me suis l’vé j’me suis enfui

Benoit Blue Boy
Voix, Guitare, Harmonica

Franck Goldwasser
Voix, Guitare, Lap Steel Guitare

Stephane “G.B.’’ Manaranche
Guitare Basse Guitare Baryton

Marty Vickers
Batterie

Stan Noubard Pacha
Guitare sur « Coups de Boules »

Coproduction Benoit Blue Boy & Groupe Fremeaux-Colombini

Producteur Exécutif & Management Denis Leblond
tempo.spectacle@wanadoo.fr

Editions musicales : Groupe Frémeaux Colombini 
Sauf piste 11 éditions Jacques Wolfson (Alpha éditions)

Enregistré & Mixé au Studio Mélodium Montreuil 93 novembre / décembre 2012 par Patrick Chevalot & Jean-Hugues Morvan

Masterisé par André Perriat

« Coups de Boules » dédié à Bruno Joly

« Téléphone » dédié à Munnu maître joailler à Jaipur

Merci à Thierry Jaspart, Stephane Colin, Phillipe Boyer pour les Harmos, Stan Noubard Pacha pour L’ampli.

«  En ce mois de novembre 2012, juste à côté de la carrosserie Robespierre, à 2 pas des patates douces des épiceries maliennes, un studio de Montreuil voit germer un drôle d’enregistrement. Franck Goldwasser et Benoît Blue Boy y alternent “Lent ou rapide” avec ce zeste de gouaille parisienne qui étonne toujours l’Occitanie quand elle monte à la capitale… Pour Benoît, l’affaire est ancienne. Depuis le premier vinyl paru chez Vogue en 1978, ce sont une quinzaine de disques longue durée où “Petits Boogies” et “Blues au bout d’mon lit” passent par “La porte en arrière” pour célébrer le “Parlez-vous français ?”. Pour Franck au contraire, le blues de la côte ouest n’avait jusque là rien de francophone. Pour la première fois, le pur bluesman West Coast que le francilien d’origine est devenu, quitte l’anglais pour s’approprier sa langue maternelle. Le lien fort et ancien unissant les deux musiciens fait que les voix et les textes respectifs s’enchainent ici sans réelle rupture. La musique peut monter au ciel nimbée de fumée blanche, le “P’tit nuage” a trouvé son “Paradis”… »  
Stéphane COLIN

“Since the appearance of Benoit Blue Boy’s first LP for Vogue in 1978, he’s released some fifteen albums where “Petits Boogies” and “Blues au bout d’mon lit” have slipped in the “Porte en arrière” to celebrate his idea of French Speaking Blues. For Franck Goldwasser, on the other hand, the blues played on the West Coast had nothing French about it at all. For the first time, the former Parisian-turned-pure-west-coast-bluesman drops his English and resorts to his native tongue.”
Stéphane COLIN

1. Ouais Ouais Ouais 02’09 • 2. Papa, Fais pas ça 03’41 • 3. J’ai reçu une lettre 03’26 • 4. Elle m’dit t’es d’la mauvaise graine 03’06 • 5. J’crois qu’vais aller au Paradis 03’30 • 6. Y a mon téléphone qui sonne 08’49 • 7. Non Non Non 03’06 • 8. Ya des moments il faut faire des choix 03’54 • 9. Coups de boules 05’03 • 10. Tu sais rien 02’39 • 11. Le Blues au bout de mon lit 03’08.

CD Papa, fais pas ça, Benoît Blue Boy et Franck Goldwasser © Frémeaux & Associés 2013




Interview de Benoit Blue Boy dans BCR la Revue, par Serge Sciboz


bcr_la_revue_benoit_blue_boy.jpgCa fait déjà quelques années que j’avais comme projet, de travailler avec Franck Goldwasser, car il y a des titres que j’avais déjà écrit pour lui et que j’avais chantés moi-même sur l’album « Benoît Blue Boy en Amérique », comme par exemple « Tu Sais Rien », que Franck a refait à sa manière. Mais à la base, c’était un titre que j’avais écrit spécialement pour lui. Mais je pense qu’à l’époque, Franck n’était pas tout à fait prêt à chanter en français.

Je tiens à préciser que ce n’est pas un album de Benoît Blue Boy en solo accompagné par Franck Goldwasser, comme pour l’album « Lent ou Rapide », mais c’est un album à deux. Franck avait d’ailleurs été invité à jouer de la guitare sur plusieurs de mes albums, « Couvert de Bleus », « Lent ou Rapide »…et ça fait des années que l’on se connaît. Mais là, il a vraiment eu l’envie de chanter du blues en français et qu’on fasse un projet à deux.

Il est venu à la maison pendant un mois, on a écrit tous les morceaux et il est revenu un mois après, et c’est à ce moment là qu’on a enregistré « Papa, Fais Pas Ca » au studio Mélodium de Montreuil. Juste avant, on a répété deux ou trois jours avec le batteur canadien Marty Vickers, et Stéphane Manaranche à la basse. Stéphane est un guitariste qui a joué dans le groupe « Boogie Disease » avec Thibaut Chopin. Mais on voulait prendre un bassiste qui joue comme un guitariste. Sur cet album, je joue énormément de guitares… C’est vrai que sur disque, il m’arrive souvent de jouer de la guitare, mais sur scène c’est très rare. Ou alors dans les petits clubs lorsque j’accompagne des amis, sinon sur scène je n’aime pas ça car jouer de la guitare me déconcentre. Je suis tellement habitué à chanter et à jouer de l’harmonica, que je ne me sens pas à l’aise avec une guitare. Mais attention, j’adore jouer de la guitare, ça m’amuse vraiment …

Pour ceux qui ne connaissent pas Franck Goldwasser, disons qu’il est le plus américain des français ou le plus français des américains ! Tout dépend dans quel sens on prend le problème… Mais Franck est surtout l’un des meilleurs guitaristes de blues de la West Coast car il fait parti des « Mannish Boys » et au sein de ce groupe, il y a toujours le ou les deux meilleurs guitaristes de Californie. Ca fait une trentaine d’années qu’il vit aux Etats-Unis et il a accompagné vraiment tout le monde, de Lowell Fulson à Pee Wee Crayton… C’est vraiment difficile de trouver des gens qu’il n’a pas accompagnés. C’est un très très grand guitariste ! Impressionnant !

Je tiens à préciser que les Tortilleurs ce n’est pas fini. Il s’agit juste d’une parenthèse. Je ne voulais pas enregistrer cet album avec le Tortilleurs car ça aurait trop fait Benoît Blue Boy en avant accompagné par Franck Goldwasser. A un moment on voulait le faire aux Etats-Unis, puis je me suis dit que c’était une idée ridicule. Pourquoi aller à Austin ou ailleurs, pour faire un truc en français avec des musiciens américains ? Du coup nous sommes restés à Paris et Stan (Noubard Pacha) est venu jouer de la guitare en invité sur un titre qui s’appelle « Coups de Boules ». Mais, je tenais à faire cet album sans les tortilleurs, un truc à part avec Franck. Et j’ai retrouvé un super studio à Montreuil, où Steve Verbeke avait déjà travaillé. C’était parfait pour nous car nous étions tout prêt de la maison. Je suis très satisfait du son de l’album sous la houlette de Patrick Chevalot. C’est l’avantage de travailler avec des ingénieurs du son qui ont le même âge que moi et qui ont passé leur vie à enregistrer des instruments de musique dans les studios. On ne se sert pas d’ordinateurs, tout passe par les vieilles tables de mixage comme ça se faisait autrefois. Aucun réglage n’est fait à partir d’un ordinateur, on enregistre à l’ancienne. En général on reste une vingtaine de jours en studio. Je n’aime pas travailler des heures et des heures en studio. On travaillait de10h00 du matin à 19h00. Je ne suis pas comme certains qui disent ouais on rallonge, on va travailler la nuit…

Sinon, au bout de trois ou quatre jours, tu ne tiens pas debout, tu ne sais plus q’elle heure il est et ça se dégrade souvent. C’est bien quand tu es les Rolling Stones et que tu as six mois pour enregistrer. Tu peux venir, puis repartir, un jour il n’y en a qu’un seul qui vient… en gros, je compte deux jours par morceau, mixage compris. Ce n’est pas mal et ça suffit pour bien travailler. En dessous tu es serré, et au dessus tu perds ton temps. Après tu pinailles… J’aime bien le label Frémeaux & Associés. Patrick Frémeaux a été super, car on a enregistré ce disque que j’ai moi-même produit et une fois terminé je lui ai envoyé et dès le lendemain il m’a téléphoné pour me dire qu’il était intéressé. Avec Frémeaux ça n’a pas traîné ! J’aime vraiment bien Frémeaux, c’est un label nickel, en même temps il ne reste pas beaucoup de maisons de disques intéressées par le blues français. En ce moment ce n’est pas quelque chose de très facile… Et l’avantage chez Frémeaux c’est quand un disque sort, il reste au catalogue. Il y a vingt ans, j’avais sorti des albums comme « Parlez-vous français ? » ou « Plus tard dans la soirée » qui sont toujours disponibles actuellement sur le catalogue. « Papa, Fais Pas Ca » fait 46 minutes et comme Patrick Frémeaux est habitué à sortir des compil’, il trouvait ça court… Tu prends le dernier album d’Aaron Neville des Neville Brothers produit par Keith Richards fait 42 minutes. Et c’est magnifique ! Quand le CD est arrivé, certains sortaient des albums de 70 ou 80 minutes. Mais je me souviens que mon premier album sorti en Cd « Parlez-vous français ? » était long aussi. Il y avait des morceaux comme « Louisiana » de pratiquement de 8 minutes. 50 minutes pour quelqu’un qui aime bien la musique c’est le maximum, après tu n’écoutes plus. Alors que si tu as 45 ou 50 minutes avec des morceaux bien envoyés, personne ne s’emmerde.

(…) Franck a écrit le texte du titre qui s’appelle « J’ai reçu une lettre » et il a composé une bonne partie des musiques. On a partagé le travail. Le blues est une source intarissable d’inspiration pour écrire des textes. Les petites galères de la vie ne s’arrêtent jamais. Tu crois que tout va bien et d’un seul coup, paf ! Ca te tombe dessus. Toutes mes histoires racontent comment se sortir du merdier de tous les jours. Les textes me ressemblent et je ne vais pas m’obliger à faire des choses que je n’ai pas envie de faire. Mais c’est vrai qu’il y a des gens qui trouvent qu’il y a trop d’humour, trop de dérision dans mes textes, que le blues doit être d’une tristesse épouvantable, etc… Je considère que pour un bluesman européen, les textes n’ont absolument rien à avoir avec ceux des mecs qui étaient dans les champs de coton et qui se prenaient des coups dans la gueule toute la journée. Ce n’est pas la même chose, je ne peux pas chanter ça. Je ne vais pas chanter tiens aujourd’hui il pleut sur le Mississipi, ce n’est pas mon problème et tout le monde s’en fout. Ce qui est intéressant, c’est ce qui se passe ici et ce qui nous arrive tous les jours. Ou alors tu chantes en anglais…

J’ai toujours pensé que c’était faisable de faire swinguer la langue française dans le blues ou le rock’n’roll. A partir du moment où dans les années 70, j’ai entendu les mecs en Louisiane le faire, comme Clifton Chenier, je me suis dit, mais pourquoi on ne le ferait pas en France ? Mais bon, encore maintenant il y a des gens qui trouvent qu’on ne doit pas le faire ! Et je ne sais toujours pas pourquoi. Ce n’est pas un truc de puristes, je ne sais pas… Il y a des endroits où je sais pertinemment que je ne jouerai jamais. Certains organisateurs de festivals ne nous appellent pas à cause de la langue. Je me souviens que certains disaient que je volais la culture et la musique des noirs pour gagner de l’argent avec !

Je ne me suis fixé aucune limite et tant que je trouverai des systèmes pour enregistrer des disques comme je veux, je continuerai… Pourvoir faire des rencontres, comme enregistrer avec Franck Goldwasser, Freddie Roulette… ça m’amuse beaucoup. Inviter des gens que j’aime bien, ou alors aller enregistrer à Austin Texas avec les mecs de San Antonio comme Randy Garibay, Rocky Morales, Hector Watt… tant que je pourrai le faire je le ferai. Même si je tourne moins, ça ne m’empêchera pas d’enregistrer des disques. Surtout que les disques que je fais sont pratiquement live et ça s’entend. Je n’ai jamais sorti d’album live car je trouve que la plupart de mes albums sont enregistrés dans les conditions d’un live. J’ai pourtant des kilomètres de bandes, des concerts enregistrés de toutes époques, alors peut –être qu’un jour j’en tirerai 50 minutes pour faire un album. Ca m’amuse plus de nos jours de sortir un DVD qu’un CD live.

J’aimerais bien enregistrer un disque avec Lazy Lester. Il est tout en haut de ma liste. J’aimerai bien produire un disque de Lazy Lester, jouer de la guitare dessus. Il y a plein de gens que j’ai ratés, qui hélas ne sont plus là aujourd’hui, comme Flaco Jimenez l’accordéoniste mexicain qui a joué avec le Texas Tornados, George ‘Harmonica’ smith, Freddy Fender… J’aurai bien aimé faire des trucs avec tous ces gens là ! Mais heureusement j’arrive toujours à jouer et à écrire des morceaux.

(…) Mais ce que je dis souvent, c’est grâce à Téléphone. Après le succès de leur album, les maisons de disques se précipitaient pour faire signer tout le monde. Il suffisait de faire trois accords façon Rolling Stones et de chanter en français pour être signé tout de suite. Avant les maisons de disques ne voulaient pas entendre parler de blues en français, c’était interdit !

 Musicalement, le blues français a énormément évolué. Des mecs qui jouent vraiment bien il y en a pas mal comme Awek, Malted Milk… à mon époque, il n’y en avait pas. Lorsque j’ai commencé à jouer de l’harmonica en 61-62 et à vouloir monter des groupes, pour trouver des guitaristes de rock ou de blues, c’était compliqué ! Après c’est devenu plus facile avec l’arrivée des Rolling Stones, ce n’est pas pour ça que les mecs jouaient bien, même moi je ne jouais pas bien, mais c’était vraiment plus facile. Et on pouvait jouer dans tous les clubs de jazz les jeudis et les dimanches après-midi.
On jouait du Chuck Berry, Fats Domino, Jimmy Reed, les Rolling Stones… Je suis toujours resté fidèle à Jimmy Reed, Slim Harpo…à cause de leur manière de chanter, j’aime bien l’intonation de leur voix, cette manière de faire traîner les mots. Ce sont d’excellents harmonicistes et c’est simple. Leur musique est beaucoup plus compliquée que l’on croit, mais au début elle parait d’une simplicité incroyable. Sinon, les harmonistes qui m’ont le plus influencé sont George Smith et Lazy Lester. Surtout George Smith que j’ai côtoyé tous les jours pendant un et avec qui j’ai joué. Un géant physiquement et un géant de l’harmonica. Tous les jours, je le regardais jouer et c’était impressionnant. J’aime bien aussi Little Walter, qui malgré qu’il soit l’harmoniciste le plus difficile à jouer par sa vitesse, n’est jamais démonstratif. Pour moi c’est toujours le même dilemme, soit jouer du blues ou jouer de la musique. Tu peux être un super harmoniciste, techniquement monstrueux et être incapable de jouer du blues. Pour moi, ce sont deux choses totalement différentes. C’est comme pour les guitaristes, tu as les guitaristes et les guitaristes de blues. Le blues est une musique d’ignorants et à partir du moment où tu sais trop bien jouer, tu ne peux pas jouer du blues. C’est impossible ! Jouer du blues c’est quelque chose d’instinctif et improvisé qui ne se répète pas. Et tu joues devant des gens qui connaissent cette musique et qui te suivent.
 
Il faut aller chercher la note au bon moment… C’est le feeling et lorsque tu joues trop vite, tu ne penses pas à privilégier le feeling. Même dans le rock’n’roll, il n’y a pas meilleur guitariste au monde que Keith Richards et on ne peut pas dire qu’il joue vite, ni qu’il soit démonstratif. Par contre, même si tu as l’impression d’entendre Chuck Berry, c’est du Keith Richards, un truc bien à lui. C’est ça que j’aime dans le rock’n’roll et dans le blues, c’est que tu as très peu de moyens et que tu es obligé d’aller au fond de toi-même pour réaliser ce que tu as à faire. En France, il y a des harmonicistes qui jouent comme moi, je pense notamment à Steve Verbeke et Elmor Jazz, mais bon ce sont des gens qui m’ont beaucoup écouté et à qui j’ai dit, surtout ne faites pas ça ! Les gens qui viennent me voir savent que je ne vais pas jouer vite. C’est une autre vision de la musique. Mais c’est vrai que je suis un vrai ignorant.

Bon j’en suis à quinze albums environ, j’ai 67 balais, alors la crise du disque me touche moins que quelqu’un qui commencerait maintenant. Alors si je devais m’arrêter maintenant, je m’arrêterai… Mais je n’ai pas l’intention de m’arrêter maintenant car j’ai encore des idées et il reste encore des endroits pour jouer du blues. Même si c’est beaucoup plus difficile qu’avant. Mais bon, il faut avoir envie ! (…)

Interview réalisée en 2013 par Serge SCIBOZ au domicile parisien de Benoît Blue Boy.
Merci à Denis Leblond : tempo. spectacle@wanadoo.fr et à B.B.B. pour son amitié.


Vous pouvez acheter ce produit :
- Chez votre disquaire (distribution Socadisc) ou chez votre libraire (distribution Frémeaux & Associés) ou par téléphone au 01 43 74 90 24.
- Sur lalibrairiesonore.com Acheter ce produit
- Sur librairie-audio.comAcheter ce produit

Fremeaux


Je suis :

Un particulier Un libraire

Un disquaire Une bibliothèque
 meublenatureok.gif

Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux
Je souhaite recevoir
le catalogue
Catalogue Frémeaux
Catalogue Frémeaux

Les livres sonores à l'écoute
templatefrmeaux_correc16.jpg
Fremeaux
Grand prix In Honorem
de l'Académie Charles Cros
pour son oeuvre d'éditeur

Fremeaux

THE GREATEST BLUES SHOUTERS 1944 - 1955
THE GREATEST BLUES SHOUTERS 1944 - 1955
"Les blues shouters sont parmi les plus grands chanteurs que nous ait donné...

THE COLOR LINE, LES ARTISTES AFRICAINS-AMÉRICAINS ET LA SÉGRÉGATION - 1916-1962
THE COLOR LINE, LES ARTISTES AFRICAINS-AMÉRICAINS ET LA SÉGRÉGATION - 1916-1962
COFFRET OFFICIEL DE L'EXPOSITION AU MUSEE DU QUAI BRANLY DU 4 OCTOBRE 2016 AU 15 JANVIER 2017

T-BONE WALKER
T-BONE WALKER
T-Bone Walker a connu un énorme succès après la guerre, marquant de façon déterminante...

SONNY TERRY
SONNY TERRY
Virtuose, exubérant, l’harmoniciste Sonny Terry a représenté avant tout la perpétuation du vieux...

SONNY BOY WILLIAMSON
SONNY BOY WILLIAMSON
Le plus grand styliste de l’harmonica.
Gérard Herzhaft

Les coffrets « The...

SLEEPY JOHN ESTES
SLEEPY JOHN ESTES
Sleepy John Estes, compositeur de nombreux “classiques” (Someday baby, Milk cow blues) a enregistré avant la...

ROOTS OF FUNK 1947-1962
ROOTS OF FUNK 1947-1962
Quelles sont les origines du funk ? Depuis le début du XXè siècle, ce terme signifie la...

ROBERT JOHNSON
ROBERT JOHNSON
Le créateur de “Sweet home Chicago”.
Gérard Herzhaft

Les coffrets « The...

RAY CHARLES - LIVE AT NEWPORT 1960
RAY CHARLES - LIVE AT NEWPORT 1960
« Ce double-CD présente, pour la première fois dans son...

RAY CHARLES - IN ANTIBES 1961
RAY CHARLES - IN ANTIBES 1961
Réalisé par Joël Dufour, le plus grand spécialiste du « Genius », cet...

NEW ORLEANS ROOTS OF SOUL 1941-1962
NEW ORLEANS ROOTS OF SOUL 1941-1962
Grand laboratoire musical du sud des États-Unis, l’influente Nouvelle-Orléans a largement contribué à...

MEMPHIS MINNIE
MEMPHIS MINNIE
L’œuvre de Memphis Minnie est impressionnante. Des duos de guitare parfaits du Memphis blues, avec son mari Joe Mac...

LOUIS JORDAN - Rhythm and Blues
LOUIS JORDAN - Rhythm and Blues
Louis Jordan a créé une musique festive au cachet unique qui représente la quintessence du Rhythm and...

LONNIE JOHNSON
LONNIE JOHNSON
Lonnie Johnson, baptisé avec quelque raison “le créateur de la guitare moderne” a influencé...

KING OF ZYDECO - CLIFTON CHENIER
KING OF ZYDECO - CLIFTON CHENIER
Formidable chanteur et accordéoniste noir américain, Clifton Chenier a su forger un genre...

JOHNNIE TEMPLE
JOHNNIE TEMPLE
Les meilleurs titres de Johnnie Temple, qui a influencé Robert Johnson, et a été l’un des premiers...

JOHN LEE HOOKER
JOHN LEE HOOKER
Nouvelle édition

Le John Lee Hooker, ­ vieux sage d'aujourd'hui ne doit pas faire oublier les débuts...

JAZZ GILLUM
JAZZ GILLUM
Le premier harmoniciste du Chicago Blues, Jazz Gillum, a composé plusieurs grands standards tels “Key to the...

JACK BON
JACK BON
Acoustique, électrique, rural ou urbain : Chicago, folk ou bayou , slide ou picking… C’est au mélange...

HARMONICA BLUES VOL 2
HARMONICA BLUES VOL 2
Après Harmonica blues 1927-1941 (FA 040) qui retraçait les débuts de l’harmonica dans le blues, ce...

ELMORE D - INTEGRALE
ELMORE D - INTEGRALE
Elmore D est l’un des derniers chroniqueurs de l’identité wallonne.
En faisant se...

ELMORE D
ELMORE D
La claque. Ou comment Daniel Droixhe, alias Elmore D, débarque dans la cour des grands. Daniel et son groupe ont atteint...

DELTA BLUES 1940-1951
DELTA BLUES 1940-1951
Les années 1940-51 sont dans le Delta un moment privilégié. Le blues s’y chante en une polyphonie...

DELMORE BROTHERS
DELMORE BROTHERS
Les Delmore Brothers qui ont constamment eu des idées musicales en avance sur leur temps occupent une place centrale dans...

DAVID HERZHAFT
DAVID HERZHAFT
Featuring : David Herzhaft - Thierry Reocreux - Philippe Jeoffroy - Vincent Cordel - Philippe Gaillot - Renaud Van Welden

BUMBLE BEE SLIM
BUMBLE BEE SLIM
Bumble Bee Slim a été un des bluesmen les plus populaires des années 30. Compositeur de nombreux standards du...

BLUES 36 MASTERPIECES (36 CHEFS-D'OEUVRE)
BLUES 36 MASTERPIECES (36 CHEFS-D'OEUVRE)
Coffret 2 CD avec livret 40 pages et 50 photos.

En 36 chefs-d’œuvre, cette anthologie offre pour la...

BIG JOE WILLIAMS
BIG JOE WILLIAMS
Le légendaire Big Joe Williams a été un des grands créateurs du delta blues et une importante figure...

BENOIT BLUE BOY
BENOIT BLUE BOY
Avec “Plus tard dans la soirée”, Benoît Blue Boy côtoie familièrement l’esprit profond...

AMERICAN FOLK BLUES FESTIVAL LIVE IN PARIS 20 OCTOBRE 1962 (INÉDIT)
AMERICAN FOLK BLUES FESTIVAL LIVE IN PARIS 20 OCTOBRE 1962 (INÉDIT)
L’American Folk Blues Festival est une légendaire tournée qui pendant 20 ans, s’est...

Logo Radio France  Logo INA
 
Logo RFI
Logo PUF 
 
logo-facebook.gif

Rechercher dans le catalogue Frémeaux
Toutes les catégories :
Advertisement
Titre_integrale_onfray.gif
Net Cosmos + Decadence.jpg
Titre_Nouveau_Catalogue.gif
net_cat_202021.jpg
Titre_Legrand.gif
Net Legrand.jpg
Titre_Galerie.gif
Net EXPO Noel 2020 - Galerie F&A.jpg
Titre Noel 2018.jpg
NET Proust.jpg
Titre Figure de l'histoire.gif
Pub Net Figures Histoire.jpg
Inédits
net_live_in_paris_6v_coltrane.jpg
Feuille Nouveautés

Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Dictionnaire des Artistes
Présentation

• Pourquoi fremeaux.com ?
• Autorisations Cinéma, TV, musées...
• Une culture d'entreprise
• Charte qualité

Mémoires et études
Edité par Fremeaux et Associés
visuinternetdompublic.gif
Le patrimoine
sonore en
danger!
Interview de
Patrick
Frémeaux

Mémoires et études


Titre_Histoire.gif
Collection Histoire de France
Titre_Publicite.gif
Pub Net Cat. LibSonore 200pixels.png
Philosophie | Sciences Humaines | Histoire | Livres sonores | Contes | Enfants de 2 A 5 ans | Enfants de 6 A 11 ans | Son de la nature | Collection the quintessence | Jazz
Intégrale Django Reinhardt | Blues | Country & Rockn Roll | Gospel | Chanson française | Les cinglés du music hall | World Music | Classique | Frémeaux & Ass. Télévisions
Mentions légales - Recommander ce site - Ajouter aux favoris - Nous contacter - © 2006 Frémeaux et Associés
20, rue Robert Giraudineau - 94300 VINCENNES - FRANCE - Tél : +33 1 43 74 90 24 - Fax : +33 1 43 65 24 22
templatefrmeaux_correc69.gif